Hypoplasie des artères connectives postérieures du cerveau

L'hypoplasie est un terme fondamental en anatomie pathologique, désignant le sous-développement des tissus d'un organe particulier ou de l'organisme entier, déterminé par des défauts lors de la maturation embryonnaire. Tout organe peut succomber à une hypoplasie: artères, cœur, cerveau, reins, testicules ou genoux.

Le sous-développement intra-utérin d'un organe fait référence à une altération de l'adaptation et de l'adaptation de l'organisme. Cette maladie est un processus irréversible. Concepts associés:

  1. L'aplasie est un degré extrême de sous-développement d'un organe qui apparaît chez le nouveau-né sous forme embryonnaire.
  2. La dysplasie est une formation anormale d'organe.

La maladie ne se manifeste pas toujours dès la naissance du bébé. Le sous-développement d'un organe, s'il est jumelé, peut être compensé par un autre organe. Par exemple, chaque rein est chargé à 10%. En cas d'hypoplasie d'un organe, l'autre rein sera chargé à 30-50%. Souvent, une malformation est détectée par hasard lors d'une étude planifiée.

Raisons

Les raisons suivantes y mènent:

  • Facteurs héréditaires. Par exemple, l'un des parents peut être porteur d'un gène récessif qui, dû aux mariages de sang, se manifeste chez un enfant. C'est typique des communautés fermées où l'inceste est permis. L'hypoplasie du cervelet due à la perturbation du gène VLDLR, qui se manifeste dans les cas de mélange sanguin lié, en est un exemple frappant.
  • Facteurs tératogènes: effets physiques, biologiques et chimiques sur le corps de la mère et de l'enfant. Par exemple, la neuroinfection, la vie dans des zones fortement irradiées, les médicaments qui n'ont pas passé le test de tératogénicité.
  • Blessures pendant la grossesse.
  • Toxicose de la mère.
  • Tabagisme, alcoolisme et toxicomanie des parents.
  • Quantité pathologiquement réduite de liquide amniotique.

Les symptômes

La spécificité des signes est déterminée par la localisation de l'hypoplasie.

Hypoplasie de l'artère cérébrale

Le sous-développement des artères cérébrales entraîne une diminution du débit sanguin en raison d'un rétrécissement de la lumière ou de l'absence de vaisseau sanguin. En raison du fait qu'un seul volume de circulation sanguine est réduit, l'apport en oxygène et en nutriments au cerveau diminue, ce qui entraîne les symptômes suivants:

  • fatigue constante;
  • maux de tête et vertiges;
  • changements soudains de la pression artérielle;
  • violation de l'état émotionnel: irritabilité, excitabilité, intolérance à la lumière ou au son;
  • détérioration des fonctions cognitives: diminution de l'intelligence générale, lenteur de la pensée, faible mémoire à court terme, troubles de la concentration;
  • L’hypoplasie vasculaire cérébrale peut provoquer une oligophrénie - l’arriération mentale innée de l’enfant, car pendant le développement fœtal, le cerveau du fœtus n’a pas reçu la quantité adéquate de sang et d’oxygène.

Hypoplasie des artères communicantes postérieures

Le sous-développement du navire conduit à:

  1. des vertiges et des nausées;
  2. paresthésies: engourdissements, fourmillements, sensation de chaleur dans les membres;
  3. diplopie - vision double;
  4. mauvaise coordination.

Hypoplasie de l'artère vertébrale droite

Une perturbation du développement de l'artère entraîne une insuffisance vertébrobasilaire. Tableau clinique:

  • l'apparition soudaine de vertiges, qui dure de quelques minutes à une heure; dans les cas graves, le patient commence à vomir, il transpire, son rythme cardiaque se brise et sa pression artérielle change; parfois le vertige conduit à l'évanouissement;
  • mal de tête, généralement localisé à l'arrière de la tête; douleur sourde et lancinante;
  • perte de vision à court terme; avant que les yeux n'apparaissent comme des mouches, il arrive parfois que les champs visuels latéraux se détachent;
  • diplopie;
  • perte auditive soudaine et aiguë; l'apparition d'acouphènes;
  • Syndrome psychasthénique: apathie, fatigue, perte d'intérêt pour le monde, irritabilité et fatigue;
  • si la maladie progresse, que des troubles de la parole et de l'audition apparaissent, la fonction de déglutition est perturbée;
  • une conséquence possible est un accident ischémique transitoire et un accident vasculaire cérébral ischémique.

Hypoplasie du sinus transverse gauche

Le tableau clinique de la maladie dépend du degré de sous-développement. Dans l'hypoplasie légère, il n'y a pas de symptôme. Si une hypoplasie est déjà visualisée en imagerie par résonance magnétique, elle peut se manifester par un début aigu de la maladie, des maux de tête nocturnes, des nausées et des vomissements. Une hypoplasie profonde peut provoquer une thrombose sinusale, un gonflement du nerf optique et une perte soudaine du champ visuel.

Hypoplasie de l'artère communicante postérieure droite

Ce vaisseau entre dans le cercle de Willis - une collection d’artères situées à la base du cerveau. Il fournit une compensation pour l'approvisionnement en sang au cas où les principaux vaisseaux artériels ne le feraient pas. L'anomalie de l'artère ne donne pas de symptômes, mais conduit à une asymétrie de l'apport sanguin. La connexion articulaire des artères agit comme une bouée de sauvetage lorsque le vaisseau principal ne fournit pas de sang au cerveau. Avec l'hypoplasie de cette ligne de vie, il n'y en a pas.

Hypoplasie du PA gauche du cerveau

La pathologie est caractérisée par la variabilité de l'état, mais a une racine commune de symptômes:

  • maux de tête graves dans la région occipitale, le plus souvent de nature palpitante;
  • étourdissements fréquents;
  • hypertension artérielle; sensation de pression dans la tête;
  • manque de coordination et compétences supérieures;
  • somnolence et léthargie;
  • paresthésie;
  • violation de la perception: illusions visuelles et auditives (distorsion de la perception d'objets et de phénomènes réels). Par exemple, sur des dessins de tapis, le patient regarde un monstre fantastique qui tente de le tuer.
  • troubles de l'émotion: irritabilité, instabilité de l'humeur;
  • troubles du sommeil;
  • douleur au cou

Diagnostic et traitement

Il existe plusieurs méthodes de recherche:

  1. L'angiographie cérébrale est la norme de référence dans le diagnostic des troubles du flux sanguin cérébral. En utilisant cette méthode, vous pouvez évaluer l'organisation vasculaire cérébrale complète. Cependant, l'angiographie cérébrale a des contre-indications.
  2. Doppler à ultrasons. L'approvisionnement en sang du cerveau dans les artères cérébrales antérieure, moyenne et postérieure est principalement évalué.
  3. Angiographie sélective. À cette fin, l'artère fémorale est perforée, un cathéter est inséré, qui est effectuée jusqu'aux vaisseaux cérébraux. Après cela, des agents contenant de l'iode sont injectés dans le sang et distribués le long des lits artériels. La neuro-imagerie décrit la représentation de l'iode dans les artères.
  4. Angiographie sur tomographie par ordinateur. L'agent radio-opaque est introduit pour la première fois. Sa distribution dans les artères et les sinus du cerveau est surveillée. Au bout d'un moment, le cerveau est scanné. En conséquence, le médecin recevra une série d’images montrant les vaisseaux cérébraux par sections.

L'hypoplasie est traitée de deux manières: une approche conservatrice et une opération. Dans le premier cas, des fonds sont prescrits au patient pour améliorer le flux sanguin et dilater les vaisseaux cérébraux. Après traitement, la douleur, les vertiges et les fonctions mentales supérieures sont rétablis.

La chirurgie est prescrite en cas d'échec du traitement conservateur. Le patient subit une chirurgie endovasculaire au cours de laquelle un dilatateur artificiel est inséré dans l'artère sous-développée, permettant au sang de s'écouler librement.

Hypoplasie / aplasie du sinus transverse / sigmoïde

L'hypoplasie et l'aplasie des sinus transverses / sigmoïdes à droite ou à gauche sont des signes fréquents pour lesquels on observe une diminution du signal de l'écoulement sur les veinogrammes IRM 2D ou une absence complète de l'aplasie.Ces types de sinus veineux sont des variantes normales de la structure anatomique.

Dans la plupart des cas, ces options ne devraient pas poser de difficultés en l'absence de données cliniques, en l'absence de modifications de la substance cérébrale du bassin correspondant et des caractéristiques normales du signal de résonance magnétique dans la région du sinus correspondant, il est à noter que les «anomalies» à gauche sont assez courantes.

Cependant, il y a parfois des situations qui confondent non seulement les débutants, mais aussi les experts avec un œil entraîné. Par exemple, avec des antécédents de maux de tête ipsilatéraux ou avec des antécédents de blessure, une hémorragie corticale peut être détectée au cours de l'étude, ce qui peut être une modification contusionnelle ou un infarctus veineux.

Certaines manifestations cliniques de l’hypertension veineuse intracrânienne avec aplasie unilatérale et hypoplasie du sigmoïde et des sinus transverses de la dure-mère. Gongalsky V.V. (2016) Affaires médicales. 5-6. P.77-81

Article original en PDF: en savoir plus

Le spectre des éventuelles manifestations cliniques concomitantes a été étudié chez 48 patients présentant des signes MR d’aplasie unilatérale ou de gopoplasie marquée des sinus transverses et sigmoïdes de la dure-mère du cerveau. Cette anomalie congénitale a été utilisée comme modèle clinique d'hypertension veineuse intracrânienne. L'état neurologique, les signes cliniques concomitants, les paramètres de laboratoire (y compris l'élimination de la thrombose) ont été pris en compte. La dynamique des ultrasons des indicateurs de débit sanguin cérébral dans divers bassins vasculaires cérébraux (y compris des indicateurs de la phase veineuse du débit sanguin dans les bassins veineux respectifs) a été suivie avant et après la correction non chirurgicale de la pression veineuse intracrânienne. Avec une insuffisance unilatérale du flux sanguin dans les sinus du cerveau, une instabilité de la pression artérielle a été observée (75,5%); dysfonctionnement vestibulaire (68,9%); céphalées, y compris unilatérales (64,4%); douleur dans la région occipitale (62,2%), congestion ou acouphènes combinée à une vestibulopathie (33,3%); douleur dans la région orbitale (28,8%); sensation de nausée dans la gorge (28,8%); changement de sensibilité dans les zones de Zelder (20%); signes d'insuffisance pyramidale unilatérale minimale (17,8%); vagotonie (6,7%). La plupart des signes cliniques énumérés ont été observés simultanément et avaient une tendance constante à régresser après une intensification du flux sanguin dans les bassins veineux profonds du cerveau. Une telle redistribution du flux veineux depuis son chemin «principal» (avec des signes d'insuffisance) vers le bassin veineux profond du cerveau est un facteur important pour compenser le flux sanguin cérébral.

Introduction La question de l'hypertension veineuse intracrânienne (VVG) est cliniquement significative en neurologie. D'après M. Ya Berdichevsky et al. [1], la cause de l'HVV est l'obstruction mécanique de la sortie veineuse de la cavité crânienne. Les données de la littérature et de nos études [1–3] montrent que les signes cliniques chez les patients présentant une altération de l'hémodynamique veineuse cérébrale sont divers, voire insuffisamment spécifiques dans certains cas [1].

On pense que les sinus de la dure-mère sont le principal collecteur veineux, fournissant le flux sanguin veineux sortant du cerveau, mais ils peuvent être bloqués en raison d'une thrombose du sinus [1]. L'anomalie congénitale du développement des sinus transverses et sigmoïdes de la dure-mère dans leur aplasie ou hypoplasie peut également altérer le flux sortant [5].

L'incohérence dans l'évaluation des causes et de la nature des manifestations cliniques concomitantes avec une augmentation de la pression veineuse intracrânienne nous a motivés à mener des études cliniques de recherche. Comme objet d'étude, nous avons choisi une catégorie de patients présentant une aplasie unilatérale congénitale ou une hypoplasie sévère des sinus principaux de la dure-mère. Selon l'opinion établie sur le rôle prépondérant des sinus de la dure-mère dans la circulation sanguine du sang [1], une aplasie unilatérale ou une goplasie des sinus devrait modifier de manière significative (entraver) la circulation veineuse. D'après F. Alper et al. [5], 24% de la population humaine sont porteurs d'une telle anomalie.

Le but de l’étude est d’étudier la gamme de symptômes cliniques possibles chez les patients atteints de VVG en raison d’une asymétrie congénitale de la section sinusale de la dure-mère.

Matériels et méthodes. Les résultats du matériel et de l'examen clinique de 48 personnes présentant des signes d'IRM indiquant un débit sanguin réduit ou absent dans les sinus du cerveau ont été analysés de manière sélective. L'échantillon comprenait des patients ayant subi une étude IRM au centre Meddiagnostika de 2006 à 2014. L'âge des patients était compris entre 10 et 71 ans. Les cinq premiers sujets ont été sélectionnés pour chaque année avec des signes IRM d'anomalies des sinus veineux du cerveau, qui ont été observés et traités au centre. En plus de l'IRM du cerveau dans les plans axial, sagittal et frontal des modes TI et TII, l'étude standard comprenait une reconstruction par résonance magnétique étendue des vaisseaux de la tête avec visualisation de la phase veineuse du flux sanguin cérébral. Les études ont été effectuées sur un appareil d’imagerie par résonance magnétique de type ouvert Aperto Eterna 0,4 T fabriqué par Hitachi Medical Corporation (Japon). Pour obtenir une image en trois dimensions des structures intracrâniennes veineuses de l'image, elle a été traitée à l'aide d'une séquence de contraste de phase 3D.

La partie clinique du travail comprenait une enquête, un examen, un examen de l’état neurologique, des tests de laboratoire (y compris pour exclure une thrombose du sinus), un scanner matériel des vaisseaux de la tête et du cou (Phillips HD11-XE) et une évaluation du débit sanguin veineux dans les bassins veineux principaux et profonds du cerveau. La dynamique des symptômes cliniques et la surveillance échographique à partir de l'état du flux sanguin veineux dans divers bassins veineux ont servi de critère pour la relation entre les symptômes étudiés et la VVG.

Exclus pathologie cardiologique et pulmonaire cliniquement significative. Les données ont été traitées à l'aide du logiciel statistique SPSS 10, utilisant les critères de Student et de Mann-Whitney. Résultats et discussion. La prise en compte de la phase veineuse du flux sanguin lors de la reconstruction des vaisseaux cérébraux par IRM a permis de vérifier les options de développement des sinus veineux transverses et sigmoïdes sous forme d'hypoplasie (Fig. 1) et d'aplasie complète (Fig. 2).

Fig. 1. IRM des vaisseaux cérébraux avec phase veineuse du flux sanguin cérébral. Hypoplasie des sinus veineux sigmoïdien et transversal gauche du cerveau. Diminution significative du débit sanguin dans les sinus sigmoïdiens et transverses gauches. Asymétrie du flux sanguin dans les veines jugulaires - 86 et 14%

Fig. 2. Imagerie par IRM des vaisseaux cérébraux avec phase sanguine veineuse du flux sanguin cérébral. Il n’ya pas de circulation sanguine dans les sinus sigmoïdiens et transverses gauches. Asymétrie du flux sanguin dans les veines jugulaires - 98 et 2% (aplasie des sinus)

Les signes cliniques associés chez les patients présentant une hypoplasie unilatérale et une aplasie des sinus veineux ont été analysés (Fig. 3). Les principaux étaient:

  • changements de la pression artérielle principalement avec une tendance à sa hausse (34 sur 48 sondés - 75,5%); cependant, seuls 3 patients ont déclaré une hypotension, 2 d'entre eux étaient âgés de 10 ans et présentaient une bradycardie, considérée et enregistrée comme une vagotonie;
  • vestibulopathie (68,9%), à laquelle le vertige était combiné avec le bruit dans les oreilles (tête), sensation de congestion dans les oreilles. Cliniquement, le dysfonctionnement de l’appareil vestibulaire a été vérifié sous la forme d’un vertige essentiellement non systémique, d’un léger degré d’instabilité à la position de Romberg, d’une incertitude ou de ratés lors de la réalisation du test du type doigt. Chez 2 patients du groupe plus âgé (73 et 74 ans), le vertige était systémique;
  • céphalées (incluant hémicrânie) chez 64,4% des patients;
  • douleur à la nuque - à 62,2%;
  • une congestion ou des acouphènes (des plaintes selon lesquelles la plupart des patients étaient associés à une vestibulopathie) sont survenus chez 33,3% des sujets;
  • douleur oculaire d'un ou des deux côtés, plus souvent en association avec une douleur à l'arrière de la tête (syndrome de Barre - Lye) chez 28,8% des patients;
  • épisodes de sensation de nodule dans la gorge, difficulté à avaler, engourdissement des lèvres, de la langue, nausée - dans 28,8% des cas;
  • changements asymétriques de sensibilité dans les zones de Zelder - chez 20% des sujets;
  • signes de lumière ou cachés, en règle générale, insuffisance unilatérale pyramidale et extrapyramidale - chez 17,8% des personnes;
  • bradycardie en tant que signe de vagotonie - à 6,7%.

Les patients examinés étaient ambulatoires, avec un dysfonctionnement cérébral minimal et sans déficit neurologique prononcé. De ce fait, les mesures thérapeutiques visant à intensifier le flux sanguin veineux avec son accélération dans les bassins veineux profonds ont obtenu un effet clinique positif. Certaines des affections, telles que la vestibulopathie, la céphalalgie, des douleurs à l'arrière de la tête, des douleurs dans les orbites et autres, ont régressé partiellement ou complètement. Dans le même temps, déterminé par sonographie statistiquement significatif (p 0,5).

Fig. 3. Fréquence des signes cliniques chez les patients présentant des signes IRM d'hypoplasie unilatérale et d'aplasie du sigmoïde et des sinus transverses du cerveau (expliquée dans le texte)

Nos précédentes études [2, 3] nous ont permis de déterminer certaines caractéristiques de l'écoulement veineux des veines profondes du cerveau avec diverses nosologies concomitantes. Cependant, les mécanismes de surcharge des bassins veineux, ainsi que le spectre des manifestations neurologiques secondaires, n'étaient pas clairs. Cette étude nous a permis d’énoncer l’un des types d’obstruction mécanique de l’écoulement veineux et de l’utiliser comme modèle clinique de VVG.

Il est apparu que, pour la régression de certains types de symptômes neurologiques secondaires avec IVH, il suffisait d'intensifier le flux sanguin dans les bassins veineux profonds et de soulager ainsi le «principal» canal de sortie de la cavité crânienne (les sinus de la dure-mère).

Les auteurs sont conscients que la taille de l'échantillon dans l'étude de dépistage menée et la profondeur de l'analyse des données ont permis de déterminer une tendance cliniquement importante, mais pas l'ensemble du spectre et la nature des manifestations de cette pathologie. Pour comprendre l'essence et les mécanismes de la nosologie décrite, il est nécessaire de poursuivre les études en cours.

Conclusions. Une aplasie ou hypoplasie unilatérale congénitale des sinus transverses et sigmoïdiens de la dure-mère du cerveau est une anomalie cliniquement significative qui contribue à la formation de VVG et à la symptomatologie qui l'accompagne. L'intensification volontaire du flux sanguin veineux dans les veines profondes du cerveau réduit l'HIV et favorise la régression des symptômes cliniques.

Références

  1. Berdichevsky M. Ya. Pathologie dyscirculatoire veineuse du cerveau. - M.: Medicine, 1989. - 224 p.
  2. Gongalsky V. V., Prokopovich E. V. Sur la possibilité de réguler le débit veineux des structures profondes du cerveau // Zh. Neurologie et psychiatrie. S.S. Korsakov. - 2005. - N ° 5. - Pages 62–63
  3. Gongalsky V. V., Prokopovich E. V. Le rôle de la grande veine cérébrale dans la régulation active du débit veineux // Lik. droit = ​​docteur. le deal - 2005. - N ° 3. - Pages 64–67.
  4. Ceinture. Encéphalopathie M. Venoz chez les patients présentant des lésions obstructives chroniques // Ukr. neurologique zhurn. - 2014. - N ° 1. - P. 101-106.
  5. Alper F., Kantarci M., Dane S. et al. Importance des asymétries anatomiques des sinus transverses: une étude vénographique par résonance magnétique // Cerebrovasc. Dis. - 2004. - Vol. 18. - P. 236-239.

Article original en PDF: en savoir plus

L'utilisation de l'IRM dans l'étude des veines cérébrales

IRM (examen des veines cérébrales)

Le rôle du trouble de la circulation veineuse dans l'origine et l'évolution des maladies vasculaires du cerveau est sous-estimé depuis longtemps. Ceci est dû aux difficultés existantes dans l'évaluation de la durée de vie de l'hémodynamique veineuse cérébrale utilisant les méthodes traditionnelles d'enregistrement du flux sanguin veineux dans les vaisseaux cérébraux, ainsi qu'à l'attention insuffisante des chercheurs à cette section de l'angiologie.

L’émergence de méthodes modernes de neuro-imagerie, notamment le diagnostic par IRM, a grandement facilité l’identification de telles maladies.

Prenons quelques exemples de processus pathologiques détectés par les diagnostics IRM utilisant la phlébographie de Mr.

THROMBOSE DES VEINES ET DES SINUS DU CERVEAU

La cause de la thrombose des veines et des sinus de la dure-mère peut être des lésions septiques, des lésions, une compression de la tumeur aux sinus, des lésions systémiques du tissu conjonctif.

En outre, une thrombose des sinus peut se développer en raison d'une thrombophlébite des extrémités ou de foyers inflammatoires dans le corps (après l'accouchement, après un avortement, dans le cadre de maladies infectieuses, ainsi que de maladies des oreilles et des sinus paranasaux).

Compte tenu de l'âge du patient, du degré de circulation collatérale et de la localisation du processus pathologique, les manifestations cliniques de la thrombose veineuse sont très variables et non spécifiques.

Il est très difficile de distinguer les manifestations cliniques typiques de la thrombose du sinus, mais les symptômes initiaux les plus fréquents sont les suivants:
1. mal de tête
2. gonflement de la tête du nerf optique (signe d'hypertension intracrânienne)
3. déficit neurologique focal
4. altération de la conscience (apparaissant en cas de lésion de la substance cérébrale sous forme d'œdème progressif, de crise cardiaque ou d'hémorragie).

Dans le cas d'une lésion des sinus, les symptômes cérébraux généraux dépendent de l'ampleur et du taux d'augmentation de la thrombose.

Les symptômes focaux se développent avec l’implication de la substance cérébrale dans le processus, c’est-à-dire avec le développement de l'infarctus veineux cortical. La déficience motrice corticale, les symptômes corticaux et les convulsions apparaissent, respectivement, la localisation du sinus affecté.

Quand un tableau clinique de thrombose des veines et des sinus du cerveau apparaît en IRM, il existe dans la plupart des cas des signes de zones étendues d'ischémie et d'hémorragie. Cependant, dans certains cas, en utilisant des méthodes classiques de neuroimagerie, il est impossible d'identifier les modifications du parenchyme cérébral.

La méthode de choix dans de tels cas est l'imagerie par résonance magnétique (IRM) du cerveau utilisant la phlébographie par résonance magnétique.

Thrombose du sinus transverse droit - sites hypointensifs pour T2 (désoxyhémoglobine intracellulaire).

La vénographie par résonance magnétique est nécessaire pour confirmer la thrombose veineuse des sinus et pour déterminer l'emplacement exact et l'étendue d'un caillot sanguin.

M. vénographie - l'absence de visualisation du flux sanguin dans le sinus transverse droit et la veine jugulaire.

IRM du cerveau: à droite (flèche verte) sur l'image pondérée en T2, on note le phénomène normal de «flux vide» du sinus sigmoïde droit et de la veine jugulaire. Sur la gauche (flèche orange), un signal anormalement élevé est observé, ce qui augmente le risque de thrombose. Pour confirmer la thrombose sinusale et déterminer de manière définitive la localisation et l'étendue de la thrombose, une IRM-vénographie est nécessaire.

M. vénographie: thrombose du sinus transverse gauche. Il y a une perte de signal IRM du sinus transversal gauche.
La présence de visualisation du sinus sur les données «brutes» ou IRM du cerveau confirme la thrombose sinusale et exclut son hypoplasie.

M. vénographie: thrombose du sinus transverse droit. Il y a une perte de signal IRM du sinus transversal droit.
La présence de visualisation du sinus sur les données «brutes» ou IRM du cerveau confirme la thrombose sinusienne et élimine son hypo et aplasie.

Thrombose du sinus transverse droit. L'absence du phénomène de «flux» du sinus transverse droit en IRM cérébrale. Le manque de visualisation du sinus transversal droit sur Mr-venography.

Comme mentionné ci-dessus, dans le cas d'un tableau clinique de thrombose veineuse cérébrale le long des veines et des sinus sur une IRM du cerveau, une zone d'ischémie et d'hémorragie est parfois trouvée.

IRM du cerveau: on note une association de vasogéniques (flèche orange), d'oedème cytotoxique et d'hémorragie (flèche verte). Cette image IRM, ainsi que l'emplacement de la zone pathologique dans la projection du lobe temporal, laisse à désirer sur le CMN veineux hémorragique dû à la thrombose veineuse de Labbe. Pour confirmer, il est nécessaire de procéder à une phlébographie ou à une IRM avec rehaussement de contraste.

STENOSES, ZONES D'EXPANSION PATHOLOGIQUE ET D'HYPOPLASE DES STRUCTURES VEINEUSES DU CERVEAU

ARM-image d'asymétrie prononcée du réseau veineux avec prédominance et dilatation légère des veines de l'hémisphère droit (sinus transverses, sinus sigmoïdes et veine jugulaire à droite); hypoplasie du sinus transverse et sigmoïde gauche. Zones uniques (2) de dilatation veineuse locale dans les régions parasagittales de l'hémisphère gauche, la grande veine cérébrale. La structure veineuse convolutée asymétrique, dilatée et prononcée des divisions extracrâniennes à droite.

ARM: signes de légère dilatation du sinus sagittal supérieur, de diminution locale du débit sanguin et de rétrécissement de la lumière des parties distales du sinus direct; asymétrie de la lumière des sinus transverses, des sinus sigmoïdes et des veines jugulaires internes.

MALFORMATIONS VASCULAIRES

1. Malformation veineuse (angiome veineux).

Il survient relativement souvent et n'est pas une vraie malformation, c'est plutôt une variante de la structure de la sortie veineuse.

Le cours est généralement asymptomatique. Rarement des convulsions.

Malformation veineuse. Scheme. Les petites veinules expansées sont définies comme un «parapluie», une «tête de méduse», se drainant dans une grande veine transcorticale, qui se jette à son tour dans le sinus sagittal supérieur.

a) T1 avec contraste intraveineux. Les flèches montrent des veines de matière blanche profondes dilatées se drainant dans la veine transcorticale dilatée;
b) La phlébographie avec contraste montre une dysplasie veineuse drainée dans la veine cérébrale interne dilatée. Malformation veineuse.

2. Malformation de la grande veine cérébrale (veines de Galen).

AVM situé au centre, drainant dans la veine de Galen, avec la formation de son expansion variqueuse. Chez le nouveau-né, des symptômes d'insuffisance cardiaque peuvent survenir en raison du volume important du flux sanguin shunt.

a) Malformation (dilatation variqueuse) de la veine de Galen, schéma.
b) le fléchissement T1 est déterminé par la veine de Galen dilatée (flèche ouverte), se drainant (flèche) dans le sinus sagittal;
c) reconstruction du volume MR.

APPLASIE DU SINUS TRANSVERSAL ET HYPLOPLASIE DU SINUS SIGUS À GAUCHE

Centre Fédéral de Neurochirurgie

CRÉER UN NOUVEAU MESSAGE.

Mais vous êtes un utilisateur non autorisé.

Si vous vous êtes inscrit plus tôt, connectez-vous (formulaire de connexion dans la partie supérieure droite du site). Si vous êtes ici pour la première fois, inscrivez-vous.

Si vous vous enregistrez, vous pouvez continuer à suivre les réponses à vos messages, poursuivre le dialogue sur des sujets intéressants avec d'autres utilisateurs et consultants. En outre, l’enregistrement vous permettra d’échanger en privé des consultants et d’autres utilisateurs du site.

Hypoplasie du sinus transverse gauche du cerveau

Consultation avec un neurologue

Bonne journée! Un neurologue m'a diagnostiqué une hypoplasie du sinus au cerveau de Porerekha gauche, des vaisseaux rétrécis sur le côté gauche, le médecin-neurologue a prescrit à la céraxone, Cinnarizine 2 fois et à Anvifen 10 fois par jour pendant 10 jours par rapport au début de la réception. moins alors, et au début j’avais de la fatigue chronique, de l’anxiété, des étourdissements constants, un engourdissement des extrémités, une augmentation constante de la pression, de l’apathie, de la nervosité, de l’irritabilité, une perception lente, une détérioration du pas Yati, troubles de la parole, après avoir pris le médicament presque tous sont revenus à la normale, mais il y a un malaise, toujours le matin, je reçois une lourdeur dans la tête et il est difficile de moteurs, qu'est-ce que cela veut dire ?? et comment continuer à prendre soin d'eux-mêmes, que faire ?? Âge du patient: 23 ans

Hypoplasie vasculaire cérébrale - symptômes de pathologie, BCA

Cette pathologie se manifeste par un sous-développement des vaisseaux qui nourrissent l'organe vital de la personne. Artères endommagées ont une forme défectueuse, tortuosité, et ne peuvent pas effectuer leurs tâches. Le plus souvent, l'hypoplasie est une anomalie congénitale qui se forme au stade de la création des artères vertébrales. Un enfant atteint de cette pathologie a un regard extrêmement douloureux.

Quelle est l'hypoplasie dangereuse des artères du cerveau

La classification de cette maladie met en évidence trois formes principales d'hypoplasie:

  • Artère vertébrale droite;
  • Gauche;
  • Basilar.

Normalement, ces autoroutes alimentent la majeure partie du cerveau. Leurs dommages portent gravement atteinte au système nerveux et à la santé en général. Les violations de la structure de la paroi vasculaire ne permettent pas au cerveau d'obtenir les substances nécessaires dans un volume suffisant. Les composés oxygénés et nutritifs n'atteignent pas leur destination. Le cerveau meurt de faim. Le défaut de la paroi vasculaire est lourd de risque d'anévrisme ou d'accident vasculaire cérébral.

Par conséquent, une telle condition pathologique est considérée comme extrêmement dangereuse pour la vie humaine. En raison de la gravité des conséquences, l’hypoplasie des artères cérébrales fait l’objet d’une attention particulière dans la pratique neurochirurgicale et neurologique. L'aplasie est une condition extrême dans le développement des vaisseaux sanguins. Il s’agit d’un défaut dans lequel les artères brachio-céphaliques (BCA) sont absentes à la naissance.

La structure de l'artère vertébrale

Ces vaisseaux jouent un rôle important dans l’alimentation du cerveau. Surtout activement, ils en fournissent les parties postérieures avec les substances nécessaires - le lobe cervelet et les lobes occipitaux, en partie les lobes temporaux, l'hypothalamus et le tronc. Ces artères fournissent au cerveau environ 30% de tout le sang entrant.

Le ventricule gauche du cœur donne naissance à l'aorte - la plus grande et la plus grande artère du corps humain. Le tronc brachio-céphalique, qui est le précurseur du vaisseau sous-clavier, s'en écarte. Et il a à son tour deux grandes branches - PA droite et gauche. En diamètre, un tel vaisseau atteint environ 2 à 4 mm.

Les vertèbres cervicales forment un canal étroit, qui sert de réceptacle à l'AP et le porte au cerveau. L'artère vertébrale va à côté de la veine du même nom. Ces vaisseaux pénètrent dans le canal au niveau 6 de la vertèbre cervicale et sortent au niveau 1. Le grand foramen occipital conduit le vaisseau à la cavité crânienne. En approchant de la base du cerveau, les AP droite et gauche se confondent en un primaire commun - le basilaire.

Ce vaisseau se ramifie également en deux - le cerveau arrière. Les artères basilaires et vertébrales forment un seul système - vertébrobasilaire. Il a de courtes branches qui pénètrent dans la cavité cérébrale, ainsi que de longues, l'enveloppant. Le cervelet est alimenté par les mêmes vaisseaux - inférieur antérieur, postérieur et supérieur.

Hypoplasie de l'artère vertébrale gauche

La pathologie vasculaire cérébrale peut s'étendre à l'un et à l'autre. En cas d'hypoplasie gauche, les symptômes n'apparaissent pas immédiatement. La pathologie des vaisseaux cérébraux est compensée à long terme par les mécanismes du corps. Par conséquent, le dysfonctionnement artériel se produit lentement, ce qui se manifeste par une difficulté en nutriments, une stagnation du sang, une ischémie.

La symptomatologie prend de l'ampleur avec les modifications des tissus et des organes liées à l'âge. Le signe principal d’endommagement de cette branche de l’AP est la douleur, qui se propage dans la colonne cervicale. En essayant de compenser la réduction du flux sanguin, le corps crée une anastomose - une anastomose vasculaire. Cela permet au sang de contourner la voie principale affectée par l'hypoplasie. Le changement d’état pour le pire entraîne généralement une diminution des capacités fonctionnelles de la fistule. La compensation échoue.

Hypoplasie de l'artère vertébrale droite

Les anomalies intra-utérines sont souvent à l'origine de la structure défectueuse de la deuxième branche de l'AP. Leur apparition peut déclencher les facteurs suivants affectant la femme enceinte:

  • Blessures et ecchymoses;
  • Irradiation;
  • Exposition prolongée au soleil;
  • Alcool et nicotine;
  • Infection par le virus de la grippe ou de la rubéole.

Les signes de maladie dépassent généralement une personne à l'âge adulte. L'intensité gagne:

  • Maux de tête;
  • Hypertension artérielle - hypertension;
  • Somnolence;
  • Faiblesse émotionnelle avec des sautes d'humeur fréquentes, la léthargie;
  • Échec vestibulaire;
  • Sensibilité réduite.

Artère basilaire

En fusionnant, deux AP forment un seul vaisseau sur la base du cerveau, alimentant en sang tout le système nerveux central. Il transporte de l'oxygène et d'importants composés nutritifs vers les lobes occipitaux, le cervelet et le tronc, les structures cérébrales les plus importantes. L'artère basilaire est divisée en plusieurs vaisseaux.

Comme un arbre, ils permettent à de nombreuses branches d’éléments importants du système nerveux central. Les artères cérébrales postérieures alimentent les lobes temporaux et occipitaux. L'organe vestibulaire cérébelleux supérieur et antérieur, respectivement. Des vaisseaux paramédiaux et annulaires supplémentaires fournissent des nutriments pour les voies et les noyaux profonds. Le pont de Pons fournit du sang à l'artère du même nom.

15% des personnes ont un vaisseau basilaire avec une autre branche - l’auditoire interne et le labyrinthe.

Maladie du sinus transverse droit

Le sinus s'appelle le flux veineux. À la base, c'est un collecteur qui relie les vaisseaux internes du cerveau à ceux externes. La transversale droite assure l'absorption inverse du LCR. Du collecteur, le courant de sang afflue dans les veines jugulaires, puis se déplace dans l'espace intracrânien.

La maladie du sinus transverse droit entraîne une diminution de la lumière veineuse. Une telle condition peut entraîner une menace directe d'infarctus cérébral hémorragique. Lorsque l'hypoplasie du sinus gauche survient souvent des complications ophtalmiques. Le drain veineux, situé symétriquement à droite, provoque une violation de la tête du nerf optique. Le patient a tendance à se plaindre de douleurs à la tête et de vertiges, de fatigue.

Causes de la pathologie

De nombreux facteurs peuvent déclencher le processus d'hypoplasie. Ceux-ci incluent les suivants:

  • Infection fœtale dans le développement prénatal;
  • Abus d'alcool, nicotine, drogues, drogues par une femme pendant la grossesse;
  • Intoxication du corps de la femme enceinte pendant la période de gestation;
  • Prédisposition héréditaire à la pathologie vasculaire.

Le mode de vie pendant la grossesse, comme indiqué ci-dessus, est inacceptable. Certains cas suggèrent que ces facteurs ne sont pas nécessaires à la survenue d'une hypoplasie. Il peut commencer spontanément par lui-même, quelle que soit la cause prédisposante, même chez le nouveau-né. Les états provoquants qui accélèrent l'apparition de l'hypoplasie sont les suivants:

  • Subluxation de la vertèbre cervicale;
  • Spondylolisthésis conduisant à une déformation du canal rachidien;
  • Ostéochondrose, dans laquelle la prolifération osseuse serre les artères;
  • L'ossification, qui affecte la membrane vertébrale;
  • Thrombose du vaisseau anormal interne;
  • Changements athérosclérotiques.

Pathologie des vaisseaux cérébraux et symptômes

Le tableau clinique de cette maladie est très riche. Il peut être varié et différent chez les patients. Tout dépendra du degré de sous-développement des vaisseaux cérébraux, ainsi que de l'intensité de la douleur. Dans certains cas, une personne n’apprend ses problèmes que lors d’une inspection de routine, sans aucun signe avant-coureur.

À cet égard, le tableau symptomatique de la maladie est ambigu. Et ses manifestations peuvent être des signes de nombreuses autres conditions pathologiques. Les symptômes les plus courants de l'hypoplasie sont:

  • Vertiges répétitifs;
  • Intensité variable des maux de tête;
  • Troubles vestibulaires;
  • Sensibilité diminuée ou altérée;
  • L'hypertension;
  • Déséquilibre émotionnel.

Diagnostics

Il est extrêmement difficile d’attraper une hypoplasie à un stade précoce de développement. Par conséquent, il est important que tous les symptômes suspects consultent un médecin. En plus d'examiner et de recueillir les plaintes, le médecin vous prescrira un examen instrumental. Les principales méthodes de diagnostic sont les suivantes:

  • L'échographie des vaisseaux de l'ABC dans le cerveau en mettant l'accent sur l'angioscanning duplex, dans lequel l'artère vertébrale est fixée, évalue son type et son diamètre, l'intensité du flux sanguin;
  • Résonance magnétique ou tomodensitométrie (IRM, CT) avec contraste;
  • Angiographie, qui permet de voir la particularité du parcours et la structure anatomique du vaisseau, ses connexions.

Traitement

En fonction de la nature et du stade du processus, l'effet thérapeutique variera. Les patients peuvent être assignés à:

  • Des médicaments;
  • Intervention chirurgicale.

En tant que traitement supplémentaire utilisant la médecine traditionnelle. La thérapie de base, basée sur des médicaments, consiste à prescrire des médicaments qui améliorent les propriétés du sang, les processus métaboliques dans le tissu cérébral, les hormones et l’approvisionnement en sang lui-même. Prendre de tels médicaments n'élimine pas le problème, n'élimine pas l'hypoplasie, mais protège l'organe vital de l'ischémie.

Le groupe de ces fonds comprend:

Ces médicaments ont un prix raisonnable et de bonnes critiques. La chirurgie est indiquée en cas d'urgence, lorsqu'il est impossible de normaliser le flux sanguin vers le cerveau. De nos jours, les techniques endovasculaires sont répandues. Grâce à cette manipulation, un stent, également connu sous le nom de dilatateur spécial, est introduit dans l'artère étranglée défectueuse.

Le diamètre du vaisseau augmente et le flux sanguin normal est rétabli. Les moyens de la médecine traditionnelle complètent la base. Être traité exclusivement par ces méthodes est dangereux. Leur utilisation ne devrait pas être faite avec emphase. Ils ne peuvent pas éliminer l'hypoplasie, mais ils peuvent améliorer la santé du patient. Ces recettes incluent l'utilisation de:

  • L'huile d'olive, qui est recommandé de boire trois cuillères par jour;
  • Le miel, qui est mélangé avec du jus de citron ou de l'huile végétale;
  • Jus de pomme de terre;
  • Sperme aneth;
  • Ail aux zestes de citron;
  • Bouillon de citron.

Parmi les autres méthodes de traitement mérite l'attention:

Effets de l'hypoplasie

L'évolution de la maladie et ses complications dans chaque cas sont individuelles. Parfois, le vaisseau défectueux ne se fait pas sentir toute ma vie, alors que les patients ne présentent pas de symptômes graves. Dans d'autres cas, l'hypoplasie des vaisseaux cérébraux se transforme en un test sérieux pour une personne et peut entraîner la mort ou une invalidité. Les conséquences de l'hypoplasie incluent:

  • Risque accru d'anévrisme et d'accident vasculaire cérébral;
  • L'hypertension;
  • Diminution du bien-être général avec une faiblesse grave.

La qualité de vie de ces patients en souffre constamment. Il n'y a pas de meilleur moyen d'aider que de consulter un médecin en temps opportun et de suivre toutes ses recommandations.

Quelle est l'hypoplasie des artères cérébrales dangereuse pour l'homme?

Les reportages sont toujours choqués par la nouvelle qu’au jeune âge, une personne est décédée des suites d’un accident vasculaire cérébral, alors qu’elle était en parfaite santé et qu’elle était forte. La raison du blocage soudain du navire est une diminution anormale de sa lumière. La raison en est non pas des plaques de cholestérol, mais une hypoplasie de l'artère cérébrale narr rétrécissement pathologique des vaisseaux céphalo-rachidiens ou des artères du cerveau. Le plus souvent, l'anomalie se trouve dans le vaisseau, entraînant la formation de sang dans le cerveau dans la moitié droite du corps. La maladie est observée chez 80% des personnes âgées, car des modifications des vaisseaux sanguins liées à l'âge s'ajoutent à l'anomalie congénitale. Hyperplasie de l'artère vertébrale droite: qu'est-ce que c'est et comment se manifeste-t-elle? Quand l'hypoplasie cérébrale entraîne-t-elle une sténose, augmentant ainsi le risque d'ischémie vasculaire et d'accident vasculaire cérébral? Quelle est la différence entre l'hypoplasie des artères vertébrales droite et gauche, des vaisseaux cérébraux? Comment l'hypoplasie des artères cérébrales se manifeste-t-elle?

Les vaisseaux vertébraux droit et gauche appartiennent au bassin sanguin vertébrobasilaire, qui assure le transfert de 15 à 30% du volume sanguin. Les 70–85% restants appartiennent à l'artère carotide. L’hypoplasie cérébrale ne nourrit pas complètement le sang de parties telles que le cervelet, le tronc et les lobes occipitaux. Cela conduit à une détérioration de la santé et au développement de maladies cardiovasculaires.

La structure de l'artère vertébrale

Les vaisseaux vertébraux, droit et gauche, traversent les processus transversaux de la vertèbre cervicale et pénètrent dans le crâne par le biais du foramen occipital. Là, ils sont reliés au canal basilaire, qui assure le transfert de 15 à 30% du volume sanguin. Puis, sous les hémisphères du cerveau, ils se ramifient, formant un cercle de Willis. Des artères principales du cerveau partent de nombreuses branches, alimentant toutes les parties du cerveau. Les veines jugulaires situées sur le cou tirent le sang de la tête.

Comment se manifeste la maladie

Cervelet

Les vaisseaux de la base du cerveau forment un cercle vicieux. Si une section a une lumière étroite ou un arrangement irrégulier, le cercle de Willis devient ouvert, menant au développement de diverses maladies mettant la vie en danger. L'hypoplasie des artères vertébrales ou de l'AP a un effet négatif sur l'alimentation du cervelet, elle présente les manifestations suivantes:

  • des vertiges se produisent;
  • la coordination des mouvements est perturbée;
  • l'écriture se dégrade;
  • la motricité fine (coudre des boutons, tricoter, modeler) en souffre.

Tronc cérébral

Dans le tronc cérébral se trouve le département responsable de la thermorégulation, du mouvement des muscles faciaux, du clignotement, des expressions faciales et de la déglutition d'aliments. L’hypoplasie de l’artère cérébrale, qui gêne l’apport sanguin normal au tronc, provoque des bourdonnements ou bourdonnements constants ou fréquents dans les oreilles, des évanouissements et des vertiges fréquents, des maux de tête, un ralentissement de la parole, la mimique ralentie, la déglutition difficile.

Lobes occipitaux

La pathologie des vaisseaux cérébraux alimentant les lobes occipitaux se manifeste par une nette détérioration de la vision, l'apparition d'un voile sous les yeux, des hallucinations.

Manifestations communes

L'hypoplasie cérébrale présente des symptômes communs: engourdissement du bras, sauts de pression artérielle, faiblesse des bras et des jambes. La migraine, dont l'étymologie n'est pas claire, des crises de panique soudaines qu'un psychothérapeute ne peut expliquer, une hypoplasie est souvent cachée derrière ces symptômes. C'est pourquoi, avec les manifestations ci-dessus, il est intéressant de se tourner immédiatement vers le thérapeute.

Causes de développement

L’hypoplasie de l’artère cérébrale a une nature d’origine congénitale, moins couramment acquise. Dans le premier cas, la lumière artérielle étroite est une conséquence de l’intoxication d’une femme pendant la grossesse. Le tabagisme et l’alcool, les maladies infectieuses (rubéole, grippe), les médicaments et les intoxications toxiques, ainsi que le stress et la dépression entraînent une mauvaise pose des vaisseaux vertébraux. Les symptômes d'hypoplasie de l'artère vertébrale droite sont souvent observés chez un bébé après l'enroulement du cordon ombilical autour du cou dans l'utérus, même si le problème est résolu à temps. Dans l'embryon et le nouveau-né, il est impossible de diagnostiquer une pathologie, elle se manifeste à l'âge adulte, plus souvent dans le contexte d'autres maladies cardiovasculaires.

Les troubles vasculaires acquis sont rares, uniquement à la suite de lésions mécaniques des vertèbres et de l’ostéochondrose de la colonne cervicale. Le rétrécissement de la lumière de l'artère carotide est caractéristique des lésions au cou associées à des lésions des vertèbres cervicales ou au port prolongé d'un fixateur spécial.

Hypoplasie de l'artère vertébrale gauche

L'hypoplasie de l'artère vertébrale droite est diagnostiquée plus souvent qu'une pathologie similaire de la voie vasculaire gauche. Une hypoplasie de l'artère vertébrale gauche est diagnostiquée chez 10 patients se plaignant chez le médecin. La pathologie réside dans le sous-développement ou le rétrécissement de la lumière à 1–1,5 mm (normalement, elle a un diamètre de 2–4,5 mm). La spécificité de l'hypoplasie du côté gauche est la stase sanguine dans le cou, qui provoque une douleur intense dans la région cervicale avec une forte augmentation de la pression.

Le vaisseau vertébral droit compense un faible débit sanguin et le problème n'apparaît que des années plus tard. Le diagnostic est également difficile et les symptômes assez communs qui caractérisent l'hypoplasie de l'artère vertébrale gauche. Somnolence, troubles de la coordination des mouvements, poussées de pression, céphalées, nausées sont similaires à la manifestation d'autres maladies, telles que la dystonie vasculaire (VVD), l'athérosclérose ou les tumeurs cérébrales.

L’hypoplasie de l’artère cérébrale ne met pas la vie en danger, mais nuit considérablement à la qualité de la vie. Après le diagnostic, on prescrit à la plupart des patients des vasodilatateurs qui augmentent la lumière de l'artère, normalisant ainsi le flux sanguin. Mais l'utilisation à long terme de vasodilatateurs (vasodilatateurs) entraîne des effets secondaires indésirables (tachycardie, transpiration, congestion nasale), de sorte que le traitement est effectué en cours. Si l'hypoplasie de l'artère vertébrale gauche est menacée d'un accident vasculaire cérébral ou d'une crise cardiaque, on prescrit au patient une angioplastie en injectant un tube en treillis métallique à l'endroit où la lumière est rétrécie, ce qui soutient les parois du vaisseau et assure un flux sanguin complet.

Hypoplasie de l'artère vertébrale droite

Les signes d'hypoplasie de l'artère vertébrale droite peuvent facilement être confondus avec l'indisposition et la fatigue habituelles, car ils s'apparentent à un trouble émotionnel. Le vaisseau vertébral gauche est 1,5 à 2 fois plus large que le droit. Ainsi, même en cas de rétrécissement de la lumière, l'anomalie n'est pas aussi perceptible. Pour cette raison, l'hypoplasie de l'artère vertébrale droite est beaucoup plus fréquente que celle des artères vertébrales gauches. La pathologie s'exprime principalement par la violation du fond émotionnel, car l'alimentation de la partie occipitale du cerveau responsable des émotions et de la vision est perturbée. Les signes caractéristiques d’un mauvais apport sanguin aux lobes occipitaux sont facilement confondus avec une dépression saisonnière: une insomnie déraisonnable cède le pas à la somnolence incontrôlable, à la dépendance météorologique, à l’apathie et à la léthargie.

L'hyperplasie de l'artère vertébrale droite est une pathologie congénitale et est rarement acquise. Dans certains cas, cela n’affecte pas la qualité de la vie, mais parfois, il pose de graves problèmes de santé. Souvent, les symptômes d'hypoplasie de l'artère vertébrale droite ressemblent aux symptômes d'une tumeur cérébrale:

  • le patient s'évanouit;
  • problèmes de coordination;
  • déséquilibre à court terme en sortant du lit.

Les médicaments vasodilatateurs utilisés dans l'hypoplasie artérielle du côté gauche ne sont pas utilisés dans le traitement de la pathologie du côté droit. Au lieu de cela, les médecins prescrivent des médicaments anticoagulants. L’hypoplasie de l’artère vertébrale droite est dangereuse car un thrombus formé dans la lumière étroite du vaisseau bloque le passage du sang et entraîne un accident vasculaire cérébral. Préparations Cardiomagnyl, Caviton, Ticlopidine, Warfarin résistent à la thrombose et contribuent à l'augmentation de l'élasticité des vaisseaux sanguins.

Lorsque l'artère vertébrale - basilaire est atteinte

Les vaisseaux vertébraux droit et gauche, pénétrant à l'intérieur du crâne, sont reliés à une seule artère. L'hypoplasie de l'artère vertébrale est la principale cause du rétrécissement de sa lumière. Elle conduit à l'apparition d'une maladie grave insu insuffisance vertébrale - basilaire. La pathologie a des conséquences graves et menace d'un AVC ischémique. Un thrombus qui recouvre complètement la lumière étroite conduit à l’arrêt du flux sanguin et des accidents vasculaires cérébraux.

L’hypoplasie de l’artère vertébrale se développe généralement dans le contexte de l’ostéochondrose cervicale. Il existe même un terme spécial «syndrome de la tour de Pise»: il s’agit des touristes qui visitent les lieux touristiques en jetant la tête vers l’arrière. Une compression de l'artère connective postérieure se produit et la personne présente les symptômes suivants:

  • vertige avec nausée;
  • engourdissement des bras et des jambes;
  • vision double;
  • violation de la coordination.

Le traitement du rétrécissement des vaisseaux vertébraux est effectué dans le service neurologique, car la maladie dans les cas avancés est fatale.

Maladie du sinus transverse droit

Le sinus transverse droit est un collecteur de veines qui relie les vaisseaux internes et externes du cerveau. Ils sont l'absorption inverse du liquide céphalo-rachidien à partir des cavités des méninges. Du sinus transverse, le sang pénètre dans les veines jugulaires qui drainent le sang de l'espace intracrânien. Une hypoplasie du sinus transverse droit entraîne une diminution de la lumière de la veine, ce qui constitue un risque d'infarctus cérébral hémorragique.
Maladie du sinus transverse gauche
L'hypoplasie du sinus transverse gauche complique la vision. Le sinus transversal gauche est situé symétriquement à droite dans le sillon transversal du crâne. En cas de violation de l'écoulement de sang, il y a un gonflement de la tête du nerf optique. Le patient se plaint de maux de tête, d’étourdissements et de fatigue, mais c’est une forte baisse de l’acuité visuelle qui indique que le patient a une hypoplasie du sinus transverse gauche.

Intracrânien en voie de disparition

Les vaisseaux intracrâniens sont situés dans la cavité des canaux du crâne et des os. Les vaisseaux et les artères du segment intracrânien comprennent toutes les artères cérébrales, les deux artères vertébrales, qui forment le cercle de Willis, ainsi que le vaisseau principal, appelé sinus direct. L’hypoplasie de l’artère vertébrale droite intracrânienne se manifeste par une douleur intense et des craquements lorsqu’on tourne le cou, une douleur dans les yeux, qui ressemble souvent aux symptômes de l’ostéochondrose cervicale. Au cours de la maladie, il se produit une compression des vaisseaux du cou, le patient manque de nutrition du cerveau. En plus du cours de thérapie vasculaire, on prescrit au patient un massage, une visite au cours de gymnastique thérapeutique. Le sport revêt une grande importance dans le traitement et la prévention de cette maladie.

Quand un enfant est malade

Chez les enfants, une hypoplasie du rein droit (ou gauche) est parfois diagnostiquée. C'est une pathologie congénitale qui n'est pas acquise. Elle se traduit par une réduction de la taille du corps en raison du nombre réduit de néphrons, cellules de construction des reins. Le corps ne cesse pas de fonctionner, mais son efficacité diminue. Le deuxième rein en bonne santé absorbe la majeure partie de la charge, sans que son état de santé en soit affecté. L'hypoplasie du rein droit est plus fréquente chez les filles que chez les garçons. Si la maladie est détectée, mais ne réduit pas la qualité de la vie, elle n’a pas besoin de traitement. Le sous-développement rénal bilatéral, qui entraîne une invalidité, est beaucoup plus dangereux.

Corpus callosum du cerveau

L'hypoplasie du corps calleux chez l'enfant est la maladie la plus dangereuse. Elle consiste en l'absence du corps calleux ─ le département dans lequel il existe une accumulation de fibres nerveuses qui assurent une interaction neurale entre les hémisphères droit et gauche du cerveau. Cette maladie n'est pas acquise, mais seulement congénitale. Il est diagnostiqué à la fois dans la période prénatale du développement et dans les 2 ans suivant le moment de la naissance. Dans 70 à 75% des cas, le sous-développement du corps calleux chez un enfant entraîne un handicap, une schizophrénie et des crises convulsives. Les causes de la maladie n'ont pas encore été élucidées, mais les facteurs toxiques incluent l'intoxication de la future mère pendant la grossesse.

Les conséquences

L'hypoplasie des artères cérébrales a des conséquences graves, voire mortelles. Les autres manifestations connexes de la maladie sont les suivantes:

  • augmente le risque d'anévrisme et d'AVC chez l'adulte;
  • l'hypertension se développe;
  • il y a des baisses de tension artérielle;
  • le bien-être général se dégrade;
  • la qualité de vie du patient en souffre.

Prévention de l'hypoplasie

L’hypoplasie de l’artère cérébrale étant congénitale, la prévention s’effectue pendant la période où une femme attend son bébé. Avant la grossesse, elle doit soigner les infections, éviter les intoxications, quitter une région peu favorable à l'environnement, se méfier des rayonnements ionisants, éviter les chutes et les blessures à l'abdomen pendant la grossesse et ne pas prendre de médicament sans consulter un médecin.

Il est également recommandé de traiter prophylactiquement les remèdes populaires susceptibles d'améliorer l'élasticité des vaisseaux sanguins. Chaque jour, vous devez consommer des aliments qui empêchent le développement de l’athérosclérose: huile d’olive, citron, tisane à la menthe, mélisse et aubépine. Régulièrement aller à la nature, purifier le corps des toxines, suivre un régime hypocalorique.