Combien d'années vivent après un pontage coronarien: recommandations postopératoires

Ce qui est une chirurgie de pontage cardiaque et pourquoi une telle chirurgie est nécessaire n’est pas connu de tous les gens qui vont pour cette opération. L’opération de pontage cardiaque a pour objectif principal d’améliorer l’approvisionnement en sang du myocarde et de réduire le risque de crise cardiaque. Le pontage coronarien contribue à augmenter la longévité et à l'améliorer.

A quoi sert l'opération?

Le stenting des vaisseaux cardiaques et le pontage coronarien sont les techniques les plus modernes pour restaurer la perméabilité des vaisseaux. Elles sont réalisées de différentes manières, mais ont un résultat tout aussi élevé.

Le manque d'oxygène dans l'athérosclérose peut entraîner une nécrose des tissus et entraîner un infarctus du myocarde à l'avenir. Par conséquent, en l'absence de l'effet du traitement médicamenteux, il est recommandé d'installer des shunts sur le cœur. La maladie ischémique, l'athérosclérose et l'anévrisme du myocarde peuvent servir d'indication à cette opération.

Cardiopathie ischémique

Un traitement tel que le pontage coronarien ne pose pas de danger pour la vie humaine et permet de réduire plusieurs fois le taux de mortalité par pathologie cardiovasculaire. Avant la chirurgie, le patient doit suivre une formation approfondie et passer les tests nécessaires.

Réduire le risque de complications pendant la chirurgie et dans la période postopératoire aidera à éliminer les facteurs négatifs: tabagisme, diabète, hypertension artérielle, etc. Les PAC sont pratiqués sur plusieurs navires à la fois ou sur un seul, en fonction de la pathologie. La technique de respiration spéciale, que le patient doit maîtriser avant même son opération, facilitera grandement la période de rééducation après un pontage coronarien.

La manœuvre des vaisseaux des membres inférieurs aide à rétablir la circulation sanguine en l'absence d'efficacité de la méthode de traitement standard. Étant donné que cette intervention chirurgicale est considérée comme la plus dangereuse et la plus difficile, un chirurgien professionnel doté d'un équipement moderne doit effectuer l'opération.

La rééducation après le pontage des vaisseaux du cœur dans les premiers jours a lieu dans l'unité de soins intensifs, de sorte qu'il est possible d'effectuer une réanimation d'urgence si nécessaire. La présence ou l’absence de conséquences négatives dépend de la quantité de patients à l’hôpital et de la récupération du corps. En outre, le processus de guérison dépend de l'âge du patient et de la présence d'autres maladies.

Conseil: fumer augmente le risque de développer une maladie coronarienne à plusieurs reprises. Par conséquent, vous pouvez vous débarrasser des complications après l’installation d’un pontage coronarien si vous cessez de fumer une fois pour toutes.

Combien d'années vivent après AKSH

Chaque patient veut savoir combien d'années il vit après un pontage, et ce qu'il faut faire pour prolonger sa vie. Après l'opération, la qualité de vie du patient change pour le mieux:

  • réduction du risque d'ischémie;
  • l'état général s'améliore;
  • la durée de la vie augmente;
  • risque de mortalité réduit.

Après un pontage coronarien, la plupart des gens peuvent continuer à vivre une vie normale pendant de nombreuses années.

Les patients après l'opération ont la possibilité de vivre une vie bien remplie. Selon les statistiques, chez presque toutes les personnes, un pontage coronarien aide à éliminer la réocclusion des vaisseaux sanguins. En outre, avec l'aide de l'opération, il est possible de se débarrasser de nombreuses autres violations qui étaient présentes auparavant.

Il est assez difficile de donner une réponse sans équivoque à la question du nombre d'années de vie après AKSH, car tout dépend d'indicateurs individuels. La durée de vie moyenne d'un shunt établi est d'environ 10 ans chez les patients âgés et un peu plus longue chez les patients plus jeunes. Après la date d'expiration, vous devrez effectuer une nouvelle opération en remplaçant les anciens shunts.

Il est à noter que ceux qui vivent après la mise en place d'un shunt aorto-coronaire se débarrassent d'une si mauvaise habitude, comme fumer, vivent beaucoup plus longtemps. Afin d’améliorer l’effet de l’opération et de prévenir les complications, le patient devra déployer un effort maximal. Lorsque le pontage coronarien est terminé, le médecin doit familiariser le patient avec les règles générales de comportement postopératoires.

Conseil: dans une certaine mesure, la réponse à la question de savoir combien d'années une personne vivra après l'opération dépend du patient. Le respect des recommandations générales contribuera à améliorer la qualité de vie et à prévenir les cardiopathies à répétition.

Recommandations

Le respect de toutes les ordonnances du médecin contribuera à raccourcir la période de rééducation et à prolonger la durée de vie du pontage artériel coronaire. Tout d'abord, les patients atteints de pathologies cardiaques ont besoin d'un programme de rééducation et d'un traitement en sanatorium spéciaux. Vous devriez également bien manger et suivre le régime recommandé.

Il est nécessaire de limiter la quantité d'aliments riches en calories dans le régime alimentaire et de réduire la quantité de sel dans les plats.

L'exclusion ou la limitation des graisses animales et des glucides aidera à éviter la formation de plaques d'athérosclérose. La base du menu devrait être composée d’aliments protéinés, de graisses végétales, de céréales, de légumes et de fruits.

Malgré l’installation du shunt, il est impératif de continuer à prendre les médicaments à la posologie indiquée par votre médecin pour réduire le risque de complications. De plus, les mauvaises habitudes sont complètement exclues: boire, fumer.

La tâche principale du patient qui subit une opération cardiaque est une récupération physique progressive et un retour à la vie. Choisissez un cours optimal d'exercice aidera le spécialiste en thérapie physique avec un cardiologue. Pour chaque patient, son propre ensemble d'exercices est sélectionné en tenant compte de son âge et de son état général.

À partir d'un traitement chirurgical, il est nécessaire d'abandonner les relations intimes. Habituellement, une telle pause dure environ 3 mois. Les premiers jours, il est recommandé d'éviter les activités sexuelles élevées et les positions où il y a une forte pression sur la poitrine.

Complications et leur traitement

En période postopératoire, il est très important de noter toutes les plaintes du patient et de prévenir en temps utile les conséquences négatives associées à la mise en place d'un shunt. À cette fin, les plaies sont traitées quotidiennement avec une solution antiseptique et un pansement aseptique est appliqué.

Dans certains cas, le patient peut développer une anémie, qui est la conséquence d'une perte de sang importante. Dans ce cas, il est recommandé de suivre un régime alimentaire riche en fer pour rétablir les taux d'hémoglobine. Si cela ne vous aide pas, le médecin vous prescrit des suppléments de fer.

Une activité motrice insuffisante peut entraîner une pneumonie. Pour sa prévention, on utilise des exercices de respiration et une thérapie physique.

Dans le domaine des sutures, un processus inflammatoire apparaît parfois associé à la réaction auto-immune du corps. Le traitement de cette pathologie consiste en un traitement anti-inflammatoire.

Rarement, des complications telles qu'une thrombose, une insuffisance rénale et une réparation insuffisante du sternum peuvent survenir. Dans certains cas, le patient ferme le shunt, l’opération n’ayant aucun effet, c’est-à-dire s'avère être inutile. Un examen complet du patient avant le traitement chirurgical aidera à prévenir le développement de ces problèmes dans la période postopératoire. Vous aurez également besoin de consulter périodiquement un médecin dès le départ de l'hôpital et de surveiller son état de santé.

De plus, des complications peuvent survenir si l'opération a été réalisée en présence de contre-indications directes. Ceux-ci incluent des lésions diffuses des artères coronaires, une pathologie cancéreuse, une maladie pulmonaire chronique et une insuffisance cardiaque congestive.

Pendant la période postopératoire, diverses complications peuvent survenir et affecter l’état ultérieur du patient. Le patient doit comprendre que sa santé est entre ses mains et qu'il se comporte correctement après l'opération. Seules l’élimination complète des mauvaises habitudes et l’élimination des facteurs négatifs peuvent affecter la qualité de la vie et la prolonger.

Ainsi, après avoir déréglé le cœur, une personne peut vivre longtemps si elle renonce à de mauvaises habitudes et suit les instructions de son médecin. Une bonne nutrition, des exercices et des exercices de respiration aideront à éviter les complications postopératoires.

Nous vous conseillons de lire: cautérisation du coeur

Comment éviter les complications après un pontage coronarien?

L’intervention chirurgicale la plus courante sur le cœur est un pontage coronarien. Son essence est de rétablir l'apport sanguin au coeur en évitant les vaisseaux affectés en utilisant la veine saphène de l'artère de la cuisse ou de l'épaule. Grâce à une telle opération, le bien-être du patient s’améliore de manière significative et sa vie est considérablement allongée, mais il convient également de prendre en compte un phénomène tel que les complications post-CABG.

Les cas de crise cardiaque et d'accident vasculaire cérébral sont récemment devenus assez fréquents chez les jeunes en raison de leur taux de cholestérol élevé et, par conséquent, de lésions vasculaires athéroscléreuses, que l'on retrouve presque toutes les secondes.

Risques pour AKSH

Le pontage coronarien est pratiqué par le patient uniquement dans des conditions vitales absolues. Parmi celles-ci, la complication physiologique de l'ischémie myocardique et le blocage des plaques athéroscléreuses des artères coronaires.

Même en dépit du fait qu’une telle opération est effectuée depuis assez longtemps et en grande quantité, ces manipulations sont encore assez difficiles et les complications qui s’ensuivent sont malheureusement très fréquentes.

Lors de toute opération, et avec les PAC, il existe un risque de complications que l’on peut qualifier de lourdes et légères. La condition principale du pontage coronarien est une indication médicale claire pour chaque patient.

Les complications sont le plus souvent observées chez les patients âgés, avec la présence de comorbidités multiples. Ils peuvent être précoces, se produire pendant la chirurgie ou quelques jours après, ainsi que tardivement, pendant la période de réadaptation. Les complications postopératoires peuvent se manifester du muscle cardiaque et des vaisseaux sanguins, ainsi que du site de la suture chirurgicale.

Les complications pouvant survenir le plus souvent lors d'une intervention chirurgicale:

  • augmentation de la température;
  • saignements;
  • infarctus du myocarde;
  • thrombose veineuse profonde;
  • péricardite;
  • l'arythmie;
  • embolie;
  • accident vasculaire cérébral
  • infection de la plaie;
  • ostéomyélite du sternum;
  • la médiastinite;
  • réactions névrotiques;
  • syndrome post-sternotomie.

Cependant, la fréquence des complications graves n’est pas supérieure à 1,5-2%. Le risque de complications augmente chez les patients présentant des comorbidités sévères, telles que le diabète sucré, l'artériosclérose cérébrale, l'insuffisance rénale et hépatique.

Une augmentation de la température dans la période postopératoire est observée chez chaque patient et peut être accompagnée d'une transpiration abondante. Cette condition peut continuer pendant 1-2 jours après la chirurgie.

Quelques groupes de complications possibles

Coeur et vaisseaux

Un infarctus du myocarde au cours de la période postopératoire est une complication grave pouvant entraîner la mort. Cette complication survient le plus souvent chez les femmes. Cela est dû au fait qu’ils présentent sur la table chirurgicale une maladie cardiaque environ 10 ans plus tard que les hommes, en raison de caractéristiques hormonales, et le facteur âge joue ici un rôle important. L'accident vasculaire cérébral survient en raison de l'apparition de microthrombus dans les vaisseaux au cours de l'opération.

La fibrillation auriculaire apparaît au moins aussi souvent qu'une complication. Cette condition s'accompagne de fréquents tremblements au lieu d'une contraction ventriculaire complète. En conséquence, on observe une forte réduction de l’hémodynamique, ce qui contribue au risque de formation de caillots sanguins. Pour la prévention de cette affection, les patients se voient prescrire des inhibiteurs β-bloquants, tant avant l'opération que pendant la période postopératoire.

La péricardite est une complication sous la forme d'une inflammation de la membrane séreuse du cœur. Cela peut être dû à l'apparition d'une infection secondaire, plus souvent chez les patients âgés, au système immunitaire affaibli.

Des saignements peuvent survenir en cas de coagulation du sang. Selon les statistiques, 2 à 5% des patients ayant subi un pontage coronarien peuvent se rallonger sur la table d’opération en raison d’un saignement ouvert.

Suture postopératoire

La médiastinite peut survenir pour la même raison que la péricardite, c'est-à-dire en raison de l'ajout d'une infection secondaire chez environ 1% des opérés. Une telle complication peut très souvent se produire chez les personnes atteintes de maladies chroniques telles que le diabète. Les autres complications incluent la suppuration de la suture chirurgicale, la fusion incomplète du sternum, la cicatrice chéloïde.

L'ostéomyélite du sternum après une chirurgie cardiaque est une maladie très grave pouvant survenir à la suite de la présence de bactéries dans le tissu osseux, le périoste et la moelle osseuse.

L'ostéomyélite post-opératoire du sternum, avec accès transsternal le plus souvent, est retrouvée dans 0,5 à 6,9% des cas. Dans le même temps, les cartilages des côtes avec le développement possible d'une médiastinite purulente et d'une septicémie peuvent être impliqués dans le processus purulent.

Les réactions névrotiques postopératoires se manifestent sous forme d'irritabilité, de troubles du sommeil, d'humeur instable, de peurs anxieuses pour le cœur. Les syndromes psychopathologiques les plus courants sont les syndromes d'hypochondrie et d'asthénie, la cardiophobie et l'état dépressif.

Les complications neurologiques sont des modifications neuropsychologiques qui ne peuvent être détectées que lors d'un examen spécifique. Chez les jeunes, il peut se développer dans 0,5% des cas, alors que chez une personne âgée de plus de 70 ans, il est retrouvé dans 5% des cas. Il convient également de mentionner des complications neurologiques telles que l'encéphalopathie, les troubles ophtalmologiques, les modifications du système nerveux périphérique.

Il convient de garder à l’esprit que, malgré le grand nombre de complications possibles, le nombre de résultats favorables est beaucoup plus élevé.

Prévention

Pour que les risques de complications soient minimes aujourd’hui, un nombre suffisant de mesures préventives sont prises, qui consistent à identifier les groupes à risque, à corriger la pathologie existante, à utiliser les technologies modernes lors du pontage coronarien et à contrôler la qualité de la santé du patient.

Pour consolider les résultats du traitement, il est recommandé de suivre un régime avec une teneur minimale en matières grasses d'origine animale. Il est très important d'effectuer des exercices physiques, en abandonnant les mauvaises habitudes. Les médicaments réguliers prescrits par un médecin aideront à améliorer l'état général.

La vie après la chirurgie

Le pontage coronarien est une raison sérieuse de réviser votre style de vie précédent. Afin de prolonger votre vie, il est très important d'abandonner complètement l'usage de boissons alcoolisées et de fumer. Ces mauvaises habitudes sont les principaux provocateurs de la récurrence de la maladie. Il est possible que la ré-opération ne réussisse plus avec un résultat positif.

C'est le cas lorsqu'il devient très important de choisir entre un mode de vie familier et un mode de vie sain. Un facteur important qui aide à éviter la ré-exacerbation de la maladie - un régime après avoir évité les vaisseaux du muscle cardiaque.

Si, après l'opération, le patient continue à mener une vie malsaine, alors la maladie va probablement se manifester à nouveau.

Tous les patients opérés devraient réduire leur consommation d'aliments saturés en graisses, leur consommation de sel et de sucre. Il est très important de surveiller strictement les fluctuations de poids. De grandes quantités de graisses et de glucides contribuent à l'obstruction des vaisseaux sanguins, augmentant le risque de réapparition de la maladie. Après l'opération, le slogan pour une personne devrait être la phrase «modération en tout»!

Il est extrêmement important de se rappeler que le pontage coronarien n’est pas une solution au problème sous-jacent, ni un traitement de l’athérosclérose. Après votre sortie de l'hôpital, vous devez suivre les recommandations du médecin, ne les négligez pas, suivez toutes les instructions du médecin et profitez du cadeau de la vie!

Complications après aksh

Le pontage coronarien existe depuis plus de 40 (50) ans. Dès le moment du premier AKSH, la technique de mise en œuvre a été considérablement améliorée, elle comporte plusieurs modifications différentes. Également amélioré l'équipement, les instruments, les matériaux de suture et plus. En général, on peut en conclure qu'aujourd'hui cette intervention a atteint le maximum de sécurité. Mais malgré cela, après le PAC, il y a souvent des complications - à la fois postopératoires précoces et distantes, tout aussi désagréables et extrêmement dangereuses.

Quelles sont ces complications et comment peuvent-elles être évitées?

Voulez-vous réduire le risque de complications après un pontage coronarien? Assurez-vous de subir une rééducation cardiovasculaire dans un sanatorium. Les techniques de santé les plus efficaces, des programmes de gestion individuels et la participation de spécialistes hautement qualifiés - au sanatorium "Barvikha". Détails ici et par téléphone. 8 (925) 642-52-86.

Saignement

Cela peut se produire de plusieurs heures à plusieurs jours après le pontage à cardiaques. Ce phénomène est le plus souvent dû aux particularités du corps du patient, à une diminution significative de la coagulation du sang sous l’action de médicaments, à une augmentation de la pression artérielle en période postopératoire, à l’effet de la circulation sanguine artificielle sur les propriétés sanguines pendant la chirurgie, etc.

Hypothétiquement, cela peut aussi être associé soit à l'imperfection de la technique opératoire, soit à la mauvaise gestion postopératoire du patient. Les deux sont pratiquement impossibles, car cette chirurgie est très grave, elle est pratiquée dans les meilleures cliniques et les meilleurs chirurgiens.

Il arrive parfois que cette complication se produise spontanément, malgré les conditions apparemment idéales pour l'opération et le traitement ultérieur.

Cependant, il ne faut pas avoir peur du saignement «d'avance»: si le patient suit toutes les recommandations du médecin en préparation à l'intervention et après, cela réduira le risque de trouble non seulement de la complication décrite, mais de beaucoup d'autres.

Thrombose vasculaire

Les shunts qui sont installés dans le cœur d'AKSH sont des autoartes ou auto-autons - les propres vaisseaux du patient prélevés dans d'autres parties du corps (les veines sont généralement prélevées aux extrémités inférieures, les artères de l'avant-bras). Une fois qu'une partie du vaisseau du membre est retirée, la circulation sanguine dans celui-ci peut être temporairement perturbée. De plus, l’intervention elle-même blesse les vaisseaux du site chirurgical. Dans ce contexte, une personne peut développer une thrombose. Le plus souvent, il se produit dans les veines profondes. 3-4 jours après la chirurgie, le patient commence à se plaindre de gonflement du membre inférieur de la part de l'opération et de douleur. La thrombose nécessite un traitement actif.

Dans la plupart des cas, les médecins peuvent prévenir le développement de thromboses vasculaires grâce à l'administration prophylactique de médicaments améliorant le flux sanguin.

Troubles du rythme cardiaque

La description de l’essence du PAC est assez simple: les chirurgiens doivent coudre «juste» une extrémité du shunt dans l’aorte, et l’autre dans le vaisseau coronaire en dessous du point de rétrécissement… Cependant, l’exécution de ces manipulations est un travail très fastidieux, qui dure plusieurs heures. En même temps, le corps du patient subit un stress énorme, semblable à celui provoqué par une blessure grave. Les chirurgiens font tout avec le plus grand soin possible. Toutefois, l’état du cœur et de son système conducteur peut souffrir de causes qui ne dépendent pas des compétences du médecin.

En conséquence, au début de la période postopératoire ou plus tard, une personne présente parfois divers troubles du rythme cardiaque. Selon le type et la gravité, ils peuvent nécessiter diverses mesures, allant de la prise de médicaments antiarythmiques à la cardioversion électrique.

Infarctus du myocarde

Il s'agit d'une complication très grave et extrêmement indésirable du pontage coronarien, qui, le cas échéant, se développe habituellement dans les premières heures ou les premiers jours suivant la chirurgie. Pourquoi une telle crise cardiaque survient-elle? En effet, l'opération améliore au contraire l'irrigation sanguine du myocarde!

Malheureusement, les patients qui se rendent à AKSH ont le plus souvent des problèmes non seulement dans un (deux, trois, etc.) vaisseaux dans lesquels des shunts sont installés. L'athérosclérose affecte toujours les autres parties du lit coronaire.

Immédiatement après l’intervention, malgré le traitement complet, la surveillance permanente de l’état de la personne et le contrôle opportun des symptômes «non planifiés», le chaos se crée dans le corps du patient. Les cellules qui provoquent une réaction inflammatoire sont activées, une tendance à la coagulation sanguine accrue se forme... Tout cela prédispose à l'athérothrombose (lésion des plaques d'athérosclérose et la croissance d'un caillot sanguin) dans les vaisseaux coronaires où elle n'était pas "attendue". De plus, la thrombose des shunts nouvellement installés est possible grâce aux mêmes mécanismes. Ainsi, en raison d’une perturbation marquée du flux sanguin dans les «anciens» ou les «nouveaux» vaisseaux cardiaques d’une personne, un infarctus du myocarde peut survenir.

Parfois, la maladie peut se développer pendant la chirurgie en raison d’un apport insuffisant de sang dans le myocarde.

Les conséquences de l'infarctus du myocarde pour un cœur récemment opéré sont beaucoup plus graves que pour un cœur non opéré. Pour cette raison, le patient doit non seulement s’appuyer sur le talent des médecins, mais aussi faire ses propres efforts pour réduire le risque de crise cardiaque: même avant l’opération, prenez vos médicaments régulièrement, selon les recommandations du médecin, arrêtez de fumer, contrôlez la pression, bougez conformément au régime prescrit, etc.

AVC

Si cela se produit, cela se produit à 38,3% le premier jour après la chirurgie et à 61,7% plus tard, au cours de la première semaine. Le développement d'un accident vasculaire cérébral est dans la plupart des cas associé à des effets indésirables sur l'état peropératoire du corps humain. Si la pression artérielle du patient était trop basse pendant l'opération et que le cerveau n'était pas suffisamment alimenté en sang, cela pourrait entraîner un accident vasculaire cérébral.

La condition initiale du patient peut également causer cette complication. Chez les patients atteints d'athérosclérose des artères coronaires, l'athérosclérose des vaisseaux cérébraux existe toujours en même temps. Dans ce cas, l'opération peut affecter négativement l'état de ce dernier et les modifications du corps décrites ci-dessus après un pontage cornéen peuvent provoquer une thrombose des artères cérébrales et un accident vasculaire cérébral.

Shunt rétrécissement

Cette complication est peut-être la plus fréquente de toutes. Il fait référence à la fin et est que la personne qui a subi une intervention chirurgicale, développe progressivement l'athérosclérose et la thrombose de shunts. Un patient sur cinq après un pontage a subi une réduction critique voire une fermeture des shunts dans l’année suivant l’opération, la majeure partie des autres patients étant retrouvée dans les 7 à 10 prochaines années. Ainsi, la "durée de conservation" de cette opération difficile et complexe, nécessitant une longue récupération, peut être inférieure à 10 ans.

Cette complication est l'une des rares. La probabilité de son développement dépend en grande partie du patient lui-même, non pas tant de l’état actuel de son corps, mais du comportement et de la justesse de la mise en œuvre des recommandations médicales.

Qu'est-ce qui détermine la probabilité de complications après un PAC?

Toutes les complications possibles du pontage coronarien n'étaient pas énumérées dans cet article. Parmi les plus précoces, il existe également une infection de la plaie opératoire, une médiastinite, une incohérence des sutures, etc., parmi les plus récentes - péricardite, formation de diastasis de sternum, etc. Cependant, les situations les plus fréquentes ont été soulignées ci-dessus.

Comme vous pouvez le constater, de nombreuses complications sont possibles, dont beaucoup mettent la vie en danger. Malheureusement, dans certains cas, ils entraînent la mort de patients. Selon les statistiques, la mortalité opérationnelle à AKSH est d'environ 3%. Compte tenu de l'ampleur de l'intervention elle-même et du fait que les personnes atteintes d'une maladie cardiaque grave évolutive sont admises à cette opération, on peut en conclure que ces chiffres ne sont pas si élevés. Cependant, personne ne voudrait entrer dans ces 3%...

Certains facteurs augmentent le risque de complications après un pontage coronarien, à la fois léger et grave. Lorsqu’il décide d’envoyer un patient sous PAC ou non, le cardiologue tient toujours compte de ces facteurs. Les voici:

Angor instable ou infarctus du myocarde récemment transféré. Ces conditions indiquent que le patient a déjà considérablement endommagé le cœur et ses vaisseaux, ce qui prédispose aux conséquences défavorables de l'opération. Lésions de l'artère coronaire gauche, dysfonctionnement ventriculaire gauche. Le ventricule gauche est la chambre cardiaque «principale», dont dépend principalement le fonctionnement du cœur. Avec sa défaite ou la détérioration de l’approvisionnement en sang, les risques de la chirurgie sont toujours plus élevés. Insuffisance cardiaque chronique sévère. Le patient est atteint d'athérosclérose des artères carotides et des vaisseaux périphériques (artères des reins, des membres inférieurs, etc.). Sexe féminin Le fait est que chez les femmes, l’athérosclérose et les maladies coronariennes se développent plus tard, ce qui signifie que les patients plus âgés qui présentent un plus grand nombre de comorbidités et un état de santé général dégradé se rendent à l’opération. La présence d'une maladie pulmonaire chronique. Le diabète. Insuffisance rénale chronique.

Réduire le risque de complications lors de la réadaptation cardiaque

La meilleure chose à faire est de prévenir le développement de la maladie coronarienne, de ne jamais savoir à propos du pontage coronarien et de ses complications. Toutefois, si la situation dans la vie d’une personne est telle qu’elle a besoin d’un PAC, il ne faut pas perdre de temps à se préoccuper du passé. Tout doit être mis en œuvre pour réduire les risques de complications et obtenir les meilleurs résultats de manœuvre.

Il est important qu’au moment de l’opération, le corps humain soit dans un état optimal. Par conséquent, les personnes qui doivent subir un PAC doivent suivre tous les conseils du médecin. Pour abandonner les mauvaises habitudes, prenez régulièrement des médicaments sur ordonnance, menez une vie correcte, etc. Assurez-vous d'informer le médecin à l'avance de la présence de maladies associées, d'allergies et d'autres problèmes de santé. Naturellement, il convient de faire très attention au choix de la clinique où le shunt sera effectué. Tout cela réduira le risque de complications pendant et immédiatement après la chirurgie.

Quand une personne sortira de l'hôpital, cela ne signifiera pas qu'il est désormais en parfaite santé. Il devra toujours prendre des médicaments, suivre un régime, faire de l'exercice, selon le mode recommandé. En outre, dans la période qui suit immédiatement la fin du traitement en hospitalisation, il est très important de subir une réhabilitation majeure dans un sanatorium. Là, le patient se verra proposer une liste de techniques médicales de restauration, de correction de thérapie, de formation au mode de vie après avoir subi un PAC. En conséquence, les effets suivants seront atteints.

Amélioration objective de la santé: rétablissement d'un myocarde normal et d'une circulation sanguine optimale, stabilisation de la pression artérielle, normalisation du taux de cholestérol, cicatrisation des plaies postopératoires, etc. Améliorer le bien-être et l'état psychologique d'une personne, l'émergence de la confiance en soi. Tolérance de charge accrue, expansion physique. Réduire le risque de complications, en particulier les shunts les plus insidieux - les rétrécissements. Cela permettra à une personne de mener une vie bien remplie et d’éviter le recours à un pontage coronarien.

Après avoir subi une intervention chirurgicale, le pontage aortique peut vivre plusieurs décennies, avec une bonne qualité de vie. L'essentiel est de surveiller en permanence votre santé et de suivre les recommandations médicales.

Le sanatorium "Barvikha" invite les patients à une réadaptation cardiaque après un pontage coronarien. En savoir plus sur le programme de réhabilitation après AKSH ici. Pour vous inscrire et poser des questions, vous pouvez appeler le 8 (925) 642-52-86.

Plus d'articles sur ce sujet:

Indications pour pontage coronarien (aksh). Régime alimentaire après maladie cardiaque. Espérance de vie après pontage cardiaque. Récupération après pontage coronarien.

Traitement de l'athérosclérose multiple par des médicaments. Cardiopathie ischémique chronique et ses causes. Infarctus du myocarde étendu et ses conséquences. Insuffisance cardiovasculaire. Angor stable.

L’intervention chirurgicale la plus courante sur le cœur est un pontage coronarien. Son essence est de rétablir l'apport sanguin au coeur en évitant les vaisseaux affectés en utilisant la veine saphène de l'artère de la cuisse ou de l'épaule. Grâce à une telle opération, le bien-être du patient s’améliore de manière significative et sa vie est considérablement allongée, mais il convient également de prendre en compte un phénomène tel que les complications post-CABG.

Les cas de crise cardiaque et d'accident vasculaire cérébral sont récemment devenus assez fréquents chez les jeunes en raison de leur taux de cholestérol élevé et, par conséquent, de lésions vasculaires athéroscléreuses, que l'on retrouve presque toutes les secondes.

Risques pour AKSH

Le pontage coronarien est pratiqué par le patient uniquement dans des conditions vitales absolues. Parmi celles-ci, la complication physiologique de l'ischémie myocardique et le blocage des plaques athéroscléreuses des artères coronaires.

Même en dépit du fait qu’une telle opération est effectuée depuis assez longtemps et en grande quantité, ces manipulations sont encore assez difficiles et les complications qui s’ensuivent sont malheureusement très fréquentes.

Lors de toute opération, et avec les PAC, il existe un risque de complications que l’on peut qualifier de lourdes et légères. La condition principale du pontage coronarien est une indication médicale claire pour chaque patient.

Les complications sont le plus souvent observées chez les patients âgés, avec la présence de comorbidités multiples. Ils peuvent être précoces, se produire pendant la chirurgie ou quelques jours après, ainsi que tardivement, pendant la période de réadaptation. Les complications postopératoires peuvent se manifester du muscle cardiaque et des vaisseaux sanguins, ainsi que du site de la suture chirurgicale.

Les complications pouvant survenir le plus souvent lors d'une intervention chirurgicale:

augmentation de la température; saignements; infarctus du myocarde; thrombose veineuse profonde; péricardite; l'arythmie; embolie; accident vasculaire cérébral infection de la plaie; ostéomyélite du sternum; la médiastinite; réactions névrotiques; syndrome post-sternotomie.

Cependant, la fréquence des complications graves n’est pas supérieure à 1,5-2%. Le risque de complications augmente chez les patients présentant des comorbidités sévères, telles que le diabète sucré, l'artériosclérose cérébrale, l'insuffisance rénale et hépatique.

Une augmentation de la température dans la période postopératoire est observée chez chaque patient et peut être accompagnée d'une transpiration abondante. Cette condition peut continuer pendant 1-2 jours après la chirurgie.

Quelques groupes de complications possibles

Coeur et vaisseaux

Un infarctus du myocarde au cours de la période postopératoire est une complication grave pouvant entraîner la mort. Cette complication survient le plus souvent chez les femmes. Cela est dû au fait qu’ils présentent sur la table chirurgicale une maladie cardiaque environ 10 ans plus tard que les hommes, en raison de caractéristiques hormonales, et le facteur âge joue ici un rôle important. L'accident vasculaire cérébral survient en raison de l'apparition de microthrombus dans les vaisseaux au cours de l'opération.

La fibrillation auriculaire apparaît au moins aussi souvent qu'une complication. Cette condition s'accompagne de fréquents tremblements au lieu d'une contraction ventriculaire complète. En conséquence, on observe une forte réduction de l’hémodynamique, ce qui contribue au risque de formation de caillots sanguins. Pour la prévention de cette affection, les patients se voient prescrire des inhibiteurs β-bloquants, tant avant l'opération que pendant la période postopératoire.

La péricardite est une complication sous la forme d'une inflammation de la membrane séreuse du cœur. Cela peut être dû à l'apparition d'une infection secondaire, plus souvent chez les patients âgés, au système immunitaire affaibli.

Des saignements peuvent survenir en cas de coagulation du sang. Selon les statistiques, 2 à 5% des patients ayant subi un pontage coronarien peuvent se rallonger sur la table d’opération en raison d’un saignement ouvert.

En raison de la perte de sang au moment de la chirurgie, tous les patients développent une anémie, qui ne nécessite pas de traitement spécial, car le taux d'hémoglobine dans le sang augmente s'il y a du boeuf et du foie.

Suture postopératoire

La médiastinite peut survenir pour la même raison que la péricardite, c'est-à-dire en raison de l'ajout d'une infection secondaire chez environ 1% des opérés. Une telle complication peut très souvent se produire chez les personnes atteintes de maladies chroniques telles que le diabète. Les autres complications incluent la suppuration de la suture chirurgicale, la fusion incomplète du sternum, la cicatrice chéloïde.

L'ostéomyélite du sternum après une chirurgie cardiaque est une maladie très grave pouvant survenir à la suite de la présence de bactéries dans le tissu osseux, le périoste et la moelle osseuse.

L'ostéomyélite post-opératoire du sternum, avec accès transsternal le plus souvent, est retrouvée dans 0,5 à 6,9% des cas. Dans le même temps, les cartilages des côtes avec le développement possible d'une médiastinite purulente et d'une septicémie peuvent être impliqués dans le processus purulent.

Avec une évolution longue de la maladie, cette condition peut entraîner une invalidité du patient, ce qui nécessite un traitement chirurgical répété. Cette opération implique le drainage et la désinfection des fuites purulentes lors de la médiastinite, ainsi que la résection du sternum avec du plastique avec du tissu local.

Les réactions névrotiques postopératoires se manifestent sous forme d'irritabilité, de troubles du sommeil, d'humeur instable, de peurs anxieuses pour le cœur. Les syndromes psychopathologiques les plus courants sont les syndromes d'hypochondrie et d'asthénie, la cardiophobie et l'état dépressif.

Les complications neurologiques sont des modifications neuropsychologiques qui ne peuvent être détectées que lors d'un examen spécifique. Chez les jeunes, il peut se développer dans 0,5% des cas, alors que chez une personne âgée de plus de 70 ans, il est retrouvé dans 5% des cas. Il convient également de mentionner des complications neurologiques telles que l'encéphalopathie, les troubles ophtalmologiques, les modifications du système nerveux périphérique.

Il convient de garder à l’esprit que, malgré le grand nombre de complications possibles, le nombre de résultats favorables est beaucoup plus élevé.

Prévention

Pour que les risques de complications soient minimes aujourd’hui, un nombre suffisant de mesures préventives sont prises, qui consistent à identifier les groupes à risque, à corriger la pathologie existante, à utiliser les technologies modernes lors du pontage coronarien et à contrôler la qualité de la santé du patient.

Pour consolider les résultats du traitement, il est recommandé de suivre un régime avec une teneur minimale en matières grasses d'origine animale. Il est très important d'effectuer des exercices physiques, en abandonnant les mauvaises habitudes. Les médicaments réguliers prescrits par un médecin aideront à améliorer l'état général.

La vie après la chirurgie

Le pontage coronarien est une raison sérieuse de réviser votre style de vie précédent. Afin de prolonger votre vie, il est très important d'abandonner complètement l'usage de boissons alcoolisées et de fumer. Ces mauvaises habitudes sont les principaux provocateurs de la récurrence de la maladie. Il est possible que la ré-opération ne réussisse plus avec un résultat positif.

C'est le cas lorsqu'il devient très important de choisir entre un mode de vie familier et un mode de vie sain. Un facteur important qui aide à éviter la ré-exacerbation de la maladie - un régime après avoir évité les vaisseaux du muscle cardiaque.

Si, après l'opération, le patient continue à mener une vie malsaine, alors la maladie va probablement se manifester à nouveau.

Tous les patients opérés devraient réduire leur consommation d'aliments saturés en graisses, leur consommation de sel et de sucre. Il est très important de surveiller strictement les fluctuations de poids. De grandes quantités de graisses et de glucides contribuent à l'obstruction des vaisseaux sanguins, augmentant le risque de réapparition de la maladie. Après l'opération, le slogan pour une personne devrait être la phrase «modération en tout»!

Il est extrêmement important de se rappeler que le pontage coronarien n’est pas une solution au problème sous-jacent, ni un traitement de l’athérosclérose. Après votre sortie de l'hôpital, vous devez suivre les recommandations du médecin, ne les négligez pas, suivez toutes les instructions du médecin et profitez du cadeau de la vie!

Complications du pontage coronarien

auteur: docteur Kochetkova Olga

Les maladies cardiovasculaires occupent depuis longtemps la première place en raison de la mortalité. Ne pas bien manger, sédentarité, mauvaises habitudes, tout cela a un effet négatif sur la santé du cœur et des vaisseaux sanguins. Les cas d'accidents vasculaires cérébraux et de crises cardiaques sont devenus monnaie courante chez les jeunes, une augmentation du taux de cholestérol et, par conséquent, des lésions vasculaires athéroscléreuses se retrouvent chez presque toutes les personnes. À cet égard, le travail chez les chirurgiens cardiaques est très important.

Le plus commun est peut-être le pontage coronarien. Son essence est de rétablir l'apport sanguin au muscle cardiaque, en contournant les vaisseaux affectés, et que la veine saphène de la cuisse ou de l'artère de la paroi thoracique et de l'épaule est utilisée à cette fin. Une telle opération peut améliorer considérablement le bien-être du patient et prolonger sa vie de manière significative.

Toute opération, en particulier cardiaque, présente certaines difficultés, à la fois dans la technique d'exécution, dans la prévention et le traitement des complications, et le pontage coronarien ne constitue pas une exception. L’opération, bien que pratiquée depuis longtemps et en grande quantité, est plutôt difficile et les complications qui s’ensuivent ne sont malheureusement pas si rares.

Le plus grand pourcentage de complications chez les patients âgés, avec la présence de nombreuses comorbidités. Ils peuvent être divisés en deux groupes: ceux qui sont apparus pendant la période périopératoire (directement pendant ou quelques jours après l'opération) et ceux qui sont apparus pendant la période de rééducation. Les complications postopératoires peuvent être divisées en deux catégories: du cœur et des vaisseaux sanguins et de la plaie chirurgicale.

Complications du coeur et des vaisseaux sanguins

Un infarctus du myocarde au cours de la période périopératoire est une complication grave qui entraîne souvent une issue fatale. Plus souvent, les femmes sont touchées. Cela est dû au fait que les représentants du beau sexe sont sur la table des chirurgiens avec une maladie cardiaque environ 10 ans plus tard que les hommes, en raison de la nature du contexte hormonal, et le facteur âge joue ici un rôle important.

L'accident vasculaire cérébral survient en raison d'une microthrombose des vaisseaux au cours d'une intervention chirurgicale.

La fibrillation auriculaire est une complication assez commune. Il s'agit d'une condition dans laquelle la contraction totale des ventricules est remplacée par leurs mouvements tremblants fréquents, ce qui a pour effet de perturber gravement l'hémodynamique, ce qui augmente le risque de thrombose. Pour la prévention de cette affection, des b-bloquants sont attribués aux patients, à la fois pendant la période préopératoire et postopératoire.

La péricardite est une inflammation de la membrane séreuse du cœur. Se produit en raison de l'apparition d'une infection secondaire, plus souvent chez les patients âgés et affaiblis.

Saignement en raison de troubles de la coagulation. Sur 2 à 5% des patients ayant subi un pontage coronarien, ils subissent une deuxième opération en raison d'un saignement ouvert.

Lisez les publications correspondantes sur les conséquences du pontage cardiaque de nature spécifique et non spécifique.

Complications de la suture postopératoire

La médiastinite et l'échec de la suture se produisent pour la même raison que la péricardite, chez environ 1% des opérés. Le plus souvent, ces complications se retrouvent chez les diabétiques.

Les autres complications sont: suppuration de la suture chirurgicale, adhésion incomplète du sternum, formation d'une cicatrice chéloïde.

Il est également nécessaire de mentionner les complications de nature neurologique telles que l'encéphalopathie, les troubles ophtalmiques, les lésions du système nerveux périphérique, etc.

Malgré tous ces risques, le nombre de complications est un nombre disproportionné de vies sauvées et de patients reconnaissants.

Prévention

Il faut se rappeler que le pontage d'arthroplastie n'élimine pas le problème principal, ne guérit pas l'athérosclérose, mais donne seulement une deuxième chance de réfléchir à son mode de vie, de tirer les bonnes conclusions et de commencer une nouvelle vie après un pontage.

En continuant à fumer, à manger des fast-foods et d’autres produits nocifs, vous allez très vite désactiver les implants et utiliser les chances qui s’offrent à vous pour rien. Plus de détails dans le matériel de régime après le pontage cardiaque.

Après sa sortie de l'hôpital, le médecin vous donnera sûrement une longue liste de recommandations, ne les négligez pas, suivez toutes les instructions du médecin et profitez du cadeau de la vie!

Après pontage chirurgical: complications et conséquences probables

Après la dérivation, l'état de la plupart des patients s'améliore dès le premier mois, ce qui permet de revenir à une vie normale. Mais toute opération, y compris le pontage coronarien. peut entraîner certaines complications, en particulier dans un organisme affaibli. La complication la plus terrible peut être considérée comme l’apparition de crises cardiaques après une chirurgie (chez 5 à 7% des patients) et la probabilité de décès qui y est associée, certains patients peuvent saigner, ce qui nécessitera une intervention diagnostique supplémentaire. La probabilité de complications et de décès est accrue chez les patients âgés, les patients atteints de pneumopathie chronique, de diabète, d’insuffisance rénale et de faible contraction du muscle cardiaque.

La nature des complications, leur probabilité est différente pour les hommes et les femmes d'âges différents. Chez les femmes, les cardiopathies ischémiques se développent à un âge plus avancé que celui des hommes, en raison d'un contexte hormonal différent, respectivement, et la chirurgie de pontage coronarien est effectuée selon les statistiques chez les patients âgés de 7 à 10 ans plus âgés que les hommes. Mais dans le même temps, le risque de complications augmente précisément en raison de l'âge avancé. Dans les cas où les patients ont de mauvaises habitudes (tabagisme), lorsque le spectre lipidique est perturbé ou en cas de diabète, la probabilité de développer un DHI à un jeune âge et la probabilité de pontage cardiaque augmentent. Dans ces cas, les comorbidités peuvent également entraîner des complications postopératoires.

Complications après CABG

L'objectif principal de la chirurgie de pontage coronarien est de changer qualitativement la vie du patient, d'améliorer son état et de réduire le risque de complications. Pour cela, la période postopératoire est divisée en étapes du traitement intensif dans les premiers jours après un pontage coronarien (jusqu'à 5 jours) et en phase de rééducation ultérieure (les premières semaines après l'opération, avant la sortie du patient).

État des shunts et du lit coronaire natif à divers moments après un pontage aortocoronarien

Etat des shunts mammarocoronaires à différents moments après la chirurgie Changements dans les shunts autovénéreux à des moments différents après la chirurgie

L’état des shunts mammarocoronaires à divers moments après un pontage coronarien

Ainsi, comme l’a montré l’analyse des études menées, l’utilisation du stenting dans le traitement endovasculaire des lésions multivasculaires réduit l’incidence des complications aiguës en période hospitalière. Contrairement aux angioplasties par ballonnet, les stents multi-vasculaires selon les études randomisées publiées ne s'accompagnent pas d'un développement plus fréquent de complications à l'hôpital par rapport au pontage coronarien.

Cependant, à des périodes éloignées du traitement, les récidives de l’angine de poitrine selon les résultats de la plupart des études sont plus souvent observées après une implantation endovasculaire de stents plutôt qu’après un pontage. Dans la plus grande étude BARI, la récidive de l'angine de poitrine à long terme après angioplastie était de 54%, l'utilisation des stents dans le registre dynamique (étude continue) réduisait la fréquence de récidive de l'angine de poitrine à 21%. Cependant, ce chiffre était encore significativement différent de celui des patients opérés - 8% (p

Comment et quand un pontage coronarien est-il pratiqué?

En pratique cardiaque, certains patients subissent un pontage coronarien. C'est une méthode chirurgicale de traitement, qui est souvent utilisée pour diverses maladies cardiaques (thrombose, infarctus du myocarde). Cette mesure radicale n’est organisée que dans les cas graves en l’absence d’effet du traitement conservateur.

Le shunt est une manipulation effectuée dans le service de chirurgie dans lequel le flux sanguin dans les vaisseaux du cœur est rétabli. Pour cela, des shunts sont utilisés. Avec leur aide, il est possible de contourner la partie rétrécie du navire. Les vaisseaux sanguins de la personne (veine saphène ou artère thoracique interne) sont le plus souvent utilisés en dérivation. Dans la plupart des cas, une telle opération est organisée en présence d'une maladie coronarienne.

Cette maladie est causée par une circulation sanguine altérée dans les artères coronaires qui alimentent le cœur lui-même. Sur fond de manque d'oxygène se développe une ischémie. Cela se manifeste le plus souvent par une attaque d'angine de poitrine. Dans les cas plus graves, un infarctus aigu du myocarde se développe.

AKSH a ses propres indications et contre-indications. Il y a 3 lectures absolues pour lesquelles cette manipulation est effectuée:

  • rétrécissement de la lumière de l'artère coronaire gauche de plus de 50%;
  • sténose totale des artères coronaires de plus de 70%;
  • rétrécissement prononcé de l'artère interventriculaire dans la région proximale en association avec deux sténoses d'autres artères du cœur.

Il existe un certain nombre de conditions pathologiques dans lesquelles une dérivation est recommandée. Ce groupe comprend l'angine de poitrine sévère, non médicamenteuse, la coagulation du thrombus proximal de l'artère coronaire, l'angine de poitrine des 3e et 4e classes fonctionnelles, le syndrome coronaire aigu (angor instable), l'ischémie aiguë après angioplastie ou stent, l'infarctus du myocarde, la maladie cardiaque prononcée - test avant toute intervention chirurgicale, forme d'œdème pulmonaire ischémique.

Les indications incluent un rétrécissement du tronc de l'artère coronaire gauche de 50% ou plus, une lésion trivasculaire. Le shunt constitue souvent une mesure supplémentaire lors des interventions sur les valvules cardiaques, le défaut septal ventriculaire et l’anévrisme. La dérivation ne doit pas être réalisée avec une lésion totale de tous les vaisseaux coronaires, avec une diminution de l'émission sanguine du ventricule gauche à 30% ou moins et une insuffisance cardiaque congestive. Une telle opération est contre-indiquée dans les cas d'insuffisance rénale, de maladies pulmonaires graves et de pathologie oncologique. Il est dangereux de faire des manœuvres à un âge avancé.

Il y a 4 types principaux d'AKSH:

  • par type de circulation sanguine artificielle;
  • sans elle
  • shunt sur le coeur, qui bat dans des conditions de circulation sanguine artificielle;
  • shunt sur le fond de l'angine sévère, limitant l'activité humaine.

Pendant l'opération, des greffes naturelles et artificielles sont utilisées. Le shunt est une opération microchirurgicale, car le médecin travaille avec de petites artères d'un diamètre de 1-2 mm. La procédure nécessite l'utilisation de boucles binoculaires spéciales. Au lieu de cela, vous pouvez utiliser un microscope opératoire.

Une anesthésie générale est requise. Une anesthésie épidurale peut être nécessaire dans le cas d’un cœur rétréci. Assurez-vous de faire une incision dans le sternum et d'ouvrir le coffre. Cette procédure dure de 2 à 6 heures, en fonction du degré d'obstruction des artères coronaires. En parallèle, la greffe est prise.

Après cela, la canulation est effectuée et des shunts sont appliqués. Ne pas oublier les mesures de sécurité. Assurez-vous de prévenir les embolies. Lors du shunt, superposez d'abord les anastomoses distales puis proximales. Après la phase principale du travail, la circulation sanguine artificielle est désactivée. Ensuite, la décanulation est organisée.

L'incision dans le sternum est suturée. Tout le liquide est aspiré du sac péricardique. Le pontage coronarien nécessite le travail de toute une équipe de spécialistes (médecin, assistante, anesthésiste, infirmière). Manipuler sans circulation artificielle a ses avantages. Ceux-ci incluent la faible invasion des cellules sanguines, la durée plus courte de l'opération, le risque moins élevé de complications et la rééducation plus rapide du malade.

Pendant un certain temps, les personnes ayant subi une manœuvre se trouvent dans l'unité de soins intensifs. Beaucoup d'entre eux sont connectés à un ventilateur. Cette période peut durer jusqu'à 10 jours. Toutes les activités de réadaptation sont divisées en primaire et secondaire. La rééducation primaire est organisée dans l'enceinte de l'hôpital.

Après une personne qui respire de manière autonome, des exercices de respiration sont nécessaires. C'est nécessaire pour prévenir la stagnation dans les poumons. Le traitement des plaies postopératoires est tout aussi important. Le traitement et l'habillage sont requis. Les blessures guérissent en 1-2 semaines. Les os du sternum grossissent ensemble pendant 4 à 6 mois.

Ils sont fixés avec des coutures spéciales en métal. Après la chirurgie, il est recommandé de porter un bandage. Il est interdit de se laver au cours des 2 premières semaines, car l’infection des plaies postopératoires est possible. La période de rééducation implique un régime. Cela est nécessaire car le shunt est caractérisé par une perte de sang assez importante. Avec le développement de l'anémie, le régime devrait être enrichi d'aliments riches en fer (viande, foie et autres sous-produits).

La prévention de la thrombose pulmonaire et de l’embolie pulmonaire est un aspect important de la période postopératoire.

Tous les opérateurs doivent porter des tricots de compression (bas élastiques). À l'étape suivante de la rééducation, il est nécessaire d'augmenter l'activité motrice. Il est recommandé aux patients de se rendre au sanatorium ou de se détendre à la mer. Après quelques mois, des tests de résistance sont effectués pour évaluer le fonctionnement du cœur et l'état du flux sanguin.

Des tests d’ergométrie ou de tapis de course sont organisés. Si vous ne suivez pas les recommandations du médecin dans la période postopératoire, une rechute est possible (apparition de nouvelles plaques athéroscléreuses et blocage des artères). La deuxième opération peut être contre-indiquée pour ces patients. En l'absence de symptômes d'angine de poitrine, une personne doit augmenter progressivement la charge motrice. Au début, il est recommandé de marcher jusqu’à 1000 m puis de l’augmenter. Après un pontage coronarien sur un cœur en travail, le risque de complications est moindre.