Les enfants ont-ils un accident vasculaire cérébral?

Pour une personne non entraînée, il peut sembler qu'un accident vasculaire cérébral chez l'enfant ne puisse pas se produire, car on considère traditionnellement que cette maladie est associée à l'âge. Mais les enfants ont un accident vasculaire cérébral, bien que très rarement, vous devez donc connaître les raisons qui le provoquent. Cette maladie peut survenir secrètement, en particulier chez les nouveau-nés, et ses manifestations sont dangereuses pour la santé et la vie des miettes.

Qu'est-ce qu'un accident vasculaire cérébral

Il existe deux types d'accident vasculaire cérébral:

  • ischémique, associée à une thrombose cérébrale. Avec lui, le vaisseau est étroitement bloqué par un caillot de sang - un thrombus qui interfère avec le mouvement du sang et provoque une insuffisance de la circulation sanguine, une déficience en oxygène du tissu cérébral. Si cette condition dure longtemps, la région affectée de la substance cérébrale peut mourir. De ce fait, les conséquences peuvent affecter n'importe quel organe (système) du corps humain, qui était contrôlé par la partie du cerveau touchée;
  • hémorragique, causée par une hémorragie. Un vaisseau éclaté libère une grande quantité de sang dans le bulbe qui s’effondre et forme un caillot, un hématome. Il exerce une pression sur une vaste zone du cerveau, ce qui peut avoir des conséquences très graves - de la paralysie à la mort du patient en passant par une immobilité totale. La gravité de la lésion dépend de la partie du cerveau touchée par un accident vasculaire cérébral.

Les enfants souffrent principalement de la première forme de la maladie, à savoir un accident vasculaire cérébral ischémique. Il s’agit d’une forme relativement moins grave de la maladie, car les accidents vasculaires cérébraux hémorragiques sont plus fréquents chez les personnes âgées, ce qui entraîne des effets beaucoup plus dangereux pour la santé. C'est cette forme de maladie qui est la principale cause de décès.

Causes dans l'enfance

La principale raison du développement de l'AVC d'un enfant est une violation de la circulation cérébrale. Il peut survenir à différents âges, de sorte que les accidents vasculaires cérébraux chez l'enfant sont répartis dans les groupes d'âge suivants:

  1. Intra-utérin ou périnatal.
  2. AVC nouveau-nés.
  3. La maladie des adolescents de moins de 18 ans.

Dans les deux premiers groupes, la fréquence du diagnostic de la maladie est d'un cas pour 4 000 enfants. Dans le troisième groupe, l’incidence de la maladie diminue fortement, atteignant un pour 100 000 adolescents.

La gravité de la maladie et le niveau de danger de ses effets sur la santé dépendent de la zone dans laquelle le cerveau de l’enfant a été victime d’un AVC et de sa forme.

La forme hémorragique est rare, elle est le plus souvent déclenchée par une lésion cérébrale traumatique lors d'un accident vasculaire cérébral ou lors d'un accouchement très difficile. Elle est associée à une violation de l'intégrité du vaisseau et à une effusion de sang entraînant la formation d'un hématome.

Les causes les plus courantes pouvant déclencher une hémorragie cérébrale sont les suivantes:

  • blessure à la tête;
  • anévrisme du vaisseau (amincissement et saillie de la paroi du vaisseau menaçant sa perforation);
  • hypertension artérielle;
  • présence de tumeurs cérébrales - bénignes ou malignes;
  • intoxication;
  • maladies du sang (leucémie aiguë, hémophilie (trouble de la coagulation déterminé génétiquement, anémie aplastique, hémoglobinopathie, y compris la drépanocytose);
  • alcoolisme ou toxicomanie de la mère pendant la gestation

Au développement de l'AVC ischémique, qui s'appelle également un infarctus du cerveau, chez les enfants mènent aux raisons suivantes:

  • manque d'oxygène pendant le développement fœtal et au moment de la naissance;
  • vascularite cérébrale, particulièrement susceptible chez les enfants atteints de maladies auto-immunes;
  • anomalies de la structure et du fonctionnement du système vasculaire;
  • maladie cardiaque congénitale;
  • intervention chirurgicale pour installer une valve cardiaque artificielle;
  • diabète sucré;
  • méningite;
  • varicelle;
  • hypertension artérielle chez la mère pendant la grossesse avec œdème des membres inférieurs;
  • l'abus d'alcool, de drogues ou de drogues par une femme enceinte, le tabagisme;
  • exfoliation du placenta, ce qui a entraîné une privation d'oxygène du fœtus en oxygène;
  • écoulement de liquide amniotique au début du travail (plus de 24 heures).

Toutes ces conditions peuvent faire naître un accident vasculaire cérébral, ou il va se développer dans les premiers stades de la vie. Les adolescents sont plus susceptibles de souffrir d’AVC, qui se manifeste par un stress physique ou émotionnel très élevé, ainsi que par des lésions cérébrales et des maladies.

Comment sont les symptômes

Les symptômes de l'AVC chez les enfants qui naissent avec elle peuvent passer inaperçus en raison de leur inexpression, rendant flou chez un très jeune enfant. Un tel bébé peut ne pas être différent de ses pairs, il va juste devenir un peu plus lent.

Des blessures plus graves en cas de lésion intra-utérine entraînent des convulsions, une perte d'appétit, un retard de développement léger ou grave, des problèmes respiratoires, qui peuvent être exprimés en apnée - arrêt momentané de la respiration, particulièrement dangereux pendant le sommeil.

Les symptômes chez les adolescents sont plus prononcés. Ils manifestent une paralysie, une confusion de la parole, une faiblesse, une altération des mouvements, une baisse de concentration et d'apprentissage, des maux de tête et des vertiges, de sorte qu'ils attirent immédiatement l'attention des parents. Souvent, ces enfants deviennent plus émotifs, perdent rapidement leur sang-froid, se mettent en colère et pleurent, moins souvent ils se retirent et se détachent. Il est très important de ne pas laisser votre enfant seul avec le problème, vous devez beaucoup communiquer avec lui, le soutenir et encourager le désir de guérison.

Danger potentiel pour la santé

La manifestation d'un accident vasculaire cérébral peut être soudaine et menacer gravement la santé et la vie de l'enfant. Lorsque les symptômes suivants apparaissent, une ambulance doit être appelée en urgence:

  1. Maux de tête sévères ou persistants, notamment avec nausées et vomissements.
  2. Trouble de concentration, confusion, désorientation.
  3. Problèmes de mémoire ou sa perte complète.
  4. Inaudible, discours "lié".
  5. Troubles respiratoires.
  6. Problèmes d'ingestion.
  7. Affaiblissement de la motilité dans la moitié du corps si une moitié du cerveau est affectée.
  8. Crampes
  9. Paralysie.

Ce sont des symptômes très dangereux et le sauvetage de l'enfant dépend en grande partie de la rapidité de son intervention et de son acheminement à l'hôpital. Un accident vasculaire cérébral chez l'enfant peut avoir les conséquences suivantes:

  • infirmité motrice cérébrale;
  • retard mental et physique;
  • troubles du mouvement;
  • complications de la vision et de l'audition;
  • troubles psychologiques;
  • difficultés avec la socialisation de l'enfant.

Le traitement des bébés et des adolescents atteints de troubles de la circulation cérébrale peut être traité par divers médecins spécialistes, non seulement en raison de problèmes d’activité cérébrale. Un tel enfant aura besoin de cours avec un orthophoniste, des physiothérapeutes, des psychologues et des représentants d'autres spécialités médicales.

Traitement

Dans la forme hémorragique, le traitement consiste principalement à enlever un caillot sanguin et à arrêter le saignement. Cela peut être fait exclusivement par la méthode opérationnelle et le plus rapidement possible, car l'hématome exerce une pression sur les zones du cerveau et provoque d'autres problèmes de santé. Après l'opération, les médecins prennent des mesures pour contrôler la respiration du petit patient, surveillent le niveau de pression artérielle et la température corporelle.

Pour compléter la thérapie, on prescrit au patient un ensemble de médicaments conçus pour résoudre divers problèmes: niveler le risque de développer une infection, normaliser la circulation sanguine, renforcer le corps, stimuler le système immunitaire. Les médicaments ne sont sélectionnés que par un spécialiste et la durée du traitement dépend de la gravité de l'état du patient.

Après avoir subi un traitement chirurgical, l'enfant aura besoin d'une thérapie de réadaptation. Pendant cette période, les parents et les proches de l'enfant devront faire preuve de la plus grande attention, soutenir et approuver toutes les réalisations de l'enfant de toutes les manières possibles. Même dans des cas très difficiles, les jeunes enfants ont de bonnes chances de se rétablir complètement.

Dans les accidents ischémiques, le traitement est principalement médical et vise la résorption d’un caillot sanguin et l’amélioration de la circulation cérébrale. Les patients sont prescrits des agents qui empêchent une coagulation sanguine améliorée, ainsi que des médicaments nootropes qui soutiennent et renforcent le traitement. Il est très important de travailler avec l'enfant et pas seulement de le traiter avec des médicaments. En cas de problèmes physiques, des massages et des techniques modernes de matériel viennent à la rescousse et les troubles de la parole sont rétablis par des exercices spéciaux.

Le corps du bébé doit être renforcé et tempéré afin d'assurer une nutrition saine et appropriée et d'être plus à l'aise à l'air frais. Mais le plus important est de l'aimer et de le soutenir, de ne pas croiser les bras, même dans des situations très difficiles. La médecine moderne se développe et trouve de nouveaux moyens de rétablir la santé d'un tel patient.

En dépit de sa fragilité évidente, le corps d'une petite personne grandit et se développe, et la nature qui y est définie par la nature suffit à faire face aux maladies les plus graves. Le but des médecins et des parents de l’enfant est de l’aider à faire face à une maladie difficile et à la vaincre.

Causes et effets d'un AVC chez les enfants

Il existe 2 types de traits de lieu et de type d'origine différents. Les accidents vasculaires cérébraux chez les enfants peuvent être causés par un arrêt momentané du flux sanguin dû à un caillot sanguin bloquant le flux sanguin ou à la rupture d'un vaisseau sanguin dans le cerveau. Le premier est l'infarctus cérébral (ischémique), le second est hémorragique.

Informations générales

Le sang pénétrant dans le cerveau fournit les nutriments et l'oxygène nécessaires au bon fonctionnement de cet organe. À la suite d’un accident vasculaire cérébral, le cerveau ne reçoit pas de substances vitales, ce qui a pour effet d’affecter certaines de ses parties.

Les accidents vasculaires cérébraux chez les enfants par origine sont divisés en:

  • périnatal ou intra-utérin;
  • accidents vasculaires cérébraux survenus dans la phase néonatale;
  • PMK à l'âge de 18 ans.

Selon le groupe d'âge, le traitement et le diagnostic diffèrent. Les plus courantes sont les NMC (violation de la circulation cérébrale) des deux premiers groupes d'âge: les statistiques montrent que la probabilité que cet événement se produise est de 1 à 4 000 000 naissances. Ce dernier groupe a un taux de 1 cas pour 100 000 habitants. La gravité des conséquences d'un accident vasculaire cérébral chez l'enfant est déterminée par son emplacement dans le cerveau.

Causes possibles du NMC

Comme mentionné précédemment, l’accident hémorragique chez les enfants est dû à une rupture du vaisseau cérébral. Dans ce cas, le sang est versé dans le cerveau, ce qui l’endommage. Ce type d'accident vasculaire cérébral survient moins souvent chez les enfants.

Causes possibles de la rupture d’un vaisseau sanguin dans le cerveau d’un enfant:

  • lésion cérébrale traumatique, entraînant par la suite la destruction des vaisseaux cérébraux;
  • anévrisme (en d'autres termes - faiblesse dans la paroi de l'artère);
  • avitaminose, intoxication;
  • l'hypertension;
  • tumeur cérébrale;
  • alcoolisme maternel ou toxicomanie;
  • maladies du sang. (hémophilie, leucémie, hémoglobinopathie, anémie aplastique).

Les accidents ischémiques chez les enfants (infarctus cérébral) sont plus fréquents que les hémorragiques. Les principales causes de ce type d’accident vasculaire cérébral sont les suivantes:

  • manque d'oxygène pendant l'accouchement;
  • maladies infectieuses passées (varicelle, méningite);
  • maladie cardiaque congénitale;
  • endocardite bactérienne;
  • appareil de valve cardiaque prothétique;
  • vascularite cérébrale (caractéristique des enfants atteints de maladies auto-immunes);
  • diabète sucré;
  • anomalies des vaisseaux sanguins, des veines, des artères, des capillaires.
Occlusion vasculaire

Dans ce cas, il y a des raisons liées aux problèmes de la mère, transférés par elle pendant la grossesse ou l'accouchement

  • hypertension artérielle, qui peut provoquer un gonflement des extrémités;
  • écoulement prématuré de liquide amniotique (plus d'un jour avant l'accouchement);
  • toxicomanie ou alcoolisme;
  • exfoliation du placenta, responsable de l'oxygénation in utero de l'enfant.

Symptômes et signes

Un bébé qui a subi une CPN pendant la période périnatale ne montre souvent aucun signe particulier longtemps après la naissance. Le développement d'un tel enfant peut se dérouler normalement, mais à un rythme plus lent que chez les autres enfants. En cas d'accident intra-utérin grave, le bébé peut ultérieurement présenter des convulsions dont la gravité varie considérablement.

Un accident vasculaire cérébral subi par de jeunes enfants se manifeste de la manière suivante:

  • avoir des problèmes d'appétit;
  • convulsions de tout membre;
  • apnée chez un enfant - problèmes de respiration;
  • retard de développement (les jeunes enfants peuvent, par exemple, commencer à ramper après l'âge prévu).

Les enfants plus âgés peuvent avoir des convulsions - paralysie soudaine du corps entier ou des membres. Incapacité de bouger, détérioration de la concentration, léthargie, manque de parole - ces symptômes permettront aux parents de reconnaître le NMC chez un adolescent. Si l’un des symptômes suivants apparaît, consultez immédiatement un médecin ou appelez une ambulance:

  • maux de tête, éventuellement avec vomissements;
  • parole inarticulée, problèmes d'appareil de parole, convulsions précédemment absentes;
  • perte soudaine de mémoire, de concentration;
  • difficulté à respirer ou à avaler;
  • utilisation prédominante d'un côté du corps (cela peut être dû à une lésion de l'une des parties du cerveau);
  • paralysie

Conséquences possibles

Les conséquences graves qu'un AVC ischémique chez l'enfant ou l'hémorragique peuvent entraîner sont les suivantes:

  • retard mental;
  • infirmité motrice cérébrale;
  • problèmes psychologiques;
  • problèmes de vision;
  • difficultés de communication.

Après n'importe quel type de NMC, l'enfant doit faire l'objet d'une surveillance régulière de spécialistes dont les activités visent à faciliter la réadaptation. Ces médecins comprennent des physiothérapeutes, des orthophonistes et des spécialistes en neurorééducation.

Il faut se rappeler que les lésions cérébrales chez un enfant peuvent être importantes, mais la plasticité du système nerveux des enfants est beaucoup plus grande que chez les adultes. Cela signifie que la capacité de rééducation et de récupération chez les enfants est beaucoup plus grande. Le cerveau de l’enfant est en cours de développement et a donc de meilleures chances de guérison que le cerveau de l’adulte. En cas de traitement rapide et efficace, les spécialistes peuvent atteindre un niveau élevé de récupération des fonctions corporelles, perturbées après un accident vasculaire cérébral.

Que faire

Les trois premières heures après l'apparition de symptômes similaires à ceux d'un accident vasculaire cérébral chez l'enfant sont le moment où les soins médicaux et le traitement dispensés donneront les résultats optimaux. Les parents doivent se souvenir de cela, en agissant rapidement et promptement. Quelques étapes simples pour vous aider à déterminer votre AVC:

  1. Faites attention au sourire - que ce soit symétrique ou naturel. Si le bébé sourit avec seulement la moitié du visage, il s'agit du premier signe d'un possible accident vasculaire cérébral.
  2. Demandez à l'enfant de lever les mains en l'air: s'il y a une faiblesse d'un membre, l'impossibilité d'effectuer cette action - il y a un deuxième signe
  3. Prononcez la phrase en demandant de la reproduire. Dans le même temps, faites attention à ce que l'enfant l'entende complètement répéter, s'il n'y a pas de trouble de la parole, un discours trouble. Dans le cas où il ne s’est pas acquitté de la tâche ou a eu des difficultés de prononciation, vous avez le troisième signe d’un AVC possible.

Rappelez-vous que la force de chaque parent d'aider votre enfant dans la phase initiale de la CNG. Il faut être prudent et, en cas de manifestation des signes susmentionnés, à savoir les symptômes d'un accident vasculaire cérébral chez l'enfant, faire immédiatement appel à une aide qualifiée.

Y a-t-il un accident vasculaire cérébral chez les enfants et en quoi est-il différent de la pathologie de l'adulte?

La sagesse conventionnelle selon laquelle un accident vasculaire cérébral lié à une maladie purement «adulte» est fondamentalement erronée. Les accidents vasculaires cérébraux chez les enfants ne sont pas rares. Ce qui est encore pire - la maladie affecte souvent les nouveau-nés. Bien entendu, les personnes âgées, après 65 ans, souffrent davantage de troubles de l'apport sanguin au cerveau. Si nous examinons les données statistiques sur la morbidité infantile, le tableau est le suivant: 6 cas pour 100 000 enfants. En outre, il convient de noter que le tableau clinique et les premiers signes d'un accident vasculaire cérébral chez les jeunes enfants différeront quelque peu des manifestations chez l'adulte.

Types d'accident vasculaire cérébral

L'apport de sang dans le cerveau en temps opportun assure le fonctionnement normal de l'organe lui-même et de l'organisme dans son ensemble. Si son apport sanguin est perturbé, un accident vasculaire cérébral survient. Le cerveau est privé d'oxygène et de nutriments essentiels, c'est pourquoi ses tissus en souffrent. La classification des hémorragies cérébrales chez l'enfant dépendra directement des critères d'évaluation spécifiés. Donc, en fonction de l'âge du bébé, émettez:

  • accident vasculaire cérébral fœtal (dans la période prénatale);
  • périnatale (à partir de 28 semaines de gestation et jusqu’à un mois de la vie d’un bébé);
  • accident vasculaire cérébral chez l'enfant (manifesté dans la période allant du 29e jour de la vie de l'enfant à son âge adulte).
AVC ischémique chez les enfants

Par type d'origine, les accidents cérébrovasculaires chez les enfants sont divisés en:

Accident vasculaire cérébral ischémique chez un enfant se produit en raison d'un blocage d'un vaisseau cérébral par un caillot de sang (ischémie). Un caillot peut se former dans n'importe lequel des vaisseaux du corps et via le flux sanguin dans le système vasculaire du cerveau. Accident vasculaire cérébral ischémique chez les enfants peut également être thrombotique, non thrombotique et embolique.

Les accidents hémorragiques chez les jeunes enfants sont dus à la rupture d'un vaisseau sanguin. C'est pourquoi de gros volumes de sang commencent à s'accumuler sous la muqueuse du cerveau ou directement dans sa substance. Cela provoque une pression excessive sur les tissus voisins et conduit à une violation de leurs fonctions. Il est parenchymal, sous-arachnoïdien, sous-dural et épidural.

Les causes

Comme déjà mentionné, un accident vasculaire cérébral hémorragique est caractérisé par une rupture du vaisseau. Pourquoi ce problème survient-il chez les enfants? Il y a plusieurs facteurs et raisons pour cela:

  • gonflement;
  • anévrisme;
  • pression accrue;
  • lésion cérébrale traumatique;
  • avitaminose ou intoxication;
  • maladies du sang (hémophilie, leucémie);
  • toxicomanie ou alcoolisme de la mère.

En cas d'accident ischémique cérébral, un thrombus obstrue le vaisseau, ce qui entraîne une crise cardiaque. La formation de tels caillots sanguins peut contribuer à:

  • diabète sucré;
  • vascularite cérébrale;
  • maladie cardiaque congénitale;
  • endocardite bactérienne;
  • valves cardiaques prothétiques;
  • des anomalies des veines, des artères et des capillaires;
  • maladies infectieuses (varicelle, méningite et autres).

Parfois, un accident ischémique chez un enfant est précédé par des problèmes de la mère pendant la grossesse. En règle générale, nous parlons de haute pression stable, de décollement placentaire, d'interruption de l'alimentation du fœtus avec de l'oxygène ou d'un écoulement précoce de l'eau (un jour avant la naissance). Quant aux adolescents, ils peuvent être victimes d'un AVC ischémique dû à des amphétamines, à la cocaïne ou à un empoisonnement causé par le maninil ou l'isoniazide.

Les symptômes

Les accidents vasculaires cérébraux chez les enfants ont les mêmes symptômes que les adultes. C'est-à-dire que la conscience est floue, que la vision se détériore, que la faiblesse apparaît soudainement et que la parole devient trouble. Cependant, il est souvent difficile de diagnostiquer la maladie et d'identifier les symptômes chez les nourrissons, car ils ne sont pas en mesure de décrire leur maladie et les proches insistent rarement sur l'apparition de manifestations neurologiques chez le bébé. Quant aux enfants de 1 an à 4 ans, ils présentent les premiers signes d'un accident vasculaire cérébral pouvant être accompagné des symptômes suivants:

  • l'apnée;
  • manque d'appétit;
  • spasmes des membres;
  • retard de développement physique.

Chez les enfants plus âgés, il y a une diminution de la concentration et une possible paralysie d'un des membres, qui se propage ensuite à tout le corps. Il existe également un lien avec l'hémisphère cérébral dans lequel s'est produite l'hémorragie, de sorte que les symptômes peuvent changer. Avec la défaite de l'hémisphère droit, les mouvements du côté gauche du corps se compliquent et l'enfant a souvent des problèmes pour fixer les boutons de ce côté des vêtements. En outre, le bébé perd la capacité d'évaluer correctement la position et la taille des objets. Si l'hémisphère gauche a souffert, il est difficile pour l'enfant de parler, car cette région du cerveau est responsable de la parole et du langage. La netteté et la maladresse des mouvements du côté droit du corps sont également notées.

Vertiges ou maux de tête graves en tant que symptôme d'accident vasculaire cérébral chez l'enfant

Une attention particulière doit être portée aux symptômes suivants chez les enfants:

  • perte de mémoire;
  • difficulté à avaler;
  • paralysie unilatérale;
  • forte détérioration de la vue;
  • difficultés de prononciation des mots et de perception de la parole;
  • vertiges, problèmes d'orientation spatiale;
  • mal de tête intense, qui s'accompagne souvent de vomissements.

Si un enfant présente au moins l'un de ces symptômes, appelez immédiatement une ambulance.

Diagnostics

La période la plus importante, pendant laquelle l'assistance médicale est la plus efficace, est les trois premières heures après l'apparition des symptômes de l'AVC. Si vous suspectez un accident vasculaire cérébral, vous devez suivre les étapes suivantes:

  • évaluer la symétrie et le naturel du sourire du bébé;
  • demander à l'enfant de lever les mains en l'air - c'est ainsi que se révèle la faiblesse d'un des membres;
  • prononcez n'importe quelle phrase et demandez à la miette de répéter ce qu'il a entendu: c'est ainsi que sont déterminés les troubles de la parole et de la mémoire.

Si un sourire en coin, des troubles du mouvement et de la parole étaient trouvés, alors, très probablement, l'enfant aurait un accident vasculaire cérébral et devrait être hospitalisé d'urgence. À l'hôpital, pour confirmer le diagnostic, le bébé peut recevoir les types de diagnostic suivants:

  • IRM du cerveau;
  • Radiographie;
  • échoencéphalographie;
  • dopplerographie vasculaire;
  • tests de laboratoire d'urine et de sang.

Premiers secours

Jusqu'à l'arrivée de l'ambulance, vous devez être en mesure de fournir les premiers soins à l'enfant. Tout d'abord, vous devez le poser sur le dos en plaçant un oreiller haut sous la tête (pour éviter le développement ou la progression de l'œdème cérébral). Ensuite, vous devez retirer du bébé tous les vêtements contraignants (dégagez le collier, la ceinture, la ceinture).

Ouvrez ensuite la fenêtre ou la fenêtre pour une meilleure circulation de l’air frais. En cas de vomissement, la tête de l’enfant doit être tournée sur les côtés et la bouche doit être nettoyée du mucus et des vomissures. Si le bébé a cessé de respirer (avec un AVC prolongé), il est nécessaire de procéder à la réanimation.

Traitement

Après la découverte des premiers symptômes d'un AVC chez un enfant, un traitement devrait être prescrit (dans les 3-6 premières heures), en raison de la lésion très rapide des cellules cérébrales.
Après tout, avec leur défaite massive, les conséquences sont souvent irréversibles. Tout d'abord, les médecins identifient le type et la cause d'un accident vasculaire cérébral, puis éliminent les symptômes les plus dangereux qui déclenchent la progression de celui-ci (gonflement du cerveau, hypertension artérielle, problèmes cardiaques).

Avec un fort syndrome douloureux, on introduit des analgésiques, des anticonvulsivants - avec un syndrome convulsif intensif, des antioxydants et des nootropes pour la réparation des neurones. Un traitement spécifique supplémentaire dépendra directement du type d’AVC (ischémique ou hémorragique). Après la stabilisation de l'état du patient, la physiothérapie, la physiothérapie, les massages, le travail avec un orthophoniste et un psychologue sont introduits, ainsi que la prévention des complications.

Complications et conséquences

Les conséquences d'un tel coup dans l'enfance peuvent être assez lourdes. Donc, à l'avenir, il est possible:

  • développement de la paralysie cérébrale;
  • paralysie et parésie;
  • perte de la vue et de l'ouïe;
  • retard mental;
  • troubles de la parole persistants;
  • problèmes dans le travail des organes pelviens;
  • la formation de retard mental;
  • écarts constants dans la coordination des mouvements;
  • problèmes psychologiques (changements d'humeur, de comportement, de caractère).

Réhabilitation

Les activités de récupération pour les enfants doivent commencer le plus tôt possible. Par conséquent, après avoir évalué tous les problèmes neurologiques et la gravité de l’état du petit patient, la possibilité d’une rééducation précoce est envisagée. Ces activités sont réalisées sur un plan individuel, d'abord dans des établissements spécialisés, puis à domicile. Parallèlement à cela, les parents sont initiés à toutes les nuances du programme de réadaptation, de manière à pouvoir apporter un soutien psychologique à l'enfant à tous les stades.

Accident vasculaire cérébral pendant l'enfance: caractéristiques de la maladie chez l'enfant et traitement

Les accidents vasculaires cérébraux chez les enfants sont moins fréquents que chez les adultes et les personnes âgées, mais leurs effets ne sont pas moins dangereux. Les accidents vasculaires cérébraux hémorragiques et ischémiques mal diagnostiqués chez l'enfant peuvent entraîner une invalidité et la mort, d'où l'importance de la question de leur identification à un stade précoce pour chaque parent.

Des statistiques

L'accident vasculaire cérébral est considéré comme une maladie des personnes âgées: selon les statistiques, 7,3% à 10,5% des hommes et des femmes âgés de 70 à 80 ans souffrent de cette maladie. Les enfants reçoivent moins souvent le même diagnostic, car ils sont moins sensibles aux facteurs de risque associés à sa survenue.

L’accident vasculaire cérébral le plus courant chez l’enfant survient au cours de la période prénatale ou néonatale précoce: 1 cas pour 4 000 nouveau-nés. Les enfants de moins de 3 ans ont un risque accru de pathologie, qui représente 38% du nombre total d'accidents vasculaires cérébraux diagnostiqués.

Les garçons sont plus susceptibles de souffrir de ce problème, tandis que chez les filles, le risque de développer la maladie augmente pendant l’adolescence. Les enfants d'âge préscolaire et les adolescents ont moins d'accidents vasculaires cérébraux que les bébés: 1-2 par 100 000 personnes.

Variétés

Un accident vasculaire cérébral est une violation de l'apport sanguin au cerveau, entraînant la mort de cellules qui ne sont pas alimentées en oxygène ou autres substances. Sans elles, les cellules peuvent vivre de 2 à 6 minutes, après quoi leur performance ne peut plus être restaurée. La défaite entraîne des perturbations dans le corps et la perte de fonctions pour lesquelles des cellules mortes ont été portées.

La cause de l'apparition détermine 2 types d'accident vasculaire cérébral:

Les accidents vasculaires cérébraux hémorragiques chez les enfants sont dus à une hémorragie cérébrale résultant de la rupture des parois des vaisseaux sanguins. Cela entraîne immédiatement deux conséquences: le sang cesse de couler dans les zones du cerveau sectionnées et l'hématome formé au site de la rupture exerce une pression sur les vaisseaux et les tissus voisins.

La manifestation d'un accident ischémique cérébral est l'exsanguination de tissus due à des caillots sanguins obstruant la lumière du cerveau. En conséquence, le sang cesse de couler vers les cellules ou sa quantité est insuffisante pour continuer à fonctionner normalement.

En fonction du moment de l'événement, les accidents vasculaires cérébraux des enfants sont divisés en 3 périodes:

  1. intra-utérin ou fœtal;
  2. accident vasculaire cérébral du nouveau-né ou périnatal - dès les premiers jours de la vie jusqu'à un mois;
  3. type juvénile - de 1 mois à 18 ans.

Raisons

Les AVC périnatals et fœtaux peuvent dépendre du mode de vie particulier de la mère, de son état de santé et du déroulement de la grossesse.

Parmi les principaux facteurs de risque dans ce cas, citons:

  • tabagisme, consommation de stupéfiants et d'alcool par la mère;
  • hypertension chronique, crises fréquentes;
  • anomalies placentaires à différentes périodes, à la suite desquelles le fœtus a ressenti un manque d'oxygène;
  • diabète sucré;
  • maladies infectieuses de nature différente;
  • rupture des membranes avant le début du travail, ce qui a entraîné la rupture plus précoce du liquide amniotique.

Les nouveau-nés sont plus susceptibles de souffrir d'un traumatisme à la naissance, de manifestations de maladies congénitales et acquises dans les premiers jours de leur vie. Chez les adolescents, les traumatismes cranio-cérébraux, le stress psycho-émotionnel élevé et l’usage de stupéfiants s’ajoutent aux causes des accidents vasculaires cérébraux.

Facteurs de risque pour les nouveau-nés

Les causes d'accident vasculaire cérébral chez les nourrissons sont plus souvent associées à des anomalies congénitales et à l'évolution du travail. Ce groupe représente plus de 30% de tous les accidents vasculaires cérébraux chez les enfants.

Parmi les principales causes de la maladie chez les enfants figurent:

  • lésions du cerveau, du crâne et des vertèbres cervicales reçues pendant le travail;
  • infections foetales et hypoxie fœtale, pathologies d'origines diverses pendant la grossesse;
  • travail lourd et long qui a provoqué une hypoxie;
  • procédés non plastiques;
  • livraison précoce ou tardive;
  • compression de l'artère spinale;
  • endocardite bactérienne;
  • Maladie de Vergolf, maladies associées aux processus de coagulation du sang et conduisant à la formation de caillots sanguins;
  • les maladies transmises par des moyens génétiques, parmi lesquelles la maladie de Moya-Moya, se manifestent par le rétrécissement des artères intracrâniennes;
  • l'anémie falciforme, qui est plus fréquente chez les enfants à la peau foncée;
  • ischémie cérébrale;
  • méningite, neuroinfection, varicelle, qui augmente le risque d'accident vasculaire cérébral de 3 fois.

Facteurs de risque pour les enfants d'âge préscolaire

Chez les enfants d'âge préscolaire, la maladie est moins commune. Chez les enfants de plus de 3 ans, l’une des principales causes d’accident ischémique cérébral est l’hémopathie, qui, selon différentes sources, représente de 15% à 50% des enfants. L'activité accrue de l'enfant à cet âge provoque des blessures à la tête et au cou pouvant déclencher un accident vasculaire cérébral.

Parmi d'autres raisons, il y a:

  • TBI, souvent après une chute;
  • intoxication aiguë;
  • carence en vitamines, carence en fer et vitamine C;
  • premières manifestations de l'hypertension artérielle;
  • les maladies du sang, y compris l'anémie aplastique et la leucémie;
  • endocardite;
  • vascularite;
  • anévrisme

Les causes des troubles circulatoires de type ischémique sont appelées:

  • diabète sucré;
  • déshydratation soudaine entraînant un épaississement du sang;
  • virus vasculaires, inflammation des méninges et du cerveau;
  • cardiopathie congénitale ou ses valves, pathologie des vaisseaux cérébraux, malformation artérioveineuse;
  • maladies oncologiques;
  • maladies auto-immunes et métaboliques.

Les adolescents constituent la catégorie d'enfants la plus protégée. Les causes décrites ci-dessus de problèmes de troubles circulatoires du cerveau sont moins fréquentes. Les facteurs de risque à cet âge s'ajoutent aux blessures graves, à l'utilisation de drogues interdites et malsaines, à un stress émotionnel élevé et à des tensions nerveuses.

Comment se manifeste la maladie

Les symptômes de problèmes d'approvisionnement en sang du cerveau chez les enfants et les adultes sont les mêmes. La difficulté d'un diagnostic en temps opportun réside dans le fait que les nourrissons ne sont pas capables d'une communication complète. Contrairement aux adultes dont les symptômes de la maladie sont immédiatement visibles, les enfants ne peuvent pas expliquer leurs sentiments, ce qui rend le diagnostic difficile.

Le problème est compliqué pour les nouveau-nés qui ont une réaction à un AVC semblable aux manifestations de stimuli externes. Il est important que les parents surveillent de près le comportement d'un enfant de tout âge et, au premier soupçon d'accident vasculaire cérébral, d'appeler une ambulance, car tout retard peut avoir des conséquences sur la santé du bébé.

Quand devrais-je soupçonner un accident vasculaire cérébral chez l'enfant

Souvent, les signes de pathologies vasculaires chez les jeunes enfants passent inaperçus car ils sont passés sans manifestations symptomatiques.

Afin de ne pas rater l'apparition de la maladie, vous devez examiner attentivement l'apparition dans le comportement de l'enfant des signes suivants:

  • maux de tête graves, vertiges, troubles de la vision et de l’ouïe, perte de conscience;
  • nausées et vomissements sans cause;
  • avec un sourire, les coins des lèvres ne se lèvent que sur une partie du visage;
  • la coordination des mouvements est perturbée: lorsque vous essayez de lever les deux mains devant vous, vous n'obéissez pas;
  • la parole devient inarticulée, la réaction devient inhibée, la conscience devient confuse;
  • l'un des yeux peut commencer à tondre, une nette détérioration de la vision est détectée.

4 symptômes principaux

Parmi les masses de manifestations concomitantes, il existe 4 principaux symptômes d'un AVC chez l'enfant:

  1. Une paralysie totale ou partielle des membres, dans la plupart des cas, l'incapacité de bouger une main ou un pied d'un côté, l'affaissement de la moitié droite ou gauche du corps, une altération de la coordination.
  2. Les signes de conscience floue et confuse, stupidité, dans les cas graves - un état de coma.
  3. Chez les enfants plus âgés - troubles de la parole, mots déformés, impossibilité de répéter des phrases entièrement, troubles de la parole et inhibition.
  4. Crampes aiguës et répétées dans les membres, tensions musculaires dans le cou et le cou.

Autres symptômes

La complexité et la force des symptômes dépendront du type d’accident vasculaire cérébral, de la lésion et du degré de lésion vasculaire.

En combinaison avec les principales manifestations peuvent se produire:

  • perte de mémoire;
  • déviation de l'audition et de la perception tactile;
  • nystagmus, une forte expansion de la pupille jusqu'aux bords de l'iris sans réaction à la lumière, la perte de fragments du champ de vision;
  • léthargie, manque de motivation, changements d'humeur fréquents;
  • mouvements involontaires soudains de parties du corps, manque de coordination;
  • paralysie des membres.

Avec une hémorragie au cerveau, une perte de conscience aiguë, des symptômes méningés et cérébraux. Lésion ischémique aura principalement des manifestations neurologiques.

Caractéristiques chez les enfants au cours des premiers mois de la vie

Il est particulièrement difficile de diagnostiquer les troubles circulatoires cérébraux chez les nouveau-nés et les enfants au cours des premiers mois de la vie. Cela est dû au fait que les symptômes de la maladie peuvent être confondus avec d'autres conditions. La situation est compliquée par le fait que les hémorragies chez les bébés peuvent être étendues, entraînant des conséquences irréversibles si le traitement était incorrect ou pas à temps.

À cet égard, une attention particulière devrait être accordée à l'apparition des symptômes suivants au cours des premiers mois de la vie d'un enfant:

  • troubles respiratoires: fréquents ou intermittents, jusqu'à l'arrêt;
  • tension à l'arrière de la tête;
  • manifestations convulsives;
  • affaissement d'une partie du corps;
  • régurgitations fréquentes, problèmes de déglutition, vomissements, altération du réflexe de succion;
  • mouvement avec seulement un pied ou une main;
  • augmentation de l’anxiété, de l’anxiété, d’une réaction vive à n’importe quel stimulus, y compris au toucher, sons forts, lumière intense;
  • manque de sommeil;
  • sautes d'humeur, paresse, ou pleurs excessifs incessants;
  • troubles visuels, signes aigus de plissement des yeux, manque de concentration.

Il est important de surveiller de près l'état de l'enfant dans les premiers jours et mois de sa vie et, lorsque les symptômes apparaissent, d'insister pour des examens supplémentaires.

Périodes

Il y a 5 périodes de la maladie:

  1. Le plus fort - le plus prononcé dans les 3 premières heures. Sauvegardé jusqu'à 3 jours après l'incident. L'étape la plus importante pour le diagnostic et l'élimination des manifestations: un traitement rapide peut en minimiser les conséquences.
  2. Aiguë - de 4 à 14 jours. Vise à réduire le risque de récidive, l'élimination de l'œdème cérébral, la normalisation du sang, du cœur et des vaisseaux sanguins.
  3. Relèvement rapide - jusqu'à 6 mois. Thérapie combinée pour éliminer les effets, augmenter la sensibilité des zones endommagées, normaliser la parole.
  4. Récupération tardive - de 6 mois à un an. Restauration de toutes les fonctions possibles, poursuite des activités de réhabilitation.
  5. La période d'effets résiduels - jusqu'à 2 ans. Travailler sur les conséquences complexes, le respect des recommandations et des mesures préventives.

Le principal danger d'un AVC intra-utérin est son impossibilité de le reconnaître jusqu'au moment de la naissance. Si les dommages causés aux vaisseaux cérébraux de l'enfant pendant la grossesse de la mère étaient importants, les conséquences pourraient affecter le développement de la motilité, de l'état émotionnel, de l'activité physique, se traduisant par un retard de développement.

Diagnostics

Les manifestations cliniques des accidents vasculaires cérébraux chez les enfants peuvent être floues, de sorte que les médecins préfèrent recourir à des méthodes instrumentales.

Si, lors de l'examen d'un pédiatre, d'un neurologue, d'un néonatologiste ou d'un neurochirurgien, il existe un soupçon d'accident vasculaire cérébral, les études suivantes sont réalisées:

  • coagulation du sang, inflammation, biochimie;
  • chez les bébés: échographie à travers un ressort;
  • pendant 3-5 jours IRM ou CT;
  • La méthode angiographique de contraste est l’une des plus précises;
  • balayage duplex des artères et des veines;
  • en cas d'impossibilité ou d'inexactitude d'autres options - ponction de la colonne vertébrale sur détection d'hémorragie.

Diagnostic différentiel

L'absence de manifestations vives d'ischémie et d'hémorragies cérébrales chez le nouveau-né rend difficile l'identification et l'identification correcte de la maladie, de sorte qu'un tiers des cas passent inaperçus ou sont mal diagnostiqués.

Les symptômes d'un accident vasculaire cérébral peuvent ressembler aux manifestations de maladies telles que:

  • tumeur cérébrale;
  • abcès;
  • migraine compliquée;
  • maladie de Parkinson juvénile;
  • intoxication hépatique;
  • hématome sous-dural;
  • infections de certaines espèces;
  • Todd paralysie, encéphalite, maladies neurologiques.

La photo finale ne peut donner que des études de fluides et d'organes, réalisées sur du matériel médical spécialisé.

Traitement

Selon l'âge, les symptômes, les options de diagnostic et les caractéristiques du traitement varient. Il est important de faire attention aux changements de comportement de l'enfant afin d'identifier rapidement un éventuel accident vasculaire cérébral. Le début du traitement dans les 3 heures qui suivent l'incident minimisera ses conséquences.

Seul un médecin peut prescrire un traitement. En aucun cas, vous ne pouvez traiter un accident vasculaire cérébral.

Si une opération visant à retirer un thrombus est nécessaire, une intervention chirurgicale d'urgence avec la participation d'un neurochirurgien est indiquée. Dans les cas graves et après la chirurgie, l'enfant est transféré à l'unité de soins intensifs jusqu'à ce que l'état se stabilise.

Selon le type de lésion vasculaire, un traitement médicamenteux est prescrit: anti-thrombose en cas d’ischémie, arrêt et restauration du sang en cas d’hémorragie.

Les médicaments sont utilisés pour normaliser la pression, améliorer l'activité cérébrale, éliminer les symptômes.
À l'avenir, nécessite un traitement de réadaptation en neurologie de l'hôpital. La dernière partie est la réhabilitation dans des centres spécialisés et la réalisation d'activités de soutien à domicile.

Probabilité de rechute

Le risque de récidive d'AVC chez les enfants est 30% plus élevé que chez les adultes. Risque de récurrence particulièrement élevé au cours de la première année après la guérison. Pendant cette période, il est important de respecter toutes les recommandations des médecins afin de poursuivre les mesures médicales, de rééducation et de prévention. Dès les premiers symptômes de la maladie, la détérioration et la régression, vous devriez immédiatement chercher de l'aide.

Le plus souvent, les rechutes surviennent chez les enfants et les adolescents atteints de pathologies chroniques du cœur et des vaisseaux sanguins, d'hypertension, de maladies du système circulatoire. En l'absence de telles maladies et si les causes du premier accident vasculaire cérébral ont été éliminées, le risque de re-développement est minime si toutes les recommandations sont suivies.

Les conséquences

Étant donné que le corps de l'enfant est en phase de croissance et de développement actifs, les accidents vasculaires cérébraux sont plus facilement tolérés que chez les adultes. La capacité de régénération et de croissance contribue au remplacement des cellules mortes et à l’émergence de nouvelles connexions neuronales. Dans la plupart des cas, un traitement approprié permet à l'enfant de récupérer complètement après un AVC.

Cependant, un diagnostic tardif et un traitement incorrect entraînent les conséquences suivantes:

  • Mortalité dans tous les 5 cas, la plus dangereuse à cet égard, type hémorragique.
  • 10% des enfants auront besoin de soins constants.
  • Dans 70% des cas, des troubles permanents ou temporaires sous forme de paralysie, de retard de développement, de perte de mémoire, de parole, de déglutition, de fonctions visuelles ou motrices, de maladies neurologiques, d'instabilité émotionnelle sont possibles.

Prévention

Afin d'éviter un accident vasculaire cérébral, il est nécessaire de procéder à un examen régulier de l'enfant afin de détecter la présence de maladies cardiaques, sanguines et vasculaires. Cela permettra de diagnostiquer la prédisposition aux accidents vasculaires cérébraux et d'éviter leur apparition. Pour prévenir les récidives, le médecin peut vous prescrire des médicaments contenant de l’acide acétylsalicylique et de l’héparine.

Un point important - le mode de vie et le régime alimentaire de l'enfant.

Il est nécessaire de réguler son effort physique en fonction de l'état de santé, de consacrer plus de temps aux promenades pédestres en plein air, de surveiller son sommeil et son état de veille: le repos doit durer au moins 8 heures par jour. Contribue à la prévention des accidents vasculaires cérébraux et de l'alimentation basée sur l'absence d'aliments gras.

AVC juvénile chez le nouveau-né

Les accidents vasculaires cérébraux chez les enfants sont peut-être considérés comme la pathologie la plus répandue chez les jeunes patients. L'ischémie cérébrale aiguë chez le nouveau-né (accident vasculaire cérébral juvénile) se classe systématiquement parmi les trois premières en termes d'incidence chez les patients pédiatriques. Il existe une corrélation directe entre le poids de l'enfant et le risque d'accident vasculaire cérébral.

Ainsi, chez les enfants de poids normal, la fréquence des hémorragies est de 10%, les enfants pesant moins de 1,5 kg risquent de subir des lésions cérébrales dans 35 à 40% des cas. Dans le plus grand danger, les nouveau-nés prématurés pesant moins de 1 kg, chez lesquels des accidents vasculaires cérébraux se produisent dans 100% des cas. Dans ce cas, c'est l'AVC juvénile qui est considéré comme la cause de décès la plus fréquente chez les prématurés.

Raisons

La formation de microstroke et d'ischémie cérébrale chez le nouveau-né est associée à un certain nombre de facteurs:

  • Blessures à la tête au cours du développement intra-utérin.
  • Compression des artères basilaires (pour cette raison, une ischémie cérébrale se développe souvent chez le nouveau-né).
  • Infections fœtales
  • Une circulation sanguine excessive peut également entraîner des saignements dans le cerveau du nouveau-né.
  • Formation d'anévrismes majeurs des vaisseaux.
  • Malformations cardiaques.
  • Troubles du développement des structures cérébrales. Y compris la transposition des grands vaisseaux chez le nouveau-né, qui se caractérise par la mauvaise localisation des veines et des artères.
  • L'ischémie chez les nouveau-nés peut être due à des neuroinfections.
  • Processus néoplasiques dans le cerveau. Tout d'abord, une tumeur, un kyste du plexus choroïde chez un nouveau-né. Provoque une compression et une infiltration du tissu cérébral. Les kystes du plexus choroïde du cerveau sont notés à une fréquence de 1 à 3% de toutes les observations en neurologie.
  • Le développement de malformations (adhérences des veines et des artères).
  • Hypoxie. La privation d'oxygène intra-utérin est impliquée chez les enfants (hypertension artérielle, la pression chez les enfants est de 60/40 mm Hg). Les vaisseaux du nourrisson sont fragiles et peu toniques, raison pour laquelle une hémorragie cérébrale se forme souvent chez le nouveau-né.

Les lésions cérébrales hypoxiques-ischémiques du nouveau-né ne conduisent pas toujours à un accident vasculaire cérébral, mais augmentent le risque de survenue de celui-ci à l'avenir.

  • Insuffisance de la coagulation du sang.
  • L'hypothermie
  • Faible taux de sucre dans le sang.
  • Hydrocéphalie (la pression intracrânienne chez les enfants est souvent causée par une production accrue de liquide céphalo-rachidien).
  • Erreurs médicales (mauvaise réception de l'accouchement).
  • Travail lourd.

L'ischémie cérébrale du nouveau-né est également causée par des pathologies endocriniennes (diabète sucré, syndrome hypothalamique), des lésions vasculaires toxiques, etc. L'AVC hémorragique survient le plus souvent chez les enfants (environ 70%). Les 30% restants sont dus à un AVC ischémique.

Classification

Toutes les hémorragies peuvent être divisées en fonction de la localisation du processus pathologique.

  • Hémorragie dans les ventricules du cerveau. L'HIV chez les nouveau-nés est la plus courante. Les prématurés constituent le principal groupe à risque. Le sang dans ce cas se déverse directement dans le tissu cérébral. Si une rupture du vaisseau se produit dans la zone remplie de liqueur, du sang est versé dans les ventricules du cerveau.
  • Hémorragie épidurale. Si l'hémorragie intraventriculaire chez le nouveau-né affecte des structures cérébrales profondes, les vaisseaux localisés entre le crâne et les régions extérieures du cerveau en souffrent. Causée par une lésion cérébrale traumatique.
  • Hémorragie sous-arachnoïdienne. Se développe entre les structures cérébrales internes et la substance du cerveau. Rupture d'anévrisme, blessure à la tête, ce ne sont que quelques-unes des causes possibles d'une telle hémorragie chez le nouveau-né.
  • Coup subdural chez les enfants. Le saignement est formé entre les coquilles molles et dures du cerveau. En raison d'accouchement grave et d'hypoxie.

Un accident vasculaire cérébral est précédé d'une affection telle qu'une ischémie cérébrale. Chez les enfants, cela se fait de manière agressive et progresse rapidement. Le processus pathologique comprend trois étapes:

  • Ischémie cérébrale 1 degré. Stage compensé. Il se caractérise par des changements réversibles de la part des navires. A ce stade, il y a un rétrécissement des veines et des artères du cerveau.
  • Ischémie 2 degrés chez le nouveau-né. La sténose des gros vaisseaux devient persistante et prononcée.
  • Ischémie stade 3. Cette étape est caractérisée par le développement de multiples lésions microchromiques (microstrokes). La troisième étape précède un coup complet.

Si une violation de la circulation cérébrale chez l'enfant est causée par des blessures, des infections, une rupture d'anévrisme, il s'agit d'un accident vasculaire cérébral hémorragique. L'ischémie ne se développe pas ou est un symptôme secondaire (complication) au cours de la période de réadaptation.

Un nouvel outil de rééducation et de prévention des accidents vasculaires cérébraux au rendement étonnamment élevé: la collection du monastère. La collection du monastère aide vraiment à faire face aux conséquences d'un accident vasculaire cérébral. De plus, le thé maintient la pression artérielle normale.

Les symptômes

Les symptômes d'accident vasculaire cérébral et de microstroke chez un enfant sont très similaires. Les manifestations neurologiques commencent à apparaître:

  • Mouvements oculaires rapides et croisés (nystagmus), roulement des globes oculaires.
  • Hyperthermie ou instabilité de la température corporelle (preuves en faveur de l'implication des noyaux de l'hypothalamus dans le processus).
  • Tremblement des membres, convulsions.
  • Muscle hyper ou hypotonique.
  • Les violations des fonctions végétatives du corps (modifications du rythme cardiaque, respiration, ce sont des signes terribles, sont plus souvent constatées lors de la défaite des structures profondes du cerveau).
  • Baisse de la pression artérielle.
  • Déficience auditive.

D'autres symptômes focaux de l'appareil vocal, du système musculaire, des organes du système excréteur, etc. sont également observés. À bien des égards, les symptômes d'accident vasculaire cérébral et de microstroke chez les nouveau-nés sont similaires à ceux d'un infarctus du cerveau chez l'adulte. En plus des symptômes neurologiques, des signes cérébraux sont également notés:

  • La nausée
  • Vomissements.
  • Vertige (étourdissement chez l'enfant).
  • Mal de tête

Si vous devez parler du développement de la maladie chez les nourrissons, vous pouvez identifier les sensations subjectives du nourrisson par un certain nombre de manifestations externes:

  • Visage tendu.
  • Debout pleurer
  • Changer l'intensité de la voix, son volume.
  • Une réaction vive et prononcée à un stimulus externe minimal (son, lumière, odeur).
  • Tension excessive des muscles occipitaux.
  • Pâleur de la peau.
  • Apnée.
  • Somnolence, somnolence du nourrisson.
  • Régurgitations fréquentes.

Dans le cas d’un micro-AVC, le tableau clinique est similaire, la seule différence étant que la durée des manifestations est d’une minute à une journée. L'ischémie cérébrale aiguë complète est caractérisée par une durée de plus de 24 heures.

Nos lecteurs écrivent

Dès l'âge de 45 ans, les sauts de pression ont commencé, il est devenu très mauvais, une apathie et une faiblesse constantes. Quand j'ai eu 63 ans, j'avais déjà compris que la vie n'était pas longue, que tout allait très mal. Ils appelaient l'ambulance presque toutes les semaines, je pensais tout le temps que cette heure serait la dernière.

Tout a changé quand ma fille m'a donné un article sur Internet. Je ne sais pas à quel point je lui suis reconnaissant. Cet article m'a littéralement tiré des morts. Les deux dernières années ont commencé à bouger davantage. Au printemps et en été, je vais au pays tous les jours, je fais pousser des tomates et je les vends sur le marché. Les tantes se demandent comment j'arrive à le faire, d'où toutes mes forces et mon énergie viennent, elles ne croiront jamais que j'ai 66 ans.

Qui veut vivre une vie longue et vigoureuse sans coups, crises cardiaques et surtensions, prenez 5 minutes et lisez cet article.

Diagnostics

Les diagnostics et les traitements sont effectués par des neurologues et des neurochirurgiens. Un examen complet d'un jeune patient est requis:

  • IRM / CT. Il est considéré comme le «gold standard» dans le diagnostic des lésions des structures cérébrales.
  • Encéphalographie.
  • Vaisseaux sanguins Doppler.
  • Angiographie des vaisseaux.
  • Neurosonographie.
  • Ponction lombaire (si indiqué).
  • Tests sanguins (généraux et biochimiques).

Dans un ensemble de recherches globales agrégées, comprenant une enquête primaire et des tests fonctionnels, il suffit d'indiquer le diagnostic correct.

Traitement

La thérapie vise à résoudre plusieurs problèmes: soulagement des symptômes cérébraux et focaux, élimination des saignements.

Il est important de commencer le traitement dans les six premières heures, car à long terme, il se produit une mort neuronale massive.

Le traitement peut être conservateur ou, dans les cas les plus graves, neurochirurgical. Conservateur implique l'admission de certains groupes de drogues:

  • Diurétiques (avec gonflement du cerveau).
  • Agents hémostatiques (Vikasola, Etamzilat, pour arrêter les saignements en cas de mauvaise coagulation).
  • Phénobarbital avec convulsions.
  • Drogues nootropes (pendant la période de réadaptation).
  • Médicaments régénératifs (électrolytes, chlorure de potassium, sulfate de magnésium, etc.).

Un traitement neurochirurgical est nécessaire dans près de la moitié des cas. Comprend les techniques mini-invasives:

  • Ponction lombaire
  • Ponction ventriculaire.
  • Aspiration de sang.

L'efficacité du traitement chirurgical est de 35 à 40% des cas cliniques.

Des complications

Les conséquences d'une hémorragie cérébrale chez le nouveau-né peuvent être désastreuses. Ceux-ci comprennent:

  • Troubles focaux persistants (élocution, audition, vision, activité motrice, etc.).
  • Paralysie cérébrale.
  • Retard mental.
  • Problèmes de comportement.
  • Fatal.
  • L'hydrocéphalie.

Premiers secours

Une assistance au nouveau-né est nécessaire dans les premières minutes depuis le développement de l’ischémie aiguë:

  • Mettez le bébé face vers le haut avec les genoux pliés.
  • Lève la tête.
  • Fournir un flux d'oxygène.
  • Enlevez les vêtements serrés.
  • Tournez la tête sur le côté (si les vomissements commencent).
  • Appelez d'urgence une brigade de médecins.
  • Préparez-vous aux activités de réanimation.

Réhabilitation

À la fin des principales mesures thérapeutiques sont indiqués:

Le programme de récupération est élaboré individuellement, en fonction du type d'accident vasculaire cérébral, de la gravité du processus, de l'état de santé général du jeune patient.

L'AVC hémorragique chez les enfants est plus agressif que chez les adultes. Le diagnostic et le traitement des lésions cérébrales chez les enfants sont associés à un certain nombre de difficultés dues à la fragilité de l'organisme du nourrisson.

Nécessite une approche intégrée. De plus, le traitement doit commencer le plus tôt possible. C’est le seul moyen d’assurer une issue favorable de la maladie.

Tirer des conclusions

Les accidents vasculaires cérébraux sont la cause de près de 70% de tous les décès dans le monde. Sept personnes sur dix meurent des suites du blocage des artères cérébrales. Et le tout premier signe d'occlusion vasculaire est un mal de tête!

Le blocage vasculaire entraîne une maladie sous le nom bien connu "d'hypertension", voici quelques-uns de ses symptômes:

  • Mal de tête
  • Palpitations
  • Points noirs devant les yeux (mouches)
  • Apathie, irritabilité, somnolence
  • Vision floue
  • Transpiration
  • Fatigue chronique
  • Gonflement du visage
  • Engourdissement et frissons
  • Sauts de pression
Attention! Si vous avez remarqué au moins 2 symptômes en vous-même, c'est une raison sérieuse de penser!

Le seul moyen qui a donné un résultat significatif. LIRE LA SUITE. >>>