Anévrisme vasculaire cérébral

Anévrisme vasculaire cérébral

Un anévrisme vasculaire cérébral est une expansion bulbeuse d'une zone limitée d'une artère de genèse congénitale ou acquise. C'est l'une des maladies du cerveau les plus dangereuses. Elle se développe de manière asymptomatique, lentement, avec des conséquences graves. Les "porteurs" sans méfiance de l'anévrisme représentent 5% de la population.

Il en existe plusieurs types, en fonction de la localisation du "sac anévrysmal": anévrisme des artères du cerveau, de l'aorte, des vaisseaux périphériques et du cœur. Les changements pathologiques dans les vaisseaux basaux du cerveau sont appelés anévrysmes intracrâniens ou cérébraux. Statistiquement, il s’agit de la forme la plus courante d’anévrisme.

Causes de l'anévrisme cérébral

Il existe deux formes de la maladie: congénitale et acquise.

Congénital (primaire)

Les symptômes de sa présence n'existent pas. Il peut accompagner toute la vie et se compliquer soudainement d'un facteur externe ou interne.

  • Défaut anatomique de la paroi du vaisseau - un affaiblissement ponctuel de la paroi de la veine de Gallen, se développe souvent chez les garçons. Dans le même temps, 90% de mortalité dans la période néonatale ou dans la période néonatale. Même dans le cas d'un traitement en temps opportun, un pronostic favorable ne dépassant pas 80%. Accompagné d'insuffisance cardiaque et d'hydrocéphalie.
  • Malformation artérioveineuse (malformation) - Entrelacement pathologique des artères et des veines.
  • La prédisposition héréditaire peut être accompagnée d'une carence en collagène. Doit être pris en compte en premier lieu, nécessite un suivi constant des vaisseaux du cerveau.

Acquis (secondaire)

Athérosclérose des vaisseaux cérébraux

Développe avec des maladies systémiques qui affectent la structure de la paroi vasculaire. Plus souvent dans le groupe d'âge des 50-60 ans. Les maladies suivantes conduisent à la formation d'un anévrisme:

  • Athérosclérose - ulcération de la paroi vasculaire accumulant du cholestérol.
  • Infections - syphilis, mycose.
  • Collagenoses - maladies systémiques du tissu conjonctif.
  • Hypertension et crises hypertensives fréquentes.
  • Thromboembolie.
  • Tumeurs bénignes et néoplasmes ressemblant à des tumeurs ou métastases cancéreuses de la tête et du cou.
  • Condition septique.
  • État postopératoire dû à une opération du cerveau.
  • Syndrome post-traumatique - blessure à la tête ouverte ou fermée.
  • Des "attaques d'adrénaline" constantes lors de la pratique de sports extrêmes ou sous la forme de risques professionnels (pilotes d'avion, médecins).
  • Maladie rénale polykystique.
  • Toxicomanie (cocaïne) et abus de cigarettes et d’alcool.
  • Consommation incorrecte à long terme de contraceptifs oraux.

Classification de l'anévrisme cérébral

Formes d'anévrisme cérébral

Il existe plusieurs classifications sur lesquelles repose le pronostic, le traitement ou le plan de suivi du patient (observation dynamique):

  1. Par complexité anatomique: anévrisme à une et plusieurs chambres.
  2. Selon le formulaire:
    • "Baie" bagulaire le plus souvent trouvée, principalement acquise, généralement de petite taille, pas plus de 10 mm. Les images sont clairement visibles: le cou, le corps et le bas.
    • En forme de fuseau - expansion de la paroi du vaisseau avec des bordures floues.
  3. En diamètre et taille: petit (moins de 3-11 mm), moyen (11-25 mm), gigantesque (plus de 25 mm).
  4. Par type de vaisseau endommagé: artériel et artério-veineux.

Pathogenèse de l'anévrisme cérébral

La pathogenèse de la maladie dépend de la localisation et des caractéristiques ci-dessus. L'anévrisme lui-même est situé sur la surface interne de la paroi vasculaire - intima. Il n'y a pas de couche musculaire dans cette zone, car le sang qui remplit le vaisseau constitue facilement un réservoir supplémentaire. Le flux sanguin pathologique commence à se développer avec des périodes de dévastation abrupte et de débordement du vaisseau. Cela crée un mouvement de sang inégal et perturbe l'homéostasie des tissus cérébraux.

L'anévrisme cérébral est localisé de manière chaotique, n'importe où dans le lit vasculaire, mais il est le plus souvent diagnostiqué dans la région des vaisseaux reliant la région inférieure du cerveau et la base du crâne, appelée cercle de Vililizov. Localisation "préférée" dans la zone des boucles artérielles ou de la ramification (bifurcation) des vaisseaux. Les symptômes de l'anévrisme cérébral se manifestent en raison du remplissage de la partie pathologiquement étendue du vaisseau. La masse de sang stagnant commence à comprimer le tissu cérébral environnant et les centres vitaux qui s'y trouvent.

Symptômes de l'anévrisme cérébral

Les signes d'anévrisme cérébral sont nombreux et pathognomiques. Une attention particulière devrait être portée aux symptômes suivants:

  • Maux de tête intenses périodiques sans cause avec une localisation claire. L'emplacement de la douleur indiquera l'artère endommagée: la zone fronto-orbitaire, le temporal ou l'occipital, ou la moitié de la tête avec des limites claires.
  • Douleurs accompagnées de vertiges et d'évanouissements.
  • Douleur intense dans la région de l'orbite, d'une part.
  • Étouffement fréquent, difficulté à avaler, sensation de corps étranger.
  • Attaque épileptiforme unique (convulsive), sans épilepsie clinique.
  • Soudainement développé: ptose unilatérale, dilatation de la pupille, strabisme, photophobie, champ visuel diminué ou distorsion d'objets visibles.
  • Apparaissant périodiquement une faiblesse spontanée à court terme dans les jambes.
  • Parésie unilatérale du nerf facial, associée à une chute brutale et à une perversion de l'audition (souffle ou sifflement).
  • Paresthésie unilatérale ou anesthésie de la peau du visage.
  • L’aura psychique se traduit par une anxiété accrue, la suspicion, une instabilité émotionnelle, une irritabilité accrue, des crises de léthargie, des troubles du sommeil.

Diagnostic de la maladie

Angiographie des vaisseaux cérébraux

Le diagnostic de l'anévrisme cérébral est effectué par un neurochirurgien qui établit un diagnostic préliminaire basé sur des plaintes et un examen. Et aussi, mener des tests pour la présence de réflexes pathologiques. Le diagnostic final n’est posé qu’après l’application des méthodes de recherche instrumentales, dans leur combinaison optimale:

  • Angiographie avec un agent de contraste.
  • Vaisseaux Dopler de la tête et du cou.
  • Imagerie par résonance magnétique (IRM) et tomographie par ordinateur.
  • Une analyse du liquide céphalorachidien (liquide céphalorachidien) est réalisée si une rupture d'anévrisme est suspectée.

Complications de l'anévrisme cérébral

Les complications de cette maladie entraînent de dangereuses conséquences irréversibles. La rupture de l'anévrisme des vaisseaux cérébraux se produit pendant la période de bien-être imaginaire, souvent pendant la journée. L’intervalle d’âge de la période dangereuse est suffisamment large, allant de 30 à 50 ans. Les facteurs provocateurs pour le développement de complications sont: crise hypertensive et stress émotionnel sévère. Conséquences de l'anévrisme et de sa rupture:

  • La conséquence physiopathologique et clinique de la rupture est un accident vasculaire cérébral hémorragique (hémorragie). De la localisation: intracérébrale ou sous-arachnoïdienne, qui dépendra du pronostic vital.
  • Dans 40% des cas, il est fatal ou comateux.
  • Les résultats vitaux menacent de dommages irréversibles aux loci affectés du système nerveux central. Et par conséquent, la perte de fonctions cognitives ou physiques du corps, avec l'incapacité inévitable.
  • Il est prouvé qu’après une seule rupture de l’anévrisme, des "poches anévrismales" supplémentaires peuvent se développer dans les vaisseaux.
  • Le développement du syndrome hydrocéphalique entraîne une augmentation de la pression intracrânienne et des simtomokompleks correspondants.
  • La fonction protectrice du cerveau peut être un vasospasme réactif (angiospasme cérébral), avec un risque d'accident vasculaire cérébral ischémique et une probabilité de décès allant jusqu'à 20%.
  • Intoxication des tissus cérébraux et nécrose sélective qui en résulte, en raison de processus stagnants et de produits de décomposition.

Les signes avant-coureurs de la rupture d’un anévrisme sont les suivants: mal de tête «signal» aggravé paroxystique, sensation de chaleur et de brûlure à la tête et du cou, divers troubles visuels et du langage, faiblesse générale grave, chute de la tension artérielle à état collaptoïde, perte de conscience, nausées et vomissements, soulagement.

L’apparition de symptômes pathologiques - tension musculaire du cou (rigidité), syndrome convulsif, démarche instable (signe de paralysie partielle - hémiplégie), désorientation mentale, amnésie, miction incontrôlée et défécation, apraxie et ataxie (désorientation dans l’espace).

Traitement de l'anévrisme cérébral

Le traitement de l'anévrisme cérébral n'est possible que de manière radicale. S'il est réalisé à temps, avant l'apparition des conséquences et le développement de complications irréversibles, le pronostic est favorable. Signes acceptables d'hypoxie du cerveau, qui sont éliminés indépendamment au cours de la période postopératoire ou au moyen d'un traitement médicamenteux d'appoint.

Traitement chirurgical

Le traitement chirurgical de l'anévrisme cérébral dépend de l'urgence, de l'emplacement et de la taille de la lésion pathologique du vaisseau:

  • Une intervention intracrânienne directe consiste à imposer des clips au vaisseau endommagé et à les exclure de la circulation sanguine. Dans le même temps, l'aspiration du sang qui s'est écoulé du vaisseau et le drainage ultérieur de l'hématome sont effectués.
  • Par endovasculaire, on entend une chirurgie peu invasive sous contrôle de rayons X ou de tomographe (IRM) - embolisation iatrogène (occlusion) du vaisseau endommagé avec des biomatériaux (éponge de gélatine, microspirale ou ballonnet).
  • Excision de la partie malade du vaisseau avec d'autres prothèses avec autogreffe (propre vaisseau sanguin) ou greffe en plastique.
  • Dans les cas graves, les éléments du sphénoïde sont réséqués par une technique microchirurgicale selon l'approche ptérionale (fronto-temporale).

Traitement de la toxicomanie

Le traitement médicamenteux est effectué au stade hospitalier. Elle consiste à éliminer les symptômes pathologiques et à améliorer la circulation cérébrale:

  • Traitement anticonvulsivant et antiémétique.
  • Traitement par perfusion anti-œdème pour prévenir le développement d'un œdème cérébral.
  • Analgésiques - antispasmodiques.
  • Les antihypertenseurs et un groupe spécifique de bloqueurs du calcium.
  • Les antidépresseurs et les médicaments nootropes.
  • Des moyens qui améliorent la rhéologie du sang.

Réhabilitation et prévention

La réadaptation prend plusieurs mois avec une gamme complète d’activités de réadaptation:

  • La thérapie physique implique une série d'exercices spécifiques avec un instructeur plusieurs fois par jour.
  • Massage général, méthodes physiothérapeutiques autorisées. Baignade dans la piscine.
  • Si nécessaire, l'aide d'un orthophoniste orthophoniste.
  • La climatothérapie, de longues et lentes promenades au grand air et une atmosphère émotionnelle favorable.

La prévention du développement des anévrismes cérébraux est une attitude vigilante vis-à-vis de leur santé. Exclusion des facteurs de risque et examen annuel annuel du corps à l'aide de diagnostics de laboratoire et d'imagerie par résonance magnétique (IRM).

Commentaires

Je n’ai pas compris un peu, la forme acquise a des symptômes et la forme congénitale ne décrit absolument rien. D'une manière ou d'une autre, une telle forme de maladie devrait se manifester, par une sorte de déviation par rapport à l'état normal d'une personne, ou l'écart se produit-il simplement!?

Anévrisme des vaisseaux cérébraux: symptômes, principes de traitement

L'anévrisme vasculaire cérébral est un renflement pathologique des artères, qui se forme en raison de modifications de la structure de la paroi vasculaire. C'est l'une des maladies les plus dangereuses pouvant entraîner la mort du patient. Selon les statistiques, environ 5% des personnes rencontrent des anévrismes de ce type, mais la plupart d'entre elles sont asymptomatiques.

Le principal danger de cette pathologie vasculaire est qu’en cas d’évolution défavorable, l’anévrisme puisse se rompre et provoquer un AVC hémorragique. Généralement, les ruptures de ces formations surviennent chez des personnes âgées de 30 à 50 ans.

Pourquoi les anévrismes cérébraux apparaissent? Comment sont-ils formés? Quels sont les types d'anévrismes? Quels sont les symptômes accompagnés? Quels sont les moyens de les diagnostiquer et de les traiter? Que peut conduire à ces saillies anormales des parois vasculaires? Vous pouvez obtenir des réponses à ces questions en lisant cet article.

Raisons

Un anévrisme congénital peut survenir en raison d'un développement anormal de la couche musculaire des artères cérébrales de nature héréditaire. Habituellement, ces protubérances sont formées dans les zones de forte flexion des vaisseaux et leur apparence est provoquée par une carence en collagène. Les anévrismes congénitaux sont souvent associés à d’autres anomalies dans le développement des organes: malformations cardiaques, maladie rénale polykystique, etc.

Les anévrismes acquis se produisent sous l’influence des facteurs suivants:

  • blessures à la tête;
  • l'athérosclérose, qui survient lors de l'exfoliation des plaques d'athérosclérose et conduisant à un amincissement des vaisseaux artériels du cerveau;
  • hypertension (en particulier lors de crises hypertensives fréquentes);
  • compression vasculaire tumeurs cérébrales;
  • infections entraînant des lésions des membranes, des vaisseaux sanguins et des tissus du cerveau.

L'augmentation des radiations, de la dépendance à la nicotine et de l'abus de drogues (en particulier de cocaïne) peuvent contribuer au développement de tels vaisseaux cérébraux.

Comment se passe la formation des anévrismes et quels sont-ils?

La paroi artérielle normale se compose de trois couches:

  • interne (ou intima);
  • musculaire;
  • externe (ou adventice).

Avec les modifications dégénératives accompagnées de dystrophie graisseuse, l'apparition de zones de nécrose, de déplacement ou de rupture des fibres musculaires, la diminution du nombre ou la déformation des fibres élastiques, la paroi de l'artère devient plus fine et devient non élastique. En conséquence, même la pression artérielle saccadée habituelle provoque la formation d'une saillie. Il apparaît généralement devant un vaisseau ramifié, une plaque d'athérosclérose ou un caillot de sang. Ces anévrismes sont appelés fusiformes (diffuses). Au cours de leur formation, la structure de la paroi vasculaire reste la même, mais toutes ses couches deviennent considérablement plus minces et la capacité de la couche musculaire à se contracter diminue.

Le plus souvent à la place du défaut de la paroi de l'artère se trouvent les anévrismes sacculaires, constitués d'une ou de plusieurs chambres. En raison des dommages subis par la membrane élastique interne dans la zone de destruction du vaisseau sous la pression du sang, il se forme une formation arrondie avec des parois excessivement étirées et amincies.

Les anévrismes exfoliants se forment lorsque l'endothélium est endommagé et qu'il existe une tendance à l'hypertension artérielle. Les plaques d'athérosclérose, les processus infectieux ou les anticorps auto-immuns peuvent causer des dommages. En raison de l'hypertension artérielle, le sang pénètre dans l'endothélium de l'artère et provoque la séparation de ses parois. Un hématome est formé à l'intérieur du vaisseau, qui s'introduit ensuite dans le vaisseau ou au-delà.

Dans certains cas, en raison de la défaite de la paroi artérielle par des processus infectieux, un anévrisme fongoïde se forme. L'infiltration inflammatoire du vaisseau se termine par les processus de cicatrisation, d'hyalinisation et de calcification. En raison de ces modifications, la paroi vasculaire est déformée et, dans les zones endommagées, une saillie est formée sur la tige étroite, dont la forme ressemble à une goutte ou à un champignon.

Les anévrismes peuvent être localisés sur:

  • artère cérébrale antérieure;
  • artère cérébrale moyenne;
  • artère carotide interne;
  • système vertébro-basilaire.

Chez 13% des patients, les anévrismes sont multiples et se retrouvent sur plusieurs vaisseaux artériels à la fois.

En fonction de la taille de l'anévrisme des vaisseaux cérébraux est classé comme suit:

  • miliaire - jusqu'à 3 mm;
  • petit - jusqu'à 1 cm;
  • moyen - de 1 à 1,5 cm;
  • grand - de 1, 6 à 2,5 cm;
  • gigantesque - plus de 2,5 cm.

Les symptômes

Les anévrismes des vaisseaux cérébraux peuvent survenir:

  • apoplexie - les symptômes sont provoqués par une rupture de saillie et surviennent soudainement;
  • les symptômes ressemblant à une tumeur sont causés par une augmentation de la saillie et de la compression des tissus environnants; leur nature dépend de l'emplacement de la formation.

Environ un quart des patients ont de petits anévrismes, sont apoplexiquement et n'apparaissent qu'au moment de la rupture. Après cela, le patient présente les symptômes suivants:

  • mal de tête aigu et intense;
  • vomissements non soulagés;
  • confusion ou évanouissement (pas toujours) et coma cérébral.

Plus tard, le patient récupère progressivement sa conscience ou continue à être dans le coma. En raison d'une hémorragie ou de la formation d'un hématome, il développe des signes de syndrome méningé et une manifestation d'une lésion de l'une ou l'autre des parties du cerveau. Ces symptômes sont dus à la destruction des neurones et à l’ischémie dans la région de l’artère rompue. La période hémorragique dure environ 5 semaines et les symptômes qui apparaissent peuvent se développer et être complétés par de nouvelles manifestations.

Chez 65% des patients, la rupture des parois de l'anévrisme entraîne une hémorragie méningée et des lésions du tissu cérébral dues au type d'accident vasculaire cérébral ischémique. Dans 22% des cas, un hématome est formé dans les tissus cérébraux en raison de la rupture de la saillie, qui est complétée par l'apparition de symptômes focaux. Chez 14% des patients, cette catastrophe vasculaire est accompagnée d'une hémorragie dans les ventricules cérébraux, et cette évolution pathologique la plus grave provoque souvent la mort du patient.

Lorsque l'évolution de l'anévrisme ressemble à une tumeur, il se produit une compression du tissu cérébral, des nerfs crâniens et des vaisseaux sanguins, qui se manifeste par des symptômes neurologiques. Le plus souvent, de telles saillies se développent dans la région des sinus caverneux ou du chiasma (chiasma optique). La plainte la plus courante des patients dans ces cas est un mal de tête de localisation et de gravité différentes. La douleur peut être de type migraine, localisée dans le temple et la région occipitale, ou ressentie dans la région fronto-orbitaire.

Les signes de compression d’une zone particulière du tissu cérébral et des nerfs crâniens peuvent être les suivants:

  • diplopie (doublement du sujet en question);
  • ptosis (omission du siècle);
  • le rétrécissement d'un élève et une diminution de sa réponse à la lumière;
  • strabisme;
  • perte de champs visuels;
  • douleur unilatérale au visage;
  • déficience auditive unilatérale;
  • sifflement aigu dans l'oreille;
  • parésie nerveuse faciale: asymétrie faciale, ptosis et décharge larmoyante altérée;
  • difficulté et distorsion de la parole;
  • engourdissement de la moitié du corps;
  • hallucinations;
  • des convulsions;
  • labilité émotionnelle, etc.

Complications après la rupture d'un anévrisme

Les hémorragies dans le tissu cérébral à la rupture de l'anévrisme entraînent le développement de complications caractéristiques des accidents ischémiques et hémorragiques:

  • syndrome douloureux - Douleurs de durée et d’intensité différentes, mal arrêtées par des analgésiques;
  • troubles psychologiques - sautes d'humeur drastiques, dépression, insomnie, anxiété, irritabilité;
  • déficience cognitive - déficience de la mémoire, capacité réduite à percevoir et à traiter l'information, violations de la pensée logique;
  • changements de comportement - réactions lentes, instabilité émotionnelle, peur ou agression;
  • déficience visuelle - diminution de l’acuité visuelle, diplopie, perte des champs visuels;
  • troubles de la parole - difficultés à reproduire les sons, difficultés de perception de la parole, de lecture, d'écriture et de comptage;
  • difficulté à avaler et à avaler - à cause de cette violation, des aliments peuvent pénétrer dans la trachée ou les bronches;
  • troubles du mouvement - troubles de la coordination des mouvements, difficulté à marcher, paralysie, hémiplégie;
  • violations des selles et miction - les patients ont des difficultés à vider la vessie et les intestins;
  • syndrome convulsif (parfois).

Dans 17% des cas, l'ischémie cérébrale qui se développe après une catastrophe vasculaire est fatale.

Diagnostics

Souvent, les anévrismes cérébraux du cerveau pendant longtemps sont asymptomatiques et sont détectés par hasard lors de l'examen d'un patient pour une autre maladie. Lorsque les symptômes apparaissent, le patient subit un examen neurologique avec prise de rendez-vous de l'analyse des liquides céphalo-rachidiens, des radiographies et des études topographiques.

Grâce à l'examen neurologique, le médecin identifie les manifestations focales et méningées grâce auxquelles il peut établir la surface estimée de la formation pathologique. Pour clarifier les causes des symptômes neurologiques, les études instrumentales suivantes sont menées:

  • radiographie du crâne;
  • CT et IRM;
  • angiographie (avec et sans contraste).

Une étude angiographique permet de déterminer la localisation, la taille et la forme des anévrismes. Cette technique peut être réalisée avec l'utilisation de contraste et sans (le contraste n'est pas introduit lorsque l'on soupçonne une rupture d'anévrisme). L’étude la plus informative est l’angiographie par résonance magnétique, qui permet d’obtenir des images bidimensionnelles ou tridimensionnelles et qui peut être réalisée sans contraste, même lorsque la saillie vasculaire est rompue.

Si une rupture d'anévrisme est suspectée et qu'il n'y a aucune possibilité d'angiographie IRM, une ponction lombaire est pratiquée sur le patient. Dans les hémorragies sous-arachnoïdiennes ou intracérébrales, du sang est détecté dans le liquide céphalo-rachidien.

Traitement

Lors de la détection de petits anévrismes des vaisseaux cérébraux, il est recommandé au médecin de surveiller en permanence le patient et d'effectuer des recherches lui permettant de contrôler la croissance et l'état de la protrusion vasculaire. Ces cas cliniques ne sont pas des indications pour un traitement chirurgical, mais nécessitent une surveillance constante du processus pathologique. Pour prévenir la croissance de l'anévrisme, on prescrit au patient des médicaments pour contrôler la pression artérielle, le pouls et le taux de cholestérol dans le sang. Si nécessaire, le traitement des effets des lésions cérébrales traumatiques ou des infections.

Dans la plupart des cas, avec des anévrismes cérébraux, le patient est prescrit un traitement conservateur et chirurgical.

Pour prévenir la rupture de l'anévrisme, on prescrit au patient les médicaments suivants:

  • bloqueurs des canaux calciques - utilisés pour prévenir les spasmes cérébraux;
  • médicaments antihypertenseurs - sont prescrits pour prévenir les augmentations de pression artérielle pouvant provoquer une rupture d'anévrisme;
  • anticonvulsivants - utilisés pour prévenir les crises convulsives;
  • anti-douleur et antiémétique - sont assignés pour soulager l’état du patient.

Le traitement chirurgical de l'anévrisme est effectué pour prévenir sa rupture ou éliminer les manifestations causées par la compression du tissu. Pour cela, les interventions suivantes peuvent être effectuées:

  • Anévrisme coupant le cou. Cette opération est effectuée par accès classique à l'aide d'un équipement de microchirurgie. Le vaisseau anévrismal est coupé de la circulation sanguine générale et le chirurgien sécrète un col saillant. Après cela, il est superposé clip, en arrêtant le flux de sang dans l'anévrisme.
  • Renforcement des parois du vaisseau avec un anévrisme. Pendant l'opération, une gaze chirurgicale est appliquée sur le segment de vaisseau affecté, ce qui provoque une augmentation du tissu conjonctif et la formation d'une capsule. Cette méthode est peu utilisée car, après de telles opérations, le risque de saignement postopératoire est élevé.
  • Électrocoagulation stéréotaxique ou thrombose artificielle d'un anévrisme avec des coagulants. Pendant la chirurgie, le chirurgien utilisant l'électrocoagulation ou l'introduction de coagulants cherche à bloquer l'anévrisme.
  • Ablation transcrânienne des malformations artérioveineuses. L'opération est réalisée à l'aide de matériel de microchirurgie et de neuronavigation. Lorsque les malformations artério-veineuses se situent dans des zones difficiles d'accès pour l'excision chirurgicale, des techniques de radiochirurgie sont utilisées pour obtenir la fermeture des malformations plusieurs années après l'intervention.
  • Occlusion endovasculaire de l'anévrisme. Dans cette procédure peu invasive, une hélice est installée, ce qui ferme l'anévrisme et provoque une thrombose. L'accès au vaisseau affecté se fait par l'artère fémorale sous le contrôle de l'angiographie.

Lorsqu'un anévrisme cérébral se rompt, le plan de traitement dépend du cas clinique. Parfois, une tactique d'attentisme est entreprise, consistant à prescrire un traitement conservateur à un patient, dont le principe est analogue à celui du traitement de l'AVC hémorragique ou ischémique. Pour les hématomes intracérébraux, les types de chirurgie suivants peuvent être effectués:

  • Ablation transcrânienne de l'hématome. L'opération est réalisée par trépanation du crâne et encéphalotomie sur le lieu d'accumulation de sang ou en contournant des zones particulièrement importantes du cerveau. Pendant l'intervention, le chirurgien élimine les accumulations de sang ainsi que les zones de tissu cérébral imbibées de sang ou nécrotisées.
  • Aspiration stéréotaxique. Le prélèvement de sang s'effectue à l'aide d'un appareil stéréotaxique, qui est installé dans la cavité de l'hématome à travers un petit trou dans le crâne (jusqu'à 2,5 cm) et par une incision des méninges (jusqu'à 1,5 cm). Une spatule étroite avec une pointe aspirante, qui pompe le sang, est insérée dans la cavité de l'hématome. Ces opérations sont effectuées avec une accumulation de sang dans des endroits difficiles à atteindre ou en cas de maladie grave du patient.
  • Évacuation endoscopique. Cette opération mini-invasive est réalisée à l'aide d'un neuro-endoscope, qui est inséré dans la cavité de l'hématome à travers l'orifice de la tréphine. Le sang est aspiré par succion. L'ensemble du processus d'intervention est contrôlé par tomographie assistée par ordinateur. Ces opérations sont présentées aux patients âgés et aux patients dans un état grave.

Lorsque l'hémorragie dans les ventricules du cerveau est effectuée drainage externe ventriculaire. Pendant l'opération, le chirurgien insère l'extrémité du système de drainage dans la cavité du ventricule et le second le place dans le récipient pour recueillir le liquide céphalo-rachidien.

Prévisions

L'issue des anévrismes cérébraux du cerveau est déterminée par l'emplacement, la taille de la saillie et la présence de maladies provoquant une dégénérescence de la paroi vasculaire. Les anévrismes de petite taille, qui ne sont pas sujets à la progression, peuvent être asymptomatiques tout au long de la vie. Aux ruptures des protrusions pathologiques, la mort du patient survient dans 30 à 50% des cas. 25 à 35% des patients survivants sont handicapés. Des hémorragies répétées surviennent chez 20 à 25% des patients et dans 70% des cas, elles aboutissent au décès.

Quel médecin contacter

En cas de maux de tête intenses, de troubles de la conscience et de vomissements inconfortables, appelez une ambulance. Si vous éprouvez des maux de tête, des nausées, des vomissements, une vision double, une ptose des paupières, une déficience visuelle, une audition et d’autres manifestations neurologiques, vous devriez consulter un neurologue. Après l'examen (radiographie du crâne, tomodensitométrie, IRM, angiographie), le médecin déterminera le plan de traitement et, si nécessaire, procédera à une opération chirurgicale, puis consultera un neurochirurgien.

L'anévrisme des vaisseaux cérébraux est une saillie pathologique de la paroi vasculaire, qui se forme en raison de l'amincissement et de l'étirement excessif de la zone du vaisseau. Cette pathologie est extrêmement dangereuse, car la rupture de ces formations peut provoquer de graves perturbations de la circulation cérébrale, entraînant une issue fatale. Pour les petits anévrismes qui ne sont pas sujets à la croissance, il peut être conseillé au patient de surveiller de manière dynamique la saillie pathologique du vaisseau. Dans d'autres cas, un traitement complet est effectué pour prévenir la rupture de l'anévrisme et son retrait.

Sur Khabar 24 à propos d'un anévrisme cérébral:

À propos de l'anévrisme cérébral dans le programme «Vivre en bonne santé!» Avec Elena Malysheva:

Animation médicale "Embolisation d'un anévrisme cérébral":

Anévrisme vasculaire cérébral

Anévrisme des vaisseaux cérébraux - de quoi s'agit-il?

L’anévrisme vasculaire cérébral est une extension d’un ou de plusieurs vaisseaux cérébraux. Cette condition est toujours associée à des risques élevés de décès ou d'invalidité du patient en cas de rupture d'anévrisme. En substance, l'anévrisme est une saillie de la paroi vasculaire qui se produit dans une zone particulière du cerveau. L'anévrisme peut être congénital et se développer au cours de la vie. Cependant, il endommage l’intégrité des vaisseaux sanguins et conduit souvent à la survenue d’hémorragies cérébrales. Ce sont eux qui représentent la principale menace non seulement pour la santé, mais également pour la vie des personnes. En règle générale, la rupture d'un anévrisme survient chez les personnes âgées de 40 à 60 ans.

Le diagnostic de l'anévrisme cérébral étant difficile, il est difficile de déterminer l'étendue réelle de sa prévalence dans la population. Néanmoins, les statistiques sont telles que pour 100 000 personnes, 10 à 12 d’entre elles ont un anévrisme. Les autopsies post mortem montrent que les anévrismes n'ayant pas provoqué de rupture de l'artère cérébrale dans 50% des cas n'ont pas été diagnostiqués au cours de la vie. Ils sont découverts par hasard, car ils ne donnent aucun symptôme.

Cependant, la principale menace d'anévrisme a été et reste la rupture du vaisseau avec hémorragie cérébrale. Cette situation nécessite des soins médicaux urgents, qui ne sont pas toujours efficaces. Des statistiques sérieuses sont telles que, dans le contexte des saignements sous-arachnoïdiens, 10% des patients décèdent presque instantanément, avant même que les médecins aient la possibilité de leur fournir les premiers soins. Quelque 25% des personnes décèdent le premier jour et jusqu'à 49% décéderont au cours des trois premiers mois suivant l'hémorragie cérébrale. En résumant le triste résultat, on peut dire que le taux de mortalité dans le contexte d’une rupture d’anévrisme des vaisseaux cérébraux est égal à 69%. De plus, la mort des patients survient plus souvent dans les premières heures ou les premiers jours qui suivent la survenue de la catastrophe cérébrale.

Malgré le développement élevé de la science médicale, la chirurgie est la seule méthode de traitement de l'anévrisme cérébral. Cependant, même cela n'assure pas une protection à 100% contre la mort. Cependant, le risque de décès par rupture soudaine d'un anévrisme comparé au risque de décès pendant ou après la chirurgie reste 2 à 2,5 fois plus élevé.

En ce qui concerne les pays où l'anévrisme cérébral est le plus répandu, les leaders à cet égard sont le Japon et la Finlande. Si vous vous adonnez au sexe, les hommes souffrent de cette pathologie 1,5 fois moins souvent. Chez les femmes, les saillies de taille géante se retrouvent trois fois plus souvent. Les anévrismes sont très dangereux pour les femmes en position.

Contenu de l'article:

Qu'est-ce qui mène à la formation d'un anévrisme cérébral?

Le principal responsable de la formation d'un anévrisme peut être qualifié de violation de la structure de toute couche de la paroi vasculaire, dont il existe trois: l'intima, les médias et les adventices. Si ces trois coquilles ne sont pas endommagées, aucun anévrisme ne se forme jamais en elles.

Les raisons qui provoquent sa formation incluent:

Inflammation transférée de la muqueuse du cerveau - méningite. Dans le contexte de la maladie elle-même, il est assez difficile d'identifier les symptômes de l'anévrisme, car la condition humaine reste grave. Après le traitement de la méningite, des défauts peuvent rester sur les parois des vaisseaux cérébraux, ce qui conduit en outre à la formation d'un anévrisme.

Blessures à la tête qui provoquent une stratification des parois vasculaires.

La présence d'une maladie systémique. Le danger est l'endocardite bactérienne, la syphilis non traitée et d'autres infections qui atteignent les vaisseaux sanguins du cerveau avec la circulation sanguine et les endommagent de l'intérieur.

Certaines maladies de nature congénitale (syndrome de Marfan, sclérose tuberculeuse, syndrome d'Ehlers-Danlos, lupus érythémateux disséminé, maladie rénale polykystique congénitale et quelques autres).

Maladies auto-immunes provoquant des dommages aux artères.

Autres raisons, notamment: angiopathie amyloïde cérébrale, tumeurs malignes, qui ne sont pas nécessairement localisées dans le cerveau.

Par héritage, l'anévrisme des vaisseaux cérébraux n'est pas transmis, mais il peut survenir dans le contexte de maladies pour lesquelles une personne a une prédisposition. Ces maladies incluent, par exemple, l'hypertension, l'athérosclérose, certaines pathologies immunitaires et génétiques.

Quel pourrait être un anévrisme cérébral?

Il existe plusieurs types de classification des anévrismes cérébraux, chacun ayant son propre critère de classification. Après avoir déterminé le type d'anévrisme dont souffre le patient, il est possible de choisir un traitement efficace et d'obtenir un pronostic plus précis.

Types d'anévrisme vasculaire, en fonction de leur forme.

Anévrisme en sac. Cet anévrisme survient plus souvent que les autres, si on ne considère que les vaisseaux cérébraux.

Anévrisme en forme de fuseau. Il se forme le plus souvent sur l'aorte mais se développe rarement dans le cerveau. L'anévrisme a une forme cylindrique et provoque une expansion assez uniforme de la paroi vasculaire.

Anévrisme exfoliant. Il a une forme oblongue et est situé entre les couches qui composent la paroi du vaisseau. Le plus souvent, un tel anévrisme se retrouve également sur l'aorte, ce qui s'explique par le mécanisme de sa formation. Il se forme en présence d'un défaut dans l'intima, où le sang commence à couler progressivement. Cela conduit à la séparation du mur et à la formation d'une cavité. Les vaisseaux sanguins dans les vaisseaux cérébraux ne sont pas aussi hauts que dans l'aorte, ce type d'anévrisme est donc rarement retrouvé.

Types d'anévrisme vasculaire, en fonction de leur taille. Plus l'anévrisme est petit, plus il est difficile à détecter lors d'activités de diagnostic. De plus, ces anévrismes ne donnent pas de symptômes graves. Les grands anévrismes, à leur tour, exercent une pression sur les structures du cerveau et provoquent les symptômes correspondants. Vous ne devez pas penser qu'un petit anévrisme n'est pas dangereux, car ils se développent tous avec le temps. La rapidité avec laquelle l'anévrisme augmentera en taille est inconnue.

Les grands anévrismes sont ceux qui dépassent 25 mm.

Les anévrismes sont moyens - leur taille est inférieure à 25 mm.

Les petits anévrismes sont ceux dont le diamètre ne dépasse pas 11 mm.

Types d'anévrisme vasculaire, en fonction de leur localisation. Ce critère détermine en grande partie les symptômes de la maladie, chaque segment du cerveau étant responsable de certaines fonctions. Ainsi, une personne peut souffrir davantage d’ouïe, de parole, de vision, de coordination, de respiration, de travail cardiaque, etc. Les noms des types d’anévrisme dans ce cas viennent du vaisseau sur lequel elle se trouve. À cet égard, il y a:

Anévrisme de l'artère basilaire (survient chez 4% des patients).

Anévrismes des artères cérébrales postérieures (26%), moyennes (25%) ou antérieures (45%).

Anévrismes des artères cérébelleuses inférieures et supérieures.

Selon la date à laquelle l'anévrisme s'est formé, les défauts congénitaux et acquis sont isolés. Les anévrismes acquis sont plus susceptibles aux ruptures, ce qui s'explique par leur taux de croissance élevé. Par conséquent, pendant le diagnostic, il est hautement souhaitable de déterminer le moment de la formation de saillie. Ainsi, certains anévrismes se forment en quelques jours et éclatent rapidement. D'autres anévrismes, au contraire, peuvent exister pendant des années et ne se donnent pas.

Selon le nombre d'anévrismes, il existe des formations multiples et uniques. Le plus souvent, une seule saillie se trouve dans le cerveau - dans 85% des cas. Les facteurs de risque pour la formation de plusieurs anévrismes sont les lésions cérébrales graves, ou la chirurgie de ses structures (nous parlons d'opérations globales), ainsi que les maladies congénitales qui affectent la qualité du tissu conjonctif. Naturellement, plus une personne a de formations, plus le pronostic est sombre.

Qu'est-ce qu'un anévrisme sacculaire?

Les raisons de la formation d'un anévrisme sacculaire sont le plus souvent réduites à un point ou à un des dommages subis par un vaisseau ou plutôt par l'une de ses couches. En conséquence, la paroi du vaisseau commence progressivement à faire saillie, ce qui donne l’apparition d’un sac rempli de sang. Son fond est souvent plus large que le trou par lequel le sang coule.

En présence d'un anévrisme sacculaire, il existe un risque de développer les troubles suivants:

Détérioration de l'apport de sang à certaines parties de l'artère, en raison de son courant plus lent.

Sang tourbillonnant lors de son passage dans le vaisseau avec l'anévrisme.

La présence de turbulence augmente le risque de formation de caillots sanguins.

Le risque de rupture de la paroi du vaisseau augmente car il s’avère trop étiré.

Le cerveau peut souffrir de la compression de ses tissus par un anévrisme, dont la taille augmente.

Même les anévrismes sacculaires se cassent souvent et provoquent la formation de caillots sanguins, en comparaison avec d'autres types d'anévrisme.

Qu'est-ce qu'un faux anévrisme?

Les faux anévrismes ne sont pas répandus, cependant, ils peuvent se produire. Le défaut n’est pas un renflement du vaisseau, mais un dommage sous la forme d’une rupture. Le sang qui traverse les dommages dans la paroi du vaisseau sort de ses limites et commence à s'accumuler à proximité, formant un hématome. Lorsque les dommages ne sont pas épithélialisés et que le sang qui fuit ne se propage pas, une cavité se forme dans le tissu cérébral, qui est connectée au vaisseau. Cet anévrisme entraîne une perturbation du flux sanguin, mais ne se limite pas à la paroi vasculaire. Par conséquent, les médecins préfèrent appeler ces formations des hématomes pulsés.

Dans le même temps, une personne présente toujours un risque de saignement important dans les tissus cérébraux, car la paroi du vaisseau endommagé reste perturbée. Quant aux signes d'un faux anévrisme, ils peuvent se manifester par un véritable anévrisme ou présenter des symptômes d'accident vasculaire cérébral hémorragique. Le diagnostic différentiel est très difficile, en particulier aux premiers stades de la formation de l'hématome.

Qu'est-ce qu'un anévrisme congénital?

Si on parle d'anévrismes congénitaux, on entend par eux ceux que la personne avait au moment de sa naissance. Ils ont commencé à se former pendant la vie prénatale du fœtus et ne disparaissent nulle part après la naissance.

Les raisons suivantes peuvent mener à leur formation:

Transféré à la maladie d'une femme enceinte (le danger à cet égard sont les infections virales).

La présence d'une maladie génétique ayant un effet néfaste sur le tissu conjonctif.

Intoxication du corps de la femme pendant la gestation.

La présence de maladies chroniques chez une femme enceinte.

Les effets des radiations sur une femme enceinte.

Les anévrismes congénitaux se rencontrent le plus souvent chez les enfants dont la mère a subi une influence néfaste sur l’organisme de l’extérieur. Il est possible que l'enfant naisse avec d'autres défauts de développement, ce qui arrive très souvent.

Il est assez difficile de faire un seul pronostic pour chaque enfant présentant un anévrisme des vaisseaux cérébraux. Cependant, si les anévrismes ne sont pas faux et si l'enfant ne présente pas d'autres malformations, le pronostic peut alors être considéré comme favorable, car le risque de rupture de l'anévrisme congénital n'est pas important (leurs parois sont suffisamment épaisses). Cependant, un enfant à partir de la naissance doit être enregistré auprès d'un neurologue pédiatrique, car la présence d'une telle éducation dans le cerveau peut affecter son développement. Si nous considérons les cas les plus graves, les anévrismes congénitaux sont de très grande taille et parfois incompatibles avec la vie du fœtus.

Comment se manifeste l'anévrisme cérébral

Sur une longue période, l'anévrisme des vaisseaux cérébraux peut ne pas se révéler. Les saillies atteignent rarement les grandes tailles et se forment sur les petites artères (dans le cerveau, tous les vaisseaux sont petits). Par conséquent, la faible pression exercée par un anévrisme sur le tissu cérébral ne suffit souvent pas pour qu'une personne présente des symptômes de la maladie.

Cependant, l'évolution de la maladie peut parfois être assez grave, ce qui se produit dans les situations suivantes:

L'anévrisme est important et pèse lourdement sur certaines parties du cerveau.

L'anévrisme est situé à la place du cerveau, responsable de fonctions extrêmement importantes.

L'anévrisme est rompu en raison d'un effort physique accru sur le corps, sur le fond de stress, etc.

En cas d'hypertension et d'autres maladies chroniques, l'anévrisme peut produire des symptômes plus prononcés;

Complique le cours de la maladie anastomose artérioveineuse.

Les symptômes qui indiquent la présence d'un anévrisme peuvent être identifiés comme suit:

Maux de tête survenant à différents intervalles et d'intensité différente.

Insomnie ou somnolence accrue.

Symptômes méningés pouvant survenir avec des anévrismes situés à proximité immédiate des membranes du cerveau.

La détérioration de la sensibilité cutanée, une vision altérée, la coordination, l'audition. Les manifestations spécifiques de la maladie dépendent principalement de l'emplacement de l'anévrisme.

Troubles des nerfs crâniens responsables du mouvement de petits muscles. Le patient peut présenter une asymétrie du visage, un enrouement, une omission de la paupière, etc.

Effets possibles d'un anévrisme cérébral

Les complications de l'anévrisme cérébral incluent presque tous les symptômes de cette pathologie, car ils conduisent tous à certains troubles. Il est donc difficile de ne pas appeler perte de la vue ou audition une complication, qui est provoquée par la compression du tissu nerveux par les vaisseaux sanguins dilatés.

En outre, un anévrisme peut également avoir d’autres conséquences dangereuses pour la santé humaine, par exemple lorsqu’il se rompt. D'autres complications se produisent moins fréquemment, mais elles ne sont pas moins menaçantes.

Complications pouvant survenir dans le contexte de la présence d’un anévrisme cérébral:

Coma. Si un anévrisme se forme dans les parties du cerveau responsables des fonctions vitales d'une personne, il peut tomber dans le coma. La durée d'un coma peut être différente et souvent longue. En outre, malgré la qualité et la rapidité des soins médicaux, de nombreux patients ne quittent jamais cette maladie mettant leur vie en danger.

Formation de thrombus. Dans la cavité de l'anévrisme formé, un ralentissement et une perturbation du flux sanguin peuvent se produire, ce qui conduit à l'apparition d'un thrombus. Le plus souvent, une complication similaire se développe dans le contexte de la présence d'un grand anévrisme. L'emplacement d'un caillot sanguin peut varier: parfois, il se produit dans la cavité de l'anévrisme lui-même, parfois, il se détache et bloque la circulation sanguine dans les petits vaisseaux. Plus le thrombus est massif, plus la menace pour la vie humaine est sérieuse, car il porte toujours un AVC ischémique lors d'un tel développement d'événements. Cependant, en fournissant des soins médicaux rapides, la vie du patient peut être sauvée. Souvent, le caillot de sang peut être dissout à l'aide de médicaments.

Former AVM. La MAV est une malformation artério-veineuse, qui est essentiellement un défaut de la paroi vasculaire. Cette violation entraîne une adhérence partielle des veines et des artères. La pression dans la cavité de l'artère commence à tomber et une partie du sang passe dans la veine. Cela entraîne une augmentation de la pression dans la veine et les zones du cerveau alimentées par l'artère commencent à souffrir d'hypoxie. Sur la MAV, indiquez les mêmes signes que sur le fond de l’AVC ischémique. Parfois, les symptômes d’un MAV sont difficiles à distinguer des symptômes d’un anévrisme cérébral. Plus la taille de l'anévrisme est grande, plus le vaisseau est étiré, ce qui signifie que plus le risque de formation de MAV est élevé. Avec le développement de cette complication nécessite une intervention chirurgicale.

Étant donné que l'anévrisme est capable de provoquer de graves complications pouvant constituer un danger pour la vie, les médecins insistent pour qu'il soit opéré. De plus, la nécessité d'une intervention chirurgicale est également due à la gravité des symptômes de l'anévrisme lui-même.

Conséquences de la rupture d'anévrisme

Certains facteurs peuvent conduire au fait que la rupture d'un anévrisme du cerveau peut survenir avec une probabilité plus grande, parmi lesquels:

Expérience stressante;

Stress physique excessif sur le corps;

Hypertension ou pression artérielle;

Boire de l'alcool;

Maladies infectieuses survenant dans le contexte de la température corporelle élevée.

Après la rupture de l'anévrisme chez une personne, les symptômes commencent à augmenter de façon spectaculaire, ce qui en général n'est pas propre à cette maladie. L'état du patient se détériore rapidement et nécessite des soins médicaux urgents. Les signes pouvant indiquer une rupture d'anévrisme sont:

Début très aigu de la maladie.

Céphalée sévère qui se produit brusquement. Certains patients parlent de tels sentiments comme s’ils étaient soudainement frappés à la tête. Dans le futur, très souvent, il y a confusion, perte et même coma.

La respiration d'une personne s'accélère. Le nombre de respirations par minute peut atteindre vingt.

Le cœur commence à battre plus souvent, développant une tachycardie. La bradycardie se déclenche ensuite lorsque le nombre de battements de cœur par minute ne dépasse pas 60.

Dans 10 à 20% des cas, le patient a des convulsions de nombreux groupes musculaires.

Chez plus de 25% des patients, la rupture d'un anévrisme est masquée par d'autres catastrophes cérébrales.

Afin de comprendre qu’une catastrophe est arrivée à une personne et de ne pas retarder l’appel de la brigade d’ambulances, il est nécessaire de connaître les principaux signes indiquant un anévrisme rompu, notamment:

Maux de tête violents;

La sensation de sang qui afflue au visage;

La vision altérée, qui peut être exprimée en doublant dans les yeux, dans le sens de colorer l'environnement en rouge;

Problèmes de prononciation des mots et des sons;

Sensation de bourdonnement dans les oreilles, qui augmente constamment;

L'apparition de douleur dans les orbites ou dans le visage;

Contractions fréquentes des muscles des jambes et des bras qu'une personne ne peut pas contrôler.

Souvent, ces signes ne vous permettent pas de définir le diagnostic correct à 100%. Néanmoins, il est clair d'eux qu'une personne a besoin de soins médicaux urgents.

Un anévrisme cérébral rompu est une affection extrêmement grave et, malheureusement, il n'est pas rarement observé. Même en cas d'hospitalisation d'urgence, le nombre de décès reste élevé. À bien des égards, le pronostic dépend de l’endroit exact où l’espace cérébral est apparu. Il n’est pas exclu qu’une personne ayant survécu à une telle catastrophe cérébrale sera en mesure de rétablir la parole, l’ouïe et les mouvements. Cependant, ils peuvent être perdus ou endommagés de manière permanente.

Règles de premiers secours à une personne présentant une rupture d'anévrisme:

Une personne doit être étendue de manière à ce que sa tête repose sur l'estrade. Cela réduira le risque de gonflement du cerveau.

Tous les vêtements qui compriment les voies respiratoires doivent être enlevés (foulards, cravates, foulards, etc.). Si la personne est à l'intérieur, il est nécessaire de fournir de l'air frais.

Lorsque la victime perd connaissance, il est nécessaire de vérifier les voies respiratoires. La tête doit être tournée sur le côté afin qu'en cas de vomissement, les masses ne pénètrent pas dans les voies respiratoires.

Le froid doit être appliqué à la tête, ce qui réduira le risque d’œdème cérébral et réduira l’intensité des saignements intracérébraux.

Si une telle opportunité se présente, le patient doit alors mesurer la pression artérielle et le pouls.

Naturellement, il est inutile d’attendre l’effet miraculeux de tels événements et ils ne peuvent exclure une issue fatale. Néanmoins, il est absolument nécessaire d'essayer de se battre pour la vie d'une personne avant l'arrivée de la brigade d'ambulances.

Diagnostics

Identifier l'anévrisme des vaisseaux cérébraux est assez problématique, car il ne donne souvent aucun symptôme. Presque tous les spécialistes peuvent soupçonner cette pathologie, que doit subir un malade. Cela n’est pas surprenant, car les maux de tête peuvent être causés par l’hypertension, l’intoxication du corps et de nombreux autres troubles. De plus, même un symptôme aussi courant qu'un mal de tête ne survient pas toujours chez les personnes atteintes d'un anévrisme.

Le médecin doit nécessairement suspecter la présence d'une pathologie du système nerveux central si le patient présente les symptômes suivants ou s'il présente des symptômes tels que:

Altération de la fonction visuelle, olfactive et / ou auditive;

Perte de sensibilité de la peau;

Troubles de la coordination;

Mauvaise prononciation des mots ou leur orthographe, etc.

Néanmoins, les médecins ont dans leur arsenal un certain nombre de techniques permettant de détecter rapidement un anévrisme cérébral, mais l’examen doit commencer par un examen du patient qui a demandé son admission.

Examen d'un patient chez qui on soupçonne un anévrisme

Naturellement, l'examen habituel ne permettra pas d'identifier et de poser le diagnostic "d'anévrisme cérébral".

Néanmoins, le médecin peut suspecter cette pathologie et envoyer le patient à un examen plus approfondi:

La palpation vous permet d'évaluer l'état de la peau et de suspecter la présence de maladies systémiques du tissu conjonctif. On sait qu'ils provoquent souvent la formation d'anévrisme.

Lors de la percussion, le médecin ne pourra pas identifier l'anévrisme, mais cette méthode permet de détecter d'autres maladies pouvant accompagner le défaut dans les vaisseaux cérébraux.

Écouter le bruit du corps peut détecter les sons pathologiques qui se produisent dans la région du cœur, de l’aorte, de l’artère carotide. Dans l'ensemble, ces critères de diagnostic peuvent pousser le médecin à la nécessité d'une étude approfondie des vaisseaux cérébraux.

Détermination du niveau de pression artérielle. Il est connu qu'une augmentation de la pression artérielle est un facteur prédisposant au développement d'un anévrisme. Dans le cas où le patient connaît déjà son diagnostic, il doit mesurer la pression tous les jours. Souvent, cette manipulation vous permet de prévenir ou de détecter une rupture d'anévrisme.

Examen de l'état neurologique. Au cours de la réunion, le médecin évalue l'état des réflexes du patient (peau et muscle-tendon) et tente de détecter les réflexes pathologiques. Parallèlement, le médecin évalue la capacité d'une personne à effectuer certains mouvements, la présence ou l'absence de sensibilité cutanée. Il est possible que le médecin procède à un examen pour détecter les symptômes méningés.

Les données obtenues lors de l'inspection ne peuvent pas servir de base à un diagnostic précis. Il est important de la différencier d'une tumeur cérébrale, d'une atteinte ischémique transitoire, d'une malformation artérioveineuse, car toutes ces conditions pathologiques donnent les mêmes symptômes.

La tomographie, comme méthode de diagnostic de l'anévrisme. La tomodensitométrie et l'IRM peuvent être appelées les principales méthodes de détection de ce défaut dans les vaisseaux cérébraux. Cependant, ils ont certaines limites. La tomodensitométrie n'est donc pas prescrite aux femmes enceintes, aux jeunes enfants, aux patients atteints de maladies du sang et de cancer. Pour un adulte en bonne santé, la dose de rayonnement qu'il reçoit pendant le scanner n'est pas dangereuse.

En ce qui concerne l'IRM, cette étude est sans danger en termes de rayonnement, mais elle n'est pas montrée à tous les patients. Par exemple, il n’est pas réalisé en présence d’un implant à base de métal ou d’une prothèse électronique dans le corps humain. L'IRM est également contre-indiqué chez les patients porteurs d'un stimulateur cardiaque.

Après un ordinateur ou une tomographie à résonance magnétique, le médecin sera en mesure d'obtenir les informations suivantes sur l'anévrisme cérébral, le cas échéant:

Informations sur le nombre d'anévrismes;

Informations sur l'état de l'anévrisme du tissu cérébral environnant et la vitesse du flux sanguin.

Examen aux rayons x. Bien que la précision de l'angiographie (examen aux rayons X avec introduction d'un agent de contraste dans les vaisseaux) soit légèrement inférieure à celle du scanner et de l'IRM, elle permet dans la plupart des cas de visualiser le renflement de la paroi vasculaire existante. L'angiographie la plus informative sur le développement précoce de la maladie, qui permet de distinguer une tumeur cérébrale d'un anévrisme de ses vaisseaux. Cependant, le scanner et l'IRM sont les méthodes de diagnostic les plus préférées pour cette maladie. L'angiographie n'est pas recommandée pour les femmes enceintes, les enfants et les patients atteints d'insuffisance rénale.

EEG. La réalisation d'un EEG ne permet pas le diagnostic, mais fournit uniquement des informations sur l'activité de certaines zones du cerveau. Cependant, pour un médecin expérimenté, elle peut être utile et l'inciter à réfléchir à la nécessité de recourir à des mesures de diagnostic plus complexes, telles que l'IRM. En outre, l'EEG est absolument sans danger pour les personnes de tout âge et peut être utilisé même pour les petits enfants.

Traitement de l'anévrisme cérébral

La principale méthode de traitement de l'anévrisme est la chirurgie. Cela enlèvera la formation elle-même et restaurera l'intégrité des vaisseaux.

La chirurgie est le seul traitement efficace contre l'anévrisme cérébral. Si la taille du défaut est supérieure à 7 mm, le traitement chirurgical est obligatoire. Une intervention chirurgicale d'urgence est nécessaire chez les patients présentant une rupture d'anévrisme. La mise en œuvre des types de chirurgie suivants est possible:

Intervention microchirurgicale directe

Ce type de chirurgie s'appelle également anévrisme de coupure. Il est le plus souvent utilisé dans la pratique de la microchirurgie. Pour l'opération nécessite une trépanation du crâne. La procédure elle-même dure plusieurs heures et comporte des risques élevés pour la santé et la vie du patient.

Étapes de l'écrêtage:

Autopsie de la dure-mère;

Séparation de l'anévrisme du tissu intact;

Superposer la pince sur le corps ou le cou de l'anévrisme (ceci est nécessaire pour le faire sortir du flux sanguin général);

Pour effectuer l'opération, le médecin nécessite un équipement de microchirurgie. Dans la plupart des cas, l'intervention chirurgicale est réussie, mais aucun médecin n'est en mesure de garantir un pronostic favorable.

En plus du clipping, un enveloppement microchirurgical direct peut être effectué lorsque le vaisseau endommagé est renforcé, en utilisant une gaze spéciale à cet effet, ou une partie du tissu musculaire.

Chirurgie endovasculaire

Ces opérations sont de haute technologie et ne nécessitent pas de trépanation du crâne. L'accès à l'anévrisme peut se faire avec une aiguille qui, à travers l'artère carotide ou fémorale, atteint le cerveau et ferme la lumière existante avec un ballon ou un microspiral. Ils sont alimentés par une aiguille à travers le cathéter. En conséquence, l'anévrisme est exclu de la circulation sanguine générale. L'ensemble de la procédure est réalisée sous le contrôle d'un tomographe.

Un autre type de chirurgie endovasculaire est l’embolisation de l’anévrisme à l’aide d’une substance spéciale qui gèle et empêche son remplissage sanguin. Cette procédure est effectuée sous le contrôle d'un équipement radiologique avec l'introduction d'un agent de contraste.

Si l'hôpital est équipé de matériel permettant une chirurgie endovasculaire, il convient de lui donner la préférence.

Cela est dû aux avantages suivants de telles techniques:

Les opérations sont moins traumatisantes.

Le plus souvent, le patient ne nécessite pas l’introduction d’une anesthésie générale;

La craniotomie n'est pas nécessaire;

Le temps de passage du patient à l'hôpital est réduit;

Si l'anévrisme est situé dans les tissus profonds du cerveau, il ne peut être «neutralisé» qu'à l'aide d'une chirurgie endovasculaire.

Cette méthode implique une combinaison de méthode chirurgicale et de technologie endovasculaire. Par exemple, un navire peut être fermé à l’aide d’un ballon, suivi d’une coupure. En général, il peut y avoir de nombreuses options.

Il est utile de comprendre que toute opération comporte certains risques. Cela s'applique également aux techniques de haute technologie.

Parmi les complications les plus courantes peuvent être identifiés:

Anévrisme rupture avec un ballon ou une spirale;

Embolie du vaisseau avec caillots sanglants;

Anévrisme rupture pendant la chirurgie;

La mort du patient sur la table d'opération.

Vidéo sur l'opération «embolisation endovasculaire», qui utilise l'accès naturel au cerveau par les artères pour diagnostiquer et traiter un anévrisme cérébral:

Correction médicale

La correction médicamenteuse doit viser à prévenir la rupture d’un anévrisme. Pour ce faire, utilisez des médicaments tels que:

Nimodipine (30 mg / 4 fois par jour). Le médicament dilate les vaisseaux sanguins, soulage les spasmes, prévient les pics de tension artérielle.

Captopril, Labetalol. Les médicaments réduisent la pression, réduisant ainsi la charge sur les vaisseaux.

Phosphénitoïne (IV, à raison de 15-20 mg / kg). Le médicament élimine les symptômes de la maladie, contribue au fonctionnement normal du tissu nerveux.

La morphine. Utilisez très rarement et avec une douleur intense, uniquement à l'hôpital.

Prochlorpérazine (25 mg / jour). Le médicament élimine les vomissements.

Effets possibles d'un traitement chirurgical

Après une trépanation du crâne, le patient peut souffrir d'acouphènes, de maux de tête graves, d'une perte de l'audition et de la vision, d'une coordination altérée, etc. De plus, ces conséquences peuvent être temporaires ou permanentes.

Le principal danger du traitement endovasculaire de l'anévrisme est la formation de caillots sanguins, ainsi que des dommages à l'intégrité des parois vasculaires. Cependant, le plus souvent, ces complications surviennent dans le cadre d'une erreur médicale ou en raison de la survenue de situations d'urgence au cours d'une intervention chirurgicale.

Pour minimiser le développement de complications graves à la fin de la période postopératoire, il est nécessaire de respecter les recommandations suivantes:

Vous ne pouvez pas vous laver les cheveux après une trépanation de 14 jours ou plus.

Tout type de sport comportant la possibilité d’une blessure à la tête devrait être interdit.

Il est nécessaire d'adhérer au régime alimentaire de la nutrition, d'abandonner complètement l'utilisation de boissons alcoolisées et de plats épicés.

Interdit de fumer du tabac.

Pendant six mois ou plus, après l'opération, il est interdit de visiter les hammams et les bains.

À propos du pronostic de la maladie

Si l'opération n'est pas possible, la prévision sera certainement défavorable. Bien qu'il existe des preuves de patients qui ont vécu une vie longue et prospère avec un anévrisme et sont décédés d'autres maladies. Les anévrismes congénitaux simples peuvent disparaître indépendamment au fil du temps, mais le risque de re-formation reste élevé.

Le plus favorable est le pronostic en présence d'une seule éducation, de petite taille, ainsi que la détection d'un anévrisme chez un jeune patient. Le pronostic est aggravé par la présence de comorbidités et par la présence d'une pathologie congénitale du tissu conjonctif. La mortalité postopératoire totale est de 10-12%.

Mesures préventives

Il est nécessaire de surveiller en permanence le niveau de pression artérielle et le taux de cholestérol dans le sang.

Il devrait abandonner toutes les mauvaises habitudes.

La nourriture devrait être juste.

Dans la mesure du possible, il est nécessaire d'éviter les situations stressantes.

Si le patient a déjà reçu un diagnostic d'anévrisme, l'activité physique est contre-indiquée pour lui et les médicaments prescrits par un médecin sont également nécessaires. Cette mesure est temporaire et il est nécessaire de s'y conformer jusqu'au moment de l'opération pour retirer l'anévrisme.

Rééducation des patients

Si le patient a subi une rupture d'anévrisme et a survécu, ou s'il a subi une intervention chirurgicale pour l'enlever, il doit suivre un traitement de rééducation.

Il comprend trois domaines:

Position de traitement utilisant un langet spécial. Cette méthode de rééducation est nécessaire pour les patients paralysés. Il est tenu dans les premiers stades.

Massage effectué par des spécialistes en rééducation.

Traitement thermique. Dans ce cas, appliqué avec de l'argile et de l'ozokérite.

Il est possible de compléter le cours de rééducation par des procédures physiothérapeutiques, qui sont sélectionnées individuellement et dépendent en grande partie de l'état du patient.

Handicap et anévrisme

Pour attribuer un groupe d'invalidité, le patient devra passer une commission. En règle générale, l'anévrisme conduit souvent au fait que les patients ont de graves problèmes de santé. Lors de l’évaluation de la capacité de travail d’une personne, les médecins prennent en compte de nombreux facteurs, notamment: l’efficacité du traitement chirurgical, les conditions de travail du patient, le type d’anévrisme, sa localisation, etc. En fonction de l’état du patient, on peut lui attribuer le premier (une personne a besoin ), le deuxième (performance médiocre) ou le troisième groupe d'incapacités (la personne est capable de se servir seule, elle n'a pas besoin d'autres soins).

Éducation: En 2005, il a effectué un stage à la première université de médecine de Moscou, nommée d'après I. M. Sechenov, et a obtenu un diplôme dans la spécialité «Neurologie». En 2009, études supérieures dans la spécialité "Maladies nerveuses".