Accident vasculaire cérébral ischémique

L'AVC ischémique est un infarctus cérébral, il se développe avec une diminution significative du débit sanguin cérébral.

Parmi les maladies conduisant au développement d'un infarctus cérébral, la première place est occupée par l'athérosclérose, affectant les gros vaisseaux cérébraux du cou ou des vaisseaux intracrâniens, ou les deux.

L'athérosclérose est souvent associée à une hypertension artérielle ou à une hypertension artérielle. L'AVC ischémique aigu est une affection qui nécessite une hospitalisation immédiate du patient et des mesures médicales adéquates.

L'AVC ischémique: qu'est-ce que c'est?

L'accident ischémique cérébral survient à la suite d'une obstruction des vaisseaux sanguins qui alimentent le cerveau en sang. La principale condition de ce type d'obstruction est la formation de dépôts graisseux tapissant les parois des vaisseaux. Ceci s'appelle l'athérosclérose.

Un AVC ischémique provoque un caillot sanguin qui peut se former dans un vaisseau sanguin (thrombose) ou ailleurs dans le système sanguin (embolie).

La définition de la forme nosologique de la maladie repose sur trois pathologies indépendantes caractérisant un trouble circulatoire local, désignées par les termes "ischémie", "crise cardiaque", "accident vasculaire cérébral":

  • ischémie - manque d'approvisionnement en sang dans la partie locale de l'organe, des tissus.
  • L'accident vasculaire cérébral est une violation du flux sanguin cérébral lors de la rupture / ischémie d'un des vaisseaux, accompagné de la mort du tissu cérébral.

Dans les accidents ischémiques, les symptômes dépendent du type de maladie:

  1. La crise d'athérothrombose - se produit en raison de l'athérosclérose d'une artère de grande ou moyenne taille, se développe progressivement, se produit le plus souvent pendant le sommeil;
  2. Lacunaire - Le diabète sucré ou l'hypertension peuvent provoquer des troubles circulatoires dans les artères de petit diamètre.
  3. Forme cardioembolique - se développe à la suite d'une occlusion partielle ou complète de l'artère moyenne du cerveau avec l'embole, elle survient soudainement lorsque vous êtes éveillé et des emboles dans d'autres organes peuvent survenir plus tard.
  4. Ischémique, associée à des causes rares - séparation de la paroi artérielle, coagulation sanguine excessive, pathologie vasculaire (non athéroscléreuse), maladies hématologiques.
  5. Origine inconnue - caractérisée par l'impossibilité de déterminer les causes exactes de l'occurrence ou la présence de plusieurs causes;

De ce qui précède, on peut conclure que la réponse à la question «Qu'est-ce qu'un accident vasculaire cérébral ischémique» est-elle simple? Il s'agit d'une violation de la circulation sanguine dans l'une des zones du cerveau en raison de son blocage par une plaque de thrombus ou de cholestérol.

Il existe cinq grandes périodes d'accident ischémique complet:

  1. La période la plus forte est les trois premiers jours;
  2. La période aiguë dure jusqu'à 28 jours;
  3. La période de récupération précoce peut aller jusqu'à six mois;
  4. Période de récupération tardive - jusqu'à deux ans;
  5. La période d'effets résiduels - après deux ans.

La plupart des AVC ischémiques cérébraux commencent soudainement, se développent rapidement et entraînent la mort du tissu cérébral en quelques minutes à quelques heures.

Selon la zone touchée, l'infarctus cérébral est divisé en:

  1. Coup droit latéral ischémique - les conséquences concernent principalement les fonctions motrices, qui sont ensuite mal restaurées. Les indicateurs psycho-émotionnels peuvent être proches de la normale;
  2. AVC ischémique du côté gauche - la sphère psycho-émotionnelle et la parole agissent principalement comme conséquences, les fonctions motrices sont restaurées presque complètement;
  3. Cerebellar - altération de la coordination des mouvements;
  4. Extensif - survient en l'absence totale de circulation sanguine dans une grande zone du cerveau, provoque un œdème, conduit le plus souvent à une paralysie complète avec l'incapacité de récupérer.

La pathologie survient le plus souvent chez les personnes âgées, mais peut arriver dans n'importe quelle autre. Le pronostic pour la vie dans chaque cas est individuel.

AVC ischémique droit

L’accident ischémique du côté droit affecte les zones responsables de l’activité motrice du côté gauche du corps. La conséquence est la paralysie de tout le côté gauche.

En conséquence, au contraire, si l'hémisphère gauche est endommagé, la moitié droite du corps est défaillante. L’accident ischémique cérébral du côté droit peut également causer des troubles de la parole.

AVC ischémique gauche

Dans l'AVC ischémique du côté gauche, la fonction de la parole et la capacité de percevoir les mots sont sérieusement altérées. Conséquences possibles - par exemple, si le centre de Brock est endommagé, le patient est privé de la possibilité de créer et de percevoir des phrases complexes, il ne dispose que de mots individuels et de phrases simples.

Tige

Ce type d’accident vasculaire cérébral (AVC ischémique) est le plus dangereux. Dans le tronc cérébral se trouvent les centres qui régulent le travail des plus importants systèmes de maintien de la vie - cardiaque et respiratoire. La majorité des décès sont dus à un infarctus du tronc cérébral.

Symptômes de l'AVC ischémique de la tige - incapacité à naviguer dans l'espace, diminution de la coordination des mouvements, vertiges, nausées.

Cérébelleux

Le cycle cérébral ischémique au stade initial est caractérisé par un changement de coordination, des nausées, des étourdissements, des vomissements. Après une journée, le cervelet commence à exercer une pression sur le tronc cérébral.

Les muscles du visage peuvent devenir engourdis et la personne tombe dans le coma. Le coma avec AVC ischémique cérébelleux est très fréquent, dans la plupart des cas, un tel AVC est injecté avec le décès du patient.

Code mkb 10

Selon la CIM-10, un infarctus cérébral est codé sous la rubrique I 63 avec l'addition d'un point et d'un numéro suivi de celle-ci afin de préciser le type d'accident vasculaire cérébral. De plus, lors du codage de telles maladies, la lettre «A» ou «B» (en latin) est ajoutée, ce qui indique:

  1. Infarctus cérébral sur le fond de l'hypertension artérielle;
  2. Infarctus cérébral sans hypertension artérielle.

Symptômes de l'AVC ischémique

Dans 80% des cas, les accidents vasculaires cérébraux sont observés dans le système de l'artère cérébrale moyenne et dans 20% des autres vaisseaux cérébraux. Dans les accidents ischémiques, les symptômes apparaissent généralement soudainement, en secondes ou en minutes. Plus rarement, les symptômes apparaissent progressivement et s'aggravent sur une période de plusieurs heures à deux jours.

Les symptômes de l'AVC ischémique dépendent de la quantité de lésions cérébrales endommagées. Ils ressemblent aux signes observés lors d’attaques ischémiques transitoires; toutefois, les troubles de la fonction cérébrale sont plus graves, se manifestent pour un plus grand nombre de fonctions, pour une plus grande partie du corps, et sont généralement persistants. Il peut être accompagné d'un coma ou d'une dépression légère de la conscience.

Par exemple, si un vaisseau qui transporte le sang vers le cerveau le long de la nuque est bloqué, les troubles suivants se produisent:

  1. Cécité d'un œil;
  2. L'un des bras ou des jambes de l'un des côtés du corps sera paralysé ou très affaibli;
  3. Problèmes de compréhension de ce que les autres disent ou incapacité à trouver des mots dans une conversation.

Et si un vaisseau qui transporte le sang vers le cerveau le long de la nuque est bloqué, de telles violations peuvent se produire:

  1. Double yeux;
  2. Faiblesse des deux côtés du corps;
  3. Vertiges et désorientation spatiale.

Si vous remarquez l'un de ces symptômes, veillez à appeler une ambulance. Plus les mesures sont prises rapidement, meilleur est le pronostic à vie et les conséquences désastreuses.

Symptômes des attaques ischémiques transitoires (AIT)

Souvent, ils précèdent un AVC ischémique, et parfois, l'AIT est la continuation de l'AVC. Les symptômes de l'AIT ressemblent aux symptômes focaux d'un petit accident vasculaire cérébral.

Les principales différences entre l'AIT et les accidents vasculaires cérébraux sont détectées par un examen CT / IRM à l'aide de méthodes cliniques:

  1. Il n'y a pas de centre d'infarctus du tissu cérébral (non visualisé);
  2. La durée des symptômes focaux neurologiques ne dépasse pas 24 heures.

Les symptômes de l'AIT sont confirmés par des études de laboratoire et instrumentales.

  1. Sang pour déterminer ses propriétés rhéologiques;
  2. Électrocardiogramme (ECG);
  3. Ultrasons - Doppler des vaisseaux de la tête et du cou;
  4. Échocardiographie (EchoCG) du coeur - identification des propriétés rhéologiques du sang dans le coeur et les tissus environnants.

Diagnostic de la maladie

Les principales méthodes de diagnostic de l'AVC ischémique:

  1. Antécédents médicaux, examen neurologique, examen physique du patient. Identification des comorbidités qui sont importantes et affectent le développement de l'AVC ischémique.
  2. Tests de laboratoire - analyse sanguine biochimique, spectre lipidique, coagulogramme.
  3. Mesure de la pression artérielle.
  4. ECG
  5. L'IRM ou la TDM du cerveau peuvent déterminer l'emplacement de la lésion, sa taille, la durée de sa formation. Si nécessaire, une angiographie au scanner est réalisée pour identifier le site exact de l'occlusion du vaisseau.

Différencier les accidents ischémiques cérébraux est nécessaire d’autres maladies du cerveau présentant des signes cliniques similaires, les plus courants étant une tumeur, une lésion infectieuse des membranes, l’épilepsie, les hémorragies.

Séquelles d'AVC ischémique

Dans le cas d'un AVC ischémique, les conséquences peuvent être très diverses - allant d'un très grave, avec un AVC ischémique étendu, à un accident mineur, avec des micro-attaques. Tout dépend de l'emplacement et du volume du foyer.

Les conséquences probables d'un AVC ischémique:

  1. Troubles mentaux - de nombreuses personnes ayant subi un AVC développent une dépression post-AVC. Cela est dû au fait qu'une personne ne peut plus être comme avant, elle a peur d'être devenue un fardeau pour sa famille, elle a peur d'être laissée handicapée à vie. Des changements dans le comportement du patient peuvent également apparaître, il peut devenir agressif, craintif, désorganisé, peut être sujet à des sautes d'humeur fréquentes sans raison.
  2. Sensations altérées dans les membres et sur le visage. La sensibilité est toujours restituée avec une force musculaire plus longue dans les membres. Cela est dû au fait que les fibres nerveuses responsables de la sensibilité et de la conduction des impulsions nerveuses correspondantes sont restaurées beaucoup plus lentement que les fibres responsables du mouvement.
  3. Fonction motrice altérée - la force dans les membres peut ne pas récupérer complètement. La faiblesse de la jambe obligera le patient à utiliser la canne, la faiblesse de la main rendra difficile l'exécution de certaines tâches domestiques, même pour s'habiller et tenir la cuillère.
  4. Les conséquences peuvent se manifester sous la forme de déficiences cognitives - une personne peut oublier beaucoup de choses qui lui sont familières, ses numéros de téléphone, son nom, le nom de sa famille, son adresse, elle peut se comporter comme un petit enfant, sous-estimer la difficulté de la situation, il peut confondre le moment et le lieu où il se trouve. est situé.
  5. Troubles de la parole - peuvent ne pas survenir chez tous les patients ayant subi un AVC ischémique. Il est difficile pour le patient de communiquer avec sa famille. Parfois, il peut dire des phrases et des mots absolument incohérents, parfois il peut être difficile de dire quelque chose. De telles violations sont moins courantes dans le cas d'un AVC ischémique du côté droit.
  6. Troubles de la déglutition: le patient peut s'étouffer avec des aliments liquides et solides, ce qui peut entraîner une pneumonie par aspiration, puis la mort.
  7. Les troubles de la coordination se manifestent par des palpitations lors de la marche, des vertiges, des chutes lors de mouvements brusques.
  8. Épilepsie - jusqu'à 10% des patients après un AVC ischémique peuvent souffrir de crises d'épilepsie.

Pronostic pour la vie avec un AVC ischémique

Le pronostic de l'issue d'un AVC ischémique chez les personnes âgées dépend du degré de lésion cérébrale ainsi que de la rapidité et de la nature systématique des interventions thérapeutiques. Plus tôt une assistance médicale qualifiée et une rééducation motrice adéquate avaient été fournies, plus l'évolution de la maladie serait favorable.

Le facteur temps joue un rôle énorme, cela dépend des chances de récupération. Environ 15-25% des patients décèdent au cours des 30 premiers jours. La mortalité est plus élevée dans les accidents vasculaires cérébraux athérothrombotiques et cardioemboliques et de seulement 2% dans les cas lacunaires. La gravité et la progression de l'AVC sont souvent évaluées à l'aide de jauges standardisées, telles que l'échelle d'AVC de l'Institut national de la santé (NIH).

La cause du décès dans la moitié des cas est un œdème cérébral et une luxation des structures cérébrales ainsi que, dans d'autres cas, une pneumonie, une maladie cardiaque, une embolie pulmonaire, une insuffisance rénale ou une septicémie. Une proportion importante (40%) des décès survient au cours des deux premiers jours de la maladie et est associée à un infarctus étendu et à un œdème cérébral.

Parmi les survivants, environ 60 à 70% des patients présentent des troubles neurologiques invalidants à la fin du mois. Six mois après l’accident vasculaire cérébral, les troubles neurologiques invalidants demeurent chez 40% des patients survivants, d’ici la fin de l’année - dans 30% des cas. Plus le déficit neurologique est important à la fin du premier mois de la maladie, moins le rétablissement complet est probable.

La restauration des fonctions motrices est la plus significative dans les 3 premiers mois après un AVC, alors que la fonction des jambes est souvent mieux restaurée que celle du bras. L'absence totale de mouvements de la main à la fin du premier mois de la maladie est un mauvais pronostic. Un an après l'accident vasculaire cérébral, une récupération ultérieure des fonctions neurologiques est peu probable. Les patients victimes d'un AVC lacunaire présentent une meilleure récupération que les autres types d'AVC ischémique.

Le taux de survie des patients après un AVC ischémique est d’environ 60 à 70% à la fin de la première année de la maladie, de 50% à 5 ans après l’accident vasculaire cérébral, de 25% à 10 ans.

Les signes de mauvais pronostic de survie au cours des cinq premières années suivant un accident vasculaire cérébral incluent l'âge de la patiente, l'infarctus du myocarde, la fibrillation auriculaire et l'insuffisance cardiaque congestive précédant l'accident. Un accident ischémique répété survient chez environ 30% des patients dans les 5 ans suivant le premier accident vasculaire cérébral.

Rééducation après un AVC ischémique

Tous les patients victimes d'un AVC subissent les étapes suivantes de la réadaptation: le service de neurologie, le service de neurorééducation, le traitement en sanatorium et l'observation du dispensaire en consultation externe.

Les principaux objectifs de la réhabilitation:

  1. Restauration des fonctions altérées;
  2. Réadaptation mentale et sociale;
  3. Prévention des complications post-AVC.

Conformément aux caractéristiques de l'évolution de la maladie, les schémas thérapeutiques suivants sont utilisés successivement chez les patients:

  1. Repos strict au lit - tous les mouvements actifs sont exclus, tous les mouvements dans le lit sont effectués par le personnel médical. Mais déjà dans ce mode, la rééducation commence - virages, frottements - prévention des troubles trophiques - escarres, exercices de respiration.
  2. Repos au lit moyennement étendu - extension progressive des capacités motrices du patient - retournement indépendant au lit, mouvements actifs et passifs, passage en position assise. Peu à peu autorisé à manger en position assise 1 fois par jour, puis 2, et ainsi de suite.
  3. Mode Ward - avec l'aide du personnel médical ou avec un support (béquilles, marchettes, bâton...), vous pouvez vous déplacer dans la chambre, effectuer les types de self-service disponibles (nourriture, lavage, changement de vêtements, etc.).
  4. Mode libre.

La durée des schémas dépend de la gravité de l’accident vasculaire cérébral et de la taille du défaut neurologique.

Traitement

Le traitement de base contre les accidents ischémiques cérébraux vise à maintenir les fonctions vitales du patient. Des mesures sont prises pour normaliser les systèmes respiratoire et cardiovasculaire.

En cas de maladie coronarienne, des médicaments anti-angineux sont prescrits au patient, ainsi que des agents améliorant la fonction de pompage du cœur - glycosides cardiaques, antioxydants, médicaments normalisant le métabolisme des tissus. Des mesures spéciales sont également prises pour protéger le cerveau des changements structurels et du gonflement du cerveau.

Le traitement spécifique des accidents ischémiques cérébraux a deux objectifs principaux: rétablir la circulation sanguine dans la zone touchée, maintenir le métabolisme des tissus cérébraux et les protéger des dommages structurels. Un traitement spécifique pour les accidents ischémiques cérébraux prévoit des méthodes de traitement médicales, non médicamenteuses et chirurgicales.

Dans les premières heures qui suivent l’apparition de la maladie, il existe un sens à la conduite d’un traitement thrombolytique, dont l’essence consiste à lyser un caillot sanguin et à rétablir le flux sanguin dans la partie du cerveau touchée.

Pouvoir

Une alimentation implique des restrictions dans la consommation de sel et de sucre, d'aliments gras, d'aliments à base de farine, de viandes fumées, de légumes marinés et en conserve, d'œufs, de ketchup et de mayonnaise. Les médecins ont conseillé d’ajouter au régime plus de fruits et de légumes riches en fibres, de manger des soupes cuites selon des recettes végétariennes et des produits laitiers. Ceux qui ont du potassium dans leur composition sont particulièrement bénéfiques. Ceux-ci incluent les abricots secs ou les abricots, les agrumes, les bananes.

Les repas doivent être fractionnés et consommés en petites portions cinq fois par jour. Dans le même temps, un régime après un AVC implique un volume de liquide ne dépassant pas un litre. Mais n'oubliez pas que toutes les actions entreprises doivent être négociées avec votre médecin. Seul un spécialiste des forces de police peut aider le patient à se rétablir plus rapidement et à se remettre d'une grave maladie.

Prévention

La prévention des AVC ischémiques vise à prévenir les accidents vasculaires cérébraux et à prévenir les complications et les attaques ré-ischémiques.

Il est nécessaire de traiter l’hypertension artérielle en temps utile, de procéder à un examen des douleurs cardiaques et d’éviter une augmentation soudaine de la pression. Une nutrition adéquate et complète, l'abandon du tabac et de l'alcool, un mode de vie sain est essentiel à la prévention de l'infarctus cérébral.

Lésion cérébrale dans un AVC - comment elle affecte les symptômes de la maladie

Ce type d'accident cérébrovasculaire aigu (ONMK) en tant qu'ACV se situe au deuxième rang en termes de mortalité après les pathologies cardiaques et peut se produire dans les 2 "scénarios" principaux - ischémique et hémorragique.

Les taux de mortalité élevés sont dus à la structure particulière du cerveau. Malgré sa petite taille, il consomme 1/5 de l'oxygène total et 17% du glucose. Toute perturbation de l'apport sanguin normal aura inévitablement des conséquences graves.

Si la lésion dans l'AVC est de taille significative et que l'hypoxie dure plus de cinq minutes, les conséquences peuvent être irréversibles pour le cortex cérébral. Il est à noter que la sensibilité des régions cérébrales varie - les cellules de la moelle épinière meurent après 15 minutes d'hypoxie et après 10 minutes de taille moyenne, la taille de la lésion importe peu.

Le cerveau devrait recevoir la quantité d'oxygène nécessaire pour un apport sanguin normal

Classification et symptômes de l'AVC

Les conséquences les plus graves sont les accidents vasculaires cérébraux hémorragiques, lorsque l’emplacement de l’hémorragie peut être déterminé aussi précisément que possible. Selon la localisation de la lésion, il est habituel de distinguer 4 types d'hémorragies.

  • Intracerebral - lorsque la lésion est située dans le parenchyme du tissu nerveux.
  • Sous-arachnoïdien - l'emplacement de la source de l'hémorragie est déterminé entre les méninges.
  • Ventriculaire - le sang s’accumule dans l’un des ventricules du cerveau.
  • AVC mixte - on diagnostique une combinaison de ce qui précède, alors que les lésions peuvent être multiples, ainsi que leur taille.

Les symptômes de l'AVC, notamment hémorragique, ne sont jamais du même type. Les signes spécifiques dépendent fortement de l'emplacement de la lésion, de sa taille et de la pathologie somatique spécifique ayant contribué au développement de l'AVC.

L'un des principaux signes d'un accident vasculaire cérébral est un mal de tête grave.

Parmi les symptômes communs caractéristiques d'un accident vasculaire cérébral de tout type, il convient de souligner les suivants:

  • mal de tête intense de localisation différente;
  • nausées et vomissements, souvent indomptables;
  • rougeur du visage;
  • transpiration excessive et fièvre.

Sur la base de ces symptômes, il est impossible de poser un diagnostic, mais d’autres y sont toujours attachés, en fonction de la localisation de la lésion:

  • du côté opposé au foyer pathologique, une paralysie et une parésie peuvent se développer;
  • lorsque le foyer est situé dans les lobes frontaux du cerveau, des troubles de la mémoire se développent, des changements de comportement;
  • avec la défaite du centre de la parole situé dans l'hémisphère gauche (à droite), le patient perd la capacité non seulement de parler, mais aussi de percevoir la parole.

Si une hémorragie entraîne la formation d'un hématome dans les ventricules cérébraux, des symptômes méningés, une perte de conscience s'ajoutent aux symptômes ci-dessus et des convulsions souvent observées sont très difficiles à arrêter avec des médicaments. Dans l'hémorragie sous-arachnoïdienne, l'état du patient est extrêmement grave - maux de tête graves, crampes et perte de conscience sont les symptômes "habituels" d'un tel AVC, la taille du foyer pathologique n'a pas de signification particulière sur la sévérité des symptômes.

Caractéristiques de la localisation de l'épidémie

Si la zone touchée est à droite

Des symptômes sévères et caractéristiques apparaissent chez le patient lorsque le foyer pathologique (ischémie grave ou hématome) est situé dans l'hémisphère droit du cerveau. Il est responsable de la perception sensible et vous permet de déterminer avec précision la position de votre corps dans l'espace.

Selon la zone de dommages au cerveau, l’accident vasculaire cérébral a des symptômes différents.

La période aiguë d'accident vasculaire cérébral du côté droit est accompagnée de symptômes caractéristiques:

  • omission de l'angle de la bouche à gauche, disparition du sillon nasogénien, «affaissement» de la joue lors de la respiration;
  • parésie de gauche, si le foyer pathologique est de grande taille au lieu de parésie, on observe souvent des paralysies;
  • le patient est incapable de déterminer non seulement la position de son propre corps, mais également la taille des objets qui l’entourent;
  • l'incapacité de rappeler les derniers événements, tandis que la mémoire des événements du passé est entièrement préservée.

Si la défaite se développe à gauche

Lorsque la zone d'ischémie ou d'hémorragie se situe dans l'hémisphère gauche, il existe tout d'abord des déficiences motrices fixées au côté droit du corps. Il peut y avoir une paralysie ou une parésie, accompagnée de violations persistantes de la sensibilité et du tonus musculaire. Des symptômes tels que:

  • troubles de la parole - avec des foyers de grande taille, la capacité de parler est complètement perdue, dans les cas légers, la capacité de prononcer des mots est préservée, mais la parole ressemble à un «style télégraphique»;
  • la capacité de penser logiquement diminue ou est complètement perdue;
  • états dépressifs d'intensité variable.

De tels symptômes rendent difficile la collecte de l'anamnèse du patient, en particulier pour les troubles de la parole importants.

Caractéristiques de l'écoulement de certains types d'accident vasculaire cérébral

La gravité de l'état du patient dépend non seulement de son âge et du type d'AVC, mais également de la taille de la zone endommagée. La trajectoire la plus légère est observée dans les accidents vasculaires cérébraux lacunaires, diagnostiqués lors de la défaite de petits vaisseaux. Un foyer pathologique d'une taille maximale de 1,5 cm est formé, le pronostic est favorable et la guérison est généralement complète.

Quand un accident vasculaire cérébral lacunaire affecte les petits vaisseaux du cerveau

Les accidents vasculaires cérébraux entraînent des conséquences plus graves, car la zone touchée est située dans le tronc cérébral - une sorte de pont reliant la moelle épinière et le cerveau. Ici se trouvent les centres qui "coordonnent" la thermorégulation, la circulation sanguine et la respiration. Le foyer pathologique de grande taille peut provoquer une violation de la respiration spontanée, de la déglutition et également une hypothermie critique.

Compte tenu de la taille importante de la zone touchée, principalement lors d'hémorragies, il est possible de prendre une décision quant à la nécessité d'une intervention chirurgicale, en particulier si la focalisation pathologique affecte les centres vitaux du cerveau.

Au sujet de l’accident vasculaire cérébral, disent-ils, lorsque le foyer est localisé dans la moelle épinière, avec occlusion des grosses artères de la colonne cervicale ou lombaire, artères réticulo-médullaires. La clinique de ce type de trouble est très diverse (tétra- et paraplégie, troubles des organes pelviens) et le diagnostic n’est possible que par l’utilisation de méthodes d’examen instrumentales. Pour le diagnostic différentiel, les méthodes standard sont souvent complétées par une angiographie sélective de la colonne vertébrale, ce qui vous permet de voir clairement la taille de la zone touchée et sa localisation.

Diagnostic - détermination précise de l'emplacement et de la taille de la lésion

Établir le diagnostic et déterminer l'emplacement exact de la lésion et sa taille est l'une des conditions pour le traitement correct de l'AVC. Le même moment affecte le cours de la période de récupération. Outre le tableau clinique et l'anamnèse, les méthodes de recherche instrumentales sont également importantes pour le diagnostic de l'AVC.

  • Imagerie par résonance calculée ou magnétique. Si un AVC hémorragique est suspecté, il peut être complété par un rehaussement de contraste. Cette méthode vous permet de déterminer clairement l'emplacement et la taille du foyer pathologique, de voir le déplacement des structures médianes du cerveau, ainsi que de confirmer ou de nier la présence d'un œdème.
  • Angiographie de contraste. Dans un AVC hémorragique, cette méthode vous permet de déterminer la cause de la rupture du vaisseau, avec ischémie - la gravité du spasme vasculaire et sa zone spécifique.
  • Encéphalographie - obligatoire assigné à tous les patients qui sont tombés dans le coma. L'étude détermine avec précision la viabilité du cortex.
  • Ponction lombaire Il est pratiqué lorsqu'un AVC hémorragique est suspecté, non seulement à des fins de diagnostic, mais également à des fins thérapeutiques. Dans les hémorragies cérébrales, le liquide céphalo-rachidien contient du sang, qui est déterminé non seulement par un laboratoire, mais également par sa couleur.

Un diagnostic précis est extrêmement important - sans déterminer l'emplacement de la lésion et sa taille, il est impossible de prescrire un traitement adéquat. De plus, ces méthodes d'enquête vous permettent de surveiller la dynamique des changements qui se produisent pendant le traitement.

Coup cérébral - pronostic, conséquences et prévention

L'AVC est une pathologie qui se développe après une perturbation soudaine de l'apport sanguin aux cellules nerveuses, entraînant leur mort. Peut être causé par un blocage d'un navire ou sa rupture. À ce jour, cette maladie occupe la deuxième place dans la liste des causes de mortalité globale dans le monde.

Et si auparavant, les personnes âgées en souffraient, alors chaque année de plus en plus de jeunes patients porteurs de ce diagnostic deviennent de plus en plus nombreux.

Types d'accident vasculaire cérébral - ischémique et hémorragique

L'ischémie est une lésion cérébrale provoquée par le blocage d'un vaisseau avec des plaques athérosclérotiques ou un thrombus. La cause peut également être un vasospasme prolongé.

En conséquence, l'oxygène et les nutriments cessent de circuler dans le cerveau, entraînant la mort des cellules nerveuses (nécrose). Plus cette condition dure longtemps, plus le tissu en souffrira.

Un AVC hémorragique est une lésion cérébrale provoquée par un vaisseau rompu. Une hémorragie interne se produit, conduisant à l'apparition d'un hématome. En même temps, le cerveau est comprimé et déplacé et l'espace vide est rempli de sang.

Signes d'accident vasculaire cérébral et de microstroke - Classification selon l'étendue de la blessure

Le traitement et le pronostic de la maladie dépendent non seulement de la cause, mais également de la superficie des tissus touchés.

Avec un accident vasculaire cérébral étendu, de gros vaisseaux sont touchés, de grandes zones du cerveau sont touchées. La pathologie est caractérisée par des symptômes vifs et des conséquences neurologiques graves.

La maladie se manifeste en deux versions. Dans le premier cas, le patient est immergé dans ce qui, dans le second - est conscient, mais ne comprend pas ce qui lui arrive.

La micro-attaque est associée à des dommages ou à un blocage des petits navires. Cet état dure de plusieurs heures à un jour, après quoi le travail du cerveau est restauré et tous les effets résiduels disparaissent. Un tel accident est rarement diagnostiqué, car le patient ne cherche pas d'aide et ne sait même pas à propos de la maladie.

Zones de course cérébrale

Toute partie du cerveau peut être affectée. Et cet aspect devient clair tout d’abord, puisque le traitement, le pronostic et les conséquences dépendent de la localisation.

Le plus souvent, la destruction se produit dans l'hémisphère gauche ou droit, chacun étant responsable de fonctions corporelles spécifiques. La violation de ces fonctions est le premier symptôme de la pathologie. Il est nécessaire de prendre en compte le fait que les droitiers subissent davantage de dommages au côté gauche du cerveau et que les gauchers subissent davantage de dommages au côté droit.

    En outre, les dommages peuvent être:
  • Le tronc cérébral est le type d'accident vasculaire cérébral le plus grave, qui est mortel dans 95% des cas. En raison du fait que dans le coffre sont les principaux centres de support de vie.
  • Cervelet - la défaite de cette région est également très dangereuse, mais extrêmement rare. Il est difficile à diagnostiquer et se termine souvent par le décès du patient.

Symptômes d'attaque cérébrale

Les symptômes dépendent d'un certain nombre de paramètres, notamment du type de pathologie et de la taille de la zone touchée.

L’accident hémorragique est le plus défavorable. La mortalité chez ces patients atteint 70%. La chirurgie pour enlever un hématome réduit ce chiffre à 50%. Dans ce cas, la chance de survivre chez les patients qui sont tombés dans le coma ou la stupeur n’est que de 10%.

Les facteurs aggravants sont la vieillesse, les maladies cardiovasculaires et les mauvaises habitudes.

L’accident ischémique n’est pas si difficile, mais le résultat dépend de son emplacement, de son type, de son âge et de la rapidité des premiers secours.

En général, après une telle attaque le premier mois, un tiers des victimes meurent. La raison en est peut-être non seulement des changements dans le cerveau, mais aussi diverses complications.

La chance de se débarrasser de toutes les conséquences de la maladie chez les patients jeunes est beaucoup plus grande que chez les patients plus âgés.

Prévention de l'AVC

Premièrement, nous énumérons les facteurs qui peuvent causer la maladie:

  • L'obésité.
  • Taux de cholestérol élevé.
  • L'hypodynamie.
  • Le tabagisme
  • Consommation d'alcool et de drogue.
  • Tension artérielle
  • Maladie du coeur.
  • Le diabète.
  • Fatigue chronique, stress et dépression.

Pour prévenir un accident vasculaire cérébral, vous devez:

  1. Abandonnez les mauvaises habitudes.
  2. Mangez plus d'aliments végétaux.
  3. Exercice modéré.
  4. En cas de maladies cardiovasculaires, une correction médicamenteuse prophylactique est nécessaire.
  5. Surveillance de la pression artérielle.

Chez les femmes, les accidents vasculaires cérébraux peuvent causer des contraceptifs oraux. Par conséquent, il est nécessaire de surveiller en permanence le niveau d'hormones et de consulter un gynécologue-endocrinologue à des fins préventives.

Conséquences négatives d'un coup de cerveau

Les conséquences négatives de la maladie peuvent se manifester immédiatement après l'attaque et au cours des mois suivants. Les plus communs sont:

  • Déficience du mouvement. Selon l'hémisphère endommagé, le côté droit ou gauche du corps peut refuser.
  • Troubles de la parole (aphasie, dysarthrie, agnosie), difficultés à lire et à écrire.
  • Changements dans les caractéristiques de perception (audition, odorat).
  • Problèmes de vision.
  • Ralentissement des processus de pensée, troubles de la mémoire.
  • Changements de comportement. La manifestation de l'agression, de la peur, du ralentissement des réactions, etc.
  • Incapacité de penser de manière logique ou abstraite.
  • Problèmes de défécation et de miction.
  • Changements fréquents dans les sphères sensuelle et émotionnelle. Par exemple, anxiété, dépression, sautes d'humeur, apathie.
  • Troubles épileptiques.
  • Douleur non arrêtée par des analgésiques.
  • Trouble de la déglutition (syndrome bulbaire).
  • Violations des systèmes respiratoire, cardiovasculaire, du tractus gastro-intestinal.

Une partie des patients ayant subi un AVC reste clouée au lit pour toujours. Tout d'abord, cela concerne les personnes âgées.

Traitement de l'AVC cérébral - médical ou chirurgical

Après l'apparition des symptômes, le patient est immédiatement hospitalisé.

Les premiers jours, il est maintenu à l'unité de soins intensifs, car la probabilité de détérioration est élevée.

À ce stade, les procédures suivantes:

  • Détecté zone endommagée du cerveau. Après cela, une opération est réalisée pour retirer un hématome (accident vasculaire cérébral hémorragique) ou des préparations spéciales sont administrées pour absorber le thrombus (ischémique).
  • Toutes les fonctions nécessaires à l'activité vitale sont sous contrôle constant.
  • Avec l'aide de médicaments, la viscosité du sang est réduite, le gonflement du cerveau est éliminé.
  • La cortexine, la cérébrolysine et les nootropes sont introduits pour accélérer les processus de régénération du tissu cérébral.

Lorsque l'état du patient s'améliore, il est transféré à l'hôpital. Il prescrit des médicaments pour prévenir les récidives et les complications possibles. Le patient est sous surveillance médicale constante.

De plus, le patient doit être retourné toutes les quelques heures sur un côté pour éviter la stagnation des poumons et des escarres.

Régime cérébral

La qualité de la nourriture dépend de l'état des vaisseaux sanguins et du fait que des plaques se forment sur leurs parois. Un régime après un AVC est nécessaire pour éviter la récurrence d'une attaque et de nombreuses autres complications.

Voici les règles de base de la nutrition:

  1. Refus des matières grasses, salées, sucrées et épicées sous toutes leurs formes.
  2. Les glucides, les lipides et les protéines devraient suffire.
  3. Un grand nombre de fruits et légumes sont recommandés. Les épinards, le chou et les betteraves sont nécessaires, car améliorer les processus biochimiques du cerveau.
  4. La viande maigre et le poisson de mer, ainsi que les produits laitiers et les céréales sont autorisés.
  5. Produits de boulangerie et de conserves interdits.
  6. L'huile ne peut être ajoutée à la nourriture que non raffinée.
  7. Myrtilles et canneberges utiles.
  8. Les boissons ne peuvent pas boire de l'alcool, du thé noir et du café.

Et la raison du mauvais style de vie, régime et stress.

Pour éviter les maladies, vous devez suivre un régime et faire du sport.

AVC extensif: causes, traitement et conséquences

Chaque année, un accident vasculaire cérébral entraîne de graves problèmes de santé pour des milliers de personnes, voire la mort. Les conséquences d'un tel trouble, tel qu'un accident vasculaire cérébral étendu, sont en grande partie déterminées par l'étendue de la surface des parties du cerveau touchées et par la rapidité avec laquelle une assistance médicale a été fournie à la victime.

Les cellules du cerveau privées d'oxygène meurent presque immédiatement.

Sous AVC extensif, on entend des violations du système circulatoire sanguin dans les vaisseaux cérébraux, qui se produisent sous une forme aiguë et incontrôlée. Cela est dû au fait que le flux sanguin vers une ou plusieurs zones du cerveau est entravé ou arrêté.

Étant donné que l'état des vaisseaux est dû à la performance du cerveau et à l'apport d'oxygène à ses cellules, la perturbation du flux sanguin entraîne la mort des tissus et des cellules du cerveau. Cela conduit à l'apparition d'accidents vasculaires cérébraux de gravité variable.

Mécanisme de violation

AVC étendu diffère de la forme localisée de la maladie. Elles consistent en le fait que d’autres types d’AVC se caractérisent par un blocage des vaisseaux sanguins dans le cerveau (type de trouble ischémique) ou une hémorragie (hémorragique), dans laquelle les gros vaisseaux sont affectés, et pour les AVC étendus, les lésions sont localisées dans plusieurs régions du cerveau.

En raison des lésions cérébrales massives, les chances de survie des patients ayant subi un AVC prolongé sont minimes et, chez les patients survivants, les chances de récupérer des fonctions perdues sont faibles.

Qu'est-ce qui cause des problèmes?

Un accident vasculaire cérébral étendu peut être provoqué par des raisons liées à l’effet négatif sur les vaisseaux cérébraux. Ainsi, les conditions suivantes peuvent être attribuées aux conditions préalables à la survenue de lésions cérébrales étendues:

  • athérosclérose vasculaire;
  • la présence de diabète sucré (cette maladie contribue à la formation de caillots sanguins);
  • l'hypertension;
  • l'obésité due à l'inactivité physique;
  • la présence de pathologies du coeur (défauts, arythmies, ainsi que chez les patients avec une valve artificielle dans le coeur);
  • attaques ischémiques;
  • taux élevé de cholestérol.

En outre, les personnes à risque d'une vie malsaine qui abusent de l'alcool et du tabac courent un risque.


Variétés de violation

Les accidents vasculaires cérébraux extensifs sont de deux types, en fonction du type hémorragique et ischémique. Ces espèces, à leur tour, sont divisées en sous-espèces. Considérez-les en détail.

Les accidents vasculaires cérébraux hémorragiques sont dus à des hémorragies cérébrales. Il y a ces types de violations:

  • intracérébrale (affecte le plus souvent les personnes âgées et est due à une différence de pression artérielle marquée);
  • sous-arachnoïdien (les personnes ayant de mauvaises habitudes ou un excès de poids sont les plus sensibles à ce trouble; un tel accident vasculaire cérébral survient lors d'un anévrisme ou de l'un des processus de rupture des artères);
  • tige (sur le fond des lésions des faisceaux nerveux dans le tronc cérébral, ainsi que sur l'hypophyse et le thalamus, la mort est observée dans 95% des cas).

L'accident ischémique cérébral se caractérise par un rétrécissement et une thrombose des vaisseaux, et les cellules cérébrales meurent par manque d'oxygène. Le développement de rapide, et avec la défaite de plusieurs navires ou de grandes artères en même temps, la violation est considérée comme étendue.

AVC ischémique est divisé en types suivants:

  • hémodynamique (due à des sauts de pression artérielle caractérisés par des spasmes et une circulation sanguine);
  • cordioembolique (à la suite d'un blocage partiel des artères);
  • lacunaire (à la suite de cette violation, de grandes lacunes, pouvant atteindre 5 mm, se forment dans les cavités du cerveau);
  • athérothrombotique (survenant dans l’athérosclérose ou en raison de caillots sanguins brisés);
  • micro occlusal (l'hémostase ou la fibrinolyse est le moteur de leur développement).

Les méthodes de traitement et le pronostic dépendent du type de maladie.

Différences entre les lésions gauche et droite

Un accident vasculaire cérébral étendu peut toucher à la fois les hémisphères gauche et droit du cerveau. Avec des violations du côté gauche, l'état psycho-émotionnel du patient est beaucoup plus perturbé que si le côté droit du cerveau était affecté.

Le centre de parole étant situé dans l'hémisphère gauche, en cas de troubles de cette partie du cerveau, le patient est totalement ou partiellement incapable de parler.

Avec la défaite de l'hémisphère droit, le rétablissement de l'activité motrice est plus difficile et plus lent qu'avec les coups du côté gauche. Cela se produit parce que la psyché du patient est affectée à des degrés divers et, dans le premier cas, elle est souvent apathique et indifférente à tout.

Symptômes et manifestations

Le tableau clinique d'un accident vasculaire cérébral étendu est si vif et spécifique qu'il est facile d'établir un diagnostic. Les symptômes de la violation sont les suivants:

  • violation de la symétrie du visage, sourire ironique;
  • grave faiblesse dans les membres;
  • trouble de la parole ou manque de parole.

En outre, ces violations sont accompagnées de symptômes moins prononcés, à savoir:

  • la coordination des mouvements est brisée;
  • des maux de tête aigus apparaissent;
  • il y a des violations de conscience à divers degrés de gravité;
  • le patient ne perçoit pratiquement pas le discours de quelqu'un d'autre.

Quelles sont les conséquences et les chances

Les conséquences d'un accident vasculaire cérébral massif dépendent de l'étendue de la lésion cérébrale. Nous donnons des complications communes.

Le patient a les fonctions suivantes:

  • la parole;
  • la vue;
  • audition
  • coordination des mouvements;
  • orientation dans l'espace.

Complètement ou partiellement perdu:

  • sens de l'odorat;
  • sensation de douleur;
  • sensations tactiles.
  • la mémoire est perturbée, l'attention se diffuse, le patient éprouve des difficultés à percevoir les informations;
  • la paralysie se produit dans l'une des parties du corps ou des membres;
  • avec des dommages cérébraux importants, l'apparition du coma et la mort est possible.

Les conséquences dépendent également de la partie du cerveau touchée. Ainsi, lors d’un coup prolongé de l’hémisphère droit, il se produit une paralysie du côté gauche du visage et du corps, ainsi que des troubles de la mémoire.

Lorsque le côté gauche est endommagé, les capacités de parole et de réflexion sont perturbées et le visage et le corps sont paralysés du côté droit.

Si un accident vasculaire cérébral étendu a touché les deux hémisphères du cerveau, il en résulte une paralysie complète.

Coma avec OI

Parfois, des accidents vasculaires cérébraux étendus entraînent l'apparition du coma et surviennent en cas d'hémorragies massives.

Il y a une perte de conscience et le patient ne peut pas récupérer. Il ne répond pas aux stimuli externes, et il y a aussi un manque de réflexes, il ne reste plus que des déglutitions et des problèmes respiratoires. Cas fréquents de miction et de selles arbitraires.

Dans un tel état, des processus destructeurs se produisent dans le corps. Plus un patient est dans le coma, plus ils sont étendus.

Premiers secours

En cas d'accident vasculaire cérébral, les premiers secours sont d'une importance primordiale. C’est à partir d’une action opportune et correcte que l’on dépend de l’évolution de la maladie et de la gravité de ses conséquences.

Quand une personne tombe soudainement malade, vous devez immédiatement appeler une ambulance. De plus, les actions suivantes doivent être entreprises en attendant l'arrivée des médecins:

  • mettre la victime, mieux si la surface est dure;
  • déboutonner le col et enlever les vêtements qui limitent les mouvements;
  • ouvrir les fenêtres de la pièce pour fournir de l'air frais;
  • tourner la tête du patient sur le côté afin d'éviter les vomissements dans les voies respiratoires;
  • appliquer froid sur la tête;
  • masser les membres paralysés.

En attendant l'ambulance, vous ne devez pas donner à boire ni à manger à la patiente, ni surveiller sa respiration et son pouls.

Aide thérapeutique

En guise de premiers soins dans les premières heures après un accident vasculaire cérébral, les mesures suivantes sont prises:

  • connexion de l'appareil à oxygène;
  • diminution de la pression artérielle;
  • lutter contre l'enflure du cerveau;
  • soulagement des crises;
  • correction du rythme cardiaque;
  • mesures anticoagulantes.

Les diagnostics sont effectués à l'aide d'une IRM, d'un ECG et d'un scanner, ainsi que d'un test sanguin. Sur la base des résultats, un traitement est prescrit. Son but est d'éliminer les conséquences, de restaurer la circulation sanguine dans le cerveau et les fonctions corporelles perdues.

La sélection des médicaments est effectuée sur la base des caractéristiques du patient et dépend également du type d’accident vasculaire cérébral.

Un AVC ischémique prolongé nécessite un traitement médicamenteux thrombolytique. Les médicaments prescrits qui fluidifient le sang et agissent sur les caillots sanguins.

Le traitement est effectué à l'aide de:

  • Aspirine et Cardio Magnetic pour l’amincissement du sang;
  • médicaments vasoactifs (Pentoxifylline, Vinpocetine, Trentala, Sermion);
  • agents antiplaquettaires (Plavix, Tiklid);
  • anticoagulants (héparine, Fragmina, Nadroparine);
  • neurotrophiques (piracétam, cérébrolysine, nootropine, glycine);
  • les angioprotecteurs (Etamzilat, Prodectin);
  • antioxydants (vitamine E, vitamine C, Mildronata).

Au contraire, dans les accidents vasculaires cérébraux hémorragiques, il est nécessaire d’augmenter la coagulation du sang afin d’arrêter le saignement causé par la rupture des vaisseaux sanguins.

Le plus souvent utilisé:

  • Strofantin (pour soutenir le coeur);
  • Lasix et Uregit (comme diurétiques);
  • Reopoliglyukin;
  • divers médicaments qui réduisent la pression artérielle.

Dans les cas graves, seule une opération neurochirurgicale peut sauver le patient. Le traitement hospitalier est suivi d'une période de rééducation et de récupération.

Récupération et Réhabilitation

Pour pouvoir récupérer le patient après un AVC prolongé, il faudra déployer beaucoup d'efforts. Et à propos de la récupération complète ne peut pas parler.

La rééducation de ces patients est effectuée dans des centres spécialisés et des sanatoriums et comprend:

  1. Traitement médicamenteux. Son objectif principal est de maintenir les vaisseaux et le cœur, ainsi que de restaurer les fonctions altérées du corps.
  2. Massages Diverses techniques de massage sont utilisées, allant des coups légers au malaxage en profondeur pour rétablir la circulation dans les membres affectés.
  3. Acupuncture L'acupressure a un effet tonique et aide à normaliser la circulation sanguine.
  4. Procédures de physiothérapie. La thérapie magnétique et l'électrophorèse les plus couramment prescrites pour des effets profonds sur le tissu musculaire.
  5. Physiothérapie. La gymnastique aide à rétablir l'activité motrice et à renforcer les muscles.

De plus, le patient doit suivre un régime, plus pour être à l'air frais. Eh bien, si les membres de la famille ont la possibilité d’accorder plus d’attention à ces patients, cela aura un effet bénéfique sur leur état psychoaffectif.

Le processus de rééducation peut prendre de plusieurs mois à 2-3 ans, cela dépend de la gravité des lésions.

Afin d'éviter

Pour prévenir les accidents vasculaires cérébraux, les mesures préventives suivantes sont recommandées:

  • mener une vie saine.
  • arrêtez de fumer et de l'alcool.
  • faire du sport, planifier des charges en fonction de l'âge et de la santé.
  • essayez d'éviter le stress.
  • mangez bien, réduisez votre consommation de gras, de farine, de sucré, de café et de thé fort.
  • contrôler le poids.
  • en présence de diabète et d'hypertension, effectuer un traitement en temps opportun.

Prévention des AVC récurrents

La prévention des AVC récurrents doit être réalisée dans plusieurs directions. Tout d'abord, il est nécessaire d'ajuster le mode de vie en fonction de son nouvel état et des possibilités limitées.

Avec l’aide de spécialistes, les normes d’activité physique du patient et les charges autorisées pour chaque cas spécifique sont déterminées.

En outre, le soutien de nombreux processus dans le corps, le contrôle de la glycémie et des taux de cholestérol sont nécessaires.

La prophylaxie consiste à utiliser des médicaments normalisant la pression artérielle, la viscosité sanguine et la prévention des caillots sanguins.

En plus de ce qui précède, nous ne devrions pas oublier l'interdiction de fumer et de consommer de l'alcool, ainsi qu'une nutrition adéquate.

AVC ischémique: symptômes, traitement et pronostic

L'AVC ischémique est un dommage total au tissu cérébral dû à des troubles circulatoires aigus. Le sang cesse de couler vers certaines parties du cerveau, ce qui provoque le ramollissement et la mort des tissus situés à ces endroits.

De manière informelle, l’accident ischémique cérébral est également appelé infarctus cérébral. Actuellement, la maladie est le deuxième élément de la liste des causes de décès parmi la population.

La prévention des accidents ischémiques peut parfois vous sauver de la maladie.

Types d'accident vasculaire cérébral ischémique

On distingue trois types d’AVC ischémique: thromboembolique, hémodynamique et lacunaire:

  • thromboembolique est un blocage d'un vaisseau du cerveau, le thrombus;
  • accident vasculaire cérébral ischémique hémodynamique - causé par un manque de nutriments nécessaires au cerveau en raison de spasmes vasculaires cérébraux prolongés: la cause de ce phénomène est souvent une hypo- ou une hypertension;
  • accident vasculaire cérébral ischémique lacunaire est une lésion des petites artères perforantes, les conséquences d'un tel accident vasculaire cérébral: violation de l'activité physique et sensibilité normale, la cause peut être une pression artérielle toujours élevée.

Symptômes de l'AVC ischémique

Les symptômes de l'AVC ischémique peuvent être très différents. Les premiers signes sont l'accélération des maux de tête et l'engourdissement des extrémités. Les symptômes prononcés sont la faiblesse et l'engourdissement d'une moitié du corps, la détérioration de l'appareil vocal.

Des nausées peuvent survenir. Si vous ressentez les premiers signes d’un AVC ischémique, vous devez immédiatement consulter un médecin pendant quelques heures au maximum, car les conséquences peuvent être irréparables.

Même les symptômes mineurs ne doivent pas être ignorés, il peut s'agir d'un accident ischémique mineur, ce qui entraînera nécessairement des conséquences plus graves s'il n'est pas diagnostiqué à temps.

Causes de l'AVC ischémique

Les causes de l'AVC ischémique peuvent varier selon le type. Les taux d'occlusion des vaisseaux cérébraux (AVC thromboembolique) comprennent souvent une élévation du cholestérol.

Une plaque de cholestérol se forme dans l’artère carotide et entrave le flux sanguin vers le cerveau. Un thrombus peut également se former dans le cœur puis dans les vaisseaux jusqu'au cerveau (accident vasculaire cérébral embolique).

Le sang peut couler mal dans le cerveau en raison de la vasoconstriction. La cause de ce phénomène est une infection, une inflammation ou une consommation de drogue (cocaïne, amphétamines).

Pronostic de récupération

Le pronostic de l’accident ischémique cérébral dépend de l’endommagement d’une grande partie du cerveau. Et aussi du site de la lésion.

Un facteur important dans le pronostic de la condition humaine future est la présence de maladies supplémentaires.

  • Entre 15 et 25% des personnes ayant subi un AVC décèdent au cours du premier mois. Chez 60% des patients ayant subi un AVC ischémique, des troubles neurologiques invalidants sont présents à la fin du premier mois suivant l'incident.
  • À 40%, ils persistent pendant 6 mois. À 30% même en un an. Après la première année, la condition humaine présente une tendance positive dans des cas extrêmement rares. Les troubles majeurs du mouvement sont considérablement réduits au cours des 3 premiers mois après un accident vasculaire cérébral.
  • 60 à 70% des survivants d'un AVC ischémique survivent après la première année, 50% après cinq ans et 25% seulement vivent au moins dix ans.
  • Chez 30% des survivants d'une crise, il existe un risque de récidive d'AVC ischémique pendant cinq ans. Il est à noter qu’avec un AVC lacunaire, les chances de guérison sont beaucoup plus grandes.

Zones touchées

AVC ischémique gauche et droit

Comme vous le savez, le cerveau est constitué de deux moitiés. Un accident vasculaire cérébral peut affecter les côtés droit et gauche. Lorsque accident vasculaire cérébral ischémique de l'hémisphère gauche est gravement altérée fonction de la parole et la capacité de percevoir des mots. Par exemple, si le centre de Brock est endommagé, le patient est privé de la possibilité de créer et de percevoir des phrases complexes, il ne dispose que de mots individuels et de phrases simples.

L'AVC ischémique de l'hémisphère droit affecte les zones responsables de l'activité motrice du côté gauche du corps. En conséquence - paralysie de tout le côté gauche. En conséquence, au contraire, si l'hémisphère gauche est endommagé, la moitié droite du corps est défaillante. L'accident ischémique droit peut également causer des troubles de la parole.

Un AVC ischémique prolongé entraîne des dommages sur une grande partie du cerveau. Les principaux symptômes sont la perte de sensibilité du visage, les maux de tête aigus, la difficulté et la confusion du discours, la vision floue.

Des évanouissements peuvent survenir. Un infarctus cérébral étendu est extrêmement difficile à traiter. Le rétablissement complet du patient après une telle attaque est impossible.

AVC ischémique sur le schéma

Souches ischémiques

Le type d'AVC le plus dangereux dans la zone touchée est l'AVC ischémique de la tige. Dans le tronc cérébral se trouvent les zones responsables des fonctions les plus vitales du corps humain: le rythme cardiaque et la respiration.

La plupart des décès surviennent précisément après les attaques d'infarctus du tronc cérébral. Les symptômes de l'AVC ischémique de la tige sont une activité motrice altérée, une coordination et une orientation médiocres dans l'espace, des nausées et des vertiges.

AVC ischémique cérébelleux

L’accident vasculaire cérébral ischémique cérébral, également appelé infarctus cérébelleux, à ses débuts, est accompagné de nausées, de vomissements, de vertiges et de troubles importants de la coordination.

Après un délai de passage de 1 à 3 jours, le cervelet agrandi grossit le tronc cérébral. À ce stade, une personne peut être engourdie et paralysée. Le coma pour un AVC ischémique cérébral est un phénomène courant. Mort précoce possible.

Traitement et rééducation

Le traitement de l’accident vasculaire cérébral ischémique doit commencer dans les premières heures suivant l’attaque. Avec les soins médicaux d'urgence, vous pouvez réduire considérablement les conséquences pour prévenir la progression de la maladie. Les actions entreprises dans les deux heures qui suivent un infarctus cérébral sont particulièrement importantes.

Si l’accident ischémique est en phase de développement, des médicaments peuvent être utilisés pour réduire la coagulation du sang. Récemment, il a été prouvé que si vous injectez des drogues qui fluidifient le sang pendant trois heures à partir du début de l’attaque, vous pouvez éviter la paralysie et d’autres effets nocifs.

Ces médicaments sont extrêmement contre-indiqués dans les hémorragies cérébrales. Les premiers jours après l'attaque, le patient prend des médicaments qui peuvent réduire l'enflure du cerveau, tels que le mannitol.

Intervention chirurgicale

L'intervention chirurgicale est généralement utilisée si la cause d'un AVC est un blocage de l'artère carotide, car l'élimination de ce défaut par une intervention chirurgicale réduira le risque d'AVC récurrent de 70%. Soit avec un accident vasculaire cérébral ischémique prolongé pour réduire la pression intracrânienne, augmenter la pression de perfusion et maintenir le débit sanguin cérébral.

Réhabilitation

Malgré la situation difficile du patient, il est important de faire attention au bon fonctionnement du corps: vessie, intestins, surveiller le rythme des contractions cardiaques.

La rééducation après un AVC ischémique commence après la stabilisation de la pression artérielle, de la respiration et du pouls.

Le cours de rééducation comprend la restauration de l'activité motrice, le retour du tonus aux muscles, la reprise des capacités d'élocution.

En cette période difficile, il est très important de maintenir le niveau d’état mental de la victime. Les psychothérapeutes, ainsi que les membres de la famille, devraient éviter de laisser une personne victime d'un AVC ischémique sombrer dans la dépression.

Physiothérapie - une étape importante de la rééducation après un accident vasculaire cérébral

Prévention ischémique de l'AVC

L'hypertension artérielle est un facteur de risque majeur d'accident vasculaire cérébral ischémique cérébral. Par conséquent, la première mesure de prévention des accidents vasculaires cérébraux - consiste à maintenir la pression artérielle à un niveau normal. En premier lieu, cela contribue à un mode de vie sain. Il est également possible d'utiliser des médicaments qui abaissent la pression.

Il est très important de surveiller le taux de cholestérol dans le sang et de vous limiter aux aliments contenant ce composant en grande quantité. Cela réduira le risque de plaque et de caillots sanguins.

L'abandon du tabac et de l'alcool réduit également le risque d'accident vasculaire cérébral de moitié. L'exercice régulier aidera à maintenir la pression artérielle au niveau approprié et à stabiliser le taux de cholestérol dans le sang.

En bref, un mode de vie sain et le rejet des habitudes destructives constituent la meilleure prévention des accidents vasculaires cérébraux ischémiques.

L’attaque cérébrale ischémique est une maladie extrêmement dangereuse qui nécessite un traitement particulièrement intensif et une longue rééducation.

La médecine moderne fait tout pour réduire la mortalité due à cette maladie parmi la population, libérant tous les nouveaux médicaments et testant des méthodes de traitement novatrices. Cependant, la prévention et la prévention de l'infarctus cérébral incombent à chaque personne personnellement.