Insuffisance aortique - causes, degrés, symptômes, traitement, pronostic et prévention

L'insuffisance aortique fait référence à une maladie cardiaque acquise. L'essence de la maladie est réduite à la violation de l'hémodynamique normale et des modifications pathologiques associées à la structure de la valve cardiaque. La maladie est bien traitée, la chirurgie n'est prescrite que dans des cas extrêmes.

Selon les statistiques médicales, cette maladie est la deuxième maladie la plus répandue après l’insuffisance mitrale. Et comme cela se produit habituellement dans de tels cas, le problème majeur n’est pas la violation elle-même, mais les changements qu’elle entraîne.

Le tableau clinique de la maladie

Le fonctionnement normal du cœur est assuré par le bon fonctionnement de l'oreillette et du ventricule. Une condition indispensable - le passage du sang dans une direction.

Le sang oxygéné de l'oreillette gauche est poussé dans le ventricule gauche. Valves soupapes entre ces parties du cœur bien fermées. Lorsque le ventricule est comprimé, les valves semi-lunaires s'ouvrent et le sang est poussé dans l'aorte, puis se déplace le long des artères divergentes.

  • L'insuffisance de la valve aortique est exprimée dans le dysfonctionnement de la feuille de la valve: après la compression de l'estomac, lorsque le sang pénètre dans l'aorte, la feuille ne se ferme pas complètement et une partie du sang revient. Lors de la compression suivante, le ventricule tente de repousser le sang qui est revenu avec le nouveau lot. Cependant, une partie du sang revient.
  • En conséquence, le ventricule gauche fonctionne constamment avec une charge supplémentaire et subit constamment la pression du sang restant. Pour compenser la charge supplémentaire, cette zone est hypertrophiée, ses muscles sont compactés, le ventricule augmente de volume.

Mais ce n'est qu'un aspect de la violation. Puisqu'une partie du sang revient constamment, un manque de sang se forme dès le début dans la grande circulation sanguine. En conséquence, le corps perd de l'oxygène et des nutriments avec un fonctionnement complètement normal et suffisant du système respiratoire.

Dans le même temps, la pression diastolique diminue, ce qui permet au cœur de passer en mode intensif.

Étant donné que le fardeau principal de la compensation de la basse pression repose sur le ventricule gauche, la circulation est altérée pendant longtemps. Les symptômes sont pratiquement absents.

Souvent, une personne n'est pas au courant de la maladie, en particulier lorsque l'insuffisance aortique survient de manière chronique.

  • Cependant, lorsque le flux sanguin inverse atteint un volume important - plus de 50%, tous les muscles cardiaques sont soumis à une hypertrophie. Le cœur se dilate et l'ouverture entre le ventricule gauche et l'oreillette est étirée et une insuffisance de la valve mitrale se forme.
  • A ce stade, une décompensation se produit. Les troubles de type ventriculaire gauche provoquent le développement de l'asthme, un œdème pulmonaire peut être déclenché. La décompensation pour le type ventriculaire droit se produit plus tard et se développe généralement beaucoup plus rapidement.

Si, au stade de la compensation, les symptômes n'apparaissent pas du tout - les patients ne ressentaient même pas un essoufflement lorsqu'ils faisaient du sport, alors, au début de la décompensation, l'insuffisance aortique acquérait des signes très graves.

Aux stades sévères de la maladie, le pronostic de la vie dépend de la chirurgie.

Formes chroniques et aiguës

L'insuffisance de la valve aortique peut être chronique, mais peut prendre une forme aiguë. En règle générale, l'évolution de la maladie en détermine la cause. Bien entendu, l'impact traumatique avec un instrument contondant provoquera une forme aiguë, tandis que le lupus érythémateux, transféré dans l'enfance, «laissera» derrière lui une maladie chronique.

Les symptômes peuvent ne pas être complètement observés, en particulier si le patient est en bonne forme physique. Le cœur compense le manque de sang, de sorte que les signes de la maladie ne suscitent aucune inquiétude.

L'insuffisance aortique chronique présente les symptômes suivants:

  • maux de tête fréquents, principalement concentrés dans le lobe frontal, accompagnés de bruit et d'une sensation de pulsation;
  • fatigue, évanouissement et perte de conscience lors d'un changement brusque de position;
  • douleur dans le coeur au repos;
  • La pulsation des artères - «la danse des artères», ainsi que la sensation de pulsation sont les symptômes les plus caractéristiques d'un défaut. La pulsation est perceptible à l'inspection visuelle et est causée par une pression élevée avec laquelle le ventricule gauche jette du sang dans l'aorte. Mais si l'insuffisance aortique est accompagnée d'autres affections du cœur, cette image caractéristique peut ne pas être observée.

La dyspnée, par exemple, associée à une insuffisance de la valve mitrale, ne se manifeste qu'au stade de la décompensation, lorsque la circulation sanguine dans les poumons est perturbée et que des symptômes d'asthme apparaissent.

L'insuffisance aiguë de la valve aortique est caractérisée par un œdème pulmonaire et une hypotension. Le traitement avec une méthode opératoire est dans la plupart des cas effectué uniquement avec des symptômes prononcés et un stade sévère de la maladie.

Classification des maladies

Deux méthodes de classification sont envisagées: la longueur du flux sanguin de régurgitation, c'est-à-dire le retour de l'aorte dans le ventricule gauche et la quantité de sang récupéré. La seconde classification est utilisée plus souvent lors des examens et des conversations avec les patients, car elle est plus compréhensible.

  • La maladie du premier degré de gravité est caractérisée par un volume de sang régurgité ne dépassant pas 15%. Si la maladie est au stade de l'indemnisation, le traitement n'est pas prescrit. Une surveillance continue par un cardiologue et une échographie sont prescrites au patient.
  • L'insuffisance aortique avec un volume de sang retourné compris entre 15 et 30% est appelée 2 degrés de sévérité et, en règle générale, elle n'est pas accompagnée de symptômes graves. Au stade de l'indemnisation, le traitement n'est pas effectué.
  • Avec le grade 3, le volume de sang qui manque à l'aorte atteint 50%. Il se caractérise par tous les symptômes ci-dessus, qui excluent l'activité physique et affectent de manière significative le mode de vie. La thérapie est thérapeutique. Une surveillance constante est nécessaire, car une telle augmentation du volume de sang régurgité viole l'hémodynamique.
  • Avec 4 degrés de gravité, l'insuffisance de la valve aortique dépasse 50%, c'est-à-dire que la moitié du sang retourne dans le ventricule. La maladie se caractérise par un essoufflement grave, une tachycardie et un œdème pulmonaire. Des médicaments et un traitement chirurgical sont entrepris.

Pendant longtemps, l'évolution de la maladie peut être assez favorable. Cependant, lors de la formation d'une insuffisance cardiaque, le pronostic de la vie est pire que dans le cas des lésions de la valve mitrale - une moyenne de 4 ans.

Causes de

L'insuffisance aortique est congénitale: si au lieu d'une valvule à 3 feuilles se forme une, 1, 2 ou 4 feuilles.

Cependant, les causes les plus courantes de la maladie sont les suivantes:

  • le rhumatisme - ou plutôt la polyarthrite rhumatoïde, est la cause du défaut dans 60 à 80 cas. Étant donné que le rhume rhumatismal est apparu dès l'adolescence, il peut être difficile de diagnostiquer une insuffisance aortique;
  • myocardite infectieuse - dommages inflammatoires du muscle cardiaque;
  • lésion syphilitique de la valve aortique - il y a une probabilité de transition du processus de l'aorte à la valve, le traitement est difficile;
  • athérosclérose - peut également quitter l'aorte, mais moins souvent;
  • traumatisme à la poitrine;
  • Maladies systémiques du tissu conjonctif, telles que le lupus érythémateux.

Le traitement de la maladie de gravité 3, 4 nécessite d’abord d’établir la cause réelle de la maladie et, si aucune intervention chirurgicale n’est indiquée, de procéder à son traitement, le défaut étant de nature secondaire.

Diagnostics

Les principales méthodes d'établissement du diagnostic sont les données de l'examen physique:

  • les symptômes décrits sont une tendance à l'évanouissement, une sensation de pulsation, une douleur au coeur, etc.
  • pulsation caractéristique des artères - carotide, sous-clavière, etc.
  • pression systolique très élevée et pression diastolique extrêmement basse;
  • pouls élevé, formation d'impulsions pseudocapillaires;
  • l'affaiblissement du premier ton est le sommet du cœur et le murmure diastolique qui tombe après le second ton.

Diagnostic - insuffisance de la valve aortique, spécifiée par les méthodes instrumentales:

  • ECG - l’utiliser pour détecter une hypertrophie ventriculaire gauche;
  • EchoCG - aide à établir l’absence ou la présence d’un battement du feuillet de la valve mitrale. Ce phénomène est causé par l'impact d'un jet lors de la régurgitation du sang;
  • Examen aux rayons X - vous permet d’évaluer la forme du cœur et de détecter l’expansion du ventricule;
  • phonocardiographie - permet d'évaluer le souffle diastolique.

Traitement de la maladie

Avec la maladie 1 et 2, la gravité du traitement n’est généralement pas appliquée. Nommé seulement observation et examen prévu.

Les traitements de gravité 3 et 4 sont déterminés par la forme de la maladie, les symptômes et la cause première. Les médicaments sont prescrits en tenant compte du traitement primaire en cours.

  • Vasodilatateurs - hydralazine, un inhibiteur de l'ECA. Les médicaments ralentissent le dysfonctionnement ventriculaire gauche. Ce groupe de médicaments doit être prescrit pour les contre-indications à une intervention chirurgicale.
  • Glycosides cardiaques - isolanide, strophantine.
  • Nitrates et bêta-bloquants - sont associés à l'expansion de la racine aortique.
  • Les agents antiplaquettaires sont inclus dans le traitement en cas de complications thromboemboliques.

L'intervention chirurgicale est indiquée dans le cas d'une maladie très grave et consiste généralement en une implantation de la valve aortique.

L'insuffisance valvulaire aortique est assez difficile à prévenir, car les processus inflammatoires sont le principal moteur de son développement. Cependant, le durcissement et le traitement rapide des maladies infectieuses, en particulier celles associées à une altération de l'hémodynamique, peuvent éliminer la plupart des facteurs menaçants.

Insuffisance aortique de grades 1 à 4: causes et symptômes, traitement et pronostic

Les déclinaisons de la formation anatomique des structures cardiaques et sanguines sont considérées comme les plus courantes chez les spécialistes. Selon les statistiques, depuis de nombreuses années, ce sont les violations du cœur qui entraînent le plus souvent la mort. Un peu en retard sur le cancer, et pas partout.

Ces deux phénomènes sont à l'origine du nombre de décès. Toutes les malformations ne sont pas mortelles aux stades précoces et, à un stade ultérieur, il y a encore une chance de guérir et de vivre pleinement pendant longtemps. Ce n'est pas une phrase. Les options pour ces maladies sont différentes.

L'insuffisance valvulaire aortique est une déviation du développement anatomique des valves du plus grand vaisseau sanguin, à la suite de quoi le sang est renvoyé dans le ventricule gauche.

La substance coule dans le corps en volumes insuffisants, certaines parties se déplaçant dans la direction opposée dans un grand cercle.

Ce n'est pas normal, l'hémodynamique est perturbée. On observe une hypoxie tissulaire, une dystrophie progressive ou même une atrophie de diverses structures (cerveau, reins, foie).

La récupération est potentiellement possible, mais seulement par des méthodes chirurgicales.

Mécanisme de développement de la pathologie

Comprendre les causes profondes de la déviation réside dans l'assimilation des informations anatomiques et physiologiques minimales.

L'activité normale du coeur est la suivante. À travers les chambres auriculaires, le sang se dirige vers les ventricules, qui sont chargés de fournir aux organes le tissu conjonctif liquide.

La gauche la plus importante: déplace l'oxygène et les nutriments dans un grand cercle. C’est-à-dire que c’est grâce à lui que toutes les structures sont fournies.

L'aorte pénètre dans la lumière - la plus grande artère du corps, non seulement de l'homme, mais de nombreux mammifères en général. Ses branches déterminent la possibilité d'un approvisionnement adéquat du corps et des formations distantes à travers un vaste réseau.

Lors du développement de l'insuffisance valvulaire, les clapets d'entrée ne se ferment pas complètement au début, puis s'arrêtent complètement.

Au premier moment, une perturbation circulatoire partielle se produit, puis se généralise, en fonction de la quantité de tissu conjonctif liquide interrompu.

La correction est effectuée par des mesures radicales (chirurgicales). Même dans les premiers stades, s'il y a des manifestations.

Troubles hémodynamiques

Présent dans 100% des situations cliniques, la nature des perturbations hémodynamiques dépend du degré de dysfonctionnement de la valve aortique.

Ainsi, dans le contexte du stade précoce, les symptômes sont presque absents, une compensation survient en raison d'une activité cardiaque accrue: accélération d'une part, d'autre part - forçage de contractions.

Au fil du temps, cela conduit en soi à une hypertrophie ventriculaire gauche et à la croissance de l'organe musculaire. La structure ainsi modifiée ne peut plus remplir ses fonctions.

Dans le contexte de l'insuffisance aortique, un double processus se produit: le cœur ne fonctionne plus comme avant et le volume de sang qui remonte augmente chaque jour.

Une variante clinique fréquente d'un processus pathologique à long terme est le dysfonctionnement cardiaque. Si la maladie se développe il y a longtemps, le rétablissement est presque impossible.

Un trouble généralisé avec insuffisance coronaire, épaississement du myocarde, etc., est ce à quoi le patient et son médecin font face.

La seule chose qui puisse sauver une personne est une greffe du coeur. Mais la transplantation d'une structure aussi importante présente de grandes difficultés. En outre, les risques de rejet de tissu et d’issue fatale sont élevés.

Classification

Le processus est caractérisé selon la raison principale - la nature et le degré de déviation du genre anatomique et physiologique.

Selon cette méthode, on distingue les étapes suivantes:

Premier ou facile

Le nombre de retours de sang ne dépasse pas 10-15% du total. Les changements anatomiques ne sont pas encore connus car la probabilité de guérison est maximale.

Souvent, les médecins choisissent une tactique attentiste sans aspirer à une thérapie radicale. Peut-être qu’il n’y aura pas de progression, alors le traitement est un médicament de soutien.

Une intervention opérationnelle n'est pas nécessaire. Dans le même temps, des anomalies pathologiques sont déjà présentes, bien qu'implicites, parmi lesquelles des modifications de la pression artérielle et une hypertension systolique isolée, avec une PD d'environ 80 à 90 mm Hg.

Deuxième modéré

La gravité des manifestations est moyenne, les patients sont déjà attentifs aux problèmes de santé, ce qui est généralement bon, car cela les motive à se tourner vers un cardiologue.

La spécificité des symptômes est minime, tout devient clair au fil des méthodes objectives: échocardiographie et écoute du cœur faible.

La prévision est conditionnellement favorable. Traitement chirurgical, à ce stade, l'observation n'est plus appropriée, la progression est inévitable, c'est une question de temps.

Troisièmement, prononcé

Déterminé par des symptômes graves même dans un état de repos complet, des troubles des structures cérébrales et du cœur lui-même.

La pression artérielle est constamment élevée, avec une PD et une fréquence de contractions importantes. Les organes gèrent également mal, il existe de multiples troubles des reins, du foie, du cerveau et des vaisseaux en général.

Quatrième ou terminal

En principe, il ne peut être guéri, les soins palliatifs. À la discrétion du patient, des tentatives sont possibles, mais elles aboutissent généralement au décès sur la table d'opération.

Le patient et son corps ne sont absolument pas viables. La pression artérielle est basse, l'hypotension stable. Les structures anatomiques refusent de tuer une personne plus rapidement, insuffisance cardiaque ou défaillance d'organe multiple - la question est similaire, mais il s'agit d'un résultat inconditionnel. Cynique, mais vrai.

De la première à la dernière étape, cela peut prendre plus d’une décennie. Dans certains cas, la progression est rapide, à court terme. Elle est causée par des pathologies somatiques et un mode de vie destructeur, d’autre part.

Les causes de la violation

Connaissant les facteurs de la formation du problème, nous pouvons tirer des conclusions et influer partiellement sur notre propre destin dans le domaine médical.

  • Syphilis, en cours. Contrairement à une présentation possible, il ne s’agit pas d’une lésion cutanée. Dans le cadre d'un long processus, des modifications terminales des organes internes apparaissent, allant jusqu'à l'échec complet. Ce qui arrive réellement au coeur: les structures cardiaques sont détruites.
  • Aides Explique les maladies infectieuses fréquentes. Ils impliquent la participation de systèmes du corps entier dans le processus. Sans traitement spécialisé à long terme, il est impossible d'assurer un niveau de vie normal ou au moins acceptable. Les rhumes et les pneumonies sont fréquents, mais aussi les myocardites dans différentes variations. L'immunité n'étant pas suffisamment active, la récupération est improbable. Mais le résultat le plus fréquent est la destruction des oreillettes avec un arrêt brutal de l'activité de l'organe musculaire. Dans de telles circonstances, la mort est inévitable, une question de temps. Personne ne va entreprendre l'opération, le patient ne survivra tout simplement pas à cause du manque de résistance du corps aux facteurs externes et même internes.
  • Athérosclérose de l'aorte. La maladie est commune et dangereuse. Aux stades précoces, une sténose ou un rétrécissement de la lumière survient, mais il s'agit d'une option clinique peu fréquente. Probablement le dépôt de structures lipidiques sur les parois du vaisseau. Comme il s’agit de la plus grande artère, il est très clair que cette maladie peut se terminer par elle-même. Lorsque la défaillance de la vanne est connectée, les risques sont plusieurs fois plus élevés. Les cas de pétrification, les dépôts de sels de calcium dans les plaques de cholestérol sont fréquents. Habituellement avec un long processus ou chez les personnes âgées. Pas assuré et jeune.
  • Myocardite infectieuse. En partie à leur sujet a été dit. Ceci est un processus inflammatoire dans la couche musculaire du coeur. Un traitement antibactérien, au besoin, des structures cardiaques prothétiques sont effectuées lorsque la variante est en cours d'exécution.
  • La polyarthrite rhumatoïde et d’autres processus auto-immuns, tels que l’inflammation du lupus ou de la paroi vasculaire, appelée vascularite. Malgré le grand potentiel destructeur, ce sont des raisons très rares. Ils représentent jusqu'à 5% de la masse totale d'anomalies pathologiques dans les valvules.
  • Rhumatisme. Maladie classique associée à un risque d'échec élevé. Le traitement est difficile car le processus a une nature inconnue, une étiologie et est difficile à corriger. Les médicaments sont utilisés, et leurs combinaisons sont sélectionnées de manière empirique, on ne sait pas comment le corps va réagir. Pendant ce temps, le temps presse. Pronostic particulièrement défavorable à la détection tardive du problème, lorsque la pathologie atteint le stade 3.
  • Hypertension artérielle à long terme. La variante est relativement rare, dans une telle situation, le dysfonctionnement agit comme une conséquence tertiaire. Le précurseur immédiat est l'hypertrophie ventriculaire gauche et les troubles hémodynamiques généraux.

Dans le contexte des pathologies actuelles à long terme du type décrit, une insuffisance de la valve aortique de grade 2 est diagnostiquée. Non, la maladie ne saute pas à la période précédente, il est simplement difficile de l'identifier au début.

Symptômes selon le stade

L'insuffisance de la valve aortique 1 degré est déterminée uniquement par un essoufflement sur fond d'activité physique intense. Rien d'autre. Plus le processus est complexe, plus le tableau clinique est substantiel.

Des manifestations cliniquement significatives apparaissent approximativement à partir du deuxième stade de développement de l'insuffisance en AK.

Parmi les signes possibles:

  • Pâleur de la peau. Le patient ressemble à une sculpture en marbre. Des vaisseaux violets ou bleutés dans la structure en réseau apparaissent à travers la couche dermique.
  • Changer l'ombre des muqueuses de la bouche et des ongles.
  • Gonflement des veines dans le cou, pulsation prononcée lors de l'observation.
  • Battement de coeur intense. Il est si fort que le patient frissonne à chaque contraction.

Ce sont des signes spécifiques du processus pathologique. Ils ne sont pas bien compris et, en outre, ne permettent pas d’identifier rapidement la source du problème.

Les manifestations d'un autre type, provoquées par une insuffisance cardiaque, sont bien pires et brillantes du point de vue de la clinique:

  • Vertiges. Jusqu'à l'incapacité de contrôler leurs mouvements et de naviguer dans l'espace. Ceci est le résultat d'une ischémie des structures cérébrales, en particulier du cervelet.
  • Essoufflement. L’insuffisance aortique de grade 1 se manifeste par des troubles hémodynamiques mineurs. Le cœur fait toujours face à ses fonctions, le symptôme n'apparaît qu'avec un effort physique intense. Encore plus. Au fur et à mesure de sa progression, le patient est incapable de se lever du lit.
  • Faiblesse, somnolence, une diminution significative de l'activité globale. Le patient n'est pas en mesure de s'acquitter de ses tâches quotidiennes et de son travail, en particulier au cours des étapes ultérieures.
  • Oedème des membres inférieurs, puis aussi du visage.
  • Tachycardie sévère, d’abord à 100 battements par minute, puis plus. Peut-être le développement de la forme paroxystique ventriculaire, dans une telle situation, l'issue fatale devient probable.
  • Douleur thoracique d'intensité modérée. Même avec une crise cardiaque, ils développent rarement une grande force. Donner à l'estomac, aux jambes, au bas du dos, au dos, aux membres supérieurs. Brûler ou tirer, en appuyant.
  • Céphalgie (mal de tête).

La troisième étape est représentée par tous les signes décrits, mais d’autres manifestations objectives se présentent:

  • Augmentation de la pression artérielle sur une large plage. Le stade terminal est associé à une hypotension d'un type prononcé.
  • Foie agrandi.
  • L'affaiblissement du coeur résonne en écoutant.

L'insuffisance aortique de grade 2 est le meilleur moment pour le traitement: les symptômes sont déjà pleinement présents, mais aucune perturbation organique grave n'a encore eu lieu, ce qui donne de bonnes chances de guérison.

Diagnostics

L’examen des patients présentant des pathologies du système cardiovasculaire est confié à un cardiologue ou à un chirurgien spécialisé, au stade de la planification de l’opération. Le schéma classique suppose non seulement une déclaration du fait du problème, mais également l'identification de la cause première de la condition.

À ces fins, les activités suivantes sont attribuées:

  • Sondage oral. Dans les premiers stades n'est pas informatif, le patient lui-même ne sera pas en mesure de formuler des plaintes.
  • Recueillir l'histoire. Cela a du sens après avoir déterminé la présence de problèmes de santé.
  • Écouter le son du coeur (auscultation). Sourds, l'arythmie actuelle est possible en parallèle. C'est un mauvais signe, surtout s'il y a suspicion de formes dangereuses, telles que battements de groupe ou fibrillation.
  • Mesure de la pression artérielle et de la fréquence des contractions. Comme déjà mentionné, un signe clinique spécifique - une augmentation de la pression artérielle, la MP, en phase terminale - une hypotension. De ce fait, le médecin est repoussé dans le diagnostic précoce.
  • Électrocardiographie. Il est également utilisé pour évaluer l'activité fonctionnelle des structures cardiaques. Même les plus petites déviations du rythme cardiaque sont déterminées, mais cela n’a pas beaucoup de signification clinique - c’est l’effet, pas la cause.
  • Échocardiographie. La technique principale Tous les troubles organiques sont clairement visibles. Cependant, bon nombre des phénomènes causés par l'insuffisance aortique en un coup d'œil. Au fur et à mesure que la progression du cœur augmente, on constate un épaississement du myocarde. La phase 4 est complètement accompagnée d'un volume géant du corps, c'est un peu comme un corps normal. Une telle structure n'est pas capable de fournir du sang même pour elle-même. Il est également possible d'étudier le volume de courant inverse (régurgitation) et de déterminer les dimensions du défaut de la valve en mm.
  • Koronagrafiya. Identifier le degré de circulation sanguine dans les vaisseaux des formations cardiaques. Si des écarts sont détectés, une crise cardiaque est possible à court terme. L’extensibilité dépend de la structure sténosée ou bouchée.
  • Détermination de la coagulabilité ou du coagulogramme. Particulièrement important avant la chirurgie. En cas d'échec prolongé, il existe un risque de perturbation des propriétés rhéologiques du sang. Il devient épais, bouge mal. D'ici croissance de la pression artérielle et du pouls, augmentation du risque de crise cardiaque ou d'accident vasculaire cérébral.
  • Etude clinique du tissu conjonctif liquide. Identifier le processus inflammatoire (myocardite, endocardite, péricardite).

En tant que mesure hautement spécialisée - IRM ou scanner, également scintigraphie.

Traitement

Le traitement est strictement chirurgical, mais très peu d'entre eux s'engagent à prescrire une intervention chirurgicale. Ceci n’est pas professionnel, vous devez d’abord vous familiariser avec la dynamique du processus.

S'il existe des indications pour un traitement chirurgical, une préparation à court terme du patient en vue d'une intervention compliquée est en cours.

A titre préliminaire, une diminution de la pression artérielle, l'élimination des arythmies et la restauration d'une contractilité au moins minimale du myocarde à un niveau acceptable sont indiqués.

Ces médicaments sont prescrits:

  • Inhibiteurs de l'ECA, bêta-bloquants et antagonistes du calcium. Caractère divers.
  • Antiarythmique. L'amiodarone est le plus commun. Aussi quelques analogues.
  • En l'absence de contre-indications - glycosides cardiaques. Mais avec beaucoup de soin.
  • Agents antithrombotiques. En cas de violation du flux sanguin. L'aspirine Cardio en tant qu'acide basique et acétylsalicylique simple ne vaut pas la peine d'être bu, elle a un grand nombre d'effets secondaires.
  • Oligo-éléments et minéraux. Magnésium et potassium (asperges et similaires).
  • Le soulagement des crises aiguës est assuré par la nitroglycérine.

Les recettes folkloriques sont contre-indiquées. C’est une perte de temps, des forces précieuses et de faux espoirs d’une panacée.

Même le traitement chirurgical ne restaure pas complètement la fonction de la valve, bien qu'il permette une vie longue et de qualité avec quelques limitations.

L'intervention chirurgicale vise à restaurer l'intégrité anatomique de la structure, mais cela est peu probable.

Les prothèses sont principalement utilisées, c’est-à-dire le remplacement d’une cloison par une cloison artificielle et synthétique (à partir de matériaux ne provoquant pas de rejet).

La technique est risquée, mais elle n’a pas d’analogues. Il est préférable de commencer le traitement avant l'apparition de troubles organiques du cœur, car les transformations cardiaques sont déjà inévitables.

Au moment de la préparation ou pendant la période d’observation dynamique, il est judicieux de renoncer au tabac, à l’alcool, de limiter la consommation de sel (pas plus de 7 grammes par jour), de bien dormir (8 heures par nuit), de bien manger (aliments moins gras, frits, en conserve et prêts à servir, plus de vitamines) et protéines saines). L'activité physique est minime.

Pronostic et complications possibles

  • Arrêt cardiaque dû à un dysfonctionnement et à un apport sanguin insuffisant.
  • Choc cardiogénique. La chute de la pression artérielle et de l’activité des organes est donc une diminution de la libération, de l’hypoxie tissulaire aiguë et du décès avec une probabilité de près de 100%.
  • Crise cardiaque. Mort des cardiomyocytes. De l'immensité dépend des perspectives de traitement. Dans tous les cas, il reste un défaut - le remplacement d’une partie des structures saines par l’épithélium.
  • AVC Processus similaire. La mortalité est un peu moins, mais la dégradation de la qualité de la vie est plus élevée en raison du déficit neurologique.

Le principal facteur de décès chez les patients dont les folioles de la valve aortique sont altérées est la défaillance de plusieurs organes, rarement un arrêt cardiaque. Dans une troisième place honorable - une crise cardiaque.

La prévision est différenciée. Au stade 1, le taux de survie est de 100% au deuxième - 80% au troisième - 45% au quatrième - 10% dans les cinq années à venir. La phase terminale est associée à une mortalité de presque 100%, une question de temps. Souvent, les patients ne franchissent pas un jalon en un an.

Pendant le traitement, les chances sont un peu plus grandes. La récupération complète n’est possible qu’au stade 1. L'insuffisance de la valve aortique à 2 degrés laisse une marque sur le corps, mais cela ne suffit pas encore pour la mort. Conclusion - traitement à temps, sinon cela n’a aucun sens.

En conclusion

Les pathologies cardiaques sont les premières causes de décès chez les personnes de tous âges. Un dépistage précoce et des bilans réguliers avec un cardiologue pour la prophylaxie sont la clé de la longévité.

La prévention est simple: normalisation du régime alimentaire, rejet des habitudes néfastes, correction générale du mode de vie.

Qu'est-ce que la régurgitation valvulaire aortique?

Date de publication de l'article: 21/09/2018

Date de la mise à jour de l'article: 09/10/2018

L'auteur de l'article: Dmitrieva Julia (Sych) - cardiologue en exercice

Insuffisance de la valve aortique, ou comme on l'appelle aussi, l'insuffisance aortique est une maladie cardiaque dans laquelle les parois des valves semi-lunaires ne se ferment pas complètement. Une partie du sang revient donc de la bouche aortique au ventricule gauche.

L'insuffisance aortique isolée est assez rare, dans 4% des cas et associée à d'autres défauts - sa prévalence augmente jusqu'à 10%. Le plus souvent, il existe une association avec une sténose aortique (55 à 60%).

Causes de développement

L'étiologie de l'insuffisance aortique est très diverse. Allouer les causes acquises et héréditaires.

Les défauts de naissance incluent:

  • Les violations de la structure des volets, dans lesquelles la vanne cesse d'être double, et le nombre de vannes passe à un côté supérieur ou inférieur. Habituellement, de un à quatre.
  • Syndrome de Marfan, qui provoque la dégénérescence de tout le tissu conjonctif, y compris la valve aortique. En plus du cœur, la pathologie affecte les yeux et les articulations, ce qui est caractéristique de la triade de Marfan.
  • Inhibition de la synthèse des protéines, qui a pour conséquence un manque de collagène et d'élastine, ce qui rend les parois de la valve minces et facilement étirables.

La liste des facteurs étiologiques acquis comprend:

  • Infections provoquant une inflammation des folioles de la valve (infection à la syphilis, à streptocoque et à staphylocoque). Ils forment des verrues particulières sur les parois de la valve aortique.
  • L'athérosclérose aortique peut se propager aux parois de la valve et à la progression de la plaque.
  • Blessures graves conduisant à la rupture des valves. Dans le même temps, il est possible d’aller directement au stade aigu.
  • L'augmentation de la tension artérielle et l'hypertrophie compensatoire du ventricule gauche rendent la valve trop petite pour remplir ses fonctions. C'est ce qu'on appelle une carence relative. Parce que les dimensions de la valve sont normales, mais dans des conditions de ventricule croissant sont insuffisantes.
  • Maladies systémiques du tissu conjonctif. À la suite de processus auto-immuns, le tissu de la valve est perçu comme étranger et est détruit par ses propres leucocytes. (lupus érythémateux disséminé, polyarthrite rhumatoïde).

Il est important que le médecin traitant établisse l’origine du défaut afin de prescrire le traitement approprié.

L'étiologie rhumatismale est le plus souvent confirmée par les données relatives à l'anamnèse, aux lésions rhumatismales d'autres organes, à des modifications sanguines spécifiques.

La nature infectieuse est prouvée par des hémocultures et des études immunologiques.

L'absence d'origine syphilitique est détectée par des tests sérologiques ou d'autres manifestations de la syphilis. Sont également présents des signes radiographiques d’élargissement aortique.

La défaite de la valvule aortique peut être la seule manifestation du syndrome de Marfan. Il est donc assez difficile d'établir cette étiologie.

Changements hémodynamiques

Les changements hémodynamiques sont le lien principal dans la pathogenèse de la maladie. Ils dépendent en grande partie de la quantité de sang qui revient de l'aorte dans le ventricule gauche. C'est-à-dire que le ventricule gauche est rempli de deux sources, de l'oreillette gauche et de l'aorte. Cela entraîne une augmentation du volume de la caméra.

La quantité de sang que le ventricule est supposé éjecter augmente. En effectuant un travail supplémentaire, le ventricule gauche augmente sa masse - une hypertrophie du myocarde se produit.

En fin de compte, la dilatation du ventricule gauche entraîne une augmentation de l'anneau fibreux de la valvule auriculo-ventriculaire gauche et se traduit par une insuffisance relative. C'est la soi-disant mitralisation du vice.

Lorsque le processus de décompensation commence à stagner dans le petit cercle de la circulation sanguine. Augmente la pression dans le système de l'artère pulmonaire. Cela conduit à une hypertrophie du ventricule droit et à des conséquences graves de l'essoufflement à l'œdème pulmonaire.

Classification de degré

Au total, il y a cinq degrés d'échec:

  • Dans la première étape, le volume de retour est insignifiant et représente moins de 15% du débit cardiaque. Il est possible de révéler son auscultation sur la présence de bruit diastolique.
  • La deuxième étape est caractérisée par une augmentation de la régurgitation pouvant atteindre 30%. Le patient limite l'activité physique, en raison de la détérioration. Lors de la réalisation de l'électrocardiographie a révélé des signes de surcharge et d'hypertrophie ventriculaire gauche.
  • Au troisième stade, le flux sanguin aortique est réduit de moitié et des manifestations cliniques éclatantes commencent.
  • Au quatrième stade, plus de la moitié du sang ne coule pas dans la circulation systémique. La famine des organes internes commence. Le processus pathologique inclut également le ventricule droit et la circulation pulmonaire. La dyspnée se produit même au repos.
  • Au cinquième stade terminal, en raison de l’incapacité de fournir des nutriments aux organes internes, une cascade de réactions irréversibles est déclenchée, entraînant la mort.

Les symptômes

Les symptômes de la maladie se développent par étapes.

L'intensité de sa manifestation est également divisée en cinq étapes:

  1. Dans la première étape, les symptômes ne gênent pas le patient en raison de la compensation complète de l'activité cardiaque.
  2. Le deuxième stade est caractérisé par une sensation de malaise et une accélération de la fréquence cardiaque, ainsi que par une augmentation du pouls périphérique sur les artères (le patient peut ressentir une pulsation des tempes), des maux de tête et de la fatigue.
  3. Au troisième stade, les symptômes ci-dessus commencent à se manifester au repos. Les manifestations d'angine de poitrine, de difficultés respiratoires et de toux avec des expectorations sanglantes sont incluses.
  4. Le quatrième stade est caractérisé par un œdème des membres et de tout le corps, une augmentation de la taille de l'abdomen et une augmentation du dépôt de sang dans le dépôt.
  5. Au début de la cinquième étape, des symptômes de perturbation de tous les systèmes du corps apparaissent, entraînant la mort.

Avec l'inefficacité du traitement, les complications suivantes peuvent être formées:

  • Infarctus du muscle cardiaque.
  • Changements dans la structure de la valve mitrale.
  • Troubles du rythme.

Méthodes de diagnostic

L'examen visuel du patient révèle une peau pâle ou une acrocyanose. L'impulsion apicale (pulsation de la paroi thoracique antérieure) devient perceptible, décalée vers la gauche et vers le bas.

L'auscultation est déterminée par le souffle diastolique dans le deuxième espace intercostal à droite du sternum. De plus, l'auscultation fournit des données sur l'affaiblissement des sons cardiaques.

En outre, l’examen des vaisseaux périphériques présente de nombreux symptômes:

Caractéristiques de l'insuffisance aortique et son degré

Donner suffisamment de sang à tout le corps dépend de la force de l'éjection ventriculaire gauche dans le plus gros vaisseau - l'aorte. La systole (la période de contraction du cœur) nécessite une tension complète et la diastole est un repos court pour les muscles des ventricules et le transfert du flux sanguin des oreillettes.

À ce stade, la cavité du ventricule doit être isolée des vaisseaux sortants. Les valves semi-lunaires aortiques effectuent un travail entre le ventricule gauche et l'aorte. En cas de violation de la fermeture des valves des valves, le sang retourne de l'aorte au ventricule. Cette affection s'appelle "insuffisance aortique".

Causes du vice

Les principales causes d'insuffisance aortique sont associées à des lésions des valves aortiques. Mais une insuffisance fonctionnelle est également possible, non pas à cause des valves mais à une expansion importante de l’ouverture entre le ventricule et l’aorte. Des modifications similaires sont observées chez les patients hypertendus présentant un anévrisme aortique de toute origine.

Les causes organiques des valves aortiques sont le plus souvent causées par les raisons suivantes:

  • rhumatisme;
  • étiologie infectieuse endocardite;
  • lésion syphilitique;
  • athérosclérose de l'aorte.

Les causes moins importantes incluent le lupus érythémateux systémique et la polyarthrite rhumatoïde. Connaître l'étiologie de l'insuffisance aortique est important pour prescrire un traitement avec des médicaments spécifiques.

Changements pathologiques

Les modifications anatomiques dépendent de la maladie, dans laquelle l'insuffisance aortique est une pathologie et une complication concomitantes.

  • La maladie valvulaire aortique rhumatismale se termine par le rétrécissement et la soudure des valvules à leur base. Il y a un échec et un rétrécissement du trou.
  • Dans l'endocardite infectieuse, la lésion commence aux bords des valves. En raison de l'inflammation, ils sont cicatrisés et se déforment.
  • Le processus syphilitique s'étend de l'aorte aux valves. Les dommages à la paroi du vaisseau central et la perte d'élasticité entraînent une dilatation du trou de connexion. Les valves elles-mêmes sont épaissies, inactives.
  • Dans l'athérosclérose, les dommages vont également de l'aorte aux valves. Ils sont déposés des plaques athérosclérotiques, à la chaux. Rides, les vannes ne sont pas en mesure de fermer complètement le trou.

Comment fonctionnent les mécanismes adaptatifs

En raison de la fermeture incomplète des valves semi-lunaires, le sang récupéré force le ventricule gauche à travailler dur et à expulser davantage de sang. Il se dilate et s'allonge. Après un certain temps, une hypertrophie musculaire survient. Il suffit pendant de nombreuses années pour compenser le défaut.

Chez les patients atteints de rhumatisme, des attaques répétées entraînent une décompensation due à une surcharge myocardique. L'insuffisance cardiaque se développe.

Il convient de noter une caractéristique du développement du mécanisme décompensatoire dans la syphilis: après l'inflammation, une déformation cicatricielle se produit à la base de l'aorte. Dans cet endroit partent les vaisseaux coronaires. Par conséquent, leur bouche est rétrécie, déformée. L'approvisionnement en sang du myocarde est généralement altéré.

Stades du développement de l'insuffisance cardiaque

Avec le développement de l'insuffisance cardiaque, l'état des patients s'aggrave progressivement:

  • Premièrement, une insuffisance de type ventriculaire gauche est formée (en clinique, asthme cardiaque, œdème pulmonaire);
  • puis on ajoute la «mitralisation» du défaut, le sang revient du ventricule gauche à l'oreillette et provoque une stagnation de la circulation pulmonaire, des symptômes d'insuffisance ventriculaire droite (congestion veineuse, hypertrophie du foie).

Degrés de sévérité

La capacité à mesurer la pression intracardiaque et l'enregistrement du jet de reflux à l'échographie nous ont permis de diviser l'évolution du défaut en 3 degrés de sévérité.

  1. Au grade 1 (initial), l'insuffisance aortique est caractérisée par un volume de sang récupéré inférieur à 30 ml par contraction cardiaque, la fraction de retour (régurgitation) représentant jusqu'à 30% du volume du ventricule gauche, le reflux passant à une distance de 5 mm par valve.
  2. Avec 2 degrés (modérés), le volume de sang récupéré est compris entre 30 et 59 ml pour chaque réduction, la proportion de la fraction de régurgitation augmente jusqu'à 50%, le jet dépasse la valve jusqu'à 10 mm.
  3. Le retour aortique de grade 3 (sévère) atteint 60 ml ou plus lors d'une contraction et la fraction de la fraction est supérieure à 50%, tandis que la longueur du jet inverse est supérieure à 10 mm.

Manifestations cliniques

Les symptômes d'insuffisance aortique se manifestent avec le développement d'une décompensation ou lorsque les patients sont obligés de consulter un médecin pour des douleurs à la poitrine et une asphyxie nocturne. Jusqu'à 10-15 ans, les patients ne se sentent pas malades, font un travail physique et font du sport.

Les plaintes typiques sont plus caractéristiques des lésions athéroscléreuses et syphilitiques. Avec l'endocardite infectieuse et les rhumatismes, les patients remarquent des vertiges, des maux de tête, une augmentation de l'essoufflement, des palpitations.

  • La douleur du sternum est identique à celle de l'angine (compression, brûlure) avec irradiation à l'épaule gauche, doigts de la main, omoplate. Mais ils ne sont pas associés à l'activité physique, plus longtemps. Non enlevé la nitroglycérine.
  • Sensation de chocs corporels internes, impulsions mécaniques dans la tête, les jambes et les bras.
  • La dyspnée indique le début de la décompensation. Au début, elle ne s'inquiète que pendant le travail physique, puis se développe au repos, les attaques d'étouffement nocturnes commencent, l'incapacité à prendre une position allongée.
  • La stagnation dans le lit veineux entraîne un œdème des pieds et des jambes, une douleur et une lourdeur dans l'hypochondre droit.

Que donne l'examen d'un docteur

À l'examen, le médecin fait attention à:

  • pâleur du visage et des muqueuses (due au remplissage insuffisant des vaisseaux périphériques);
  • constriction rythmique et dilatation des pupilles;
  • mouvements pulsatoires de la langue;
  • secouant la tête au rythme des contractions du cœur (dues aux coups des artères carotides);
  • pulsation visible des vaisseaux sanguins dans le cou (symptôme des "artères dansantes"), sur les bras, le mouvement de la jambe en fonction du temps avec les contractions du cœur;
  • à un jeune âge, le défaut provoque la formation d'une "bosse cardiaque" due à de forts coups internes constants à la poitrine;
  • La palpation du coeur fait sentir une impulsion cardiaque puissante.

Lors de la détermination, le pouls crée une sensation de remplissage rapide, puis de récession.

L'auscultation du cœur et des gros vaisseaux vous permet d'identifier le bruit typique d'un mouvement sanguin aigu.

La mesure de la pression artérielle montre une augmentation du niveau supérieur avec une diminution significative de la diminution (jusqu'à 40 - 50 mm Hg).

Méthodes de confirmation du diagnostic

Le diagnostic n'est généralement pas difficile. L'âge du patient aide à clarifier la cause.

  • En règle générale, les enfants et les jeunes se caractérisent par des lésions rhumatismales ou par les effets d'une endocardite infectieuse.
  • À l’âge moyen, les manifestations de la syphilis sont plus typiques.
  • Chez les personnes âgées, l'athérosclérose est la principale cause.

Les signes ECG montrent une hypertrophie ventriculaire gauche importante: aux stades avancés, les deux ventricules et l’oreillette gauche.

La radiographie montre les contours étendus de l'ombre cardiaque, le déplacement du sommet vers l'extérieur et vers le bas, l'expansion de l'arc aortique ascendant.

L'échocardiographie et l'échographie vous permettent d'enregistrer la croissance du volume du ventricule gauche, le tremblement de la valve mitrale, le montant de la régurgitation.

L'introduction d'un cathéter dans la cavité cardiaque vous permet de mesurer avec précision le débit cardiaque, le volume de sang récupéré.

Les tests de laboratoire jouent un rôle dans la détermination de la cause de l'insuffisance aortique.

Traitement

Le traitement de l'insuffisance aortique dépend de la cause identifiée.

Lorsque le rhumatisme nécessite des antibiotiques, des traitements préventifs préviennent les attaques répétées.

L'endocardite infectieuse est traitée avec de fortes doses d'anti-inflammatoires, des hormones corticostéroïdes.

Les douleurs coronaires et l'hypertension sont éliminées par voie adrénoblokiruyuschimi, nitropreparatami prolongé, diurétique.

Le traitement de l'athérosclérose nécessite l'utilisation d'un régime strict, de statines.

Traitement chirurgical

Le choix de la technique opératoire dépend de la présence d'un anévrisme aortique. En l'absence d'anévrisme, les valves aortiques sont remplacées par des valves artificielles.

En cas d'anévrisme, l'opération est compliquée par le remplacement de la partie ascendante par un greffon avec agrafage des artères coronaires.

Pronostic de la maladie

Les patients vivent généralement après le début de la décompensation pendant dix ans ou plus. Mais l'addition d'une insuffisance coronaire aggrave considérablement la situation. Si les traitements chirurgicaux ne sont pas appliqués, le pronostic de l'espérance de vie est réduit à deux ans.