Essoufflement et palpitations

L'essoufflement et les palpitations sont deux symptômes qui peuvent indiquer à la fois des maladies graves et des déviations isolées de la santé. Il est très important de pouvoir déterminer de manière indépendante les causes de ces affections afin de pouvoir vous aider ou aider les autres à temps.

Avant de traiter de la cause de tels symptômes désagréables, il est nécessaire d’étudier la terminologie. La dyspnée est un sentiment qu’à chaque respiration, le corps ne peut pas avoir assez d’air. Cependant, les troubles du rythme cardiaque sont caractérisés par la présence de battements de cœur supplémentaires ou manqués, ainsi que par des bruits anormaux.

Devrais-je m'inquiéter s'il y a des symptômes désagréables?

Dans la plupart des cas, ces symptômes ne mettent pas la vie en danger et disparaissent rapidement sans intervention médicale supplémentaire. La déviation la plus courante et relativement sûre est lorsque le ventricule se contracte prématurément. Cela provoque un léger retard dans le coup suivant, ce qui est ressenti comme un "naufrage du coeur".

En règle générale, un essoufflement associé à un cœur en baisse survient après:

  • consommation d'alcool;
  • vécu une situation stressante;
  • effectuer des exercices lourds;
  • prendre une forte dose de caféine.

Maladies pouvant déclencher une dyspnée et un rythme cardiaque anormal

Si l'essoufflement s'accompagne d'un rythme cardiaque rapide (de 180 à 240 battements par minute) qui dure plusieurs heures, il est probable que la tachycardie supraventriculaire se développe. Cette condition nécessite des soins médicaux d'urgence. Avant de vous prescrire un traitement, le médecin vous fera un échocardiogramme et tentera également d'identifier les causes des symptômes associés. Voici les maladies les plus courantes dans lesquelles il y a des palpitations avec essoufflement.

Cardiopathie ischémique

Cette condition survient lorsque des plaques sont présentes dans les artères qui alimentent le cœur en sang. Cela conduit à un apport limité d'oxygène et de nutriments au muscle cardiaque. Autres symptômes typiques associés à la maladie coronarienne (sauf essoufflement et palpitations):

  • douleurs à la poitrine (angine de poitrine),
  • nausée
  • transpiration

Les symptômes ci-dessus peuvent survenir après un repas copieux, un effort physique ainsi qu'un long séjour dans des climats froids.

Traitement de la cardiopathie ischémique

Une fois le diagnostic confirmé par le médecin, le patient devra apporter des modifications fondamentales à son mode de vie et prendre le médicament prescrit. Pour le traitement à long terme des patients atteints de maladie coronarienne, les médicaments suivants sont prescrits:

  • L'aspirine est utilisée pour prévenir la formation de nouveaux caillots sanguins dans les artères du cœur. L'aspirine améliore également de manière significative la survie après une crise cardiaque.
  • Les bêta-bloquants sont des médicaments qui détendent les parois des vaisseaux sanguins et provoquent un ralentissement du rythme cardiaque. Cela améliore la circulation sanguine vers le coeur, réduit la pression artérielle, arrête les symptômes de l'angine.
  • Ranex est prescrit si les battements de cœur et l’essoufflement accompagnent le patient, même après un traitement par des bêta-bloquants. Le médicament supprime les symptômes dus à une augmentation significative du flux sanguin vers le cœur.

Arythmie

Un cœur en bonne santé travaille à un certain rythme. Si des faiblesses et des déviations du rythme cardiaque apparaissent avec un essoufflement, il est nécessaire de consulter de toute urgence un cardiologue. Si vous ignorez ces principaux signes d'arythmie relativement innocents, vous pouvez éprouver progressivement des vertiges, des évanouissements, de la fatigue et des douleurs à la poitrine.

Traitements d'arythmie

Selon la gravité de la dyspnée et d’autres symptômes, le cardiologue peut vous prescrire un médicament ou une intervention chirurgicale. Les médicaments anti-arythmiques constituent le premier traitement. Ils peuvent être regroupés en 4 classes principales.

Classe I: les bloqueurs des canaux sodiques (stabilisateurs de membrane) ralentissent la conductivité dans les tissus auriculaire et ventriculaire. Nommé pour supprimer les arythmies ventriculaires.

Classe II: bêta-bloquants - affectent principalement les nœuds sinusaux et auriculo-ventriculaires. Les médicaments de cette classe modifient la conductivité du myocarde et empêchent le développement de nouveau d'essoufflement et de battements de coeur irréguliers.

Classe III: bloqueurs des canaux potassiques: augmente la durée du potentiel d'action et supprime l'automatisme.

Classe IV: bloqueurs des canaux calciques: supprime les potentiels d'action, aide à réduire la vitesse d'automatisme, de conduction.

Si le traitement médicamenteux n'a pas donné de résultats positifs et que l'arythmie, accompagnée de dyspnée, réapparaît, un implant de défibrillateur cardiaque ou un stimulateur cardiaque est alors implanté.

Fibrillation auriculaire

Cette affection est un type d’arythmie cardiaque et est accompagnée des symptômes suivants:

  • faiblesse
  • manque d'air
  • malaise à la poitrine,
  • augmentation du rythme cardiaque.

Caractéristiques du traitement de la fibrillation auriculaire

En plus des médicaments ci-dessus, qui sont également utilisés pour traiter la fibrillation auriculaire, les médecins prescrivent des médicaments pour prévenir les accidents vasculaires cérébraux. Habituellement, en plus des médicaments antiarythmiques, des anticoagulants oraux sont prescrits (médicaments qui réduisent la coagulation du sang dans les artères, les veines et les vaisseaux menant au cœur).

Insuffisance cardiaque

Cette affection se caractérise par un travail inefficace du cœur, dans lequel le sang circule à très basse vitesse. Ceci, à son tour, entraîne d'autres complications dans les organes qui ne reçoivent pas assez de nutriments et d'oxygène pour un fonctionnement normal. La maladie peut survenir après une crise cardiaque, un diabète, une pyélonéphrite ou une hypertension. Le plus souvent, l'insuffisance cardiaque est accompagnée d'un manque d'air et d'un rythme cardiaque lent. En plus des symptômes ci-dessus, vous pouvez recevoir:

  • toux avec expectorations blanches;
  • faiblesse
  • des nausées;
  • douleurs à la poitrine;
  • prise de poids soudaine.

Comment traite-t-on l'insuffisance cardiaque?

En ce qui concerne le traitement médicamenteux, les inhibiteurs de l'ECA sont prescrits à la plupart des patients souffrant d'insuffisance cardiaque. Ces médicaments, comme les diurétiques, aident à prévenir l’accumulation de liquide et ont également un effet protecteur sur le muscle cardiaque.

Les bêta-bloquants (bisoprolol ou carvedilol) sont prescrits en plus des inhibiteurs de l'ECA pour une protection accrue du cœur. Cependant, il est parfois nécessaire de faire une pause dans la prise de médicaments, car les bêta-bloquants peuvent provoquer une aggravation des symptômes, en particulier lorsque l'effort physique est accru.

Prolapsus de la valve mitrale

Les valves dans le cœur sont importantes pour que le sang coule dans la bonne direction. Si l'une des valves est défectueuse, le sang commence à fuir dans la direction opposée, ce qui augmente considérablement la charge sur le muscle cardiaque. Cependant, les patients peuvent présenter ces symptômes:

  • faiblesse
  • vertige
  • pression thoracique.

Si ces signes sont ignorés, une insuffisance cardiaque peut alors se produire. Elle s'accompagne d'essoufflement, d'une prise de poids importante et d'un rythme cardiaque irrégulier.

Comment traite-t-on le prolapsus de la valve mitrale?

Le traitement médicamenteux vise principalement à minimiser les symptômes négatifs et à prévenir d'autres dommages à la valve. L'objectif secondaire est la prévention de l'endocardite infectieuse, des arythmies et de l'insuffisance cardiaque.

Les bêta-bloquants sont utilisés pour traiter les palpitations cardiaques et l'essoufflement en cas de valvule mitrale endommagée. Mais si, en plus des symptômes ci-dessus, le patient présente un flux sanguin inversé significatif, le médecin peut vous prescrire:

  1. Médicaments anticoagulants pour réduire le risque de caillots (surtout si le patient est atteint de fibrillation auriculaire).
  2. Digoxin, flekainid et procainamide pour égaliser la fréquence cardiaque.
  3. Diurétiques (diurétiques) pour éliminer l'excès de sodium et les fluides corporels.
  4. Vasodilatateurs pour dilater les vaisseaux sanguins et réduire la charge sur le cœur. Le plus souvent, les vasodilatateurs prescrivent le nitrosorbide et le dibazol.

Causes des palpitations et de l'essoufflement, non liées à une maladie cardiaque

Le plus souvent, un essoufflement avec un rythme cardiaque anormal provoque une maladie cardiaque, mais dans certains cas, les causes des symptômes désagréables sont moins évidentes.

Prise de médicaments

Les médicaments utilisés pour traiter l'asthme et les troubles de la thyroïde peuvent provoquer des palpitations cardiaques et un essoufflement. Surtout souvent, ces effets secondaires se produisent la nuit. Vous devez vous inscrire pour une consultation avec votre médecin afin qu'il vous prescrive un autre type de pilule avec moins d'effets secondaires. Mais en aucun cas, ne peut pas arrêter le médicament, ou trouver des analogues sur Internet.

Perturbations hormonales

La grossesse, la ménopause et des menstruations irrégulières peuvent provoquer une faiblesse inexpliquée, des palpitations cardiaques et un essoufflement. Les symptômes désagréables disparaissent dès que les niveaux d'hormones redeviennent normaux. Dans de rares cas, une hormonothérapie est prescrite.

Attaques de panique

Si l'essoufflement et les palpitations cardiaques sont accompagnés d'une anxiété sur fond de stress constant, une crise de panique peut survenir. Cette affection ne met pas la vie en danger et peut survenir périodiquement chez toute personne en bonne santé.

Mais si les attaques de panique se produisent régulièrement, alors vous devriez demander l'aide d'un psychothérapeute. Il suffit de suivre une thérapie cognitivo-comportementale au cours de laquelle le médecin, sous forme de persuasion, aidera à abandonner les pensées négatives ou à les remplacer par des pensées positives. Il existe également des techniques respiratoires spéciales qui permettront d’égaliser rapidement le rythme cardiaque et d’empêcher le développement d’un essoufflement. Dans les cas graves, le médecin peut vous prescrire des antidépresseurs qui régulent les niveaux de sérotonine.

Mode de vie malsain

Certains médecins pensent que la fatigue chronique, la consommation persistante de tabac, d'alcool ou de drogues (même les poumons) peuvent provoquer des palpitations cardiaques et un essoufflement. Il suffit d'abandonner les mauvaises habitudes - et les symptômes désagréables disparaîtront sans traitement supplémentaire.

Il faut se rappeler que, malgré le fait que ni la dyspnée ni les battements de cœur rapides ne constituent en eux-mêmes une menace directe pour la vie, ils peuvent constituer un signal alarmant. Les cas isolés d'essoufflement n'indiquent pas une maladie du corps, mais le manque constant d'air et des battements de coeur anormaux constituent une voie directe vers le bureau du médecin de famille. Seul un spécialiste peut identifier correctement la cause des symptômes désagréables, poser un diagnostic correct et prescrire un traitement pour améliorer la santé du patient.

Symptômes et premiers secours pour les arythmies cardiaques

Une personne ordinaire qui ne connaît pas le concept d'arythmie, ses symptômes, les particularités des premiers secours et du traitement, est souvent prise au dépourvu par une violation flagrante de la fréquence des contractions du muscle cardiaque, de l'apparition d'une gêne ou d'une douleur localisée à la poitrine. Bien sûr, dans de tels cas, un besoin urgent de consulter un médecin pour un soutien médical d'urgence. Cependant, un dicton populaire, qui a été opéré par les habitants de la Rome antique, dit: Celui qui est averti n'est plus sans armes. Par conséquent, les informations sur la manière de supprimer une arythmie à la maison ne seront certainement pas superflues.

L'arythmie cardiaque: qu'est-ce que c'est?

Normalement, le nombre de battements par minute du cœur d’une personne en bonne santé varie entre 60 et 90 battements. Les athlètes et les personnes âgées ont généralement un pouls rare, les enfants et les adolescents étant plus fréquents. La bradycardie est diagnostiquée dans les cas où la pulsation est inférieure à 60 battements par minute. Sous tachycardie, comprenez le rythme cardiaque de 100 battements et plus. La variété paroxystique se caractérise par un début d’attaque net et une fréquence cardiaque élevée de plus de 145 battements par minute. Pour établir la forme exacte de la pathologie, il est nécessaire de réaliser un ECG et de passer une série d'analyses supplémentaires.

La tachycardie est le plus souvent provoquée par:

  • maladie ischémique;
  • facteurs héréditaires;
  • dystrophie et autres anomalies du myocarde;
  • malformations cardiaques;
  • cardiomyopathie;
  • athérosclérose;
  • crise cardiaque.

Les violations de la fréquence des contractions du muscle cardiaque sont souvent dues à une intervention chirurgicale, à la consommation incontrôlée de produits pharmaceutiques, à des anomalies des systèmes endocrinien et nerveux, à un déséquilibre hormonal, à l'obésité et à diverses maladies des organes internes. Les personnes à haut risque sont régulièrement exposées à un stress physique ou mental, à l'abus d'alcool et de boissons à forte teneur en caféine.

Types d'arythmie, leurs symptômes et leurs signes

Les violations les plus courantes du fonctionnement automatique du nœud sinusal sont les suivantes:

  1. L'arythmie de type sinusale, qui est une insuffisance de la fréquence cardiaque et qui est principalement diagnostiquée chez les patients plus jeunes.
  2. Bradycardie Caractérisé en ralentissant le rythme du myocarde.
  3. Tachycardie (sinus), caractérisée par un rythme cardiaque rapide à partir de 100 battements par minute et plus. L'échec survient le plus souvent en raison d'une excitation émotionnelle ou d'un effort physique accru. Elle peut être déclenchée par une VSD, une anémie, une insuffisance cardiaque, une myocardite ou une thyréotoxicose.
  4. Dans le cas d'asystole auriculaire, le fonctionnement du nœud sinusal est presque complètement supprimé.

Avec la fibrillation auriculaire, considérée comme l’une des plus dangereuses, la fréquence cardiaque est irrégulière et la fréquence des battements varie de 110 à 160 battements par minute. Le scintillement se manifeste par une forme paroxystique ou prolongée, alors que le patient peut ne pas ressentir de gêne grave ou ne ressentir qu'une augmentation du rythme cardiaque. Des problèmes similaires accompagnent souvent une maladie ischémique, une thyréotoxicose ou des anomalies mitrales.

Les extrasystoles sont caractérisées par des contractions prématurées du muscle cardiaque, qui surviennent généralement chez les personnes qui ne se plaignent pas de leur propre santé. Dans de tels cas, la pathologie extrasystolique ne nécessite aucune mesure thérapeutique. Cependant, s'il est observé plus souvent plusieurs fois dans la minute, accompagné de vertiges, d'une perte de coordination et d'autres symptômes négatifs, vous devez contacter un cardiologue qualifié.

Un groupe séparé comprend les troubles d'origine neurogène. Dans de tels cas, le fonctionnement normal du cœur est entravé par le système nerveux agissant sur le muscle cardiaque dans un ordre divers: le nerf parasympathique (errant) dans un état de tonus accru a pour effet de ralentir le rythme et une augmentation du tonus du système nerveux sympathique conduit à des palpitations cardiaques. La raison de cet échec peut être un enthousiasme excessif pour les aliments gras et frits, l'alcool, ainsi que la consommation régulière de caféine, le tabagisme et un mode de vie sédentaire.

Il existe de nombreux types d’arythmies causées par diverses causes et présentant un certain nombre de caractéristiques distinctives. Les symptômes les plus courants sont:

  1. La tachycardie sinusale est caractérisée par une fréquence cardiaque rapide supérieure à 95-100 battements par minute. Chez la plupart des patients, il existe: une léthargie générale, l'apparition d'une dyspnée, une augmentation de la fréquence cardiaque et une condition «brisée».
  2. La tachycardie paroxystique se distingue par le bon rythme avec battement de coeur rapide de 130 battements par minute. Accompagné de mictions fréquentes, de douleurs à la poitrine, de transpiration accrue et d'évanouissements.
  3. La fibrillation auriculaire est diagnostiquée par un rythme cardiaque irrégulier et un taux de contraction de plus de 150 battements par minute. Il est considéré comme un signe de problèmes graves du système cardiovasculaire et peut être déclenché par divers défauts.
  4. En cas de blocus ou de flottement de divers départements, il y a une expansion des élèves et un arrêt temporaire de la respiration.

Outre les symptômes décrits ci-dessus, une crise d'arythmie s'accompagne le plus souvent d'une faiblesse générale et d'un syndrome de douleur oppressante située du côté gauche de la poitrine et qui «cède» au cou, à la mâchoire ou au bras. Les patients se plaignent souvent d'une anxiété accrue, allant parfois jusqu'à la panique. De nombreuses personnes ne ressentent pas l’attaque et l’échec du rythme ne se fait sentir qu’après la visite au cabinet du médecin et son examen diagnostique.

Si certains des symptômes de l'arythmie cardiaque ne posent pas de risque grave pour la santé et peuvent éventuellement disparaître d'eux-mêmes, alors d'autres ne font qu'aggraver la maladie qui les a causés et conduire à son développement rapide.

La myocardite est souvent un précurseur de la fibrillation auriculaire et des extrasystoles récurrentes peuvent conduire à un diagnostic d'insuffisance coronaire.

Premiers soins pour les arythmies à la maison: que faire?

Si l'attaque s'est produite pour la première fois, vous devez appeler une ambulance dès que possible car il est très difficile d'identifier vous-même un type d'arythmie. Aider à la maison en attendant un ambulancier implique les actions suivantes:

  1. Les premiers secours commencent par aérer la pièce. En cas de dyspnée, il est préférable de placer le patient en position semi-assise, de déboutonner les boutons de sa chemise ou de retirer les éléments du vêtement qui empêchent une respiration normale.
  2. Il est nécessaire de mesurer le pouls et la pression artérielle.
  3. Dans certains cas, un changement de position (passer de la position couchée à la position assise et vice versa) peut empêcher une attaque imminente.
  4. En prévision de l’équipe médicale d’urgence, il est possible d’utiliser les méthodes de thérapie manuelle comme étant les plus sûres. Toutes les quelques secondes, vous devez exercer une légère pression sur les paupières. En outre, le patient constitue un soutien émotionnel extrêmement important et la création d’une atmosphère de détente confortable.

Que faire avec les arythmies cardiaques? Prendre des médicaments avec des effets anti-arythmiques sans l'autorisation d'un médecin n'est pas recommandé. Dans les cas extrêmes, il est permis de boire une pilule "Valocordin" ("Corvalol") ou un autre sédatif, prescrit par un cardiologue. Les soins d'urgence pour la fibrillation auriculaire seront beaucoup plus efficaces si vous fournissez au médecin ces informations:

  1. Les données de mesure sur le pouls et le niveau de pression artérielle (en mm Hg) doivent être enregistrées quotidiennement dans un cahier séparé.
  2. Facteurs précédant le début d'une attaque (situations stressantes, consommation d'alcool, sevrage d'une drogue en particulier).
  3. Plaintes du patient avant et pendant l'attaque, en particulier après le rétablissement du rythme cardiaque.

Dans le cas d'un pouls fortement réduit, la tête du patient est projetée en arrière pour faciliter le flux d'oxygène. L'évanouissement nécessite une respiration artificielle ou un massage de la poitrine, qui devrait être pratiqué par une personne ayant une certaine formation. Cette technique est souvent utile: le visage du patient est placé sous un jet d’eau froide ou descendu dans un réservoir. Ainsi, vous pouvez obtenir une diminution réflexe de la fréquence des contractions du muscle cardiaque, ce qui vous permet d'arrêter l'attaque. En cas de bradycardie, il est conseillé au patient de se coucher afin que ses jambes soient au-dessus du niveau de la tête.

Si les premiers soins préhospitaliers pour les arythmies ne donnent pas de résultats positifs, il faut provoquer le réflexe nauséeux, irritant la région du larynx par les doigts. Grâce à cette stimulation, il est possible de stabiliser le rythme cardiaque même en l'absence de vomissements. En cas d’essoufflement ou de gonflement accompagnant souvent la fibrillation auriculaire, il est utile d’aider le patient à s’asseoir. Dans les situations critiques, lorsque la respiration ou le rythme cardiaque cesse, une réanimation cardiaque pulmonaire d'urgence est effectuée. Pour certains types d’arythmie, le traitement suivant est suggéré:

  1. Pour les extrasystoles, les préparations à base de potassium, les sédatifs et les médicaments contenant de l'atropine toxique sont principalement utilisés. Si les crises deviennent plus fréquentes - le patient doit être hospitalisé avec une injection intraveineuse de "lidocaïne" et un traitement intensif de la maladie qui a provoqué l'apparition d'arythmies.
  2. Dans le cas de la bradycardie sinusale, ils ont généralement recours à des vasodilatateurs tels qu'Actovegin et à la Zufilline. Avec des complications, le patient peut avoir besoin d'un stimulateur cardiaque.
  3. La tachycardie paroxystique nécessite un massage des globes oculaires, des vomissements artificiels et une pression sur l'abdomen. Si ces méthodes n'ont pas l'effet souhaité, le patient peut nécessiter une hospitalisation urgente.

Lorsque l’exacerbation de la fibrillation auriculaire abaisse le rythme ventriculaire, pour lequel on a eu recours à la thérapie par impulsions électriques, "Quinidine", "Digoxine", ainsi que des médicaments du groupe des anticoagulants (l’un des représentants les plus efficaces est le "Coumadin"). En cas d'asystolie, de flutter auriculaire et de ventricules, un massage cardiaque d'urgence, l'utilisation de chlorure de calcium, une injection de lidocaïne, une stimulation cardiaque temporaire ou une intervention chirurgicale sont souvent nécessaires.

Certains médicaments pour les arythmies, notamment les coagulants et d’autres médicaments puissants, entraînent un certain nombre d’effets secondaires graves, notamment l’apparition d’un saignement interne. Par conséquent, ils doivent être prescrits exclusivement par le médecin traitant, en fonction des résultats des analyses biochimiques, des examens par ultrasons et des caractéristiques individuelles du patient.

Recettes de médecine traditionnelle

Comment supprimer l'arythmie à la maison? Les recettes de médecine traditionnelle suivantes vous seront utiles, car elles vous permettront de vous débarrasser rapidement des symptômes désagréables, de stabiliser votre rythme cardiaque et d'augmenter le niveau de vos défenses naturelles:

  1. Le jus de radis, de carottes et de betteraves fraîchement pressé, mélangé dans des proportions égales, est pris quotidiennement dans la première moitié de la journée. L'utilisation régulière de cet outil améliore considérablement l'état général dans tous les types d'arythmie.
  2. L'écorce de citron avec les figues peut réduire l'intensité du rythme cardiaque.
  3. Une décoction de parties séchées de menthe poivrée est une recette très polyvalente, qui évite diverses formes de tachycardie. Buvez il est nécessaire tous les jours pendant une longue période peu avant le premier repas.

De bonnes propriétés thérapeutiques ont: rouge sang aubépine, légionnaire, jus de betterave avec adjonction de miel, calendula, mélisse, citron, valériane, cônes de houblon, romarin sauvage, digitale, bleuet et asperges. Pour les adultes et les enfants souffrant d'arythmie, il sera très utile de diversifier leur alimentation avec des aliments riches en magnésium et en potassium (bananes, sarrasin, farine d'avoine, fruits secs, pommes de terre nouvelles et noix). Manger de la nourriture est préférable, en la divisant en petites portions. Sinon, le débordement d'estomac provoque une irritation du nerf vague, qui exerce une pression directement sur le nœud sinusal.

Arythmie cardiaque

L'arythmie cardiaque est une perturbation du rythme cardiaque, caractérisée par un changement de fréquence, de régularité et de séquence des battements cardiaques résultant de la perturbation des fonctions essentielles du cœur: automatisme, excitabilité et conduction.

Causes de l'arythmie cardiaque

Les arythmies sont détectées lors de cardiopathies organiques: infarctus du myocarde, malformations cardiaques, etc., en violation du fonctionnement du système nerveux autonome, de modifications de l'équilibre eau-sel, d'intoxication. Des arythmies peuvent être observées même chez des personnes en bonne santé souffrant de surmenage prononcé, de rhume, après avoir pris des boissons alcoolisées.

De nombreuses arythmies cardiaques peuvent ne pas être ressenties par le patient et n'entraîner aucune conséquence (tachycardie sinusale, extrasystole auriculaire), et indiquent le plus souvent une pathologie extracardiaque (par exemple, une augmentation de la fonction thyroïdienne). Les plus dangereuses sont les tachycardies ventriculaires, qui peuvent être la cause directe de la mort subite cardiaque (dans 83% des cas). La bradycardie, notamment le blocus audiovisuel, est accompagnée d'une perte de conscience soudaine à court terme. Selon les statistiques, ils provoquent une mort subite cardiaque dans 17% des cas.

Ce qui fournit un rythme cardiaque normal

Le rythme normal est fourni par le système de conduction cardiaque. Il s'agit d'un réseau cohérent de «centrales» (nœuds) - des grappes de cellules hautement spécialisées capables de créer et de conduire des impulsions électriques le long de certains faisceaux et fibres, qui, à leur tour, provoquent une excitation et une contraction du muscle cardiaque (myocarde).

Bien que tous les éléments du système conducteur soient capables de générer des impulsions électriques, la centrale principale est un nœud sinusal situé dans la partie supérieure de l'oreillette droite. Il définit la fréquence cardiaque requise (au repos, 60 à 80 battements par minute, avec une activité physique - plus, pendant le sommeil - moins). Les impulsions, "nées" dans le nœud sinusal, se propagent dans toutes les directions, comme les rayons du soleil. Une partie des impulsions provoque une excitation et une contraction des oreillettes et l'autre, le long de voies spéciales du système de conduction, est envoyée au nœud auriculo-ventriculaire (le plus souvent, elles le disent au nœud AV), la "centrale" suivante. Dans le nœud AV, le mouvement de l'impulsion ralentit (les oreillettes devraient avoir le temps de se contracter et de dépasser le sang dans les ventricules). En outre, les impulsions se propagent dans le faisceau de His, qui est divisé en deux branches. Le faisceau droit du faisceau, à l’aide des fibres de Purkinje, conduit les impulsions au ventricule droit du cœur, respectivement du gauche au ventricule gauche, ce qui provoque leur excitation et leur contraction. C'est le moyen d'assurer le travail rythmique de notre cœur.

Deux problèmes peuvent survenir dans le fonctionnement du système de conduction cardiaque:

  1. violation de la formation d'une impulsion dans l'une des "centrales".
  2. violation de la conduite de l'impulsion dans l'une des sections du système décrit.

Dans les deux cas, la fonction du stimulateur principal est assumée par la «centrale électrique» suivante de la chaîne. Cependant, le rythme cardiaque diminue en même temps.

Ainsi, le système de conduction cardiaque offre une protection à plusieurs niveaux contre les arrêts cardiaques soudains. Mais les violations de son travail sont possibles. Ce sont eux qui conduisent à l'apparition d'arythmies.

Types d'arythmie

Les arythmies sont des arythmies cardiaques accompagnées de:

  • réduction (moins de 60 battements par minute).
  • augmenté (plus de 100 par minute).
  • ou rythme cardiaque irrégulier.

Une diminution de la fréquence cardiaque est appelée bradycardie (bradi - rare), une augmentation de la tachycardie (tahi - fréquent).

Il existe des dizaines de types d’arythmie. Ici, nous allons vous donner une idée des mécanismes les plus typiques et les plus communs. Ceux-ci comprennent:

1. principaux types de bradycardie:

2. rythme irrégulier:

3. Les principaux types de tachycardie:

  • Tachycardies supraventriculaires (supraventriculaires).
  • Fibrillation auriculaire (fibrillation auriculaire).
  • Tachycardie ventriculaire.

Selon l'emplacement du "foyer", les tachycardies sont divisées en supraventriculaire ou supraventriculaire (lorsqu'elles sont localisées dans les oreillettes ou dans les zones du noeud AV) et ventriculaire.

Selon la durée, les tachycardies sont divisées en paroxystiques et permanentes. La tachycardie paroxystique est une augmentation soudaine et brutale de la fréquence cardiaque, qui dure de quelques secondes à plusieurs jours, qui s’arrête aussi soudainement qu’elle commence (souvent sans intervention extérieure). Tachycardie constante - augmentation prolongée (plus de 6 mois) de la fréquence cardiaque, résistance au médicament et à l'électrothérapie (cardioversion électrique).

Le syndrome de faiblesse du nœud sinusal est causé par une altération de la formation d'impulsions dans le nœud sinusal ou par une altération de la conduction des impulsions à la sortie du nœud sinusal au contact du tissu auriculaire. Cette pathologie peut être accompagnée d’une bradycardie prolongée ou de pauses intermittentes dans l’activité cardiaque, dues au prétendu blocus sino-auriculaire.

La bradycardie sinusale peut être observée chez des personnes en bonne santé, bien entraînées ou être le signe du développement d'une pathologie. Par exemple, hypothyroïdie (réduction de la fonction thyroïdienne), augmentation de la pression intracrânienne, certaines maladies infectieuses (fièvre typhoïde), asthénie générale avec jeûne prolongé.

Le bloc auriculo-ventriculaire représente une violation de la "bande passante" du noeud AV. Avec le blocage AV du 1er degré, la conduction des impulsions à travers le noeud AV ralentit, le 2ème - seulement chaque seconde ou troisième impulsion venant du noeud sinusal s'étend jusqu'aux ventricules, avec le 3ème degré (blocage transversal complet) - conduction à travers l'AV -noeud complètement bloqué. Dans ce cas, l'arrêt cardiaque ne se produit pas, car le faisceau de His ou les structures sous-jacentes du système de conduction cardiaque «entre en jeu», mais cela s'accompagne d'un rythme cardiaque rare, environ 20 à 40 battements par minute.

Les extrasystoles sont des contractions prématurées du cœur (extra-over). Nous savons déjà que toutes les unités structurelles du système de conduction cardiaque sont capables de générer des impulsions électriques. Normalement, la "centrale" principale est le nœud sinusal, car il est capable de générer des impulsions avec la fréquence la plus élevée. Cependant, sous l’influence de divers facteurs (athérosclérose, intoxication et autres), une activité anormale (accrue) de l’une des structures du système de conduction cardiaque peut se produire, ce qui entraîne une contraction cardiaque extraordinaire, pouvant ensuite donner lieu à une pause compensatoire. C'est l'un des types d'arythmie les plus fréquents. Selon le lieu d'origine, les extrasystoles sont divisées en supraventriculaire (supraventriculaire) et ventriculaire. Les extrasystoles simples (jusqu'à 5 par minute) ne mettent pas la vie en danger, alors que les ventricules fréquents, en paires et en groupe sont un signe défavorable.

Tachycardies supraventriculaires (supraventriculaires). Ce type de tachycardie se caractérise par une augmentation du rythme allant jusqu'à 140–180 battements par minute, en raison des caractéristiques individuelles du nœud AV ou de l'activité pathologique (accrue) de l'une des parties du système de conduction cardiaque au niveau des oreillettes. Ce type de tachycardie comprend également le syndrome de Wolff-Parkinson-White (syndrome de WPW), en raison de la présence d'une voie supplémentaire innée. Dans cette pathologie, l'impulsion de l'oreillette via le nœud AV se propage vers les ventricules, mais, après leur excitation, immédiatement, via un chemin supplémentaire, retourne aux oreillettes, provoque leur excitation répétée, puis est acheminée vers les ventricules via le nœud AV. Le mouvement de l'impulsion peut se produire dans la direction opposée (jusqu'aux ventricules - par un chemin supplémentaire, jusqu'aux oreillettes par le nœud AV). Une telle circulation du pouls peut se produire indéfiniment et s'accompagner d'une fréquence cardiaque élevée (plus de 200 battements par minute).

La fibrillation auriculaire (fibrillation auriculaire) est la forme la plus courante d'arythmie supraventriculaire, caractérisée par la contraction chaotique de différentes fibres musculaires auriculaires à une fréquence de 400 à 600 par minute. Il est important de noter ici que le nœud AV dans le cœur remplit non seulement la fonction de «centrale électrique» et de «conducteur», mais également le rôle de filtre de la fréquence des impulsions envoyées aux ventricules (normalement, le nœud AV peut conduire jusqu'à 140-200 impulsions par minute). Par conséquent, avec la fibrillation auriculaire, seule une fraction de ces impulsions parvient aux ventricules et leur contraction se produit de manière chaotique, ressemblant à un clignotement (d'où le nom de fibrillation auriculaire). Le nœud sinusal perd en même temps sa fonction de stimulateur cardiaque.

La tachycardie ventriculaire est une perturbation du rythme du rythme grave, se manifestant par une contraction des ventricules cardiaques à une fréquence de 150 à 200 par minute. Dans ce cas, le «foyer» d'excitation est situé directement dans l'un des ventricules du cœur. À un jeune âge, cette arythmie est souvent causée par des modifications structurelles du ventricule droit; elle est plus fréquente chez les personnes âgées après un infarctus du myocarde. Le danger de ce trouble du rythme du rythme est déterminé par la forte probabilité de transition vers la fibrillation ventriculaire (scintillement) qui, sans assistance médicale urgente, peut entraîner la mort soudaine du patient. La sévérité de ces types d’arythmie est due à l’absence de réduction complète des ventricules cardiaques et, par conséquent, à un apport sanguin insuffisant aux organes vitaux (en premier lieu, le cerveau).

Bloc auriculo-ventriculaire

Qu'est-ce qu'un bloc auriculo-ventriculaire?

Le bloc auriculo-ventriculaire est une violation de la "bande passante" du noeud AV - qui constitue le "lien" entre les oreillettes et les ventricules. Dans le bloc AV du 1er étage, la conduction des impulsions à travers le noeud AV ralentit; avec le 2e étage, seules les deux ou trois impulsions du noeud sinusal sont conduites vers les ventricules, et dans le cas du bloc AV du 3ème degré (bloc transverse complet), la conduction du pouls des oreillettes aux ventricules s’arrête complètement. Dans ce cas, il n’ya pas d’arrêt cardiaque car, en tant que «centrale électrique» principale, le faisceau de His ou d’autres structures du système de conduction cardiaque entre en jeu. Ceci est accompagné d'une fréquence cardiaque rare, environ 20-40 battements par minute.

Quelles sont les manifestations cliniques du bloc auriculo-ventriculaire?

Avec ce type de conduction, les troubles du coeur sont généralement concernés:

  • faiblesse générale;
  • des vertiges;
  • essoufflement;
  • fatigue

Avec une bradycardie sévère apparaissent:

  • épisodes de noircissement dans les yeux;
  • une condition proche de la perte de conscience («Je veux attraper quelque chose pour ne pas tomber»).

ATTENTION! Les manifestations extrêmes de la bradycardie sont des poussées de perte de conscience à court terme (secondes) - "ont disparu, sont revenues à la vie, allongées sur le sol". Cela peut être précédé par une sensation de "bouffée de chaleur dans la tête".

Une perte de conscience prolongée (5 à 10 minutes ou plus) n’est pas caractéristique de la bradycardie.

Quelles sont les méthodes de diagnostic du bloc auriculo-ventriculaire?

Le diagnostic principal peut être la présence de manifestations cliniques d'une maladie cardiaque.

L'étape suivante consiste à enregistrer un électrocardiogramme.

Il est souvent nécessaire de procéder à un enregistrement électrocardiogramme (surveillance de Holter) 24 heures sur 24 tout au long du cycle de vie du patient. Il est possible que, pendant la surveillance quotidienne, l’arythmie ne soit pas enregistrée non plus. Dans ce cas, un test d'inclinaison est effectué.

Quels sont les traitements pour le bloc auriculo-ventriculaire?

L'implantation d'un stimulateur permanent est le seul traitement en cas de bradycardie sévère. Cet appareil restaure une fréquence cardiaque normale. Dans le même temps, le volume de sang fourni aux organes est normalisé et les symptômes de la bradycardie sont éliminés.

Les principales indications pour l'implantation d'un stimulateur permanent avec bloc auriculo-ventriculaire sont les suivantes:

  • la présence de manifestations cliniques de bradycardie (essoufflement, vertiges, évanouissements);
  • pause dans le travail du coeur pendant plus de 3 secondes.

Mort cardiaque subite

Qu'est-ce que la mort cardiaque subite?

Par mort cardiaque subite, on entend la mort naturelle due à une pathologie cardiaque, qui a été précédée d'une perte de conscience soudaine une heure après le début des symptômes aigus, moment où l'on peut avoir connaissance d'une maladie cardiaque antérieure, mais le moment et la méthode du début du décès sont inattendus.

Les maladies cardiovasculaires continuent d'être la principale cause de décès. Après l'infarctus du myocarde, la mort subite d'origine cardiaque est la deuxième cause de mortalité cardiovasculaire. Environ 83% des CBC sont associés à une cardiopathie ischémique, non diagnostiquée au moment du décès.

Quels sont les facteurs de risque de mort subite cardiaque?

Les facteurs de risque de MSC sont bien connus: antécédents d'épisode de MSC, tachycardie ventriculaire, infarctus du myocarde, coronaropathie, cas de MSC ou de mort subite inexpliquée dans la famille, diminution de la fonction ventriculaire gauche, cardiomyopathie coronaire, insuffisance cardiaque, insuffisance cardiaque, syndrome de Brugha et syndrome de QT prolongé, etc..

Chez les patients présentant un collapsus cardiovasculaire soudain au cours de l'enregistrement ECG, il a été montré que la fibrillation ventriculaire et la tachycardie ventriculaire étaient observées dans 75 à 80% des cas, tandis que la bradyarythmie semblait apporter une contribution mineure au développement de l'ARIA. Dans environ 5 à 10% des cas, la MCS survient sans maladie coronarienne ni insuffisance cardiaque congestive.

La fréquence d'ARIA, notée dans les pays occidentaux, est à peu près la même et varie de 0,36 à 1,28 pour 1000 habitants par an.

Quelles sont les méthodes pour prévenir la mort cardiaque subite?

Le traitement des patients souffrant d'arythmie ventriculaire vise à prévenir ou à arrêter les arythmies. Les options de traitement à ce jour comprennent:

  • traitement par médicaments antiarythmiques (AAP) de classe III;
  • ablation par radiofréquence des voies cardiaques;
  • implantation de défibrillateurs cardioverteurs implantables (ICD).

L'amiodarone et d'autres antiarythmiques de classe III ont pour rôle de prévenir l'apparition d'arythmies. Cependant, si une tachycardie ventriculaire en épisode ou une fibrillation ventriculaire se développent au cours de la période de PAA, le médicament ne peut pas arrêter l'arythmie. Seul un défibrillateur cardioverteur implanté ou l'utilisation d'un défibrillateur externe par des médecins en réanimation peut soulager la tachycardie mettant la vie en danger.

Ainsi, le seul traitement pouvant prévenir la mort subite du cœur dans les arythmies mettant en jeu le pronostic vital est la thérapie avec des défibrillateurs automatiques implantables. Il a été démontré que les DCI sont efficaces à 99% pour enrayer les arythmies mettant la vie en danger et, ainsi, pour prévenir la mort subite du cœur.

Il a été démontré que les DAI réduisent la mortalité globale (toutes causes confondues) de 31% chez les patients ayant eu un infarctus du myocarde et présentant une fraction d'éjection.

  • Maladies
  • Maladies cardiaques et vasculaires
  • Arythmie cardiaque
  • Symptômes, traitement et premiers secours pour les arythmies cardiaques

    Premiers secours: arythmie cardiaque, symptômes, traitement. De telles questions attirent souvent non seulement les malades, mais aussi leurs proches. L'arythmie cardiaque est une fréquence et un rythme cardiaque anormaux. Le muscle cardiaque assure la circulation du sang dans les vaisseaux, grâce auquel tous les organes du corps humain sont alimentés en nourriture et en oxygène. Le processus de circulation sanguine est dû aux impulsions électriques qui se produisent dans les ventricules cardiaques lors de la fermeture et de l’ouverture des cavités cardiaques. Au repos, le nombre de battements de coeur (pouls) d’une personne peut aller de 60 à 80 battements par minute. Pendant le sommeil, l'activité cardiaque diminue et au cours de l'exercice, au contraire, elle augmente. Dans l'oreillette droite se trouve le nœud sinusal, qui est un conducteur de signaux électriques. Si un dysfonctionnement survient dans un système établi du muscle cardiaque, une arythmie survient.

    L'arythmie peut être considérée comme une maladie distincte et indépendante ou comme un symptôme d'une maladie. Les causes de l'arythmie peuvent être:

    • épuisement nerveux, stress;
    • surmenage physique;
    • l'hypertension;
    • abus d'alcool;
    • perturbation endocrinienne;
    • maladies du système cardiovasculaire;
    • blessure à la tête;
    • maladies des glandes surrénales;
    • mode de vie sédentaire.
    1. 1. L'arythmie sinusale est exprimée par des intervalles de battement de coeur inégaux. Les réductions inégales associées au système respiratoire sont considérées comme la norme et se retrouvent souvent chez les jeunes. Mais parfois, une violation peut être due à un manque de magnésium, de potassium et de calcium. Les modifications de la composition électrolytique du sang ne permettent pas au muscle cardiaque de se détendre et de fonctionner pleinement. Dans certains cas, l'arythmie sinusale est associée à une maladie du foie, une pression artérielle élevée et un manque d'oxygène.
    2. 2. Extrasystoles - une violation du rythme cardiaque, dans ce cas, une contraction extraordinaire du cœur ou de ses chambres individuelles est observée. Il y a une forte poussée, une insuffisance cardiaque et un manque d'air. Des extrasystoles sont présentes dans les cardiopathies rhumatismales, les infarctus du myocarde, les insuffisances cardiaques chroniques, les maladies coronariennes.
    3. 3. La fibrillation auriculaire (fibrillation auriculaire) est caractérisée par une contraction fréquente et chaotique des oreillettes. Il y a une sensation désagréable dans le coeur et un essoufflement. La fibrillation auriculaire est observée dans les cardiopathies ischémiques, les cardiopathies mitrales, l’état contribue à la formation de caillots sanguins.
    4. 4. La bradycardie sinusale est caractérisée par un nombre réduit de battements de cœur, inférieurs à 60 battements par minute. Chez les personnes formées, la contraction du cœur peut atteindre jusqu'à 40-59 battements par minute. Chez une personne moyenne, un tel pouls est le symptôme d'une maladie: infarctus du myocarde, augmentation de la pression intracrânienne; hypothyroïdie - manque d'hormones thyroïdiennes; grippe, hépatite; intoxication chimique.
    5. 5. Tachycardie sinusale - maladie dans laquelle le nombre de battements cardiaques dépasse 100 battements par minute. La condition est associée à la fréquence de la respiration, le pouls s'accélère lors de l'expiration. La tachycardie sinusale peut être physiologique, par exemple chez les jeunes, les athlètes, les personnes atteintes de dystonie neurocirculaire et survient en réponse à l’exercice, au stress. Cette forme irrégulière de tachycardie ne nécessite aucun traitement. Les formes pathologiques de la tachycardie sinusale provoquent: une insuffisance circulatoire aiguë; dysfonctionnement thyroïdien; l'hypoxie; médicaments adrénergiques; l'hypovolémie; hypotension artérielle; diminution du volume sanguin circulant.
    6. 6. La tachycardie paroxystique se traduit par des crises cardiaques à une fréquence de 140 à 200 battements par minute. Cette forme de tachycardie est divisée en: formes auriculaire, auriculo-ventriculaire et ventriculaire. Causes: infarctus du myocarde; maladie cardiaque; cardiomyopathie; cardiopathie ischémique.
    7. 7. Bloc cardiaque - débit imputable à une impulsion électrique dans une section distincte du système conducteur. La condition est associée à tout dommage au muscle cardiaque. En fonction du développement et de la force du blocus, les éléments suivants sont séparés: blocus du premier degré - passage retardé des impulsions; blocus du deuxième degré - passage partiel et incomplet des impulsions; blocus du troisième degré - absence totale d'impulsions; le blocus peut être présent en permanence ou se produire à certains moments. Symptômes de l'arythmie: faiblesse, vertiges; anxiété; décoloration, battement du cœur; essoufflement, respiration intermittente; douleur pressante à la poitrine; assombrissement des yeux; fatigue

    Dyspnée avec arythmie

    Dyspnée avec arythmie

    Les pathologies du coeur et des vaisseaux sanguins ne sont pas la dernière cause de décès chez l'homme. Tout d’abord, il s’agit d’un infarctus du myocarde. Cependant, les troubles fonctionnels ne sont pas moins dangereux. Ainsi, un trouble du rythme cardiaque peut être une cause de blocage des artères et de débit sanguin insuffisant vers les organes. La dyspnée avec arythmies peut également indiquer le développement de complications.

    Qu'est-ce que l'arythmie?

    L'arythmie est un trouble de la fonction du muscle cardiaque caractérisé par l'apparition de rythmes de contraction anormaux. La maladie peut être accompagnée d'attaques épisodiques ou de violations persistantes des fonctions du cœur. Selon la forme du trouble du rythme cardiaque, les patients peuvent présenter des battements cardiaques excessivement fréquents, rares ou erratiques. La plus grande menace pour la santé est une violation de l'hémodynamique.

    Le cœur est l'organe humain le plus actif sur le plan fonctionnel. La couche musculaire, le myocarde, effectue des contractions régulières qui fournissent à toutes les cellules du corps des substrats en oxygène et en énergie. Entre les contractions, le muscle se détend et les sections cardiaques sont remplies de sang uniquement pendant la petite phase du repos. Toutes ces fonctions sont contrôlées par un système de régulation interne constitué de noeuds et de fibres conducteurs. La régulation neuro-humorale externe joue un rôle secondaire. Dans les arythmies, la régulation du rythme cardiaque est perturbée et le myocarde ne fournit pas suffisamment d'oxygène à la cellule.

    Les complications de l'arythmie sont une conséquence des modifications du débit sanguin. En raison des contractions chaotiques dans le sang, des caillots se forment qui peuvent obstruer l'artère et endommager de ce fait un organe particulier. En outre, une perturbation du rythme du rythme entraîne un manque d'approvisionnement en sang. La dyspnée avec arythmie se produit lorsqu'il y a une insuffisance de sang dans les poumons.

    Types d'arythmie

    Les troubles du rythme de l'activité cardiaque sont classés en fonction de leur lieu d'origine, de la forme de leur influence sur les contractions et de la fréquence des crises. Les types suivants sont les plus courants:

    • Bradycardie - dysfonctionnement du myocarde, caractérisé par de rares contractions. Le diagnostic peut être posé avec une fréquence cardiaque inférieure à 60 fois par minute.
    • Tachycardie - apparition de contractions trop fréquentes du myocarde. En règle générale, lors d'une tachycardie, le cœur du patient bat plus souvent 100 fois par minute.
    • Le tremblement est un battement de coeur intermittent. En règle générale, c'est la tachyarythmie qui survient après des interventions chirurgicales sur le cœur ou dans le contexte de maladies primaires.
    • La fibrillation est une contraction réductrice du rythme caractérisée par des battements de coeur trop fréquents et chaotiques. La fibrillation auriculaire est également appelée fibrillation auriculaire.
    • Extrasystole - l'apparition d'un battement de coeur supplémentaire immédiatement après la systole. La forme la plus bénigne de la maladie.

    Il est nécessaire de distinguer le changement naturel dans la fréquence des contractions du cœur, dû à l'adaptation au stress, et la pathologie. Par exemple, le travail musculaire actif nécessite plus de sang. Pour s'assurer que les muscles se contractent avec le sang, les systèmes nerveux et humoral provoquent une tachycardie temporaire. Au repos ou pendant le sommeil, le cœur peut battre moins souvent, ce qui est aussi une adaptation. La bradycardie, la tachycardie et d'autres formes d'arythmie surviennent indépendamment des besoins actuels du corps.

    Les causes

    Le rôle principal dans la régulation du cœur joue un système conducteur du myocarde, formé de noeuds et de fibres musculaires modifiées. Le signal électrique qui déclenche la contraction du cœur se produit dans le noeud auriculaire à une certaine fréquence. Le noeud auriculo-ventriculaire, le faisceau de His et des structures plus petites sont responsables de la propagation du signal dans d'autres sections du myocarde. De plus, le signal des oreillettes aux ventricules se propage avec un retard, de sorte que les chambres du cœur ont le temps de se remplir de sang. Un trouble du rythme peut survenir avec des lésions des structures conductrices du cœur et une altération de la régulation neurohumorale.

    • Destruction partielle du tissu myocardique à la suite d'une crise cardiaque, d'une intervention chirurgicale et d'un traumatisme à la poitrine.
    • Lésions infectieuses et toxiques du cœur.
    • Changements dans la structure du coeur: épaississement des murs et chambres élargies.
    • Cardiopathie ischémique.
    • Hypertension artérielle et athérosclérose.
    • Pathologie de la glande thyroïde.
    • Déficit ou excès de sodium, calcium, potassium et magnésium dans le sang.
    • Tabagisme et alcoolisme
    • Effets secondaires des médicaments.
    • Utilisation de stimulants narcotiques.
    • Stress et troubles anxieux.

    Pas la dernière valeur dans l'étiologie de la maladie et occuper des facteurs de risque. Le premier est l'utilisation d'aliments gras, une sédentarité, le diabète et la vieillesse. Ces facteurs provoquent non seulement des troubles du rythme, mais également d'autres maladies du système cardiovasculaire.

    Les symptômes

    Le tableau clinique du trouble du rythme peut être différent. Ainsi, certains patients ont des attaques rares qui ne sont pas accompagnées de symptômes, tandis que d'autres forment une forme chronique avec des complications. La pratique médicale montre que l'essoufflement avec arythmies est le symptôme le plus courant. Les autres signes de la maladie comprennent:

    • Douleur dans le coeur.
    • Sensation de pulsation dans le temple.
    • L'insomnie.
    • Vertiges et nausées.
    • Perte de conscience à court terme.
    • Transpiration excessive.
    • Anxiété.

    Les symptômes apparaissant généralement lors d’une exacerbation, la fréquence des crises détermine le degré de détérioration de la qualité de vie du patient. La fibrillation auriculaire, essoufflement avec lequel peut être très long, a souvent les symptômes les plus prononcés.

    Pourquoi la dyspnée survient-elle pendant une arythmie?

    Les troubles du rythme cardiaque affectent principalement l'apport sanguin aux organes. Cela est dû au fait que des battements cardiaques trop fréquents ou chaotiques empêchent les chambres du cœur de se remplir de sang, entraînant une détérioration de la fonction de pompage de l’organe. Le cerveau le plus susceptible à l'ischémie est le cerveau, mais d'autres systèmes en souffrent également. L'essoufflement en cas d'arythmie est, dans ce cas, dû à un débit sanguin insuffisant vers les poumons.

    Une autre cause possible d'insuffisance respiratoire est l'accumulation de sang dans les veines lors d'insuffisance cardiaque. Dans ce cas, ce symptôme indique une complication grave de la maladie. Souvent, la dyspnée en cas d'arythmie apparaît sur fond d'effort physique, lorsqu'un cœur affaibli est incapable de s'adapter au travail des muscles.

    Méthodes de diagnostic de la maladie

    Pour diagnostiquer les arythmies, il est nécessaire de consulter un médecin généraliste ou un cardiologue. Au cours de la consultation, le médecin examinera les plaintes, examinera l'historique des facteurs de risque et procédera à un examen physique. D'autres diagnostics peuvent inclure des méthodes de recherche instrumentale et de laboratoire.

    • Électrocardiographie - enregistrement de l'activité électrique du cœur à l'aide d'un appareil spécial et d'électrodes. Selon les résultats d'une telle étude, on peut juger du retard dans la conduction de l'impulsion et suggérer la source de l'arythmie. Dans le cas d'attaques rares de la maladie ou de la forme latente d'électrocardiographie conventionnelle, cela peut ne pas suffire.
    • Surveillance Holter - méthode d’enregistrement à long terme par cardiogramme (24 à 48 heures). Un dispositif portable est placé sur le corps du patient, enregistrant l'activité du myocarde pendant une longue période. Il est demandé au patient de consigner l'heure d'apparition des symptômes de la maladie afin de clarifier la zone de recherche. C’est le meilleur moyen de détecter les crises rares.
    • Vélo ergométrie - enregistrement de l'activité myocardique (ECG) lors de contractions actives. On suppose que chez certains patients, une charge cardiaque élevée provoque une crise d'arythmie. Si l’utilisation de simulateurs n’est pas possible, des médicaments sont utilisés pour stimuler le cœur.
    • Échocardiographie - visualisation du cœur à l'aide d'un appareil à ultrasons. Pendant l'examen, le médecin peut observer le travail du cœur sur le moniteur.
    • L'angiographie des vaisseaux cardiaques est une méthode aux rayons X nécessaire pour déterminer les causes de l'arythmie. Le blocage ou le rétrécissement des artères coronaires peut provoquer une ischémie et un infarctus du myocarde.
    • Imagerie par résonance magnétique et par ordinateur - méthodes permettant d’obtenir des images de différentes parties du cœur en haute résolution. C'est une méthode efficace pour localiser les lésions tissulaires.
    • Des tests sanguins pour les maladies de la thyroïde, le déséquilibre électrolytique et la crise cardiaque.

    Plus le nombre de méthodes utilisées pour diagnostiquer la maladie est important, plus le diagnostic final est précis.

    Traitement

    Les troubles du rythme cardiaque sont traités par chirurgie ou par médication. La méthode de correction de la pathologie chez un patient particulier dépend de la fréquence des crises et de la forme d'arythmie.

    • Les médicaments antiarythmiques, dont l'action permet d'arrêter l'attaque et de normaliser le rythme des contractions du myocarde.
    • Préparations nécessaires au rétablissement du fonctionnement normal des sentiers. Ce sont des glycosides cardiaques et des bêta-bloquants.
    • Anticoagulants pour prévenir le blocage des vaisseaux cérébraux.

    Les préparations pour le traitement symptomatique sont utilisées lors de l'apparition des symptômes. Même un essoufflement avec arythmie cardiaque peut indiquer la survenue d'une crise.

    • Élimination radiofréquence de la source du trouble du rythme.
    • Plastie vasculaire et élimination des pathologies cardiaques structurelles.

    Les médecins recommandent aux patients de respecter les mesures préventives. La dyspnée dans la fibrillation auriculaire, qui peut être difficile à traiter, est éliminée à l'aide d'exercices spéciaux.

    Ainsi, le trouble du rythme de l'activité cardiaque est une conséquence fréquente des pathologies structurelles et fonctionnelles de l'organe. Lorsque les symptômes apparaissent, il est recommandé de consulter un médecin et de tout savoir sur un trouble tel que l'arythmie: essoufflement, traitement des convulsions et mesures préventives.