Comment éviter les complications après un pontage coronarien?

L’intervention chirurgicale la plus courante sur le cœur est un pontage coronarien. Son essence est de rétablir l'apport sanguin au coeur en évitant les vaisseaux affectés en utilisant la veine saphène de l'artère de la cuisse ou de l'épaule. Grâce à une telle opération, le bien-être du patient s’améliore de manière significative et sa vie est considérablement allongée, mais il convient également de prendre en compte un phénomène tel que les complications post-CABG.

Les cas de crise cardiaque et d'accident vasculaire cérébral sont récemment devenus assez fréquents chez les jeunes en raison de leur taux de cholestérol élevé et, par conséquent, de lésions vasculaires athéroscléreuses, que l'on retrouve presque toutes les secondes.

Risques pour AKSH

Le pontage coronarien est pratiqué par le patient uniquement dans des conditions vitales absolues. Parmi celles-ci, la complication physiologique de l'ischémie myocardique et le blocage des plaques athéroscléreuses des artères coronaires.

Même en dépit du fait qu’une telle opération est effectuée depuis assez longtemps et en grande quantité, ces manipulations sont encore assez difficiles et les complications qui s’ensuivent sont malheureusement très fréquentes.

Lors de toute opération, et avec les PAC, il existe un risque de complications que l’on peut qualifier de lourdes et légères. La condition principale du pontage coronarien est une indication médicale claire pour chaque patient.

Les complications sont le plus souvent observées chez les patients âgés, avec la présence de comorbidités multiples. Ils peuvent être précoces, se produire pendant la chirurgie ou quelques jours après, ainsi que tardivement, pendant la période de réadaptation. Les complications postopératoires peuvent se manifester du muscle cardiaque et des vaisseaux sanguins, ainsi que du site de la suture chirurgicale.

Les complications pouvant survenir le plus souvent lors d'une intervention chirurgicale:

  • augmentation de la température;
  • saignements;
  • infarctus du myocarde;
  • thrombose veineuse profonde;
  • péricardite;
  • l'arythmie;
  • embolie;
  • accident vasculaire cérébral
  • infection de la plaie;
  • ostéomyélite du sternum;
  • la médiastinite;
  • réactions névrotiques;
  • syndrome post-sternotomie.

Cependant, la fréquence des complications graves n’est pas supérieure à 1,5-2%. Le risque de complications augmente chez les patients présentant des comorbidités sévères, telles que le diabète sucré, l'artériosclérose cérébrale, l'insuffisance rénale et hépatique.

Une augmentation de la température dans la période postopératoire est observée chez chaque patient et peut être accompagnée d'une transpiration abondante. Cette condition peut continuer pendant 1-2 jours après la chirurgie.

Quelques groupes de complications possibles

Coeur et vaisseaux

Un infarctus du myocarde au cours de la période postopératoire est une complication grave pouvant entraîner la mort. Cette complication survient le plus souvent chez les femmes. Cela est dû au fait qu’ils présentent sur la table chirurgicale une maladie cardiaque environ 10 ans plus tard que les hommes, en raison de caractéristiques hormonales, et le facteur âge joue ici un rôle important. L'accident vasculaire cérébral survient en raison de l'apparition de microthrombus dans les vaisseaux au cours de l'opération.

La fibrillation auriculaire apparaît au moins aussi souvent qu'une complication. Cette condition s'accompagne de fréquents tremblements au lieu d'une contraction ventriculaire complète. En conséquence, on observe une forte réduction de l’hémodynamique, ce qui contribue au risque de formation de caillots sanguins. Pour la prévention de cette affection, les patients se voient prescrire des inhibiteurs β-bloquants, tant avant l'opération que pendant la période postopératoire.

La péricardite est une complication sous la forme d'une inflammation de la membrane séreuse du cœur. Cela peut être dû à l'apparition d'une infection secondaire, plus souvent chez les patients âgés, au système immunitaire affaibli.

Des saignements peuvent survenir en cas de coagulation du sang. Selon les statistiques, 2 à 5% des patients ayant subi un pontage coronarien peuvent se rallonger sur la table d’opération en raison d’un saignement ouvert.

Suture postopératoire

La médiastinite peut survenir pour la même raison que la péricardite, c'est-à-dire en raison de l'ajout d'une infection secondaire chez environ 1% des opérés. Une telle complication peut très souvent se produire chez les personnes atteintes de maladies chroniques telles que le diabète. Les autres complications incluent la suppuration de la suture chirurgicale, la fusion incomplète du sternum, la cicatrice chéloïde.

L'ostéomyélite du sternum après une chirurgie cardiaque est une maladie très grave pouvant survenir à la suite de la présence de bactéries dans le tissu osseux, le périoste et la moelle osseuse.

L'ostéomyélite post-opératoire du sternum, avec accès transsternal le plus souvent, est retrouvée dans 0,5 à 6,9% des cas. Dans le même temps, les cartilages des côtes avec le développement possible d'une médiastinite purulente et d'une septicémie peuvent être impliqués dans le processus purulent.

Les réactions névrotiques postopératoires se manifestent sous forme d'irritabilité, de troubles du sommeil, d'humeur instable, de peurs anxieuses pour le cœur. Les syndromes psychopathologiques les plus courants sont les syndromes d'hypochondrie et d'asthénie, la cardiophobie et l'état dépressif.

Les complications neurologiques sont des modifications neuropsychologiques qui ne peuvent être détectées que lors d'un examen spécifique. Chez les jeunes, il peut se développer dans 0,5% des cas, alors que chez une personne âgée de plus de 70 ans, il est retrouvé dans 5% des cas. Il convient également de mentionner des complications neurologiques telles que l'encéphalopathie, les troubles ophtalmologiques, les modifications du système nerveux périphérique.

Il convient de garder à l’esprit que, malgré le grand nombre de complications possibles, le nombre de résultats favorables est beaucoup plus élevé.

Prévention

Pour que les risques de complications soient minimes aujourd’hui, un nombre suffisant de mesures préventives sont prises, qui consistent à identifier les groupes à risque, à corriger la pathologie existante, à utiliser les technologies modernes lors du pontage coronarien et à contrôler la qualité de la santé du patient.

Pour consolider les résultats du traitement, il est recommandé de suivre un régime avec une teneur minimale en matières grasses d'origine animale. Il est très important d'effectuer des exercices physiques, en abandonnant les mauvaises habitudes. Les médicaments réguliers prescrits par un médecin aideront à améliorer l'état général.

La vie après la chirurgie

Le pontage coronarien est une raison sérieuse de réviser votre style de vie précédent. Afin de prolonger votre vie, il est très important d'abandonner complètement l'usage de boissons alcoolisées et de fumer. Ces mauvaises habitudes sont les principaux provocateurs de la récurrence de la maladie. Il est possible que la ré-opération ne réussisse plus avec un résultat positif.

C'est le cas lorsqu'il devient très important de choisir entre un mode de vie familier et un mode de vie sain. Un facteur important qui aide à éviter la ré-exacerbation de la maladie - un régime après avoir évité les vaisseaux du muscle cardiaque.

Si, après l'opération, le patient continue à mener une vie malsaine, alors la maladie va probablement se manifester à nouveau.

Tous les patients opérés devraient réduire leur consommation d'aliments saturés en graisses, leur consommation de sel et de sucre. Il est très important de surveiller strictement les fluctuations de poids. De grandes quantités de graisses et de glucides contribuent à l'obstruction des vaisseaux sanguins, augmentant le risque de réapparition de la maladie. Après l'opération, le slogan pour une personne devrait être la phrase «modération en tout»!

Il est extrêmement important de se rappeler que le pontage coronarien n’est pas une solution au problème sous-jacent, ni un traitement de l’athérosclérose. Après votre sortie de l'hôpital, vous devez suivre les recommandations du médecin, ne les négligez pas, suivez toutes les instructions du médecin et profitez du cadeau de la vie!

Complications après pontage coronarien

Pontage coronarien - étapes et difficultés de l'opération

Quand une intervention chirurgicale est-elle nécessaire?

Conditions prédictives, lorsque le cardiologue doit proposer au patient un pontage coronarien, seules trois sont:

  1. Obstruction de 50% ou plus de l'artère coronaire gauche.
  2. Constriction de tous les vaisseaux du coeur de 70% ou plus.
  3. Sténose sévère de l'artère interventriculaire antérieure proximale, associée à deux autres sténoses des artères du cœur.

En cardiologie, il existe trois groupes d’indications pour le pontage coronarien:

Le premier groupe d'indications pour la chirurgie:

Cela inclut les patients atteints d'un myocarde ischémique en grand volume, ainsi que les patients atteints d'angine de poitrine avec des indicateurs d'ischémie myocardique et d'absence de réponse positive au traitement médicamenteux.

  • Les patients atteints d'ischémie aiguë après avoir subi une sténose ou une angioplastie.
  • Les patients présentant un œdème pulmonaire ischémique (qui accompagne souvent l'angine de poitrine chez les femmes âgées).
  • Test de stress chez un patient avant une opération planifiée (vasculaire ou abdominale), qui a montré un résultat nettement positif.

Le second groupe d’indications pour le pontage coronarien:

L'opération est indiquée chez les patients souffrant d'angine sévère ou d'ischémie réfractaire, chez lesquels un pontage coronarien peut améliorer le pronostic à long terme en maintenant la fonction de pompage du ventricule gauche du cœur et en prévenant l'ischémie myocardique.

  • Avec une sténose de 50% ou plus de l'artère gauche du cœur.
  • Sténose de 50% et plus de trois vaisseaux coronaires, y compris - avec ischémie sévère.
  • La défaite d'un ou deux vaisseaux coronaires avec le risque d'ischémie d'un volume important de myocarde dans les cas où il est techniquement impossible d'effectuer une angioplastie.

Le troisième groupe d'indications pour le pontage coronarien:

Ce groupe comprend les cas où le patient aura besoin d'un soutien supplémentaire sous la forme d'un pontage coronarien lors de la prochaine chirurgie cardiaque.

  • Avant la chirurgie cardiaque sur les valves cardiaques, la myoseptectomie, etc.
  • Lors d'opérations pour complications d'ischémie myocardique: insuffisance mitrale aiguë, anévrisme ventriculaire gauche, défaut septal ventriculaire post-infarctus.
  • Avec des anomalies des artères coronaires du patient, lorsqu'il existe un risque réel de mort subite (par exemple, lorsque le vaisseau est situé entre l'artère pulmonaire et l'aorte).

Les indications du pontage coronarien sont toujours établies sur la base des données d'examen clinique du patient, ainsi que sur la base d'indicateurs d'anatomie coronaire dans chaque cas particulier.

Comment se déroule le pontage coronarien - les étapes en vidéo

Comme pour toute autre intervention chirurgicale en cardiologie, un examen complet est prescrit à un patient avant un pontage coronarien, y compris une angiographie coronaire, une électrocardiographie et une échographie du coeur.

Pendant l'opération pour le shunt, une partie de la veine du membre inférieur est prélevée chez ce patient. moins souvent - une partie des artères thoraciques ou radiales internes. Cela ne gêne en rien la circulation sanguine dans cette région et ne présente pas de complications.

Un pontage coronarien est réalisé sous anesthésie générale. La préparation à cette opération ne diffère pas de la préparation à une autre chirurgie cardiaque.

Vous pouvez trouver une vidéo sur le pontage coronarien sur Internet.

Les principales étapes du pontage coronarien:

Étape 1: Anesthésie et préparation à la chirurgie

Le patient est placé sur la table d'opération. L'anesthésiste injecte un anesthésique par voie intraveineuse et le patient s'endort. Pour contrôler la respiration du patient pendant l'opération, une sonde endotrachéale est insérée dans la trachée, laquelle fournit le gaz respiratoire du ventilateur (ventilation mécanique).

PROGRAMME DE RÉADAPTATION APRÈS LE SHUNTING AORTOCORONAIRE

Complications possibles du pontage artériel coronaire

Angine de poitrine - traitement cardiologique à Moscou, en Europe et en Israël - Рopmed.ru - 2008

Les tests de résistance sont généralement effectués quatre à six semaines après l'opération et déterminent le début d'un programme de réadaptation cardiaque.

Les sutures thoraciques sont retirées avant la sortie du patient et les jambes (lorsqu’on utilise la veine saphène) sont retirées au bout de 7 à 10 jours. Même si la fonction de la veine saphène est remplacée par de petites veines dans la jambe, elle présente généralement un léger gonflement de la jambe. Il est conseillé aux patients de porter des bas de soutien élastiques pendant une journée, de quatre à six semaines après la chirurgie, et de garder la jambe surélevée en position assise. La tumeur disparaît généralement en six à huit semaines.

La guérison du sternum se produit dans les six semaines. Il n'est pas recommandé aux patients de soulever des poids supérieurs à 5 kg ou d'effectuer des exercices physiques lourds pendant la période de récupération. Dans les quatre semaines suivant l'opération, afin d'éviter tout risque d'endommagement de la poitrine, il n'est pas recommandé de se mettre au volant. Les patients pourront reprendre une activité sexuelle normale dès qu’ils pourront minimiser la position du corps à laquelle la charge sur la poitrine et les épaules est placée. Il est déjà possible de retourner au travail après six semaines de convalescence et, avec un travail passif et sédentaire, cela peut arriver beaucoup plus rapidement.

Le programme de rééducation dure 12 semaines et comprend une activité physique progressive et contrôlée, d’une durée de une heure, trois fois par semaine. Au cours du programme de rééducation, les patients reçoivent des recommandations sur la manière de modifier leur mode de vie afin de réduire le risque de développer une maladie coronarienne à l'avenir. Ceux-ci incluent: se débarrasser des mauvaises habitudes (fumer), perdre du poids, changer de régime, surveiller en permanence la pression artérielle et le diabète, abaisser le taux de cholestérol dans le sang.

Complications possibles du pontage artériel coronaire

La probabilité de décès associé à un pontage coronarien est de 3 à 4%. Pendant et peu de temps après la chirurgie de pontage coronarien, 5 à 10% des patients ont une crise cardiaque, il s'agit de la principale cause de décès. 5% des patients en raison d'un saignement ont besoin d'une intervention chirurgicale explosive (opération diagnostique). Cette opération répétée augmente le risque d'infection thoracique et de complications pulmonaires. Des crises soudaines surviennent chez 1 à 2% des patients, principalement chez les personnes âgées.

La probabilité de décès et de complications augmente dans les cas suivants:

  • facteur d'âge (plus de 70 ans),
  • faible contraction du muscle cardiaque
  • blocage de l'artère coronaire principale gauche,
  • le diabète
  • maladie pulmonaire chronique et insuffisance rénale chronique.

    Chez les femmes, la probabilité de décès est plus grande en raison de l’âge avancé pour la période de l’opération et des artères coronaires plus petites. Chez les femmes, les maladies coronariennes se développent 10 ans plus tard que chez les hommes en raison d'une «immunité» hormonale - menstruations régulières (bien que chez les femmes susceptibles de développer une maladie coronarienne, en particulier les fumeurs, les lipides élevés et le diabète, la probabilité de développer un DHI même à un jeune âge est très grand). En raison du fait que le corps des femmes est plus petit que celui des hommes, leurs artères coronaires sont également plus petites. Ces petites artères compliquent la chirurgie du pontage cornéen et en augmentent la durée. Les petits vaisseaux réduisent également les effets à court et à long terme de l’implant.

    Résultats à long terme du pontage coronarien

    Il existe un faible pourcentage de risque de blocage de certains implants veineux en raison de la coagulation du sang au cours des deux premières semaines après la chirurgie. Habituellement, les caillots sanguins se forment dans les implants du fait que les petites artères situées en dehors du site d'implantation de l'implant aspirent très lentement le sang. Les 10% restants des implants veineux peuvent être bloqués entre deux semaines et un an après la chirurgie de pontage coronarien. L'utilisation d'aspirine empêche la coagulation du sang et réduit de 50% le blocage des implants.

    Après cinq ans, les implants se rétrécissent, car les cellules se collent à l'intérieur et se multiplient, ce qui entraîne des cicatrices (fibrose intime) et de l'athérosclérose. Après 10 ans, seuls 2/3 des implants veineux restent non bouchés et la moitié d'entre eux présentent un léger rétrécissement. Parmi les implants mammaires internes, 10 ans après la chirurgie, un pourcentage beaucoup plus élevé (90%) de non corrigés. Cette différence est causée par un changement dans la pratique chirurgicale vers une utilisation accrue du shunt des artères thoraciques internes et autres artères au lieu des artères veineuses.

    Des études récentes ont montré que la prise de médicaments réduisant le cholestérol LDL à 80 (principalement un groupe de médicaments à base de statine) chez les patients atteints de SSHA ayant un taux de cholestérol LDL élevé (lipoprotéines de basse densité) augmenterait significativement la longévité de l’implant et le blocage des artères et réduire également le risque de crise cardiaque.

    Les patients sont encouragés à modifier leur mode de vie afin de réduire le risque d'athérosclérose dans les artères coronaires à l'avenir. Ces recommandations comprennent:

  • se débarrasser des mauvaises habitudes (fumer),
  • faire de l'exercice, contribuer à la perte de poids,
  • surveillance constante de la pression artérielle et du diabète.

    Une surveillance fréquente des patients sous pontage et un examen physiologique peuvent révéler des problèmes précoces d'implants. Le PTCA (angioplasty) peut réduire de manière significative le besoin de refaire un pontage coronarien à l'avenir. Il est parfois nécessaire de recourir à un pontage coronarien, mais le risque de complications est très élevé.

    +7 (925) 005 13 27

    Coronarographie | AKSH - Pontage coronarien

    AKSH - CHÂTEAU AORTOCORONAIRE

    Le pontage coronarien (PAC) est une opération qui permet de rétablir le flux sanguin dans les artères du cœur en contournant le rétrécissement du vaisseau coronaire à l'aide de shunts.

    L’opération de pontage coronarien a pour objectif de prévenir le développement de modifications irréversibles du myocarde (muscle cardiaque), d’améliorer (si possible) sa contractilité et ainsi d’améliorer sa qualité de vie et sa durée.

    Cette opération est le traitement le plus efficace contre la maladie coronarienne et permet aux patients de reprendre une vie active normale.

    Le sens de cette intervention chirurgicale est l'imposition d'anastomoses de dérivation (shunts) entre le vaisseau coronaire affecté et l'aorte afin de rétablir un apport sanguin normal dans la zone touchée du muscle cardiaque.

    Actuellement, l'artère thoracique interne, qui part de l'artère sous-clavière, ainsi que l'artère radiale et les veines des membres inférieurs, en particulier la veine saphène de la jambe, sont actuellement utilisées comme shunts.

    S'il existe des preuves pour le patient, une revascularisation artérielle complète peut être réalisée lorsque les deux artères thoraciques internes, l'artère radiale de l'avant-bras ou l'une des artères alimentant l'estomac peuvent être utilisées en autotransplantations.

    À ce jour, l’imposition d’une anastomose triple, quadruple ou quintuple est une approche courante.

    TECHNIQUE DE MISE EN OEUVRE DE L'AORTIC

    Le pontage coronarien standard dure en moyenne trois à quatre heures et nécessite une concentration maximale du chirurgien et de son équipe.

    L'accès au cœur se fait comme suit: d'abord, les tissus mous sont disséqués au centre de la poitrine, puis le sternum est coupé - la sternotomie médiane est réalisée.

    Afin de minimiser les dommages associés à une diminution du débit sanguin pendant l'intervention, une cardioplégie est réalisée, à savoir un arrêt cardiaque temporaire: elle est refroidie avec de l'eau salée glacée et une solution de conservation spéciale est injectée dans les artères cardiaques.

    Avant de procéder au pontage coronarien, l'appareil cardiopulmonaire est connecté et l'aorte bloquée afin de minimiser la perte de sang et d'y accrocher des shunts. En même temps, l'aorte est serrée pendant soixante minutes et la machine cœur-poumon est connectée pendant une heure et demie. Des tubes en plastique sont placés dans l'oreillette droite pour permettre la sortie du sang veineux du corps et son passage à travers la gaine en plastique (oxygénateur à membrane) dans un appareil de respiration artificielle. Après cela, le sang saturé en oxygène entre à nouveau dans le corps.

    La dérivation vasculaire par dérivation comprend le moment de l'implantation dans les artères coronaires (coronaires) des vaisseaux implantaires en dehors de la zone de sténose ou d'obstruction. L'autre extrémité du shunt est cousue à l'aorte.

    De plus en plus souvent, les artères de la paroi thoracique sont utilisées comme anastomoses vasculaires de dérivation, en particulier l'artère thoracique interne gauche, généralement reliées soit directement à l'artère descendante antérieure gauche, soit à l'une de ses branches principales en dehors de la zone d'occlusion.

    La longueur des autogreffes artérielles étant très limitée, leur utilisation n'est permise que pour contourner les zones touchées situées au début des vaisseaux coronaires.

    Si nous parlons d'utiliser les artères thoraciques internes, nous devons être préparés au fait qu'il faudra plus de temps pour effectuer un pontage coronarien, car il sera nécessaire de séparer les artères de la paroi thoracique. À cet égard, il est probable que s’il est nécessaire de procéder à une intervention d’urgence, l’utilisation de ces navires comme autogreffe devra être abandonnée.

    À la fin de l'opération, la cage thoracique est fixée à l'aide d'un fil métallique en acier inoxydable, l'incision des tissus mous est suturée et des tubes de drainage pleural sont installés pour extraire le sang restant de l'espace péricardique.

    Environ 5% des patients ont besoin d'une intervention diagnostique en raison d'un saignement qui peut durer 24 heures après la chirurgie.

    Les tubes de drainage pleural sont généralement retirés le lendemain de la chirurgie. Le tube respiratoire est généralement retiré immédiatement après la chirurgie. Habituellement, un jour après l'opération, les patients peuvent se lever et sont transférés de la réanimation.

    Chez 25% des patients, la fréquence cardiaque est rétablie dans les trois à quatre jours suivant la chirurgie. L'échec du rythme cardiaque est une fibrillation auriculaire temporaire, elle doit être traitée comme une conséquence chirurgicale. L'arythmie est traitée dans le mois qui suit l'intervention chirurgicale par les méthodes classiques de traitement conservateur.

    La durée moyenne d'hospitalisation pour un pontage aortocoronarien a été réduite de trois à quatre jours pour la plupart des patients. De nombreux jeunes patients peuvent rentrer chez eux dans deux jours.

    Grâce à de nouvelles réalisations, les patients ont la possibilité de réaliser un pontage coronarien sans utiliser d'appareil cœur-poumon, le cœur battant. Cela minimise grandement les possibles troubles de la mémoire et autres complications pouvant survenir après un pontage cornéen, ce qui constitue un succès significatif.

    +7 (925) 005 13 27 - informations sur l'angiographie coronaire

    Complications après le shunt des vaisseaux cardiaques

    Comment se passe la rééducation après le shunt des vaisseaux cardiaques?

    Aujourd’hui, peu de gens se demandent ce qu’est un pontage cardiaque après une crise cardiaque. combien vivent après la manœuvre des vaisseaux du cœur et d’autres moments importants, jusqu’à ce que la maladie commence à progresser.

    Décision radicale

    La maladie coronarienne est aujourd'hui l'une des pathologies les plus courantes du système circulatoire. Malheureusement, le nombre de patients augmente chaque année. Une atteinte coronarienne due à un apport insuffisant de sang dans le muscle cardiaque provoque des lésions. De nombreux cardiologues et thérapeutes du monde ont essayé de gérer ce phénomène à l'aide de pilules. Néanmoins, le pontage coronarien (pontage coronarien) demeure, même s'il est radical, mais le moyen le plus efficace de lutter contre la maladie, qui a confirmé son innocuité.

    Réadaptation après un pontage coronaire: premiers jours

    Après un pontage coronarien, le patient est placé dans une unité de soins intensifs ou dans une unité de soins intensifs. En général, l’action de certains anesthésiques se poursuit quelque temps après que le patient a repris conscience après une anesthésie. Par conséquent, il est connecté à un appareil spécial qui aide à remplir la fonction de respiration.

    Afin d'éviter des mouvements incontrôlés pouvant endommager les points de suture sur la plaie postopératoire, retirer les cathéters ou les drains, ainsi que détacher le goutte-à-goutte, fixez le patient à l'aide d'outils spéciaux. Des électrodes y sont également connectées, lesquelles enregistrent l'état de santé et permettent au personnel médical de contrôler la fréquence et le rythme des contractions du muscle cardiaque.

    Le premier jour après cette opération cardiaque, les manipulations suivantes sont effectuées:

    • Le patient passe un test sanguin;
    • Des examens aux rayons X sont effectués;
    • Études électrocardiographiques effectuées.

    Le tube respiratoire est retiré le premier jour, mais le tube stomacal et le drainage thoracique demeurent. Le patient respire déjà complètement de manière autonome.

    Astuce: à ce stade de récupération, il est important que la personne opérée soit maintenue au chaud. Le patient est enveloppé dans une couverture en duvet ou en laine et, pour éviter la stagnation du sang dans les vaisseaux des membres inférieurs, des bas spéciaux sont portés.

    Pour éviter les complications, n'exercez aucune activité physique sans consulter un médecin.

    Le premier jour, le patient a besoin de paix et de soins de la part du personnel médical, qui communiquera notamment avec ses proches. Le patient ne fait que mentir. Durant cette période, il prend des antibiotiques, des analgésiques et des sédatifs. Pendant plusieurs jours, une légère augmentation de la température corporelle peut être observée. Ceci est considéré comme une réponse normale à la chirurgie. En outre, il peut y avoir une transpiration sévère.

    Comme on peut le constater après le pontage coronarien, le patient a besoin de soins externes. Quant au niveau d'activité physique recommandé, il est individuel dans chaque cas. Au début, il est permis de s’asseoir et de marcher dans la pièce. Après un certain temps, il est déjà autorisé à quitter la chambre. Et seulement au moment de la sortie du patient, le patient peut marcher longtemps dans le couloir.

    Conseil: il est recommandé que le patient soit en position couchée pendant plusieurs heures, alors qu'il est nécessaire de changer de position en le faisant pivoter d'un côté à l'autre. Une position allongée sur le dos sans activité physique augmente le risque de pneumonie congestive due à l'accumulation de liquide dans les poumons.

    Lors de l'utilisation de la veine saphène comme greffe, un œdème de la jambe peut être observé sur la jambe correspondante. Cela se produit même si les plus petits vaisseaux sanguins prennent en charge la fonction de la veine remplacée. C’est la raison pour laquelle on recommande au patient de porter des bas de soutien en matériau élastique pendant quatre à six semaines après l’opération. De plus, en position assise, cette jambe doit être légèrement surélevée, afin de ne pas perturber la circulation sanguine. Après quelques mois, l'œdème disparaît.

    Autres recommandations

    Dans le processus de récupération après la chirurgie, il est interdit aux patients de soulever des poids supérieurs à 5 kg et d'effectuer des exercices physiques avec une charge lourde.

    Les points de suture sont retirés une semaine après l'opération et de la poitrine juste avant la sortie. La guérison survient dans les 90 jours. Pendant 28 jours après la chirurgie, il n'est pas recommandé au patient de prendre le volant pour éviter des dommages possibles au sternum. L'activité sexuelle peut être réalisée si le corps adopte une position dans laquelle la charge sur la poitrine et les épaules est minimisée. Vous pouvez retourner au travail un mois et demi après l'opération et, si le travail est sédentaire, même plus tôt.

    Au total, après une chirurgie de pontage coronarien, la réadaptation prend jusqu'à 3 mois. Il comprend une augmentation progressive de la charge au cours de l'exercice, qui doit être effectuée trois fois par semaine pendant une heure. Dans le même temps, les patients reçoivent des recommandations sur le mode de vie qui doivent être suivies après l'opération afin de réduire le risque de progression de la maladie coronarienne. Cela comprend l’arrêt du tabac, la perte de poids, une nutrition spéciale et la surveillance continue du cholestérol sanguin et de la pression artérielle.

    Régime après Aksh

    Même après la sortie de l'hôpital, étant à la maison, il est nécessaire de suivre un certain régime, qui sera prescrit par le médecin traitant. Cela réduira considérablement les risques de développer une maladie cardiaque et des vaisseaux sanguins. L'un des principaux produits, dont l'utilisation doit être minimisée, sont les graisses saturées et le sel. Après tout, l'opération ne garantit pas qu'à l'avenir, les oreillettes, les ventricules, les vaisseaux et les autres composants du système circulatoire ne présenteront aucun problème. Les risques associés à cette situation augmenteront considérablement si vous ne respectez pas un certain régime et si vous menez une vie insouciante (continuez à fumer, buvez de l'alcool et ne participez pas à un entraînement sportif).

    Il est nécessaire de suivre strictement le régime alimentaire et vous n'aurez alors plus à faire face aux problèmes qui ont conduit à l'intervention chirurgicale. Les veines greffées remplacent les artères coronaires.

    Conseil: en plus du régime alimentaire et de la gymnastique, il est nécessaire de surveiller son propre poids, son excès augmentant la charge sur le cœur et, partant, augmentant le risque de maladie récurrente.

    Complications possibles après un pontage coronaire

    Thrombose veineuse profonde

    Bien que cette opération réussisse dans la plupart des cas, les complications suivantes peuvent survenir pendant la période de récupération:

    • Thrombose des vaisseaux des membres inférieurs, y compris les veines profondes;
    • Saignements;
    • Infection de la plaie;
    • Formation de cicatrice chéloïde;
    • Violation de la circulation cérébrale;
    • Infarctus du myocarde;
    • Douleur chronique dans la zone de l'incision;
    • Fibrillation auriculaire;
    • Ostéomyélite du sternum;
    • L'échec des coutures.

    Conseil: la prise de statines (médicaments réduisant le taux de cholestérol dans le sang) avant un PAC permet de réduire considérablement le risque de contractions atriales éparses après la chirurgie.

    Néanmoins, l'infarctus du myocarde périopératoire est considéré comme l'une des complications les plus graves. Les complications après AKSH peuvent apparaître en raison des facteurs suivants:

    • Syndrome coronarien aigu transféré;
    • Hémodynamique instable;
    • La présence d'angine sévère;
    • Athérosclérose des artères carotides;
    • Dysfonctionnement du ventricule gauche.

    Le risque de complications postopératoires est particulièrement sensible chez les femmes, les personnes âgées, les diabétiques et les patients présentant une insuffisance rénale. Un examen approfondi des oreillettes, des ventricules et d'autres parties de l'organe le plus important d'une personne avant une intervention chirurgicale peut également aider à réduire le risque de complications après un pontage coronarien.

    Attention! Les informations sur le site sont fournies par des experts, mais le sont à titre informatif uniquement et ne peuvent être utilisées pour un traitement personnel. Assurez-vous de consulter un médecin!

    Comment éviter les complications après un pontage coronarien?

    L’intervention chirurgicale la plus courante sur le cœur est un pontage coronarien. Son essence est de rétablir l'apport sanguin au coeur en évitant les vaisseaux affectés en utilisant la veine saphène de l'artère de la cuisse ou de l'épaule. Grâce à une telle opération, le bien-être du patient s’améliore de manière significative et sa vie est considérablement allongée, mais il convient également de prendre en compte un phénomène tel que les complications post-CABG.

    Les cas de crise cardiaque et d'accident vasculaire cérébral sont récemment devenus assez fréquents chez les jeunes en raison de leur taux de cholestérol élevé et, par conséquent, de lésions vasculaires athéroscléreuses, que l'on retrouve presque toutes les secondes.

    Risques pour AKSH

    Le pontage coronarien est pratiqué par le patient uniquement dans des conditions vitales absolues. Parmi celles-ci, la complication physiologique de l'ischémie myocardique et le blocage des plaques athéroscléreuses des artères coronaires.

    Même en dépit du fait qu’une telle opération est effectuée depuis assez longtemps et en grande quantité, ces manipulations sont encore assez difficiles et les complications qui s’ensuivent sont malheureusement très fréquentes.

    Lors de toute opération, et avec les PAC, il existe un risque de complications que l’on peut qualifier de lourdes et légères. La condition principale du pontage coronarien est une indication médicale claire pour chaque patient.

    Les complications sont le plus souvent observées chez les patients âgés, avec la présence de comorbidités multiples. Ils peuvent être précoces, se produire pendant la chirurgie ou quelques jours après, ainsi que tardivement, pendant la période de réadaptation. Les complications postopératoires peuvent se manifester du muscle cardiaque et des vaisseaux sanguins, ainsi que du site de la suture chirurgicale.

    Les complications pouvant survenir le plus souvent lors d'une intervention chirurgicale:

    • augmentation de la température;
    • saignements;
    • infarctus du myocarde;
    • thrombose veineuse profonde;
    • péricardite;
    • l'arythmie;
    • embolie;
    • accident vasculaire cérébral
    • infection de la plaie;
    • ostéomyélite du sternum;
    • la médiastinite;
    • réactions névrotiques;
    • syndrome post-sternotomie.

    Cependant, la fréquence des complications graves n’est pas supérieure à 1,5-2%. Le risque de complications augmente chez les patients présentant des comorbidités sévères, telles que le diabète sucré, l'artériosclérose cérébrale, l'insuffisance rénale et hépatique.

    Une augmentation de la température dans la période postopératoire est observée chez chaque patient et peut être accompagnée d'une transpiration abondante. Cette condition peut continuer pendant 1-2 jours après la chirurgie.

    Quelques groupes de complications possibles

    Coeur et vaisseaux

    Un infarctus du myocarde au cours de la période postopératoire est une complication grave pouvant entraîner la mort. Cette complication survient le plus souvent chez les femmes. Cela est dû au fait qu’ils présentent sur la table chirurgicale une maladie cardiaque environ 10 ans plus tard que les hommes, en raison de caractéristiques hormonales, et le facteur âge joue ici un rôle important. L'accident vasculaire cérébral survient en raison de l'apparition de microthrombus dans les vaisseaux au cours de l'opération.

    La fibrillation auriculaire apparaît au moins aussi souvent qu'une complication. Cette condition s'accompagne de fréquents tremblements au lieu d'une contraction ventriculaire complète. En conséquence, on observe une forte réduction de l’hémodynamique, ce qui contribue au risque de formation de caillots sanguins. Pour la prévention de cette affection, les patients se voient prescrire des inhibiteurs β-bloquants, tant avant l'opération que pendant la période postopératoire.

    La péricardite est une complication sous la forme d'une inflammation de la membrane séreuse du cœur. Cela peut être dû à l'apparition d'une infection secondaire, plus souvent chez les patients âgés, au système immunitaire affaibli.

    Des saignements peuvent survenir en cas de coagulation du sang. Selon les statistiques, 2 à 5% des patients ayant subi un pontage coronarien peuvent se rallonger sur la table d’opération en raison d’un saignement ouvert.

    En raison de la perte de sang au moment de la chirurgie, tous les patients développent une anémie, qui ne nécessite pas de traitement spécial, car le taux d'hémoglobine dans le sang augmente s'il y a du boeuf et du foie.

    Suture postopératoire

    La médiastinite peut survenir pour la même raison que la péricardite, c'est-à-dire en raison de l'ajout d'une infection secondaire chez environ 1% des opérés. Une telle complication peut très souvent se produire chez les personnes atteintes de maladies chroniques telles que le diabète. Les autres complications incluent la suppuration de la suture chirurgicale, la fusion incomplète du sternum, la cicatrice chéloïde.

    L'ostéomyélite du sternum après une chirurgie cardiaque est une maladie très grave pouvant survenir à la suite de la présence de bactéries dans le tissu osseux, le périoste et la moelle osseuse.

    L'ostéomyélite post-opératoire du sternum, avec accès transsternal le plus souvent, est retrouvée dans 0,5 à 6,9% des cas. Dans le même temps, les cartilages des côtes avec le développement possible d'une médiastinite purulente et d'une septicémie peuvent être impliqués dans le processus purulent.

    Avec une évolution longue de la maladie, cette condition peut entraîner une invalidité du patient, ce qui nécessite un traitement chirurgical répété. Cette opération implique le drainage et la désinfection des fuites purulentes lors de la médiastinite, ainsi que la résection du sternum avec du plastique avec du tissu local.

    Les réactions névrotiques postopératoires se manifestent sous forme d'irritabilité, de troubles du sommeil, d'humeur instable, de peurs anxieuses pour le cœur. Les syndromes psychopathologiques les plus courants sont les syndromes d'hypochondrie et d'asthénie, la cardiophobie et l'état dépressif.

    Les complications neurologiques sont des modifications neuropsychologiques qui ne peuvent être détectées que lors d'un examen spécifique. Chez les jeunes, il peut se développer dans 0,5% des cas, alors que chez une personne âgée de plus de 70 ans, il est retrouvé dans 5% des cas. Il convient également de mentionner des complications neurologiques telles que l'encéphalopathie, les troubles ophtalmologiques, les modifications du système nerveux périphérique.

    Il convient de garder à l’esprit que, malgré le grand nombre de complications possibles, le nombre de résultats favorables est beaucoup plus élevé.

    Prévention

    Pour que les risques de complications soient minimes aujourd’hui, un nombre suffisant de mesures préventives sont prises, qui consistent à identifier les groupes à risque, à corriger la pathologie existante, à utiliser les technologies modernes lors du pontage coronarien et à contrôler la qualité de la santé du patient.

    Pour consolider les résultats du traitement, il est recommandé de suivre un régime avec une teneur minimale en matières grasses d'origine animale. Il est très important d'effectuer des exercices physiques, en abandonnant les mauvaises habitudes. Les médicaments réguliers prescrits par un médecin aideront à améliorer l'état général.

    La vie après la chirurgie

    Le pontage coronarien est une raison sérieuse de réviser votre style de vie précédent. Afin de prolonger votre vie, il est très important d'abandonner complètement l'usage de boissons alcoolisées et de fumer. Ces mauvaises habitudes sont les principaux provocateurs de la récurrence de la maladie. Il est possible que la ré-opération ne réussisse plus avec un résultat positif.

    C'est le cas lorsqu'il devient très important de choisir entre un mode de vie familier et un mode de vie sain. Un facteur important qui aide à éviter la ré-exacerbation de la maladie - un régime après avoir évité les vaisseaux du muscle cardiaque.

    Si, après l'opération, le patient continue à mener une vie malsaine, alors la maladie va probablement se manifester à nouveau.

    Tous les patients opérés devraient réduire leur consommation d'aliments saturés en graisses, leur consommation de sel et de sucre. Il est très important de surveiller strictement les fluctuations de poids. De grandes quantités de graisses et de glucides contribuent à l'obstruction des vaisseaux sanguins, augmentant le risque de réapparition de la maladie. Après l'opération, le slogan pour une personne devrait être la phrase «modération en tout»!

    Il est extrêmement important de se rappeler que le pontage coronarien n’est pas une solution au problème sous-jacent, ni un traitement de l’athérosclérose. Après votre sortie de l'hôpital, vous devez suivre les recommandations du médecin, ne les négligez pas, suivez toutes les instructions du médecin et profitez du cadeau de la vie!

    Chirurgie de pontage coronarien: la vie avant et après

    Tous les documents figurant sur le site sont publiés sous le droit d'auteur ou par les rédacteurs en chef de professionnels de la santé, mais ils ne constituent pas une ordonnance de traitement. Adresse aux experts!

    Le pontage cardiaque est une opération prescrite pour les maladies coronariennes. Lorsque à la suite de la formation de plaques d'athérosclérose dans les artères. alimentant le coeur en sang, il se produit un rétrécissement de la lumière (sténose). cela menace le patient avec les conséquences les plus graves. Le fait est que si l’alimentation en sang du muscle cardiaque est perturbée, le myocarde cesse de recevoir suffisamment de sang pour un fonctionnement normal, ce qui finit par entraîner son affaiblissement et ses lésions. Au cours de l'activité physique, le patient a des douleurs à la poitrine (angine de poitrine). En outre, en cas de manque de sang, la région du muscle cardiaque peut être mortelle - infarctus du myocarde.

    De toutes les maladies cardiaques, la cardiopathie ischémique est la pathologie la plus courante. C'est le tueur numéro un qui ne favorise ni les hommes ni les femmes. Une insuffisance de l'apport sanguin au myocarde à la suite d'un blocage des vaisseaux coronaires entraîne une crise cardiaque, entraînant de graves complications, voire la mort... Le plus souvent, la maladie survient après 50 ans et touche principalement les hommes.

    Dans les maladies coronariennes, pour prévenir les crises cardiaques ainsi que pour en éliminer les effets, si un traitement conservateur n’avait pas produit d’effet positif, les patients se voient prescrire un pontage coronarien (PAC), c’est le moyen le plus radical mais aussi le plus adéquat de rétablir le flux sanguin.

    AKSH peut être pratiqué sur une ou plusieurs lésions des artères. Son essence réside dans le fait que dans les artères où le flux sanguin est perturbé, de nouvelles solutions de contournement sont créées - les shunts. Ceci est fait avec l'aide de vaisseaux sains qui s'attachent aux artères coronaires. À la suite de l'opération, le sang peut suivre le site de la sténose ou du blocage.

    Ainsi, l'objectif du PAC est de normaliser le flux sanguin et de fournir un apport sanguin complet au muscle cardiaque.

    Comment se préparer à la manœuvre?

    L'attitude positive du patient pour le succès du traitement chirurgical revêt une importance primordiale - pas moins que le professionnalisme de l'équipe chirurgicale.

    Cela ne veut pas dire que cette opération est plus dangereuse que d'autres interventions chirurgicales, mais elle nécessite également une préparation préalable minutieuse. Comme avant toute chirurgie cardiaque, avant que le pontage cardiaque soit effectué, le patient est envoyé pour un examen complet. En plus de la nécessité dans ce cas, les tests de laboratoire et la recherche, ECG. échographie. évaluation de l'état général, il devra subir une angiographie coronaire (angiographie). Il s’agit d’une procédure médicale permettant de déterminer l’état des artères alimentant le muscle cardiaque, de déterminer le degré de rétrécissement et l’endroit exact où la plaque s’est formée. L'étude est réalisée à l'aide d'appareils à rayons X et consiste en l'introduction d'une substance radio-opaque dans les vaisseaux.

    Une partie de la recherche nécessaire est effectuée en ambulatoire et une autre en hospitalisation. À l'hôpital, où le patient se couche habituellement une semaine avant l'opération, la préparation de l'opération commence également. Une des étapes importantes de la préparation est la maîtrise de la technique de respiration spéciale, utile au patient par la suite.

    Comment va CASH?

    Le pontage coronarien consiste à créer une solution de contournement supplémentaire de l'aorte à l'artère à l'aide d'un shunt, ce qui vous permet de contourner la zone où le blocage s'est produit et de rétablir le flux sanguin vers le cœur. L'artère thoracique devient le plus souvent un shunt. En raison de ses caractéristiques uniques, il présente une résistance élevée à l'athérosclérose et une durabilité en tant que shunt. Cependant, une grande veine saphène et une artère radiale peuvent être utilisées.

    AKSH peut être simple, double, triple, etc. Autrement dit, si le rétrécissement s'est produit dans plusieurs vaisseaux coronaires, insérez autant de shunts que nécessaire. Mais leur nombre ne dépend pas toujours de l'état du patient. Par exemple, en cas de maladie ischémique grave, un seul shunt peut être nécessaire, et un IHD moins grave, au contraire, nécessite un pontage double, voire triple.

    Il existe plusieurs méthodes alternatives pour améliorer l'apport sanguin au coeur lorsque les artères sont rétrécies:

    1. Traitement médicamenteux (par exemple, bêta-bloquants, statines);
    2. L'angioplastie coronaire est une méthode de traitement non chirurgicale, lorsqu'un ballon spécial est amené sur le site de constriction qui, une fois gonflé, ouvre le canal rétréci;
    3. Stenting - un tube en métal est inséré dans le vaisseau affecté, ce qui augmente sa lumière. Le choix de la méthode dépend de l'état des artères coronaires. Mais dans certains cas, il est montré exclusivement AKSH.

    L'intervention est réalisée sous anesthésie générale à cœur ouvert, sa durée dépend de la complexité et peut durer de trois à six heures. L'équipe chirurgicale n'effectue généralement qu'une seule opération de ce type par jour.

    Il existe 3 types de pontage coronarien:

    • Avec la connexion de l'appareil IR (circulation sanguine artificielle). Dans ce cas, le coeur du patient est arrêté.
    • Sans IC sur un cœur actif - cette méthode réduit le risque de complications, réduit la durée de l'opération et permet au patient de récupérer plus rapidement, mais nécessite beaucoup d'expérience du chirurgien.
    • Technologie relativement nouvelle - accès peu invasif avec ou sans IR. Avantages: moins de perte de sang; réduire le nombre de complications infectieuses; réduction du temps d'hospitalisation à 5-10 jours; récupération plus rapide.

    Toute chirurgie cardiaque implique un certain risque de complications. Mais grâce à des techniques de conduite bien développées, à des équipements modernes et à une large application pratique, AKSH affiche des taux de résultats positifs très élevés. Néanmoins, le pronostic dépend toujours des caractéristiques individuelles de la maladie et seul un spécialiste peut le faire.

    Vidéo: animation du processus de dérivation du cœur (eng)

    Après la chirurgie

    Après avoir effectué un pontage coronarien, le patient est généralement placé en soins intensifs, où commence la récupération primaire de l’activité du muscle cardiaque et des poumons. Cette période peut durer jusqu'à dix jours. Il est nécessaire que le exploité à ce moment respiré correctement. En ce qui concerne la rééducation, la rééducation primaire est toujours effectuée à l'hôpital et les activités se poursuivent au centre de rééducation.

    Les coutures sur la poitrine et à l'endroit où ils ont pris le matériel pour le shunt, ont été lavées avec des antiseptiques afin d'éviter la contamination et la suppuration. Ils sont enlevés en cas de guérison réussie des plaies vers le septième jour. Il y aura une sensation de brûlure et même de la douleur dans les plaies, mais au bout d'un moment cela passe. Après 1 à 2 semaines, lorsque les plaies cutanées guérissent un peu, le patient est autorisé à prendre une douche.

    L’os du sternum guérit plus longtemps - jusqu’à quatre et parfois six mois. Pour accélérer ce processus, le sternum doit fournir du repos. Cela aidera à destiné à ce bandage thoracique. Au cours des 4 à 7 premières semaines, des bas élastiques spéciaux doivent être portés pour éviter la stase veineuse et prévenir la thrombose. et vous devez à ce stade vous prémunir contre les efforts physiques intenses.

    En raison de la perte de sang au cours de la chirurgie, le patient peut développer une anémie. mais elle ne nécessite aucun traitement particulier. Suffit de suivre un régime qui comprend des aliments riches en fer et après un mois, l'hémoglobine reviendra à la normale.

    Après un PAC, le patient devra faire des efforts pour retrouver une respiration normale et éviter la pneumonie. Au début, il a besoin de faire des exercices de respiration qu'il avait appris avant l'opération.

    C'est important! N'ayez pas peur de tousser après AKSH: la toux est une partie importante de la rééducation. Pour faciliter la toux, vous pouvez appuyer une balle ou des paumes sur votre poitrine. Accélère le processus de guérison des changements fréquents de la position du corps. Les médecins expliquent généralement quand et comment s'allonger.

    La poursuite de la réadaptation se traduit par une augmentation progressive de l'activité physique. Après l'opération, le patient ne souffre plus d'angine de poitrine et on lui prescrit le régime moteur nécessaire. Initialement, il s'agit de parcourir des corridors d'hôpitaux sur de courtes distances (jusqu'à 1 km par jour), puis les charges augmentent progressivement et, au bout d'un moment, la plupart des restrictions sur le mode moteur sont levées.

    Lorsque le patient quitte la clinique pour son rétablissement final, il est souhaitable qu’il soit envoyé dans un sanatorium. Et après un mois ou deux, le patient peut déjà retourner au travail.

    Deux ou trois mois après la dérivation, vous pouvez effectuer un test de résistance qui vous permettra d’évaluer la perméabilité de nouvelles voies et de vérifier l’alimentation en oxygène du cœur. En l'absence de douleur et de modifications de l'ECG pendant le test, la récupération est considérée comme réussie.

    Complications possibles de pontage aortique

    Les complications après dérivation cardiaque sont assez rares et sont généralement associées à une inflammation ou à un gonflement. Encore moins souvent, le saignement d'une plaie s'ouvre. Les processus inflammatoires peuvent être accompagnés de fièvre, de faiblesse, de douleurs thoraciques, articulaires et de troubles du rythme cardiaque. Dans de rares cas, des saignements et des complications infectieuses sont possibles. Les inflammations peuvent être associées à une réaction auto-immune: le système immunitaire peut réagir à ses propres tissus.

    Complications rares d'AKSH:

    1. Non-fusion (fusion incomplète) du sternum;
    2. AVC
    3. Infarctus du myocarde;
    4. La thrombose;
    5. Cicatrices chéloïdes;
    6. Perte de mémoire;
    7. Insuffisance rénale;
    8. Douleur chronique dans la région où l'opération a été effectuée;
    9. Syndrome post-perfusion.

    Heureusement, cela se produit assez rarement et le risque de telles complications dépend de l'état du patient avant l'opération. Afin de réduire les risques éventuels, le chirurgien évalue nécessairement, avant de réaliser un PAC, tous les facteurs susceptibles d’avoir une incidence défavorable sur le déroulement de l’opération ou de provoquer des complications du pontage coronarien. Les facteurs de risque incluent:

    En outre, si le patient ne se conforme pas aux recommandations du médecin traitant ou arrête d’appliquer les mesures prescrites, les recommandations en matière de nutrition, d’exercice, etc., pendant la période de récupération. récurrence possible sous la forme de nouvelles plaques et re-blocage du nouveau vaisseau (resténose). Habituellement, dans de tels cas, ils refusent d'effectuer une autre opération, mais ils peuvent effectuer le stentage de nouveaux rétrécissements.

    Attention! Après la chirurgie, vous devez suivre un certain régime: réduisez la consommation de graisses, de sel et de sucre. Sinon, le risque de réapparition de la maladie est élevé.

    Résultats du pontage coronarien

    La création d'une nouvelle partie du vaisseau en cours de manœuvre modifie qualitativement l'état du patient. En raison de la normalisation du flux sanguin vers le myocarde, sa vie après un pontage cardiaque est améliorée:

    1. Les attaques d'angine disparaissent;
    2. Réduction du risque de crise cardiaque;
    3. Amélioration de la condition physique;
    4. La capacité de travail est rétablie;
    5. Augmente la quantité sécuritaire d'activité physique;
    6. Le risque de mort subite est réduit et l'espérance de vie augmente.
    7. Les besoins en médicaments ne sont réduits qu'au minimum préventif.

    En un mot, après un PAC, une vie normale devient accessible à une personne malade. Les examens des patients cardiocliniques confirment que la chirurgie de pontage les ramène à une vie bien remplie.

    Selon les statistiques, presque tous les troubles disparaissent chez 50 à 70% des patients après la chirurgie, dans 10 à 30% des cas, l'état de ceux-ci s'est nettement amélioré. Une nouvelle occlusion vasculaire ne survient pas dans 85% des cas.

    Bien entendu, tout patient qui décide de mener cette opération est principalement préoccupé par la question de combien de temps il vit après une chirurgie de pontage cardiaque. C'est une question plutôt compliquée, et aucun médecin ne prendra la liberté de garantir un terme spécifique. Le pronostic dépend de nombreux facteurs: l'état de santé général du patient, son mode de vie, son âge, la présence de mauvaises habitudes, etc. On peut dire que le shunt sert habituellement environ 10 ans et que sa durée de vie peut être plus longue chez les patients plus jeunes. Ensuite, une deuxième opération est effectuée.

    C'est important! Après AKSH, il est nécessaire de renoncer à une aussi mauvaise habitude que de fumer. Le risque de retour de la maladie coronarienne chez le patient opéré augmente de nombreuses fois s'il continue à «se livrer» à la cigarette. Après l'opération, le patient n'a plus qu'un moyen: oublier de fumer pour toujours!

    Qui est montré l'opération?

    Si une intervention percutanée ne peut pas être réalisée, si l'angioplastie ou le stent échouent, un PAC est indiqué. Les principales indications du pontage coronarien:

    • Affection d'une partie ou de la totalité des artères coronaires;
    • Le rétrécissement de la lumière de l'artère gauche.

    La décision de l'opération est prise séparément dans chaque cas, en tenant compte de l'étendue de la lésion, de l'état du patient, des risques, etc.

    Combien coûte un pontage cardiaque?

    Le pontage coronarien est une méthode moderne de restauration du flux sanguin vers le muscle cardiaque. Cette opération est plutôt de haute technologie, son coût est donc assez élevé. Le coût de l'opération dépend de sa complexité, du nombre de shunts; l'état actuel du patient, le confort qu'il souhaite recevoir après l'opération. Le niveau de la clinique est un autre facteur qui détermine le coût de l'opération. Le pontage peut être pratiqué dans un hôpital de cardiologie conventionnelle ou dans une clinique privée spécialisée. Par exemple, le coût à Moscou varie entre 150 000 et 500 000 roubles, dans les cliniques allemandes et israéliennes - entre 0,8 et 1,5 million de roubles en moyenne.

    Avis patients indépendants

    Vadim, Astrakhan: «Après l’angiographie coronarienne à partir des mots du médecin, j’ai réalisé que je ne tiendrais pas pendant plus d’un mois. Naturellement, quand on m’a offert un PAC, je n’avais même pas pensé à le faire ou non. L'opération a eu lieu en juillet et si auparavant je ne pouvais absolument pas me passer de nitrospray, je ne l'avais jamais utilisée après le shunt. Un grand merci à l'équipe du centre cardiaque et à mon chirurgien!

    Alexandra, Moscou: «Après l'opération, il a fallu un certain temps pour récupérer - cela ne se produit pas instantanément. Je ne peux pas dire qu'il y avait une douleur très forte, mais on m'a prescrit beaucoup d'antibiotiques. Au début, il était difficile de respirer, surtout la nuit, je devais dormir à moitié assis. Le mois était faible, mais elle s’est forcée à faire les cent pas, puis il s’est amélioré. La chose la plus importante qui a stimulé que la douleur derrière le sternum a immédiatement disparu. "

    Ekaterina, Iekaterinbourg: «En 2008, le PAC a été réalisé gratuitement, car il a été déclaré l'année du cœur. En octobre, mon père (il avait alors 63 ans) a été opéré. Il l'a très bien transférée, a passé deux semaines à l'hôpital, puis a été envoyé dans un sanatorium pendant trois semaines. Je me suis souvenu qu'il avait été forcé de gonfler un ballon pour que ses poumons puissent fonctionner normalement. Jusqu'à présent, il se sent bien et comparé à ce qu'il était avant l'opération, il est excellent. "

    Igor, Yaroslavl: «On m'a donné AKSH en septembre 2011. Ils l'ont fait sur un cœur en bon travail, ont placé deux navires de shunt au-dessus et le cœur n'a pas dû être retourné. Tout s'est bien passé, il n'y avait pas de douleur dans mon cœur, au début le sternum me faisait un peu mal. Je peux dire que plusieurs années ont passé et je me sens au même niveau que les personnes en bonne santé. C'est vrai, j'ai dû arrêter de fumer. "

    Le pontage coronarien est une opération souvent vitale pour le patient; dans certains cas, seule une intervention chirurgicale peut prolonger la vie. Par conséquent, bien que le prix du pontage coronarien soit relativement élevé, il n’est pas comparable à la vie humaine inestimable. Effectuée à temps, l'opération aide à prévenir une crise cardiaque et ses conséquences et à reprendre une vie normale. Toutefois, cela ne signifie pas qu’après la répartition, vous pouvez à nouveau vous livrer à un excès. Au contraire, vous devrez reconsidérer votre style de vie - suivez un régime, bougez plus et oubliez les mauvaises habitudes pour toujours.