Bilan complet du pontage coronarien: comment ça va, les résultats du traitement

L'auteur de l'article: Nivelichuk Taras, chef du département d'anesthésiologie et de soins intensifs, expérience de travail de 8 ans. Enseignement supérieur dans la spécialité "Médecine générale".

Vous apprendrez de cet article: qu'est-ce que le pontage coronarien, des informations complètes sur ce qu'une personne devra faire face à une telle intervention, ainsi que sur la manière d'obtenir le maximum de résultats positifs d'une telle thérapie.

Par pontage coronarien, on entend une intervention chirurgicale sur les vaisseaux athéroscléreux du cœur (artères coronaires), visant à rétablir leur perméabilité et leur circulation sanguine en créant des vaisseaux artificiels qui contournent les sections rétrécissantes, sous forme de shunts entre l'aorte et la partie saine de l'artère coronaire.

Cette intervention est réalisée par des chirurgiens cardiaques. C'est difficile, mais grâce à un équipement moderne et à un équipement chirurgical avancé, il est exécuté avec succès dans toutes les cliniques de chirurgie cardiaque.

L'essence de l'opération et ses types

L’essence et la signification du pontage coronarien sont la création de nouvelles voies vasculaires circonférentielles pour rétablir l’approvisionnement en sang du myocarde (muscle cardiaque).

Ce besoin survient dans les formes chroniques de cardiopathie ischémique, dans lesquelles des plaques d'athérosclérose se déposent à l'intérieur de la lumière des artères coronaires. Cela provoque soit leur rétrécissement soit leur blocage complet, ce qui perturbe l'apport sanguin au myocarde et provoque une ischémie (manque d'oxygène). Si la circulation sanguine n’est pas rétablie à temps, elle risque de provoquer une forte diminution de la capacité de travail des patients en raison de douleurs cardiaques au cours de tout exercice, ainsi que d’un risque élevé de crise cardiaque (nécrose de la région cardiaque) et de décès du patient.

À l'aide d'un pontage coronarien, il est possible de résoudre complètement le problème de la circulation sanguine altérée dans le myocarde dans le cadre d'une maladie ischémique provoquée par le rétrécissement des artères cardiaques.

Au cours de l'intervention, de nouveaux messages vasculaires sont créés - des shunts remplacent les propres artères insolvables. En tant que tels shunts, on utilise soit des fragments (environ 5 à 10 cm) des artères de l'avant-bras, soit des veines superficielles de la cuisse, s'ils ne sont pas atteints de varices. Une extrémité d'une telle prothèse de shunt est cousue à partir de ses propres tissus dans l'aorte, et l'autre dans l'artère coronaire en dessous de son rétrécissement. Ainsi, le sang peut circuler librement dans le myocarde. Le nombre de shunts superposés au cours d'une opération, de un à trois, dépend du nombre d'artères cardiaques touchées par l'athérosclérose.

Types de pontage coronarien

Étapes d'intervention

Le succès de toute intervention chirurgicale dépend du respect de toutes les exigences et de la mise en œuvre correcte de chaque période successive: préopératoire, opératoire et postopératoire. Étant donné que l'intervention de pontage coronarien implique une manipulation directement sur le cœur, il n'y a pas de bagatelle ici. Même une opération réalisée idéalement par un chirurgien peut être vouée à l'échec en raison de la négligence des règles de préparation secondaires ou de la période postopératoire.

L'algorithme général et le chemin que doit suivre chaque patient pendant le pontage coronarien sont présentés dans le tableau:

Comment éviter les complications après un pontage coronarien?

L’intervention chirurgicale la plus courante sur le cœur est un pontage coronarien. Son essence est de rétablir l'apport sanguin au coeur en évitant les vaisseaux affectés en utilisant la veine saphène de l'artère de la cuisse ou de l'épaule. Grâce à une telle opération, le bien-être du patient s’améliore de manière significative et sa vie est considérablement allongée, mais il convient également de prendre en compte un phénomène tel que les complications post-CABG.

Les cas de crise cardiaque et d'accident vasculaire cérébral sont récemment devenus assez fréquents chez les jeunes en raison de leur taux de cholestérol élevé et, par conséquent, de lésions vasculaires athéroscléreuses, que l'on retrouve presque toutes les secondes.

Risques pour AKSH

Le pontage coronarien est pratiqué par le patient uniquement dans des conditions vitales absolues. Parmi celles-ci, la complication physiologique de l'ischémie myocardique et le blocage des plaques athéroscléreuses des artères coronaires.

Même en dépit du fait qu’une telle opération est effectuée depuis assez longtemps et en grande quantité, ces manipulations sont encore assez difficiles et les complications qui s’ensuivent sont malheureusement très fréquentes.

Lors de toute opération, et avec les PAC, il existe un risque de complications que l’on peut qualifier de lourdes et légères. La condition principale du pontage coronarien est une indication médicale claire pour chaque patient.

Les complications sont le plus souvent observées chez les patients âgés, avec la présence de comorbidités multiples. Ils peuvent être précoces, se produire pendant la chirurgie ou quelques jours après, ainsi que tardivement, pendant la période de réadaptation. Les complications postopératoires peuvent se manifester du muscle cardiaque et des vaisseaux sanguins, ainsi que du site de la suture chirurgicale.

Les complications pouvant survenir le plus souvent lors d'une intervention chirurgicale:

  • augmentation de la température;
  • saignements;
  • infarctus du myocarde;
  • thrombose veineuse profonde;
  • péricardite;
  • l'arythmie;
  • embolie;
  • accident vasculaire cérébral
  • infection de la plaie;
  • ostéomyélite du sternum;
  • la médiastinite;
  • réactions névrotiques;
  • syndrome post-sternotomie.

Cependant, la fréquence des complications graves n’est pas supérieure à 1,5-2%. Le risque de complications augmente chez les patients présentant des comorbidités sévères, telles que le diabète sucré, l'artériosclérose cérébrale, l'insuffisance rénale et hépatique.

Une augmentation de la température dans la période postopératoire est observée chez chaque patient et peut être accompagnée d'une transpiration abondante. Cette condition peut continuer pendant 1-2 jours après la chirurgie.

Quelques groupes de complications possibles

Coeur et vaisseaux

Un infarctus du myocarde au cours de la période postopératoire est une complication grave pouvant entraîner la mort. Cette complication survient le plus souvent chez les femmes. Cela est dû au fait qu’ils présentent sur la table chirurgicale une maladie cardiaque environ 10 ans plus tard que les hommes, en raison de caractéristiques hormonales, et le facteur âge joue ici un rôle important. L'accident vasculaire cérébral survient en raison de l'apparition de microthrombus dans les vaisseaux au cours de l'opération.

La fibrillation auriculaire apparaît au moins aussi souvent qu'une complication. Cette condition s'accompagne de fréquents tremblements au lieu d'une contraction ventriculaire complète. En conséquence, on observe une forte réduction de l’hémodynamique, ce qui contribue au risque de formation de caillots sanguins. Pour la prévention de cette affection, les patients se voient prescrire des inhibiteurs β-bloquants, tant avant l'opération que pendant la période postopératoire.

La péricardite est une complication sous la forme d'une inflammation de la membrane séreuse du cœur. Cela peut être dû à l'apparition d'une infection secondaire, plus souvent chez les patients âgés, au système immunitaire affaibli.

Des saignements peuvent survenir en cas de coagulation du sang. Selon les statistiques, 2 à 5% des patients ayant subi un pontage coronarien peuvent se rallonger sur la table d’opération en raison d’un saignement ouvert.

Suture postopératoire

La médiastinite peut survenir pour la même raison que la péricardite, c'est-à-dire en raison de l'ajout d'une infection secondaire chez environ 1% des opérés. Une telle complication peut très souvent se produire chez les personnes atteintes de maladies chroniques telles que le diabète. Les autres complications incluent la suppuration de la suture chirurgicale, la fusion incomplète du sternum, la cicatrice chéloïde.

L'ostéomyélite du sternum après une chirurgie cardiaque est une maladie très grave pouvant survenir à la suite de la présence de bactéries dans le tissu osseux, le périoste et la moelle osseuse.

L'ostéomyélite post-opératoire du sternum, avec accès transsternal le plus souvent, est retrouvée dans 0,5 à 6,9% des cas. Dans le même temps, les cartilages des côtes avec le développement possible d'une médiastinite purulente et d'une septicémie peuvent être impliqués dans le processus purulent.

Les réactions névrotiques postopératoires se manifestent sous forme d'irritabilité, de troubles du sommeil, d'humeur instable, de peurs anxieuses pour le cœur. Les syndromes psychopathologiques les plus courants sont les syndromes d'hypochondrie et d'asthénie, la cardiophobie et l'état dépressif.

Les complications neurologiques sont des modifications neuropsychologiques qui ne peuvent être détectées que lors d'un examen spécifique. Chez les jeunes, il peut se développer dans 0,5% des cas, alors que chez une personne âgée de plus de 70 ans, il est retrouvé dans 5% des cas. Il convient également de mentionner des complications neurologiques telles que l'encéphalopathie, les troubles ophtalmologiques, les modifications du système nerveux périphérique.

Il convient de garder à l’esprit que, malgré le grand nombre de complications possibles, le nombre de résultats favorables est beaucoup plus élevé.

Prévention

Pour que les risques de complications soient minimes aujourd’hui, un nombre suffisant de mesures préventives sont prises, qui consistent à identifier les groupes à risque, à corriger la pathologie existante, à utiliser les technologies modernes lors du pontage coronarien et à contrôler la qualité de la santé du patient.

Pour consolider les résultats du traitement, il est recommandé de suivre un régime avec une teneur minimale en matières grasses d'origine animale. Il est très important d'effectuer des exercices physiques, en abandonnant les mauvaises habitudes. Les médicaments réguliers prescrits par un médecin aideront à améliorer l'état général.

La vie après la chirurgie

Le pontage coronarien est une raison sérieuse de réviser votre style de vie précédent. Afin de prolonger votre vie, il est très important d'abandonner complètement l'usage de boissons alcoolisées et de fumer. Ces mauvaises habitudes sont les principaux provocateurs de la récurrence de la maladie. Il est possible que la ré-opération ne réussisse plus avec un résultat positif.

C'est le cas lorsqu'il devient très important de choisir entre un mode de vie familier et un mode de vie sain. Un facteur important qui aide à éviter la ré-exacerbation de la maladie - un régime après avoir évité les vaisseaux du muscle cardiaque.

Si, après l'opération, le patient continue à mener une vie malsaine, alors la maladie va probablement se manifester à nouveau.

Tous les patients opérés devraient réduire leur consommation d'aliments saturés en graisses, leur consommation de sel et de sucre. Il est très important de surveiller strictement les fluctuations de poids. De grandes quantités de graisses et de glucides contribuent à l'obstruction des vaisseaux sanguins, augmentant le risque de réapparition de la maladie. Après l'opération, le slogan pour une personne devrait être la phrase «modération en tout»!

Il est extrêmement important de se rappeler que le pontage coronarien n’est pas une solution au problème sous-jacent, ni un traitement de l’athérosclérose. Après votre sortie de l'hôpital, vous devez suivre les recommandations du médecin, ne les négligez pas, suivez toutes les instructions du médecin et profitez du cadeau de la vie!

Manipulation aortique. Risques AOSH.

Et en Allemagne, l'exploitation d'AOSH comporte certains risques. Ceci est couvert dans cet article.

Vous pouvez poser des questions et demander une opération par courriel à [email protected]

L'apport d'oxygène et de nutriments au muscle cardiaque est assuré par les artères coronaires. Le cœur humain a deux vaisseaux principaux d'où partent de nombreuses branches. Ils commencent sur l'artère principale (aorte) et passent de là aux ventricules droit et gauche du cœur. Si ces vaisseaux se contractent, l'irrigation sanguine des zones du muscle cardiaque à proximité des vaisseaux correspondants s'aggrave. L'artériosclérose (perte d'élasticité des parois des artères) peut survenir sur toutes les artères du corps. Les facteurs qui contribuent à ces changements sont principalement l'hypertension, l'augmentation du taux de graisse et de sucre dans le sang et le tabagisme. Le stress et l'excès de poids peuvent également jouer un rôle. La maladie des vaisseaux coronaires du coeur (maladie coronarienne) conduit à un épaississement de la paroi vasculaire. En conséquence, le rétrécissement du navire peut s’intensifier jusqu’à un blocage complet. Le crapaud thoracique (angine de poitrine ou oppression thoracique) est un symptôme courant d'un apport insuffisant du muscle cardiaque; la pire conséquence est la mort du muscle cardiaque (infarctus du myocarde). Souvent, dans de tels cas, une cicatrice apparaîtra à la place. Dans cette zone, un étirement douloureux de la paroi cardiaque (anévrisme) peut survenir. Selon l'emplacement de l'infarctus du myocarde, la valve cardiaque adjacente peut perdre la capacité de se fermer. Un apport sanguin insuffisant au muscle cardiaque peut entraîner une diminution du volume de pompage sanguin, ainsi que des troubles du rythme cardiaque mettant la vie en danger.

Options de traitement

Pour améliorer l'apport sanguin au coeur, il existe différentes méthodes:

-Prendre des médicaments sans autres procédures.

-Élimination des constrictions par dilatation avec un cathéter à ballonnet (dilatation du ballonnet) et, si nécessaire, stabilisation du résultat à l'aide d'une ossature vasculaire (stent) en combinaison avec le cathétérisme cardiaque.

-Pontage artériel coronaire.

Comment se passe l'opération? L'opération est réalisée sous anesthésie générale. Pour les détails et les risques spécifiques de l'anesthésie, vous recevrez des explications séparées de l'anesthésiste.

Le but des opérations est de créer un flux sanguin de dérivation autour du site du rétrécissement du vaisseau coronaire (avec un shunt).

Capacités techniques.

Il y a deux possibilités pour cela:

1. Utilisation de la veine: Sous la peau de la cuisse (ou parfois des mains) du patient lui-même - une veine appropriée est prélevée et implantée entre l'aorte et le patient avec l'artère coronaire.

2. Utilisation de l'artère: l'artère appropriée est séparée de l'intérieur de la paroi thoracique et son extrémité est reliée au vaisseau coronaire. Les artères de la paroi abdominale ou de la cavité abdominale, ainsi que de l'avant-bras sont moins couramment utilisées. Une artère peut également être prise avec un instrument optique (chirurgie avec support vidéo ou chirurgie mini-invasive).

En général, les deux possibilités sont combinées selon les besoins, car dans la plupart des cas, plusieurs navires rétrécis doivent être shuntés en une seule opération. Demandez à votre médecin si des mesures chirurgicales supplémentaires / extension de la chirurgie (par exemple, le retrait de l'anévrisme ou de la valve cardiaque prothétique) peuvent être envisagées dans votre cas. S'il existe des indications pour un tel événement et si elles sont attendues. Vous recevrez des explications séparées sur leurs avantages et inconvénients, ainsi que sur les risques spécifiques. À la fin de l'opération, le sternum est cousu avec du fil ou du fil artificiel spécial. Avant de refermer la plaie, des tubes en plastique (drainage) sont généralement insérés afin de retirer le secret de la plaie en quelques jours.

Après la chirurgie.

Vous serez sous observation dans l'unité de soins intensifs pendant un certain temps, la respiration artificielle sera appliquée.

Transfusion sanguine? Pendant les opérations avec la machine cœur-poumon, du sang en conserve est nécessaire. Demandez à votre médecin s’il est possible et approprié de donner votre propre sang pour préparer du sang en conserve.

Dois-je compter avec les complications?

Malgré une conscience maximale pendant ou après la chirurgie, dans certains cas, des complications peuvent survenir qui, dans certaines circonstances, nécessitent des mesures de réparation urgentes / des opérations supplémentaires au cours de l'opération principale et peuvent même menacer le pronostic vital. Appelons-les: •

-Réactions allergiques aux analgésiques, à d'autres médicaments ou au latex provoquant un collapsus vasculaire, pouvant nécessiter un traitement de réanimation de quelques heures ou de plusieurs jours après la chirurgie;

-Les troubles circulatoires qui ne sont pas guéris par des médicaments peuvent dans certains cas forcer l’utilisation de systèmes auxiliaires mécaniques.

-Les troubles circulatoires, par exemple dans les bras et les jambes, sont rares; dans le cerveau, ils peuvent conduire à un état de confusion ("syndrome de corridor") ou à la restriction de certaines capacités, par exemple, à un trouble de la parole;

-Embolie: si l’air pénètre dans le vaisseau sanguin, ce qui se produit très rarement, il peut entraîner des troubles circulatoires

-Constriction ou blocage du vaisseau (embolie) due à la séparation des caillots sanguins (caillots sanguins). En conséquence, un organe donné peut en souffrir et même causer des lésions permanentes (par exemple, une embolie pulmonaire, une apoplexie avec une paralysie permanente). Dans ce cas, un traitement de réanimation immédiate est nécessaire. Le risque est accru chez les fumeurs si le patient ne se lève pas, ainsi que lors de la prise de médicaments hormonaux.

-L'hémorragie induite par un médicament (prévention de la thrombose) augmente le risque de saignement. Demandez à votre médecin s’il existe un risque accru de thrombose et d’embolie dans votre cas!

-Faiblesse respiratoire: La douleur, le diaphragme, les maladies costales de la plèvre ou du poumon, ou l'intolérance aux médicaments peuvent entraîner une faiblesse respiratoire / un essoufflement après une intervention chirurgicale nécessitant de l'oxygène et / ou une respiration artificielle pendant plusieurs heures ou plusieurs jours dans l'unité de soins intensifs.

-Selon la durée de la respiration artificielle, une pneumonie peut survenir.

-Les lésions de la peau, des tissus mous et des nerfs (par exemple, abcès dû à une injection, mort tissulaire, hémorragie, gonflement, douleur, irritation des nerfs et des veines) dues à des injections avant, pendant ou après la chirurgie sont très rares; dans la plupart des cas, ils passent tout seuls ou répondent bien au traitement.

-Dans certaines circonstances, des problèmes et des blessures prolongés ou permanents peuvent survenir (cicatrices, douleurs, engourdissements ou même paralysie); ceci vaut également pour les dommages par écrasement jusqu’aux escarres («décubitus») malgré la position de couchage correcte, ainsi que pour les dommages cutanés causés par les désinfectants et / ou le courant électrique;

-Les dommages aux nerfs (par exemple, les nerfs cutanés, les nerfs des cordes vocales, la plèvre costale ou le plexus nerveux brachial) sont rarement ou définitivement paralysés. Le risque est accru après des opérations précédentes, avec des adhérences importantes et des circonstances anatomiques inhabituelles.

-La paralysie des cordes vocales entraîne un enrouement, une altération de la parole et éventuellement un essoufflement. La paralysie de la plèvre costale entraîne une faiblesse de la respiration;

-Les dommages aux vaisseaux sanguins peuvent causer des troubles circulatoires avec la mort des tissus mous et des zones de la peau

-Infarctus du myocarde: Dans de rares cas, il peut y avoir des troubles circulatoires du muscle cardiaque;

- Troubles du rythme cardiaque:

-Le rythme cardiaque est souvent irrégulier, en particulier lors de la première intervention chirurgicale. Elle peut avoir besoin de médicaments et / ou d’implanter un stimulateur cardiaque;

-Saignements sévères nécessitant des transfusions sanguines; très rarement, les infections, par exemple les virus de l'hépatite (conséquence: hépatite) et extrêmement rarement le VIH (à long terme pouvant conduire au sida) et / ou des agents responsables d'autres maladies peuvent accompagner le sang du donneur ou des composants du sang du donneur. Ce dernier concerne également l'utilisation d'adhésifs organiques pour tissus (fibrine);

-Tamponnade péricardique: Dans la cavité péricardique, dans de rares cas, du sang / des liquides peuvent s'accumuler, rendant le fonctionnement du cœur difficile et entraînant des troubles de la circulation. Dans ce cas, la cavité péricardique devrait de préférence être perforée ou ouverte de manière opératoire et le sang / liquide devrait en être retiré;

-Des douleurs aux épaules apparaissent, en particulier, dans les premières heures ou les premiers jours suivant la chirurgie, mais dans la plupart des cas, elles disparaissent d'elles-mêmes sans grand traitement.

-Pneumothorax: Si le poumon ne s’aplatit pas complètement lorsque la paroi thoracique est fermée ou, après une intervention chirurgicale, de l’air ou un liquide (épanchement pleural) pénètre dans la cavité difficile. peut nécessiter une ponction ou une vidange par aspiration pendant plusieurs jours. Sinon, il existe un risque d'insuffisance pulmonaire.

-Infection de la plaie: Les agents pathogènes peuvent provoquer une inflammation et une suppuration de la plaie. Dans ce cas, il peut être nécessaire d’ouvrir la plaie et d’enlever le matériel de suture gênant ou d’autres objets étrangers (supports). Dans le même temps, la cicatrisation peut ralentir, une cicatrice interférante plus large et plus épaisse (chéloïde) peut également être formée, qui peut plus tard être améliorée dans la plupart des cas à l'aide de mesures chirurgicales n / ou conservatrices. Dans de rares cas, il peut également y avoir une infection profonde du médiastin (médiastinite) ou une infection sanguine (septicémie), des mesures thérapeutiques supplémentaires sont nécessaires.

-Instabilité du sternum: Si des parties du sternum ne guérissent pas en position serrée, une intervention chirurgicale supplémentaire peut être nécessaire pour le stabiliser.

-Rechute: Une autre opération sur les vaisseaux coronaires peut être nécessaire si un trou dans le shunt ou un autre vaisseau se ferme.

Quelles sont les chances de succès d'un pontage coronarien en Allemagne?

Les risques d'une opération de manœuvre planifiée sont faibles. Les chances d’amélioration de la circulation sanguine et des performances cardiaques et de soulager vos symptômes sont très bonnes. Mais comme la maladie sous-jacente des vaisseaux sanguins (artériosclérose) est sujette à une progression, un succès stable n’est possible que si vous suivez scrupuleusement les recommandations de mesures de précaution. En particulier, les facteurs de risque décrits ci-dessus doivent être complètement éliminés.

Chirurgie de pontage coronarien: la vie avant et après

Le pontage cardiaque est une opération prescrite pour les maladies coronariennes. Lorsque la lumière se rétrécit (sténose) à la suite de la formation de plaques d'athérosclérose dans les artères alimentant le sang en sang vers le cœur, elle menace le patient des conséquences les plus graves. Le fait est que si l’alimentation en sang du muscle cardiaque est perturbée, le myocarde cesse de recevoir suffisamment de sang pour un fonctionnement normal, ce qui finit par entraîner son affaiblissement et ses lésions. Au cours de l'activité physique, le patient a des douleurs à la poitrine (angine de poitrine). En outre, en cas de manque de sang, la région du muscle cardiaque peut être mortelle - infarctus du myocarde.

De toutes les maladies cardiaques, la cardiopathie ischémique est la pathologie la plus courante. C'est le tueur numéro un qui ne favorise ni les hommes ni les femmes. Une insuffisance de l'apport sanguin au myocarde à la suite d'un blocage des vaisseaux coronaires entraîne une crise cardiaque, entraînant de graves complications, voire la mort... Le plus souvent, la maladie survient après 50 ans et touche principalement les hommes.

Dans les maladies coronariennes, pour prévenir les crises cardiaques ainsi que pour en éliminer les effets, si un traitement conservateur n’avait pas produit d’effet positif, les patients se voient prescrire un pontage coronarien (PAC), c’est le moyen le plus radical mais aussi le plus adéquat de rétablir le flux sanguin.

AKSH peut être pratiqué sur une ou plusieurs lésions des artères. Son essence réside dans le fait que dans les artères où le flux sanguin est perturbé, de nouvelles solutions de contournement sont créées - les shunts. Ceci est fait avec l'aide de vaisseaux sains qui s'attachent aux artères coronaires. À la suite de l'opération, le sang peut suivre le site de la sténose ou du blocage.

Ainsi, l'objectif du PAC est de normaliser le flux sanguin et de fournir un apport sanguin complet au muscle cardiaque.

Comment se préparer à la manœuvre?

L'attitude positive du patient pour le succès du traitement chirurgical revêt une importance primordiale - pas moins que le professionnalisme de l'équipe chirurgicale.

On ne peut pas dire que cette opération est plus dangereuse que d'autres interventions chirurgicales, mais elle nécessite également une préparation préalable minutieuse. Comme avant toute chirurgie cardiaque, avant que le pontage cardiaque soit effectué, le patient est envoyé pour un examen complet. Outre les tests de laboratoire et la recherche requis, l'ECG, l'échographie et l'évaluation de l'état général, il devra subir une angiographie coronaire (angiographie). Il s’agit d’une procédure médicale permettant de déterminer l’état des artères alimentant le muscle cardiaque, de déterminer le degré de rétrécissement et l’endroit exact où la plaque s’est formée. L'étude est réalisée à l'aide d'appareils à rayons X et consiste en l'introduction d'une substance radio-opaque dans les vaisseaux.

Une partie de la recherche nécessaire est effectuée en ambulatoire et une autre en hospitalisation. À l'hôpital, où le patient se couche habituellement une semaine avant l'opération, la préparation de l'opération commence également. Une des étapes importantes de la préparation est la maîtrise de la technique de respiration spéciale, utile au patient par la suite.

Comment va CASH?

Le pontage coronarien consiste à créer une solution de contournement supplémentaire de l'aorte à l'artère à l'aide d'un shunt, ce qui vous permet de contourner la zone où le blocage s'est produit et de rétablir le flux sanguin vers le cœur. L'artère thoracique devient le plus souvent un shunt. En raison de ses caractéristiques uniques, il présente une résistance élevée à l'athérosclérose et une durabilité en tant que shunt. Cependant, une grande veine saphène et une artère radiale peuvent être utilisées.

AKSH peut être simple, double, triple, etc. Autrement dit, si le rétrécissement s'est produit dans plusieurs vaisseaux coronaires, insérez autant de shunts que nécessaire. Mais leur nombre ne dépend pas toujours de l'état du patient. Par exemple, en cas de maladie ischémique grave, un seul shunt peut être nécessaire, et un IHD moins grave, au contraire, nécessite un pontage double, voire triple.

Il existe plusieurs méthodes alternatives pour améliorer l'apport sanguin au coeur lorsque les artères sont rétrécies:

  1. Traitement médicamenteux (par exemple, bêta-bloquants, statines);
  2. L'angioplastie coronaire est une méthode de traitement non chirurgicale, lorsqu'un ballon spécial est amené sur le site de constriction qui, une fois gonflé, ouvre le canal rétréci;
  3. Stenting - un tube en métal est inséré dans le vaisseau affecté, ce qui augmente sa lumière. Le choix de la méthode dépend de l'état des artères coronaires. Mais dans certains cas, il est montré exclusivement AKSH.

L'intervention est réalisée sous anesthésie générale à cœur ouvert, sa durée dépend de la complexité et peut durer de trois à six heures. L'équipe chirurgicale n'effectue généralement qu'une seule opération de ce type par jour.

Il existe 3 types de pontage coronarien:

  • Avec la connexion de l'appareil IR (circulation sanguine artificielle). Dans ce cas, le coeur du patient est arrêté.
  • Sans IC sur un cœur actif - cette méthode réduit le risque de complications, réduit la durée de l'opération et permet au patient de récupérer plus rapidement, mais nécessite beaucoup d'expérience du chirurgien.
  • Technologie relativement nouvelle - accès peu invasif avec ou sans IR. Avantages: moins de perte de sang; réduire le nombre de complications infectieuses; réduction du temps d'hospitalisation à 5-10 jours; récupération plus rapide.

Toute chirurgie cardiaque implique un certain risque de complications. Mais grâce à des techniques de conduite bien développées, à des équipements modernes et à une large application pratique, AKSH affiche des taux de résultats positifs très élevés. Néanmoins, le pronostic dépend toujours des caractéristiques individuelles de la maladie et seul un spécialiste peut le faire.

Vidéo: animation du processus de dérivation du cœur (eng)

Après la chirurgie

Les coutures sur la poitrine et à l'endroit où ils ont pris le matériel pour le shunt, ont été lavées avec des antiseptiques afin d'éviter la contamination et la suppuration. Ils sont enlevés en cas de guérison réussie des plaies vers le septième jour. Il y aura une sensation de brûlure et même de la douleur dans les plaies, mais au bout d'un moment cela passe. Après 1 à 2 semaines, lorsque les plaies cutanées guérissent un peu, le patient est autorisé à prendre une douche.

L’os du sternum guérit plus longtemps - jusqu’à quatre et parfois six mois. Pour accélérer ce processus, le sternum doit fournir du repos. Cela aidera à destiné à ce bandage thoracique. Au cours des 4 à 7 premières semaines, pour éviter la stase veineuse et prévenir la thrombose, portez des bas élastiques spéciaux et évitez également les efforts physiques excessifs.

En raison de la perte de sang au cours de la chirurgie, le patient peut développer une anémie mais ne nécessite aucun traitement particulier. Suffit de suivre un régime qui comprend des aliments riches en fer et après un mois, l'hémoglobine reviendra à la normale.

Après un PAC, le patient devra faire des efforts pour retrouver une respiration normale et éviter la pneumonie. Au début, il a besoin de faire des exercices de respiration qu'il avait appris avant l'opération.

C'est important! N'ayez pas peur de tousser après AKSH: la toux est une partie importante de la rééducation. Pour faciliter la toux, vous pouvez appuyer une balle ou des paumes sur votre poitrine. Accélère le processus de guérison des changements fréquents de la position du corps. Les médecins expliquent généralement quand et comment s'allonger.

La poursuite de la réadaptation se traduit par une augmentation progressive de l'activité physique. Après l'opération, le patient ne souffre plus d'angine de poitrine et on lui prescrit le régime moteur nécessaire. Initialement, il s'agit de parcourir des corridors d'hôpitaux sur de courtes distances (jusqu'à 1 km par jour), puis les charges augmentent progressivement et, au bout d'un moment, la plupart des restrictions sur le mode moteur sont levées.

Lorsque le patient quitte la clinique pour son rétablissement final, il est souhaitable qu’il soit envoyé dans un sanatorium. Et après un mois ou deux, le patient peut déjà retourner au travail.

Deux ou trois mois après la dérivation, vous pouvez effectuer un test de résistance qui vous permettra d’évaluer la perméabilité de nouvelles voies et de vérifier l’alimentation en oxygène du cœur. En l'absence de douleur et de modifications de l'ECG pendant le test, la récupération est considérée comme réussie.

Complications possibles de pontage aortique

Les complications après dérivation cardiaque sont assez rares et sont généralement associées à une inflammation ou à un gonflement. Encore moins souvent, le saignement d'une plaie s'ouvre. Les processus inflammatoires peuvent être accompagnés de fièvre, de faiblesse, de douleurs thoraciques, articulaires et de troubles du rythme cardiaque. Dans de rares cas, des saignements et des complications infectieuses sont possibles. Les inflammations peuvent être associées à une réaction auto-immune: le système immunitaire peut réagir à ses propres tissus.

Complications rares d'AKSH:

  1. Non-fusion (fusion incomplète) du sternum;
  2. AVC
  3. Infarctus du myocarde;
  4. La thrombose;
  5. Cicatrices chéloïdes;
  6. Perte de mémoire;
  7. Insuffisance rénale;
  8. Douleur chronique dans la région où l'opération a été effectuée;
  9. Syndrome post-perfusion.

Heureusement, cela se produit assez rarement et le risque de telles complications dépend de l'état du patient avant l'opération. Afin de réduire les risques éventuels, le chirurgien évalue nécessairement, avant de réaliser un PAC, tous les facteurs susceptibles d’avoir une incidence défavorable sur le déroulement de l’opération ou de provoquer des complications du pontage coronarien. Les facteurs de risque incluent:

En outre, si le patient ne se conforme pas aux recommandations du médecin traitant ou arrête de prendre les mesures prescrites, les recommandations en matière de nutrition, d'exercice, etc., pendant la période de rétablissement, une nouvelle plaque peut se reproduire et bloquer le vaisseau (resténose). Habituellement, dans de tels cas, ils refusent d'effectuer une autre opération, mais ils peuvent effectuer le stentage de nouveaux rétrécissements.

Attention! Après la chirurgie, vous devez suivre un certain régime: réduisez la consommation de graisses, de sel et de sucre. Sinon, le risque de réapparition de la maladie est élevé.

Résultats du pontage coronarien

La création d'une nouvelle partie du vaisseau en cours de manœuvre modifie qualitativement l'état du patient. En raison de la normalisation du flux sanguin vers le myocarde, sa vie après un pontage cardiaque est améliorée:

  1. Les attaques d'angine disparaissent;
  2. Réduction du risque de crise cardiaque;
  3. Amélioration de la condition physique;
  4. La capacité de travail est rétablie;
  5. Augmente la quantité sécuritaire d'activité physique;
  6. Le risque de mort subite est réduit et l'espérance de vie augmente.
  7. Les besoins en médicaments ne sont réduits qu'au minimum préventif.

En un mot, après un PAC, une vie normale devient accessible à une personne malade. Les examens des patients cardiocliniques confirment que la chirurgie de pontage les ramène à une vie bien remplie.

Selon les statistiques, presque tous les troubles disparaissent chez 50 à 70% des patients après la chirurgie, dans 10 à 30% des cas, l'état de ceux-ci s'est nettement amélioré. Une nouvelle occlusion vasculaire ne survient pas dans 85% des cas.

Bien entendu, tout patient qui décide de mener cette opération est principalement préoccupé par la question de combien de temps il vit après une chirurgie de pontage cardiaque. C'est une question plutôt compliquée, et aucun médecin ne prendra la liberté de garantir un terme spécifique. Le pronostic dépend de nombreux facteurs: l'état de santé général du patient, son mode de vie, son âge, la présence de mauvaises habitudes, etc. On peut dire que le shunt sert habituellement environ 10 ans et que sa durée de vie peut être plus longue chez les patients plus jeunes. Ensuite, une deuxième opération est effectuée.

C'est important! Après AKSH, il est nécessaire de renoncer à une aussi mauvaise habitude que de fumer. Le risque de retour de la maladie coronarienne chez le patient opéré augmente de nombreuses fois s'il continue à «se livrer» à la cigarette. Après l'opération, le patient n'a plus qu'un moyen: oublier de fumer pour toujours!

Qui est montré l'opération?

Si une intervention percutanée ne peut pas être réalisée, si l'angioplastie ou le stent échouent, un PAC est indiqué. Les principales indications du pontage coronarien:

  • Affection d'une partie ou de la totalité des artères coronaires;
  • Le rétrécissement de la lumière de l'artère gauche.

La décision de l'opération est prise séparément dans chaque cas, en tenant compte de l'étendue de la lésion, de l'état du patient, des risques, etc.

Combien coûte un pontage cardiaque?

Le pontage coronarien est une méthode moderne de restauration du flux sanguin vers le muscle cardiaque. Cette opération est plutôt de haute technologie, son coût est donc assez élevé. Le coût de l'opération dépend de sa complexité, du nombre de shunts; l'état actuel du patient, le confort qu'il souhaite recevoir après l'opération. Le niveau de la clinique est un autre facteur qui détermine le coût de l'opération. Le pontage peut être pratiqué dans un hôpital de cardiologie conventionnelle ou dans une clinique privée spécialisée. Par exemple, le coût à Moscou varie entre 150 000 et 500 000 roubles, dans les cliniques allemandes et israéliennes - entre 0,8 et 1,5 million de roubles en moyenne.

Avis patients indépendants

Vadim, Astrakhan: «Après l’angiographie coronarienne à partir des mots du médecin, j’ai réalisé que je ne tiendrais pas pendant plus d’un mois. Naturellement, quand on m’a offert un PAC, je n’avais même pas pensé à le faire ou non. L'opération a eu lieu en juillet et si auparavant je ne pouvais absolument pas me passer de nitrospray, je ne l'avais jamais utilisée après le shunt. Un grand merci à l'équipe du centre cardiaque et à mon chirurgien!

Alexandra, Moscou: «Après l'opération, il a fallu un certain temps pour récupérer - cela ne se produit pas instantanément. Je ne peux pas dire qu'il y avait une douleur très forte, mais on m'a prescrit beaucoup d'antibiotiques. Au début, il était difficile de respirer, surtout la nuit, je devais dormir à moitié assis. Le mois était faible, mais elle s’est forcée à faire les cent pas, puis il s’est amélioré. La chose la plus importante qui a stimulé que la douleur derrière le sternum a immédiatement disparu. "

Ekaterina, Iekaterinbourg: «En 2008, le PAC a été réalisé gratuitement, car il a été déclaré l'année du cœur. En octobre, mon père (il avait alors 63 ans) a été opéré. Il l'a très bien transférée, a passé deux semaines à l'hôpital, puis a été envoyé dans un sanatorium pendant trois semaines. Je me suis souvenu qu'il avait été forcé de gonfler un ballon pour que ses poumons puissent fonctionner normalement. Jusqu'à présent, il se sent bien et comparé à ce qu'il était avant l'opération, il est excellent. "

Igor, Yaroslavl: «On m'a donné AKSH en septembre 2011. Ils l'ont fait sur un cœur en bon travail, ont placé deux navires de shunt au-dessus et le cœur n'a pas dû être retourné. Tout s'est bien passé, il n'y avait pas de douleur dans mon cœur, au début le sternum me faisait un peu mal. Je peux dire que plusieurs années ont passé et je me sens au même niveau que les personnes en bonne santé. C'est vrai, j'ai dû arrêter de fumer. "

Le pontage coronarien est une opération souvent vitale pour le patient; dans certains cas, seule une intervention chirurgicale peut prolonger la vie. Par conséquent, bien que le prix du pontage coronarien soit relativement élevé, il n’est pas comparable à la vie humaine inestimable. Effectuée à temps, l'opération aide à prévenir une crise cardiaque et ses conséquences et à reprendre une vie normale. Toutefois, cela ne signifie pas qu’après la répartition, vous pouvez à nouveau vous livrer à un excès. Au contraire, vous devrez reconsidérer votre style de vie - suivez un régime, bougez plus et oubliez les mauvaises habitudes pour toujours.

Pontage aorto-coronarien

Et en Allemagne, l'exploitation d'AOSH comporte certains risques. Ceci est couvert dans cet article.

L'apport d'oxygène et de nutriments au muscle cardiaque est assuré par les artères coronaires. Le cœur humain a deux vaisseaux principaux d'où partent de nombreuses branches. Ils commencent sur l'artère principale (aorte) et passent de là aux ventricules droit et gauche du cœur. Si ces vaisseaux se contractent, l'irrigation sanguine des zones du muscle cardiaque à proximité des vaisseaux correspondants s'aggrave. L'artériosclérose (perte d'élasticité des parois des artères) peut survenir sur toutes les artères du corps. Les facteurs qui contribuent à ces changements sont principalement l'hypertension, l'augmentation du taux de graisse et de sucre dans le sang et le tabagisme. Le stress et l'excès de poids peuvent également jouer un rôle. La maladie des vaisseaux coronaires du coeur (maladie coronarienne) conduit à un épaississement de la paroi vasculaire. En conséquence, le rétrécissement du navire peut s’intensifier jusqu’à un blocage complet. Le crapaud thoracique (angine de poitrine ou oppression thoracique) est un symptôme courant d'un apport insuffisant du muscle cardiaque; la pire conséquence est la mort du muscle cardiaque (infarctus du myocarde). Souvent, dans de tels cas, une cicatrice apparaîtra à la place. Dans cette zone, un étirement douloureux de la paroi cardiaque (anévrisme) peut survenir. Selon l'emplacement de l'infarctus du myocarde, la valve cardiaque adjacente peut perdre la capacité de se fermer. Un apport sanguin insuffisant au muscle cardiaque peut entraîner une diminution du volume de pompage sanguin, ainsi que des troubles du rythme cardiaque mettant la vie en danger.

Options de traitement

Pour améliorer l'apport sanguin au coeur, il existe différentes méthodes:

-Prendre des médicaments sans autres procédures.

-Élimination des constrictions par dilatation avec un cathéter à ballonnet (dilatation du ballonnet) et, si nécessaire, stabilisation du résultat à l'aide d'une ossature vasculaire (stent) en combinaison avec le cathétérisme cardiaque.

-Pontage artériel coronaire.

Comment se passe l'opération? L'opération est réalisée sous anesthésie générale. Pour les détails et les risques spécifiques de l'anesthésie, vous recevrez des explications séparées de l'anesthésiste.

Le but des opérations est de créer un flux sanguin de dérivation autour du site du rétrécissement du vaisseau coronaire (avec un shunt).

Capacités techniques.

Il y a deux possibilités pour cela:

1. Utilisation de la veine: Sous la peau de la cuisse (ou parfois des mains) du patient lui-même - une veine appropriée est prélevée et implantée entre l'aorte et le patient avec l'artère coronaire.

2. Utilisation de l'artère: l'artère appropriée est séparée de l'intérieur de la paroi thoracique et son extrémité est reliée au vaisseau coronaire. Les artères de la paroi abdominale ou de la cavité abdominale, ainsi que de l'avant-bras sont moins couramment utilisées. Une artère peut également être prise avec un instrument optique (chirurgie avec support vidéo ou chirurgie mini-invasive).

En général, les deux possibilités sont combinées selon les besoins, car dans la plupart des cas, plusieurs navires rétrécis doivent être shuntés en une seule opération. Demandez à votre médecin si des mesures chirurgicales supplémentaires / extension de la chirurgie (par exemple, le retrait de l'anévrisme ou de la valve cardiaque prothétique) peuvent être envisagées dans votre cas. S'il existe des indications pour un tel événement et si elles sont attendues. Vous recevrez des explications séparées sur leurs avantages et inconvénients, ainsi que sur les risques spécifiques. À la fin de l'opération, le sternum est cousu avec du fil ou du fil artificiel spécial. Avant de refermer la plaie, des tubes en plastique (drainage) sont généralement insérés afin de retirer le secret de la plaie en quelques jours.

Après la chirurgie.

Vous serez sous observation dans l'unité de soins intensifs pendant un certain temps, la respiration artificielle sera appliquée.

Transfusion sanguine? Pendant les opérations avec la machine cœur-poumon, du sang en conserve est nécessaire. Demandez à votre médecin s’il est possible et approprié de donner votre propre sang pour préparer du sang en conserve.

Dois-je compter avec les complications?

Malgré une conscience maximale pendant ou après la chirurgie, dans certains cas, des complications peuvent survenir qui, dans certaines circonstances, nécessitent des mesures de réparation urgentes / des opérations supplémentaires au cours de l'opération principale et peuvent même menacer le pronostic vital. Appelons-les: •

- réactions allergiques à des analgésiques, à d'autres médicaments ou au latex, jusqu'à un collapsus vasculaire, pouvant nécessiter un traitement de réanimation de quelques heures ou de plusieurs jours après la chirurgie;

-Les troubles circulatoires qui ne sont pas guéris par des médicaments peuvent dans certains cas forcer l’utilisation de systèmes auxiliaires mécaniques.

- Des troubles circulatoires, par exemple aux mains et aux pieds, surviennent rarement; dans le cerveau, elles peuvent conduire à un état de confusion ("syndrome de corridor") ou à une restriction de certaines capacités, par exemple, à un trouble de la parole;

—Embolie: si de l'air pénètre dans le vaisseau sanguin, ce qui se produit très rarement, il peut en résulter des troubles circulatoires,

-Constriction ou blocage du vaisseau (embolie) due à la séparation des caillots sanguins (caillots sanguins). En conséquence, un organe donné peut en souffrir et même causer des lésions permanentes (par exemple, une embolie pulmonaire, une apoplexie avec une paralysie permanente). Dans ce cas, un traitement de réanimation immédiate est nécessaire. Le risque est accru chez les fumeurs si le patient ne se lève pas, ainsi que lors de la prise de médicaments hormonaux.

-L'hémorragie induite par un médicament (prévention de la thrombose) augmente le risque de saignement. Demandez à votre médecin s’il existe un risque accru de thrombose et d’embolie dans votre cas!

- Faiblesse respiratoire: La douleur, le diaphragme, la plèvre costale ou des maladies pulmonaires, ou l'intolérance aux médicaments après la chirurgie peuvent entraîner une faiblesse respiratoire / essoufflement, nécessitant de l'oxygène et / ou une respiration artificielle pendant plusieurs heures ou plusieurs jours en unité de soins intensifs.

-Selon la durée de la respiration artificielle, une pneumonie peut survenir.

-Les lésions de la peau, des tissus mous et des nerfs (par exemple, abcès dû à une injection, mort tissulaire, hémorragie, gonflement, douleur, irritation des nerfs et des veines) dues à des injections avant, pendant ou après la chirurgie sont très rares; dans la plupart des cas, ils passent tout seuls ou répondent bien au traitement.

-Dans certaines circonstances, des problèmes et des blessures prolongés ou permanents peuvent survenir (cicatrices, douleurs, engourdissements ou même paralysie); cela s'applique également aux dommages par écrasement allant jusqu'aux escarres («décubitus») malgré la position de couchage correcte, ainsi qu'aux dommages cutanés causés par les désinfectants et / ou le courant électrique;

- Des lésions aux nerfs (par exemple, les nerfs cutanés, les nerfs des cordes vocales, la plèvre costale ou le plexus nerveux brachial) sont rarement observées avec une paralysie temporaire ou permanente. Le risque est accru après des opérations précédentes, avec des adhérences importantes et des circonstances anatomiques inhabituelles.

- Les paralysies des cordes vocales entraînent un enrouement, une altération de la parole et éventuellement un essoufflement, la paralysie de la plèvre costale entraîne une faiblesse de la respiration;

-Les dommages aux vaisseaux sanguins peuvent causer des troubles circulatoires avec la mort des tissus mous et des zones de la peau

- Infarctus du myocarde: des troubles circulatoires du muscle cardiaque peuvent survenir dans de rares cas en lien direct avec l'opération;

- Troubles du coeur:

-Le rythme cardiaque est souvent irrégulier, en particulier lors de la première intervention chirurgicale. Elle peut avoir besoin de médicaments et / ou d’implanter un stimulateur cardiaque;

- saignements sévères nécessitant une transfusion sanguine; très rarement, les infections, par exemple les virus de l'hépatite (conséquence: hépatite) et extrêmement rarement le VIH (à long terme pouvant conduire au sida) et / ou des agents responsables d'autres maladies peuvent accompagner le sang du donneur ou des composants du sang du donneur. Ce dernier concerne également l'utilisation d'adhésifs organiques pour tissus (fibrine);

—Tamponade de la cavité péricardique: dans la cavité péricardique, dans de rares cas, du sang / des liquides peuvent s'accumuler, rendant le fonctionnement du cœur difficile et entraînant des troubles de la circulation. Dans ce cas, la cavité péricardique devrait de préférence être perforée ou ouverte de manière opératoire et le sang / liquide devrait en être retiré;

- Les épaules sont douloureuses, en particulier dans les premières heures ou les premiers jours de l'opération, mais dans la plupart des cas, elles s'en vont d'elles-mêmes sans grand traitement.

- Pneumothorax: si le poumon n'est pas complètement aplati lorsque la paroi thoracique est fermée ou, après une intervention chirurgicale, de l'air ou un liquide pénètre dans la cavité difficile (épanchement pleural). peut nécessiter une ponction ou une vidange par aspiration pendant plusieurs jours. Sinon, il existe un risque d'insuffisance pulmonaire.

—Infection de la plaie: les agents pathogènes peuvent provoquer une inflammation et une suppuration de la plaie. Dans ce cas, il peut être nécessaire d’ouvrir la plaie et d’enlever le matériel de suture gênant ou d’autres objets étrangers (supports). Dans le même temps, la cicatrisation peut ralentir, une cicatrice interférante plus large et plus épaisse (chéloïde) peut également être formée, qui peut plus tard être améliorée dans la plupart des cas à l'aide de mesures chirurgicales n / ou conservatrices. Dans de rares cas, il peut également y avoir une infection profonde du médiastin (médiastinite) ou une infection sanguine (septicémie), des mesures thérapeutiques supplémentaires sont nécessaires.

—Instabilité sternale: si des parties du sternum ne guérissent pas dans une position difficile, une intervention chirurgicale supplémentaire peut être nécessaire pour le stabiliser.

—Reciddle: une autre opération sur les vaisseaux coronaires peut être nécessaire si le trou dans le shunt ou un autre vaisseau est fermé.

Quelles sont les chances de succès d'un pontage coronarien en Allemagne?

Les risques d'une opération de manœuvre planifiée sont faibles. Les chances d’amélioration de la circulation sanguine et des performances cardiaques et de soulager vos symptômes sont très bonnes. Mais comme la maladie sous-jacente des vaisseaux sanguins (artériosclérose) est sujette à une progression, un succès stable n’est possible que si vous suivez scrupuleusement les recommandations de mesures de précaution. En particulier, les facteurs de risque décrits ci-dessus doivent être complètement éliminés.

La meilleure clinique pour AOSH en Allemagne.

Retour sur le traitement du coeur en Allemagne.

La page principale présente le traitement en Allemagne.

Plus d'articles sur le traitement dans les cliniques allemandes.

Forum sur l'arthroplastie de la hanche en Allemagne.

En savoir plus sur les traitements en Allemagne.

À propos des traitements dans les cliniques en Allemagne.

Traitement en oncologie dans des cliniques en Allemagne.

Remplacement articulaire en Allemagne.

Examens de traitement.

Sur la réduction des prix du traitement en Allemagne.

Enquête en Allemagne.

Dans la clinique allemande pour le traitement.

Les meilleures cliniques allemandes!

Forum sur le traitement dans les cliniques allemandes.

Le pontage cardiaque est une opération prescrite pour les maladies coronariennes. Lorsque la lumière se rétrécit (sténose) à la suite de la formation de plaques d'athérosclérose dans les artères alimentant le sang en sang vers le cœur, elle menace le patient des conséquences les plus graves. Le fait est que si l’alimentation en sang du muscle cardiaque est perturbée, le myocarde cesse de recevoir suffisamment de sang pour un fonctionnement normal, ce qui finit par entraîner son affaiblissement et ses lésions. Au cours de l'activité physique, le patient a des douleurs à la poitrine (angine de poitrine). En outre, en cas de manque de sang, la région du muscle cardiaque peut être mortelle - infarctus du myocarde.

De toutes les maladies cardiaques, la cardiopathie ischémique est la pathologie la plus courante. C'est le tueur numéro un qui ne favorise ni les hommes ni les femmes. Une insuffisance de l'apport sanguin au myocarde à la suite d'un blocage des vaisseaux coronaires entraîne une crise cardiaque, entraînant de graves complications, voire la mort... Le plus souvent, la maladie survient après 50 ans et touche principalement les hommes.

Dans les maladies coronariennes, pour prévenir les crises cardiaques ainsi que pour en éliminer les effets, si un traitement conservateur n’avait pas produit d’effet positif, les patients se voient prescrire un pontage coronarien (PAC), c’est le moyen le plus radical mais aussi le plus adéquat de rétablir le flux sanguin.

AKSH peut être pratiqué sur une ou plusieurs lésions des artères. Son essence réside dans le fait que dans les artères où le flux sanguin est perturbé, de nouvelles solutions de contournement sont créées - les shunts. Ceci est fait avec l'aide de vaisseaux sains qui s'attachent aux artères coronaires. À la suite de l'opération, le sang peut suivre le site de la sténose ou du blocage.

Ainsi, l'objectif du PAC est de normaliser le flux sanguin et de fournir un apport sanguin complet au muscle cardiaque.

Comment se préparer à la manœuvre?

L'attitude positive du patient pour le succès du traitement chirurgical revêt une importance primordiale - pas moins que le professionnalisme de l'équipe chirurgicale.

Cela ne veut pas dire que cette opération est plus dangereuse que d'autres interventions chirurgicales, mais elle nécessite également une préparation préalable minutieuse. Comme avant toute chirurgie cardiaque, avant que le pontage cardiaque soit effectué, le patient est envoyé pour un examen complet. Outre les tests de laboratoire et la recherche requis, l'ECG, l'échographie et l'évaluation de l'état général, il devra subir une angiographie coronaire (angiographie). Il s’agit d’une procédure médicale permettant de déterminer l’état des artères alimentant le muscle cardiaque, de déterminer le degré de rétrécissement et l’endroit exact où la plaque s’est formée. L'étude est réalisée à l'aide d'appareils à rayons X et consiste en l'introduction d'une substance radio-opaque dans les vaisseaux.

Une partie de la recherche nécessaire est effectuée en ambulatoire et une autre en hospitalisation. À l'hôpital, où le patient se couche habituellement une semaine avant l'opération, la préparation de l'opération commence également. Une des étapes importantes de la préparation est la maîtrise de la technique de respiration spéciale, utile au patient par la suite.

Comment va CASH?

Le pontage coronarien consiste à créer une solution de contournement supplémentaire de l'aorte à l'artère à l'aide d'un shunt, ce qui vous permet de contourner la zone où le blocage s'est produit et de rétablir le flux sanguin vers le cœur. L'artère thoracique devient le plus souvent un shunt. En raison de ses caractéristiques uniques, il présente une résistance élevée à l'athérosclérose et une durabilité en tant que shunt. Cependant, une grande veine saphène et une artère radiale peuvent être utilisées.

AKSH peut être simple, double, triple, etc. Autrement dit, si le rétrécissement s'est produit dans plusieurs vaisseaux coronaires, insérez autant de shunts que nécessaire. Mais leur nombre ne dépend pas toujours de l'état du patient. Par exemple, en cas de maladie ischémique grave, un seul shunt peut être nécessaire, et un IHD moins grave, au contraire, nécessite un pontage double, voire triple.

Il existe plusieurs méthodes alternatives pour améliorer l'apport sanguin au coeur lorsque les artères sont rétrécies:

Traitement médicamenteux (par exemple, bêta-bloquants, statines); L'angioplastie coronaire est une méthode de traitement non chirurgicale, lorsqu'un ballon spécial est amené sur le site de constriction qui, une fois gonflé, ouvre le canal rétréci; Stenting - un tube en métal est inséré dans le vaisseau affecté, ce qui augmente sa lumière. Le choix de la méthode dépend de l'état des artères coronaires. Mais dans certains cas, il est montré exclusivement AKSH.

L'intervention est réalisée sous anesthésie générale à cœur ouvert, sa durée dépend de la complexité et peut durer de trois à six heures. L'équipe chirurgicale n'effectue généralement qu'une seule opération de ce type par jour.

Il existe 3 types de pontage coronarien:

Avec la connexion de l'appareil IR (circulation sanguine artificielle). Dans ce cas, le coeur du patient est arrêté. Sans IC sur un cœur actif - cette méthode réduit le risque de complications, réduit la durée de l'opération et permet au patient de récupérer plus rapidement, mais nécessite beaucoup d'expérience du chirurgien. Technologie relativement nouvelle - accès peu invasif avec ou sans IR. Avantages: moins de perte de sang; réduire le nombre de complications infectieuses; réduction du temps d'hospitalisation à 5-10 jours; récupération plus rapide.

Toute chirurgie cardiaque implique un certain risque de complications. Mais grâce à des techniques de conduite bien développées, à des équipements modernes et à une large application pratique, AKSH affiche des taux de résultats positifs très élevés. Néanmoins, le pronostic dépend toujours des caractéristiques individuelles de la maladie et seul un spécialiste peut le faire.

Vidéo: animation du processus de dérivation du cœur (eng)

Après la chirurgie

Après avoir effectué un pontage coronarien, le patient est généralement placé en soins intensifs, où commence la récupération primaire de l’activité du muscle cardiaque et des poumons. Cette période peut durer jusqu'à dix jours. Il est nécessaire que le exploité à ce moment respiré correctement. En ce qui concerne la rééducation, la rééducation primaire est toujours effectuée à l'hôpital et les activités se poursuivent au centre de rééducation.

Les coutures sur la poitrine et à l'endroit où ils ont pris le matériel pour le shunt, ont été lavées avec des antiseptiques afin d'éviter la contamination et la suppuration. Ils sont enlevés en cas de guérison réussie des plaies vers le septième jour. Il y aura une sensation de brûlure et même de la douleur dans les plaies, mais au bout d'un moment cela passe. Après 1 à 2 semaines, lorsque les plaies cutanées guérissent un peu, le patient est autorisé à prendre une douche.

L’os du sternum guérit plus longtemps - jusqu’à quatre et parfois six mois. Pour accélérer ce processus, le sternum doit fournir du repos. Cela aidera à destiné à ce bandage thoracique. Au cours des 4 à 7 premières semaines, pour éviter la stase veineuse et prévenir la thrombose, portez des bas élastiques spéciaux et évitez également les efforts physiques excessifs.

En raison de la perte de sang au cours de la chirurgie, le patient peut développer une anémie mais ne nécessite aucun traitement particulier. Suffit de suivre un régime qui comprend des aliments riches en fer et après un mois, l'hémoglobine reviendra à la normale.

Après un PAC, le patient devra faire des efforts pour retrouver une respiration normale et éviter la pneumonie. Au début, il a besoin de faire des exercices de respiration qu'il avait appris avant l'opération.

C'est important! N'ayez pas peur de tousser après AKSH: la toux est une partie importante de la rééducation. Pour faciliter la toux, vous pouvez appuyer une balle ou des paumes sur votre poitrine. Accélère le processus de guérison des changements fréquents de la position du corps. Les médecins expliquent généralement quand et comment s'allonger.

La poursuite de la réadaptation se traduit par une augmentation progressive de l'activité physique. Après l'opération, le patient ne souffre plus d'angine de poitrine et on lui prescrit le régime moteur nécessaire. Initialement, il s'agit de parcourir des corridors d'hôpitaux sur de courtes distances (jusqu'à 1 km par jour), puis les charges augmentent progressivement et, au bout d'un moment, la plupart des restrictions sur le mode moteur sont levées.

Lorsque le patient quitte la clinique pour son rétablissement final, il est souhaitable qu’il soit envoyé dans un sanatorium. Et après un mois ou deux, le patient peut déjà retourner au travail.

Deux ou trois mois après la dérivation, vous pouvez effectuer un test de résistance qui vous permettra d’évaluer la perméabilité de nouvelles voies et de vérifier l’alimentation en oxygène du cœur. En l'absence de douleur et de modifications de l'ECG pendant le test, la récupération est considérée comme réussie.

Complications possibles de pontage aortique

Les complications après dérivation cardiaque sont assez rares et sont généralement associées à une inflammation ou à un gonflement. Encore moins souvent, le saignement d'une plaie s'ouvre. Les processus inflammatoires peuvent être accompagnés de fièvre, de faiblesse, de douleurs thoraciques, articulaires et de troubles du rythme cardiaque. Dans de rares cas, des saignements et des complications infectieuses sont possibles. Les inflammations peuvent être associées à une réaction auto-immune: le système immunitaire peut réagir à ses propres tissus.

Complications rares d'AKSH:

Non-fusion (fusion incomplète) du sternum; AVC Infarctus du myocarde; La thrombose; Cicatrices chéloïdes; Perte de mémoire; Insuffisance rénale; Douleur chronique dans la région où l'opération a été effectuée; Syndrome post-perfusion.

Heureusement, cela se produit assez rarement et le risque de telles complications dépend de l'état du patient avant l'opération. Afin de réduire les risques éventuels, le chirurgien évalue nécessairement, avant de réaliser un PAC, tous les facteurs susceptibles d’avoir une incidence défavorable sur le déroulement de l’opération ou de provoquer des complications du pontage coronarien. Les facteurs de risque incluent:

Le tabagisme L'hypodynamie; L'obésité; Insuffisance rénale; Haute pression; Taux de cholestérol élevé; Le diabète.

En outre, si le patient ne se conforme pas aux recommandations du médecin traitant ou arrête de prendre les mesures prescrites, les recommandations en matière de nutrition, d'exercice, etc., pendant la période de rétablissement, une nouvelle plaque peut se reproduire et bloquer le vaisseau (resténose). Habituellement, dans de tels cas, ils refusent d'effectuer une autre opération, mais ils peuvent effectuer le stentage de nouveaux rétrécissements.

Attention! Après la chirurgie, vous devez suivre un certain régime: réduisez la consommation de graisses, de sel et de sucre. Sinon, le risque de réapparition de la maladie est élevé.

Résultats du pontage coronarien

La création d'une nouvelle partie du vaisseau en cours de manœuvre modifie qualitativement l'état du patient. En raison de la normalisation du flux sanguin vers le myocarde, sa vie après un pontage cardiaque est améliorée:

Les attaques d'angine disparaissent; Réduction du risque de crise cardiaque; Amélioration de la condition physique; La capacité de travail est rétablie; Augmente la quantité sécuritaire d'activité physique; Le risque de mort subite est réduit et l'espérance de vie augmente. Les besoins en médicaments ne sont réduits qu'au minimum préventif.

En un mot, après un PAC, une vie normale devient accessible à une personne malade. Les examens des patients cardiocliniques confirment que la chirurgie de pontage les ramène à une vie bien remplie.

Selon les statistiques, presque tous les troubles disparaissent chez 50 à 70% des patients après la chirurgie, dans 10 à 30% des cas, l'état de ceux-ci s'est nettement amélioré. Une nouvelle occlusion vasculaire ne survient pas dans 85% des cas.

Bien entendu, tout patient qui décide de mener cette opération est principalement préoccupé par la question de combien de temps il vit après une chirurgie de pontage cardiaque. C'est une question plutôt compliquée, et aucun médecin ne prendra la liberté de garantir un terme spécifique. Le pronostic dépend de nombreux facteurs: l'état de santé général du patient, son mode de vie, son âge, la présence de mauvaises habitudes, etc. On peut dire que le shunt sert habituellement environ 10 ans et que sa durée de vie peut être plus longue chez les patients plus jeunes. Ensuite, une deuxième opération est effectuée.

C'est important! Après AKSH, il est nécessaire de renoncer à une aussi mauvaise habitude que de fumer. Le risque de retour de la maladie coronarienne chez le patient opéré augmente de nombreuses fois s'il continue à «se livrer» à la cigarette. Après l'opération, le patient n'a plus qu'un moyen: oublier de fumer pour toujours!

Qui est montré l'opération?

Si une intervention percutanée ne peut pas être réalisée, si l'angioplastie ou le stent échouent, un PAC est indiqué. Les principales indications du pontage coronarien:

Affection d'une partie ou de la totalité des artères coronaires; Le rétrécissement de la lumière de l'artère gauche.

La décision de l'opération est prise séparément dans chaque cas, en tenant compte de l'étendue de la lésion, de l'état du patient, des risques, etc.

Combien coûte un pontage cardiaque?

Le pontage coronarien est une méthode moderne de restauration du flux sanguin vers le muscle cardiaque. Cette opération est plutôt de haute technologie, son coût est donc assez élevé. Le coût de l'opération dépend de sa complexité, du nombre de shunts; l'état actuel du patient, le confort qu'il souhaite recevoir après l'opération. Le niveau de la clinique est un autre facteur qui détermine le coût de l'opération. Le pontage peut être pratiqué dans un hôpital de cardiologie conventionnelle ou dans une clinique privée spécialisée. Par exemple, le coût à Moscou varie entre 150 000 et 500 000 roubles, dans les cliniques allemandes et israéliennes - entre 0,8 et 1,5 million de roubles en moyenne.

Avis patients indépendants

Vadim, Astrakhan: «Après l’angiographie coronarienne à partir des mots du médecin, j’ai réalisé que je ne tiendrais pas pendant plus d’un mois. Naturellement, quand on m’a offert un PAC, je n’avais même pas pensé à le faire ou non. L'opération a eu lieu en juillet et si auparavant je ne pouvais absolument pas me passer de nitrospray, je ne l'avais jamais utilisée après le shunt. Un grand merci à l'équipe du centre cardiaque et à mon chirurgien!

Alexandra, Moscou: «Après l'opération, il a fallu un certain temps pour récupérer - cela ne se produit pas instantanément. Je ne peux pas dire qu'il y avait une douleur très forte, mais on m'a prescrit beaucoup d'antibiotiques. Au début, il était difficile de respirer, surtout la nuit, je devais dormir à moitié assis. Le mois était faible, mais elle s’est forcée à faire les cent pas, puis il s’est amélioré. La chose la plus importante qui a stimulé que la douleur derrière le sternum a immédiatement disparu. "

Ekaterina, Iekaterinbourg: «En 2008, le PAC a été réalisé gratuitement, car il a été déclaré l'année du cœur. En octobre, mon père (il avait alors 63 ans) a été opéré. Il l'a très bien transférée, a passé deux semaines à l'hôpital, puis a été envoyé dans un sanatorium pendant trois semaines. Je me suis souvenu qu'il avait été forcé de gonfler un ballon pour que ses poumons puissent fonctionner normalement. Jusqu'à présent, il se sent bien et comparé à ce qu'il était avant l'opération, il est excellent. "

Igor, Yaroslavl: «On m'a donné AKSH en septembre 2011. Ils l'ont fait sur un cœur en bon travail, ont placé deux navires de shunt au-dessus et le cœur n'a pas dû être retourné. Tout s'est bien passé, il n'y avait pas de douleur dans mon cœur, au début le sternum me faisait un peu mal. Je peux dire que plusieurs années ont passé et je me sens au même niveau que les personnes en bonne santé. C'est vrai, j'ai dû arrêter de fumer. "

Le pontage coronarien est une opération souvent vitale pour le patient; dans certains cas, seule une intervention chirurgicale peut prolonger la vie. Par conséquent, bien que le prix du pontage coronarien soit relativement élevé, il n’est pas comparable à la vie humaine inestimable. Effectuée à temps, l'opération aide à prévenir une crise cardiaque et ses conséquences et à reprendre une vie normale. Toutefois, cela ne signifie pas qu’après la répartition, vous pouvez à nouveau vous livrer à un excès. Au contraire, vous devrez reconsidérer votre style de vie - suivez un régime, bougez plus et oubliez les mauvaises habitudes pour toujours.

Reportage vidéo d'une opération de manœuvre sur le cœur qui travaille

Étape 1: payez la consultation en utilisant le formulaire → Étape 2: après le paiement, posez votre question dans le formulaire ci-dessous Étape 3: Vous pouvez en outre remercier le spécialiste avec un autre paiement d'un montant arbitraire.

Coronaropathie complications Complications possibles et conséquences à long terme du pontage coronarien

Malgré l'efficacité du pontage coronarien, prouvé par des années d'expérience clinique, il est associé, comme toute autre intervention médicale, au risque de développer certaines complications. Ces derniers comprennent saignements, thromboses veineuses profondes, troubles de la circulation cérébrale, infarctus du myocarde, fibrillation auriculaire, infection de la plaie chirurgicale, rétrécissement du shunt (en particulier en ce qui concerne l’utilisation d’autovènes), médiasthénite, incohérence des sutures, formation de cicatrices chéloïdes, douleur chronique dans le domaine de l'incision, etc.

L'incidence et la mortalité sont influencées par de nombreux facteurs, tels que le syndrome coronarien aigu récent, le dysfonctionnement ventriculaire gauche, l'hémodynamique instable, les lésions de l'artère coronaire gauche, l'angine de poitrine sévère et instable et l'athérosclérose des artères périphériques, notamment les carotides, qui aggravent considérablement le pronostic.. En outre, le type de shunt affecte les résultats de la chirurgie (le pontage mammococoronaire donne un meilleur pronostic à long terme) et la gravité de l'ischémie myocardique peropératoire.

Il convient de noter que le risque de développer des complications péri-opératoires est plus élevé chez les femmes, les personnes âgées, les patients atteints de diabète sucré, de maladies pulmonaires chroniques, d'insuffisance rénale chronique et de patients présentant une insuffisance de la coagulation sanguine. Les représentants du sexe faible ont une probabilité de décès plus élevée en raison de leur âge avancé pendant la période de pontage coronarien et du diamètre plus petit des artères coronaires. En raison du fait que le corps des femmes est plus petit que celui des hommes, leurs vaisseaux coronaires sont également plus petits. Ceci complique la mise en œuvre de cette opération, augmente sa durée et réduit la durée de vie de l'implant installé.

L’une des complications les plus graves du pontage coronarien est l’infarctus du myocarde périopératoire, en particulier en association avec une altération de l’hémodynamique et de l’arythmie, ou développé dans le contexte du dysfonctionnement ventriculaire gauche initial, qui altère considérablement le pronostic immédiat et à long terme. Le diagnostic d'une crise cardiaque est grandement entravé par les modifications non spécifiques de l'électrocardiogramme inhérentes à cette intervention et par l'augmentation postopératoire naturelle de l'activité des enzymes cardiaques (créatine phosphokinase, troponines).

En raison de la connexion du patient pendant l'opération à la machine cœur-poumon, un problème tel qu'une violation du système de coagulation du sang est possible, ce qui menace le développement d'un saignement. En plus de la destruction des plaquettes, la circulation extracorporelle provoque une fibrinolyse altérée et affecte négativement le mécanisme de coagulation interne. Les facteurs de risque de saignement comprennent l'âge avancé du patient, une petite surface corporelle, des opérations répétées, l'utilisation d'artères thoraciques internes pour la dérivation, la prescription d'agents antiplaquettaires (aspirine) et d'anticoagulants (héparine) au cours de la période préopératoire.

Afin de réduire le risque de complications au stade actuel, un certain nombre de mesures préventives sont impliquées, notamment l’identification des groupes à risque et la correction médicamenteuse de la pathologie de fond existante, ainsi que l’utilisation des technologies les plus modernes pour le pontage coronarien et la surveillance postopératoire minutieuse de l’état du patient. Afin d'améliorer les résultats à long terme du pontage coronarien et de prévenir la progression de la maladie coronarienne, il est conseillé aux patients de suivre un régime alimentaire faible en graisses animales, de ne pas négliger l'exercice, d'abandonner les mauvaises habitudes et de prendre des médicaments prescrits par un médecin.

(495) 506-61-01 - où il est préférable d'opérer sur les vaisseaux coronaires

DEMANDE À LA CLINIQUE

Important à savoir! Un outil efficace pour la normalisation du travail du cœur et le nettoyage des vaisseaux sanguins existe! Lire plus...

En pratique cardiaque, certains patients subissent un pontage coronarien. C'est une méthode chirurgicale de traitement, qui est souvent utilisée pour diverses maladies cardiaques (thrombose, infarctus du myocarde). Cette mesure radicale n’est organisée que dans les cas graves en l’absence d’effet du traitement conservateur.

La chirurgie

Le shunt est une manipulation effectuée dans le service de chirurgie dans lequel le flux sanguin dans les vaisseaux du cœur est rétabli. Pour cela, des shunts sont utilisés. Avec leur aide, il est possible de contourner la partie rétrécie du navire. Les vaisseaux sanguins de la personne (veine saphène ou artère thoracique interne) sont le plus souvent utilisés en dérivation. Dans la plupart des cas, une telle opération est organisée en présence d'une maladie coronarienne.

Cette maladie est causée par une circulation sanguine altérée dans les artères coronaires qui alimentent le cœur lui-même. Sur fond de manque d'oxygène se développe une ischémie. Cela se manifeste le plus souvent par une attaque d'angine de poitrine. Dans les cas plus graves, un infarctus aigu du myocarde se développe.

Contre-indications à l'opération

AKSH a ses propres indications et contre-indications. Il y a 3 lectures absolues pour lesquelles cette manipulation est effectuée:

rétrécissement de la lumière de l'artère coronaire gauche de plus de 50%; sténose totale des artères coronaires de plus de 70%; rétrécissement prononcé de l'artère interventriculaire dans la région proximale en association avec deux sténoses d'autres artères du cœur.

Il existe un certain nombre de conditions pathologiques dans lesquelles une dérivation est recommandée. Ce groupe comprend l'angine de poitrine sévère, non médicamenteuse, la coagulation du thrombus proximal de l'artère coronaire, l'angine de poitrine des 3e et 4e classes fonctionnelles, le syndrome coronaire aigu (angor instable), l'ischémie aiguë après angioplastie ou stent, l'infarctus du myocarde, la maladie cardiaque prononcée - test avant toute intervention chirurgicale, forme d'œdème pulmonaire ischémique.

Les indications incluent un rétrécissement du tronc de l'artère coronaire gauche de 50% ou plus, une lésion trivasculaire. Le shunt constitue souvent une mesure supplémentaire lors des interventions sur les valvules cardiaques, le défaut septal ventriculaire et l’anévrisme. La dérivation ne doit pas être réalisée avec une lésion totale de tous les vaisseaux coronaires, avec une diminution de l'émission sanguine du ventricule gauche à 30% ou moins et une insuffisance cardiaque congestive. Une telle opération est contre-indiquée dans les cas d'insuffisance rénale, de maladies pulmonaires graves et de pathologie oncologique. Il est dangereux de faire des manœuvres à un âge avancé.

Types et technologie de mise en œuvre

Il y a 4 types principaux d'AKSH:

par type de circulation sanguine artificielle; sans elle shunt sur le coeur, qui bat dans des conditions de circulation sanguine artificielle; shunt sur le fond de l'angine sévère, limitant l'activité humaine.

Pendant l'opération, des greffes naturelles et artificielles sont utilisées. Le shunt est une opération microchirurgicale, car le médecin travaille avec de petites artères d'un diamètre de 1-2 mm. La procédure nécessite l'utilisation de boucles binoculaires spéciales. Au lieu de cela, vous pouvez utiliser un microscope opératoire.

Une anesthésie générale est requise. Une anesthésie épidurale peut être nécessaire dans le cas d’un cœur rétréci. Assurez-vous de faire une incision dans le sternum et d'ouvrir le coffre. Cette procédure dure de 2 à 6 heures, en fonction du degré d'obstruction des artères coronaires. En parallèle, la greffe est prise.

Après cela, la canulation est effectuée et des shunts sont appliqués. Ne pas oublier les mesures de sécurité. Assurez-vous de prévenir les embolies. Lors du shunt, superposez d'abord les anastomoses distales puis proximales. Après la phase principale du travail, la circulation sanguine artificielle est désactivée. Ensuite, la décanulation est organisée.

L'incision dans le sternum est suturée. Tout le liquide est aspiré du sac péricardique. Le pontage coronarien nécessite le travail de toute une équipe de spécialistes (médecin, assistante, anesthésiste, infirmière). Manipuler sans circulation artificielle a ses avantages. Ceux-ci incluent la faible invasion des cellules sanguines, la durée plus courte de l'opération, le risque moins élevé de complications et la rééducation plus rapide du malade.

Période de récupération

Pendant un certain temps, les personnes ayant subi une manœuvre se trouvent dans l'unité de soins intensifs. Beaucoup d'entre eux sont connectés à un ventilateur. Cette période peut durer jusqu'à 10 jours. Toutes les activités de réadaptation sont divisées en primaire et secondaire. La rééducation primaire est organisée dans l'enceinte de l'hôpital.

Après une personne qui respire de manière autonome, des exercices de respiration sont nécessaires. C'est nécessaire pour prévenir la stagnation dans les poumons. Le traitement des plaies postopératoires est tout aussi important. Le traitement et l'habillage sont requis. Les blessures guérissent en 1-2 semaines. Les os du sternum grossissent ensemble pendant 4 à 6 mois.

Ils sont fixés avec des coutures spéciales en métal. Après la chirurgie, il est recommandé de porter un bandage. Il est interdit de se laver au cours des 2 premières semaines, car l’infection des plaies postopératoires est possible. La période de rééducation implique un régime. Cela est nécessaire car le shunt est caractérisé par une perte de sang assez importante. Avec le développement de l'anémie, le régime devrait être enrichi d'aliments riches en fer (viande, foie et autres sous-produits).

Tourmente douleur cardiaque?

«Comme il est facile de nettoyer les vaisseaux et d’éliminer les douleurs à la poitrine. Méthode éprouvée - écrivez la recette...! ”Lire plus >>

La prévention de la thrombose pulmonaire et de l’embolie pulmonaire est un aspect important de la période postopératoire.

Tous les opérateurs doivent porter des tricots de compression (bas élastiques). À l'étape suivante de la rééducation, il est nécessaire d'augmenter l'activité motrice. Il est recommandé aux patients de se rendre au sanatorium ou de se détendre à la mer. Après quelques mois, des tests de résistance sont effectués pour évaluer le fonctionnement du cœur et l'état du flux sanguin.

Des tests d’ergométrie ou de tapis de course sont organisés. Si vous ne suivez pas les recommandations du médecin dans la période postopératoire, une rechute est possible (apparition de nouvelles plaques athéroscléreuses et blocage des artères). La deuxième opération peut être contre-indiquée pour ces patients. En l'absence de symptômes d'angine de poitrine, une personne doit augmenter progressivement la charge motrice. Au début, il est recommandé de marcher jusqu’à 1000 m puis de l’augmenter. Après un pontage coronarien sur un cœur en travail, le risque de complications est moindre.

Comment et quand un pontage coronarien est-il pratiqué?

Complications possibles et pronostic

Le risque de complications après le shunt est faible. Certaines personnes développent une réponse inflammatoire en réponse à l'installation d'un shunt. Le système immunitaire peut réagir de cette manière, même si vous utilisez votre propre tissu comme shunt. Dans de rares cas, les complications suivantes sont observées:

accident vasculaire cérébral aigu (accident vasculaire cérébral); mauvaise fusion des os du sternum; développement de l'infarctus du myocarde; la formation de cicatrices chéloïdes; l'apparition de douleurs chroniques après la chirurgie; perte de mémoire; thrombose aiguë; thromboembolie; développement de l'insuffisance rénale.

Le développement de ces complications est déterminé par l'état de la personne avant l'opération. Avant la chirurgie, les facteurs de risque possibles doivent être évalués. Ceux-ci incluent la présence de comorbidités, le tabagisme, l'âge avancé, l'obésité, l'activité physique insuffisante, la présence de diabète, le degré d'hypertension artérielle. Les complications de la rechute se produisent souvent chez les personnes qui ne suivent pas le régime.

Comment et quand un pontage coronarien est-il pratiqué?

Après la manœuvre, il est nécessaire de limiter la consommation de sel de table, de desserts et d’aliments riches en graisses animales. Une intervention chirurgicale effectuée correctement contribue à réduire le risque de crise cardiaque, à se débarrasser de l'angine de poitrine, à normaliser le flux sanguin vers le cœur par des détours et à rétablir les performances. L'opération réduit le risque d'arrêt cardiaque soudain.

Plus de la moitié des symptômes opérés disparaissent. Les statistiques de mortalité confirment le besoin de manœuvres. Le pourcentage de décès ne dépasse pas 3%. Cela inclut la mortalité pendant la chirurgie et dans le mois qui suit. Les shunts servent en moyenne environ 10 ans. Après cette période, les symptômes peuvent réapparaître, ce qui explique les récidives de pontage coronarien.

Et un peu sur les secrets...

Avez-vous déjà souffert de douleurs au coeur? À en juger par le fait que vous lisiez cet article, la victoire n’était pas de votre côté. Et bien sûr, vous recherchez toujours un bon moyen de retrouver votre rythme cardiaque à la normale.

Lisez ensuite ce qu’Elena MALYSHEVA a dit à ce sujet dans son interview sur les méthodes naturelles de traitement du cœur et de nettoyage des vaisseaux.