La complexité du diagnostic de flutter auriculaire

Le rythme des contractions et du pouls est le peu qui distingue le flutter auriculaire (fibrillation), dont les symptômes se concentrent sur une image similaire se produisant dans les autres cas de fibrillation auriculaire, avec un nombre également significatif de contractions. Les manifestations cliniques sont différenciées par certaines lectures d'ECG et par un pouls plus rythmé.

Les principes généraux de traitement sont caractéristiques des deux pathologies, et parfois le processus se déroule sans à-coup. La fibrillation et le flutter auriculaires sont souvent indiqués dans une pathologie similaire ou constituent une base pour poser un diagnostic éligible avec une indication des deux affections. Parfois, au lieu de flutter auriculaire, ils utilisent le terme: un type de fibrillation auriculaire.

Quelle est la pathologie

La fibrillation et le flutter auriculaires sont des tachycardies supraventriculaires et des arythmies cardiaques conduisant à des tachycardies paroxystiques. Pathologies cardiaques, parfois classées en tant que sous-types de fibrillation auriculaire.

La tachycardie supraventriculaire, plus communément appelée flutter auriculaire (PT), est fréquente chez les hommes de plus de 60 ans souffrant déjà d'un type de maladie cardiaque, mais il est difficile d'établir avec certitude son instabilité dans le diagnostic et l'ECG. De graves changements structurels dans les ventricules et des états chroniques d'insuffisance cardiaque posent parfois la question de la chirurgie cardiaque au fur et à mesure de l'évolution du trouble.

Caractéristiques de la pathologie et signes probables

Un grand groupe de tachyarythmies, comprenant le flutter auriculaire, constitue une perturbation pathologique de l'activité cardiaque, avec une augmentation caractéristique de la fréquence des contractions. La source du processus pathologique, située dans l'oreillette, entraîne plusieurs fois l'augmentation de la fréquence cardiaque.

À une cadence de 60 à 90 battements par minute, la fréquence des contractions pendant le tremblement peut être de 200 à 300. Le maintien du bon rythme de vibrations est l’une des principales caractéristiques qui permettent de déterminer le type de fibrillation auriculaire appelé TP.

Paroxysme du flutter auriculaire - le temps pendant lequel l’attaque se produit, avec une durée variable d’une seconde à quelques jours. Sous l'influence du traitement, la TP se transforme rapidement en fibrillation auriculaire ou en rythme sinusal, ce qui explique l'absence de définition stable de la durée des paroxysmes.

Une forme constante de flutter est une pathologie extrêmement rarement diagnostiquée, car la fibrillation et le flutter auriculaires se succèdent souvent. Il existe deux types de parcours d'attaque:

  • Le type 1 (flutter auriculaire 1) est arrêté par électrostimulation et se caractérise par une fréquence de 240 à 339 par minute, avec affichage des ondes F sous la forme d'une forme uniforme en dents de scie;
  • Le type 2 ne peut pas être interrompu par une stimulation, les intervalles des ondes F-F sont inégaux, la fréquence par minute pouvant aller de 340 à 430.

La classification du flutter auriculaire distingue:

  • paroxystique et persistant;
  • type 1 et 2;
  • développement atypique et typique (classique) des événements.

Avec un classique, des ondes d'excitation se produisent dans l'oreillette droite, avec une fréquence de flutter de 240 à 340 alternances par minute. Avec atypique - la circulation peut se produire à la fois dans l'oreillette gauche et dans l'oreillette droite, mais s'accompagne d'ondes avec une fréquence d'oscillation de 340 à 440 oscillations par minute, selon une variante atypique. Sur le lieu de formation sont distingués:

  • atrial droit (boucle supérieure et cycle multiple);
  • scintillement auriculaire indépendant auriculaire gauche.

Classification de la pathologie par cours clinique

Une autre division, par cours clinique, implique:

  • d'abord développé;
  • paroxystique;
  • persistant;
  • permanent.

La forme paroxystique sur une durée inférieure à 7 jours, persistant pendant plus d'une semaine, fait constamment l'objet de discussions lorsque la thérapie effectuée n'a pas été effectuée ou a été effectuée mais n'a pas apporté le résultat souhaité et attendu. L'attaque peut se produire une fois par an et plusieurs fois par jour.

La fréquence d'apparition de tels troubles de l'activité cardiaque dépend de l'âge, du sexe et des caractéristiques étiologiques de chaque patient. Les hommes plus âgés qui ont déjà des antécédents de pathologie cardiaque sont le plus souvent touchés.

Diagnostic des violations

La seule chose qui puisse être déterminée dans cet état lors d'un contrôle visuel est la présence d'une impulsion rapide, qui maintient une constance externe relative. Avec la mesure fréquente du coefficient, on constate que le pouls perd son rythme.

Les symptômes cliniques sont caractéristiques de presque toutes les maladies cardiaques, accompagnés d'un trouble du rythme. Seule la pulsation des veines cervicales, dont la fréquence correspond à deux fois le pouls artériel, mais qui coïncide avec le rythme auriculaire, donne lieu à un diagnostic présomptif.

L'ECG vous permet d'installer:

  • manque d'ondes P;
  • la présence de complexes ventriculaires inchangés;
  • haute fréquence;
  • ondes F en dents de scie.

Mais le rythme de la contraction ventriculaire reste correct. Pour clarifier le diagnostic préliminaire, un ensemble de mesures de diagnostic est effectué:

  • Surveillance ECG;
  • échocardiographie transoesophagienne;
  • test sanguin biochimique;
  • Échographie du coeur;
  • étude électrophysiologique.

Si vous analysez toutes les données de diagnostic collectées, vous pourrez déterminer non seulement la nature de la pathologie, mais également ses causes étiologiques. Les anomalies cardiaques concomitantes sont une des causes les plus fréquentes. Elles ne sont généralement pas les seules et suggèrent certaines nuances dans le traitement du flutter auriculaire.

Symptômes associés de la pathologie

Les symptômes de la pathologie cardiaque sont généraux et ne sont pas exprimés dans la nature. Ils sont typiques de nombreux troubles cardiaques. Sans tableau clinique prononcé, ces symptômes sont pris pour les signes d’une maladie concomitante déjà diagnostiquée et observée:

  • essoufflement;
  • fatigue
  • l'apathie;
  • état dépressif;
  • diminution de l'activité motrice;
  • déficience en oxygène ressentie pendant l'effort physique.

Ces symptômes sont caractéristiques de nombreuses maladies. En même temps, l'angine de poitrine et l'insuffisance cardiaque ne sont pas considérées comme des symptômes, mais sont considérées comme une pathologie particulière caractérisant le surpoids ou une position statique en fonction de la nature de l'activité professionnelle, de l'âge et de la condition physique générale.

L’état syncopal, une arythmie prononcée, semblable à une douleur auriculaire à la poitrine, peut également être corrélé à la présence d’une maladie cardiaque. Et seuls les diagnostics avec un état clinique négatif prononcé, ou un examen de routine, nous permettent de corréler l'arythmie perçue avec le flutter auriculaire, qui peut être remplacé par celui-ci.

Causes de flottement

Les facteurs de risque qui se manifestent dans la collecte des antécédents du patient ne permettent pas non plus de retracer la présence de modèles manifestement manifestés.

Un seul d'entre eux peut être qualifié de commun - des situations stressantes menant à une anxiété émotionnelle, à une surmenage nerveuse et à une déstabilisation de l'état psychoémotionnel.

Parmi d'autres raisons peuvent être notées:

  • thrombose accrue et coagulation sanguine élevée;
  • athérosclérose, avec sclérose vasculaire accrue;
  • cardiopathie ischémique;
  • infarctus du myocarde;
  • malformations cardiaques;
  • défauts fonctionnels du CAS, obtenus dans le développement fœtal;
  • pathologie pulmonaire (emphysème ou embolie);
  • maladies du système endocrinologique (thyroïde);
  • diminution ou augmentation anormale des cavités cardiaques;
  • maladies chroniques des organes internes;
  • pathologie du système métabolique du corps.

Les causes iatrogènes (opérations et interventions chirurgicales) forment un groupe séparé. L'une des raisons ci-dessus peut se manifester par une maladie distincte, accompagnée d'une violation de l'activité cardiaque, résultant d'un mode de vie malsain.

La malbouffe, la perturbation du rythme normal du sommeil, le manque de fréquence alimentaire, la consommation fréquente d'alcool, le tabagisme - tout cela peut être la raison du développement d'une pathologie cardiaque et du flutter auriculaire comme conséquence directe.

Traitement de la toxicomanie

La nature de l'apparition d'anomalies cardiaques au cours du flutter et de la fibrillation auriculaires est similaire dans les mécanismes du développement et les changements biochimiques, ce qui suggère des directions de traitement et une normalisation du rythme cardiaque similaires. Des méthodes de cardioversion médicamenteuses et non médicamenteuses sont utilisées. Des observations spécialisées montrent que, lorsque les médicaments tremblants sont moins efficaces que lors de la fibrillation.

Le soulagement du tremblement se produit avec une plus grande efficacité lors de l'utilisation de l'ablation par radiofréquence ou de la thérapie par électropulse. Lorsqu'il est fondamentalement impossible, pour des raisons objectives, d'utiliser ces deux méthodes, elles sont remplacées par une perfusion intraveineuse d'ibutylide. L'amiodarone, le sotalol et d'autres antiarythmiques ont une efficacité moindre que l'ibutilide (de 38 à 76%) lorsqu'ils sont administrés.

Pour une réduction quantitative des oscillations produites et un ralentissement du rythme cardiaque rapide, appliquez:

  • les bêta-bloquants, la digoxine, l'adénosine;
  • les canaux calciques sont bloqués par Diltiazome, le vérapamil.

Les antiarythmiques sont prescrits pour des indications individuelles. L’option principale est l’ibutilide, mais ils sont également utilisés par:

Les préparations pour éclaircir le sang sont utilisées pour les tremblements irréguliers. La médecine traditionnelle et traditionnelle reconnaît l’efficacité des préparations homéopathiques digitales dans tous les cas sauf les lésions hémodynamiques graves. Digitalis peu efficace dans les formes longues et chroniques.

Dans ces cas, le rythme sinusal ne peut pas être restauré à l'aide d'une préparation à base de plantes. Novocainamide, qui est également utilisé dans la fibrillation auriculaire, est également noté.

Le choix des médicaments pour la pharmacothérapie tient compte de l'état général du patient, de la fréquence de la fibrillation auriculaire et de l'état du système circulatoire. Le plus souvent, l'anapriline, le bisopropol et le métapropol sont prescrits, bien que le nombre d'antiarythmiques produits par l'industrie pharmaceutique soit relativement élevé. La prise régulière de ces médicaments vise à normaliser le rythme sinusal et à prévenir d'éventuels troubles de l'activité cardiaque.

Modes de vie pour les maladies cardiaques

Le régime alimentaire et l'élimination concomitante de tout facteur irritant constituent une méthode importante de prévention de l'apparition d'une pathologie. Le thé, le café, les boissons non alcoolisées et toutes les boissons contenant de l'alcool doivent être exclus de la consommation.

Le régime alimentaire est basé sur des processus limitant l’utilisation de liquides et de fractions privées et fractionnelles. Sont strictement interdits les produits pouvant provoquer des ballonnements et des flatulences. La quantité de sel consommée est également limitée. Le régime est appliqué presque sans sel.

L’apparition de troubles du rythme cardiaque nécessite une discipline personnelle du patient, l’utilisation régulière des médicaments prescrits et la prudence à l’égard des facteurs susceptibles de déclencher la progression de la pathologie et l’apparition de nouvelles crises.

Le flutter auriculaire, qui est provoqué par des maladies d'étiologie non cardiaque, est généralement éliminé en traitant la cause sous-jacente du trouble cardiaque. Cependant, une visite chez un cardiologue est inévitable si une personne veut conserver un cœur en bonne santé.

Flutter auriculaire: causes, formes, diagnostic, traitement, pronostic

Le flutter auriculaire (TP) fait partie des tachycardies supraventriculaires lorsque les oreillettes se contractent à une vitesse très élevée - plus de 200 fois par minute, mais le rythme des contractions du cœur reste correct.

Le flutter auriculaire est plusieurs fois plus fréquent chez les hommes, mais parmi les patients, les personnes âgées ont généralement 60 ans ou plus. La prévalence exacte de ce type d'arythmie est difficile à établir en raison de son instabilité. La TP étant souvent de courte durée, il est donc difficile de la fixer sur l'ECG et dans le diagnostic.

Le flutter auriculaire dure de quelques secondes à plusieurs jours (forme paroxystique), rarement plus d'une semaine. Dans le cas de troubles du rythme à court terme, le patient ressent une gêne qui passe rapidement ou est remplacée par une fibrillation auriculaire. Chez certains patients tremblant avec clignotement combiné, se remplaçant périodiquement.

La sévérité des symptômes dépend du taux de contraction auriculaire: plus elle est grande, plus le risque de troubles hémodynamiques est élevé. Cette arythmie est particulièrement dangereuse chez les patients présentant des modifications structurelles sévères du ventricule gauche, en présence d'une insuffisance cardiaque chronique.

Dans la plupart des cas, le rythme de flutter auriculaire est rétabli par lui-même, mais il arrive que le trouble évolue, que le cœur ne remplisse pas sa fonction et que le patient ait besoin de soins médicaux urgents. Les médicaments antiarythmiques ne donnent pas toujours l'effet souhaité. Le TP est donc le cas lorsqu'il est conseillé de résoudre le problème de la chirurgie cardiaque.

Le flutter auriculaire est une pathologie grave, même si non seulement de nombreux patients, mais également les médecins, ne prêtent pas l’attention voulue à ses épisodes. Le résultat est une expansion des chambres du cœur avec son insuffisance progressive, une thrombo-embolie, qui peut coûter la vie, de sorte que toute attaque d'un trouble du rythme ne doit pas être négligée et, le cas échéant, cela vaut la peine d'aller voir un cardiologue.

Comment et pourquoi le flutter auriculaire apparaît-il?

Le flutter auriculaire est une variante de la tachycardie supraventriculaire, c’est-à-dire qu’un foyer d’excitation apparaît dans les oreillettes, provoquant des contractions trop fréquentes.

Le rythme cardiaque pendant le flutter auriculaire reste régulier contrairement à la fibrillation auriculaire (fibrillation auriculaire) lorsque les oreillettes se contractent plus fréquemment et de manière aléatoire. Les contractions ventriculaires plus rares sont obtenues par un blocage partiel des impulsions au myocarde ventriculaire.

Les causes du flutter auriculaire sont très variées, mais les dommages organiques au tissu cardiaque, c'est-à-dire un changement de la structure anatomique de l'organe lui-même, en sont toujours la base. À cela, il est possible d'associer une incidence plus élevée de pathologie chez les personnes âgées, tandis que chez les jeunes arythmies, elles sont plus fonctionnelles et dysmétaboliques.

Parmi les maladies associées à la TP, on peut noter:

Les cas de flutter auriculaire sont fréquents chez les patients présentant une pathologie pulmonaire - maladies obstructives chroniques (bronchite, asthme, emphysème), thromboembolie dans le système artériel pulmonaire. Contribue à ce phénomène, l'expansion du cœur droit due à une pression accrue dans l'artère pulmonaire dans le contexte de la sclérose du parenchyme et des vaisseaux pulmonaires.

Après une chirurgie cardiaque au cours de la première semaine, le risque de ce type de trouble du rythme cardiaque est élevé. Il est diagnostiqué après correction des malformations congénitales, shunt aorto-coronaire.

Les facteurs de risque de TP sont le diabète sucré, des anomalies électrolytiques, un excès de la fonction thyroïdienne hormonale et diverses intoxications (médicaments, alcool).

En règle générale, la cause du flutter auriculaire est claire, mais il arrive qu'une arythmie prenne le dessus sur une personne en bonne santé, alors nous parlons de la forme idiopathique de la TP. Le rôle du facteur héréditaire ne peut être exclu.

Au cœur du début du flutter auriculaire se trouve l'excitation répétée des fibres auriculaires de type macro-rentrée (l'impulsion semble aller dans un cercle, engageant dans la contraction les fibres déjà réduites et qui devraient être relâchées à ce moment). La "rentrée" du pouls et l'excitation des cardiomyocytes sont caractéristiques des dommages structurels (cicatrice, nécrose, inflammation), lorsqu'un obstacle est créé pour la propagation normale du pouls à travers les fibres du cœur.

Ayant pris naissance dans l'oreillette et provoquant une contraction répétée de ses fibres, l'impulsion atteint toujours le nœud auriculo-ventriculaire (AV), mais ce dernier ne pouvant conduire de telles impulsions fréquentes, un blocage partiel se produit - les ventricules atteignent au maximum - la moitié des impulsions auriculaires.

Le rythme est maintenu régulier et le rapport entre le nombre de contractions auriculaires et ventriculaires est proportionnel au nombre d’impulsions conduites vers le myocarde ventriculaire (2: 1, 3: 1, etc.). Si la moitié des impulsions atteignent les ventricules, le patient présentera une tachycardie pouvant atteindre 150 battements par minute.

flutter auriculaire, allant de 5: 1 à 4: 1

Il est très dangereux que toutes les impulsions auriculaires atteignent les ventricules et que le rapport entre les systoles et toutes les parties du cœur atteigne 1: 1. Dans ce cas, la fréquence du rythme atteint 250 à 300, l'hémodynamique est fortement perturbée, le patient perd conscience et des signes d'insuffisance cardiaque aiguë apparaissent.

La TP peut spontanément se transformer en fibrillation auriculaire, qui ne se caractérise pas par un rythme régulier ni par un rapport clair entre le nombre de contractions ventriculaires et la contraction auriculaire.

En cardiologie, il existe deux types de flutter auriculaire:

TP typique et inverse typique

  1. Typique;
  2. Atypique.

Dans une variante typique du syndrome TP, une onde d'excitation longe l'oreillette droite, la fréquence des systoles atteint 340 par minute. Dans 90% des cas, la réduction se produit autour de la valve tricuspide dans le sens anti-horaire, dans le reste des patients - dans le sens horaire.

Dans la forme atypique de TP, la vague d'excitation myocardique ne parcourt pas un cercle typique, affectant l'isthme entre la bouche de la veine cave et la valve tricuspide, mais le long de l'oreillette droite ou gauche, provoquant des contractions à 340-440 par minute. Cette forme ne peut pas être arrêtée par cardiostimulation transoesophagienne.

Manifestations de flutter auriculaire

La clinique a décidé d'allouer:

  • Le flutter auriculaire est apparu pour la première fois;
  • Forme paroxystique;
  • Permanent;
  • Persistant

Avec une forme paroxystique, la durée de TP n'est pas supérieure à une semaine, l'arythmie passe spontanément. Un parcours persistant est caractérisé par une durée de violation de plus de 7 jours et une normalisation indépendante du rythme est impossible. La forme permanente est dite lorsqu'une attaque de flutter ne parvient pas à s'arrêter ou qu'un traitement n'a pas été effectué.

L’importance clinique n’est pas la durée du PT, mais la fréquence à laquelle les oreillettes sont réduites: plus il est élevé, plus les perturbations hémodynamiques sont claires et plus les complications sont probables. Avec des contractions fréquentes des oreillettes, on n’a pas le temps de fournir aux ventricules le volume de sang souhaité, en s’étendant progressivement. Avec des épisodes fréquents de flutter auriculaire ou une forme permanente de pathologie, un dysfonctionnement ventriculaire gauche se produit, des troubles circulatoires dans les deux cercles et une insuffisance cardiaque chronique, une cardiomyopathie dilatée est possible.

En plus d'un débit cardiaque insuffisant, le manque de sang se dirigeant vers les artères coronaires est également important. Avec une AT grave, le manque de perfusion atteint 60% ou plus, ce qui correspond à la probabilité d'insuffisance cardiaque aiguë et de crise cardiaque.

Les signes cliniques de flutter auriculaire se manifestent dans le paroxysme des arythmies. Parmi les plaintes des patients, on peut citer la faiblesse, la fatigue, en particulier pendant l’activité physique, une gêne thoracique, une respiration rapide.

Avec une insuffisance de la circulation coronaire, des symptômes d'angine apparaissent et chez les patients atteints de maladie coronarienne, la douleur augmente ou est progressive. L'absence de circulation sanguine systémique contribue à l'hypotension, puis aux vertiges, au noircissement des yeux et aux nausées. La fréquence élevée des contractions atriales peut déclencher des conditions syncopales et une syncope sévère.

Les attaques de flutter auriculaire se produisent souvent par temps chaud, après un effort physique et de fortes expériences émotionnelles. La consommation d'alcool et les erreurs d'alimentation, les troubles intestinaux peuvent également provoquer un flutter auriculaire paroxystique.

Quand il y a 2 à 4 contractions auriculaires par contraction ventriculaire, les patients ont relativement peu de plaintes, ce rapport de contractions est plus facilement toléré que la fibrillation auriculaire car le rythme est régulier.

Le risque de flutter auriculaire réside dans son imprévisibilité: chaque fois que la fréquence des contractions peut devenir très élevée, il y aura un battement de coeur, la dyspnée augmentera, des symptômes d'apport sanguin insuffisant au cerveau - des vertiges et des évanouissements apparaîtront.

Si le rapport entre les contractions auriculaire et ventriculaire est stable, alors le pouls sera rythmé, mais lorsque ce coefficient fluctuera, le pouls deviendra irrégulier. Un symptôme caractéristique sera également une pulsation des veines du cou, dont la fréquence est deux fois ou plus que le pouls des vaisseaux périphériques.

En règle générale, la TP apparaît sous la forme de paroxysmes courts et peu fréquents, mais avec une forte augmentation des contractions des cavités cardiaques, des complications sont possibles - thromboembolie, œdème pulmonaire, insuffisance cardiaque aiguë, fibrillation ventriculaire et décès.

Diagnostic et traitement du flutter auriculaire

L'électrocardiographie est d'une importance capitale dans le diagnostic du flutter auriculaire. Après avoir examiné le patient et déterminé son pouls, le diagnostic ne peut être que conjectural. Lorsque le coefficient entre les contractions du cœur est stable, le pouls sera plus fréquent ou normal. Avec les fluctuations du taux de conduction, le rythme deviendra irrégulier, comme dans la fibrillation auriculaire, mais il est impossible de distinguer ces deux types d’irrégularités par pouls. Dans le diagnostic initial, l’évaluation de la pulsation du cou du cou, qui correspond à deux fois le pouls ou plus, est utile.

Les signes de flutter auriculaire à l’ECG consistent en l’apparition de ce que l’on appelle les ondes atriales F, mais les complexes ventriculaires seront réguliers et inchangés. Avec la surveillance quotidienne, la fréquence et la durée des paroxysmes de TP, leur connexion à la charge et leur sommeil sont enregistrés.

Vidéo: Cours d'ECG sur les tachycardies non sinusales

Afin de clarifier les modifications anatomiques du cœur, de diagnostiquer le défaut et de localiser les dommages organiques, une échographie est effectuée au cours de laquelle le médecin spécifie la taille des cavités de l'organe, la contractilité du muscle cardiaque, les caractéristiques de l'appareil valvulaire.

Les méthodes de laboratoire sont utilisées comme méthodes de diagnostic supplémentaires - détermination du niveau d'hormones thyroïdiennes afin d'exclure la thyréotoxicose, tests rhumatismaux rhumatismaux ou leur suspicion, détermination des électrolytes sanguins.

Le traitement du flutter auriculaire peut être une médication et une chirurgie cardiaque. La résistance du médicament aux effets du médicament est plus complexe, par opposition au clignotement, qui peut presque toujours être corrigé à l'aide de médicaments.

Pharmacothérapie et premiers secours

Le traitement conservateur comprend la nomination de:

Les bêta-bloquants, les glycosides cardiaques, les bloqueurs des canaux calciques sont prescrits parallèlement aux antiarythmiques afin d'éviter toute amélioration du nœud atrio-ventriculaire, car toutes les impulsions auriculaires risquent d'atteindre les ventricules et de déclencher une tachycardie ventriculaire. Le vérapamil est le plus couramment utilisé pour contrôler la fréquence ventriculaire.

Si le paroxysme du flutter auriculaire s’est produit dans le contexte du syndrome de WPW, lorsque la conduction le long des principales voies cardiaques est perturbée, tous les médicaments des groupes ci-dessus sont strictement contre-indiqués, à l’exception des anticoagulants et des antiarythmiques.

Soins d'urgence en cas de flutter auriculaire paroxystique, accompagnés d'angor, de signes d'ischémie cérébrale, d'hypotension sévère, de progression de l'insuffisance cardiaque est un courant de cardioversion électrique d'urgence de faible puissance. En parallèle, des antiarythmiques sont introduits, ce qui augmente l'efficacité de la stimulation électrique du myocarde.

La pharmacothérapie lors d'une attaque de tremblement est prescrite au risque de complications ou d'une mauvaise tolérance à une attaque, tout en introduisant de l'amiodarone dans la veine d'un cours d'eau. Si l'amiodarone ne rétablit pas le rythme dans la demi-heure, les glycosides cardiaques (strophantine, digoxine) sont indiqués. Si les médicaments n’ont aucun effet, ils commencent la stimulation cardiaque électrique.

Un autre schéma thérapeutique est possible lors d'une attaque dont la durée n'excède pas deux jours. Dans ce cas, on utilise la procaïnamide, la propafénone, la quinidine avec le vérapamil, le disopyramide, l’amiodarone et l’électropulse.

Le cas échéant, une stimulation myocardique auriculaire transœsophagienne ou auriculaire est indiquée pour rétablir le rythme sinusal. L'exposition au courant ultra haute fréquence est réalisée par des patients ayant subi une chirurgie cardiaque.

Si le flutter auriculaire dure plus de deux jours, alors, avant de commencer la cardioversion, des anticoagulants (héparine) sont nécessairement introduits pour prévenir les complications thromboemboliques. Dans les trois semaines suivant le traitement anticoagulant, des bêta-bloquants, des glycosides cardiaques et des antiarythmiques sont administrés en parallèle.

Traitement chirurgical

RF Ablation au TP

Avec une variante constante du flutter auriculaire ou des récidives fréquentes, le cardiologue peut recommander une ablation par radiofréquence, efficace dans la forme classique du TP avec une circulation circulaire de l'impulsion le long de l'oreillette droite. Si le flutter auriculaire est associé au syndrome de faiblesse du nœud sinusal, en plus de l’ablation des voies de conduction dans l’oreillette, le nœud atrio-ventriculaire est également soumis à un courant puis un stimulateur cardiaque est installé pour assurer le bon rythme cardiaque.

La résistance du flutter auriculaire au traitement médicamenteux conduit à l'utilisation croissante de l'ablation par radiofréquence (RF), qui est particulièrement efficace dans les formes typiques de pathologie. L'action des ondes radioélectriques est dirigée vers l'isthme situé entre l'embouchure des veines creuses et la valve tricuspide, où l'impulsion électrique circule le plus fréquemment.

La RFA peut être réalisée au moment du paroxysme et planifiée avec un rythme sinusal. Les indications de la procédure ne seront pas seulement une attaque prolongée ou une évolution sévère du PT, mais également la situation lorsque le patient l'acceptera, car l'utilisation à long terme de méthodes conservatrices peut provoquer de nouveaux types d'arythmie et n'est pas économiquement réalisable.

Les indications absolues d'une RFA sont l'absence d'effet des médicaments antiarythmiques, leur tolérance insatisfaisante ou la réticence du patient à prendre des médicaments pendant une longue période.

Un trait distinctif du TP est sa résistance au traitement médicamenteux et une plus grande probabilité de récurrence d'un flutter auriculaire. Cette évolution de la pathologie est très propice à la thrombose intracardiaque et à la propagation de caillots sanguins dans un grand cercle, à la suite d'accidents vasculaires cérébraux, de gangrène intestinale, de crises cardiaques des reins et du cœur.

Le pronostic du flutter auriculaire est toujours grave, mais il dépend de la fréquence des paroxysmes d'arythmie et de leur durée, ainsi que du taux de contraction auriculaire. Même avec une évolution relativement favorable de la maladie, il est impossible de l'ignorer ou de refuser le traitement proposé, car personne ne peut prédire la force et la durée d'une attaque. Par conséquent, le risque de complications dangereuses et de décès d'un patient par insuffisance cardiaque aiguë avec TP est toujours présent.

Le flutter auriculaire est l’une des formes de troubles du rythme cardiaque: signes, diagnostic et traitement

Le flutter auriculaire est une forme d’arythmie supraventriculaire. Selon ses manifestations cliniques, elle ressemble à la fibrillation auriculaire et est considérée comme l'une de ses variantes. Il est important de diagnostiquer la maladie rapidement et d'obtenir l'aide d'un médecin qualifié.

Lire dans cet article.

Raisons

Une telle perturbation du rythme correspond au dixième de toutes les tachyarythmies supraventriculaires. Les hommes tombent cinq fois plus malades que les femmes et le risque de flutter auriculaire augmente avec l'âge. Cette arythmie se produit dans le contexte d'autres maladies cardiaques:

Facteurs contribuant au développement du TP:

Pathogenèse

La maladie cardiaque provoque une modification de ses tissus, en particulier des voies auriculaires. Des conditions sont créées pour l’écoulement d’un signal électrique le long d’un chemin anormal - pas du noeud sinusal à l’auriculaire, mais par une grande boucle couvrant l’oreillette entière. Ce mécanisme s'appelle "macro-rientry".

Contrairement à la fibrillation, il existe un obstacle majeur à l’écoulement normal d’une impulsion pendant le tremblement. De plus, lors de la circulation du signal, celui-ci ralentit périodiquement. En conséquence, l'excitation ne tombe pas sur les zones du myocarde qui ont temporairement perdu leur capacité à être excitées après le "tour" précédent de l'impulsion circulaire. Par conséquent, la vague d'excitation circule dans les oreillettes sans s'arrêter.

Schéma du mécanisme de développement d'une forme atypique de flutter auriculaire: sur la figure A, l'oreillette gauche (LP) est représentée de l'arrière. Dans le PL, il peut y avoir un cycle de rentrée autour de ce qu'on appelle l'espace mort électriquement (MP) sur la paroi postérieure du PL, l'embouchure de la veine pulmonaire (LV) et la partie membraneuse du septum interaural. La figure B montre une représentation schématique du PL à l'avant avec d'éventuels cycles TP autour du périmètre de la valve mitrale (MK) et à l'intérieur de l'oreille du PL.

Classification

Selon l'emplacement de la boucle d'excitation, il existe 2 formes de flutter auriculaire: typique et atypique. Dans un mode de réalisation typique, l'impulsion électrique "tourne" autour de la valve tricuspide qui sépare l'oreillette droite et le ventricule. Dans la variante atypique, le signal circule autour de la valve mitrale, des bouches des veines pulmonaires ou du tissu cicatriciel du myocarde auriculaire. Ceci est important pour les arythmistes menant des opérations avec TP.

La fibrillation et le flutter auriculaires s'accompagnent d'une fréquence élevée de contractions myocardiques de ces cavités cardiaques. Le corps protège les cavités cardiaques principales, les ventricules, contre la surcharge, et tous les signaux pathologiques ne leur sont pas envoyés. Il existe un bloc physiologique atrioventriculaire II.

Si le blocage de l'impulsion auriculaire se produit régulièrement, les ventricules se contractent de manière rythmique. C'est la forme correcte ou convenue de TP. Il est parfois difficile de le distinguer de l'ECG du rythme sinusal. Si le degré de conductivité atrioventriculaire change, une forme irrégulière de TP se développe avec une contraction irrégulière des ventricules.

ECG pour le flutter auriculaire:
a: forme correcte avec bloc AV fonctionnel (2: 1);
b: la forme correcte (3: 1);
dans: la forme correcte (4: 1);
g: forme irrégulière avec changement du degré de blocage AV (3: 1,4: 1,5: 1)

En fonction du nombre d'impulsions conduites sur les ventricules, elles sont réduites avec une fréquence différente. Habituellement, cela ne change pratiquement pas pendant la journée chez un patient. Cela permet de suspecter une TP avec une tachycardie sinusale persistante. Il existe de telles formes de pathologie:

  • normosystolique (les ventricules sont réduits de 60 à 100 fois par minute);
  • tachysystolique (la fréquence des contractions ventriculaires est supérieure à 100 par minute);
La forme correcte de TP avec une fréquence d'impulsions auriculaires (ondes F) 280 par minute et tenant sur les ventricules 2: 1
  • bradysystolique (fréquence inférieure à 60 par minute).

Ces formes ont différents signes cliniques et tactiques de traitement.

Le flutter auriculaire est constant et paroxystique. Lorsque les crises d’arythmie paroxystiques se produisent plusieurs fois par an à plusieurs fois par jour. Il arrive que la TP soit remplacée par la fibrillation auriculaire, et inversement.

Les symptômes

Le patient ne peut pas se plaindre. Dans d'autres cas, il existe de tels signes de flutter auriculaire:

  • palpitations cardiaques, parfois irrégulières;
  • sensation d'interruption dans le travail du cœur;
  • essoufflement avec une petite charge;
  • fatigue, transpiration.

Avec une forme tachysystolique constante de TP, qui se produit rarement, une douleur derrière le sternum, ressemblant à de l'angine de poitrine, est possible. Avec une réduction rare des ventricules, les patients se plaignent de vertiges et d'évanouissements, accompagnés d'une chute.

La pathologie peut être compliquée par une thrombose des vaisseaux sanguins du cerveau ou des organes internes. C'est ainsi que se développent les accidents vasculaires cérébraux, les thromboses mésentériques, les crises cardiaques du rein ou d'un autre organe.

Complications de flutter auriculaire

Diagnostics

La reconnaissance de la TP sur un ECG ne présente aucune difficulté particulière pour un médecin expérimenté en diagnostic fonctionnel. Les médecins d'autres spécialités peuvent parfois mal interpréter les modifications de l'ECG, ce qui conduit à un diagnostic incorrect.

Sur un ballast électronique à une ou plusieurs dérivations, on observe un rythme auriculaire régulier avec une amplitude élevée et une fréquence de 250 à 400 par minute. Les complexes auriculaires FF ressemblent à des dents de scie, le contour entre eux n'est pas défini.

Dans une forme d'onde typique de TP, les ondes FF sont négatives ou positives dans les dérivations II, III et aVF. Les variantes atypiques peuvent avoir une variété de manifestations ECG - une courbe en dents de scie, une activité ondulante et même des vagues presque imperceptibles, ce qui rend le diagnostic difficile. Dans ces cas, un examen électrophysiologique transoesophagien est utilisé.

Lorsque TP montre une surveillance quotidienne de l'ECG, elle détermine la fréquence moyenne des contractions ventriculaires, des pauses et des autres troubles du rythme. Ce sont souvent les résultats de la surveillance qui permettent de suspecter ou de confirmer le diagnostic. Sur le graphique quotidien de la fréquence cardiaque, on peut voir qu'elle ne change pas avec le temps, alors qu'avec un rythme sinusal pendant le sommeil, le rythme cardiaque ralentit et le cœur bat plus souvent avec une charge.

Traitement

Chez de nombreux patients atteints de flutter auriculaire, le traitement consiste à prendre des médicaments régulièrement.

Premiers secours

Avec le développement d'une attaque, le patient devrait être placé dans une position semi-assise, aérer la pièce, retirer les vêtements moulants et appeler immédiatement une ambulance.

Pour soulager une attaque, les agents de santé utilisent:

  • la procaïnamide;
  • la propafénone;
  • le sotalol;
  • l'amiodarone.

Traitement de la toxicomanie

Si les troubles du rythme persistent pendant plus de 2 jours - commencer la prévention de la thrombose en utilisant de la warfarine ou des médicaments d'une nouvelle génération d'anticoagulants - dabigatran etexilad (Pradaksa), rivaroxaban (Xarelto), apixaban (Eliquis).

Anticoagulants de nouvelle génération

Le traitement médicamenteux repose sur des bêta-bloquants cardiosélectifs prolongés (bisoprolol). Ils peuvent être associés à la digoxine avec une arythmie de type tachysystolique. Parfois prescrit amiodarone ou le vérapamil. L'automédication avec ces médicaments est inacceptable.

Traitement chirurgical

La méthode de choix pour le flutter auriculaire est une opération réalisée avec des attaques fréquentes ou une forme permanente de pathologie. Une chirurgie cardiaque mini-invasive est réalisée - ablation par cathéter de la région de l'oreillette, à travers laquelle une onde d'excitation pathologique circule autour de la valvule tricuspide. L'intervention est réalisée sous anesthésie locale et ne dure pas plus d'une heure. Les patients se débarrassent complètement des arythmies dans 95% des cas.

Prévisions

Le TP en soi n'est pas dangereux pour la vie. Ses effets indésirables sont associés au développement de complications.

La fréquence des complications dépend de la justesse du traitement. En moyenne, 5% des patients ont un AVC par an. La mortalité de ces patients est 2 fois plus élevée que celle du même groupe d’âge de personnes en bonne santé. La TP peut entraîner le développement d'une cardiomyopathie et d'une insuffisance cardiaque.

Prévention

Avec le développement de la TP, un examen par un cardiologue est nécessaire pour identifier les causes de l'arythmie.

Il est important de changer de mode de vie:

  • cesser de fumer et de boire de l'alcool;
  • activité physique modérée (marche, natation);
  • traitement de l'hypertension et du diabète;
  • maintenir un poids normal;
  • traitement du ronflement et de l'apnée du sommeil;
  • traitement des maladies endocriniennes, correction des violations de l'équilibre eau-sel avec l'aide d'un médecin.

Après une intervention chirurgicale pour TP, il est recommandé de limiter l'activité physique pendant une semaine. Alors, aucune mesure de rééducation spéciale n'est requise.

Tous les patients atteints d'AT, y compris après un traitement chirurgical, doivent être suivis à vie par un cardiologue une à deux fois par an avec un bien-être satisfaisant. Des analyses de sang ECG, générales et biochimiques sont effectuées. Une surveillance quotidienne de l'ECG, de l'échoCG et de l'analyse du niveau d'hormones thyroïdiennes est prescrite.

Lorsque la détérioration de la condition devrait consulter immédiatement un médecin. Vous devrez peut-être être hospitalisé au département de cardiologie. C'est nécessaire pour la prévention des complications de l'arythmie.

Le flutter auriculaire est une forme d'arythmie supraventriculaire, qui s'accompagne d'une contraction fréquente mais régulière des oreillettes et d'une contraction plus rare des ventricules. Les symptômes incluent des palpitations, un essoufflement, des vertiges, des douleurs à la poitrine. L'attaque du TP est éliminée par voie médicamenteuse ou par électrostimulation. À l'avenir, un traitement médicamenteux ou une chirurgie mini-invasive - ablation par cathéter - est prescrite.

À propos de ce qui constitue le flutter auriculaire et des principales méthodes de traitement, voir cette vidéo:

Avec un coeur, ne plaisante pas. En cas d'attaque de fibrillation auriculaire, il est non seulement nécessaire de l'arrêter, de l'enlever à la maison, mais également de la reconnaître rapidement. Pour cela, il est utile de connaître les signes et les symptômes. Qu'est-ce que le traitement et la prévention?

Les principales formes de fibrillation auriculaire sont les suivantes: paroxystique, permanente, tachysystolique. Leur classification et leurs indications ECG aident à démarrer le traitement correct. La prévention est tout aussi importante.

Digoxin est prescrit pour les arythmies pas toujours. Par exemple, son utilisation en auriculaire est controversée. Comment prendre le médicament? Quelle est son efficacité?

Les violations du rythme du myocarde beaucoup, mais l'un des plus dangereux - fibrillation ventriculaire du coeur. Les raisons en sont difficiles à établir, mais les symptômes aideront à aider. Comment apparaît-il sur l'ECG? Comment se passe le traitement de la fibrillation et du flutter ventriculaires?

Si une arythmie est suspectée, des tests vous aideront à diagnostiquer avec précision. Quels tests faut-il prendre pour établir le diagnostic, sauf pour le sang?

La pathologie auriculaire et ventriculaire est diagnostiquée à l'aide d'un ECG, dont la description n'est compréhensible que par un médecin. Comment se manifeste la fibrillation auriculaire paroxystique sur un électrocardiogramme? Quels signes dans le diagnostic indiqueront la présence d'une pathologie? Comment déterminer les symptômes de l'arythmie?

Le diagnostic de fibrillation auriculaire, dont le traitement traditionnel devient un assistant de la médecine traditionnelle, ne fonctionnera pas seul. Les herbes, les produits à base de fruits et légumes et même l’aubépine aideront le patient.

Les échecs dans le rythme du coeur - une des pathologies les plus courantes. Les formes de fibrillation auriculaire ont leurs propres caractéristiques d'évolution et de traitement. Qu'est-ce qui caractérise et comment traite-t-on la fibrillation auriculaire paroxystique, tachysystolique, persistante, normosystolique et bradysystolique?

Si une thyréotoxicose est détectée et que le cœur commence à faire des farces, cela vaut la peine de subir un examen. Les palpitations cardiaques, les arythmies et la cardiomyopathie thyroïdienne sont courants. Pourquoi une insuffisance cardiaque survient-elle?

Fibrillation auriculaire: caractéristiques de diagnostic et de traitement

Les maladies du système cardiovasculaire occupent une place prépondérante par rapport aux autres pathologies. La fibrillation auriculaire ou le flutter auriculaire se rencontre chez de nombreux patients. Ils sont les principaux représentants du groupe des arythmies. Lorsqu'une personne est au courant de ses manifestations, elle peut alors demander de l'aide de manière autonome pendant.

Comment et pourquoi la fibrillation auriculaire apparaît-elle?

La fibrillation myocardique, le flutter auriculaire ont des mécanismes d’apparence similaires, mais aussi un certain nombre de différences. Sous le premier terme, comprendre le type de tachyarythmie de type supraventriculaire. À ce stade, les battements de cœur deviennent chaotiques et la fréquence de comptage atteint 350 à 750 battements par minute. La caractéristique présentée exclut la possibilité du travail rythmique des oreillettes dans la fibrillation auriculaire.

Fibrillation auriculaire

Selon la classification, la fibrillation est divisée en plusieurs formes. Les mécanismes de développement peuvent avoir certaines différences les uns des autres. Ceux-ci incluent les suivants:

  • provoqué par une maladie particulière;
  • fibrillation auriculaire au repos, forme permanente;
  • hyperadrénergique;
  • carence en potassium;
  • hémodynamique.

La forme permanente de fibrillation auriculaire (ou paroxystique) devient une manifestation d'un certain nombre de maladies. La sténose mitrale, la thyrotoxicose ou l'athérosclérose se rencontre le plus souvent chez de nombreux patients. La gamme de patients souffrant d’arythmie au cours du processus dystrophique dans le myocarde à caractère alcoolique, le diabète et le déséquilibre hormonal s’élargit.

L'arythmie paroxystique survient chez les patients en position horizontale. Pendant le sommeil, ils se réveillent souvent de symptômes désagréables. Il peut apparaître avec un virage serré du corps quand une personne est couchée. Le mécanisme d'apparition de tels troubles est associé à des effets réflexes prononcés sur le myocarde du nerf vague.

Sous leur influence, la conduction des impulsions nerveuses dans les oreillettes ralentit. Pour cette raison, la fibrillation commence par eux. La forme décrite d'arythmie cardiaque est capable de se normaliser indépendamment. Ceci est dû à une diminution des effets nerveux sur le muscle au fil du temps.

Les paroxysmes hyperadrénergiques sont plus fréquents que ceux décrits ci-dessus. Ils apparaissent le matin et lors d'un stress physique et émotionnel. La dernière variante chronique de l'arythmie est appelée hémodynamique.

Il fait partie des formes stagnantes de la pathologie, associées à la présence d'un obstacle à la réduction normale du myocarde. Progressivement, les oreillettes commencent à se dilater. Les principales raisons sont les suivantes:

  • faiblesse de la paroi ventriculaire gauche;
  • rétrécissement de la lumière des trous entre les cavités du coeur;
  • absence de fonction de l'appareil à valve;
  • flux sanguin inverse (régurgitation) dans les oreillettes;
  • formations tumorales dans les cavités;
  • thrombose;
  • traumatisme à la poitrine.

Dans de nombreux cas, la fibrillation devient une manifestation de la maladie. Pour cette raison, avant de commencer le traitement, vous devez établir son origine.

Le flottement est caractérisé par une fréquence cardiaque allant jusqu'à 350 par minute. Cette forme est appelée supraventriculaire ou "flutter" du myocarde auriculaire. La tachyarythmie diffère de celle décrite ci-dessus en présence du rythme correct chez la majorité des patients.

Il y a des gens avec des caractéristiques de cette maladie. Ils ont des contractions sinusales normales alternant épisodes de tremblement. Le rythme s'appelle permanent. Cette version de la pathologie du coeur a l'étiologie suivante (causes):

  • CHD (cardiopathie ischémique);
  • défauts d'origine rhumatismale;
  • péricardite;
  • myocardite;
  • l'hypertension;
  • après une chirurgie pour malformations ou pontage;
  • l'emphysème.

Le rythme tachysystolique survient chez les patients présentant un diabète sucré, un taux de potassium dans le sang insuffisant, une intoxication par la drogue et l’alcool. La base de la pathogenèse (mécanisme de développement) est répétée l'excitation multiple dans le myocarde. Le paroxysme est dû à la circulation de telles impulsions un grand nombre de fois.

Les facteurs provocants incluent des épisodes de clignotement et des extrasystoles. La fréquence des contractions dans les oreillettes augmente à 350 battements par minute.

En revanche, les ventricules ne peuvent pas. Ceci est dû au manque d'opportunités pour le stimulateur cardiaque à large bande passante. Pour cette raison, ils ne sont pas plus de 150 par minute. La forme permanente de la fibrillation auriculaire est caractérisée par des blocs, ce qui explique les différences entre les cavités du coeur.

Manifestations de flutter auriculaire

Le flutter auriculaire et la fibrillation auriculaire ne sont pas toujours causés par les mêmes facteurs. Pire, la santé est capable de stress, d'effort physique, de changement soudain de temps. Les symptômes sont caractérisés par ce qui suit:

  • douleur ou inconfort cardiaque dans cette région;
  • des vertiges;
  • faiblesse qui ne disparaît pas après le repos;
  • sensation de battement de coeur;
  • essoufflement;
  • hypotension artérielle;
  • sentiment de perturbation dans le coeur.

Des perturbations transitoires peuvent se produire plusieurs fois par an ou plus souvent lorsque le rythme systolique normal est remplacé par un flottement. À un jeune âge, ils apparaissent sous l’influence de facteurs provocants. Les personnes âgées s'inquiètent des signes d'arythmie au repos.

Le flux asymptomatique est considéré comme le plus dangereux. Le patient n'est pas dérangé par quoi que ce soit, ce qui augmente le risque d'adhésion à des complications - accident vasculaire cérébral, infarctus du myocarde, formation de thrombus et insuffisance cardiaque.

Diagnostics

Le traitement d'une forme permanente de fibrillation auriculaire est effectué sur la base des données obtenues après un diagnostic complet. La cause exacte est établie à l'aide d'études cliniques, de laboratoires et d'instruments. Le principal symptôme permettant de suspecter la maladie est la pulsation fréquente et rythmée des veines du cou.

Il correspond aux contractions auriculaires du myocarde, mais dépasse la fréquence dans les artères périphériques. Il existe une différence tangible entre les données obtenues lors de l'inspection. Les méthodes supplémentaires incluent les suivantes:

  • test sanguin pour la biochimie;
  • Niveau INR (ratio normalisé international);
  • ECG (électrocardiographie);
  • surveillance quotidienne de l'ECG;
  • des échantillons;
  • échographie du coeur (échographie);
  • échocardiographie transoesophagienne.

Pour le diagnostic, contrairement aux autres pathologies, plusieurs méthodes de diagnostic parmi la liste indiquée sont suffisantes. Dans les cas difficiles, un examen plus approfondi peut être nécessaire.

Test sanguin biochimique

L’indicateur principal, déterminé par le rythme paroxystique - le niveau de lipides dans le plasma sanguin. C'est l'un des facteurs prédisposants de l'athérosclérose. Les données suivantes sont importantes:

  • la créatinine;
  • enzymes hépatiques - ALT, AST, LDH, CK;
  • électrolytes dans le plasma sanguin - magnésium, sodium et potassium.

Ils sont toujours pris en compte avant de prescrire un traitement au patient. Si nécessaire, répétez l'étude.

Pour le diagnostic de cet indicateur est très important. Il reflète l'état du système de coagulation du sang. Si la nomination de "Warfarin" est nécessaire, elle doit être effectuée. Lors du traitement de la fibrillation ou du flutter auriculaire, le niveau de l'INR doit être sous contrôle régulier.

ECG (électrocardiographie)

Avec la fibrillation auriculaire ou le flutter auriculaire, même en l'absence d'un tableau clinique de la maladie, des modifications de l'électrocardiogramme sont détectées. Au lieu des dents P, les dents pyloriques apparaissent dans les dérivations I, III et avf. La fréquence des ondes atteint 300 par minute. Il existe des patients chez qui la forme constante de fibrillation auriculaire est de nature atypique. Dans cette situation sur le film, ces dents seront positives.

L'étude a révélé un rythme irrégulier, associé à une violation de la conduction des impulsions par le nœud auriculo-ventriculaire. Il existe également la situation opposée lorsque la forme norform est observée. Le pouls de telles personnes est constamment dans des limites acceptables.

Dans certains cas, des blocs auriculo-ventriculaires sont détectés sur le film d'électrocardiogramme. Il y a plusieurs options pour les changements:

  • 1 degré;
  • 2 degrés (comprend 2 types supplémentaires);
  • 3 degrés.

Lors du ralentissement de la conduction de l'influx nerveux à travers le stimulateur, l'intervalle P-R est prolongé. Ces modifications sont caractéristiques du bloc 1 degré. Il apparaît chez les patients présentant un traitement en cours avec certains médicaments, une affection du système myocardique ou une augmentation du tonus parasympathique.

Diviser le degré 2 de perturbations en 2 types. Le premier, de type Mobitz, se caractérise par un intervalle P - R prolongé. Dans certains cas, l'impulsion ne conduit pas aux ventricules. À la recherche d'un film d'électrocardiogramme on constate la perte du complexe QRS.

Il existe souvent un type 2 avec une absence soudaine de complexe QRS. L'allongement de l'intervalle P-R n'est pas détecté. Lorsque blocus 3 degré de preuve des impulsions nerveuses sur les ventricules ne sont pas. Le rythme ralentit à 50 battements par minute.

Surveillance quotidienne de l'ECG

Cette méthode de fibrillation auriculaire ou de flutter auriculaire fait partie des principales méthodes instrumentales. Avec lui, vous pouvez suivre quels changements se produisent lorsque le myocarde fonctionne dans diverses situations. Au cours de la journée, des tachysystoles, des blocages et d'autres troubles sont détectés.

La base de l'étude est l'enregistrement de l'activité électrique dans le processus du coeur. Toutes les données sont transmises à un appareil portable qui les traite en informations sous la forme d'une courbe graphique. L'électrocardiogramme est stocké sur le support de l'appareil.

Pour certains patients qui clignent des yeux, un brassard est également appliqué sur l'épaule. Cela vous permet de contrôler électroniquement la dynamique de la pression artérielle.

Des échantillons

Le test d'effort (test sur tapis roulant) ou l'ergométrie du vélo est indiqué au patient pour déterminer les anomalies du système cardiovasculaire. La durée de l'étude peut être différente. Si des symptômes désagréables apparaissent, il est arrêté et les données obtenues sont évaluées.

Échographie du coeur (échographie)

Les signes de modifications pathologiques du cœur sont détectés par échographie. L'état du débit sanguin, la pression, l'appareil à valve, la présence de caillots sanguins sont évalués.

Échocardiographie transoesophagienne

Un capteur spécial pour l'acquisition de données est inséré dans l'œsophage. Lorsqu'un patient présente une forme permanente de fibrillation auriculaire, le traitement doit durer environ 2 jours. Pour cette raison, la recommandation principale est de poursuivre le traitement jusqu'à ce que le rythme normal soit rétabli. L'étude instrumentale a pour but de détecter les caillots sanguins et d'évaluer l'état de l'oreillette gauche.

Traitement du flutter auriculaire

Le traitement de la fibrillation auriculaire chez les personnes âgées, et en particulier de sa forme chronique, est plus compliqué. Le flutter auriculaire est corrigé à l'aide de médicaments. Après le diagnostic, commencer le traitement médicamenteux.

Traitement médicamenteux

Le traitement commence par une approche intégrée, qui inclut plus d'un outil. Les groupes de médicaments suivants sont inclus dans le traitement conservateur:

  • les bêta-bloquants;
  • glycosides cardiaques;
  • Bloqueurs des ions calcium - vérapamil;
  • préparations de potassium;
  • anticoagulants - héparine, warfarine;
  • médicaments antiarythmiques - “Ibutilid”, “Amiodarone”.

Le schéma inclut les médicaments antiarythmiques, les bêta-bloquants, les bloqueurs des canaux calciques et les glycosides. Ceci est fait pour prévenir la tachycardie dans les ventricules. Cela peut être déclenché par une amélioration de la conductivité des impulsions nerveuses dans le stimulateur cardiaque.

En présence d'anomalies congénitales, les fonds énumérés ne sont pas utilisés par des personnes jeunes ou âgées. Normalement, il est nécessaire de prescrire des anticoagulants et des médicaments pour éliminer les arythmies. S'il n'y a pas de contre-indications aux méthodes de traitement traditionnelles, vous pouvez prendre des remèdes à base de plantes. Avant cela, le patient doit obtenir son consentement pour son rendez-vous avec son médecin.

Premiers secours

Les signes apparents de flutter ou de fibrillation, associés à une hypotension, une ischémie cérébrale et une cardioversion sont indiqués. Il est conduit par un courant électrique de basse tension. Dans le même temps, des médicaments anti-arythmiques sont injectés dans la veine. Ils augmentent l'efficacité de la thérapie.

S'il existe un risque de survenue de complications, «Amiodarone» est une solution. En l'absence de dynamique, des glycosides cardiaques sont nécessaires. Une stimulation électrique est indiquée lorsque le rythme sinusal n'est pas rétabli lorsque toutes les étapes du modèle de gestion du patient sont observées.

Il existe des tactiques distinctes pour la gestion des patients souffrant de crises épileptiques, d'une durée de 2 jours. Quand il persiste, Amiodarone, Cordarone, Vérapamil, Disopyramide est indiqué. Pour renvoyer le rythme sinusal est assigné une stimulation transoesophagienne du myocarde. Lorsque l'arythmie dure plus de 2 jours, les anticoagulants sont administrés avant la cardioversion.

Traitement chirurgical

En l'absence d'efficacité, l'ablation est prescrite pour le traitement médicamenteux. Les autres indications sont des rechutes fréquentes et une arythmie persistante. Le pronostic après le traitement est favorable à la vie du patient.

Une approche spéciale est nécessaire pour détecter le syndrome de Frederick. Dans l'histoire, il a été décrit pour la première fois en 1904. La maladie est rare, mais représente un grand danger. Cela inclut les modifications cliniques et électrocardiographiques du blocage complet, associées à la fibrillation cardiaque (ou flutter auriculaire).

La différence pathologie n'est pas seulement dans les manifestations. Le traitement médicamenteux ne donne pas de réponse positive. La seule solution est d’établir un stimulateur artificiel. Si nécessaire, il générera une impulsion d'électricité.

Lorsque des signes d'arythmie apparaissent, le diagnostic opportun est important. Chez les patients, il est possible de normaliser le travail du cœur avec des préparations médicales. Le stade lancé et la pathologie chronique sont considérés comme une indication chirurgicale.