Anévrisme des vaisseaux cérébraux. Complications, diagnostic, traitement et prévention de la pathologie

Une rupture d'anévrisme cérébral survient dans les vaisseaux sanguins dont les parois sont les plus fines. Un tel espace est un dommage microscopique à l'une ou l'autre zone du système vasculaire cérébral, accompagné d'une fuite de sang dans ses tissus. L'anévrisme lui-même est caractérisé par la formation d'une perte d'élasticité de n'importe quelle partie des vaisseaux sanguins du cerveau et est une saillie d'une certaine partie du vaisseau sous l'influence de la pression sanguine. Pour cette raison, dans presque tous les cas de rupture de l'anévrisme, le sang pénètre dans les ventricules cérébraux, ce qui conduit finalement au développement d'un spasme des vaisseaux cérébraux.

Anévrisme cérébral

En outre, la rupture de l'anévrisme des vaisseaux cérébraux peut être accompagnée de la survenue d'une hydrocéphalie occlusive aiguë - une accumulation pathologique dans la boîte crânienne du liquide céphalo-rachidien du patient (liquide cérébral). En raison de l'accumulation de liquide céphalo-rachidien, la pression intracrânienne augmente, ce qui entraîne l'apparition de problèmes tels que le gonflement du cerveau.

La nécrose (dépérissement) de certaines parties du cerveau, entraînant leur dysfonctionnement complet, résulte de l'exposition aux produits de dégradation du tissu cérébral du sang.

Causes et symptômes du processus pathologique

La partie inélastique du vaisseau (anévrisme) du cerveau peut être déchirée en affectant le corps humain de plusieurs facteurs:

  • la présence dans le quotidien du patient de constantes contraintes menant au développement d'une forte surstimulation psycho-émotionnelle;
  • performance des charges physiques quotidiennes intensives;
  • la présence d'hypertension artérielle, qui ne diminue pas pendant une longue période;
  • tabagisme et consommation excessive de diverses boissons alcoolisées;
  • développement dans le corps du patient de toute maladie infectieuse, dont l'évolution s'accompagne d'une augmentation de la température corporelle.

Symptômes de pathologie

Un anévrisme cérébral, avant l'explosion, peut provoquer l'apparition de symptômes non spécifiques, apparaissant sous la forme de microdommages de vaisseaux sanguins et de la pénétration de sang dans les tissus d'un organe interne. Les symptômes qui précèdent la rupture de l'anévrisme comprennent:

  • apparition de maux de tête graves;
  • sensation de sang qui afflue au visage ou à la tête;
  • violation de la fonction visuelle, qui se traduit par une diplopie (vision double); violation de la perception des couleurs normale, c'est-à-dire que le patient voit le monde en rouge;
  • troubles de la parole;
  • l'apparition d'acouphènes de caractère croissant;
  • douleur au visage, en particulier les orbites;
  • vertiges paroxystiques;
  • crampes dans les extrémités supérieures ou inférieures.

La rupture vasculaire elle-même a principalement une évolution aiguë et ses symptômes dépendent directement de la localisation de l'anévrisme, de la vitesse à laquelle se produit l'hémorragie et de son volume.

Un anévrisme cérébral rompu peut être accompagné de l'apparition de tels signes:

  1. Maux de tête graves d'un personnage coupant qui apparaît soudainement. Dans ce cas, le syndrome douloureux lui-même peut ressembler à un coup à la tête. Ce type de mal de tête peut être accompagné d'une altération de la conscience humaine et atteindre le coma.
  2. L'apparition de la tachypnée - rythme de respiration rapide. Un tel phénomène peut atteindre plus de 20 respirations et respirations par minute.
  3. Tachycardie - battement de coeur rapide, pouvant atteindre plus de 100 battements de coeur par minute. Au fil du temps, à mesure que le processus pathologique progresse, la tardycardie se développe avec une bradycardie, un ralentissement important de la fréquence cardiaque, qui peut atteindre moins de 50 battements par minute.
  4. Dans 20% des cas de rupture d'anévrisme, une personne développe des crises généralisées, c'est-à-dire des contractions musculaires arbitraires, observées dans tout le corps du patient.

Les dommages au vaisseau inélastique du cerveau sont un processus pathologique omniprésent et une des conditions les plus graves. Le taux de mortalité pendant le développement d'une telle maladie reste assez élevé, même si une personne malade était hospitalisée à temps et recevait les soins médicaux appropriés.

Complications apparues après la rupture d'un anévrisme

Les dommages causés à un vaisseau sanguin inélastique dans le cerveau d’une personne peuvent être très variés et graves. Une de ces complications est l'angiospasme cérébral, dont le développement peut provoquer une re-rupture de l'anévrisme, une ischémie cérébrale (perturbation du fonctionnement de l'organe interne, résultant d'une insuffisance en oxygène). D'autres conséquences de la rupture d'un anévrisme peuvent être exprimées dans les symptômes suivants:

  1. Douleur dans différentes parties du corps, y compris maux de tête. Après une hémorragie cérébrale, le patient présente des douleurs de nature paroxystique de durée et d’intensité variées. En même temps, le syndrome de la douleur n’est pratiquement pas arrêté en prenant des analgésiques.
  2. Déficience cognitive. Ces violations se manifestent par la confusion des idées, la perte de mémoire et la capacité de percevoir correctement telle ou telle information provenant de l'extérieur.
  3. Détérioration psychologique du patient. Pour le développement de troubles psychologiques caractérisés par l’émergence d’un état dépressif, d’une grave irritabilité, d’une anxiété constante et de l’insomnie.
  4. Les violations de la fonction visuelle, qui se produisent dans la plupart des cas sur le fond des lésions de l'artère carotide, sont caractérisées par une perte de l'acuité visuelle et une image fantôme des yeux.
  5. Miction difficile et selles.
  6. Déglutition ou difficulté à avaler. Une telle complication peut entraîner la pénétration de morceaux de nourriture non pas dans la cavité de l'œsophage, mais dans les bronches et la trachée. En conséquence, il est possible que des troubles du système digestif et une déshydratation du corps humain se produisent.
  7. Les problèmes liés à l'appareil vocal se traduisent par des difficultés à reproduire le patient avec sa parole et sa compréhension. De telles complications surviennent chez l'homme si un anévrisme se rompt dans l'hémisphère gauche du cerveau.
  8. Problèmes avec le système musculo-squelettique, qui se caractérisent par des troubles de la faiblesse et de la coordination des patients. Dans certains cas, la formation d'une hémiplégie est possible - un processus pathologique, au cours duquel se développe une violation de la coordination du côté droit ou du côté gauche du corps.

Diagnostic du processus pathologique

À ce jour, les procédures de diagnostic les plus courantes et les plus informatives pour détecter une rupture d'anévrisme et ses effets sur le tissu cérébral sont l'imagerie par résonance magnétique (IRM) et la tomodensitométrie (TDM). La contre-indication de la dernière méthode de diagnostic est que la tomodensitométrie ne peut pas être utilisée pendant la grossesse, chez les jeunes enfants et chez les personnes présentant des maladies du sang ou des tumeurs tumorales. Cela est dû au fait que lors de la tomodensitométrie, la personne examinée reçoit une petite dose de rayonnement. Par conséquent, l'IRM est la procédure la plus sûre qui puisse être effectuée par toutes les personnes, sauf pour les implants métalliques ou les stimulateurs cardiaques dans le corps.

À l'aide d'une IRM ou d'une tomodensitométrie du cerveau, vous pouvez trouver les informations suivantes sur un anévrisme rompu et ses conséquences:

  • localisation du processus pathologique;
  • caractéristiques dimensionnelles de l'anévrisme et leur nombre;
  • caillots sanguins;
  • des informations sur la vitesse du flux sanguin dans les vaisseaux;
  • intensité de compression du tissu nerveux.

La rupture de l'anévrisme cérébral est le processus pathologique le plus difficile, qui aboutit souvent à l'apparition d'une invalidité du patient.

Par conséquent, les personnes atteintes de cette maladie doivent porter une attention particulière à leur état de santé, observer un mode de vie correct et se soumettre annuellement à un examen médical approprié afin de contrôler l'anévrisme!

Symptômes et effets d'un anévrisme cérébral rompu

Anévrisme - l'expansion de la lumière de l'artère. La rupture d'un anévrisme des vaisseaux cérébraux est une complication grave de la pathologie, lorsque du sang est versé dans le cerveau, provoquant des modifications irréversibles de celui-ci. Dans 30% des cas, la maladie est fatale.

Comment se développe l'état

Au niveau du site de formation de l'anévrisme, les parois du vaisseau perdent leur élasticité, s'affaiblissent et ne peuvent plus résister à la circulation sanguine. Le résultat est une saillie, une sorte de sac rempli de sang. Si l'anévrisme est de petite taille et ne se manifeste pas par des symptômes, la personne peut ne pas être consciente de sa présence dans le cerveau. Progressivement, son intégrité est brisée. Un point faible est un pic, une rupture s’y produit, provoquant un AVC hémorragique.

La durée du saignement dure une seconde, mais cela suffit pour endommager le cerveau venu. Habituellement, le corps réagit rapidement à une violation des vaisseaux scellés. Un spasme réflexif de l’artère adductrice se produit, la formation de caillots sanguins au site de rupture augmente, ce qui entraîne la cessation du flux sanguin et sauve ainsi la vie d’une personne. Lorsque le processus est retardé et que le saignement se poursuit, il est fatal.

Causes de rupture

La faiblesse de la paroi artérielle a souvent un caractère génétique. Parfois, des pathologies rénales, des traumatismes, l’oncologie et l’athérosclérose conduisent à l’apparition d’un anévrisme cérébral. Quels facteurs contribuent à la violation de l'intégrité de la paroi vasculaire:

  • augmentation de l'activité physique;
  • l'hypertension;
  • stress émotionnel;
  • consommation d'alcool;
  • maladies infectieuses accompagnées d'une forte fièvre.

Lorsqu'il est rompu, le sang est versé dans l'espace anatomique ou directement dans le cerveau, exerçant une pression sur le tissu, qui se manifeste par des signes caractéristiques d'hémorragie cérébrale.

Les symptômes

Avec la menace de rupture, certains patients (jusqu'à 15%) développent des symptômes non spécifiques en 1 à 5 jours: mal de tête commun, manifestations neurologiques focales associées à la localisation de l'anévrisme et parfois, convulsions. Par conséquent, lorsqu'une personne est informée de la pathologie, lorsqu'un état change, il est préférable de consulter immédiatement un médecin.

Mais le plus souvent, une attaque hémorragique commence de manière inattendue. Le tableau clinique de ce qui se passe dépend de la quantité et de la vitesse du sang versé, de la zone où le dommage est survenu:

  • Parmi les premières manifestations, un mal de tête intense se dégage, il survient soudainement, comparé aux patients présentant un coup violent à la tête. Plus souvent capte la tête entière, porte parfois un caractère local.
  • Après quelques secondes, des vertiges se produisent, des vomissements apparaissent.
  • Souvent, la confusion ou la perte de conscience peuvent remplacer le syndrome douloureux. La condition peut durer 20 minutes, parfois plusieurs heures, parfois un coma se développe.
  • En reprenant conscience, le patient est affaibli, étourdi, mal orienté.
  • Les troubles végétatifs sont accompagnés d'une respiration rapide (jusqu'à 20 fois par minute) et d'une augmentation du rythme cardiaque.
  • Les manifestations neurologiques sont exprimées par une forte raideur des muscles occipitaux, une altération des fonctions oculomotrices, des tremblements, une parésie, une perte des fonctions de la parole et une paralysie. Les crises généralisées surviennent chez 10% des patients.
  • Avec l'hématome, une hyperthermie persistante se développe dans la région du centre de thermorégulation.
  • Dans certains cas, il y a un trouble mental, une désorientation dans l'espace.

L'état général est grave, nécessite des mesures médicales immédiates.

Pour les petites hémorragies, lorsqu'une déchirure ou des microfissures se forment dans la paroi de l'anévrisme, une petite quantité de sang circule dans le cerveau. Dans ce cas, les symptômes sont flous, passent sans perte de conscience et vomissent avec une légère augmentation de la température.

Premiers secours

Si une rupture d'anévrisme est suspectée, une hospitalisation urgente est nécessaire. Mais dans certaines situations, lorsque les symptômes caractéristiques apparaissent, l'aide à la personne est requise immédiatement, sinon le risque de décès est élevé. Ce que vous devez faire avant l'arrivée des médecins:

  • Le patient est étendu horizontalement, la tête doit être en position levée. Cela est nécessaire pour assurer la sortie du sang veineux et réduit le risque de développer un œdème cérébral grave.
  • Une personne doit assurer la circulation de l'oxygène: pour ce faire, défaites les boutons du haut des vêtements, détachez la cravate. Cela contribuera à améliorer l'apport sanguin au cerveau, à réduire l'hypoxie et à retarder la mort des neurones.
  • En cas de perte de conscience, les voies respiratoires doivent être relâchées: les prothèses sont retirées, la tête est tournée sur le côté pour éviter l'inhalation de vomissements.
  • Pour réduire la propagation de l'œdème et des hémorragies dans la tête, appliquez des objets froids. Tout ce qui est à portée de main, quel que soit l'emballage du réfrigérateur, fera l'affaire. Le froid contribue au rétrécissement des vaisseaux sanguins, accélère le processus de coagulation du sang.

Les manipulations n’aident pas toujours les hémorragies étendues, souvent le patient meurt au cours des premières minutes de l’attaque. Mais la lutte pour la vie humaine devrait avoir lieu avant l'arrivée d'une ambulance. Des mesures urgentes aideront à réduire le nombre de changements irréversibles qui lui sauveront la vie.

Diagnostics

Lors de l'admission à l'hôpital d'un patient présentant un anévrisme, des études de diagnostic sont réalisées:

  • Un examen physique est nécessaire pour déterminer la gravité de l'état du patient, ainsi que des troubles autonomes et neurologiques. Il est difficile de diagnostiquer précisément un écart de cette manière, mais une diminution de la pression artérielle indique une hémorragie.
  • La tomodensitométrie - la principale méthode de diagnostic de la rupture d’un anévrisme, permet d’obtenir une image du cerveau par rayons X et par un champ électromagnétique. L'étude fournit une opportunité de voir la localisation des vaisseaux et d'identifier la zone et le volume du foyer pathologique. Dans le cas où l'hémorragie est située dans l'espace sous-arachnoïdien, il est possible de diagnostiquer une rupture d'anévrisme. Mais cet appareil n’existe pas dans tous les hôpitaux et n’est donc pas toujours disponible.
  • L'angiographie cérébrale est utilisée plus souvent, est un examen aux rayons X utilisant un agent de contraste. La procédure indiquera l'emplacement, la forme et la taille de l'anévrisme, l'étendue des dommages. La méthode classique implique l'introduction d'un cathéter dans la région de l'aine. Avec angiographie en spirale, la substance est injectée dans la veine.
  • La ponction lombaire est réalisée par ponction du canal rachidien avec prélèvement de LCR et tests de liquorodynamique. S'il y a du sang veineux dans le liquide cérébral, la présence d'une hémorragie dans le cerveau est déterminée.

L’examen permet de différencier la rupture d’un anévrisme d’autres pathologies, de déterminer le degré de modifications destructrices du cerveau et de choisir la tactique de traitement la plus appropriée pour stabiliser la maladie.

Traitement

Le traitement de l'anévrisme vise à prévenir les saignements et les effets d'une rupture. La méthode principale est la chirurgie. Le médecin choisit la méthode de chirurgie en fonction de:

  • l'emplacement de l'anévrisme;
  • l'état du patient;
  • gravité des violations;
  • intervalle de temps écoulé après la pause.

Quels types d'opérations existent:

  • Coupure La méthode microchirurgicale est utilisée le plus souvent. Elle consiste à serrer le clip de la base ou du corps de l’anévrysme pour le déconnecter de la circulation sanguine sans nuire à son intégrité. Pour la manipulation nécessite une trépanation du crâne, de sorte que l'opération est considérée comme la plus difficile, mais vous permet d'accéder directement à la zone endommagée. En outre, l'intervention ouverte est utilisée lors de l'enveloppement des muscles ou de la gaze chirurgicale d'un vaisseau blessé pour le renforcer.
  • Méthode endovasculaire. Le procédé ne prévoit pas l'ouverture du crâne, est réalisée à l'aide d'un cathéter à travers l'artère fémorale. Ensuite, le tube est poussé à travers les vaisseaux cérébraux jusqu’à la partie endommagée de l’artère. À la fin de celui-ci est une spirale, qui ferme la saillie. Ensuite, il est thrombosé, ne permet pas à la cavité d'être remplie de sang. Pendant l'opération, le chirurgien observe le processus à l'aide d'un appareil à rayons X. Parfois, l'artère est complètement soudée, de la nourriture est fournie aux tissus cérébraux en contournant les autres vaisseaux. L'avantage de la méthode réside dans la réduction de l'impact sur le corps. Par conséquent, les complications sont moins fréquentes et le patient aura besoin de moins de temps pour sa rééducation.
  • La méthode combinée consiste d'abord à introduire un caillot de sang dans l'anévrisme, puis à effectuer un clipping.

Il est important d'effectuer l'opération au plus tard 72 heures après le début du saignement, car le risque de rechute est élevé. Après un certain temps, en raison de processus destructeurs, l'angiospasme augmente, l'ischémie se développe, l'opération devient inutile.

Après la chirurgie

Après la chirurgie, les complications sont fréquentes. Chaque type d’intervention entraîne ses propres conséquences:

  • Après la clinique, la circulation normale du liquide céphalo-rachidien est perturbée, les centres nerveux des méninges sont irrités et un gonflement est présent au site de trépanation. En conséquence, au cours de la période postopératoire, des maux de tête peuvent perturber les déséquilibres, la vision, l’ouïe et une personne. Habituellement, ces manifestations sont rares et temporaires.
  • Une intervention endovasculaire comporte ses propres risques: parfois, l'anévrysme se re-rompt au moment de l'opération, il peut être perforé d'une spirale. Si l'implant est mal inséré, son déplacement et le remplissage de la saillie avec du sang ne sont pas exclus. En outre, il existe un risque de formation de caillots sanguins, de blocage du vaisseau, situés après le site où la spirale est placée.

Une issue fatale se produit après la chirurgie, lorsque les lésions cérébrales sont importantes ou que l'aide est apportée trop tard.

Traitement conservateur

Un traitement thérapeutique est prescrit pour les défauts mineurs ou lorsque des procédures chirurgicales ne peuvent être effectuées. Du patient est tenu de remplir toutes les exigences d'un médecin et de repos au lit. Le traitement est utilisé pour réduire la pression artérielle, la dilatation des vaisseaux sanguins et l'élimination du liquide des tissus cérébraux. Également utilisé des médicaments qui augmentent la viscosité du sang. Le traitement soulage l’état du patient, mais ne garantit pas qu’une hémorragie ne se reproduira pas.

Complications après la rupture

Les citernes sous-arachnoïdiennes sont localisées anatomiquement. Ainsi, au moment de la rupture, le sang remplit l’espace sous-arachnoïdien. Ceci est une manifestation spécifique d'une rupture de la saillie. En 20 secondes, le sang se répand dans toute la région et, au bout de quelques minutes, il pénètre dans la moelle épinière. Par conséquent, la mort survient dans 15% des cas avant l'arrivée des médecins et la moitié des patients décèdent à l'hôpital.

Les hémorragies intracérébrales se forment lors de la formation d'un hématome dans le cerveau, ce qui est observé dans 15% des épisodes. 5% des cas appartiennent à des situations où du sang est versé dans le système ventriculaire. Dans ce cas, ils sont remplis de liquide, ce qui entraîne une issue fatale.

Que se passe-t-il dans le cerveau après une pause?

  • Le sang répandu obstrue parfois le trajet de la liqueur, ce qui entraîne une accumulation de liquide, une hypoxie cellulaire et le développement d'une hydrocéphalie, le déplacement de structures cérébrales.
  • Après un accident vasculaire cérébral, le sang forme un hématome. Lors de sa désintégration, des substances toxiques sont libérées. L'inflammation se développe, la nécrose des tissus se produit dans le cerveau.
  • Les complications comprennent l'angiospasme - un rétrécissement brutal des vaisseaux sanguins, ce qui entraîne une détérioration de l'apport sanguin cérébral. Si, dans les premières secondes, ce facteur arrête les saignements, il entraîne ensuite une ischémie cérébrale et un accident vasculaire cérébral ischémique.

Après la rupture, la zone du cerveau touchée cesse de fonctionner. Si le patient reste en vie, des modifications pathologiques dans les tissus perturbent le fonctionnement des organes et des systèmes. Le degré et les formes d'expression sont déterminés par le volume et la localisation de la destruction, allant de manifestations mineures à une paralysie complète. Quelles sont les conséquences les plus courantes:

  • Céphalgie Le syndrome de la douleur n'est pas soulagé par les analgésiques.
  • Paralysie et parésie. Les personnes qui ont subi une rupture de l'anévrisme, il y a des violations du système moteur, une paralysie de la partie du corps (hémiparésie), une paralysie complète.
  • Discours Les hémorragies dans l'hémisphère gauche entraînent des difficultés d'écriture et de lecture, de reproduction et de perception de la parole. Actes naturels. Parfois, une personne perd son aptitude à avaler des aliments et à en inhaler les particules, ce qui provoque une inflammation des voies respiratoires ou la mort par asphyxie. Il arrive que le contrôle du sphincter soit perdu, que la constipation ou la rétention urinaire se développent.
  • Pathologie mentale. Le comportement du patient change: il devient agressif, il y a des accès de rage. Dans certains cas, il y a l'apathie et la dépression. Le trouble se manifeste par un comportement inadéquat, une instabilité de l'humeur.
  • Capacités cognitives. Les violations affectent les capacités de réflexion: la mémoire en souffre, une personne ne se souvient pas des événements, ne perçoit pas de nouvelles informations, sa perception est déformée.
  • L'épilepsie. Les crises d'épilepsie de nature locale ou généralisée se développent.

Il est impossible d'éliminer le re-break. Habituellement, le coup suivant est plus lourd que le premier.

Réhabilitation

Après un AVC hémorragique et des complications postopératoires dues à une lésion des cellules du cerveau, une personne perd certaines fonctions, un quart des patients ne pouvant se servir eux-mêmes pendant un an. Pour éliminer les conséquences, des mesures de réadaptation sont nécessaires:

  • À un stade précoce, un traitement est appliqué aux patients atteints de paralysie. Pour réduire la tension des muscles des membres et améliorer la circulation sanguine, ceux-ci sont placés pendant une heure ou deux afin de réduire la charge. Des corrections spéciales sont utilisées pour la fixation.
  • En cas de paralysie, un massage des membres et de la région du cou est effectué.
  • Physiothérapie d'occasion.
  • Cours spéciaux pour les violations dans l'appareil auditif et de la parole.
  • Une attention particulière est portée au développement de la motricité fine.
  • La gymnastique d'exercices, l'entraînement sur simulateurs sont largement utilisés.

Toutes les procédures sont effectuées strictement selon les recommandations du médecin. Un schéma de mesures individuel est développé pour chaque patient. Pendant une période difficile, l'attention et les soins des proches sont importants, seul leur soutien aidera une personne à se rétablir.

La principale prévention de la rupture de l'anévrisme cérébral - des examens réguliers. Afin de prévenir l’issue tragique des événements et de réduire les risques de conséquences graves, il est nécessaire de surveiller régulièrement l’état des navires. Il est nécessaire de rationaliser le régime du jour, d'équilibrer le régime alimentaire dans le sens d'un régime alimentaire sain, il est inacceptable de fumer et de boire de l'alcool.