Arythmie: classification, causes, symptômes, diagnostic et traitement

Si votre fréquence cardiaque et votre régularité ne sont pas conformes aux normes généralement acceptées, vous pouvez être diagnostiqué avec une arythmie cardiaque. En substance, il s’agit d’une lésion organique, conséquence de l’intoxication, de défaillances fonctionnelles du système nerveux ou de troubles de l’équilibre eau-sel.

L'arythmie cardiaque est-elle dangereuse et comment peut-on la gérer? Nous devons étudier les causes, les symptômes et les méthodes de traitement de cette maladie.

Classification de la pathologie

Avant de discuter de l'essence de la pathologie, il est nécessaire d'étudier ses variétés. Plusieurs groupes de facteurs conduisent notre corps à l'état d'arythmie. Chaque type de maladie a ses propres symptômes. Les déséquilibres en calcium et en magnésium, les causes industrielles et bactériennes, les mauvaises habitudes (nicotine, alcool), le manque d'oxygène peuvent être à la base de la maladie.

Rythme cardiaque normal.

La défaite future des organes endocriniens pourrait affecter le travail du muscle cardiaque. Les effets secondaires d'une variété de médicaments peuvent également causer des maladies. Les types d'arythmie sont basés sur des violations de certaines fonctions cardiaques. Il existe quatre types de cette maladie:

Bradycardie sinusale

La fréquence cardiaque rare est l’un des principaux symptômes de la bradycardie sinusale. Cette pathologie affecte le nœud sinusal, qui sert d'inducteur d'impulsions électriques. La fréquence cardiaque chute à 50-30 coups / min. La pathologie est assez dangereuse - on la trouve souvent chez des personnes apparemment "en bonne santé" subissant un examen physique de routine.

Les causes sont différentes, mais la plupart d’entre elles relèvent du domaine des anomalies génétiques congénitales (automatisme nodal réduit).

Le groupe à risque comprend les athlètes professionnels. Un entraînement constant modifie leur circulation sanguine et leur métabolisme énergétique. Cependant, les causes des changements de rythme sont très diverses. Nous les listons:

  • le jeûne;
  • déséquilibre du système nerveux (division végétative);
  • l'hypothermie;
  • intoxication à la nicotine et au plomb;
  • maladies infectieuses (fièvre typhoïde, jaunisse, méningite);
  • la croissance de la pression intracrânienne avec des tumeurs et le gonflement du cerveau;
  • effets de la prise de certains médicaments (digitaliques, bêta-bloquants, vérapamil, quinidine);
  • changements myocardiques sclérotiques;
  • dysfonctionnement thyroïdien.

Tachycardie sinusale

La fréquence cardiaque augmente brusquement, dépassant la marque des 90 coups / min. Le nœud sinusal définit le rythme et la fréquence cardiaque s'élève à 160 battements. Cet indicateur diminue progressivement. Habituellement, le rythme rapide est une conséquence de l'effort physique, c'est normal. La pathologie se manifeste par le fait que le patient ressent un rythme cardiaque anormal au repos.

Une maladie indépendante de la tachycardie sinusale n'est pas considérée. La pathologie se développe dans le contexte de divers maux et d’un mauvais mode de vie. Cette maladie est dangereuse parce que l'irrigation sanguine est altérée et affecte les différents systèmes de notre corps. Voici les principales causes de la tachycardie:

  • déséquilibre végétatif;
  • fièvre
  • l'anémie;
  • abus de boissons au thé et au café;
  • un certain nombre de médicaments (antagonistes des canaux calciques, pilules vasoconstricteurs anti-froid);
  • hyperthyroïdie et phéochromocytome;
  • insuffisance cardiaque;
  • cardiomyopathie;
  • malformations cardiaques et pathologies pulmonaires.

Arythmie sinusale

En cas d'arythmie sinusale, le nœud sinusal continue à induire des impulsions, mais leur attribue une fréquence variable. Un rythme cardiaque irrégulier est produit, qui se caractérise par des contractions et augmente. Dans ce cas, la fréquence cardiaque fluctuera dans la plage normale - 60 à 90 battements. Chez les personnes en bonne santé, l'arythmie sinusale est associée à la respiration - la fréquence cardiaque change avec l'inspiration / l'expiration.

Quand peut nécessiter un traitement de l'arythmie des sinus du coeur? Il ne vous sera pas possible de déterminer vous-même le «seuil fatal» - pour cela, vous devez vous adresser à un cardiologue professionnel. En enregistrant un ECG, le médecin demande au patient de retenir son souffle. Dans ce cas, l'arythmie respiratoire disparaît et il ne reste que le sinus. La forme pathologique de la maladie est rare - c'est un signe de maladie cardiaque.

Tachycardie paroxystique

Les contractions cardiaques dans cette maladie sont augmentées / ralenties soudainement - convulsions. Le rythme correct est maintenu sur une longue période, mais des anomalies sont parfois rencontrées. La source des défaillances peut être localisée dans différentes zones du cœur - la fréquence cardiaque en dépend directement.

Le pouls des adultes est souvent accéléré à 220 battements, chez l'enfant jusqu'à 300. La durée des paroxysmes est également différente - les attaques passent en quelques secondes ou s'étirent pendant des heures.

Les causes de la tachycardie résident dans le lancement du centre d'automatisme accru et de circulation pathologique de l'impulsion électrique. Les dommages du myocarde peuvent être à la base de la maladie - sclérotique, nécrotique, inflammatoire et dystrophique. Les symptômes peuvent se manifester par des nausées, des vertiges et une faiblesse.

Voici les principaux facteurs influençant le tableau clinique:

  • état du myocarde contractile;
  • fréquence cardiaque;
  • fréquence cardiaque;
  • localisation des pilotes ectopiques;
  • durée de l'attaque.

Causes de l'insuffisance cardiaque dans la fibrillation auriculaire

Nous n'avons pas mentionné une autre forme de la maladie - la fibrillation auriculaire, également appelée fibrillation auriculaire. Dans ce cas, les oreillettes tremblent et les ventricules reçoivent 10 à 15% de sang en moins. Une tachycardie, que nous avons déjà examinée, apparaît. Le patient comprend parfaitement ce qu'est l'arythmie du coeur - la fréquence cardiaque s'élève à 180 battements.

Les battements de coeur irréguliers peuvent prendre d'autres formes. Le pouls chute à 30-60 battements - les médecins déclarant une bradycardie. Des symptômes similaires sont générés par l'utilisation d'un stimulateur cardiaque.

Nous énumérons les principales causes de la fibrillation auriculaire:

  • troubles hormonaux (thyroïdite Hashimoto, goitre nodulaire);
  • insuffisance cardiaque;
  • maladie cardiaque ou ses valves;
  • augmentation de la pression artérielle;
  • diabète et obésité concomitante;
  • maladies pulmonaires (asthme bronchique, bronchite, tuberculose, pneumonie chronique);
  • consommation excessive d'alcool;
  • un certain nombre de drogues;
  • porter des vêtements serrés;
  • diurétiques.

Facteurs de risque

Les causes de toutes les formes de pathologie sont assez similaires. La plupart d’entre elles sont le résultat de certaines maladies, du mode de vie médiocre du patient ou sont héréditaires. Après avoir analysé les sources d'insuffisance cardiaque, les médecins ont identifié les principaux facteurs de risque.

  • prédisposition génétique;
  • hypertension artérielle;
  • maladie de la thyroïde;
  • anomalies électrolytiques;
  • diabète sucré;
  • utilisation de stimulants.

La plupart de ces facteurs que nous avons analysés ci-dessus. Une mauvaise nutrition peut entraîner des perturbations électrolytiques - du calcium, du sodium, du magnésium et du potassium doivent être présents dans les aliments.

Les psychostimulants interdits sont principalement la caféine et la nicotine - grâce à eux, les rythmes sont développés. Par la suite, la fibrillation ventriculaire peut provoquer une mort subite du cœur.

Comment reconnaître l'arythmie - symptômes de la maladie

Les symptômes de tachycardie et de bradycardie présentent un certain nombre de différences mineures. L'arythmie cardiaque se développe initialement sous une forme latente, sans rien montrer. Ensuite, des symptômes indiquant une hypertension artérielle, une ischémie cardiaque, des tumeurs cérébrales et une pathologie de la thyroïde sont détectés. Voici les principaux signes d'arythmie:

  • des vertiges;
  • faiblesse générale;
  • essoufflement;
  • fatigue
  • assombrissement des yeux;
  • états limites du cerveau (il semble au patient qu'il est sur le point de s'évanouir).

Si vous présentez une perte de conscience prolongée, durant environ 5 à 10 minutes, vous pouvez «couper» la bradycardie. Une telle syncope n'est pas inhérente à cette forme d'arythmie. Les symptômes de la tachycardie sont un peu différents et ressemblent d'abord à un malaise général. Ils ressemblent à ceci:

  • essoufflement;
  • palpitations cardiaques;
  • fatigue
  • faiblesse générale.

Méthodes d'études diagnostiques

Les symptômes d'une suspicion d'arythmie doivent être minutieusement contrôlés. Les signes d'anxiété comprennent non seulement un rythme cardiaque rapide, mais aussi une décoloration soudaine du cœur, des baisses de pression, une faiblesse alternant avec la somnolence.

Si vous présentez les symptômes énumérés ci-dessus, il est temps de consulter un médecin et de procéder à un diagnostic approfondi. Vous devriez contacter un cardiologue - tout d'abord, il commencera à vérifier la glande thyroïde et à identifier les maladies cardiaques possibles.

Développé de nombreuses méthodes pour diagnostiquer l'arythmie. Un électrocardiogramme est nécessairement enregistré - il peut être court et long. Parfois, les médecins provoquent une arythmie pour enregistrer les lectures et déterminer plus précisément la source du problème. Ainsi, le diagnostic est divisé en passif et actif. Les méthodes passives incluent:

  • Électrocardiographie. Les électrodes sont fixées à la poitrine, aux bras et aux jambes du patient. La durée des contractions du muscle cardiaque est étudiée et les intervalles sont fixés.
  • Échocardiographie. Il utilise un capteur à ultrasons. Le médecin reçoit une image des cavités cardiaques, observe le mouvement des valves et des parois et spécifie leur taille.
  • Surveillance quotidienne de l'ECG. Ce diagnostic s'appelle également la méthode de Holter. Le patient porte en permanence un enregistreur portable. Cela se passe pendant la journée. Les médecins reçoivent des informations sur la fréquence cardiaque dans un état de sommeil, de repos et d'activité.

Dans certains cas, la recherche passive ne suffit pas. Ensuite, les médecins induisent l'arythmie de manière artificielle. Pour cela, plusieurs tests standard ont été développés. Les voici:

  • activité physique;
  • cartographie;
  • examen électrophysiologique;
  • test avec une table inclinée.

Premiers secours

Les crises d'arythmie peuvent se poursuivre indépendamment et commencer soudainement. Une attaque également imprévisible se termine. Si le patient a la première attaque, appelez rapidement une ambulance. Les aides-soignants vont souvent lentement, vous devez donc vous inquiéter pour la santé de la victime. Faire ceci:

  • calmer le patient, supprimer les manifestations de panique;
  • créer un repos pour le patient - le coucher ou s'asseoir sur une chaise confortable;
  • essayer de changer la position de la victime;
  • Parfois, vous voulez provoquer un réflexe nauséeux - faites-le avec deux doigts, irritant le larynx.

Cela dépend en outre des professionnels de la santé. Les médicaments pour les arythmies cardiaques seront prescrits par un cardiologue plus tard - lorsque le patient sera «pompé» et qu'un diagnostic préliminaire lui sera attribué.

En voyant les symptômes de l’arythmie, essayez d’interrompre toute activité physique.

Utilisation permise de sédatifs:

  • Motherwort;
  • la valériane;
  • Le corvalol;
  • Valocordin (dans la gamme de 40 à 50 gouttes);
  • Elenium.

Mesures thérapeutiques et préventives complexes

Il est impossible de faire une recommandation sans équivoque sur les pilules qui aideront à traiter l'arythmie cardiaque. Cette maladie se développe dans le contexte de diverses lésions du muscle cardiaque (organiques et fonctionnelles). Par exemple, les changements d'automatisme entraînent une tachycardie sinusale, une arythmie ou une bradycardie. S'il existe des pathologies cardiaques chroniques / aiguës, elles nécessitent un traitement urgent.

Lorsqu'une forme spécifique d'arythmie est détectée, une prophylaxie secondaire est prescrite. Ce type de traitement n'est pas pratiqué avec une bradycardie. Mais avec la tachycardie, les médicaments devront être consommés. Des médicaments anti-rythmiques vous seront prescrits:

  • antagonistes du calcium (Diltiazem, Vérapamil);
  • les adrénobloquants (Atenolol, Anaprilin, Konkor, Egilok);
  • Sotalex;
  • Cardaron;
  • Le propanorm;
  • Allalinin.

Sans ordonnance du médecin, il est strictement interdit de prendre ces substances. Une surveillance stricte est nécessaire, car l’abus de drogues a de lourdes conséquences. Par exemple, de nouvelles formes d'arythmie peuvent survenir. Alors ne risquez pas inutilement.

Conséquences probables

Les principales conséquences de l'arythmie sont l'insuffisance cardiaque et la thromboembolie. Une mauvaise contraction du muscle cardiaque entraîne une insuffisance cardiaque - l’alimentation en sang interne est perturbée. Divers organes souffrent d'un manque d'oxygène, des troubles systémiques commencent. Cela entraîne un certain nombre de maladies graves et même de décès.

Avec les arythmies, le sang n'est pas simplement pompé, il commence à "bouger" dans les oreillettes. Cela peut entraîner une thromboembolie. Dans certaines zones du cœur, des caillots sanguins se forment - avec le temps, ils ont tendance à se dégager. Un thrombus sectionné bloque le cœur, ce qui entraîne des conséquences désastreuses:

  • crise cardiaque;
  • l'angine de poitrine;
  • la mort;
  • coup de cerveau.

Moyens de renforcer le coeur

Pour se débarrasser de la catastrophe imminente, il n’est pas nécessaire d’absorber les comprimés par lots. La prévention est réduite à un régime alimentaire approprié et à l'abandon de certaines habitudes néfastes.

Selon les statistiques, les fumeurs sont à risque - parmi eux, la maladie est beaucoup plus répandue. Outre le rejet de la nicotine, il existe d'autres mesures préventives:

  • mise en forme;
  • remise en forme;
  • les courses du soir;
  • marcher dans l'air frais;
  • ajouter à la diète des fruits, des légumes et toutes sortes de céréales;
  • manque de querelles et de dépressions nerveuses.

Mener une vie mesurée. Évitez soigneusement les conflits avec vos proches. Vous n'aurez pas besoin de traitement pour les arythmies cardiaques si vous mangez bien, respirez l'air frais et bougez activement. Arrêtez de fumer - vous attendez un âge profond et heureux.

L'arythmie cardiaque - qu'est-ce que c'est et comment traiter?

Arythmies du coeur - violations de la fréquence, du rythme et de la séquence des contractions du coeur. Ils peuvent survenir avec des modifications structurelles du système de conduction dans les maladies du cœur et (ou) sous l’influence de troubles végétatifs, endocriniens, électrolytiques et autres troubles métaboliques, avec intoxication et certains effets médicinaux.

Souvent, même avec des modifications structurelles marquées du myocarde, l’arythmie est causée en partie ou principalement par des troubles métaboliques.

L'arythmie cardiaque qu'est-ce que c'est et comment traiter? Normalement, le cœur se contracte à intervalles réguliers à une fréquence de 60 à 90 battements par minute. En fonction des besoins du corps, il peut soit ralentir son travail, soit accélérer le nombre de coupes en une minute. Par définition, l'OMS, l'arythmie est tout rythme cardiaque différent du rythme sinusal normal.

Raisons

Pourquoi l'arythmie cardiaque se produit-elle et qu'est-ce que c'est? Les causes de l'arythmie peuvent être des troubles fonctionnels de la régulation nerveuse ou des modifications anatomiques. Les arythmies cardiaques sont souvent le symptôme d’une maladie.

Parmi les pathologies du système cardiovasculaire, les troubles suivants sont accompagnés d'arythmie:

  • cardiopathie ischémique due à des modifications de la structure du myocarde et à l’expansion des cavités;
  • myocardite due à une altération de la stabilité électrique du cœur;
  • malformations cardiaques dues à une charge accrue sur les cellules musculaires;
  • les blessures et les interventions chirurgicales sur le cœur entraînent des dommages directs aux voies de pénétration.

Les principaux facteurs à l'origine du développement de l'arythmie sont les suivants:

  • dépendance aux boissons énergisantes et contenant de la caféine;
  • consommation excessive d'alcool et tabagisme;
  • stress et dépression;
  • exercice excessif;
  • troubles métaboliques;
  • des pathologies cardiaques telles que des malformations, une maladie ischémique, une myocardite, une hypertension et d'autres conditions;
  • perturbation du travail et maladie de la thyroïde;
  • processus infectieux et infections fongiques;
  • les conditions de la ménopause;
  • maladies du cerveau.

L'arythmie idiopathique fait référence à une condition dans laquelle, après un examen approfondi du patient, les causes ne sont pas précisées.

Classification

En fonction de la fréquence cardiaque, on distingue les types d’arythmie suivants:

  1. Tachycardie sinusale. Le nœud sinusal est à la base de la formation d’impulsions électriques dans le myocarde. Avec la tachycardie sinusale, la fréquence cardiaque dépasse 90 battements par minute. Il est ressenti par une personne comme un battement de coeur.
  2. Arythmie sinusale. Ceci est une alternance anormale de battement de coeur. Ce type d'arythmie survient généralement chez les enfants et les adolescents. Cela peut être fonctionnel et lié à la respiration. Lors de l'inhalation, les contractions du cœur deviennent plus fréquentes et, lors de l'expiration, elles deviennent moins fréquentes.
  3. Bradycardie sinusale. Il se caractérise par une diminution de la fréquence cardiaque à 55 battements par minute ou moins. On peut l'observer chez des personnes en bonne santé, physiquement entraînées, au repos, dans un rêve.
  4. Fibrillation auriculaire paroxystique. Dans ce cas, parler de palpitations cardiaques avec le bon rythme. La fréquence des contractions au cours d'une attaque atteint 240 battements par minute, provoque un état de faiblesse, une transpiration accrue, une pâleur et une faiblesse. La raison de cette affection réside dans l'apparition d'impulsions supplémentaires dans les oreillettes, ce qui réduit considérablement les périodes de repos du muscle cardiaque.
  5. Tachycardie paroxystique. C'est le rythme correct, mais fréquent du coeur. La fréquence cardiaque dans le même temps varie de 140 à 240 battements par minute. Cela commence et disparaît soudainement.
  6. Extrasystole. C'est une contraction prématurée (extraordinaire) du muscle cardiaque. Les sensations avec ce type d'arythmie peuvent être une impulsion stimulée dans la région du cœur ou une décoloration.

En fonction de la gravité et de la gravité des arythmies cardiaques, le schéma thérapeutique est déterminé.

Symptômes de l'arythmie cardiaque

Dans le cas d'arythmie cardiaque, les symptômes peuvent être très divers et sont déterminés par la fréquence et le rythme des contractions cardiaques, leur effet sur l'hémodynamique intracardiaque, cérébrale et rénale, ainsi que sur la fonction myocardique du ventricule gauche.

Les principaux signes d'arythmie sont le rythme cardiaque ou le sentiment d'interruptions qui s'estompent au cours du travail du cœur. L'évolution des arythmies peut être accompagnée d'asphyxie, d'angine de poitrine, de vertiges, de faiblesse, d'évanouissement et de développement d'un choc cardiogénique.

Symptomatologie dépendant de la forme d'arythmie:

  1. Des sentiments de battement de coeur irrégulier et fréquent sont observés lors de la fibrillation auriculaire.
  2. Décoloration et inconfort cardiaques dans la région du cœur - avec arythmie sinusale.
  3. Dans les extrasystoles, les patients se plaignent de décolorations, de tremblements et d'interruptions du travail du cœur.
  4. Les palpitations sont généralement associées à une tachycardie sinusale.
  5. La tachycardie paroxystique se caractérise par un développement soudain et des accès de battements cardiaques allant jusqu'à 140-220 battements. en quelques minutes
  6. Attaques de vertiges et d’évanouissements - avec bradycardie sinusale ou syndrome des sinus malades.

Il existe des arythmies dites "muettes" qui ne se manifestent pas cliniquement. Ils sont généralement détectés par examen physique ou électrocardiographie.

Arythmie pendant la grossesse

Le pronostic de la grossesse et de l’accouchement à venir dépend de la réaction du cœur de la femme aux événements prévus. Cependant, il ne faut pas oublier que la grossesse elle-même, n'étant pas une maladie ordinaire, peut provoquer une perturbation du rythme du rythme et des arythmies. Par exemple, l'apparition d'une tachycardie extrasystolique ou paroxystique pendant la grossesse n'indique généralement pas de lésion organique du myocarde et se produit chez environ 19 à 20% des femmes enceintes. Et si la toxicose tardive rejoint tout cela, alors il n'est pas nécessaire d'attendre une autre du cœur, les arythmies vont s'intensifier.

Ce type d'arythmie, bloc auriculo-ventriculaire complet ou incomplet, ne présente pas de danger particulier pour la santé d'une femme. De plus, la grossesse contribue à une augmentation de la fréquence ventriculaire, de sorte que des mesures ne sont prises que dans les cas de pouls tombant à 35 battements par minute et moins (aide obstétrique - imposition de forceps obstétricaux). Mais avec la maladie cardiaque organique, les femmes sont traitées avec une attention accrue, car l'apparition de la fibrillation auriculaire dans une telle situation est une contre-indication à la préservation de la grossesse. En outre, le choix du mode de livraison avant terme nécessite également une attention particulière. Il semble si bénin, dans d'autres cas, une césarienne chez de tels patients peut être menacée de thromboembolie dans le système de l'artère pulmonaire (PE).

Bien sûr, personne ne peut interdire une grossesse à qui que ce soit, alors les femmes souffrant de cardiopathie prennent sciemment le risque, motivées par leur désir de devenir mère. Mais comme une grossesse a déjà eu lieu, les prescriptions et recommandations du médecin doivent être scrupuleusement respectées: respectez l'horaire de travail et de repos, prenez les médicaments nécessaires et soyez hospitalisé si nécessaire sous la surveillance d'un médecin. En règle générale, l’accouchement de ces femmes a lieu dans une clinique spécialisée où une femme peut à tout moment recevoir des soins médicaux d’urgence (en tenant compte de la maladie cardiaque) en cas de circonstances imprévues.

Diagnostics

S'il y a des signes d'arythmie, le médecin vous prescrira un examen complet du cœur et des vaisseaux sanguins pour en déterminer la cause. Les principales méthodes de diagnostic sont l'écoute du coeur et l'ECG.

Si la pathologie n’est pas de nature permanente, la surveillance Holter est utilisée - enregistrement 24 heures sur 24 du rythme cardiaque à l’aide de capteurs spéciaux (réalisés dans le service des patients hospitalisés). Dans certains cas, la recherche passive ne suffit pas. Ensuite, les médecins induisent l'arythmie de manière artificielle. Pour cela, plusieurs tests standard ont été développés. Les voici:

  • activité physique;
  • cartographie;
  • examen électrophysiologique;
  • test avec une table inclinée.

Traitement des arythmies cardiaques

Dans le cas d'une arythmie cardiaque diagnostiquée, le choix de la tactique de traitement est effectué en tenant compte de la cause, du type de trouble du rythme cardiaque et de l'état général du patient. Parfois, pour rétablir une fonction cardiaque normale, il suffit de procéder à une correction médicale de la maladie sous-jacente. Dans d'autres cas, le patient peut nécessiter un traitement médical ou chirurgical, qui doit obligatoirement être réalisé sous le contrôle systématique d'un ECG.

Médicaments utilisés en pharmacothérapie pour les arythmies:

  • bloqueurs des canaux calciques - vérapamil / diltiazem;
  • bêta-bloquants - métoprolol / bisoprolol / aténolol;
  • bloqueurs des canaux potassiques - cordaron / sogexal;
  • bloqueurs des canaux sodiques - Novocainid / lidocaïne.

La chirurgie est utilisée aux stades de dégradation sévère du tissu cardiaque musculaire. Les procédures suivantes peuvent être attribuées:

  • stimulation cardiaque;
  • implantation d'un défibrillateur automatique;
  • ablation par cathéter à radiofréquence.

Le traitement des arythmies cardiaques, en particulier de ses formes complexes, n’est effectué que par un cardiologue. Appliquez les préparations ci-dessus uniquement selon des indications strictes, en fonction du type d'arythmie. Au début du traitement, le choix du médicament doit être effectué sous la surveillance d'un médecin et, dans les cas graves, uniquement à l'hôpital. Etant donné le diagnostic, le médecin choisit un traitement médicamenteux.

Remèdes populaires

Nous notons immédiatement que, dans le diagnostic de l'arythmie cardiaque, les remèdes populaires ne doivent être utilisés qu'en complément des médicaments traditionnels, mais ils ne doivent en aucun cas être remplacés. En fait, les herbes accélèrent seulement le processus de guérison, mais ne sont pas capables de guérir complètement une personne. C’est ce qui doit être fait lors du choix de vos recettes préférées.

  1. Versez 30 baies d'aubépine avec un verre d'eau bouillante et mettez le mélange sur un petit feu pendant 10-15 minutes. La décoction est utilisée fraîche par portions égales tout au long de la journée.
  2. Mélangez une bouteille de teinture d'esprit de valériane, d'aubépine et d'abricot. Secouez bien le mélange et placez-le au réfrigérateur pendant 1-2 jours. Le médicament est pris 30 minutes avant les repas, 1 cuillère à café.
  3. Faites bouillir un verre d'eau dans une casserole en émail, puis ajoutez-y 4 grammes d'herbe d'Adonis. Faites bouillir le mélange pendant 4-5 minutes à feu doux, puis laissez-le refroidir et placez la casserole dans un endroit chaud et sec pendant 20-30 minutes. Le bouillon filtré est conservé au réfrigérateur, à raison de 1 cuillère à soupe 3 fois par jour.
  4. Coupez 0,5 kg de citrons et remplissez-les de miel frais, en ajoutant au mélange de 20 noyaux extraits des graines d'abricots. Bien mélanger et prendre 1 cuillère à soupe matin et soir.

Les conséquences

L'évolution d'une arythmie peut être compliquée par une fibrillation et un flutter ventriculaires, ce qui équivaut à un arrêt de la circulation sanguine et entraîne la mort du patient. Déjà dans les premières secondes le vertige, la faiblesse se développent, puis - la perte de conscience, la miction involontaire et les convulsions. La tension artérielle et le pouls ne sont pas détectés, la respiration s'arrête, les pupilles se dilatent - un état de mort clinique se produit.

Chez les patients présentant une insuffisance circulatoire chronique (angine de poitrine, sténose mitrale), une dyspnée survient lors de paroxysmes de tachyarythmies et peut entraîner un œdème pulmonaire.

Avec un bloc auriculo-ventriculaire complet ou une asystole, des états syncopaux (attaques de Morgagni-Adems-Stokes caractérisées par des épisodes de perte de conscience) peuvent se développer, provoqués par une forte diminution du débit cardiaque et de la pression artérielle et une diminution de l'apport sanguin au cerveau.

Les troubles thromboemboliques de la fibrillation auriculaire dans un cas sur six conduisent à un accident vasculaire cérébral.

Prévention

Même si vous savez ce qu'est cette maladie, tout conseil sur la façon de traiter l'arythmie sera inutile si vous ne suivez pas les règles simples de prévention à la maison:

  1. Exercice du matin ou athlétisme.
  2. Surveiller la glycémie et la pression artérielle
  3. Abandonnez toutes les mauvaises habitudes.
  4. Maintenez votre poids dans les limites normales.
  5. Menez le mode de vie le plus détendu, le moins stressé possible, exposé au minimum aux émotions excessives, au stress et au stress
  6. Une bonne alimentation, composée exclusivement de produits naturels.

Si les premiers signes d'arythmie apparaissent, vous ne devez pas attendre l'addition de symptômes plus graves, contactez immédiatement votre médecin, le risque de complications et la pondération du bien-être général seront alors beaucoup moins importants.

Prévisions

En termes de pronostic, les arythmies sont extrêmement ambiguës. Certaines d'entre elles (extrasystoles supraventriculaires, extrasystoles rares des ventricules), non associées à une maladie cardiaque organique, ne constituent pas une menace pour la santé et la vie. La fibrillation auriculaire, en revanche, peut entraîner des complications potentiellement mortelles: accident vasculaire cérébral ischémique, insuffisance cardiaque grave.

Les arythmies les plus graves sont la fibrillation ventriculaire et le flutter: elles représentent une menace immédiate pour la vie et nécessitent une réanimation.

Arythmie cardiaque

L'arythmie cardiaque est une perturbation du rythme cardiaque, caractérisée par un changement de fréquence, de régularité et de séquence des battements cardiaques résultant de la perturbation des fonctions essentielles du cœur: automatisme, excitabilité et conduction.

Causes de l'arythmie cardiaque

Les arythmies sont détectées lors de cardiopathies organiques: infarctus du myocarde, malformations cardiaques, etc., en violation du fonctionnement du système nerveux autonome, de modifications de l'équilibre eau-sel, d'intoxication. Des arythmies peuvent être observées même chez des personnes en bonne santé souffrant de surmenage prononcé, de rhume, après avoir pris des boissons alcoolisées.

De nombreuses arythmies cardiaques peuvent ne pas être ressenties par le patient et n'entraîner aucune conséquence (tachycardie sinusale, extrasystole auriculaire), et indiquent le plus souvent une pathologie extracardiaque (par exemple, une augmentation de la fonction thyroïdienne). Les plus dangereuses sont les tachycardies ventriculaires, qui peuvent être la cause directe de la mort subite cardiaque (dans 83% des cas). La bradycardie, notamment le blocus audiovisuel, est accompagnée d'une perte de conscience soudaine à court terme. Selon les statistiques, ils provoquent une mort subite cardiaque dans 17% des cas.

Ce qui fournit un rythme cardiaque normal

Le rythme normal est fourni par le système de conduction cardiaque. Il s'agit d'un réseau cohérent de «centrales» (nœuds) - des grappes de cellules hautement spécialisées capables de créer et de conduire des impulsions électriques le long de certains faisceaux et fibres, qui, à leur tour, provoquent une excitation et une contraction du muscle cardiaque (myocarde).

Bien que tous les éléments du système conducteur soient capables de générer des impulsions électriques, la centrale principale est un nœud sinusal situé dans la partie supérieure de l'oreillette droite. Il définit la fréquence cardiaque requise (au repos, 60 à 80 battements par minute, avec une activité physique - plus, pendant le sommeil - moins). Les impulsions, "nées" dans le nœud sinusal, se propagent dans toutes les directions, comme les rayons du soleil. Une partie des impulsions provoque une excitation et une contraction des oreillettes et l'autre, le long de voies spéciales du système de conduction, est envoyée au nœud auriculo-ventriculaire (le plus souvent, elles le disent au nœud AV), la "centrale" suivante. Dans le nœud AV, le mouvement de l'impulsion ralentit (les oreillettes devraient avoir le temps de se contracter et de dépasser le sang dans les ventricules). En outre, les impulsions se propagent dans le faisceau de His, qui est divisé en deux branches. Le faisceau droit du faisceau, à l’aide des fibres de Purkinje, conduit les impulsions au ventricule droit du cœur, respectivement du gauche au ventricule gauche, ce qui provoque leur excitation et leur contraction. C'est le moyen d'assurer le travail rythmique de notre cœur.

Deux problèmes peuvent survenir dans le fonctionnement du système de conduction cardiaque:

  1. violation de la formation d'une impulsion dans l'une des "centrales".
  2. violation de la conduite de l'impulsion dans l'une des sections du système décrit.

Dans les deux cas, la fonction du stimulateur principal est assumée par la «centrale électrique» suivante de la chaîne. Cependant, le rythme cardiaque diminue en même temps.

Ainsi, le système de conduction cardiaque offre une protection à plusieurs niveaux contre les arrêts cardiaques soudains. Mais les violations de son travail sont possibles. Ce sont eux qui conduisent à l'apparition d'arythmies.

Types d'arythmie

Les arythmies sont des arythmies cardiaques accompagnées de:

  • réduction (moins de 60 battements par minute).
  • augmenté (plus de 100 par minute).
  • ou rythme cardiaque irrégulier.

Une diminution de la fréquence cardiaque est appelée bradycardie (bradi - rare), une augmentation de la tachycardie (tahi - fréquent).

Il existe des dizaines de types d’arythmie. Ici, nous allons vous donner une idée des mécanismes les plus typiques et les plus communs. Ceux-ci comprennent:

1. principaux types de bradycardie:

2. rythme irrégulier:

3. Les principaux types de tachycardie:

  • Tachycardies supraventriculaires (supraventriculaires).
  • Fibrillation auriculaire (fibrillation auriculaire).
  • Tachycardie ventriculaire.

Selon l'emplacement du "foyer", les tachycardies sont divisées en supraventriculaire ou supraventriculaire (lorsqu'elles sont localisées dans les oreillettes ou dans les zones du noeud AV) et ventriculaire.

Selon la durée, les tachycardies sont divisées en paroxystiques et permanentes. La tachycardie paroxystique est une augmentation soudaine et brutale de la fréquence cardiaque, qui dure de quelques secondes à plusieurs jours, qui s’arrête aussi soudainement qu’elle commence (souvent sans intervention extérieure). Tachycardie constante - augmentation prolongée (plus de 6 mois) de la fréquence cardiaque, résistance au médicament et à l'électrothérapie (cardioversion électrique).

Le syndrome de faiblesse du nœud sinusal est causé par une altération de la formation d'impulsions dans le nœud sinusal ou par une altération de la conduction des impulsions à la sortie du nœud sinusal au contact du tissu auriculaire. Cette pathologie peut être accompagnée d’une bradycardie prolongée ou de pauses intermittentes dans l’activité cardiaque, dues au prétendu blocus sino-auriculaire.

La bradycardie sinusale peut être observée chez des personnes en bonne santé, bien entraînées ou être le signe du développement d'une pathologie. Par exemple, hypothyroïdie (réduction de la fonction thyroïdienne), augmentation de la pression intracrânienne, certaines maladies infectieuses (fièvre typhoïde), asthénie générale avec jeûne prolongé.

Le bloc auriculo-ventriculaire représente une violation de la "bande passante" du noeud AV. Avec le blocage AV du 1er degré, la conduction des impulsions à travers le noeud AV ralentit, le 2ème - seulement chaque seconde ou troisième impulsion venant du noeud sinusal s'étend jusqu'aux ventricules, avec le 3ème degré (blocage transversal complet) - conduction à travers l'AV -noeud complètement bloqué. Dans ce cas, l'arrêt cardiaque ne se produit pas, car le faisceau de His ou les structures sous-jacentes du système de conduction cardiaque «entre en jeu», mais cela s'accompagne d'un rythme cardiaque rare, environ 20 à 40 battements par minute.

Les extrasystoles sont des contractions prématurées du cœur (extra-over). Nous savons déjà que toutes les unités structurelles du système de conduction cardiaque sont capables de générer des impulsions électriques. Normalement, la "centrale" principale est le nœud sinusal, car il est capable de générer des impulsions avec la fréquence la plus élevée. Cependant, sous l’influence de divers facteurs (athérosclérose, intoxication et autres), une activité anormale (accrue) de l’une des structures du système de conduction cardiaque peut se produire, ce qui entraîne une contraction cardiaque extraordinaire, pouvant ensuite donner lieu à une pause compensatoire. C'est l'un des types d'arythmie les plus fréquents. Selon le lieu d'origine, les extrasystoles sont divisées en supraventriculaire (supraventriculaire) et ventriculaire. Les extrasystoles simples (jusqu'à 5 par minute) ne mettent pas la vie en danger, alors que les ventricules fréquents, en paires et en groupe sont un signe défavorable.

Tachycardies supraventriculaires (supraventriculaires). Ce type de tachycardie se caractérise par une augmentation du rythme allant jusqu'à 140–180 battements par minute, en raison des caractéristiques individuelles du nœud AV ou de l'activité pathologique (accrue) de l'une des parties du système de conduction cardiaque au niveau des oreillettes. Ce type de tachycardie comprend également le syndrome de Wolff-Parkinson-White (syndrome de WPW), en raison de la présence d'une voie supplémentaire innée. Dans cette pathologie, l'impulsion de l'oreillette via le nœud AV se propage vers les ventricules, mais, après leur excitation, immédiatement, via un chemin supplémentaire, retourne aux oreillettes, provoque leur excitation répétée, puis est acheminée vers les ventricules via le nœud AV. Le mouvement de l'impulsion peut se produire dans la direction opposée (jusqu'aux ventricules - par un chemin supplémentaire, jusqu'aux oreillettes par le nœud AV). Une telle circulation du pouls peut se produire indéfiniment et s'accompagner d'une fréquence cardiaque élevée (plus de 200 battements par minute).

La fibrillation auriculaire (fibrillation auriculaire) est la forme la plus courante d'arythmie supraventriculaire, caractérisée par la contraction chaotique de différentes fibres musculaires auriculaires à une fréquence de 400 à 600 par minute. Il est important de noter ici que le nœud AV dans le cœur remplit non seulement la fonction de «centrale électrique» et de «conducteur», mais également le rôle de filtre de la fréquence des impulsions envoyées aux ventricules (normalement, le nœud AV peut conduire jusqu'à 140-200 impulsions par minute). Par conséquent, avec la fibrillation auriculaire, seule une fraction de ces impulsions parvient aux ventricules et leur contraction se produit de manière chaotique, ressemblant à un clignotement (d'où le nom de fibrillation auriculaire). Le nœud sinusal perd en même temps sa fonction de stimulateur cardiaque.

La tachycardie ventriculaire est une perturbation du rythme du rythme grave, se manifestant par une contraction des ventricules cardiaques à une fréquence de 150 à 200 par minute. Dans ce cas, le «foyer» d'excitation est situé directement dans l'un des ventricules du cœur. À un jeune âge, cette arythmie est souvent causée par des modifications structurelles du ventricule droit; elle est plus fréquente chez les personnes âgées après un infarctus du myocarde. Le danger de ce trouble du rythme du rythme est déterminé par la forte probabilité de transition vers la fibrillation ventriculaire (scintillement) qui, sans assistance médicale urgente, peut entraîner la mort soudaine du patient. La sévérité de ces types d’arythmie est due à l’absence de réduction complète des ventricules cardiaques et, par conséquent, à un apport sanguin insuffisant aux organes vitaux (en premier lieu, le cerveau).

Bloc auriculo-ventriculaire

Qu'est-ce qu'un bloc auriculo-ventriculaire?

Le bloc auriculo-ventriculaire est une violation de la "bande passante" du noeud AV - qui constitue le "lien" entre les oreillettes et les ventricules. Dans le bloc AV du 1er étage, la conduction des impulsions à travers le noeud AV ralentit; avec le 2e étage, seules les deux ou trois impulsions du noeud sinusal sont conduites vers les ventricules, et dans le cas du bloc AV du 3ème degré (bloc transverse complet), la conduction du pouls des oreillettes aux ventricules s’arrête complètement. Dans ce cas, il n’ya pas d’arrêt cardiaque car, en tant que «centrale électrique» principale, le faisceau de His ou d’autres structures du système de conduction cardiaque entre en jeu. Ceci est accompagné d'une fréquence cardiaque rare, environ 20-40 battements par minute.

Quelles sont les manifestations cliniques du bloc auriculo-ventriculaire?

Avec ce type de conduction, les troubles du coeur sont généralement concernés:

  • faiblesse générale;
  • des vertiges;
  • essoufflement;
  • fatigue

Avec une bradycardie sévère apparaissent:

  • épisodes de noircissement dans les yeux;
  • une condition proche de la perte de conscience («Je veux attraper quelque chose pour ne pas tomber»).

ATTENTION! Les manifestations extrêmes de la bradycardie sont des poussées de perte de conscience à court terme (secondes) - "ont disparu, sont revenues à la vie, allongées sur le sol". Cela peut être précédé par une sensation de "bouffée de chaleur dans la tête".

Une perte de conscience prolongée (5 à 10 minutes ou plus) n’est pas caractéristique de la bradycardie.

Quelles sont les méthodes de diagnostic du bloc auriculo-ventriculaire?

Le diagnostic principal peut être la présence de manifestations cliniques d'une maladie cardiaque.

L'étape suivante consiste à enregistrer un électrocardiogramme.

Il est souvent nécessaire de procéder à un enregistrement électrocardiogramme (surveillance de Holter) 24 heures sur 24 tout au long du cycle de vie du patient. Il est possible que, pendant la surveillance quotidienne, l’arythmie ne soit pas enregistrée non plus. Dans ce cas, un test d'inclinaison est effectué.

Quels sont les traitements pour le bloc auriculo-ventriculaire?

L'implantation d'un stimulateur permanent est le seul traitement en cas de bradycardie sévère. Cet appareil restaure une fréquence cardiaque normale. Dans le même temps, le volume de sang fourni aux organes est normalisé et les symptômes de la bradycardie sont éliminés.

Les principales indications pour l'implantation d'un stimulateur permanent avec bloc auriculo-ventriculaire sont les suivantes:

  • la présence de manifestations cliniques de bradycardie (essoufflement, vertiges, évanouissements);
  • pause dans le travail du coeur pendant plus de 3 secondes.

Mort cardiaque subite

Qu'est-ce que la mort cardiaque subite?

Par mort cardiaque subite, on entend la mort naturelle due à une pathologie cardiaque, qui a été précédée d'une perte de conscience soudaine une heure après le début des symptômes aigus, moment où l'on peut avoir connaissance d'une maladie cardiaque antérieure, mais le moment et la méthode du début du décès sont inattendus.

Les maladies cardiovasculaires continuent d'être la principale cause de décès. Après l'infarctus du myocarde, la mort subite d'origine cardiaque est la deuxième cause de mortalité cardiovasculaire. Environ 83% des CBC sont associés à une cardiopathie ischémique, non diagnostiquée au moment du décès.

Quels sont les facteurs de risque de mort subite cardiaque?

Les facteurs de risque de MSC sont bien connus: antécédents d'épisode de MSC, tachycardie ventriculaire, infarctus du myocarde, coronaropathie, cas de MSC ou de mort subite inexpliquée dans la famille, diminution de la fonction ventriculaire gauche, cardiomyopathie coronaire, insuffisance cardiaque, insuffisance cardiaque, syndrome de Brugha et syndrome de QT prolongé, etc..

Chez les patients présentant un collapsus cardiovasculaire soudain au cours de l'enregistrement ECG, il a été montré que la fibrillation ventriculaire et la tachycardie ventriculaire étaient observées dans 75 à 80% des cas, tandis que la bradyarythmie semblait apporter une contribution mineure au développement de l'ARIA. Dans environ 5 à 10% des cas, la MCS survient sans maladie coronarienne ni insuffisance cardiaque congestive.

La fréquence d'ARIA, notée dans les pays occidentaux, est à peu près la même et varie de 0,36 à 1,28 pour 1000 habitants par an.

Quelles sont les méthodes pour prévenir la mort cardiaque subite?

Le traitement des patients souffrant d'arythmie ventriculaire vise à prévenir ou à arrêter les arythmies. Les options de traitement à ce jour comprennent:

  • traitement par médicaments antiarythmiques (AAP) de classe III;
  • ablation par radiofréquence des voies cardiaques;
  • implantation de défibrillateurs cardioverteurs implantables (ICD).

L'amiodarone et d'autres antiarythmiques de classe III ont pour rôle de prévenir l'apparition d'arythmies. Cependant, si une tachycardie ventriculaire en épisode ou une fibrillation ventriculaire se développent au cours de la période de PAA, le médicament ne peut pas arrêter l'arythmie. Seul un défibrillateur cardioverteur implanté ou l'utilisation d'un défibrillateur externe par des médecins en réanimation peut soulager la tachycardie mettant la vie en danger.

Ainsi, le seul traitement pouvant prévenir la mort subite du cœur dans les arythmies mettant en jeu le pronostic vital est la thérapie avec des défibrillateurs automatiques implantables. Il a été démontré que les DCI sont efficaces à 99% pour enrayer les arythmies mettant la vie en danger et, ainsi, pour prévenir la mort subite du cœur.

Il a été démontré que les DAI réduisent la mortalité globale (toutes causes confondues) de 31% chez les patients ayant eu un infarctus du myocarde et présentant une fraction d'éjection.

  • Maladies
  • Maladies cardiaques et vasculaires
  • Arythmie cardiaque
  • Arythmie

    À l'état normal, le cœur se contracte de manière rythmique, à peu près à la même fréquence, qui doit être déterminée au repos entre 60 et 90 battements / min. Cet indicateur est typique des adultes, car la fréquence cardiaque des enfants est généralement plus élevée, de 70 à 140 environ en fonction de leur âge (plus l'enfant est petit, plus la fréquence cardiaque des nouveau-nés est élevée entre 110 et 140 battements / minute).

    Wikipedia note que "l'arythmie est tout rythme cardiaque différent du rythme sinusal normal (OMS, 1978)".

    Parfois, une telle violation peut être considérée comme une variante de la norme et on parle alors d'arythmie physiologique. Avec sa présence, même l'armée n'est pas contre-indiquée. Dans d'autres situations, le trouble du rythme cardiaque est une pathologie qui, si elle n'est pas traitée de manière adéquate, peut entraîner des complications graves.

    Vidéo: Comment fonctionne le coeur Arythmie cardiaque: symptômes, causes et traitement

    Activité cardiaque normale

    Le cœur humain est divisé en quatre chambres, dont deux sont remplies de sang artériel et deux veineuses. Les sections supérieures sont appelées les oreillettes et la partie inférieure - les ventricules. Le flux sanguin se déplace des veines à travers les oreillettes vers les ventricules, puis vers les artères. La promotion du sang de cette façon se produit en raison de contractions cardiaques.

    Fournir des coupures de coeur opportunes avec le système de conduite. Son pilote principal est un nœud sinusal situé dans le coin supérieur droit de l'oreillette droite (plus précisément près de l'appendice auriculaire). L'impulsion électrique générée dans cette zone par un petit groupe de cardiomyocytes est transmise par les fibres de l'oreillette gauche et, plus loin, le nœud auriculo-ventriculaire inférieur passe à travers le faisceau de fibres de His et de Purkinje jusqu'aux ventricules. Ainsi, les oreillettes sont d'abord contractées, puis les ventricules.

    Un cœur entraîné, par exemple, pour les passionnés de sport, peut rétrécir moins souvent qu'une personne ordinaire. Cela est dû à la masse accrue du myocarde due aux exercices sportifs constants. Cela permet au cœur de libérer plus fortement le sang. Par conséquent, dans de tels cas, la fréquence cardiaque peut être de 50 battements / minute ou moins et sera considérée comme une variante de la norme car elle n’entraîne pas de conséquences négatives.

    Dans le cas d'un trouble du rythme, Wikipedia indique que le terme «arythmie» associe différents mécanismes, manifestations cliniques et altérations du pronostic dans la formation et la conduction d'une impulsion électrique.

    Raisons

    La maladie est souvent associée à des pathologies cardiaques caractérisées par une modification de la structure de l'organe (destruction, ischémie, malnutrition, etc.). Les troubles du rythme jouent le plus souvent le rôle d’une complication en cas d’activité cardiaque insuffisante, de maladie coronarienne, de myopathies cardiaques, de malformations congénitales et acquises, d’inflammation du myocarde.

    Une arythmie survient également lorsqu’elle est exposée à certains médicaments. En particulier, l’utilisation inappropriée de glycosides cardiaques, de diurétiques, de sympathomimétiques et de médicaments antiarythmiques à effet proarythmique peut entraîner une perturbation du rythme de gravité variable.

    Dans certains cas, les conséquences d'une simple pénurie de certains micro-éléments se traduisent par le développement d'une arythmie. Ceci est le plus fréquent dans l'hypokaliémie, l'hypomagnésémie, l'hyperkaliémie et l'hypercalcémie.

    Il convient de rappeler le préjudice apparent de mauvaises habitudes telles que le tabagisme, l’alcool et les drogues. De telles substances peuvent avoir un effet toxique sur le cœur et les vaisseaux sanguins. Il en résulte des conséquences indésirables sous forme non seulement d'arythmie, mais également de maladies plus graves.

    Facteurs de risque

    Chaque année, le diagnostic d '«arythmie» est de plus en plus exposé à des patients de différentes classes d'âge, principalement associées à des facteurs de risque. Les arythmies sont des adultes et des enfants malades. L'identification de l'une ou l'autre cause de la maladie est à la base de diverses méthodes de diagnostic et de tests de dépistage. En outre, leur utilisation compétente permet une prévention efficace.

    • Prédisposition génétique. Certaines arythmies, comme le syndrome de Wolf-Parkinson-White, sont des maladies héréditaires. D'autres sont associés à des malformations congénitales.
    • Pathologie de la glande thyroïde. Cet organe endocrinien affecte sérieusement le fonctionnement du cœur. La glande thyroïde produit des hormones qui accélèrent ou ralentissent les processus métaboliques dans le corps. En conséquence, en cas de thyrotoxicose, une tachycardie survient et, en cas de fonctionnement insuffisant des organes, une bradycardie.
    • L'hypertension. Une pression accrue dans les vaisseaux menace la coronaropathie, souvent compliquée par des troubles du rythme.
    • Épisodes d'hypoglycémie. Une baisse temporaire de la glycémie peut contribuer au développement de l'arythmie. Avec le diabète sucré décompensé, une hypertension et une cardiopathie ischémique se produisent, ce qui entraîne également des troubles cardiaques.
    • En surpoids. Un tel état devient souvent la cause de l'hypertension, des maladies coronariennes et d'autres troubles pathologiques. En outre, l'augmentation du poids corporel exerce en soi une charge supplémentaire sur le cœur, contribuant ainsi à une accélération du rythme cardiaque.
    • Taux de cholestérol élevé. Cet indicateur doit être particulièrement surveillé chez les personnes de 55 ans et plus, lorsque le risque de développer des maladies cardiovasculaires, y compris des arythmies, augmente.
    • L'anémie - Une carence en fer provoque le développement d'une hypoxie de divers tissus, notamment du cœur. Cela conduit à un trouble du rythme.
    • Déséquilibre hormonal - à la ménopause, les femmes subissent le plus souvent des contractions extraordinaires et d'autres manifestations de l'arythmie.
    • Ostéochondrose - une violation de la structure de la colonne vertébrale entraîne une compression des racines nerveuses, ce qui contribue au développement d'un trouble de la régulation végétative (incluant le nerf vague et le système nerveux sympathique). L'activité cardiaque en souffre principalement.

    Les symptômes

    L'arythmie se manifeste sous diverses formes, par conséquent, la clinique dépend des spécificités de l'évolution de la maladie. Néanmoins, il existe des manifestations communes caractéristiques de tous les types de troubles du rythme:

    • Sensation d'interruption de l'activité cardiaque.
    • Changement de fréquence cardiaque.
    • Troubles végétatifs (faiblesse, sensation de chaleur, extrémités froides).
    • L'émergence de la peur et de l'anxiété.

    Dans les cas graves, une douleur cardiaque, des états pré-inconscients et des évanouissements sont ajoutés aux symptômes énumérés. On peut également déterminer le blanchiment de la peau, la pression artérielle élevée ou basse.

    Caractéristiques caractéristiques des formes individuelles d’arythmie:

    • Avec différents types de tachycardie, même lorsque l'armée est contre-indiquée, une augmentation de la fréquence cardiaque est déterminée. En particulier, une augmentation de la fréquence cardiaque à partir de 150 battements / minute est caractéristique de la fibrillation auriculaire et, avec une combinaison de fréquences cardiaques à partir de 400 battements / minute avec perte de conscience, une fibrillation ventriculaire est souvent diagnostiquée.
    • La bradycardie se caractérise par un rythme plus lent, c'est-à-dire que les adultes reçoivent un diagnostic de fréquence cardiaque inférieure à 50 battements / min.
    • L’extrasystole se manifeste par un cœur qui s’efface et des battements de coeur extraordinaires.
    • Le blocus cardiaque se traduit par de graves violations de l'état général du patient. En particulier, les convulsions, les évanouissements, le manque de pouls sont déterminés.

    Vidéo: Les premiers symptômes de problèmes cardiaques qu'il ne faut pas ignorer

    Types d'arythmie

    Différents types de troubles du rythme peuvent être considérés comme des arythmies. C'est pourquoi on distingue aujourd'hui dans la plupart des classifications les groupes suivants:

    • Trouble de l'automatisme - il existe plusieurs sous-groupes: nomotopique lorsque le stimulateur est un nœud sinusal (tachycardie sinusale, arythmie sinusale respiratoire et non respiratoire, bodycardie du sinus), rythme auriculo-ventriculaire).
    • Trouble de l'excitabilité - le plus souvent associé à cette maladie est la tachycardie paroxystique (peut être ventriculaire, auriculo-ventriculaire et supraventriculaire) et l'extrasystole (des classifications distinctes sont envisagées par source, nombre de sources, heure d'apparition, fréquence et ordre).
    • Trouble de conduction - options pour augmenter la conductivité (trouvée dans le syndrome de WPW), ainsi que sa réduction (typique pour les blocages de diverses localisations) sont considérées.

    Selon la gravité de telle ou telle arythmie, l'armée est soit contre-indiquée, soit un jeune est autorisé à faire du service de cordes.

    Dans certains cas, il existe des arythmies mixtes lorsque, en plus des battements, on diagnostique un état tel que la fibrillation auriculaire. Ou flutter auriculaire est combiné avec flutter ventriculaire.

    Dépistage et diagnostic

    Les perturbations du rythme cardiaque sont effectuées par un cardiologue qui, à la réception, effectue tout d’abord une enquête sur le patient et un examen externe. Prochain examen instrumental nommé, des tests de laboratoire, des consultations de professionnels liés.

    L'électrocardiographie est attribuée à presque tous les patients cardiologiques sans exception, ce qui permet dans la plupart des cas de déterminer de nombreuses formes d'arythmie. Chaque cas a ses propres signes ECG:

    • Tachycardie sinusale - hormis une augmentation de la fréquence cardiaque, les autres changements de rythme ne sont pas détectés.
    • Bradycardie sinusale - il y a une diminution de la fréquence cardiaque par rapport à la norme d'âge.
    • Arythmie sinusale - la fréquence cardiaque augmente, diminue ou reste normale alors que le rythme devient irrégulier.
    • Syndrome de faiblesse des noeuds sinusaux - il existe une diminution constante de la fréquence cardiaque de type sinusal, parfois le rythme sinusal disparaît et un blocus sino-auriculaire est enregistré périodiquement. Également sur l'ECG peut être diagnostiqué le syndrome de tachycardie-bradycardie.
    • Arythmies hétérotopiques - se manifestant par une modification de la fréquence cardiaque et de la correction du rythme, qui sont le plus souvent non sinusiennes. Avec un rythme cardiaque idioventriculaire, le rythme cardiaque est de 20 à 40 battements / min et avec un auriculo-ventriculaire de 40 à 60 battements / min.
    • Extrasystole - est déterminé lorsqu’une contraction extraordinaire se produit sur l’ECG, qui peut être simple, paire, multiple. Aussi pour cette forme d'arythmie est caractérisée par une pause compensatoire incomplète. Selon la source d'excitation, des changements peuvent se produire dans les oreillettes, le nœud auriculo-ventriculaire, les ventricules.
    • Tachycardie paroxystique - apparaît soudainement, alors que la fréquence cardiaque peut atteindre 150 battements / minute et plus.
    • Blocage cardiaque - est déterminé par le prolapsus des complexes de la localisation correspondante, avec une gravité de pathologie faible, seul un ralentissement du rythme peut être observé.
    • Flutter auriculaire - la fréquence cardiaque par minute est comprise entre 150 et 160 battements, alors que les complexes ventriculaires ne changent pas et que le rythme devient non sinusien.

    En plus de l'électrocardiographie utilisant d'autres méthodes de recherche passives. Cela peut être une surveillance Holter, une échographie du cœur (échocardiographie). Si les crises d'arythmie sont rares et qu'elles ne sont pas fixées sur l'ECG, des tests inductifs sont alors appliqués:

    • Des exercices avec activité physique - un vélo d’exercice ou un tapis roulant sont utilisés à cet effet, tandis que l’ECG est enregistré en parallèle.
    • Testez avec une table inclinée - souvent utilisé dans des états pré-inconscients et évanouissants fréquents et sans fondement. Pour ce patient est fixé sur la table, qui, après avoir retiré les indicateurs en position horizontale, est transféré à la verticale et enregistre à nouveau le rythme cardiaque et la pression artérielle.
    • Des recherches électrophysiologiques sont menées afin de déterminer le foyer arythmogène et, si possible, de procéder à son élimination. Souvent utilisé dans la fibrillation auriculaire.

    Traitement conservateur

    En cas d'arythmie sévère, un traitement antiarythmique est utilisé. Leur réception n'est possible qu'avec le consentement du médecin traitant, sans quoi des conséquences indésirables pourraient en résulter.

    Groupes de médicaments antiarythmiques utilisés pour l'arythmie:

    • Les médicaments qui affectent le système de conduction cardiaque. Ce groupe comprend les glycosides cardiaques, les bêta-bloquants. En raison de cet effet, la fréquence cardiaque ralentit, ils sont donc plus souvent utilisés pour la tachycardie et la fibrillation auriculaire.
    • Les médicaments antiarythmiques directs - affectent la perméabilité des canaux ioniques, ce qui réduit le rythme cardiaque. La liste des médicaments de ce groupe contient de l'amiodarone, de l'allapénine, du ritmonorm et d'autres.

    Les recommandations générales comprennent les suivantes:

    • S'ils sont sujets à la thrombose, ils essaient de traiter avec des médicaments thrombolytiques, y compris l'aspirine cardiologique, le clopidogrel et d'autres médicaments similaires prescrits par un médecin. En outre, l'inclusion de lin, d'ail, de céleri et de persil dans l'alimentation aide à fluidifier le sang.
    • Le muscle cardiaque est capable de renforcer le mildronate, la riboxine, l'ATP. Un médecin peut également prescrire d'autres médicaments largement utilisés en cardiologie. Y compris il est utile d'utiliser une graine, des noix, des fruits secs, du poisson.
    • Si une arythmie est une complication d'une autre maladie, elle est d'abord traitée, ce qui permet d'éliminer les crises d'arythmie sans utiliser de médicaments cardiologiques.

    Le traitement à long terme de l'arythmie implique la mise en œuvre prudente des recommandations médicales, réduisant ainsi le risque de convulsions récurrentes. Dans les cas difficiles, lorsqu'il est impossible d'obtenir l'effet souhaité par des moyens conservateurs, ils ont recours à l'implantation d'un stimulateur cardiaque ou à l'ablation par cathéter à radiofréquence.

    Méthodes traditionnelles de traitement de l'arythmie

    Un traitement non traditionnel peut être associé à un traitement conservateur. Dans certains cas, lorsque les attaques de troubles du rythme du rythme cardiaque sont peu prononcées et qu’il n’ya pas d’autres troubles cardiaques, ils essaient de traiter uniquement avec des préparations à base de plantes. Dans tous les cas, le traitement avec des remèdes populaires est pré-convenu avec le médecin, sinon il pourrait en résulter des conséquences déplorables.

    • Printemps adonis - parmi une grande variété de médicaments de la pharmacie verte, a montré sa grande efficacité, la seule chose qui est utilisée avec prudence et pas plus de deux semaines, puis prendre une pause pour la même période. Pour le traitement, prenez la teinture, qui est prise par 15 gouttes trois fois par jour. Adonis est un glycoside cardiaque, il est donc pris avec des diurétiques.
    • Violet tricolore - également connu sous le nom de "pensées". Convient pour l'utilisation d'herbe séchée, qui dans une quantité de 2 c. préparez un verre d'eau bouillie. Après une perfusion de plusieurs heures, la perfusion est prête à recevoir 2 c. l jusqu'à trois fois par jour. Il est important de ne pas surdoser le médicament, car des nausées et des vomissements peuvent apparaître.
    • Les inflorescences de Kislitsy sont utilisées pour le traitement des troubles du rythme du rythme sous forme d’infusion, qui est préparée à partir d’un verre d’eau bouillante et d’une cuillère à soupe de plante. Le médicament doit être perfusé, il est considéré comme prêt à être consommé après refroidissement.
    • L'asperge n'est pas très connue, bien qu'avec l'aide de ses pousses et de ses rhizomes, il soit possible de calmer l'activité cardiaque et de normaliser le rythme. Ces composants doivent être finement broyés, à partir de la quantité totale prise une cuillère à soupe du mélange et versez un verre d'eau bouillante. Ensuite, pendant environ trois heures, le médicament est infusé à chaud puis pris en petites quantités plusieurs fois par jour. Ainsi, il peut être traité pendant plusieurs mois, mais à des intervalles de 10 jours toutes les trois semaines d’administration.
    • Hawthorn - cette plante s'est largement recommandée dans le traitement des maladies cardiovasculaires. Les fleurs sont principalement prises, mais les fruits de la plante peuvent être utilisés. Un verre d'eau bouillante est pris quelques cuillères à soupe de fleurs ou de fruits. Pour brasser, généralement 20 minutes suffisent, alors vous pouvez boire en fonction du type de thé.

    Dans certains cas, il est recommandé de prendre de l'ail pour traiter les arythmies, mais ce produit ne convient pas à tout le monde, en particulier à ceux qui ont mal au ventre. La grossesse n'est pas contre-indiquée pour recevoir de l'ail frais, mais tout devrait être fait avec modération. Le miel peut également avoir un effet bénéfique sur le cœur, mais uniquement en l'absence d'allergie.

    Les remèdes populaires peuvent être considérés comme un mélange d'herbes ayant un effet calmant, tonifiant et vitaminé. Quel que soit le médicament choisi, il est important de le prendre avec l'accord du médecin traitant, faute de quoi des effets secondaires pourraient apparaître.

    Des complications

    Dans la plupart des cas, l’arythmie n’est pas ressentie ou ne provoque pas d’inconfort mineur, mais en l’absence d’effets médicinaux adéquats, la maladie est dangereuse non seulement pour la santé, mais aussi pour la vie. Le risque augmente avec la combinaison d'arythmies avec d'autres maladies cardiologiques. En particulier, les pathologies suivantes peuvent se développer:

    • Insuffisance cardiaque décompensée. Une tachycardie ou une bradycardie prolongée dans les cas graves conduit à une stagnation du sang dans les cavités du cœur. Avec la surveillance en temps opportun de la fréquence cardiaque peut être considérablement améliorée la santé.
    • AVC Une telle complication est plus caractéristique du flutter auriculaire, qui n'est pas en mesure de transférer la portion de sang nécessaire aux ventricules. Si le flux sanguin normal est perturbé dans les oreillettes, le risque de formation de caillots sanguins pouvant pénétrer dans la circulation générale augmente. Souvent, des caillots sanguins pénètrent dans les vaisseaux cérébraux, provoquant par la suite une ischémie des structures cérébrales.
    • L'arrêt cardiaque est la complication la plus terrible qui provoque souvent une fibrillation ventriculaire. Si, dans cet état, aucune assistance médicale n'est fournie à temps, la personne décède.

    Prévention

    Un certain nombre de mesures préventives empêchent l'apparition d'arythmies ou réduisent le risque de convulsions récurrentes.

    • En présence de maladies infectieuses, il est nécessaire d'effectuer leur traitement avec une qualité élevée et sans délai.
    • Les maladies concomitantes sous forme de pathologies cardiaques, les maladies de la glande thyroïde et l'hypertension artérielle doivent être traitées rapidement.
    • Les repas doivent être complets et équilibrés.
    • En présence d'un entraînement physique amélioré, vous devez le réduire, mais ne passez pas à l'autre extrême - l'inactivité physique.
    • Il est inacceptable d'avoir une mauvaise habitude du type de tabagisme, vous devez également renoncer à l'alcool.
    • Les situations stressantes doivent être minimisées et, mieux encore, complètement exclues.
    • Certains indicateurs du type de glucose dans le sang, du poids corporel et du cholestérol doivent être sous surveillance constante.

    Quel médecin contacter

    L’étude de la nature de l’arythmie, de son diagnostic, de son traitement et de sa prévention est réalisée par un arythmiste. En même temps, dans la plupart des cliniques, il n’existe pas de spécialisation distincte en arythmie et, par conséquent, un cardiologue prend des patients présentant des troubles du rythme.

    Le diagnostic fonctionnel des troubles du rythme cardiaque est pris par le médecin de la spécialité concernée. Avec son aide, échographie, électrocardiographie et, si nécessaire - surveillance Holter.

    La présence d'une pathologie concomitante peut nécessiter une consultation supplémentaire de médecins de spécialités apparentées. Cela peut être un endocrinologue qui traite la glande thyroïde ou un gynécologue qui aide au déroulement pathologique de la ménopause. Un traitement réussi de la maladie sous-jacente peut souvent faire face à des crises d’arythmie.

    L'inefficacité du traitement conservateur est une indication de l'orientation d'un patient vers une consultation de chirurgien cardiaque, qui décide de la nécessité d'une ablation par radiofréquence du foyer pathologique. Une opération d'implantation d'un stimulateur cardiaque peut également être effectuée.