MED24INfO

L'anévrisme aortique est une pathologie vasculaire résultant de la perte d'élasticité de l'aorte et, par conséquent, de son expansion. Cette maladie est traitée en fonction de son type, de sa cause et des symptômes qu’elle manifeste. Considérons la classification d'un anévrisme aortique et la complexité de son apparition.

Qu'est-ce qui cause l'anévrisme aortique?

Anévrisme de l'aorte est l'expansion pathologique de l'artère principale

Premièrement, nous déterminons que l’aorte est le plus grand vaisseau sanguin non apparié du corps humain qui alimente tous les organes en sang artériel. En raison de sa taille, l'aorte est divisée en sections - thoracique et abdominale.

L'anévrisme aortique, comme beaucoup d'autres maladies vasculaires, se produit pour les raisons suivantes:

  • L'athérosclérose est la première maladie qui entraîne une altération de la circulation sanguine. Il se produit à la suite d'un métabolisme intracellulaire altéré. À cause de cela. Les graisses qui entrent dans le corps avec la nourriture ne sont pas complètement éliminées et restent dans le sang. En outre, cette graisse végétale et animale (cholestérol) s’accumule sur les parois des vaisseaux sanguins et commence à former des plaques dites de cholestérol (cholestérol). En conséquence, ils obstruent la lumière dans les vaisseaux et nuisent à la circulation sanguine. Comme il remplit une fonction de transport, des quantités insuffisantes de vitamines, de minéraux, de protéines, de glucides et d'oxygène sont disséminées dans tous les organes. Pour cette raison, de nombreuses maladies se développent.
  • les caillots sanguins résultent d'un nombre accru de plaquettes. Ils commencent à se coller les uns aux autres et forment des obstructions dans les vaisseaux - les caillots sanguins. Comme les plaques de cholestérol, ils entravent la circulation sanguine. En outre, il existe une faiblesse des vaisseaux sanguins, car ils perdent leur élasticité

Les anévrismes aortiques sont caractéristiques du type de causes: acquises et congénitales.

Acquis - ce sont les maladies qui sont apparues à la suite de certaines raisons du processus de la vie. Les principaux d'entre eux sont décrits ci-dessus - thrombose et athérosclérose. Mais à côté de cela, il existe un certain nombre de maladies qui causent l'anévrisme:

  1. l'aortite est un processus inflammatoire localisé sur les parois de l'aorte
  2. la syphilis est une maladie vénérienne qui affecte la peau, les organes internes et l'aorte ne fait pas exception
  3. maladie vasculaire fongique se manifeste à la suite d'une infection par des microorganismes fongiques
  4. lésions mécaniques de l'aorte - surviennent le plus souvent à la suite d'une intervention chirurgicale ou d'une blessure

Plus d'informations sur l'anévrisme aortique sont disponibles dans la vidéo:

Les causes congénitales sont des maladies transmises au niveau génétique. Si une personne de la famille souffrait de pathologies cardiovasculaires, vous devez être extrêmement attentif à votre santé et à votre zone de risque. Donc, les principaux facteurs congénitaux:

  1. Le syndrome de Marfan est une déficience du tissu conjonctif, à l'origine des pathologies cardiovasculaires et ostéochondrales.
  2. Le syndrome d'Ehlers-Danlos se manifeste par un manque de collagène, nécessaire à la résistance des os, à l'élasticité vasculaire et à l'élasticité de la peau. En conséquence, les vaisseaux sont «léthargiques» et sujets à diverses maladies.
  3. La dysplasie fibreuse est une lésion osseuse dans laquelle le tissu osseux est remplacé par le conjonctif. Cette maladie ressemble à une tumeur et ne nécessite qu'une intervention chirurgicale.

En plus des causes de l'anévrisme aortique, on peut attribuer toutes les causes qui causent les maladies susmentionnées. Par exemple, si l'athérosclérose provoque le cholestérol, ingéré avec des aliments gras, alors on peut affirmer sans danger qu'un régime non contrôlé est la cause de l'anévrisme.

Quels sont les symptômes de la pathologie?

Dans certains cas, la pathologie peut être asymptomatique.

Les symptômes peuvent être variés. Comme ils sont influencés par de nombreux facteurs, par exemple, la localisation de la maladie et la gravité de l'affaissement du vaisseau. L'anévrisme aortique doit être diagnostiqué par un médecin, après certaines études.

Mais avec le développement de cette maladie, le patient ressent les symptômes suivants:

  • si l'aorte est endommagée dans la poitrine, le patient ressent une lourdeur, des brûlures, une douleur et une sensation d'oppression dans la poitrine
  • lorsque la maladie est localisée dans la partie abdominale, il se produit alors une pulsation dans l'abdomen, une douleur douloureuse qui irradie dans le bas du dos
  • difficulté à respirer, enrouement possible dans la voix, ronflement
  • maux de tête, vertiges, noircissement des yeux, gonflement du visage
  • toux sèche, salivation intense
  • sténocardie, bradycardie

En raison de l'affaissement du vaisseau, un nerf peut être pincé et, par conséquent, les symptômes peuvent être très divers.

Classification de l'anévrisme aortique

Il existe de nombreux types et sous-types d'anévrisme aortique. En pratique médicale, il existe une classification généralement acceptée de la maladie:

Types d'anévrisme aortique par localisation:

  • abdominale
  • thoracique

Selon la structure du sac anévrismal (partie affaissée du vaisseau):

  • anévrisme vrai dans lequel la paroi aortique reste la même
  • faux, dans lequel la paroi du sac est un tissu cicatriciel

L’anévrisme aortique peut être compliqué par une rupture avec le développement d’une hémorragie massive

Par la nature du passage de la maladie:

  • anévrisme typique
  • asymptomatique pendant lequel le patient se sent bien
  • peu compliqué
  • compliqué - avec dissection du tissu conjonctif, avec rupture du vaisseau ou thrombose en développement sur le fond de l'anévrisme
  • inflammatoire
  • pas inflammatoire
  • sacculaire - saillie de la paroi aortique, formant un "sac" typique
  • types de la maladie en forme de fuseau ne sont pas manifestés par le sac, mais dans le même temps, la paroi aortique se dilate et se déforme

Types de maladie diagnostiqués par le médecin lors de l'examen et de la recherche. En fonction de cela, un traitement est prescrit.

Diagnostic et traitement

Sans méthodes de recherche spéciales, aucun médecin ne peut établir le diagnostic. Tout d'abord, le médecin procède à une enquête et à une palpation pour déterminer l'emplacement de la douleur, le cas échéant. Puis envoie aux examens suivants:

  • échographie pouvant indiquer avec précision la localisation de la maladie
  • Les rayons X fourniront une occasion de voir la taille, la forme de l'aorte, la présence ou l'absence du sac qui se produit pendant l'anévrisme
  • L'IRM ou la TDM permettent d'évaluer pleinement le travail du système cardiovasculaire. Cela permettra de déterminer l'étendue de la maladie et d'élaborer un plan de traitement individualisé.

En outre, des analyses d'urine et de sang sont nécessaires pour déterminer la présence d'autres maladies ou infections dans le corps.

Afin de retrouver l'ancienne forme de l'aorte, il n'y a pas de médicaments, le traitement est donc préférentiel - il s'agit d'une intervention chirurgicale.

Malheureusement, ils n'ont pas mis au point un médicament qui redonne aux muscles et aux vaisseaux leur élasticité et leur élasticité antérieures. Le traitement doit nécessairement être effectué, car l'affaissement et la déformation du vaisseau peuvent provoquer une rupture et une hémorragie interne. Au stade initial d'un éventuel traitement médical. Mais si cela échoue, vous devez vous rendre à la table d'opération.

L'IRM peut déterminer l'emplacement et la taille de l'anévrisme

Au début du développement de l'anévrisme, le médecin prescrit une thérapie complexe, qui comprend les facteurs suivants:

  1. changement de régime alimentaire, rejet des aliments gras, fumés, épicés, salés, sucrés et farineux
  2. rejet complet des mauvaises habitudes
  3. prendre des médicaments pour normaliser la pression artérielle et la fréquence cardiaque
  4. si nécessaire, la prise de médicaments pour normaliser le travail du système nerveux central, ainsi que le stress et l'insomnie et quoi, pendant le traitement
  5. médicaments pour fluidifier le sang et renforcer les parois des vaisseaux sanguins
  6. médicaments qui aident à nettoyer le sang

Si le médecin estime que la situation est tendue, une opération est organisée, au cours de laquelle le chirurgien vasculaire supprime la partie "affaissée" du vaisseau. Après la chirurgie, un régime strict est prescrit, des préparations pour le travail du cœur, le nettoyage des vaisseaux et l’éclaircissement du sang.

Complications possibles

Au stade initial de la maladie, un anévrisme aortique perturbe la circulation sanguine, ce qui provoque de nombreux changements dans le corps. Tout d’abord, il s’agit de pathologies associées au manque d’oxygène. C'est simple Le sang transporte de l'oxygène et d'autres substances vitales. À la violation de sa circulation et la fonction de transport est cassée. Lorsque les organes ont faim, leur travail commence à se décomposer.

Avec un anévrisme aortique, le risque de décès est élevé.

Cependant, si aucun traitement n'est prescrit au début du développement d'un anévrisme de l'aorte, une hémorragie interne peut survenir à la suite d'une rupture du vaisseau. Si vous ne fournissez pas une assistance rapide, la mort survient. Selon les statistiques, le risque de rupture d'anévrisme avec un diamètre de + -7 cm - 30%, 5 cm - 10% et inférieur à 5 cm - 1%. Dans ce cas, ils parviennent le plus souvent à un traitement conservateur avec un contrôle constant supplémentaire.

Au cours de l'anévrisme, une maladie ischémique se développe et le risque de crise cardiaque augmente de 50%. Il peut également perdre le pouls et l'arythmie (tachycardie ou bradycardie) et toutes les conséquences de ces maladies se produisent.

En conclusion, on peut noter que l'anévrisme aortique, à l'instar d'autres maladies du système vasculaire, ne présente aucune menace au stade initial. Avec un traitement rapide et des méthodes préventives de rupture, il est possible d’éviter toute déformation supplémentaire de l’aorte. Si le diamètre de l'anévrisme est déjà de 3 à 5 centimètres ou plus, il est préférable d'accepter une intervention chirurgicale. Cela garantira l'absence de saignement interne, l'apparition d'insuffisance cardiaque et d'autres maladies.

Diagnostic clinique d'anévrysme disséquant de l'aorte

La douleur thoracique est l’une des raisons les plus courantes de solliciter une aide médicale. La cause de la douleur à la poitrine peut être claire, mais souvent atypique. Les cas dans lesquels les patients se plaignent de douleurs à la poitrine présentent les plus grandes difficultés pour le diagnostic.

La gamme de diagnostics différentiels dans ces cas est extrêmement large et comprend, entre autres, des maladies constituant une menace immédiate pour la vie, telles que l'infarctus du myocarde avec et sans élévation du segment ST, l'angine instable, l'embolie pulmonaire et l'anévrysme aortique disséquant.

L'anévrysme de dissection aortique (PAA) est un problème assez complexe en termes de diagnostic primaire. La raison en est à la fois la faible fréquence de cette pathologie et la grande variabilité des manifestations cliniques.

Sans l'utilisation de méthodes chirurgicales cardiaques aux premiers stades de la maladie, le pronostic est extrêmement défavorable et le taux de survie à deux semaines ne dépasse pas 20%. Par conséquent, le diagnostic le plus important de la RAA est la tâche la plus importante.

Le terme «anévrisme disséquant de l'aorte» fait référence à la formation soudaine d'intima aortique due à diverses causes, suivie de la pénétration de sang à travers ce défaut dans une membrane médiane modifiée de manière dégénérative, de la formation d'un hématome et d'une séparation longitudinale de la paroi aortique.

La stratification (dissection) se produit principalement dans le distal, rarement dans le proximal. Un hématome peut se développer le long de l'aorte et bloquer l'une de ses branches, en partant des branches de la crosse aortique et se terminant par les artères intestinales.

La dissection rétrograde peut affecter les artères coronaires. L'artère coronaire droite est souvent impliquée. La dissection rétrograde peut entraîner une violation de la force d'un ou de plusieurs feuillets de la valve aortique et sa défaillance.

Le faux canal est situé dans la moitié extérieure de la membrane aortique moyenne. Sa paroi externe ne représente qu'un quart de l'épaisseur de paroi d'origine de l'aorte. Ceci est la cause de fréquentes ruptures aortiques chez les patients présentant un anévrisme disséquant.

La rupture de l'anévrisme de la crosse aortique se produit le plus souvent dans la cavité du médiastin, la rupture de l'aorte descendante - dans la cavité pleurale gauche, l'aorte abdominale - dans le tissu rétropéritonéal. Comme le péricarde pariétal est attaché à la partie ascendante de l'aorte, directement à proximité du lieu de la décharge de la tige brachio-céphalique, la rupture de toute partie de l'aorte ascendante peut entraîner une tamponnade péricardique.

Classifications des anévrismes aortiques disséquants

La classification des anévrismes aortiques à dissection est généralement basée sur la localisation de la rupture proximale de la membrane interne de l'aorte et sur la longueur de la dissection de la paroi aortique. Puisque la rupture de la paroi interne aortique peut théoriquement se produire dans n'importe quel segment et être multiple, les options de dissection aortique sont très diverses.

Cependant, dans la pratique, la rupture de la paroi interne se produit le plus souvent dans la paroi antérieure de l'aorte ascendante aux limites des tiers proximal et moyen, ainsi que dans le segment initial de l'aorte descendante en aval de l'artère sous-clavière gauche.

C’est sur ce principe que se base la classification simple et répandue de Stanford, selon laquelle on distingue plusieurs types de stratification:

  • type A - la rupture intimale se situe dans l'aorte ascendante, avec ou sans lésion de l'arcade plantaire ou de l'aorte descendante;
  • type B - la déchirure se situe dans l'aorte descendante, tandis que la dissection s'étend aux extrémités proximale et distale.

Pour déterminer le pronostic de la maladie et le développement de tactiques conservatrices et opérationnelles dans la clinique, une modification de la classification de M. DeBakey est appliquée:

  • type I - la rupture de la membrane interne est localisée dans la partie ascendante de l'aorte et la séparation de ses parois s'étend jusqu'à l'aorte abdominale;
  • type II - la rupture de la muqueuse interne est localisée dans la partie ascendante de l'aorte, la dissection se termine par un sac aveugle à proximité de la tête brachiale;
  • type III - la rupture de la membrane interne de l'aorte est localisée dans la partie initiale de la partie descendante de l'aorte thoracique en aval de l'embouchure de l'artère sous-clavière gauche.

Classification de l'anévrisme disséquant de l'aorte

Selon une autre classification, il existe cinq classes de dissection aortique.

  • La classe 1 comprend la dissection aortique classique avec formation de faux et vrais mouvements sans formation de message entre eux,
  • au 2ème - hématome ou hémorragie intra-muros,
  • au 3ème, la manifestation pénétrante de la plaque athéroscléreuse de la paroi aortique due à la déchirure de sa capsule,
  • au 4ème - petites dissections aortiques limitées ou partielles avec formation d'une saillie de sa paroi
  • à la cinquième, une dissection aortique iatrogène ou post-traumatique (par exemple, une dissection aortique avec un cathéter réalisée pour un cathétérisme cardiaque).

Classification des dissections aortiques selon L. G. Svensson et al.

La rupture intimale, qui est le début d'un anévrisme disséquant, se retrouve dans la partie ascendante de l'aorte dans environ 70% des cas. Dans 10% des cas, il se trouve dans la voûte plantaire, dans 20% des cas - dans la partie descendante de l'aorte thoracique. Dans de rares cas, il y a une déchirure de l'intima de l'aorte abdominale.

La dissection (séparation) de l'aorte peut être aiguë (jusqu'à 2 semaines) et chronique (plus de 2 semaines).

La prévalence de l'AAP est estimée en moyenne à 1 sur 10 000 hospitalisés (cependant, une proportion significative des patients décèdent au cours de la phase préhospitalière). Cette pathologie est responsable de 1,1% des décès subits et de 3 à 4% des décès subits dus à des maladies cardiovasculaires; détecté dans 1 cas pour 400 autopsies.

Les facteurs prédisposants de la dissection aortique comprennent les maladies et affections associées à la dégénérescence kystique des milieux:

  • hypertension artérielle à long terme,
  • défauts congénitaux du tissu conjonctif (syndromes de Marfan, Ehlers-Danlos, Turner),
  • maladie rénale polykystique
  • âge avancé (60-70 ans);
  • malformations cardiaques congénitales (coarctation de l'aorte, bicuspide ou valve unique);
  • athérosclérose de l'aorte;
  • la grossesse
  • blessure à la poitrine,
  • fort stress physique et émotionnel;
  • vascularite systémique (particulièrement souvent granulomateuse, artérite à cellules géantes);
  • effets chimiques et toxiques (drogues, telles que la cocaïne);
  • causes iatrogènes.

Tableau clinique

Les symptômes les plus courants de l'AAP sont une douleur soudaine, avec une atteinte fulminante d'intensité maximale, la localisation d'une douleur thoracique, une douleur dorsale. La douleur est décrite par les patients comme étant très intense ou insupportable, la douleur la plus sévère qu'ils aient jamais connue, une douleur aiguë ou un larmoiement.

Chez une proportion significative de patients, certains changements du segment ST ou de l’onde T. peuvent être observés.

Avec un type de dissection proximal, un bruit de régurgitation aortique peut être entendu.

Comme pour le type d'exfoliation proximal et distal, l'asymétrie du pouls (diminution de son remplissage ou de son absence) et la pression artérielle aux extrémités supérieures ou inférieures peuvent être déterminées.

Certains troubles neurologiques peuvent être détectés chez certains patients.

Infarctus du myocarde secondaire relativement rare (souvent zadnenizhny), associé à la propagation du faisceau à la bouche de l'artère coronaire.

Les maladies qui ont un tableau clinique similaire avec l’AAP incluent:

  • syndrome coronarien aigu;
  • insuffisance aortique sans dissection (dissection);
  • anévrisme aortique sans dissection (dissection);
  • musculo-squelettique;
  • péricardite;
  • tumeur médiastinale;
  • la pleurésie;
  • embolie pulmonaire;
  • cholécystite.

La présence de PAA peut être suspectée si le patient a mal; douleur associée à une syncope (syncope); douleur associée à des symptômes d'insuffisance cardiaque; douleur associée aux symptômes du SNC (accident vasculaire cérébral); insuffisance cardiaque sans douleur; symptômes du système nerveux central (AVC) sans douleur; changements sur la radiographie de la poitrine sans douleur; pas de pouls sans douleur.

Selon les recommandations du groupe de travail de la Société européenne de cardiologie, confirmer le diagnostic, clarifier le type de dissection (localisation, longueur), diagnostiquer et clarifier la gravité de l'insuffisance aortique et diagnostiquer une extravasation (hématome médiastinal ou médiastinal), et échographie intravasculaire, tomographie multispirale ou imagerie par résonance magnétique.

Une angiographie peut être réalisée pour déterminer le substrat anatomique avec une intervention percutanée prévue chez des patients hémodynamiquement stables et instables, mais pas systématiquement. La radiographie pulmonaire ne fournit aucune information supplémentaire.

Événements médicaux

Vous trouverez ci-dessous les activités initiales de diagnostic et de traitement devant être menées en cas de suspicion de RAA conformément aux recommandations du groupe d'experts de la Société européenne de cardiologie.

  1. Recueillir un historique détaillé et compléter l'examen (si possible).
  1. Fournissant un accès veineux, analyses de sang (KLA, CK, troponine I (T), D-dimères, hématocrite, lipides).
  1. Surveillance de la pression artérielle et ECG.
  1. Diminution de la pression artérielle systolique, de préférence des β-bloquants (propranolol, métoprolol, esmolol), avec contre-indications antagonistes du calcium.
  1. En cas d'hypertension sévère, vasodilatateurs supplémentaires.
  1. Transthoracic (transoesophageal) EchoCG.

Le traitement chirurgical est indiqué chez tous les patients porteurs d'anévrismes disséquants de l'aorte.

Exemple clinique

Nous présentons un exemple clinique de diagnostic in vivo du PAA basé sur les caractéristiques de l'évolution de la maladie et le tableau clinique.

Patient A., 59 ans. Il n'y a pas de plaintes au moment de l'admission. Auparavant, les maladies cardiovasculaires ne toléraient pas.

Pour la première fois 3 jours avant de se rendre à l'hôpital, une douleur lancinante d'intensité modérée est apparue dans la région du cœur et entre les omoplates sans relation avec l'exercice et les mouvements, qui s'intensifient à la palpation, ont persisté plusieurs heures après l'auto-administration d'analgésiques. Une attaque similaire répétée s'est développée à la veille de l'admission à l'hôpital.

Consulté par un neurologue, il a été suggéré que torakalgii vertébral. Un ECG a été réalisé et des modifications ont été détectées (dents T négatives dans les dérivations III et aVF), sur lesquelles le patient a été envoyé à l'hôpital avec un diagnostic de "maladie coronarienne". Infarctus du myocarde diaphragmatique arrière.

Un examen objectif a attiré l'attention d'un murmure diastolique d'intensité modérée, entendu sur l'aorte et le long du bord droit du sternum.

Compte tenu de la nature aiguë et de la durée de la douleur thoracique en combinaison avec les signes identifiés d'insuffisance aortique, probablement extrêmement développés (il n'existait aucune information sur une maladie cardiaque préexistante, les limites cardiaques étaient dans la plage normale, aucun signe d'insuffisance cardiaque chronique) division de l'aorte.

Le patient a été hospitalisé aux soins intensifs, où il était prévu de commencer la perfusion d’esmolol afin de procéder à une échographie transthoracique et, si nécessaire, transoesophagienne.

Dix minutes après son admission, le patient s'est soudainement évanoui, un arrêt de la circulation sanguine (dissociation électromécanique) a été diagnostiqué. Réanimation infructueuse.

Diagnostic: «anévrisme disséquant de l'aorte ascendante. Hémopéricarde. Tamponnade du coeur.

Lors de l'examen post mortem, une dissection non étendue de l'aorte ascendante avec une rupture supra-valvulaire et une hémorragie dans la cavité péricardique a été constatée.

V. V. Dolotovskaya, I. V. Graifer, S. V. Efremov, N. V. Furman

Anévrisme aortique

Selon les normes généralement acceptées, on entend par anévrisme une expansion locale ou généralisée d'une artère qui est plus de 1,5 fois supérieure (2 cm ou plus) à son diamètre normal ou à une partie voisine d'un vaisseau.

Classification

Selon l’emplacement, on distingue les types d’anévrismes suivants:

Département ascendant et arc aortique.

Aorte abdominale.

Par étiologie, les anévrismes sont divisés en:

a) non inflammatoire (athérosclérose; traumatique, résultant d'une lésion de la paroi vasculaire causée par une blessure par balle ou par balle);

b) inflammatoire (développement dans la syphilis, aortoartérite non spécifique, ainsi que mycose).

se trouvent dans la coarctation de l'aorte, le syndrome de Marfan, la médionécrose kystique ou la maladie d'Eydheimer, le syndrome d'Ehlers-Danlos.

Selon la forme de l'anévrisme est divisé en:

La morphologie distingue l'anévrisme:

1. True (enregistré toutes les couches de la paroi vasculaire).

Faux (la paroi est formée par une capsule de tissu conjonctif formée par l'écoulement de sang hors du vaisseau).

Stratifier (pénétrer entre les couches de l'aorte).

En fonction de l'évolution clinique, les anévrismes sont distingués:

Selon les manifestations cliniques, les anévrismes sont divisés en:

Compliqué (séparation des murs, rupture).

Anévrismes de l'aorte thoracique

Les anévrismes de l'aorte thoracique (AGA) et la localisation thoraco-abdominale sont les plus difficiles en chirurgie et leurs conséquences dangereuses en pathologie vasculaire. Selon la littérature, la survie à 2 ans des patients non opérés atteints d'une maladie similaire ne dépasse pas 25% et le taux de survie à 5 ans est de 13%, avec plus de la moitié des décès dus à la rupture de l'anévrisme. Bien qu’il n’existe pas de données fiables sur la dépendance de l’incidence de l’AGA sur sa taille, il est assez bien établi que, par rapport aux anévrismes de l’aorte abdominale (ABA), ce risque est beaucoup plus élevé.

Les principales causes du développement de l'AHA sont des processus dégénératifs de nature congénitale (syndrome de Marfan, coarctation aortique) ou acquise (hypertension artérielle, athérosclérose), qui modifient la structure et les propriétés des composants musculaires, élastiques et collagènes de la paroi aortique. Il existe deux options pour l'apparition et la progression de l'AHA: avec la formation d'un sac ressemblant à un anévrisme avec une forme fusiforme ou sacciforme; avec dissection (dissection) de la paroi aortique.

Comme la plupart des AHA sont latents, les premiers symptômes apparaissent souvent tardivement: début de la dissection de la paroi aortique ou de la rupture d’un anévrisme. L'un des signes les plus constants de cette pathologie est la douleur, localisée derrière le sternum, dans la région du cœur, entre les omoplates et irradiant vers le cou. Les personnes souffrant de cette pathologie ont un essoufflement, une toux sèche, parfois un enrouement. Bruit vasculaire détecté chez 70% des patients. Plus de la moitié des patients ont reçu un diagnostic d'hypertension artérielle et de coronaropathie. La non spécificité de toutes ces manifestations de la maladie rend difficile la reconnaissance rapide de l’AHA sur la base des symptômes cliniques.

L'examen radiographique traditionnel des organes thoraciques chez 30 à 48% des patients permet de suspecter un anévrisme pour les motifs suivants: déviation de l'œsophage tout en le contrastant avec Ba2SO4, expansion de l'ombre aortique et médiastinale, calcification de la paroi de l'anévrisme.

Le diagnostic par ultrasons de l'AHA a une valeur inférieure à celle de la reconnaissance de l'ABA. Des informations plus fiables sont fournies par l'angiographie, le scanner et l'IRM. Ils vous permettent de déterminer l'emplacement et la taille de l'anévrisme, ainsi que la prévalence de l'hématome para-aortique, afin de différencier les fausses et les vraies lumières aortiques au cours de la dissection.

La méthode la plus informative de diagnostic de l'AHA est l'échocardiographie transoesophagienne ou transthoracique. La sensibilité et la spécificité de cette procédure non invasive atteignent 88 à 98%.

Traitement de AHA - chirurgical. Elle consiste en une excision de l'anévrisme et une restauration du flux sanguin par chirurgie reconstructive ou par remplacement de l'aorte par une prothèse. En raison du grand nombre de branches du tronc s'étendant de l'aorte aux organes vitaux de ce département, et de la nécessité de préserver ces branches et de leur rétablir le flux sanguin, les interventions sur les anévrismes de cette localisation sont considérées comme l'une des plus traumatisantes.

Accès en ligne. Selon la localisation du processus pathologique, on utilise une sternotomie longitudinale (médiane) et transversale (avec une thoracotomie bilatérale), une thoracotomie latérale dans le quatrième et cinquième espace intercostal gauche, une thoracophrénolumotomie, une sternolaparotomie médiane totale.

L'opération est réalisée dans des conditions de circulation sanguine artificielle, d'hypotension pharmacologique modérée ou de dérivation temporaire.

Anévrisme aortique: classification

Définition:

L’anévrisme aortique est une maladie de la plus grande artère du corps, associée à la dilatation de ses parois dans une zone spécifique.

Où se forment-ils?

L'aorte est le plus gros vaisseau partant du cœur et des anévrismes peuvent se former sur toutes ses parties. Les anévrismes les plus courants de l'aorte abdominale et de sa partie ascendante. En outre, des élargissements anévrysmaux peuvent être observés sur l'arc aortique et dans la région thoracique. Dans certains cas, des anévrismes peuvent survenir dans plusieurs départements à la fois.

Raisons

Les anévrismes peuvent être congénitaux et apparaître en raison de facteurs héréditaires. Les maladies héréditaires comprennent le syndrome de Morphan, le syndrome d'Erdheim et le syndrome d'Ehlers-Danlos.

La cause principale des anévrismes acquis est l’affaiblissement des parois artérielles, leur séparation. Cela peut entraîner des maladies inflammatoires et infectieuses, des blessures, mais le plus souvent, la cause en est l'athérosclérose de l'aorte. En raison de l'accumulation de dépôts de cholestérol sur les parois des artères, le vaisseau se rétrécit, ce qui limite le flux sanguin dans l'une ou l'autre des zones.

Les symptômes

Comme vous le savez, les symptômes d'un anévrisme formé dans un vaisseau peuvent ne pas être ressentis assez longtemps: souvent, la maladie survient sous une forme latente. Souvent, ils découvrent la maladie par hasard, en se tournant vers un médecin pour une autre raison (et parfois même après la rupture d'un anévrisme).

Les symptômes d'un anévrisme aortique varient en fonction de la partie de l'artère touchée.

Les signes indirects d'un anévrisme aortique comprennent des douleurs à la poitrine ou au dos et une faiblesse. Parfois, enrouement de la voix, la toux peut se manifester.

Les symptômes de l'anévrisme de l'aorte ascendante incluent l'angine de poitrine, provoquée par la compression des artères coronaires, l'essoufflement, la faiblesse et des arythmies cardiaques. En cas d'anévrisme important, on peut observer un gonflement et un gonflement des veines autour du cou.

Les symptômes caractéristiques de l’anévrysme de l’aorte abdominale sont les suivants: douleurs abdominales et battements, dysfonctionnement intestinal, vomissements et nausées. Dans de tels cas, tous les patients atteints d'un anévrisme aortique ne se tournent pas immédiatement vers une clinique vasculaire, cherchant initialement à obtenir des réponses d'un gastro-entérologue.

Expansions anévrismales de la pression de la voûte aortique sur les bronches et la trachée, provoquant un enrouement, une toux sèche, un essoufflement. Il peut y avoir une douleur dans le dos, une douleur lors de la déglutition.

Classification des anévrismes

La forme des anévrismes aortiques peut varier: ils sont sacculés et fusiformes. Les anévrismes en forme de fuseau sont l’expansion du diamètre de l’aorte, sacculée - le renflement de l’un des murs.

Selon l'évolution de la maladie, les anévrismes peuvent être simples et compliqués. Les complications comprennent la rupture de l'anévrisme, la formation de caillots sanguins et d'embolies dans les artères. La dissection de l'artère ou l'anévrisme de l'aorte disséqué sont des complications particulièrement dangereuses. Vous en saurez plus à ce sujet dans la prochaine publication.

Le risque d'anévrisme est le risque de rupture et d'hémorragie, souvent mortelles. Un diagnostic opportun vous permet d'éviter des conséquences tragiques. La dilatation anévrismale de l'aorte est irréversible, c'est-à-dire qu'elle nécessite une intervention chirurgicale. Traditionnellement, lorsque des anévrismes sont pratiqués, une opération à ciel ouvert est réalisée pour retirer l'anévrisme et remplacer le site de l'artère par une prothèse. Les prothèses endovasculaires avec implantation de stent autour de la zone touchée constituent une alternative plus moderne aux interventions ouvertes. Nous allons décrire plus en détail les opérations utilisées pour les anévrismes aortiques.

Anévrisme de l'aorte abdominale sans mention de rupture (I71.4)

Version: Répertoire des maladies MedElement

Informations générales

Brève description

Par anévrisme aortique abdominal impliquent:

  • toute expansion du diamètre de l'aorte abdominale sous-rénale de 50% par rapport à la surrénale;
  • toute expansion locale de l'aorte en forme de fuseau d'un diamètre supérieur de 0,5 cm au diamètre de l'aorte normale;
  • toute saillie sacculaire de la paroi aortique (en tant que signe clair d'un processus pathologique).

Classification

  1. Type I - anévrisme du segment de l'aorte abdominale proximale avec atteinte des branches viscérales;
  2. Type II - anévrisme du segment sous-rénal sans impliquer la bifurcation;
  3. Type III - anévrisme du segment sous-rénal impliquant la bifurcation aortique et les artères iliaques;
  4. Type IV - lésion totale de l'aorte abdominale.

Étiologie et pathogenèse

Étiologie
Les maladies congénitales (syndrome de Marfan, défauts de développement de la paroi aortique, infériorité congénitale des élastiques, etc.) et contractées (athérosclérose, syphilis, tuberculose, syndrome de Takayasu, rhumatisme, etc.) et les traumas abdominaux conduisent au développement d'anévrismes. Les anévrismes peuvent également se produire dans la zone de la suture vasculaire après une chirurgie aortique. Cependant, l’athérosclérose est actuellement la principale cause de la formation d’anévrismes abdominaux (80 à 95%). Chez 3% des personnes de plus de 50 ans atteintes d'athérosclérose, un anévrisme de l'aorte abdominale est observé et chez les plus de 65 ans, chez 6,5%.


Pathogenèse
Le développement d'anévrismes abdominaux de l'aorte, principalement dû à des modifications dégénératives ou inflammatoires de la paroi aortique.
Les dommages les plus fréquents au segment sous-rénal de l'aorte dépendent des facteurs suivants:
- une forte diminution du débit sanguin dans l'aorte abdominale en aval des artères rénales, environ 23% du volume infime de sang allant aux organes internes et 22% aux reins;
- circulation sanguine altérée dans le vasa vasorum, provoquant des modifications dégénératives et nécrotiques de la paroi aortique, la remplaçant par du tissu cicatriciel;
- traumatisation constante de la zone de la bifurcation de l'aorte abdominale des formations osseuses voisines (promontorium);
- La bifurcation de l'aorte abdominale est pratiquement le premier obstacle direct au flux sanguin, où une «onde réfléchie» se produit pour la première fois, ce qui augmente la charge hémodynamique sur la paroi de l'aorte et, parallèlement à une résistance périphérique accrue des artères des membres inférieurs, à une augmentation de la pression latérale de l'aorte arrière.
Tous ces facteurs conduisent à la dégénérescence et à la fragmentation du squelette élastique de la paroi aortique et à l'atrophie de sa membrane médiane. Le rôle principal du squelette aortique commence à jouer dans la coquille externe, ce qui ne peut pas empêcher de manière adéquate l'expansion progressive de la lumière aortique. Il a également été noté que la paroi de l'anévrisme contient moins de collagène et d'élastine que la paroi aortique normale. Une fragmentation significative de l'élastine est détectée. La paroi antérieure de l'anévrisme contient normalement plus de fibres de collagène et élastiques, ce qui est dû à sa grande résistance. Les parois arrière et latérales de l'aorte contiennent des structures moins élastiques et sont donc moins durables. Les anévrismes déchirés de l'aorte abdominale dus à cela se produisent principalement dans l'espace rétropéritonéal. La tension de la paroi du vaisseau dépend, selon la loi de Laplace, du rayon du vaisseau, de sorte que le risque de rupture de l'anévrysme de grand diamètre augmente.

Épidémiologie

Prévalence des symptômes: extrêmement rare

Sex-ratio (m / f): 5

L'anévrisme de l'aorte abdominale est retrouvé, selon différents auteurs, dans 0,16 à 1,06% de toutes les autopsies. Le rapport entre le nombre d'hommes et de femmes est de 5: 1. Avec l'âge, la fréquence de la maladie augmente considérablement - chez les hommes décédés avant l'âge de 50 ans, la fréquence des anévrismes de l'aorte abdominale est de 6%, sur 60 ans - 10%, sur 70 ans - 12%. Parmi les anévrismes aortiques, les anévrismes aortiques abdominaux représentent la majorité - 80%. Chez 95 à 96% des patients, les anévrismes sont généralement situés sous les artères rénales. Il existe également une relation directe entre la taille des anévrismes et leur tendance à se rompre. Avec les petits anévrismes (diamètre aortique jusqu’à 5 cm), le taux de survie à 1 an est de 75%, pour 5 ans à 48%. Si le diamètre de l'anévrisme est supérieur à 6 cm, le taux de survie au cours de l'année est de 50%, contre 5 ans seulement - 6% seulement.

Facteurs et groupes à risque

  • Âge Les anévrismes aortiques sont plus fréquents chez les personnes de plus de 60 ans.
  • Tabagisme Le tabagisme est l’un des principaux facteurs de risque de formation d’anévrysme aortique. Plus le tabagisme augmente, plus le risque de formation d'anévrysme augmente.
  • Hypertension artérielle. L'hypertension artérielle endommage les vaisseaux sanguins dans le corps et augmente donc le risque de développer un anévrisme aortique.
  • Athérosclérose L'augmentation du cholestérol et d'autres substances pouvant endommager la couche interne des vaisseaux sanguins est également un facteur important dans la formation des anévrismes.
  • Paul L'anévrisme aortique est plus fréquent chez l'homme que chez la femme. Cependant, les femmes présentant un anévrisme aortique ont un risque de rupture plus élevé que les hommes.
  • Course L’anévrisme aortique est plus fréquent chez les Blancs que chez les autres races.
  • Histoire familiale. Si un membre de la famille a eu des cas d'anévrisme de l'aorte, ses parents par le sang ont un risque accru de développer un anévrisme. Ces personnes ont tendance à former des anévrismes plus jeunes et le risque de rupture est plus élevé.

Tableau clinique

Critères de diagnostic clinique

Symptômes actuels

Le symptôme le plus constant est la douleur abdominale. Ils sont généralement localisés dans la région ombilicale ou dans la moitié gauche de l'abdomen, peuvent être douloureux ou paroxystiques continus; irradiant parfois vers la région lombaire ou inguinale, chez certains patients localisés principalement dans le dos. La douleur est causée par la pression de l'anévrisme sur les racines nerveuses de la moelle épinière et les plexus nerveux de l'espace rétropéritonéal. Souvent, les patients se plaignent d'une sensation de pulsation accrue dans l'abdomen, d'une sensation de lourdeur et de distension dans la région épigastrique, de ballonnements. Parfois, l'appétit diminue, des nausées, des vomissements, des éructations, une constipation, une perte de poids apparaissent, qui sont associés à une compression du tractus gastro-intestinal ou à une implication dans le processus pathologique des branches viscérales de l'aorte abdominale. L'anévrisme de l'aorte abdominale peut être asymptomatique. Lors de l'inspection des patients en position horizontale, ils révèlent souvent une pulsation accrue de l'anévrisme. À la palpation dans la partie supérieure de l'abdomen, souvent à gauche de la ligne médiane, déterminez la formation en forme de tumeur pulsante de consistance dense-élastique, indolore ou légèrement douloureuse, souvent immobile. Lorsque l'auscultation au-dessus de la formation révèle un souffle systolique mené sur l'artère fémorale.

Diagnostics

Échographie longitudinale et transversale B de l’aorte abdominale réalisée dans trois positions standard; sous le diaphragme, au niveau des branches viscérales et au-dessus de la bifurcation. En fonction de l'image échographique, il a été proposé de distinguer trois degrés d'expansion du diamètre de l'aorte abdominale (V. A. Sandrikov et al., 1996):

I degré - expansion de l'aorte abdominale (diffuse ou locale): sous le diaphragme et au niveau des branches viscérales - jusqu'à 3 cm; sur bifurcation - jusqu'à 2,5 cm;

Anévrysme de l’aorte abdominale formant un grade II: sous le diaphragme et au niveau des branches viscérales - jusqu’à 4 cm; sur bifurcation - jusqu'à 3,5 cm;

Grade III - anévrisme de l'aorte abdominale: sous le diaphragme et au niveau des branches viscérales - à partir de 4 cm; sur bifurcation - à partir de 3,5 cm (y compris un anévrisme de petite taille - jusqu'à 5 cm).

Dans l'anévrisme, l'expansion de l'aorte abdominale est visualisée sous la forme d'une formation arrondie, avec un contour externe clair, une partie centrale anéchogène et des recouvrements pariétaux hypoéchogènes avec un contour duvet irrégulier. La vitesse du flux sanguin dans l'anévrisme est réduite et le flux sanguin est turbulent.

Pour le diagnostic angiographique des anévrismes de l'aorte abdominale, l'aortographie de Seldinger est plus couramment utilisée dans deux projections. Cependant, chez les patients présentant une occlusion des artères iliaques ou en présence de données sur la localisation du niveau supérieur de l'anévrisme, une aortographie transulumbaire est indiquée. Pour identifier les anévrismes surrénaux, il est conseillé de procéder à un cathétérisme aortique à travers l'artère axillaire. Le signe angiographique principal de l'anévrisme est l'expansion de la lumière d'un certain segment de l'aorte par rapport à la partie supérieure ou inférieure. D'après la radiographie, les anévrismes d'un diamètre allant de 3 à 5 cm sont considérés comme étant petits, jusqu'à 5 à 7 cm sont moyens, jusqu'à 7 à 16 cm sont grands, plus de 16 cm sont gigantesques. Cependant, la valeur réelle de l'anévrisme peut ne pas correspondre à sa taille sur l'aortogramme en raison de la présence d'une thrombose pariétale. De plus, dans le cas d'une thrombose complète de l'anévrisme, je ne contraste que la partie centrale de la cavité anévrysmale, créant ainsi l'illusion d'une aorte inchangée. Avant l'apparition de l'anévrisme, l'aorte se plie vers la gauche. La plupart des anévrismes ne présentent pas d'artères lombaires contrastées.

Sur la radiographie des organes de la cavité abdominale avec anévrisme de l'aorte abdominale, l'ombre du sac anévrysmal et la calcification de la paroi sont révélées. Contrairement à la calcification aortique dans l'athérosclérose, la paroi calcifiée de l'anévrisme est visualisée comme un arc convexe par rapport à la colonne vertébrale. L'usuration de l'anévrysme en forme de fuseau de l'aorte abdominale est souvent visible.

Lorsque le contraste des rayons X sur les organes du tractus gastro-intestinal est déterminé par le déplacement de l'estomac, le duodénum du centre de la cavité abdominale. L'urographie intraveineuse chez les patients atteints d'anévrismes fournit des informations sur les déviations de la position des uretères, leur compression externe et les pyéloectasies.

En TDM, l’anévrisme de l’aorte abdominale a l’apparence d’une éducation arrondie à contour lisse et à paroi mince, souvent avec des foyers de calcification. Un thrombus pariétal sous la forme d'une formation semi-lunaire ou plate qui modifie la correction de la section aortique se forme le long de la paroi interne de la paroi.

L'IRM informe également sur la structure de l'anévrisme, l'état de ses contours et des branches viscérales de l'aorte abdominale, la présence de masses thrombotiques, de zones de dissection.

Pourquoi existe-t-il un anévrisme aortique et les principales méthodes de traitement?

L'aorte est la principale circulation sanguine dans le corps humain. Lorsque la structure du tissu conjonctif change dans les parois du vaisseau principal, il se forme une expansion d'une zone distincte - un anévrisme de l'aorte. Les patients atteints de cette pathologie doivent être enregistrés dans un établissement médical et doivent subir des examens réguliers pour observer la dynamique de la maladie.

Les défauts sur la paroi du vaisseau principal apparaissent pour diverses raisons, mais ils conduisent tous à l’amincissement de la paroi vasculaire et à la perte de son élasticité. Cela peut provoquer une rupture d'anévrisme et, par conséquent, l'apparition de saignements internes, qui entraînent très souvent la mort.

Classification des anévrismes aortiques

Une saillie de toutes les couches ou une stratification de la paroi vasculaire peut se former n'importe où sur l'aorte. Selon le site de localisation, on distingue les principales pathologies suivantes:

  • Anévrisme de l'aorte thoracique;
  • Anévrisme de l'aorte abdominale.
  • Anévrisme de la crosse aortique.

L'anévrisme aortique le plus fréquemment observé dans la partie abdominale. La formation pathologique dans ce cas se produit au-dessous de la branche des artères rénales. Souvent, sur fond de maladies cardiaques concomitantes sévères, se développe un anévrisme de l'aorte thoracique.

Les défauts les plus rares sur les parois de la crosse aortique, mais les symptômes de la maladie sont évidents et douloureux. Il existe différentes formes d'anévrisme aortique:

  • En forme de poche, qui font saillie sur la paroi du vaisseau dans une zone séparée, sans affecter la ligne sanguine à plus de la moitié de son diamètre. La séparation de la paroi vasculaire dans ce cas n'est pratiquement pas observée. La particularité est qu'une telle éducation comporte des parties distinctes: le cou et le dôme.
  • Fusiformes, qui sont formés en raison de la saillie de la paroi vasculaire sur tout son diamètre.
  • Exfoliant, lorsque la séparation des parois des vaisseaux contribue à la saillie de la paroi dans une certaine direction. En même temps, les cavités formées sont remplies de sang.

Sur la base des caractéristiques du développement de l’éducation pathologique, on distingue les types suivants d’anévrisme aortique:

  • Un véritable anévrisme aortique se forme si une pathologie survient en raison d'un changement de la structure de toutes les couches de la paroi vasculaire.
  • Le pseudoanévrysme se développe sur le fond d'un hématome pulsant. Dans ce cas, la séparation des parois vasculaires. Dans ce cas, la paroi externe de l'anévrisme est le tissu conjonctif entourant l'aorte et la paroi interne est la sous-couche des dépôts de caillots sanguins formés.

Astuce! Il faut comprendre qu'il est très important, lors du diagnostic, de déterminer correctement le type d'anévrisme et d'évaluer sa taille. N'ayant que de telles données, le médecin peut prescrire le traitement approprié.

Causes de la maladie

L'anévrisme aortique peut se développer pour plusieurs raisons. L'éducation sur leur étiologie est divisée en congénitale et acquise. Les pathologies congénitales surviennent généralement dans le contexte de certaines maladies génétiques héritées. Les causes les plus courantes de la maladie sont:

  • Syndrome de Marfan;
  • Syndrome d'Ehlers-Danlos;
  • Dysplasie fibreuse;
  • Manque d'élastine.

Très rarement, les causes de la maladie sont associées à des malformations congénitales. Ceux-ci comprennent:

  • La présence d'un double arc vasculaire;
  • L'hypoplasie, qui est un sous-développement du système circulatoire au stade de développement intra-utérin;
  • La présence d'un canal canalaire non développé, qui devrait se développer immédiatement après la naissance de l'enfant, fermant ainsi la connexion artérielle du tronc pulmonaire avec l'aorte.

En outre, le développement de la maladie, de nombreux médecins associés à des maladies infectieuses, anciennement appelées causes, telles que la syphilis ou la tuberculose. Mais à l'heure actuelle, les anévrismes aortiques dus aux maladies susmentionnées se produisent assez rarement, du fait que ces maladies sont facilement diagnostiquées et que le traitement en temps opportun exclut toute complication.

Il a également été prouvé que les raisons provoquant l'apparition d'une formation pathologique sur la paroi de la ligne sanguine principale peuvent être associées à:

  • Lésions fongiques;
  • Blessures fermées, qui provoquent souvent une séparation des murs;
  • Infections postopératoires.

Mais la principale cause de la maladie est l’athérosclérose, qui se développe tout au long de la vie d’une personne qui a un régime alimentaire inapproprié et une dépendance au tabac pendant longtemps.

Des plaques de cholestérol, s'étendant progressivement sur la paroi interne de la ligne circulatoire, contribuent à la détérioration de son élasticité et provoquent la formation d'anévrismes. Augmente le risque de développer cette pathologie de l'hypertension artérielle, avec des fluctuations de la pression artérielle, en tant que facteur pouvant provoquer une rupture, sont particulièrement dangereuses.

Symptômes de la maladie et diagnostic

Les symptômes de l'anévrisme aortique dépendent de la localisation de la pathologie sur la paroi vasculaire et de la taille de la formation. Les défauts de petite taille jusqu’à 5,5 cm de diamètre ne se manifestent généralement pas par des signes extérieurs. Dans ce cas, les anévrismes sont généralement détectés par hasard lors d'un examen préventif.

Astuce! Même pour un petit anévrisme, un traitement conservateur approprié doit être prescrit, ce qui empêchera sa croissance et éliminera le besoin de chirurgie à l'avenir.

La croissance de l'anévrisme provoque une gêne, au moment où la formation commence à exercer une pression sur le tissu de l'aorte et les terminaisons nerveuses environnants. Comme le développement de la douleur augmente et indiquent une rupture possible.

Avec le développement de l'anévrisme thoracique, les symptômes suivants apparaissent:

  • La douleur à la poitrine et au dos, avec la douleur, le plus souvent, est constante et malléable, mais peut parfois être paroxystique;
  • Essoufflement avec un minimum de stress, ce qui conduit au développement de l'insuffisance cardiaque;
  • Difficulté à respirer en position horizontale;
  • Toux sèche;
  • Difficulté à avaler;
  • Enrouement;
  • Ronflement

Vous devez connaître les éléments suivants:

  • Dans les anévrismes de la crosse aortique, la douleur est plus prononcée dans la région de la poitrine et s'étend au cou et au haut du dos;
  • Lorsque les anévrismes de l'aorte thoracique supérieure sont constamment ressentis une lourdeur derrière le sternum;
  • Avec les anévrismes de l'aorte thoracique inférieure, la douleur se concentre dans la région interscapulaire.

Un anévrisme aortique de la cavité abdominale est particulièrement dangereux, car sa rupture entraîne souvent la mort. Son développement est mis en évidence par une douleur diffuse au bas de l'abdomen, dont la localisation est assez difficile à établir lors d'un examen médical. Ils peuvent être présents à la fois de manière permanente et avoir un caractère paroxystique. Avec une augmentation de l'anévrisme de l'aorte abdominale, les symptômes suivants apparaissent:

  • La propagation de la douleur dans la région lombaire, les membres et les fesses;
  • La sensation de pulsations dans une certaine aine, surtout si elles se séparent de la paroi aortique, apparaît dans ce contexte et un anévrisme de grande taille est apparu;
  • La sensation de froid dans les membres et le bleu des orteils, qui est le premier signe de nécrose tissulaire.

Astuce! Lors de la détection des symptômes décrits ci-dessus, même dans la manifestation la plus faible, chaque personne doit immédiatement consulter un médecin. Correctement diagnostiqué vous permettra de prescrire le traitement correct et d'éviter des complications graves.

La rupture d'un anévrisme aortique, qui a atteint une taille critique, peut survenir à tout moment. Ses symptômes sont les suivants:

  • Douleur aiguë soudaine et insupportable dans la région thoracique ou abdominale;
  • Insuffisance cardiaque;
  • Baisse de la pression artérielle à un niveau critique;
  • Choc, qui se manifeste par une réponse inadéquate à l'environnement, une tachycardie, une pâleur bleutée de la peau, une altération de la fonction respiratoire.

Astuce! Pour les signes ci-dessus, vous devez immédiatement appeler une ambulance. Tout retard met la vie en danger.

Méthodes de diagnostic

Bien entendu, le traitement d'un anévrisme aortique de tout type, y compris la plus dangereuse de ses manifestations, lorsqu'il existe une séparation des parois vasculaires, est efficace au stade initial du développement de la formation pathologique.

Lorsqu'un patient se plaint, le diagnostic commence par un historique médical. Le médecin posera des questions sur les facteurs héréditaires, le mode de vie d'une personne, sa dépendance à des dépendances.

Après inspection et détection de signes pouvant indiquer une pathologie des parois vasculaires, un diagnostic matériel plus précis de l'anévrisme aortique est effectué. Les principales méthodes permettant de prescrire le traitement correct sont:

  • Examen aux rayons x. La radiographie dans différentes projections vous permet d'établir assez précisément l'emplacement de l'éducation. Sur la photo, l'anévrisme aortique ressemble à une ombre dans la zone de projection du grand vaisseau.
  • Échographie. C’est le moyen le plus précis d’obtenir des données s’il ya une éducation dans l’aorte abdominale.
  • Tomographie par ordinateur. Cette méthode peut être obtenue image en couches de la paroi aortique endommagée. Il est important qu'une telle étude vous permette d'identifier une stratification dangereuse ou une taille critique de la pathologie.
  • Échocardiographie. Cette méthode vous permet de diagnostiquer avec précision les anévrismes de l'aorte thoracique.

Si le traitement recommandé est la chirurgie, alors au stade final, une aortographie est réalisée pour obtenir les données de diagnostic finales, ce qui vous permet de définir avec précision les paramètres importants de l'anévrisme, à savoir:

  • La localisation;
  • Dimensions;
  • Type d'éducation;
  • L'étendue des dégâts.
  • L'effet de l'éducation sur les structures anatomiques environnantes.

Astuce! Avant la chirurgie, les études de diagnostic doivent être effectuées dans leur intégralité, car seule une analyse complète des données garantit la désignation du traitement approprié.

Traitement de la maladie

Un traitement conservateur est recommandé si des anévrismes aortiques ne mettant pas la vie en danger sont détectés. Il consiste à prendre des médicaments spéciaux qui réduisent la pression artérielle, réduisent le taux de cholestérol dans le sang et, par conséquent, ralentissent la croissance de l’anévrisme.

Pour que le traitement conservateur soit efficace, il est recommandé d’équilibrer le régime alimentaire et d’arrêter de fumer. Des enquêtes régulières sont obligatoires pour suivre la dynamique de la maladie. La méthode chirurgicale est indiquée pour le traitement de:

  • Anévrismes plus grands, plus de 5,5 cm de diamètre;
  • Formations en croissance sujettes à la rupture, dont le taux d'augmentation est d'un demi-centimètre en six mois.

Aujourd'hui, le traitement chirurgical comporte deux voies:

  • Opération ouverte. Elle est réalisée sous anesthésie et vous permet d'éliminer tout type d'anévrisme. Les techniques et les équipements modernes garantissent un pronostic positif dans les cas difficiles, même en cas de séparation des parois vasculaires.
  • Intervention endovasculaire, qui implique l’utilisation d’un cathéter et d’une greffe spéciale. Cette méthode comporte de nombreuses contre-indications et est rarement utilisée. En particulier, il est déconseillé de l'utiliser lorsqu'une séparation de la paroi vasculaire a été diagnostiquée.

Les complications dangereuses pouvant survenir lors de la rupture d'un anévrisme aortique devraient amener le patient à reconsidérer son mode de vie. Il est important de suivre toutes les recommandations des médecins. Une telle approche avec des diagnostics rapides permettra d’éviter une intervention chirurgicale et de rester en bonne santé pendant de nombreuses années.