Récupération après un AVC: directions, approches, prévention des rechutes

Malgré le fait que la prévalence des troubles vasculaires aigus dans le cerveau (accidents vasculaires cérébraux) et leur mortalité soient assez importantes, la médecine moderne dispose des méthodes de traitement nécessaires qui permettent à de nombreux patients de rester en vie. Quoi alors? Quelles sont les conditions et les exigences d'un patient pour sa vie après un accident vasculaire cérébral? En règle générale, la plupart d'entre eux restent handicapés à vie, et le degré de récupération des fonctions perdues dépend entièrement d'une réadaptation opportune, compétente et complète.

Comme vous le savez, en violation de la circulation cérébrale avec des lésions cérébrales, diverses capacités du corps sont associées à la défaite d'une partie du système nerveux central. Chez la majorité des patients, la motricité et la parole sont le plus souvent altérées. Dans les cas graves, le patient ne peut pas se lever, s'asseoir, manger, se mettre en contact avec le personnel et ses proches. Dans une telle situation, la possibilité d'un retour au moins partiel à l'état antérieur est directement liée à la rééducation après un AVC, qui doit être débuté dès les premiers jours suivant l'apparition de la maladie.

Directions et étapes de la rééducation

On sait que le nombre de neurones dans le cerveau dépasse nos besoins quotidiens. Cependant, dans des conditions de malheur et de mort au cours d'un accident vasculaire cérébral, il est possible «d'activer» des cellules précédemment inactives, d'établir des connexions entre eux et, ainsi, de restaurer certaines fonctions.

Pour limiter la taille de la lésion dans les meilleurs délais, ces médicaments sont prescrits après un accident vasculaire cérébral qui peut:

  • Réduire l'enflure autour des tissus affectés (diurétiques - mannitol, furosémide);
  • Rendre un effet neuroprotecteur (Actovegin, Cerebrolysin).

Plus les cellules nerveuses peuvent être préservées autour de la source des dommages au début de la période post-AVC, plus le traitement et la rééducation seront efficaces.

Les activités de recouvrement doivent être sélectionnées et réalisées individuellement, en fonction de la gravité de l’état et de la nature de la violation, mais elles sont menées dans toutes les directions principales suivantes:

  1. L'utilisation de la thérapie physique et du massage pour la correction des troubles du mouvement;
  2. Récupération de la parole et de la mémoire;
  3. Réadaptation psychologique et sociale du patient dans la famille et la société;
  4. Prévention des complications post-AVC retardées et des AVC récurrents, en tenant compte des facteurs de risque existants.

L’accident vasculaire cérébral ischémique, ou crise cardiaque, est accompagné de nécrose et de mort des neurones dont la fonction est altérée de la partie du système nerveux central dans laquelle il s’est développé. En règle générale, les infarctus cérébraux de petite taille et de localisation hémisphérique ont un pronostic relativement favorable et la période de récupération peut se dérouler rapidement et de manière très efficace.

Les AVC hémorragiques privent la plupart des survivants et entraînent le plus souvent une perturbation persistante de diverses fonctions sans possibilité de guérison complète, ni même partielle. Cela est dû au fait que l'hémorragie provoque la mort d'une quantité importante de tissu nerveux. Les interactions entre les neurones restants sont perturbées en raison d'un œdème cérébral. Dans une telle situation, malheureusement, même des années de cours réguliers et persistants ne donnent pas toujours le résultat attendu.

La convalescence après un accident vasculaire cérébral peut durer assez longtemps. L’efficacité des mesures prises à ce stade dépend donc de la patience et de la persévérance des proches, des amis et du patient lui-même. Il est important d'instiller un sentiment d'optimisme et de confiance dans un résultat positif, de louer le patient et de l'encourager, car beaucoup d'entre eux sont enclins à des manifestations d'apathie et d'irritabilité.

Avec la défaite de certaines parties du cerveau, le syndrome asthénique-dépressif est particulièrement prononcé. Vous ne devez donc pas vous offenser si la personne victime d'un accident vasculaire cérébral est de mauvaise humeur, grogne des membres de la famille et refuse de faire des exercices ou des massages. Il ne vaut pas la peine d'insister sur leur conduite obligatoire, il suffira peut-être de parler et de distraire le patient.

L’invalidité après un AVC reste un problème médical et social important, car même avec les traitements et la rééducation les plus soignés et les plus opportuns, la plupart des patients ne recouvrent pas encore complètement leurs capacités perdues.

Le traitement qui aidera le patient à récupérer plus rapidement doit être instauré tôt. En règle générale, il peut être démarré au stade du traitement hospitalier. En cela, les méthodologistes de la physiothérapie, les réhabilitologues et les massothérapeutes aideront le département de neurologie ou de pathologie vasculaire du cerveau. Une fois que l'état du patient s'est stabilisé, il est nécessaire de le transférer au service de réadaptation afin de poursuivre le traitement de réadaptation. Après sa sortie de l'hôpital, le patient est observé à la clinique du lieu de résidence, où il effectue les exercices nécessaires sous la surveillance d'un spécialiste, assiste à des procédures de physiothérapie, à un massage, à un psychothérapeute ou à un orthophoniste.

Il ne serait pas superflu de diriger le patient vers un centre de rééducation moderne et bien équipé, destiné aux patients neurologiques, où toutes les conditions nécessaires sont disponibles pour une correction ultérieure des fonctions perdues. En raison de la prévalence élevée de la pathologie vasculaire cérébrale aiguë, qui affecte de plus en plus la population jeune et non handicapée, la création de tels centres est coûteuse, mais elle est pleinement justifiée car elle permet d’utiliser le plus grand nombre possible de techniques d’exposition avec le retour le plus rapide possible des patients au mode de vie normal.

Restauration des fonctions motrices

Parmi les conséquences d'un accident vasculaire cérébral, les troubles moteurs prennent l'une des principales places, car ils sont exprimés à des degrés divers chez presque tous les patients, qu'il s'agisse d'une crise cardiaque ou d'un saignement du cerveau. Ils sont exprimés en parésie (perte partielle de mouvements) ou en paralysie (immobilisation complète) du bras ou de la jambe. Si le bras et la jambe d'un côté du corps sont affectés simultanément, ils parlent d'hémiparésie ou d'hémiplégie. Il arrive que les changements dans les extrémités ne soient pas les mêmes en termes de gravité. Cependant, il est beaucoup plus difficile de rétablir le fonctionnement de la main en raison de la nécessité d'ajuster la motricité et l'écriture.

Il existe différentes méthodes pour restaurer la fonction motrice:

  • Thérapie d'exercice;
  • Électrostimulation;
  • Utilisation de la méthode de biofeedback.

Physiothérapie

La physiothérapie (kinésithérapie) est la principale méthode de récupération de la paralysie la plus accessible. Ses tâches comprennent non seulement le développement de la force d'origine, l'amplitude de mouvement dans les membres affectés, mais également le rétablissement de la capacité de se tenir debout, de marcher, de maintenir l'équilibre et de répondre aux besoins domestiques courants et à la prise en charge de soi-même. Ces actions habituelles pour nous, comme s'habiller, se laver, manger de la nourriture, peuvent causer de sérieuses difficultés à la défaite, même d'un membre. Les patients souffrant de graves troubles de l'activité nerveuse ne peuvent rester seuls au lit.

La portée et la nature des exercices effectués dépendent de la gravité de l’état du patient. En cas d'irrégularités profondes, la gymnastique passive est appliquée en premier: un instructeur de thérapie par l'exercice ou des membres de la famille effectuent des mouvements avec les membres d'un patient alité, rétablissant la circulation sanguine dans les muscles et développant les articulations. Lorsque vous vous sentez mieux, la patiente apprend à s'asseoir toute seule, puis à se lever et à marcher seule.

Exercices passifs pendant la rééducation après un accident vasculaire cérébral

Si nécessaire, utilisez une chaise de soutien, une tête de lit et un bâton. Avec un équilibre suffisant, il devient possible de marcher d'abord dans le quartier, puis dans l'appartement et même dans la rue.

Certains patients présentant de petites lésions cérébrales et un bon potentiel de régénération commencent à se lever et même à faire le tour du service dans la première semaine après le début d'un accident vasculaire cérébral. Dans de tels cas, il est possible de préserver la capacité de travail, ce qui est très important pour les personnes jeunes.

Avec une période post-AVC favorable, le patient sort de l'hôpital pour se rétablir à la maison. Dans ce cas, le rôle principal est généralement pris par les parents et les amis, dont la patience dépend entièrement de leur réadaptation. Vous ne devriez pas fatiguer le patient avec des exercices fréquents et longs. Leur durée et leur intensité devraient augmenter progressivement avec la restauration d'une fonction particulière. Pour faciliter le mouvement du patient à la maison, il est bon de lui fournir des mains courantes spéciales dans la douche, les toilettes et de petites chaises pour un soutien supplémentaire ne sera pas superflu.

Vidéo: une série d'exercices actifs après un accident vasculaire cérébral

Une attention particulière devrait être accordée au rétablissement de la fonction de la main avec la capacité d'effectuer de petits mouvements et d'écrire. Il est nécessaire d'effectuer des exercices pour développer les muscles de la main, le retour de la coordination des mouvements des doigts. Il est possible d'utiliser des simulateurs spéciaux et des expandeurs manuels. Parallèlement à la gymnastique, il sera également utile d’appliquer un massage des mains, qui contribue à améliorer le trophisme musculaire et à réduire la spasticité.

Travail et thérapie par le jeu pour restaurer la motilité des mains

Ce processus peut prendre beaucoup de temps et de persévérance, mais le résultat ne sera pas que les manipulations les plus simples, comme le peignage, le rasage, l'attache de lacets, voire la préparation de soi et la consommation de nourriture.

Avec un cours favorable de la période de rééducation, il est nécessaire d’élargir le cercle de communication et les tâches ménagères du patient. Il est important que la personne se sente comme un membre à part entière de la famille et non comme une personne handicapée sans défense. Ne négligez pas de parler à un tel patient, même s’il ne peut répondre pleinement aux questions. Cela aidera à éviter l'éventuelle apathie, dépression et isolement du patient, réticent à une éventuelle récupération.

Manières de "remuer" le patient de l'extérieur

La méthode d'électrostimulation des fibres musculaires est basée sur l'impact de courants pulsés de différentes fréquences. En même temps, la trophicité dans le tissu affecté est améliorée, la contractilité musculaire est augmentée, le tonus est normalisé avec parésie spastique et paralysie. Le recours à la stimulation électrique est particulièrement recommandé pour les patients de longue durée chez qui la gymnastique réparatrice active est difficile, voire impossible. Actuellement, de nombreux dispositifs permettent d’appliquer cette méthode à domicile sous la supervision du médecin traitant de la clinique.

Lors de l'utilisation de la méthode de biofeedback, le patient effectue certaines tâches et en même temps, en collaboration avec le médecin, reçoit des signaux sonores ou visuels sur les différentes fonctions de son corps. Cette information est importante pour le médecin afin d’évaluer la dynamique de la récupération. En outre, le patient vous permet d’accroître la rapidité de réponse, la rapidité et la précision de l’action, ainsi que d’observer un résultat positif des exercices. En règle générale, la méthode est mise en œuvre à l'aide de programmes informatiques et de jeux spéciaux.

Rééducation par la méthode du biofeedback

En plus de la kinésithérapie passive et active, le massage après un AVC a également un effet bénéfique, notamment avec une tendance à la spasticité et à la rééducation restauratrice à long terme. Elle est réalisée à l'aide de techniques conventionnelles et ne présente aucune différence significative par rapport aux autres maladies neurologiques.

Il est possible de commencer un massage à l'hôpital au tout début de la période post-AVC. Cela aidera le masseur d'un hôpital ou d'un centre de rééducation. À l'avenir, un massage à domicile peut également être confié à un spécialiste ou les proches peuvent en maîtriser les principes de base.

Récupération de la parole et de la mémoire

La récupération de la parole après un AVC est une étape importante, tout d’abord, de la réadaptation sociale du patient. Plus tôt le contact est établi, plus vite le retour à la vie normale deviendra possible.

La capacité de parole en souffre chez la plupart des survivants d'un AVC. Ceci peut être associé non seulement à une altération du fonctionnement des muscles du visage et de l'articulation, mais également à une atteinte du centre de la parole situé dans le côté droit de l'hémisphère gauche. Avec la défaite des parties pertinentes du cerveau, la capacité de reproduire des phrases significatives, de compter, ainsi que de comprendre le discours inversé peut disparaître.

Un spécialiste - un orthophoniste - aphasiologue viendra en aide au patient dans le cas de tels troubles. À l'aide de techniques spéciales et d'une formation constante, il aidera non seulement le patient, mais donnera également des conseils à sa famille et à ses amis en ce qui concerne le développement futur de la parole. Les exercices de restauration de la parole doivent commencer le plus tôt possible et les cours doivent être réguliers. Le rôle des parents dans la récupération de la capacité de parler et de communiquer avec les autres ne peut être surestimé. Même s'il semble que le patient ne comprend rien, ne l'ignorez pas et ne l'isolez pas de la communication. Peut-être, même sans la capacité de dire quelque chose, il est bien conscient du discours prononcé. Au fil du temps, il commencera à prononcer des mots individuels, puis des phrases entières. La restauration de la parole contribue beaucoup au retour de la capacité d'écriture.

La plupart des patients ayant subi un AVC ont des problèmes de mémoire. Ils se souviennent à peine des événements passés de leur vie, le visage de leurs proches peut leur sembler inconnu. Pour restaurer la mémoire, vous devez l’entraîner en permanence avec des exercices et des techniques simples. À bien des égards, ces exercices peuvent rappeler les cours avec de jeunes enfants. Ainsi, avec le patient, vous pouvez apprendre des comptines faciles à mémoriser et à reproduire. Tout d’abord, il suffit de retenir une phrase, puis toute une strophe, ce qui complique et augmente progressivement la quantité de matériel mémorisé. Lorsque vous répétez des phrases, vous pouvez plier les doigts et créer des connexions associatives supplémentaires dans le cerveau.

En plus des comptines, vous pouvez vous souvenir des événements survenus dans la vie du patient, du déroulement de la journée, de ce qui s'est passé il y a un an ou un mois, etc. Avec la restauration de la mémoire, de la parole et des fonctions cognitives, vous pouvez passer à la résolution de mots croisés, en mémorisant divers textes.

Les cours pour la restauration de la mémoire sont utiles à effectuer constamment: pour la nourriture, lors du nettoyage de la maison, lors de promenades. Plus important encore, ils ne doivent pas inquiéter le patient et causer des émotions négatives (souvenirs d'événements désagréables du passé).

Vidéo: exercices pour restaurer la parole dans l'aphasie afférente

Réhabilitation psychologique et sociale

En plus de la prise en charge des patients après un accident vasculaire cérébral, de la récupération des fonctions motrices et cognitives, l’adaptation psychologique et sociale revêt une importance non négligeable. Cela est particulièrement important chez les patients jeunes et valides présentant une légère lésion cérébrale et susceptibles de retrouver leur mode de vie et leur travail habituels.

Étant donné la douleur possible, l'incapacité à effectuer des activités familières, à participer à la vie publique, ainsi que le besoin d'aide constante des autres, ces patients sont sujets à la dépression, à l'irritabilité et au sevrage. Les membres de la famille ont pour tâche de créer une situation psychologique favorable dans la famille, de soutenir et d'encourager le patient.

Parfois, il y a des hallucinations après un AVC, et le patient peut les décrire à leurs proches. Dans ce cas, n’ayez pas peur: en règle générale, leur élimination est la nomination de médicaments spéciaux.

Les activités de rééducation effectuées doivent être conformes aux capacités fonctionnelles réelles du corps, en tenant compte de la profondeur des troubles neurologiques. Il n'est pas nécessaire d'isoler le patient en évoquant la perte de son aptitude à parler normalement ou son oubli - il est préférable de lui demander le mot juste ou de lui confier un simple devoir. Pour beaucoup, pour une récupération efficace et une attitude optimiste face aux exercices, il est important de se sentir utile.

En plus de créer un confort psychologique à domicile, les cours avec un psychothérapeute donnent de bons résultats et, si nécessaire, la prescription de médicaments (sédatifs, antidépresseurs).

L'adaptation sociale joue un rôle important dans le retour à la vie habituelle. C'est bien quand il est possible de revenir au travail précédent ou d'en effectuer un autre, plus simple. Si une personne est déjà à la retraite ou si les violations qui en résultent ne lui permettent pas de travailler, vous devez rechercher d'autres moyens de socialisation: visites de théâtre, expositions, découverte d'un passe-temps.

Le sanatorium spécialisé est une autre méthode d'adaptation sociale. En plus des procédures physiothérapeutiques, des cours avec divers spécialistes, le patient reçoit parfois un tel changement d’environnement et une communication supplémentaire.

Prévention des complications tardives et des accidents vasculaires cérébraux récurrents

La plupart des patients et de leurs proches s'intéressent à la question suivante: comment éviter la récurrence d’une maladie terrible et de ses complications à l’avenir? Quel est le traitement nécessaire après un accident vasculaire cérébral? Il suffit de suivre des conditions simples:

  1. Poursuite des activités de rééducation initiées (thérapie par l’exercice, massage, entraînement de la mémoire et de la parole);
  2. Utilisation de méthodes d’exposition physiothérapeutiques (magnétothérapie, thérapie au laser, thermothérapie) pour lutter contre l’augmentation du tonus musculaire des membres affectés et pour un soulagement adéquat de la douleur;
  3. Normalisation de la pression artérielle (en cas d'hémorragie et de présence d'hypertension), nomination d'agents antiplaquettaires (avec lésions cérébrales ischémiques);
  4. Normalisation du mode de vie à l'exception des mauvaises habitudes, respect du régime après un AVC.

En règle générale, il n’ya pas de restrictions strictes et de caractéristiques essentielles dans le régime alimentaire. Ainsi, après un AVC, vous pouvez manger tout ce qui ne nuit pas à une personne en bonne santé.

Cependant, il est nécessaire de prendre en compte les comorbidités et la nature des changements. Lorsque les organes pelviens sont altérés, la patiente est allongée; il est conseillé d'exclure les aliments qui ralentissent le passage du contenu intestinal et d'augmenter la proportion de salades de légumes, de fruits et de céréales. Pour éviter les perturbations du système urinaire, il est préférable de ne pas s’impliquer dans les mets acides, salés ou à l’oseille.

Un régime pour un AVC cérébral dépend du mécanisme d'apparition de la circulation cérébrale aiguë et des causes précédentes. Ainsi, dans le cas d'hémorragies consécutives à l'hypertension, il est préférable de ne pas manger d'aliments salés, de boire beaucoup de liquides, de café fort et de thé.

Il est nécessaire de respecter le régime anti-athérosclérotique après un accident vasculaire cérébral de type ischémique (infarctus cérébral). En d'autres termes, vous ne devez pas privilégier les aliments gras, les aliments frits, les glucides facilement accessibles, qui contribuent au développement de lésions athéroscléreuses des parois vasculaires. Il est préférable de les remplacer par des viandes, des légumes et des fruits faibles en gras.

Accident vasculaire cérébral et alcool - les choses ne sont pas compatibles, peu importe si un patient a eu une crise cardiaque ou une hémorragie. Boire même de petites doses d'alcool entraîne une augmentation de la fréquence cardiaque, une augmentation de la pression artérielle et peut également contribuer au spasme vasculaire. Ces facteurs peuvent provoquer des accidents vasculaires cérébraux récurrents avec aggravation des troubles neurologiques et même l'issue fatale.

De nombreux patients, en particulier les plus jeunes, se demandent si les rapports sexuels après un AVC sont acceptables. Grâce à diverses études, les scientifiques ont prouvé non seulement l'absence de préjudice, mais aussi les avantages du processus de réadaptation. Cependant, certaines nuances sont associées à une maladie grave:

  • Dysfonctionnement possible du système génito-urinaire, diminution de la sensibilité et de la puissance;
  • Prise d'antidépresseurs, irritabilité et apathie avec diminution du désir sexuel;
  • Déficience motrice, rapports sexuels gênants.

Avec un déroulement favorable de la période de récupération, un retour à des relations conjugales normales est possible dès lors que le patient ressent la force et le désir en lui-même. Le soutien moral et la chaleur du conjoint contribueront également à améliorer l'état psycho-émotionnel. Un effort physique modéré et des émotions positives auront un effet extrêmement favorable sur la récupération ultérieure et le retour à la vie à part entière.

Les conséquences d'un accident vasculaire cérébral sur la santé générale d'une personne dépendent directement du volume et de la localisation de la lésion dans le cerveau. Dans les accidents vasculaires cérébraux graves et étendus, les complications d'autres organes sont inévitables, les plus fréquentes étant:

  1. Processus inflammatoires du système respiratoire (pneumonie congestive chez les patients alités);
  2. Dysfonctionnement des organes pelviens avec ajout d'une infection secondaire (cystite, pyélonéphrite);
  3. Les ulcères de pression, en particulier avec des soins inadéquats;
  4. Réduction de la motilité intestinale avec un mouvement plus lent du contenu, ce qui se traduit par le développement d'une inflammation chronique et de la constipation.

Lorsqu’on soigne un patient victime d’un AVC, il est nécessaire de se rappeler qu’une personne qui a soudainement perdu son ancien mode de vie, la capacité de travailler et de communiquer dans son environnement familier requiert la manifestation d’un soutien moral, mais aussi d’affection et de gentillesse.

En général, la rééducation après un AVC ischémique est plus rapide et plus facile qu’après une hémorragie. De nombreux patients reprennent leur mode de vie normal plutôt tôt, et les jeunes et les personnes valides sont même rétablis dans leurs tâches antérieures. Le résultat et les conséquences de la maladie subie dépendent de la patience, de la persévérance et du désir de guérir, non seulement du patient, mais également de ses proches. L'essentiel est de croire en un résultat heureux et qu'un résultat positif ne tardera pas à attendre.

Assistance psychologique au patient après un accident vasculaire cérébral

Les conséquences d'un AVC subi par un patient sont déterminées par la présence d'un spasme dans les bras et les jambes. Les caractéristiques comportementales sont sujettes à des changements majeurs. Avec une telle personne, il devient difficile de communiquer, la dépression apparaît.

Après une maladie, le patient peut s'abstenir de manger et de faire de l'exercice toute la journée et être actif dans tout ce qui se passe autour de lui. L’humeur change: d’un fort sentiment de colère à un plaisir et à une joie complètement inattendus.

Caractéristiques comportementales altérées

Pour le psychisme et le comportement de l'hémisphère droit, il existe une zone de fonctions mentales. Sa défaite se produit par un coup prolongé d'un coup droit, déterminé par des processus pathologiques instantanés dans le cortex cérébral chez des patients ayant subi un AVC.

La dépression chez les personnes après un AVC survient à cause de leur propre incapacité, de leur incapacité à mener une vie normale et bien remplie. Il semble que personne n’en ait besoin, même le monde n’est pas le même qu’il était ressenti avant l’accident vasculaire cérébral. Veillez à ce que le patient ne devienne pas dépressif ni que des pensées suicidaires ne surviennent

Le plus souvent, le changement d'état interne est associé à des troubles mentaux lorsque le patient est confondu avec les événements récents. Cela est possible si le patient avait une rééducation initiale après une hémorragie cérébrale grave.

La plupart d'entre eux ont des problèmes de sommeil suite à un accident vasculaire cérébral. Les victimes se réveillent plusieurs fois par nuit. En raison du manque de sommeil, l'état émotionnel fait un bond en avant: à ce moment-là, il devient plus agressif et incontrôlable de l'extérieur.

Adaptation sociale et psychologique

Les personnes qui, jusqu'au moment de leur maladie, se livraient à des activités actives ou occupaient de hautes fonctions, ont une période particulièrement aiguë après un AVC. Cet âge varie de 25 à 60 ans:

  • Une telle personne est dans un état pathologique, lorsque même les actions et les compétences élémentaires deviennent difficiles:
  • Ils sont incapables de répondre à des questions simples en raison de la faiblesse des muscles faciaux et articulatoires responsables du contrôle et de la correction de la parole.
  • Pas besoin d'être offensé et de crier sur une telle personne si, pour une raison quelconque, elle ne veut pas répondre aux appels et ne réaliser aucun exercice compliqué. Pour que le patient après un accident vasculaire cérébral puisse sentir l’amour de ses proches, accordez-lui plus d’attention en lui donnant de petites commandes autour de la maison.
  • Il est important qu'une personne, dans la rééducation après un accident vasculaire cérébral, fasse partie du cercle de personnes. Ceci est réalisé si le patient entre dans un traitement dans un centre de sanatorium pour restaurer des patients insulaires.
  • Communiquer et encourager le patient plus souvent. Donnez-lui la foi en un prompt rétablissement. Ensemble, rappelez-vous les moments amusants de la vie ensemble. Dans des circonstances particulièrement difficiles, faites appel à un psychothérapeute.

À l'âge de la retraite, vous pouvez pratiquer différents types de loisirs à domicile: apprenez à tricoter ou à coudre des jouets pour vos propres petits-enfants à partir de lambeaux colorés. Ces personnes devraient participer plus souvent à divers événements ou expositions de la ville.

Le rôle de l'aide psychologique

L'aide d'un psychologue après un accident vasculaire cérébral consiste principalement en ce qu'une personne apprenne à contrôler ses actions et son comportement dans la société. Réduisez la dépression et les sentiments, augmentez le côté volontaire des facteurs comportementaux, surmontez les difficultés par vous-même.

Parallèlement au conseil psychologique, il y a une amélioration des processus de perception du patient. Le médecin traitant prescrit des médicaments ayant des propriétés sédatives, ce qui a un impact sur l'amélioration de la circulation sanguine dans le cerveau et sur l'augmentation des capacités mentales de la personne victime d'un AVC.

Grâce à cette approche, dans le traitement d'un accident vasculaire cérébral, le médecin, sur la base des résultats obtenus de la conversation psychologique, détermine un algorithme spécifique pour une rééducation ultérieure. Sélectionnez les médicaments appropriés et les conseils les plus appropriés pour prendre soin des malades à la maison.

Tâches du psychologue

Elle consiste à corriger l'instabilité du comportement, qui se manifeste pour les raisons suivantes:

  • Dommages aux zones du cerveau responsables du côté cognitif de la pensée après un AVC. Le patient n'est pas en mesure d'apprendre de nouvelles informations, ne peut pas se souvenir des intrigues de sa vie avant la maladie. Le patient ne détermine pas la position spécifique, il lui devient difficile de reproduire des mots simples, le cours de ses pensées devient moins adéquat.
  • Résoudre des problèmes liés au caractère volontaire, nécessaire aux patients lors de la rééducation de troubles moteurs après un AVC.
  • Acalculie, lors d’un tel signe d’accident vasculaire cérébral, le patient ne détermine pas où il est inférieur ou supérieur.
  • Aide à identifier les troubles de la gnose existants. Lorsque le patient ne reconnaît pas les visages familiers. Y compris les concepts, les formes d'objets sont difficiles. A une désorientation dans leurs propres sentiments, où la main ou la jambe paralysée. Les gens dans cet état ne sont pas capables de se rappeler les raisons pour lesquelles ils se sont retrouvés à l'hôpital. En raison de troubles de la parole, le malade est confus au nom du sujet.

Conseil psychologique à la maison

Le travail avec un psychologue à domicile est effectué en fonction du déroulement du traitement du patient à l'hôpital.

Si le cours psychologique en milieu hospitalier est effectué selon le programme, de 1 à 1,5 heure par session, une ou deux fois par semaine, puis, après sa sortie, le patient peut communiquer avec le psychologue chez lui au moins 10 fois par mois.

Cela permettra d'observer le comportement d'une personne après un AVC avant et après une consultation psychologique.

Au début de la réhabilitation

Le patient ne présente pas une image réelle de ce qui se passe avec lui. Par conséquent, même après un retour partiel des fonctions perdues, le patient n’est pas toujours pleinement conscient de ce qui s’est passé. Les proches pris en charge par une telle personne doivent non seulement surveiller son hygiène et ses exercices, mais aussi prêter attention aux changements de comportement:

  • Le patient pleure ou est déprimé.
  • Le patient ne se comporte pas trop activement, nie la présence de maux. Refuse de faire des exercices physiques, souvent nerveux.
  • De telles personnes, qui, à cause des conséquences importantes d'un accident vasculaire cérébral, commencent à s'inquiéter trop de leur état de santé, se sentent inutiles.

Seules les émotions positives peuvent être utiles, en aucun cas les reproches et les ressentiments.

Rééducation réussie après un accident vasculaire cérébral - toute la famille

L'AVC est un trouble aigu de la circulation sanguine cérébrale. Le tableau clinique de cette maladie est très diversifié et peut dépendre de nombreux facteurs qui influent à la fois sur l’état général du patient, ainsi que sur la rapidité et la qualité de son rétablissement.

Illustration de processus cérébraux se produisant pendant un accident vasculaire cérébral.

La rééducation après un accident vasculaire cérébral (AVC) fournit un ensemble d'activités variées visant à restaurer complètement les fonctions perdues par le patient. Les résultats attendus des mesures de réadaptation dépendent principalement de la taille et de l'étendue des dommages causés à la zone du cerveau. Ces techniques comprennent des techniques et des actions médicales, psychologiques, pédagogiques, sociales et juridiques qui vous permettent de rétablir rapidement toutes les fonctions du corps.

Faits marquants en rééducation

Les principes de base pour les activités de rééducation de cette maladie sont les suivants:

Début précoce de la réhabilitation

Dès que l'état du patient le permet, ils doivent être effectués littéralement dès les premiers jours après la défaite. Ces mesures précoces contribueront à accélérer le processus de récupération, à créer les conditions préalables à la reprise des fonctions perdues et à prévenir les complications secondaires telles que la thrombophlébite, la pneumonie stagnante, les escarres, les contractures et la dystrophie musculaire.

Procédures omniprésentes

Les mesures de réadaptation doivent avoir lieu dans le service de neurologie, puis se poursuivre dans un centre de rééducation ou un sanatorium et à domicile.

Soutien de la famille

Les membres de la famille du patient devraient être activement impliqués dans tout le processus de guérison. Ils doivent aider le patient à effectuer toutes les tâches «devoirs» mentalement et physiquement et à surveiller son état.

Le soutien est l’une des conditions les plus importantes pour une réadaptation réussie après un accident vasculaire cérébral.

La précision et l’intégralité de la mise en œuvre par le patient de toutes les mesures de rééducation nécessaires permettent d’accélérer le processus de récupération et de rétablir les fonctions perdues.

Caractéristiques de la rééducation motrice

La kinésithérapie (entraînement physique thérapeutique) est l’un des principaux traitements utilisés chez les patients ayant subi un AVC avec de graves troubles du mouvement. Sa tâche est de restaurer (partiellement ou totalement) le volume des mouvements, la dextérité et la force des membres affectés, ainsi que de préserver les fonctions d’équilibre et les compétences en self-service.

Dans les centres de rééducation, en plus de tels exercices physiques, l'électrostimulation de l'appareil neuromusculaire est prescrite pour les membres affectés. Les cours utilisant des techniques de biofeedback sont également recommandés.

Des exercices de thérapie physique doivent être effectués dès les premiers jours après un AVC. Dès que l'état général du patient et sa conscience vous permettent de commencer à les exécuter, vous devez immédiatement commencer les cours.

Dans un premier temps, un complexe de gymnastique passive est réalisé, dans lequel les mouvements et les mouvements des membres affectés ne sont pas effectués par les patients eux-mêmes, mais par des thérapeutes en réadaptation, leurs proches ou leurs soignants. Tous les mouvements doivent être effectués en contrôlant le niveau de pression et les paramètres du pouls. Pendant le processus de charge, il est nécessaire de mettre le patient en pause pour qu'il se repose.

L'activité physique est bonne, mais tout devrait être modéré. Par conséquent, les soins d'un spécialiste à un stade précoce sont obligatoires.

Par la suite, les exercices peuvent devenir plus compliqués. Au cours de leur parcours, le patient commence à s’asseoir, puis s’assieds tout seul, puis se lève. Pour les patients présentant une parésie sévère (trouble du mouvement) des jambes, vous devez effectuer les exercices de position couchée (au lit ou en position assise). On enseigne au patient à se lever d’abord avec un soutien, puis de façon autonome, en adhérant à la tête de lit ou au cadre de lit.

Après cela, vous pouvez commencer à apprendre à marcher. Au début, c’est un pas sur place, puis un mouvement autour de la salle, appuyé sur le cadre du lit. Après cela, vous devriez commencer à apprendre à marcher de manière autonome avec le soutien d’une canne à quatre bras, puis d’une canne à trois bras.

Les patients peuvent commencer les exercices sans soutien uniquement avec une parésie légère ou modérée de la jambe. Ce faisant, ils devraient avoir un bon sens de l'équilibre. Le volume des mouvements doit être augmenté progressivement: d’abord, il s’agit de mouvements dans la pièce, puis dans le couloir, les escaliers et la sortie dans la rue.

Restaurer d'autres compétences

Le processus de restauration des compétences domestiques et du libre-service se déroule également de manière progressive. La rééducation après un accident vasculaire cérébral est réalisée sous la forme d'une formation étape par étape pour les actions les plus simples:

  • manger de la nourriture;
  • compétences en matière d'hygiène;
  • utilisation de la salle de bain et des toilettes;
  • s'habiller soi-même.

En cas d'ataxie (trouble de la coordination) et d'hémiparésie (paralysie d'un demi-corps), il est possible de créer divers dispositifs dans l'appartement pour une utilisation indépendante des toilettes et de la salle de bains: fixez des mains courantes près de la cuvette des toilettes, des supports spéciaux dans la salle de bains et une chaise haute en bois dans la baignoire. Ces éléments aideront le patient à s’adapter plus facilement aux nouvelles conditions et à sentir rapidement son indépendance.

Dans le cas de bons indicateurs de la restauration des compétences de la marche et des soins personnels, les patients peuvent être impliqués dans de simples tâches ménagères pour améliorer leur estime de soi. Les patients en bas âge seront utiles pour se préparer à des types simples de travail de suivi (ordinateur, travail sédentaire, etc.).

Persévérance et optimisme - ces traits dans cette situation ne sont clairement pas superflus.

Méthodes de traitement des complications après un AVC

L'une des complications les plus graves de la période post-AVC est la spasticité (augmentation du tonus) des muscles et des ligaments des membres affectés. La rééducation après un accident vasculaire cérébral comprend un certain nombre de mesures visant à réduire le degré de spasticité:

  • traitement en imposant un longet spécialisé - ils sont superposés sur les membres pendant quelques heures (2 fois par jour peuvent être), cela permet aux muscles dans lesquels le tonus est élevé d'être dans une position étirée;
  • massage musculaire, où il y a augmentation du tonus - cet effet ressemble à une légère caresse à un rythme plutôt lent, un pétrissage ou un frottement superficiel, à un rythme plus rapide, peut être utilisé pour masser des muscles antagonistes dans lesquels le tonus n'a pas changé ou légèrement augmenté;
  • traitement thermique - à cet effet, des applications locales à la paraffine ou à l'ozocérite sont utilisées sur la zone des muscles spastiques;
  • médicaments - dans certains cas, des médicaments spécialisés peuvent être prescrits - des relaxants musculaires.

Pour les patients atteints de spasticité, il est interdit de faire des exercices pouvant la renforcer. Par exemple: compression d’anneaux en caoutchouc ou d’une balle, utilisation d’expanseurs pour le développement de la fonction de flexion des articulations du coude.

Près de 15% des patients présentant des lésions post-AVC subissent des modifications des articulations des membres affectés. Pour réduire ces complications, appliquez les mesures suivantes:

  • Analgésiques de physiothérapie: acupuncture, magnétothérapie, électrothérapie ou thérapie au laser;
  • procédures qui améliorent le trophisme dans les tissus affectés: bains à l'ozocérite ou à la paraffine, utilisation d'hydro-procédures et utilisation d'hormones anaboliques;
  • dans le syndrome dit de "l'épaule malade", il est recommandé d'appliquer un bandage de fixation.

Réhabilitation de la fonction de la parole

Pour ce faire, suivez des cours avec un neuropsychologue et des exercices avec un orthophoniste aphasiologue, à qui sont fournis des devoirs. La rééducation après un accident vasculaire cérébral pour restaurer votre propre langage et améliorer la compréhension du sens des mots prononcés par d'autres peut inclure divers exercices. Elles visent à éliminer les violations de la lecture, de l’écriture et des factures.

Dans cette situation, l'isolement de la parole du patient est très dangereux. Non seulement les exercices spécialisés, mais également la communication orale quotidienne avec les patients contribuent à la restauration de leurs fonctions langagières et à la compréhension des autres.

Adaptation sociale et psychologique

Chez les patients ayant subi un AVC, on note souvent des déficits de la parole et moteurs, une perte de statut social et des syndromes douloureux. Ils conduisent à des violations de l'adaptation sociale et psychologique. Pour prévenir la détérioration des patients, il est nécessaire de créer un climat psychologique favorable dans la famille et de maintenir une humeur optimiste chez le patient. Le patient doit adopter une approche réaliste de sa maladie et expliquer les options possibles et les résultats du traitement et des mesures de rétablissement.

Dans les cas où les patients ne peuvent pas retourner au travail, ils devraient être soutenus par un sentiment de nécessité et, si possible, être impliqués dans diverses tâches ménagères. Vous pouvez également essayer de trouver un passe-temps intéressant et faciliter la participation du patient à des événements culturels et sociaux. A ce stade, il est possible de prendre des antidépresseurs.

La récupération du patient est l'affaire de toute la famille. Son succès dépend de l'effort global impliqué.

Rééducation après un AVC

Accident vasculaire cérébral - une catastrophe vasculaire aiguë, qui occupe la première place dans la structure de l'invalidité et de la mortalité. Malgré l'amélioration des soins médicaux, un pourcentage important de personnes ayant subi un AVC reste handicapé. Dans ce cas, il est très important d'adapter ces personnes, de les adapter au nouveau statut social et de restaurer les soins personnels.

Coup cérébral - une violation aiguë de la circulation cérébrale, accompagnée d'un déficit persistant de la fonction cérébrale. Un accident vasculaire cérébral a les synonymes suivants: accident vasculaire cérébral aigu (ONMK), apoplexie, accident vasculaire cérébral (apoplexie). Il existe deux types principaux d'AVC: ischémique et hémorragique. Dans les deux types, la mort d'une partie du cerveau fournie par le vaisseau affecté se produit.

L'accident ischémique cérébral survient en raison de l'arrêt de l'apport sanguin au cerveau. La cause la plus courante de ce type d’accident vasculaire cérébral est l’athérosclérose des vaisseaux: avec elle, une plaque se développe dans la paroi du vaisseau, ce qui augmente avec le temps jusqu’à bloquer la lumière. Parfois, une partie de la plaque se détache et obstrue le vaisseau sous la forme d'un caillot de sang. Des caillots sanguins se forment également lors de la fibrillation auriculaire (en particulier dans sa forme chronique). Les maladies du sang (thrombocytose, érythrémie, leucémie, etc.), les vascularites, certains troubles immunologiques, les pilules contraceptives orales, le traitement hormonal substitutif sont d'autres causes plus rares d'accident ischémique cérébral.

Un accident vasculaire cérébral hémorragique se produit lorsqu'un navire tombe en panne, entraînant la pénétration du sang dans le tissu cérébral. Dans 60% des cas, ce type d'accident vasculaire cérébral est une complication d'une maladie hypertensive dans le contexte de l'athérosclérose vasculaire. Les vaisseaux déchirés sont brisés (avec des plaques sur les murs). Une autre cause d'accident vasculaire cérébral hémorragique est la rupture d'une malformation artérioveineuse (anévrisme sacculaire), caractéristique de la structure des vaisseaux sanguins du cerveau. Autres causes: maladies du sang, alcoolisme, toxicomanie. L'AVC hémorragique est plus grave et le pronostic est plus grave.

Comment reconnaître un accident vasculaire cérébral?

Un symptôme caractéristique d'un accident vasculaire cérébral est une plainte de faiblesse dans les membres. Vous devez demander à une personne de lever les deux mains. S'il a vraiment eu un accident vasculaire cérébral, alors un bras se lève bien, et l'autre peut ou peut ne pas se lever, ou le mouvement sera difficile.

En cas d'accident vasculaire cérébral, il y a une asymétrie du visage. Demandez à la personne de sourire et vous remarquerez immédiatement un sourire asymétrique: un coin de la bouche sera plus bas que l'autre, la finesse du pli nasolabial d'un côté sera perceptible.

Un AVC est caractérisé par une altération de la parole. Parfois, c'est assez évident, de sorte qu'il ne fait aucun doute qu'il y a un accident vasculaire cérébral. Pour reconnaître les violations du langage moins évidentes, demandez à la personne de dire: "Trois cent trente-troisième brigade d'artillerie." S'il a un accident vasculaire cérébral, l'articulation perturbée deviendra perceptible.

Même si tous ces signes apparaissent sous une forme douce, ne vous attendez pas à ce qu'ils passent seuls. Il est nécessaire d’appeler l’équipage d’ambulance au numéro universel (aussi bien depuis un téléphone fixe que depuis un téléphone portable) - 103.

Caractéristiques de l'AVC féminin

Les femmes sont plus susceptibles au développement d'un AVC, récupèrent plus longtemps et meurent plus souvent de ses conséquences.

Augmenter le risque d'accident vasculaire cérébral chez les femmes:

- l'utilisation de contraceptifs hormonaux (en particulier à partir de 30 ans);

- traitement hormonal substitutif des troubles de la ménopause.

Signes atypiques d'accident vasculaire cérébral féminin:

  • une attaque de douleur intense dans l'un des membres;
  • attaque soudaine de hoquet;
  • une attaque de nausée sévère ou douleur abdominale;
  • fatigue soudaine;
  • perte de conscience à court terme;
  • douleur thoracique sévère;
  • attaque d'étouffement;
  • battement de coeur soudain;
  • l'insomnie (insomnie).

Principes de traitement

D'autres perspectives dépendent du début précoce du traitement de l'AVC. En ce qui concerne les accidents vasculaires cérébraux (comme dans la plupart des maladies), il existe une «fenêtre thérapeutique» lorsque les mesures thérapeutiques sont les plus efficaces. Cela dure 2 à 4 heures, puis la région du cerveau meurt, malheureusement, complètement.

Le système de traitement des patients ayant subi un AVC cérébral comprend trois étapes: préhospitalier, hospitalisation et réadaptation.

Au stade préhospitalier, le diagnostic d'accident vasculaire cérébral et d'accouchement d'urgence du patient est effectué par une équipe d'ambulances dans un établissement spécialisé dans le traitement des patients hospitalisés. Au stade du traitement hospitalier, le traitement de l'AVC peut commencer dans l'unité de soins intensifs, où des mesures d'urgence sont prises pour maintenir les fonctions vitales du corps (activités cardiaque et respiratoire) et pour prévenir d'éventuelles complications.

L’examen de la période de rétablissement mérite une attention particulière, car souvent sa mise à disposition et son exécution incombent aux proches du patient. Les accidents vasculaires cérébraux occupant une place prépondérante dans la structure de l'invalidité chez les patients neurologiques et ayant tendance à «rajeunir» cette maladie, tout le monde devrait être familiarisé avec le programme de réadaptation après un AVC cérébral afin d'aider son parent à s'adapter à sa nouvelle vie et à reprendre des soins.

Rééducation des patients ayant subi un AVC

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) fournit la définition suivante de la réadaptation médicale.

La réadaptation médicale est un processus actif dont le but est de rétablir pleinement les fonctions perturbées par une maladie ou une blessure, ou, si cela n’est pas possible, de réaliser au mieux le potentiel physique, mental et social d’une personne handicapée, de la manière la plus adéquate de l’intégrer dans la société.

Certains patients ont un rétablissement partiel (et parfois complet) indépendant des fonctions endommagées après un accident vasculaire cérébral. La rapidité et l’ampleur de cette guérison dépendent d’un certain nombre de facteurs: la période de la maladie (la durée de l’accident vasculaire cérébral), la taille et la localisation de la lésion. La restauration des fonctions altérées se produit dans les 3-5 premiers mois suivant le début de la maladie. C’est à ce moment que les mesures de restauration doivent être appliquées au maximum - elles seront alors d’un bénéfice maximal. Par ailleurs, il est également très important que le patient participe activement au processus de réadaptation, à quel point il réalise l’importance et la nécessité des mesures de rétablissement et s’efforce d’obtenir le maximum d’effet.

Conditionnellement, il y a cinq périodes d'accident vasculaire cérébral:

  • le plus tranchant (jusqu'à 3-5 jours);
  • aigu (jusqu'à 3 semaines);
  • relèvement précoce (jusqu'à 6 mois);
  • restauration tardive (jusqu'à deux ans);
  • période d'effets résiduels persistants.

Principes de base des activités de rééducation:

  • début plus tôt;
  • régularité et durée;
  • la complexité;
  • en phase.

Le traitement de réadaptation commence dans la période aiguë d'un accident vasculaire cérébral, lors du traitement d'un patient dans un hôpital neurologique spécialisé. Après 3-6 semaines, le patient est transféré au service de réadaptation. Si, après sa sortie, une personne a besoin d'une rééducation plus poussée, elle est effectuée en ambulatoire en tant que service de rééducation d'une polyclinique (s'il en existe une) ou dans un centre de rééducation. Mais le plus souvent, ces soins sont transférés aux épaules de parents.

Les tâches et les moyens de rééducation varient selon la période de la maladie.

Réadaptation au cours des périodes de récupération aiguë et précoce d'un AVC

Il est tenu dans un hôpital. À l'heure actuelle, toutes les activités visent à sauver des vies. Lorsque la menace à la vie passe, le rétablissement des fonctions commence. Le traitement de la posture, le massage, les exercices passifs et les exercices de respiration commencent dès les premiers jours d'un accident vasculaire cérébral et le début des activités de récupération active (exercices actifs, debout, debout, charges statiques) individuellement et dépendent de la nature et de l'étendue des troubles de la circulation sanguine dans le cerveau, de la présence de maladies concomitantes. Les exercices ne sont pratiqués que chez des patients ayant une conscience claire et dans un état satisfaisant. Pour les petites hémorragies, les crises cardiaques petites et moyennes - une moyenne de 5 à 7 jours d’ACV, avec des hémorragies étendues et des crises cardiaques - pendant 7 à 14 jours.

Au cours des périodes de récupération aiguë et précoce, les principales mesures de rééducation sont la prise de médicaments, la kinésithérapie et le massage.

Médicaments

Dans sa forme pure, l’usage de drogues ne peut être attribué à la réadaptation, car c’est plutôt un traitement. Cependant, la thérapie médicamenteuse crée le fond qui fournit la récupération la plus efficace, stimule la désinhibition des cellules cérébrales temporairement inactivées. Les médicaments sont strictement prescrits par le médecin.

Kinésithérapie

Dans la période aiguë, il se déroule sous forme de gymnastique thérapeutique. La kinésithérapie repose sur un traitement avec la position, la réalisation de mouvements passifs et actifs, des exercices de respiration. Sur la base de mouvements actifs, effectués relativement tard, se construit l'apprentissage de la marche et du self-service. En gymnastique, il ne faut pas laisser le patient travailler trop longtemps, il est nécessaire de doser les efforts de manière stricte et d'augmenter progressivement les charges. Le traitement par position et la gymnastique passive dans les accidents vasculaires cérébraux ischémiques sans complications commencent le 2-4ème jour de la maladie, dans les AVC hémorragiques - le 6-8ème jour.

Traitement par position. Objectif: donner aux membres paralysés (parétiques) la position correcte pendant que le patient est couché. Assurez-vous que vos bras et vos jambes ne sont pas dans la même position pendant longtemps.

Couché en arrière. Le bras paralysé est placé sous l'oreiller de sorte que le bras entier, ainsi que l'articulation de l'épaule, affleure le plan horizontal. Ensuite, le bras est écarté à l’angle de 90 0 (si le patient a mal, commencez par un angle de sonde plus petit et augmentez-le progressivement à 90 0), redressez-vous et tournez-le vers l’extérieur. La main avec les doigts écartés et divorcés est fixée avec une longue, et l'avant-bras - avec un sac de sable. La jambe du côté de la paralysie (parésie) est pliée dans la bûche selon un angle de 15-20 0 (placez un coussin sous le genou), le pied - en position de flexion du dos selon un angle de 90 0 et maintenu dans cette position en vous appuyant sur le dos du lit ou en utilisant un cas particulier qui est placé pied et tibia.

La mise en position du côté sain s'effectue en donnant aux membres paralysés une posture de flexion. Le bras est fléchi au niveau de l'articulation de l'épaule et du coude, placé sur l'oreiller, la jambe fléchie au niveau de la hanche, du genou et de la cheville, placée sur l'autre oreiller. Si le tonus musculaire n’a pas encore augmenté, la position couchée sur le dos et le côté sain changent toutes les heures et demie à deux heures. En cas d'augmentation précoce et prononcée du tonus, le traitement de la position du dos dure 1,5 à 2 heures et celui du côté sain de 30 à 50 minutes.

Il existe d'autres options pour le style. J. Vantieghem et ses collaborateurs recommandent d'alterner la disposition des patients sur le dos, le côté sain et le côté paralysé.

Couché sur le dos: la tête du patient repose sur l'oreiller, il n'est pas nécessaire de plier le cou, les épaules sont soutenues par l'oreiller. La main paralysée repose sur l'oreiller à une courte distance du corps, tendue aux articulations du coude et du poignet, les doigts tendus. La cuisse de la jambe paralysée est non pliée et posée sur l'oreiller.

Couché sur le côté paralysé: la tête doit être dans une position confortable, le corps légèrement tourné et soutenu par des oreillers à l'arrière et à l'avant. La position du bras paralysé: il repose complètement sur la table de chevet, au niveau de l’articulation de l’épaule, il est plié de 90 ° et pivoté (rotation) vers l’extérieur, au niveau des articulations du coude et du poignet - aussi large que possible, les doigts sont également étendus et séparés. La position de la jambe paralysée: la cuisse est non pliée, au genou - légère flexion. Une main en bonne santé repose sur le coffre ou sur l'oreiller. Une jambe en bonne santé repose sur l'oreiller, légèrement pliée au niveau des articulations du genou et de la hanche (position de marche).

Couché du côté sain: la tête doit être dans une position confortable pour le patient sur la même ligne avec le corps légèrement tourné vers l’avant. La main paralysée repose sur l’oreiller, pliée au niveau de l’articulation de l’épaule selon un angle de 90 ° et étendue vers l’avant. La position de la jambe paralysée: légèrement pliée au niveau de l'articulation de la hanche et du genou, tibia et pied posés sur l'oreiller. Un bras en bonne santé est placé dans une position confortable pour le patient. Une jambe saine est pliée aux articulations du genou et de la hanche.

Lors du traitement avec une position, il est important que, du côté opposé, le bras entier et son articulation de l’épaule soient situés au même niveau dans le plan horizontal - ceci est nécessaire pour éviter que l’articulation de l’épaule ne soit tendue par la force du bras.

Les mouvements passifs améliorent la circulation sanguine dans les membres paralysés, peuvent réduire le tonus musculaire et stimuler l'émergence de mouvements actifs. Les mouvements passifs commencent par de grandes articulations des bras et des jambes, puis progressivement vers les plus petites. Les mouvements passifs sont effectués lentement (un rythme rapide peut augmenter le tonus musculaire), sans à-coups, sans mouvements brusques, tant du côté patient que du côté sain. Pour cela, un méthodologiste (une personne effectuant des activités de rééducation) embrasse d'une part un membre au-dessus de l'articulation, l'autre - au-dessous de l'articulation, puis effectue des mouvements dans cette articulation dans toute la mesure du possible. Le nombre de répétitions de chaque exercice est de 5 à 10 fois. Les mouvements passifs sont combinés à des exercices de respiration et à un entraînement du patient pour une relaxation musculaire active. Lorsque vous effectuez des mouvements passifs dans l'articulation de l'épaule, le risque de traumatisation des tissus périarticulaires est élevé. Il n'est donc pas nécessaire de procéder à une abduction nette du bras paralysé dans l'articulation de l'épaule, ainsi qu'à l'insertion précise du bras derrière la tête. Pour empêcher l'étirement de l'articulation de l'épaule, on utilise la méthode de «vissage» de la tête humérale dans la cavité articulaire: le méthodologiste fixe l'articulation de l'épaule d'une main, le bras du patient plié au niveau du coude et effectue des mouvements circulaires en exerçant une pression dans le sens de l'épaule.

Parmi les exercices passifs, il est nécessaire de distinguer l’imitation passive de la marche, qui sert à préparer le patient à une vraie marche: le méthodologiste, serrant le tiers inférieur des jambes des deux jambes pliées au niveau des articulations du genou, effectue leur flexion et extension alternatives au genou et à la hanche avec glissement simultané des pieds sur le lit.

Lors de l'exécution de mouvements passifs, il est important de supprimer les synkinésies (mouvements amicaux) des membres paralysés. Lorsqu’il effectue des exercices sur la jambe dans le but d’obstruer la synkinésie dans le bras parétique, il est demandé au patient de serrer les doigts en position de verrouillage, de serrer ses coudes avec ses mains. Pour éviter les mouvements amicaux de la jambe, lors de mouvements avec les mains, la jambe du côté de la parésie peut être fixée avec un longum.

Suivant les mouvements passifs à partir desquels commence la gymnastique thérapeutique, ils procèdent à des gestes actifs.

En l'absence de contre-indications, la gymnastique active commence par un AVC ischémique après 7 à 10 jours, puis par un AVC hémorragique - 15 à 20 jours après le début de la maladie. La principale exigence est un dosage strict de la charge et son augmentation progressive. La charge est mesurée par l’amplitude, la cadence et le nombre de répétitions des exercices, le degré de stress physique. Il existe des exercices statiques, accompagnés de tensions musculaires toniques, et des exercices dynamiques: ce sont des mouvements exécutés eux-mêmes. Avec une parésie prononcée, les exercices actifs commencent par ceux de nature statique, car ils sont plus faciles. Ces exercices consistent à maintenir les bras et les jambes dans leur position. Le tableau montre les exercices statiques.

Les exercices dynamiques sont effectués principalement pour les muscles dont le tonus n’augmente généralement pas: pour les muscles abducteurs de l’épaule, les appuis du cou-de-pied, les extenseurs de l’avant-bras, du poignet et des doigts, les abducteurs de la cuisse, les fléchisseurs de la jambe et du pied. Avec une parésie prononcée, commencez par des exercices idéomoteurs (le patient commence par imaginer le mouvement, puis essaie de le faire, prononce les actions effectuées) et par les mouvements dans des conditions allégées. Des conditions allégées impliquent l’élimination de la gravité et des frictions par divers moyens, ce qui rend difficile l’exécution de mouvements. Pour ce faire, des mouvements actifs sont effectués dans un plan horizontal sur une surface lisse et glissante, à l'aide d'un système de blocs et de hamacs, ainsi que l'aide d'un méthodologiste qui soutient les segments de membre situés au-dessous et au-dessus de l'articulation active.

À la fin de la période aiguë, la nature des mouvements actifs devient plus complexe, le rythme et le nombre de répétitions augmentent progressivement mais commencent sensiblement à commencer à réaliser des exercices pour le corps (virages faciles, flexions latérales, flexion et extension).

À partir de 8 à 10 jours (AVC ischémique) et de 3 à 4 semaines (AVC hémorragique) avec une bonne santé et un état de santé satisfaisant, le patient commence à apprendre à s'asseoir. Au début, 1 à 2 fois par jour pendant 3 à 5 minutes, il est aidé à prendre une position de demi-assise avec un angle d'atterrissage d'environ 30 °. Pendant plusieurs jours, en contrôlant le pouls, augmentez l'angle et le temps d'assise. Lors du changement de position du corps, le pouls ne devrait pas augmenter de plus de 20 battements par minute; si le rythme cardiaque est prononcé, réduisez l'angle d'atterrissage et la durée de l'exercice. Habituellement, après 3-6 jours, l'angle de montée est ajusté à 90 ° et la durée de la procédure peut aller jusqu'à 15 minutes, puis commencez à vous entraîner en position assise avec les jambes abaissées (le bras parétique est fixé avec un bandage à l'écharpe pour éviter d'étirer le sac à bandoulière articulaire). En position assise, une jambe saine est parfois placée sur la jambe parétique. C'est ainsi que l'on enseigne au patient la répartition du poids corporel du côté parétique.

Ensuite, ils commencent à apprendre à se tenir près du lit sur les deux jambes et alternativement sur une jambe saine et parétique (fixez l’articulation du genou du côté affecté à l’aide des mains du méthodiste ou des éclaboussures), puis marchez dans la pièce et dans le couloir avec l’aide d’un méthodologue. amélioration de la démarche - avec l'aide d'une béquille à trois supports, d'un bâton. Il est important que le patient développe le stéréotype correct de la marche, consistant en une flexion amicale des jambes aux articulations de la hanche, du genou et de la cheville. Des pistes sont utilisées à cet effet, et pour l'entraînement de la «triple flexion des jambes» sur le côté de la parésie, entre les empreintes de pieds des pieds sont installées des planches de bois de 5–15 cm de haut. La dernière étape de l'apprentissage de la marche consiste à entraîner les escaliers. Lors de la marche, le bras parétique du patient doit nécessairement être fixé à l'aide d'un bandage.

Les activités de rééducation en cours devraient avoir un effet de récupération maximal. Les réceptions des soins les plus doux se reflètent dans le tableau ci-dessous.