Anatomie de l'artère carotide interne et externe

L'artère carotide est le plus grand vaisseau du cou responsable de l'irrigation sanguine de la tête. Par conséquent, il est essentiel de reconnaître à temps toutes les conditions pathologiques congénitales ou acquises de cette artère afin d’éviter des conséquences irréparables. Heureusement, toute la technologie médicale avancée à cet égard existe.

Le contenu

L'artère carotide (lat. Arteria carotis communis) est l'un des vaisseaux les plus importants alimentant les structures de la tête. Il en résulte que les artères cérébrales constituent le cercle des pèlerins. Il se nourrit de tissu cérébral.

Localisation anatomique et topographie

L'endroit où l'artère carotide est située sur le cou est la surface antérolatérale du cou, directement sous ou autour du muscle sternocléidomastoïdien. Il est à noter que l'artère carotide commune gauche (carotidienne) gauche se branche immédiatement de l'arc aortique, tandis que celle de droite provient d'un autre grand vaisseau - une tête brachiale qui quitte l'aorte.

L'emplacement de l'artère carotide commune

La région des artères carotides est l'une des principales zones réflexogènes. À la place de la bifurcation se trouve le sinus carotidien - un enchevêtrement de fibres nerveuses avec un grand nombre de récepteurs. Lorsque vous appuyez sur cette touche, la fréquence cardiaque ralentit et un arrêt cardiaque peut survenir.

Note Parfois, pour arrêter les tachyarythmies, les cardiologues appuient sur l'emplacement approximatif du sinus carotidien. De ce rythme devient moins fréquent.

Topographie des sinus et des nerfs par rapport aux artères carotides

Bifurcation de l'artère carotide, c'est-à-dire sa division anatomique en externe et interne, peut être localisée de manière topographique:

  • au niveau du bord supérieur du cartilage thyroïdien laryngé (version «classique»);
  • au niveau du bord supérieur de l'os hyoïde, juste en dessous et en avant de l'angle de la mâchoire inférieure;
  • au niveau du coin arrondi de la mâchoire inférieure.

Plus tôt, nous avions parlé d'un blocage de l'artère coronaire et recommandé d'ajouter cet article aux signets.

C'est important. Ce n'est pas une liste complète des sites de bifurcation possibles a. carotis communis. L'emplacement de la bifurcation peut être très inhabituel - par exemple, sous l'os mandibulaire. Et il ne peut y avoir de bifurcation du tout lorsque les artères carotides internes et externes se détachent immédiatement de l'aorte.

Schéma de l'artère carotide. Version "classique" de la bifurcation

L'artère carotide interne nourrit le cerveau, l'artère carotide externe - le reste de la tête et la surface antérieure du cou (la région orbitale, les muscles masticateurs, le pharynx, la région temporale).

Variantes de branches des artères alimentant les organes du cou de l'artère carotide externe

Les branches de l'artère carotide externe sont représentées par:

  • l'artère maxillaire (de 9 à 16 artères en partent, y compris l'artère palatine descendante, l'artère infraorbitale, alvéolaire, la méningée moyenne, etc.);
  • artère temporale superficielle (fournissant du sang à la peau et aux muscles de la région temporale);
  • l'artère ascendante pharyngée (le nom indique clairement quel organe lui fournit du sang).

Étudiez également le sujet du syndrome de l'artère vertébrale en plus de l'article actuel.

Anatomie de l'artère carotide

L'artère carotide commune droite (a. Carotis communis dextra) part du tronc brachio-céphalique (thruncus brachiocephalicus) et l'artère carotide commune gauche (a. Carotis communis sinistra) de l'arc aortique. À cet égard, l'artère carotide commune gauche est 2,5 à 3 cm plus longue que celle de droite et, au niveau des articulations sterno-claviculaires, les artères carotides communes s'étendent jusqu'au cou. Sur le cou, les artères sont situées dans le grand interstice interfascial, délimité à partir du côté médial de la trachée et de l'œsophage, par l'arrière - par l'aponévrose prévertébrale et par le muscle scalène antérieur (m. Scalenus antérieur), latéralement et à l'avant - par le muscle sternocléidomastoïdien (m. Sternocleidomastoideus).

Sur le cou, les artères carotides communes sont situées dans le faisceau neurovasculaire, qui comprend, en plus de l'artère carotide commune, la veine jugulaire interne (v. Jugularis interna), le nerf vague (n. Vagus). La feuille pariétale du quatrième fascia du cou forme le vagin du faisceau neurovasculaire, qui se connecte aux processus transversaux des vertèbres. Le vagin du faisceau neurovasculaire commence au niveau du bord supérieur du médiastin antérieur et atteint la base du crâne. À l'intérieur du vagin, des septa du tissu conjonctif divisent l'artère, la veine et le nerf. En conséquence, chacun des éléments de la poutre a son propre boîtier fascial. Le nerf vague passe dans le tissu du lit vasculaire entre les gaines fasciales de l'artère et de la veine.
Le tronc sympathique marginal touche la paroi postérieure du lit vasculaire, séparé de celui-ci par le fascia prévertébral (fascia praevertebralis).

En règle générale, l'artère carotide commune ne donne pas de branches, mais dans certains cas (en particulier avec une variante élevée de la bifurcation), l'artère thyroïdienne supérieure (a. Thyreoidea superior) peut s'étendre de 0,2 à 1,5 cm au-dessous de la bifurcation.

Au niveau du bord supérieur du cartilage thyroïdien, l'artère carotide commune est divisée en deux branches: les artères carotides internes et externes (a. Carotis interna et a. Carotis externa). Moins fréquemment, la bifurcation de l'artère carotide commune a une position plus haute ou plus basse et se situe au niveau de III, IV ou VI des vertèbres cervicales. L'angle de division de l'artère carotide commune varie de 2 à 74 °. La bifurcation de l'artère carotide commune peut être située dans les plans frontal ou sagittal ou dans un plan proche d'eux.

Dans la zone de bifurcation, l'artère carotide commune forme une expansion semblable à une ampoule, appelée sinus endormi (bulbus caroticus, sinus caroticus). Le sinus carotidien contient des récepteurs récepteurs: l'irritation des terminaisons nerveuses du sinus carotidien réduit la pression artérielle et ralentit la contraction du cœur.

Ici, dans la région de la bifurcation de l'artère carotide commune, un glomus assoupi (glomus caroticum) (glande carotide, anneau inter-sommeil) est situé sur sa surface postéro-médiale au site de décharge de l'artère carotide interne. C'est une petite formation plate de 2,5 mm de long et de 1,5 mm d'épaisseur, fermement liée à la paroi du vaisseau par le tissu conjonctif. Dans sa fonction, le glomus endormi est un organe sensoriel spécifique contenant des chimiorécepteurs vasculaires qui répondent aux changements de la composition chimique du sang et participent ainsi à la régulation du système cardiovasculaire.

Les nerfs du nerf glossopharyngé (n. Glossopharyngeus), du nerf vague et du tronc sympathique correspondent au sinus carotidien et au glomus carotidien. La branche du nerf glossopharyngé du sinus carotidien est appelée nerf sinusal. Il existe de nombreuses connexions entre ces nerfs. Dans le même secteur, le nerf dépresseur de Zion se ramifie également.
Dans l'ensemble, les corps du sinus et de la carotide, ainsi que les nerfs qui leur conviennent, forment une zone réflexogène qui joue un rôle important dans la régulation de la circulation sanguine.

Au-dessus de la bifurcation de l'artère carotide commune, l'artère carotide interne s'écarte latéralement et postérieurement et passe dans le tissu paravertébral jusqu'à l'ouverture externe du canal de la carotide (foramen caroticum externum). L'artère carotide externe va vers l'intérieur et vers le haut, avec une légère rotation dans la direction médiale.

L'artère carotide interne (a. Carotis interna) est la plus grande branche de l'artère carotide commune. L'artère carotide interne peut être divisée en deux sections: cervicale et intracrânienne. Dans la région intracrânienne de l'artère carotide interne, on distingue les parties intra-osseuse, caverneuse et intradurale.

La région cervicale de l'artère carotide interne ne donne pas de branches. Par l’ouverture externe du canal carotidien, l’artère carotide interne pénètre dans le canal endormi (canalis caroticum) et, par son ouverture interne, dans la cavité crânienne. Directement à la sortie du canal carotidien, l'artère carotide interne est entourée par le sinus veineux caverneux (sinus cavernosus). Après avoir quitté le canal carotidien, l'artère carotide interne forme un coude en forme de S (siphon) et traverse la dure-mère dans l'espace sous-dural situé derrière l'ouverture interne du canal optique, latérale au nerf optique. De la partie convexe de la courbe de l'artère carotide interne, l'artère oculaire prend naissance (a. Ophtalmique). En entrant dans l'espace sous-dural, l'artère carotide interne située au bord intérieur du processus sphénoïdal antérieur se scinde en deux branches: l'artère cérébrale antérieure (a. Cerebri antérieur) et l'artère cérébrale moyenne (a. Cerebri media). La longueur de l'artère carotide interne cervicale chez l'adulte est de 10–11 cm, la partie intra-osseuse de 4–5 cm, la partie caverneuse de 5 cm, la partie intradurale de 1 cm.

L'artère carotide externe est la deuxième branche de l'artère carotide commune, qui, comparée à l'artère carotide interne, a un diamètre plus petit. Cependant, son diamètre dans la partie initiale peut être plus grand que le diamètre de l'artère carotide interne. L'artère carotide externe donne 9 branches, dont 6 au-dessous de l'abdomen postérieur du muscle digastrique (M. Digastricus) et trois branches au-dessus de ce muscle. Au niveau ou au-dessus de la bifurcation, l'artère thyroïdienne supérieure part de l'artère carotide externe. Au-dessus de la corne de l'os hyoïde, l'artère linguale (a. Lingualis) et l'artère faciale (a. Facialis) s'étendent en avant et l'artère postérieure de l'artère occipitale (a. Occipitalis). Au niveau distal, l'artère auditive postérieure (a. Auricularis postérieur) et l'artère sternocléidomastoïdienne (a. Sternocleidomastoidea) sont originaires. Dans la partie initiale de l'artère carotide externe ou légèrement au-dessus, l'artère pharyngienne ascendante part (a. Pharyngea ascendens). Au niveau du cou mandibulaire, l'artère carotide externe est divisée en deux branches terminales - l'artère maxillaire (a. Maxillaris) et l'artère superficielle temporale (a. Temporalis superficialis).

Les artères carotides ont une relation complexe avec les structures environnantes. Ainsi, la région de l'artère carotide commune gauche, située dans la cavité thoracique, est bordée devant la veine brachio-céphalique gauche (v. Brachiocephalica sinistra). L'artère sous-clavière (a. Subclavia) est adjacente à la foliole médiastinale de la plèvre. La trachée est située en dedans, plus haut et un peu en arrière de cette partie de l'artère.

Sur le cou, l'artère carotide commune est recouverte à l'avant du bord antérieur du muscle sternocléidomastoïdien. Cependant, un développement anatomique est également possible, dans lequel le muscle sternocléidomastoïdien ne couvre que le tiers inférieur de l’artère carotide commune ou ne le couvre pas du tout. Entre ce muscle et l'artère dans la partie inférieure du cou se trouvent l'abdomen supérieur du muscle scapulo-hypoglosse (M. Omohyoideus), le muscle sterno-thyroïdien (M. Sternothyreoideus) et le muscle sterno-hypoglosse (M. Sternohyoideus).

Sur la paroi antérieure de l'artère, la branche inférieure de l'anse cervicale, la radix inférieure ansae cervicalis, formée dans la direction oblique, est formée par les branches antérieures des nerfs cervicaux I - III. La branche inférieure de la boucle cervicale se raccorde à la branche supérieure (radix supérieure) de la boucle cervicale partant du nerf hypoglossal, ce qui conduit à la formation de l'anse cervical.

Dans son tiers médian (avant la bifurcation), l'artère carotide commune n'est couverte antérieurement que par l'aponévrose. Légèrement en dessous de la bifurcation de l'artère, la veine faciale commune (v. Facialis communis) et la veine thyroïdienne supérieure (v. Thyreoidea superior) s'écoulent dans la bouche commune ou séparément dans la veine jugulaire interne (v. Jugularis interna), le long de sa face antérieure.

Derrière l'artère carotide commune adjacente au fascia prévertébral. Derrière elle se trouvent les muscles scalènes avant et moyens (m. Scalenus antérieur et médius), le muscle long du cou (t. Longus colli) et le tronc sympathique.

Dans la partie inférieure du cou, l'artère carotide commune se situe devant l'artère vertébrale (a. Vertebralis), qui pénètre dans l'ouverture du processus transverse de la vertèbre cervicale VI.
Derrière l'artère carotide commune, au point d'entrée de l'artère vertébrale dans l'ouverture de l'apophyse transverse, se trouve l'artère thyroïdienne inférieure (a. Thyroïdienne inférieure), qui est une branche du tronc thyroïdien (truncus thyreocervicalis). À gauche, derrière l'artère carotide commune, légèrement plus basse que l'artère thyroïdienne inférieure, le canal lymphatique thoracique (ductus thoracicus) passe à la place du confluent des veines sous-clavières et jugulaires internes gauches (angle veineux).

Le lobe de la glande thyroïde se situe à l’arrière de l’artère carotide commune, qui sépare l’artère de l’oesophage et de la trachée cervicales.

La région de la bifurcation de l'artère carotide commune du côté médial est adjacente au larynx, derrière le muscle scalène moyen (m. Scalenus medius). La veine jugulaire interne (v. Jugularis interna) passe latéralement et un peu en avant de la bifurcation. Le nerf vague passe le long de la surface latérale de l'artère.
Ensuite, l'artère passe sous le processus styloïde et m. stylopharyngeus à l’ouverture externe du canal carotidien.

En dessous de l'abdomen postérieur du muscle digastrique, l'artère est recouverte du bord antérieur m. sternocleidomastoideus.
Entre le bord inférieur de l'abdomen postérieur du muscle digastrique et la bifurcation de l'artère carotide commune, la face antérieure de l'artère carotide interne croise le nerf hypoglossal (n. Hypoglossus), l'artère sternocléidomastoïdienne, l'artère occipitale et au-dessus de l'artère postéreuse.

Le nerf glossopharyngé se trouve sous le muscle stylo-sublingual et sur la surface antérieure de l'artère carotide interne (n. Glossopharyngeus).

Dans l'intervalle entre les nerfs hypoglossal et glossopharyngé, le plexus pharyngé antérieur est situé devant l'artère carotide interne, constituée de fibres sensorielles (du nerf glossopharyngé), motrices (du nerf vague) et végétatives (du tronc sympathique et du nerf vague).

Entre la partie initiale de l'abdomen postérieur du muscle digastrique et la partie supérieure du muscle sternocléidomastoïdien, le tronc du nerf facial (n. Facialis) passe le long de la surface antérieure de l'artère carotide interne. La branche marginale de la mâchoire inférieure (ramus marginalis mandibulae) s'en écarte vers la mâchoire inférieure.

La paroi postérieure de l'artère carotide interne est située à 1-2 cm au-dessus de la bouche et adjacente, en traversant l'artère, la branche du nerf vague - le nerf laryngé supérieur (n. Laryngeus superius). Sa position varie: le nerf peut passer derrière l'artère carotide commune, et parfois il traverse l'artère carotide interne très haut au niveau du plexus pharyngé.

Devant l’artère carotide interne, de nombreuses veines de calibre différent s’écoulent dans la veine jugulaire interne.

Au niveau II et, en partie, III, des vertèbres cervicales, derrière l’artère carotide interne et médialement depuis le nerf vague, se trouve le ganglion sympathique cervical supérieur (ganglion cervicale supérieur). Les branches de la partie supérieure du nœud (n. Carotis internus) se forment autour de l'artère carotide interne du plexus (plexus caroticus internus et plexus cavernosus), qui s'étendent le long de l'artère jusque dans la cavité du crâne.

Artère carotide: caractéristiques et maladies possibles

L'aorte endormie est un gros vaisseau de type musculo-élastique. Il fournit une nutrition aux parties importantes du corps, telles que la tête et le cou. Les performances du cerveau, ainsi que des organes tels que les yeux, la glande thyroïde, la langue, la glande parathyroïde, dépendent du flux sanguin de l'artère carotide.

Quelle est l'artère carotide et ses caractéristiques générales

Les artères et les veines jouent un rôle très important dans le corps humain. Avec leur aide, le sang est transporté, ce qui inclut une grande quantité d'oxygène. Les artères carotides fournissent une performance complète de tous les organes qui se trouvent sur la tête.

Les artères sont des vaisseaux qui, lorsqu'ils sont pincés, sont privés d'oxygène. L'anatomie de l'artère est assez complexe. Il existe des aorte interne et externe. Ils se caractérisent également par la présence du nerf vague et du nerf hypoglossal. Selon les experts, environ combien de personnes ont des artères carotides. Il existe une aorte commune qui remplit toutes les fonctions de base. Feuilles internes et externes de cette aorte. Il y a trois artères carotides communes dans le cou.

Fonction carotidienne

Les fonctions de l'artère carotide humaine consistent à assurer un flux sanguin inversé. Si la branche vertébrale se rétrécit, les veines et l'artère commencent à pomper le sang de manière beaucoup plus intense. Merci à l'artère carotide élimine la possibilité de manque d'oxygène.

Les artères et les veines ont des différences. Chez l’homme, l’artère carotide est caractérisée par une forme cylindrique régulière et une section circulaire. Les veines sont caractérisées par un aplatissement, ainsi que par une forme sinueuse, ce qui s'explique par la pression d'autres organes. Une caractéristique distinctive n'est pas seulement la structure, mais aussi la quantité. Il y a plus de veines dans le corps humain que les artères.

L'aorte diffère selon l'endroit. Ils se trouvent profondément dans les tissus et les veines - sous la peau. L'aorte fournit du sang aux organes mieux que la veine. Le sang artériel se caractérise par la présence dans sa composition d'une grande quantité d'oxygène, de sorte qu'il a une couleur écarlate. Le sang veineux comprend les produits de décomposition, il est donc caractérisé par une nuance plus foncée. Avec l'aide des artères, le sang est transporté du cœur vers les organes. Les veines transportent le sang vers le coeur.

Les parois des artères sont caractérisées par un niveau d'élasticité supérieur à celui des parois des veines. Le mouvement du sang dans l'aorte s'effectue sous pression, car il est expulsé par le sang. L'utilisation de veines est effectuée pour le prélèvement de sang en vue de tests ou de l'administration de médicaments. L'aorte n'est pas utilisée à cette fin.

Artère carotide pourquoi ainsi appelé?

À propos de pourquoi l'artère carotide s'appelle la carotide, demande un grand nombre de personnes. Lorsque vous appuyez sur l’artère carotide, ses récepteurs réduisent activement la pression. Cela est dû au fait que la pression sur les récepteurs est perçue comme une augmentation de la pression. Du côté du cœur, il y a des violations sous la forme d'un ralentissement du rythme cardiaque. En pressant les navires ont observé le développement de manque d'oxygène, ce qui conduit à l'apparition de la somnolence. Les spécialistes qui ont déterminé ce qu'est l'aorte et ses fonctions lui ont donné ce nom.

Si la paroi veineuse est comprimée, la personne ne tire pas pour dormir. Si l’aorte subit une influence mécanique prolongée, elle peut désactiver la conscience. Dans certains cas, le décès est diagnostiqué. C'est pourquoi il est strictement interdit de vérifier le fonctionnement de l'aorte à cause de sa curiosité. Tout le monde devrait connaître l'emplacement de l'aorte, car ces informations sont nécessaires à la fourniture des premiers secours.

Que se passe-t-il si vous appuyez sur l'artère carotide?

Le fait que si pincer l'artère carotide informera tous les experts. Il se caractérise par une structure plutôt délicate. C'est pourquoi, si vous appuyez sur l'artère carotide, la personne perdra connaissance. Lorsqu'elles portent une cravate ou un foulard, les personnes ressentent une gêne qui s'explique par une compression.

Si une situation critique se produit, il est alors nécessaire de trouver l'artère cervicale où le pouls passe. Appuyez sur il est nécessaire dans le trou sous la pommette. Il est nécessaire de chercher le pouls le plus précisément possible. Si transférer dans cet endroit, alors la détérioration sera observée.

Où se situe l'artère carotide?

Tout le monde devrait savoir où se trouve l'artère carotide. Dans ce cas, il faut se rappeler que les veines et les artères sont des choses complètement différentes. Le cou est la localisation de l'aorte commune. Il se caractérise par la présence de deux navires identiques. Sur le côté droit commence la veine avec le tronc brachiocephalic, et sur la gauche - de l'aorte.

Les deux veines artérielles sont caractérisées par une structure anatomique identique. Ils se caractérisent par une direction verticale à travers la poitrine. Au-dessus du muscle sternocléidomastoïdien se trouvent l'aorte carotide interne et externe.

Après la ramification de l'artère interne, il se forme une expansion qui se caractérise par la présence de multiples terminaisons nerveuses. C'est une zone réflexe assez importante. Si un patient souffre d'hypertension, il lui est recommandé de masser cette zone. Il permettra d'abaisser la pression artérielle indépendamment.

Comment trouver l'artère carotide?

L'emplacement des artères carotides sur le cou est situé à gauche et à droite. Pour savoir comment localiser l'artère carotide, vous devez connaître son emplacement. Sous le muscle sternocléidomastoïdien passe l'aorte principale. Au-dessus du cartilage thyroïdien, il est divisé en deux branches. Cet endroit s'appelle bifurcation. À ce stade, la présence d’analyseurs-récepteurs signalant le niveau de pression à l’intérieur du récipient est observée.

Artère coronaire droite

Les veines et les artères, situées du côté droit, alimentent en sang les organes tels que:

Les branches de l'artère carotide passent à travers la peau du visage et nattent le cerveau d'en haut. Si une personne est embarrassée ou si sa température corporelle augmente, il en résulte une rougeur des couvertures épithéliales sur le visage.

Avec l'aide de cette aorte, le flux sanguin est dirigé dans l'ordre inverse afin d'assister les branches de l'aorte interne et du vertèbre si elles sont rétrécies.

Artère coronaire gauche

La branche gauche de l'artère carotide pénètre dans le cerveau par l'os temporal, caractérisé par la présence d'une ouverture spéciale. C'est un endroit intracrânien. Le motif de la veine est assez complexe. Les vaisseaux vertébraux et l'aorte cérébrale forment le cercle de Willis par anastomose. Le sang est fourni par les artères avec de l'oxygène, ce qui procure une bonne nutrition au cerveau. On y observe une branche des artères du gyrus, ainsi que de la matière grise et blanche. En outre, l'aorte apparaît dans les centres corticaux et les noyaux de la médullaire oblongée.

Maladies possibles de l'artère carotide

Il existe diverses maladies de l'artère carotide qui se développent sous l'influence de divers facteurs provoquants. Dans la plupart des cas, les syndromes des artères coronaires sont diagnostiqués.

En général, et le tronc intérieur est diagnostiqué développement de pathologies qui se produisent dans le contexte de diverses maladies de nature chronique:

  • La syphilis;
  • Tuberculose; athérosclérose
  • Dysplasie musculaire fibreuse.

Une pathologie du tronc peut se développer dans le contexte du processus inflammatoire. S'il y a une plaque dans l'aorte, cela peut conduire au développement de pathologies. Ils peuvent également être observés dans le contexte de la prolifération des membranes internes ou de la dissection. Dans la région de la branche de l'aorte interne, la membrane interne peut se rompre. Dans ce contexte, on observe la formation d'hématomes intrapariétaux, ce qui rend impossible un flux sanguin complet.

La violation du fonctionnement complet de l'aorte est observée dans le contexte de divers processus pathologiques:

  • Fistules artérioveineuses;
  • Hémangiomes du visage et du col utérin;
  • Angiodysplasie

Ces maladies se produisent souvent sur le fond des blessures au visage. Si une personne a subi des interventions chirurgicales otolaryngiques ou rhinoplastiques au visage, cela peut alors provoquer un processus pathologique. La cause de la maladie est souvent l'hypertension. Si un patient a subi des manipulations médicales infructueuses, notamment des ponctions, une extraction dentaire, un lavage des sinus nasaux et des injections dans l'orbite, des pathologies peuvent se développer.

Dans le contexte de l'impact de ces facteurs, la survenue d'un shunt artérioveineux est diagnostiquée. Le flux de sang artériel vers la tête sous haute pression est observé le long de ses voies de drainage. Avec de telles anomalies, la congestion veineuse cérébrale est le plus souvent diagnostiquée. Très souvent, on diagnostique chez les patients l'apparition d'une angiosplasie. Ils manifestent des maux de tête pulsants, des défauts cosmétiques, des hémorragies abondantes, qui ne se prêtent pas suffisamment aux méthodes thérapeutiques classiques.

Lorsque l'aorte est rétrécie, on diagnostique un anévrisme, une trifurcation, une tortuosité anormale de l'aorte interne et une thrombose. Très souvent, on diagnostique une trifurcation, dans laquelle le tronc principal est divisé en trois branches.

Anévrisme de l'artère carotide

Au cours de la période d'anévrisme chez une personne, la paroi aortique est éclaircie localement. Cette zone de l'aorte chez une personne se développe. La maladie peut se développer dans un contexte de prédisposition génétique. Les raisons de la formation de la forme acquise de la maladie sont la survenue de processus inflammatoires. En outre, la cause de la pathologie est une atrophie de la couche musculaire.

Le site de localisation du processus pathologique est constitué par les segments intracrâniens de l'aorte interne. Le plus souvent pour l'anévrisme cérébral est la forme sacculaire caractéristique. Le diagnostic de cet état pathologique est effectué uniquement par les pathologistes. Dans la période de la vie humaine, les manifestations de cette maladie ne sont pas observées. La paroi amincie est déchirée si la tête et le cou du patient sont blessés. La raison du développement de la pathologie est une pression artérielle élevée. Le mur est brisé si la personne subit un stress physique ou émotionnel.

Si du sang s'accumule dans la région de l'espace sous-arachnoïdien, il en résulte des poches et une compression du cerveau. Les effets sont directement affectés par la taille de l'hématome, ainsi que par la vitesse à laquelle les soins médicaux sont prodigués. Si un anévrisme est suspecté, un diagnostic différentiel est réalisé. Cela s'explique par le fait que cette maladie s'apparente à la chimiectomie. Il s'agit d'une tumeur bénigne, qui se transforme en cancer dans 5% des cas. Le site de localisation de la tumeur est la zone de bifurcacy. En cas de traitement tardif du processus pathologique, la tumeur se propage dans la zone sous-maxillaire.

Thrombose carotidienne

La thrombose est un processus pathologique assez grave dans lequel un caillot de sang se forme dans l'aorte. La formation d'un caillot sanguin est observée dans la plupart des cas à l'endroit de la ramification de l'aorte principale. La formation de thrombus est observée à l'arrière-plan:

  • Malformations cardiaques;
  • Augmentation de la coagulation du sang;
  • Fibrillation auriculaire;
  • Syndrome des antiphospholipides.

Les patients à risque sont sédentaires. La maladie peut se développer avec des lésions cérébrales traumatiques, une artérite à Takayasu. La thrombose se produit si la tortuosité aortique augmente. Si un spasme se produit sur le fond de fumer, il devient une cause de pathologie. La pathologie est observée dans l'hypoplasie congénitale des parois vasculaires.

La maladie peut être caractérisée par une évolution asymptomatique. Dans la forme aiguë de la pathologie, l'irrigation sanguine du cerveau est brusquement interrompue, ce qui peut être fatal. Chez certains patients, une évolution subaiguë de la maladie est diagnostiquée. Dans ce cas, l'aorte carotide se chevauche complètement. Lorsque cette forme est observée recanalisation d'un caillot de sang, ce qui conduit à l'apparition et à la disparition des symptômes.

Le processus pathologique s'accompagne d'un évanouissement et d'une perte de conscience fréquente lorsqu'une personne est en position assise. Les patients se plaignent de douleurs paroxystiques au cou et à la tête. Les patients peuvent avoir des acouphènes spécifiques. La personne ne ressent pas une force suffisante des muscles masticateurs. Lorsqu'un patient a une thrombose, une déficience visuelle est diagnostiquée.

Sténose carotidienne

Un grand nombre de veines et d’artères sur le corps du patient peuvent être atteintes de sténose. Les veines peuvent être retirées chirurgicalement, mais le traitement aortique est réalisé à l'aide d'autres techniques uniques. Lorsque la sténose rétrécit la lumière de l'aorte carotide, ce qui entraîne une détérioration de la puissance de la tête et du cou.

Dans la plupart des cas, le processus pathologique se déroule sans symptômes. Chez certaines personnes, la maladie est accompagnée d'attaques ischémiques transitoires, ce qui entraîne une diminution de la nutrition de certaines parties du cerveau. Cela conduit à des vertiges, une faiblesse des membres, une vision altérée, etc. Le traitement pathologique est effectué chirurgicalement. Dans le premier cas, une endartériectomie ouverte est réalisée par des chirurgiens vasculaires. Aujourd'hui, le deuxième type d'intervention chirurgicale est le plus souvent utilisé: le stenting. Un stent spécial est inséré dans l'artère qui dilate l'artère.

Diagnostics

Les symptômes et le traitement des maladies de l'aorte carotide sont entièrement corrélés. C'est pourquoi, lorsque les premiers signes de pathologie apparaissent, le patient doit demander l'aide d'un médecin. Le spécialiste effectuera un examen du patient et des antécédents de collecte. Mais, pour poser un diagnostic, il faut utiliser des méthodes instrumentales:

  • Électroencéphalographie;
  • Rhéoencéphalographie;
  • Tomographie par ordinateur.

Très souvent, il est recommandé aux patients de subir une imagerie par résonance magnétique. L'angiographie est une méthode de recherche informative pour laquelle un contraste est introduit. Il est recommandé aux patients de recourir à un examen par ultrasons Doppler du cou et de la tête.

Pour poser un diagnostic correct, il a été recommandé d’effectuer toute une série de mesures de diagnostic permettant de développer un traitement rationnel.

Méthodes de traitement

Le choix de la méthode de traitement dépend de la gravité du processus pathologique. Si l'anévrisme est petit ou si une thrombose est observée aux stades initiaux, un traitement médicamenteux est alors nécessaire. Après l'apparition de la thrombose, un niveau d'efficacité élevé pendant 4 à 6 heures est nécessaire pour appliquer une thrombolyse. Les patients prennent rendez-vous:

Les anticoagulants sont très efficaces dans le traitement des stades initiaux des maladies. Le plus souvent, le traitement est effectué à l’héparine, Syncumar, Neodicoumarine, Fenilin, Dikumarin. Pendant la prise de médicaments, il est nécessaire de surveiller régulièrement le niveau de coagulation du sang.

Afin d'éliminer le spasme et d'élargir le lit vasculaire, il est recommandé de bloquer Novocain. Si le lieu de localisation de la pathologie est l'aorte carotide externe, le shunt artérioveineux est excisé. La plupart des experts pensent que cette méthode n’est pas assez efficace. La chirurgie de l'aorte carotide est pratiquée dans des établissements médicaux spécialisés. Si le patient présente un rétrécissement de l'aorte, l'élimination de la pathologie est réalisée par endoprothèse. Dans ce cas, appliquez un mince maillage en métal, avec le dépliage duquel il y a une restauration de la perméabilité du navire.

S'il y a une zone tortueuse ou thrombo, alors il est enlevé et remplacé par un matériau plastique. L'intervention chirurgicale doit être réalisée uniquement par un spécialiste hautement qualifié, ce qui s'explique par le risque de saignement. Une opération peut également être utilisée au cours de laquelle une solution de contournement est créée pour la circulation sanguine. L'intervention nécessite l'utilisation d'un shunt artificiel.

L'aorte endormie joue un rôle très important dans le corps humain. C'est pourquoi, en cas d'apparition de processus pathologiques, il est nécessaire de procéder à un traitement par des méthodes conservatrices ou chirurgicales. Le choix du schéma thérapeutique est effectué par le médecin en fonction des caractéristiques individuelles du patient et de la gravité de la maladie.

Artère carotide: anatomie, fonctions, pathologies possibles

L'artère carotide est un vaisseau qui prend naissance dans la région thoracique et se termine dans le cerveau. Il a pour fonction de fournir du sang, et avec lui les éléments nécessaires à la vie, de nombreux organes. Il existe une artère carotide commune, qui est divisée en interne et externe. Il existe deux principales pathologies vasculaires: l'athérosclérose et l'anévrisme. Ils se caractérisent par différents changements, mais les deux sont si dangereux qu’ils peuvent entraîner la mort.

L'artère carotide est l'un des plus gros vaisseaux sanguins du corps, appartenant à un grand cercle de circulation sanguine. Il présente une anatomie complexe et consiste en une paire de vaisseaux dont les branches sont acheminées vers le sang du cerveau, le remplissant d’oxygène et de nutriments. Ces vaisseaux nourrissent les tissus du cou et des yeux.

L'endroit où passe l'artère carotide est considéré comme l'un des plus vulnérables. L'organisme réagit à toute action mécanique en signalant une augmentation de la pression et donne une réponse en l'abaissant. Parallèlement à la pression, le rythme cardiaque diminue, ce qui peut provoquer une perte de conscience. Si l'impact était assez fort, alors la mort est possible.

Même la moindre diminution du débit sanguin dans l'artère ou son blocage entraîne une interruption de la circulation sanguine, ce qui provoque un accident vasculaire cérébral. Dans une situation critique, la capacité de détecter correctement le pouls de l'artère carotide peut sauver une vie humaine.

Le premier vaisseau de la paire passe le long du côté droit de la région cervicale, le second - du côté gauche. L'artère du côté gauche est légèrement plus longue que la droite et part de la tête brachiale. Côté droit - provient de la crosse aortique. L'artère droite a une longueur de 6-12 cm, la longueur de l'artère gauche atteint 16 cm.

L'artère carotide elle-même part de la section thoracique, se divise en fourche et s'élève le long de la trachée, de l'œsophage, de manière diamétralement opposée aux processus.

vertèbres cervicales plus proches de l'avant du corps humain. Allouer l'artère carotide externe et interne.

L'artère externe comprend quatre sections: les branches antérieure, postérieure, médiale et terminale. Ces derniers en longueur, plus près du bord, commencent à former un grand réseau de capillaires qui, à leur tour, vont à la bouche et aux globes oculaires.

Il est divisé en groupes de grands navires, qui comprennent:

  • thyroïde externe;
  • pharyngé ascendant;
  • roseau;
  • facial;
  • occipital;
  • l'oreille arrière.

L'artère remplit de multiples fonctions: elle fournit le flux sanguin aux glandes salivaires et thyroïdiennes, aux muscles du visage et aux muscles de la langue. Donne du sang à l'occiput et à la région parotide. La mâchoire supérieure et les zones temporales reçoivent également des nutriments de l'artère carotide externe.

Les capillaires sur le visage sont clairement visibles par temps chaud, gênant, dans une situation de tension - une rougeur apparaît sur le visage.

Il représente l'arrière de l'artère. L’une de ses tâches principales est de mettre en œuvre l’apport de nutriments dans la tête, pour le travail productif du cerveau. Cette artère longe la région cervicale et passe dans le crâne par le côté du temple. Il est divisé dans les départements suivants:

Ces divisions sont divisées en artères encore plus petites, formant un réseau de circulation sanguine vaste et complexe destiné à fournir aux cellules du cerveau des nutriments et de l'oxygène.

Une veine jugulaire interne s'étend latéralement, à travers la base du crâne, jusqu'au côté du pharynx, jusqu'au milieu de la glande parotide, séparée du dernier muscle stylopharyngé.

Sous l'influence de stimulants externes (par exemple, une situation stressante, de la peur, une température ambiante élevée), le flux sanguin dans l'artère carotide augmente. Si ces facteurs persistent pendant au moins un certain temps, une personne peut alors éprouver une excitation émotionnelle, une poussée d'énergie. La situation opposée se produit lorsqu'une personne est dans un tel état pendant une longue période, se produit une apathie, des signes de dépression. Cela signifie qu'un apport limité ou excessif en oxygène au cerveau est tout aussi dangereux pour le corps.

Pour mesurer le niveau de flux sanguin dans l'artère carotide, vous devez effectuer une analyse duplex. Selon les résultats qui révèlent

  • la largeur de l'espace des navires;
  • le nombre de plaques ou leur absence;
  • la présence de caillots sanguins;
  • rupture de vaisseaux sanguins;
  • anévrisme

Un indicateur normal est de 55 ml pour 100 g de tissu cérébral.

Il y a deux maladies majeures dans lesquelles l'artère carotide souffre. L'un d'eux provoque une expansion, l'autre - le rétrécissement du navire. Dans les deux cas, une intervention chirurgicale est nécessaire pour corriger la pathologie. L'expansion du vaisseau s'appelle un anévrisme et est moins courante que le rétrécissement. Le danger d'un anévrisme réside dans sa possible rupture, qui provoque souvent des saignements, ce qui met en danger le système circulatoire et conduit parfois à la mort. L'anévrisme est opéré en coupant le cou.

La chirurgie est également nécessaire pour les personnes souffrant de rétrécissement des vaisseaux sanguins pour assurer leur circulation sanguine dans le cerveau. La raison de la violation de la lumière, et avec elle du flux sanguin, est le plus souvent l'athérosclérose. L'accident vasculaire cérébral est l'une de ses principales complications.

La maladie est très dangereuse. Les méthodes thérapeutiques de traitement ne peuvent pas donner un résultat positif, les chirurgiens doivent donc intervenir. Plusieurs fois, de telles opérations réduisent le risque de diminution du débit sanguin et fournissent un apport suffisant en oxygène au cerveau. La rééducation après une chirurgie a plus de succès.

Indications pour la chirurgie:

  • les vaisseaux de l'artère carotide ont été rétrécis de plus de 70%;
  • symptômes d'ischémie ou d'accident vasculaire cérébral;
  • il y a une violation du cerveau, des progrès dans le développement de l'ischémie;
  • artères carotides endommagées.

L'opération est effectuée pour rétablir le flux sanguin et l'expansion de la lumière du vaisseau. Types de chirurgie:

  • endartériectomie carotidienne;
  • stenting vasculaire;
  • prothèses vasculaires.

L'endartériectomie carotidienne est considérée comme une opération classique. Cela implique l'élimination d'une plaque d'athérosclérose et la fermeture du vaisseau avec un patch. Un anticoagulant direct est injecté, l'artère carotide est clampée et disséquée le long de la paroi frontale. La plaque sclérotique est séparée des parois des vaisseaux sanguins et libérée. Le vaisseau est lavé avec une solution saline et suturé.

Le picotement consiste à restaurer la lumière à l'aide d'un stent, un dilatateur tubulaire. La plaque n'est pas retirée du vaisseau mais bien pressée contre son mur. La lumière augmente et le flux sanguin est rétabli. Cette opération présente plusieurs avantages: pas d’anesthésie générale, intervention minimale, convalescence rapide.

Les prothèses sont réalisées avec des dommages importants aux murs, associés à une calcification prononcée. Le vaisseau est coupé au site de la bouche, le tissu endommagé est séparé et remplacé par une endoprothèse du diamètre souhaité.

L'artère carotide joue un rôle majeur dans le maintien de la vie, car elle nourrit le cerveau et les organes du cou.

Artères du sommeil

SOMMEIL ARTERIES est une paire d’artères élastiques qui fournissent du sang à la tête et à la majeure partie du cou.

Le contenu

Embryologie

Le général S. et. différenciée dans l'embryon d'une partie de l'aorte ventrale entre les artères branchiaux III et IV. Dans une autre mesure, l'aorte ventrale située entre les artères branchiaux I et III est transformée en S. et. C. internes et. se développent à partir de la troisième paire d’artères branchiales et de parties de l’aorte dorsale situées entre les artères branchiales I et III.

Au moment de la naissance, S. interne et. forme le premier coude dans le sinus caverneux.

Anatomie

Droit général S. et. (A. carotis communis dext.) Part du tronc brachio-céphalique (truncus bra-chiocephalicus) au niveau de l'articulation sterno-claviculaire droite; À gauche, le général C. a. (a. carotis communis sin.) - de l’arc aortique (voir), il est 20-25 mm plus long que la droite. Le général S. et. hors de la cavité thoracique par l'ouverture thoracique supérieure et envoyés dans les gaines périvasculaires fasciales sur les côtés de la trachée et de l'œsophage, puis du larynx et du pharynx. Le latéral-elle sont la veine jugulaire interne, la chaîne du limf cervical profond, les noeuds, entre les vaisseaux et l'arrière - le nerf vague, à l'avant - la racine supérieure de la boucle cervicale. Le muscle hyoïde scapulaire croise le S. général. dans le tiers central (couleur. Fig.). Postérieurement, au niveau du bord inférieur du cartilage cricoïde sur le processus transversal de la vertèbre cervicale VI, il existe un tubercule dormant (tubercule de Shassegnac) et un S. commun qui est pressé contre celui-ci. dans le but d'arrêter temporairement le saignement quand il a été blessé. Au niveau du bord supérieur du cartilage thyroïdien général S. et. partager sur S. interne et externe et. Avant la division du général C. a. les branches n'abandonnent pas.

S. extérieure et. dans la partie proximale est recouvert du muscle sternocléidomastoïdien, puis il est situé dans le triangle endormi et recouvert du muscle sous-cutané du cou. Avant que l'artère pénètre dans la fosse postéro-non maxillaire, le nerf antérieur, un muscle alvéolaire-hyoïde et l'abdomen postérieur du muscle digastrique se croisent devant elle. Plus profond se trouve le nerf laryngé supérieur avec les muscles shi-lingual et stylopharyngeal, le seigle sépare le S. externe. de l'intérieur. Au-dessus des muscles attachés au processus styloïde, l'artère pénètre dans l'épaisseur de la glande parotide. Au milieu du cou de l'apophyse articulaire de la mandibule, il est divisé en branches terminales - l'artère temporale superficielle et l'artère maxillaire.

Les branches antérieures du S. et du. sont l'artère thyroïdienne supérieure (a. thyroidea sup.), l'artère laryngée supérieure (a. laryngea sup.), l'artère linguale (a. lingualis) et l'artère faciale (a. facialis), ayant parfois un début commun avec l'artère linguale artère. Dos branches C. et. - artère sternocléidomastoïdienne (a. Ster-nocleidomastoidea), alimentant le muscle du même nom, l'artère occipitale (a. occipitale) et l'artère de l'oreille postérieure (a. auricularis post.). La branche médiale est l'artère pharyngienne ascendante (a. Pharyngea ascendens), l'artère temporale superficielle terminale (a. Temporalis superficialis) et l'artère maxillaire (a. Maxillaris).

Ainsi, S. extérieure et. vascularisation du cuir chevelu, des muscles du visage et du corps, des glandes salivaires, de la cavité buccale, du nez et de l'oreille moyenne, de la langue, des dents, partiellement de la dure-mère, du pharynx, du larynx et de la thyroïde.

Interne C. a. (a. carotis int.) part de la bifurcation de l'artère carotide commune au niveau du bord supérieur du cartilage thyroïdien et remonte à la base du crâne. Dans la région du cou interne S. et. situé dans le faisceau neurovasculaire, ainsi que la veine jugulaire interne (v. jugularis int.) et le nerf vague (n. vague). Médialement, l’artère entoure le nerf laryngé supérieur, la veine antérieure, l’abdomen postérieur du muscle digastrique, le nerf hypoglossal, croisent l’antérieur et la racine supérieure de la boucle cervicale s’écarte de ce point. Au tout début, S. interne et. se trouve à l'extérieur de S. et. externe, mais passe bientôt à la partie médiale et, verticalement, se situe entre la gorge et les muscles qui sont attachés à un processus styloïde. De plus, l'artère passe autour du nerf glossopharyngé.

Dans la cavité du crâne interne S. et. Il passe par le canal endormi, où il est accompagné de plexus nerveux et veineux (plexus caroticus int. Et plexus venosus caroticus int.). Selon le cours du canal endormi, le S. interne fait le premier coude en avant et en dedans, puis dans le sulcus carotidien le deuxième coude. Au niveau de la selle turque, l'artère se plie en avant. Près du canal visuel interne S. et. forme le quatrième virage et retour. À cet endroit, il se trouve dans le sinus caverneux. Après avoir traversé la dure-mère, l’artère est située dans l’espace sous -auralien, à la surface inférieure du cerveau.

Conditionnellement interne S. et. ils sont divisés en quatre parties: le cervical (pars cervical), le pierreux (pars petrosa), le caverneux (pars cavernosa) et le cérébral (pars cerebralis). Les premières branches partant de S. interne et. dans le canal carotidien, il y a des branches carotid-drum (rr. caroti-cotympanici), qui passent à travers le même canal de la pyramide de l'os temporal et alimentent la membrane muqueuse de la cavité tympanique.

Dans le sinus caverneux, l'artère présente un certain nombre de petites branches, vascularisant ses parois, le ganglion du trijumeau et les parties initiales des branches du nerf trijumeau. En sortant du sinus caverneux, l'artère ophtalmique (a. Ophtalmique), l'artère communicante postérieure (a. Communicates post.), L'artère villeuse antérieure (a. Choroidea ant.), L'artère cérébrale (a. Cerebri med.) et artère cérébrale antérieure (a. cerebri ant.).

S. interne et. vascularisation du cerveau et de sa dure-mère (voir Circulation cérébrale), du globe oculaire avec les appareils auxiliaires, de la peau et des muscles du front.

S. interne et. a une anastomose de S. externe et. à travers l'artère dorsale du nez (a nasi dorsalis) - la branche de l'artère ophtalmique (a. ophtalmica), l'artère angulaire (a. angularis) - la branche de l'artère faciale (a. facialis), la branche frontale (de la frontale) - la branche de l'artère superficielle artères (a. temporalis superficialis), ainsi qu’avec l’artère principale (a. La-silaris), formées à partir de deux artères vertébrales (a. vertèbres). Ces anastomoses sont d'une grande importance pour l'apport sanguin au cerveau lorsque l'artère carotide interne est désactivée (voir Cerveau, approvisionnement en sang).

Innervation du général S. et. et ses branches sont des fibres postganglionnaires qui s'étendent des ganglions cervicaux supérieur et moyen du tronc sympathique et forment un plexus autour des vaisseaux - plexus caroticus communis, plexus caroticus ext., plexus caroticus int. Le nerf cordial moyen part du nœud cervical moyen du tronc sympathique, participe à une innervation du général S. et.

Histologie

Histol. structure de mur C. et. et sa réserve de sang - voir Artères. Avec l'âge dans le mur de S. et. la croissance du tissu conjonctif se produit. Après 60 à 70 ans, des épaississements focaux des fibres de collagène sont notés dans la membrane interne, la membrane élastique interne devient plus fine et des dépôts de calcaire apparaissent.

Méthodes de recherche

Les méthodes de recherche les plus informatives S. et. sont l'artériographie (voir), l'électroencéphalographie (voir), l'échographie (voir Ultrason), la tomographie par ordinateur (voir tomographie par ordinateur), etc. (voir Vaisseaux sanguins, méthodes de recherche).

Pathologie

La pathologie est causée par des défauts de développement de S. et., Les dommages et un certain nombre de maladies, à rykh la paroi des artères est affectée.

Les malformations sont rares et sont généralement patroliques. tortuosité et pétales S. et. La forme et le degré de tortuosité S. a. sont différents patol est le plus souvent observé. tortuosité commune et interne S. et. (Fig. 1, a). De plus, il existe diverses variations et anomalies de S. a. Ainsi, parfois, les artères carotides ont un tronc commun (truncus bicaroticus), qui s'étend de la voûte aortique. Le tronc brachio-céphalique peut être absent, puis les artères carotides commune droite et sous-clavière droites partent de l'arc aortique indépendamment. Il existe également des options topographiques associées aux anomalies de la voûte aortique (voir).

Dans de rares cas du général S. et. artères thyroïdiennes supérieure et inférieure (aa. thyroïde eae sup. et inf.), artère ascendante pharyngienne (a. pharyngea ascendens), artère vertébrale fa. vertèbre-lis). S. extérieure et. peut commencer directement à partir de la crosse aortique. Dans des cas exceptionnels, il peut être absent, tandis que ses branches partent de l'artère du même nom en passant de l'autre côté, ou du général S. et. Le nombre de branches du S. externe et. peut varier. S. interne et. très rarement absent d'un côté; dans ce cas, il est remplacé par les branches de l'artère vertébrale.

Dans certains cas, lorsque les malformations de S. a. Sont accompagnées d'une insuffisance de l'apport sanguin au cerveau, un traitement chirurgical est indiqué (voir ci-dessous).

Des dommages sont possibles à la suite d'une blessure par balle provoquée par S. a., Sa blessure, par exemple avec un couteau ou au cours d'une intervention chirurgicale au cou, est accompagnée d'une hémorragie aiguë massive, d'une thrombose et de la formation d'hématomes à pulsar avec développement ultérieur d'un faux anévrysme (voir).

Lors d'une intervention chirurgicale concernant la blessure de S. et. d'abord, sa section proximale est exposée, puis distale. Ce n'est qu'après que les clamps atraumatiques des artères proximale et distale ont été serrés que la zone de la plaie est exposée et que les ligatures sont placées au-dessus et au-dessous du site de la blessure, de la suture ou du patch vasculaire latéral. En cas d'anastomose carotido-caverneuse post-traumatique, des opérations sont effectuées pour l'éteindre (voir Anastomose artériosinusienne, Anastomose carotido-caverneuse).

Traitement par étapes des blessures au combat par S. et. Elle est réalisée selon les mêmes principes que pour les lésions d’autres vaisseaux sanguins (voir Vaisseaux sanguins, dommages de combat. Traitement échelonné).

Les maladies. Les maladies qui entraînent des lésions de la paroi de S. sont diverses formes d'artérite non spécifique, d'athérosclérose, de dysplasie fibromusculaire et extrêmement rarement d'aortite syphilitique (voir).

Chez les patients atteints de cardiopathie rhumatismale avec thrombose de l'oreille gauche ou du ventricule gauche en présence de fibrillation auriculaire, ainsi que chez les patients présentant une cardiosclérose large focale post-infarctus, compliquée d'anévrysme cardiaque et de fibrillation auriculaire, une thromboembolie peut être observée. (voir thromboembolie).

L'artérite non spécifique (voir syndrome de Takayasu) occupe l'une des places centrales parmi les lésions du tronc brachio-céphalique (Fig. 1.6). Selon B. V. Petrovsky, I. A. Belichenko, V. S. Krylov (1970), il est retrouvé chez 40% des patients présentant des lésions occlusives des branches de la crosse de l'aorte, et pas plus de 20% d'entre eux présentent des lésions C... Une artérite non spécifique est observée chez les femmes 3 à 4 fois plus souvent que chez les hommes; il survient généralement avant l'âge de 30 ans, mais chez les enfants et les personnes âgées. Son étiologie n'est pas complètement comprise. À l'heure actuelle, on pense que l'artérite non spécifique est une maladie systémique de nature allergique et autoallergique ayant tendance à endommager les parois des vaisseaux artériels du type musculo-élastique. La lésion de toutes les couches de la paroi de l'artère se termine par une panartérite productive, une thromboendovasculite, une désorganisation et une désintégration du cadre élastique et une oblitération complète du vaisseau. Très rarement le stade final du développement de l’artérite non spécifique C. et. est la formation d'un véritable anévrisme à la suite de la destruction de la membrane élastique du vaisseau dans le contexte de l'hypertension artérielle. La partie proximale du général S. est plus souvent touchée, ainsi que les internes et externes S. et. rester passable. En patole. le processus d'artérite non spécifique peut également impliquer d'autres artères (voir Artérite, artérite à cellules géantes).

Athérosclérose C. et. chez les hommes, on le trouve 4 à 5 fois plus souvent que chez les femmes. Les wedge, manifestations de la maladie, dues à leur sténose ou à leurs occlusions, se développent généralement chez les personnes âgées de 40 à 70 ans. Morfol. l'image dans l'athérosclérose (voir) est caractérisée par le dépôt de lipides dans la paroi interne du vaisseau, la formation de plaques d'athérosclérose avec leur calcification et leur ulcération ultérieures. Lorsque la plaque d'athérosclérose est ulcérée, on observe souvent une thrombose de l'artère et une embolie périphérique par des masses athéromateuses. En raison de la destruction de la structure élastique du vaisseau, de vrais anévrismes peuvent se développer. Un facteur important contribuant au développement de vrais anévrismes de S. a. Est la présence d'une hypertension artérielle chez le patient. Le plus souvent, dans l'athérosclérose, une sténose des artères carotides se développe dans la région de la division du S. général. sur interne et externe (fig. 1, c), ainsi que dans les parties extracrâniennes de S. et. En raison de la nature systémique du développement de l'athérosclérose, seuls les C. sont rarement détectés. Le plus souvent, il existe un processus bilatéral conduisant à une occlusion, ainsi que la présence d'une sténose athéroscléreuse et d'occlusions dans l'aorte et les artères principales d'autres organes.

De plus en plus de rapports sur la défaite de S. et. dysplasie fibromusculaire, observée chez les femmes âgées de 20 à 40 ans. Certains chercheurs associent cette maladie à une dysplasie congénitale des cellules musculaires lisses de la paroi de l'artère, d'autres ont tendance à considérer cette maladie comme acquise. Morphologiquement, une dysplasie musculaire fibreuse montre une fibrose de la couche musculaire de la paroi artérielle, des zones de sténose alternant avec des zones d'extension anévrismale. Dans un certain nombre de cas, on trouve des formes sténotiques ou anévrysmales de dysplasie fibromusculaire. La dysplasie fibromusculaire est le plus souvent observée dans les départements extracrâniens de S. et., Et très souvent il y a une défaite bilatérale.

Sténose de S. et. elle peut aussi être causée par des facteurs extravasaux, parmi lesquels la tumeur la plus fréquente est une glande carotide - chimodétome (voir Paragangliome). Il est extrêmement rare d’observer une compression extravasale de S. a. tumeurs du cou et processus cicatriciels résultant d'une inflammation et de blessures dans cette région.

La particularité des lésions sténosantes de la tige brachio-céphalique, et en particulier de S. a., Est l'incohérence entre le coin, les manifestations de troubles circulatoires du cerveau et la sévérité du processus sténotique dans les artères. Elle est causée par les grandes possibilités de compensation de la circulation sanguine cérébrale, caractéristique de l'existence d'un ensemble de voies collatérales (voir. Collaters vasculaire). Un degré critique de rétrécissement de S. A., Avec un essaim, il peut y avoir des symptômes d'irrigation sanguine insuffisante du cerveau, c'est une diminution de sa lumière de plus de 75%. Cependant, ce degré de S. stenosis et. et même son occlusion ne conduit pas toujours à une insuffisance aiguë de l'apport sanguin au cerveau avec un coin, image d'un trouble de la circulation cérébrale (voir). Avec C. lésions et. distinguer quatre coins, les stades de l'ischémie du cerveau: I - asymptomatique, II - transitoire, III - hron. insuffisance vasculaire cérébrale, IV - effets résiduels de la circulation cérébrale. Traitement des lésions occlusales et sténotiques de S. a. dépend du stade de l'ischémie cérébrale, ce qui est important pour déterminer les indications de la chirurgie (voir ci-dessous).

Opérations

Dans les années 30 et 40. 20 po seules les interventions, consistant à rétrécir et à faire l'occlusion complète de S. et., étaient des opérations sur un système nerveux sympathique. La première opération réussie de récupération de S. thrombosis interne. joué en 1953 t M. De Veca. En URSS, la première opération de ce type a été réalisée en 1960 par B.V. Petrovsky. Opérations de récupération sur S. et. dans le cas de leur pathologie, ils devenaient réalisables en liaison avec le développement de l'angiographie, de l'anesthésiologie, de la chirurgie vasculaire reconstructive, du développement de nouveaux outils atraumatiques, de l'amélioration des méthodes de protection du cerveau contre l'ischémie.

En C. et. passer des opérations de ligature et de récupération. Ligature porter ligature de l'artère dans la plaie ou tout au long (voir Ligation des vaisseaux sanguins) et résection de l'artère. Les opérations de reconstruction comprennent la suture vasculaire latérale et circulaire, le patch artériel, la thrombose intime avec suture ou patch vasculaire subséquent, les prothèses et le pontage artériel à pontage constant.

Opérations sur S. et. effectuer dans la position du patient sur le dos avec un rouleau sous les omoplates, la tête du patient est tournée dans la direction opposée au côté de l'opération. Une incision cutanée est pratiquée le long du bord interne du muscle sternocléidomastoïdien du processus mastoïdien au sternum (Fig. 2). Dans les cas nék-ry où l'intervention sur les départements proximaux de l'artère carotide générale est nécessaire, pratiquer une sternotomie partielle supplémentaire (voir. Médiastinotomie).

Le choix correct de l'anesthésie et de la protection du cerveau contre l'ischémie est très important. Aborder la question de la possibilité d’opérations en C. et. sans protection du cerveau contre l'ischémie, les données sur l'état du flux sanguin dans le cercle de Willisian (cercle artériel du cerveau, T.), obtenues à l'aide de tests de clampage fonctionnels de C., sont importantes. (voir Formation des collatéraux) avec débitmétrie à ultrasons (voir Diagnostic par ultrasons). Dans le même temps, une attention particulière est accordée à l’état des vaisseaux collatéraux reliant les systèmes des systèmes droit et gauche de S. a. Si la reconstruction est la seule atteinte, mais passable pour S. a. (avec une autre occlusion), la protection du cerveau contre l'ischémie est montrée.

A la veille de l'opération, des neuroleptiques, des tranquillisants et des antihistaminiques sont prescrits aux patients. 40 min. Avant l'opération, 0,3 mg / kg de promédol, 0,2 mg / kg de seduxen, 0,5 mg / kg de pi-polfen et 0,3 à 0,5 mg d'atropine sont injectés par voie intramusculaire. Cette sédation a un bon effet calmant et favorise une induction en douceur. Pour l'induction, la méthode d'anesthésie combinée d'induction avec seduxen et fentanyl est utilisée: dans le contexte d'inhalation d'oxyde nitreux et d'oxygène dans un rapport de 2: 1 respectivement, est introduite de manière fractionnée en 2-3 minutes. sur 2 à 3 mg de Seduxenum, il a une action antihypoxique. Après la première dose de Seduxen, 0,004 mg de fentanyl est administré. Un degré suffisant d'anesthésie est généralement observé après l'administration d'une dose totale de 0,17 à 0,2 mg de Seduxen! Kg. Immédiatement avant l'intubation trachéale, 0,004 mg / kg de fentanyl est administré. La durée d'induction est de 11-13 minutes. L'anesthésie est soutenue par du fluorothane (0,25 à 0,5% en volume) et par un mélange d'oxyde nitreux et d'oxygène dans un rapport de 2: 1 en association avec une administration fractionnée de fentanyl. Pendant l'anesthésie, l'EEG est surveillé en permanence. Avant de commencer l'opération pendant 5 min. essayez de pincer S. et. en dessous de la zone touchée; dans le même temps effectuer l'enregistrement continu de EEG (voir. Electroencéphalographie), rhéo-encéphalogramme (voir. Rhéoencéphalographie) et électromanométrie en aval de la pince. Avec un EEG normal, le rhéoencéphalogramme et la pression artérielle distale de la pince sont égaux à 40 mm Hg. Art. de plus, l’utilisation de méthodes de protection du cerveau n’est pas pratique. L’apparition d’une alternance incorrecte des ondes thêta sur l’EEG ou une diminution de la tension de tous les potentiels enregistrés est une indication pour l’adoption de mesures supplémentaires visant à protéger le cerveau de l’ischémie.

Il existe deux manières fondamentalement différentes de protéger le cerveau de l'ischémie: 1) maintenir le flux sanguin dans le cerveau en utilisant une dérivation interne ou externe avec des tubes synthétiques ou des prothèses pendant la période de reconstruction de S. a. 2) réduction de la consommation d'oxygène par les tissus cérébraux en raison d'une hypothermie locale. On utilise pour cela l'hypothermie cranio-cérébrale (voir. Hypothermie artificielle) à l'aide de l'appareil Cold-2F. Ils commencent immédiatement après l'induction, réduisant la température à 30–31 ° dans le conduit auditif externe, ce qui correspond à une température cérébrale de 28–29 °. Pour le blocage de la thermorégulation et l'élimination de la vasoconstriction, en plus de la curarisation totale, le dropéridol est administré à une dose de 2,5 à 5,0 mg. Au stade de la reconstruction des artères, des mesures sont également prises pour améliorer le flux sanguin et alimenter le cerveau en oxygène en raison d'une hypercapnie et d'une hypertension modérées, obtenues en augmentant la pCO2 et en réduisant la profondeur de l'anesthésie.

En raison du fait que l'hypothermie entraîne une augmentation significative de la viscosité du sang et une détérioration de la perfusion tissulaire, des transfusions de glucose, de réopolyglucine et de polyglucine sont effectuées, visant à réduire l'hématocrite à 30-35%. Après la phase principale de l'intervention chirurgicale, le patient est chauffé d'abord à l'aide du casque de l'appareil Cold 2f, puis à l'air chaud à l'aide d'un sèche-cheveux. Pendant cette période, on s’attache à corriger une éventuelle acidose métabolique (voir) en raison d’une augmentation de la consommation d’oxygène par les tissus en raison d’une augmentation de la température corporelle. Le réchauffement actif est effectué progressivement jusqu'à 36 °. Un réchauffement supplémentaire du patient à une température normale se produit dans l'unité de soins intensifs. Pendant cette période, on évite le syndrome d'hyperthermie (voir) et l'hypertension cérébrospinale en administrant de la suprastine et du dropéridol. Si l'hypertension persiste, malgré l'utilisation de ces médicaments, de la nitroglycérine sous forme d'alcool à 1% p-ra sous la langue, environ 0,6 mg (4 gouttes) est utilisée pour réduire la pression. Le niveau de pression artérielle est maintenu chez les patients normotoniques au niveau préopératoire et chez les patients hypertendus à un niveau compris entre 150/90 et 160/95 mm Hg. Art.

Dans les opérations de restauration, l'artériotomie est réalisée après le clampage de l'artère avec des clamps atraumatiques proximal et distal par rapport à la zone pathologiquement modifiée. Artériotomie S. et. Elle peut être longitudinale (le plus souvent), transversale ou oblique, selon la personnalité du personnage. processus et finalité de l'opération. La taille de l'incision de l'artère dépend du volume attendu d'intervention intravasculaire. Le plus souvent une intervention chirurgicale sur S. et. effectuer une sténose athéroscléreuse ou une occlusion complète. Le plus souvent, avec cette pathologie, produisent une ectomie d'intimidrombus - une thrombendartériectomie (voir Athérosclérose, Traitement chirurgical des lésions occlusives, Thrombectomie). L'artériotomie longitudinale est réalisée au site de constriction et la plaque d'athérosclérose est enlevée avec la doublure altérée du vaisseau interne. Dans le même temps, une grande importance est attachée à l’empêchement d’envelopper la paroi du vaisseau interne détachée dans l’extrémité distale de la plaie. À cette fin, après avoir traversé la coque interne dans la direction transversale, il est fixé avec des sutures aux couches restantes de la paroi du vaisseau. Si le diamètre est S. et. dans la zone de thrombectomie intime assez large, l'incision de l'artère est cousue avec une couture latérale (voir Suture vasculaire). Sinon, pour éviter le rétrécissement de l'incision, C. et. fermé avec un patch d'autowen ou une prothèse vasculaire.

Dans les cas où l'athérosclérose avec calcification conduit à la destruction complète de la paroi de l'artère, il est préférable de réséquer le site sténotique avec des prothèses autoveineuses ultérieures de la partie éloignée du vaisseau, car l'utilisation de prothèses vasculaires synthétiques est beaucoup plus fréquente (thrombose prothétique, suppuration suivie d'une arrosive). saignement et soi-disant extrusion de la prothèse). Comme le matériau plastique utilise généralement la zone de la grande veine saphène de la jambe.

À une artérite non spécifique de S. et. le processus couvre toutes les couches de la paroi de l'artère et il n'est pas possible d'effectuer l'opération d'intimbrombalgie; le pontage en dérivation constante autoveineux est considéré comme le plus préférable et le plus sûr (voir. Pontage des vaisseaux sanguins). Pour le bon fonctionnement du shunt l'anastomose proximale d'une artère et l'autogénie s'imposent à l'endroit non frappé. processus. Anastomose distale des autovenes de C. et. finissent souvent en fin. Si pour la reconstruction de S. et. une prothèse vasculaire artificielle est appliquée; une attention particulière doit être portée à la minutie de l'hémostase et au drainage de la plaie afin d'éviter la formation d'hématomes para-prothétiques pouvant être à l'origine d'infiltrats inflammatoires et de suppurations.

Plus de 30% des opérations rétablissent le flux sanguin principal chez S. a. s'avère impossible. Dans ces cas, il faut se limiter à une intervention qui améliore la circulation collatérale, - l'excision du segment thrombotique (oblitéré) interne S. et a. selon Lerish. Dans certains cas, il est également recommandé de pratiquer une gangliectomie (voir).

On a signalé ces dernières années l’utilisation de la méthode de dilatation interne dosée des départements extracrâniens S. a. par ponction percutanée de l'artère fémorale de Seldinger (voir méthode de Seldinger) et maintien ultérieur d'un cathéter avec ballon gonflé à son extrémité dans la branche de l'arc aortique sous télévision à rayons X: contrôle (voir Chirurgie endovasculaire par rayons X). Le principal avantage de cette méthode est la possibilité d’éviter une intervention chirurgicale chez les patients présentant un risque chirurgical élevé (âge avancé, présence de maladies concomitantes graves).

Les complications les plus fréquentes survenant au cours des opérations sur S. et., Le développement de l'insuffisance cardiaque et l'hypotension artérielle est (voir. Hypotension artérielle). Le traitement de l'insuffisance cardiaque (voir) est réalisé avec des glycosides cardiaques, des médicaments diurétiques, de petites doses de nitroglycérine, parfois en association avec l'izadrina (isoprotérénol) ou la dopamine, selon les indications. La respiration artificielle est utilisée (voir Respiration artificielle) avec une pression positive à la fin de l'expiration. La complication la plus grave est l'apparition ou la dépression dans la période postopératoire de Nevrol. symptômes dus à une ischémie cérébrale, une embolie ou une thrombose vasculaire (voir AVC). Des opérations répétées en cas de thrombose ou d'embolie conduisent souvent à une régression complète du neurol. symptômes. En cas d'ischémie cérébrale postopératoire, tous les efforts doivent être consacrés à la prévention et au traitement de l'œdème cérébral (voir Œdème et gonflement du cerveau). Des résultats encourageants sont obtenus par l’utilisation de l’oxygénation hyperbare (voir).

Bibliographie: Walker F. I. Le développement des organes chez l'homme après la naissance, M., 1951; Darbinyan TM M. Anesthésie moderne et hypothermie dans la chirurgie des cardiopathies congénitales, M., 1964, bibliographie; Long-Saburov B. A. Les anastomoses et la voie circulatoire chez l'homme, L., 1956; M. Knyazev, N. S. Gvenetadze, N. S. et I. NI, I. I. Chirurgie pour lésions occlusives de la tête brachiale, Vestn. hir., vol 114, n ° 5, p. 24 septembre 1975; Novikov I.I. Le développement de l'innervation de l'artère carotide commune chez l'homme, dans le livre: Vopr. morfol perifer. nerveux systèmes, ed. D.M. Golub, c. 4, s. 159, Minsk, 1958, bibliographie; Petrovsky B.V., Belichenko I.A. et Krylov V.S. Chirurgie des branches de l'arc de l'aorte, M., 1970; Pokrovsky A. V. Maladies de l'aorte et de ses branches, M. 1979, bibliographie; A. A. Smirnov, zone réflexogène carotidienne, L., 1945; Schmidt, E.V., et al., Lésions occlusives des principales artères de la tête et leur traitement chirurgical, Surgery, n ° 8, p. 3, 1973; Andersen, S. A., Collins G. J. a. Rich N. M. Artériographie de routine lors d'une endartériectomie carotidienne, Surgery, v. 83, p. 67, 1978; Boyd J. D. a. o. Manuel d'anatomie humaine, p. 288, L., 1956; Brant h waite M. A. Prévention des dommages neurologiques lors d'une opération à cœur ouvert, Thorax, v. 30, p. 258,1975; Cooley D. A., Al-NaamanY.D. a. Carton C. A. Traitement chirurgical de l'occlusion artérioscléreuse de l'artère carotide commune, J. Neurosurg., V. 13, p. 500, 1956; D e B a k e pour M. E. a. o. Considérations chirurgicales des artères carotides, sous-clavières et vertébrales, Ann. Surg., V. 149, p. 690, 1959; Hafferl A. Lehrbuch de la topographie de l'anatomie, V. a. o., 1957; Grant J. C. B. Un atlas d'anatomie, p. 401 a. o., Baltimore, 1956; Grunt-z i g A. a. D. Technique d'angioplastie transluminale percutanée au ballon de Griintzig, Amer. J. Roentgenol., V. 132, p. 547, 1979; K a r m o d in A.M. A. o. Artère carotide, Amer. J. Surg., V. 136, p. 176, 1978; McCollum C. H. a. o. Anévrismes de l'artère carotide extracrânienne, ibid., V. 137, p. 196, 1979; Morris G. C. a. o. Gestion de l'artériosclérose occlusive carotidienne et coronaire coexistante, Quart. Clev. Clin., V. 45, p. 125, 1978; N o v e 1 1 i n e A. Angioplastie transluminale percutanée, Nouvelles applications, Amer. J. Roentgenol., V. 135, p. 983, 1980; Stanton P. E., McCluskyD. H. a. L. A. A. Évaluation hémodynamique de l'artère carotide interne, Surgery, v. 84, p. 793, 1978; Woodcock J.P. Méthodes spécialisées par ultrasons pour l'évaluation et l'imagerie de la maladie artérielle systémique, Brit. J. Anaesth., V. 53, p. 719, 1981.


M. D. Knyazev; H.V. Krylova (an., Emb.), M.H. Seleznev (anest.).