Comment l'infarctus du myocarde sur l'ECG: une revue

L'auteur de l'article: Alina Yachnaya, chirurgienne oncologue, diplômée en médecine et diplômée en médecine générale.

Dans cet article, vous découvrirez le rôle de l'ECG dans l'infarctus du myocarde. Lorsque des signes caractéristiques apparaissent, ce qu’ils signifient. Cardiogramme en tant qu'assistant dans la détermination du degré de modification pathologique du tissu cardiaque et de la localisation du processus.

L'électrocardiographie dans les troubles aigus du flux sanguin du myocarde est le «standard de référence» du diagnostic. Le contenu en informations de l’étude augmente au cours des premières heures qui suivent le développement d’une crise cardiaque, lorsque l’enregistrement de l’activité électrique du cœur provoque les signes caractéristiques de cessation du flux sanguin vers les tissus cardiaques.

Cliquez sur la photo pour l'agrandir

Le film enregistré au cours du développement pathologique ne peut refléter que les phénomènes de perturbation initiale du flux sanguin, à condition qu'ils ne se soient pas développés au moment de l'enregistrement (changement du segment ST par rapport à l'isoline dans différentes dérivations). Cela est dû au fait que les manifestations typiques nécessitent:

  • violation de la conduite de l'excitation du tissu myocardique (se développe après nécrose complète ou nécrose des cellules);
  • modification de la composition en électrolytes (production importante de potassium à partir de tissu myocardique détruit).

Les deux processus prenant du temps, des signes de crise cardiaque apparaissent lorsque le cœur est électroactivé 2 à 4 heures après le début de la crise.

Les modifications apportées à l'ECG sont associées à trois processus qui se produisent dans la zone d'infarctus, en les divisant en zones:

  1. Nécrose ou nécrose tissulaire (disponible uniquement dans les infarctus Q).
  2. Dommages causés aux cellules (risque de mort plus tard).
  3. Manque de flux sanguin ou ischémie (complètement rétabli plus tard).

Les signes d'une crise cardiaque développée sur un examen ECG:

Il faut garder à l'esprit que, selon la taille de la zone présentant une circulation sanguine altérée et sa position par rapport aux membranes cardiaques, seule une partie des manifestations répertoriées peut être enregistrée sur le cardiogramme.

Ces signes vous permettent de:

  • Établissez le fait d'avoir une crise cardiaque.
  • Déterminez la région du muscle cardiaque à l'origine de la pathologie.
  • Résoudre le problème du processus de prescription.
  • Choisissez la stratégie de traitement appropriée.
  • Prédire le risque de complications, y compris mortelles.

Un ECG est prescrit par tout professionnel de la santé (médecin, paramédical) qui soupçonne la présence d’un processus pathologique dans le myocarde.

Stades temporaires de l'infarctus du myocarde

Les signes ECG d'infarctus du myocarde revêtent un caractère temporaire strict, ce qui est extrêmement important pour le choix de la tactique des mesures thérapeutiques. Les crises cardiaques entraînant une grande quantité de lésions tissulaires (importantes) sont plus clairement affichées.

Signes et stades d'infarctus du myocarde à l'ECG

Déterminer une crise cardiaque à temps est extrêmement important. Cependant, il n’est pas toujours possible de le faire par inspection visuelle, car les signes d’une attaque ne sont pas spécifiques et peuvent indiquer de nombreuses autres pathologies cardiaques. Par conséquent, le patient est tenu de mener des études instrumentales supplémentaires, en premier lieu - ECG. En utilisant cette méthode, il est possible d'établir le diagnostic en peu de temps. La façon dont la procédure est effectuée et comment les résultats sont interprétés sera discutée dans cet article.

Les détails de la procédure et le but

L'ECG est réalisé à l'aide d'un électrocardiographe. L'électrocardiogramme est la courbe indiquée par l'appareil. Il montre des moments de contraction et de relaxation du muscle cardiaque myocardique.

L'appareil détecte l'activité bioélectrique du cœur, c'est-à-dire sa pulsation provoquée par des processus biochimiques et biophysiques. Ils sont formés dans divers lobes du cœur et sont transmis dans tout le corps, redistribués à la peau.

Technique d'électrocardiographie

Des électrodes attachées à différentes parties du corps captent des impulsions. L'appareil note la différence de potentiel, ce qui corrige immédiatement. En fonction des spécificités du cardiogramme obtenu, le cardiologue conclut le fonctionnement du cœur.

Il est possible de distinguer cinq incohérences avec la ligne principale - les isolignes - ce sont les dents de S, P, T, Q, R. Elles ont toutes leurs propres paramètres: hauteur, largeur, polarité. En substance, la désignation est dotée de périodicités limitées par des volets: de P à Q, de S à T, ainsi que de R à R, de T à P, y compris leur connexion globale: QRS et QRST. Ils sont un miroir du myocarde.

Pendant la fonction cardiaque normale, P s'affiche en premier, suivi de Q. Après la fenêtre temporelle entre le moment d'augmentation de la pulsation atriale et celui d'augmentation de la pulsation ventriculaire, l'intervalle P - Q s'affiche.

Chiffres normaux pour adultes

À la limite supérieure de l'oscillation des ventricules, une onde R. apparaît Au sommet de la pulsation des ventricules, une onde S. Lorsque le rythme cardiaque atteint le point le plus élevé de la pulsation, il n'y a pas de différence entre les potentiels. Il montre une ligne droite. En cas d’arythmie ventriculaire, une onde T. EK apparaît et un ECG en cas d’infarctus du myocarde permet de juger des déviations du travail du cœur.

Préparation et conduite

La mise en œuvre de la procédure ECG nécessite une préparation minutieuse. Les cheveux sont rasés sur le corps où les électrodes sont supposées être placées. Ensuite, la peau est frottée avec une solution d'alcool.

Les électrodes sont attachées à la poitrine et aux bras. Avant d’enregistrer le cardiogramme, réglez l’heure exacte sur l’enregistreur. La tâche principale du cardiologue est de surveiller les paraboles des complexes ECG. Ils sont affichés sur un écran spécial d'oscilloscope. En parallèle, à l'écoute de tous les tons du coeur.

Signes d'infarctus aigu du myocarde

Avec l'aide de l'ECG, grâce aux dérivations des électrodes des membres et du thorax, il est possible d'établir la forme du processus pathologique: compliqué ou non compliqué. Également déterminé par le stade de la maladie. En cas de degré aigu, la dent Q. n'est pas visible, mais dans les bases thoraciques, une onde R indique une pathologie.

Ces signes d’infarctus du myocarde sur l’ECG sont notés:

  1. Dans les zones sus-infarctives, il n’ya pas d’onde R.
  2. Il y a une onde Q, indiquant une anomalie.
  3. Le segment S et T monte plus haut.
  4. Les segments S et T changent de plus en plus.
  5. Il y a une onde T, indiquant une pathologie.

MI sur le cardiogramme

La dynamique des crises cardiaques aiguës ressemble à ceci:

  1. La fréquence cardiaque augmente.
  2. Les segments S et T commencent à monter haut.
  3. Le segment S et T tombe très bas.
  4. Le complexe QRS est prononcé.
  5. Il existe une onde Q ou un complexe Q et S, indiquant une pathologie.

L'électrocardiogramme est capable de montrer les trois phases principales de l'état d'infarctus. C'est:

  • infarctus transmural;
  • sous-endocardique;
  • intra-muros

Les signes d'une crise cardiaque transmurale sont:

  • le développement de la nécrolisation commence dans la paroi ventriculaire gauche;
  • une onde Q anormale est formée;
  • une dent pathologique de faible amplitude apparaît.

Infarctus sous-endocardique - une raison pour une intervention chirurgicale urgente. Il devrait avoir lieu dans les prochaines 48 heures.

Les cellules nécrotiques sous cette forme d’attaque forment un étroit plateau au bord du ventricule gauche. Dans ce cas, le cardiogramme peut être noté:

  • manque d'onde Q;
  • dans toutes les dérivations (V1 - V6, I, aVL), une diminution du segment ST a été observée - arc descendant
  • réduction de l'onde R;
  • la formation d'une onde T "coronaire" positive ou négative;
  • les changements sont présents pendant la semaine.

La forme intra-muros de l'attaque est assez rare, son symptôme est la présence sur le cardiogramme d'une onde T négative, qui persiste pendant deux semaines, après quoi elle devient positive. C'est-à-dire que le diagnostic de l'état du myocarde est important dans le diagnostic.

Interprétation du cardiogramme

Lors de l'établissement du diagnostic, l'interprétation correcte du cardiogramme joue un rôle important, à savoir la détermination du type de crise et de l'étendue des lésions du tissu cardiaque.

Différents types d'attaques

Le cardiogramme vous permet de déterminer quelle crise cardiaque a lieu - petite focale et grande focale. Dans le premier cas, il y a de petits dégâts. Ils sont concentrés directement dans la région du coeur. Les complications sont:

  • anévrisme cardiaque et sa rupture;
  • insuffisance cardiaque;
  • fibrillation ventriculaire;
  • thromboembolie asistologichesky.

L'apparition d'un petit infarctus focal est enregistrée rarement. Se produit le plus souvent grande focale. Elle se caractérise par une perturbation importante et rapide des artères coronaires en raison de leur thrombose ou de leurs spasmes prolongés. En conséquence, il y a une grande partie des tissus morts.

Sharp petite focale IM

La localisation de la lésion est au cœur de la division de l'infarctus en:

  • avant;
  • arrière;
  • Partitions de messagerie instantanée;
  • plus bas;
  • Paroi latérale de messagerie instantanée.

Sur la base du parcours, l'attaque est divisée en:

  • Une crise cardiaque répétée qui se produit 2 mois après la première lésion. Des processus pathologiques se développent entre les tissus nécrotiques. Ça coule fort.
  • Récurrent, réapparaissant au cours du premier mois pendant que le patient est toujours à l'hôpital. Progressivement, au cours des processus pathologiques, une nouvelle saisie de tissu en train de mourir se produit. Le syndrome douloureux est faible et complique le déroulement de la crise cardiaque.
  • Suite, au cours de laquelle toutes les nouvelles zones necrolize en permanence. Le pronostic est défavorable.

Les crises cardiaques sont classées en fonction de la profondeur de la lésion, en fonction de la profondeur de la mort tissulaire.

Comment déterminer le stade de la pathologie?

En cas de crise cardiaque, la dynamique de la nécrolisation est ainsi tracée. Sur l'un des sites, en raison du manque de sang, les tissus commencent à mourir. A la périphérie, ils sont encore conservés.

On distingue quatre stades d'infarctus du myocarde:

Leurs signes sur l'ECG sont:

La phase la plus pointue dure au moins 3 heures et peut durer jusqu'à 3 jours. Les décès montrent une onde Q, qui peut être présente ou non. Si Q est affiché, l’onde S n’est pas brillante et disparaît complètement. La phase la plus nette sur l'ECG est exprimée par une courbe à pics multiples.

Il consiste en une composition de ST et de T élevé dans un état positif. Sur l'écran, ils se confondent. Si, au déplacement, la composition ST dépasse l'isoline de 4 divisions ou plus, même si elle se trouve dans une avance, il convient de parler de lésions graves des organes.

Stade subaigu - peut durer jusqu'à 3 mois. La zone de décès cesse d'augmenter. Composition ST presque proche de l'isoline. Dans la première moitié de cette période, en raison de l'augmentation des limites d'ischémie, T occupe une position négative.

Son amplitude augmente et atteint des proportions gigantesques. Dans la seconde moitié, l'ischémie commence à disparaître. L'onde T revient à la normale et devient progressivement positive. Une "restructuration" très perceptible de la vague T dans les zones périphériques. Si la progression supérieure de la composition ST ne passe pas, il est nécessaire de faire une échocardiographie. Dans ce cas, il est important de déterminer s'il existe un anévrisme cardiaque.

  • Stade cicatriciel - est considéré comme final. Une cicatrice se forme dans la zone des tissus morts. Cette étape se poursuit jusqu'au dernier battement de coeur. Sur l'électrocardiogramme, cela est indiqué par le pic Q.
  • L’ECG est aujourd’hui l’une des méthodes les plus courantes et les plus informatives de détection des troubles cardiaques aigus. L'identification des signes de n'importe quel stade ou forme d'infarctus nécessite un traitement immédiat ou un traitement de réadaptation approprié. Cela permettra d'éviter le risque de complications et de réattaquer.

    Modifications pathologiques de l'ECG dans l'infarctus du myocarde

    L'électrocardiographie (ECG) est une méthode largement utilisée pour diagnostiquer les maladies cardiovasculaires. Au cours de l'enquête, la différence de potentiel électrique apparaissant dans les cellules du cœur au cours de son fonctionnement est enregistrée.

    Avec l'infarctus du myocarde, une série de signes caractéristiques apparaissent sur l'ECG, ce qui peut suggérer le moment de l'apparition de la maladie, la taille et la localisation de la lésion. Cette connaissance vous permet d'établir un diagnostic et de commencer un traitement.

    L'ECG reflète la différence potentielle qui se produit lorsque l'éveil du cœur diminue. L'enregistrement des impulsions est effectué à l'aide d'électrodes montées sur différentes parties du corps. Il existe certaines dérivations qui diffèrent dans les zones à partir desquelles la mesure est prise.

    En règle générale, le cardiogramme est retiré en 12 dérivations:

    • I, II, III - membres bipolaires standards;
    • aVR, aVL, aVF - membres unipolaires renforcés;
    • V1, V2, V3, V4, V5, V6 - six thorax unipolaire.

    Dans certaines situations, utilisez des dérivations supplémentaires - V7, V8, V9. Dans la projection de chaque électrode positive est une certaine partie de la paroi musculaire du coeur. En modifiant le ballast électronique dans l’une des dérivations, on peut supposer dans quelle partie de l’organe se trouve le foyer des dommages.

    ECG OK, dents, espacement et segments

    Lorsque le muscle cardiaque (myocarde) est relâché, une ligne droite est fixée sur le cardiogramme - l'isoline. Le passage de l'excitation se reflète sur le ruban sous la forme de dents formant des segments et des complexes. Si la dent est située plus haut que l'isoline, elle est considérée comme positive, si elle est inférieure, elle est considérée comme négative. La distance entre eux s'appelle l'intervalle.

    La dent P reflète le processus de réduction des oreillettes droite et gauche, l'augmentation du nombre de registres du complexe QRS et l'extinction de l'excitation dans les ventricules. Le segment RS-T et l’onde T montrent comment se déroule la relaxation myocardique.

    L'infarctus du myocarde est une maladie dans laquelle survient la mort (nécrose) d'une partie du tissu musculaire du coeur. La cause de son apparition est une insuffisance aiguë du débit sanguin dans les vaisseaux alimentant le myocarde. Le développement de la nécrose est précédé de modifications réversibles - ischémie et dommages ischémiques. Les signes inhérents à ces conditions peuvent être enregistrés sur un électrocardiogramme au début de la maladie.

    Fragment d'ECG avec élévation du segment ST, coronaire T

    Au cours de l’ischémie, le cardiogramme modifie la structure et la forme de l’onde T, la position du segment RS-T. Le processus de restauration du potentiel initial dans les cellules des ventricules en violation de leur nutrition se déroule plus lentement. À cet égard, la vague T devient plus haute et plus large. C'est ce qu'on appelle le "T coronaire". Il est possible d’enregistrer un T négatif dans les dérivations thoraciques, en fonction de la profondeur et de l’emplacement de la lésion du muscle cardiaque.

    L'absence prolongée de circulation sanguine dans le myocarde entraîne des lésions ischémiques. Sur l’ECG, cela se traduit par la forme du décalage du segment RS-T, qui se trouve normalement sur un isoligne. Avec divers emplacements et volumes du processus pathologique, il augmentera ou diminuera.

    Un infarctus du muscle cardiaque se développe dans les parois des ventricules. Si la nécrose affecte une grande partie du myocarde, il est question de lésions de grande taille. En présence de nombreux petits foyers - sur le petit foyer. La détérioration des performances lors du décodage du cardiogramme sera détectée dans des sondes dont l'électrode positive est située au-dessus de la mort cellulaire. En revanche, les dérivations sont souvent inversées: les modifications réciproques sont enregistrées.

    Infarctus du myocarde inférieur

    L’infarctus inférieur est l’état du myocarde, dans lequel les cellules situées le long de la paroi inférieure du muscle cardiaque meurent par manque d’oxygène.

    L'obstruction de l'artère coronaire droite est la principale cause de cette situation dangereuse.

    Le pronostic des médecins pour les patients présentant un infarctus du myocarde inférieur dépend de l'âge, de l'état physique et de la présence d'autres pathologies graves.

    En soi, une crise cardiaque est une affection critique aiguë, lorsque le sang au coeur cesse de couler. Habituellement, une plaque d'athérosclérose, détachée de la paroi d'un vaisseau sanguin et bloquant l'artère qui alimente le cœur, provoque l'infarctus.

    En raison de la diminution du flux sanguin vers le muscle cardiaque, la quantité adéquate d'oxygène n'est pas fournie, les cellules de l'organe meurent, ce qui provoque une douleur intense. En outre, une crise cardiaque est souvent accompagnée de nausées, de douleurs abdominales, de vomissements, de désorientation, de vertiges.

    Une crise cardiaque n’est pas toujours accompagnée de douleurs dans le sternum, en particulier chez les femmes, ce qui doit être pris en compte lors de l’évaluation de l’état d’une personne qui est soudainement tombée malade. La maladie est très dangereuse, seuls 50% des patients ont le temps d'accoucher en réanimation et un tiers d'entre eux décèdent dans les prochains jours.

    Classer le myocarde par facteurs:

    • sur la zone touchée (petit foyer, vaste et grand foyer);
    • en profondeur (évaluer les couches affectées du myocarde);
    • en aval (monocyclique et persistant, récurrent et répétitif);
    • localisation (partie supérieure du myocarde, combiné, ventricule droit, septum interventriculaire, ventricule gauche - postérieur, antérieur, inférieur et latéral).

    Âge auquel il y a un risque de crise cardiaque

    Plus souvent, l'infarctus de la paroi inférieure du myocarde est diagnostiqué chez les personnes âgées de 40 à 60 ans, ce qui s'explique par le fait que la principale cause d'infarctus est l'ischémie cardiaque. La maladie coronarienne, à son tour, est due à la séparation d'un caillot sanguin dans un vaisseau ou à une plaque d'athérosclérose sur les parois de l'artère.

    L'athérosclérose se manifeste au fil des ans. C'est après 40 ans que les plaques dans les vaisseaux sanguins rendent difficile l'apport d'oxygène au cœur, entraînant des pathologies correspondantes. Un manque d'approvisionnement en sang va à l'encontre des besoins qui restent au même niveau, puisqu'un homme d'âge moyen mène une vie active - il travaille, bouge et fait du sport. La situation est aggravée par le tabagisme, l'abus d'alcool.

    Après 60 ans, l'activité des personnes est réduite, le besoin d'un approvisionnement en sang actif n'est pas aussi élevé qu'en 40 ans. En conséquence, le débit avec le prêt converge et l'incidence des crises cardiaques diminue.

    Au cours des 10 dernières années, les jeunes sont devenus sensibles aux infarctus, ce qui s’explique par l’adhésion des jeunes générations au fast-food, ce qui augmente la quantité de lipides dans le sang, le cholestérol se dépose dans les vaisseaux sanguins et entraîne des conséquences (crise cardiaque chez 30 personnes).

    Les facteurs provoquant l'infarctus du myocarde zadnébasal comprennent:

    • fumer et boire;
    • la génétique;
    • l'hypodynamie;
    • diabète sucré;
    • l'hypertension;
    • augmentation du cholestérol sanguin;
    • l'ischémie

    Dommages au muscle cardiaque

    Les murs du coeur sont composés de plusieurs couches. Lors d’une crise cardiaque, la nécrose peut toucher une ou plusieurs couches:

    • endocarde - une couche jusqu’à 0,5 mm d’épaisseur, recouvrant la cavité cardiaque, constituée de tissu conjonctif;
    • myocarde - la couche musculaire responsable de sa contraction et de la transmission d'une impulsion bioélectrique, se compose de cardiomyocytes;
    • Epicarde - une couche de tissu conjonctif qui fusionne étroitement avec le myocarde.

    Fondamentalement, le myocarde affecte la région du ventricule gauche. Selon la profondeur de la lésion, les types d'attaque cardiaque suivants sont déterminés à l'aide d'un cardiogramme:

    • transmural - les cardiomyocytes meurent dans tout le myocarde. La maladie la plus grave - un infarctus du dos, chargé de mort;
    • non transmural - la mort n'affecte pas toutes les couches du myocarde;
    • sous-endocardique - la lésion est localisée dans les couches supérieures du muscle cardiaque;
    • intra-muros - la lésion est localisée dans le myocarde, sans affecter l'épicarde, l'endocarde.

    Diagnostic d'infarctus inférieur

    Les mesures de diagnostic sont une étape importante dans l’assistance au patient, car elles permettent de différencier l’infarctus du myocarde des autres pathologies. Plus le diagnostic est posé tôt, plus le traitement peut commencer rapidement. Un certain nombre de mesures visent à identifier l'étendue des dommages cardiaques et la localisation de la nécrose.

    L'examen physique comprend les mesures de diagnostic suivantes sans la participation de l'équipement:

    • prise d'antécédents (identification du moment de la maladie, du type de douleur);
    • inspection;
    • la palpation (les tissus sont ressentis à l'occasion de la détection d'un point du cœur adjacent à la poitrine - lors d'une crise cardiaque, les décalages de point. Les nœuds élargis informent le médecin de la présence d'un processus inflammatoire);
    • fréquence du pouls. Déterminé par sa fréquence et sa plénitude. Lors d'une crise cardiaque, le pouls est perturbé, les contractions peuvent s'arrêter complètement. Si le médecin soupçonne un caillot de sang obstruant l'artère du membre inférieur, il mesurera le pouls sur la cuisse, sous le genou et à la cheville.
    • percussion - tapoter le sternum pour révéler les limites du cœur. Le déplacement des frontières parle de stagnation;
    • auscultation - à l'aide d'un stéthoscope, le médecin écoute les bruits du coeur. Si des tonalités pathologiques sont détectées, nous pouvons parler d’insuffisance cardiaque;
    • mesure de la pression - l'indicateur diminue lors d'une crise cardiaque;
    • mesure de la température - avec infarctus aigu peut augmenter.

    L'examen du matériel correspond aux mesures de diagnostic suivantes:

    • L’ECG est le moyen le plus simple et le plus abordable de détecter une crise cardiaque, quel que soit son type, afin de déterminer sa nature et son emplacement;
    • L'échocardiographie vous permet de surveiller le travail du cœur en temps réel. Vous permet d'identifier les violations des contractions musculaires, de calculer la vitesse du flux sanguin, d'identifier l'anévrisme, le caillot sanguin, d'évaluer l'état des valves et des vaisseaux sanguins;
    • La scintigraphie est une technique basée sur le fait que les isotopes radioactifs s'accumulent dans les sites myocardiques. Certains isotopes s'accumulent dans les tissus vivants du myocarde, d'autres dans les morts, ce qui permet de visualiser l'image de la pathologie;
    • La coronographie aide à déterminer la perméabilité vasculaire. L’essence de la technique consiste en l’introduction d’un agent de contraste dans l’artère fémorale, après quoi ils prennent des photos pour identifier la thrombose, la plaque, une circulation sanguine altérée;
    • L'IRM révèle même les plus petits dommages au myocarde.

    Les tests de laboratoire sont les mesures de diagnostic suivantes:

    • numération globulaire complète et biochimique montrent l'état du corps;
    • un test sanguin pour les marqueurs de nécrose révèle une nécrose du tissu myocardique.

    Aide avec infarctus inférieur

    Savoir comment donner les premiers soins à une personne en crise cardiaque peut sauver une vie. L'OMS a élaboré des instructions expliquant comment aider avant l'arrivée de la profession médicale. Plus la maladie durera longtemps, plus la zone touchée sera vaste. L'objectif principal est donc de rétablir l'alimentation en oxygène du muscle cardiaque.

    Règles de premiers secours:

    • appeler une ambulance;
    • placez la victime en position semi-assise, pliez légèrement les jambes au niveau des genoux;
    • les vêtements serrés doivent déboutonner, attacher les fermoirs et les ceintures, enlever la cravate
    • donner de la nitroglycérine sous la langue, si possible en mesurant la pression, car lorsque l'indicateur est inférieur à 90 mm. Hg Art. pas besoin de donner une pilule;
    • mâcher 300 mg d’aspirine, ce qui réduira la viscosité du sang, empêchera les plaquettes de coller les unes aux autres;
    • si une ambulance est indisponible ou ne voyage pas longtemps, vous pouvez essayer d'emmener la victime à l'hôpital - avec précaution, sans faire de mouvements brusques;
    • si une personne est inconsciente, s'il n'y a pas de pouls ou si la respiration est instable, la respiration artificielle et un massage cardiaque indirect peuvent être effectués. Ces activités doivent être effectuées jusqu'à l'arrivée des médecins de l'ambulance. À l'hôpital, les médecins prendront les mesures appropriées pour aider le patient.

    Quoi ne pas faire après une crise cardiaque

    Après une crise cardiaque, la vie d’une personne change, des restrictions sont imposées en matière de nourriture, de régime de jour, d’activité, etc. Il est recommandé d’éviter les efforts physiques excessifs afin de ne pas subir une deuxième crise cardiaque. Montrant une charge modérée - marche, thérapie par l'exercice.

    Le stress a un effet néfaste sur le cœur et les vaisseaux sanguins: lors d'une dépression nerveuse, le cœur bat rapidement, le besoin en oxygène du muscle augmente, ce qui peut déclencher une nouvelle attaque.

    En ce qui concerne la nutrition, vous ne pouvez pas manger d'aliments riches en cholestérol. De tels produits provoquent l'athérosclérose, sont difficiles à digérer et surchargent non seulement le tube digestif, mais également tout le corps.

    Le tabagisme et l'alcool sont nocifs, même pour une personne en bonne santé, et après une crise cardiaque, ils sont contre-indiqués.

    Le danger de ré-infarctus persiste tout le temps et s'il survient dans les 3 à 60 jours suivant le premier, cela est considéré comme une rechute. Dans ce cas, la nécrose est localisée au même endroit que la première fois, seule la zone de la lésion sera beaucoup plus grande. Si une deuxième crise cardiaque survient plus tard, après 2 mois ou plus, cette condition est appelée une deuxième crise cardiaque. Cette condition est beaucoup plus dangereuse qu'une crise cardiaque primaire. Le fait est qu’après la première attaque, les cicatrices des tissus morts ont pour résultat que le cœur perd certaines propriétés compensatoires.

    Prévention de la crise cardiaque

    Les mesures préventives doivent résoudre de nombreux problèmes dans différentes directions. Elles se réduisent aux actions suivantes:

    • contrôle de la pression cardiaque et fonction en tant que telle. L'hypertension pendant une longue période peut ne pas se manifester ou causer une gêne mineure. Cependant, vous devez contrôler votre propre pression, car le cœur souffre de son augmentation, devant pomper plus de sang que dans des conditions normales;
    • observation par des spécialistes, traitement de l'hypertension;
    • traitement de l'athérosclérose, abaissement du taux de cholestérol dans le sang. C'est le cholestérol qui devient la matière première pour la formation de plaques athérosclérotiques dangereuses. Il faut donc l'éliminer avec un régime et des préparations spéciales - les statines.

    En ce qui concerne la nutrition, elle devient un élément important de la prévention et du traitement de diverses maladies, notamment les crises cardiaques. Le régime alimentaire doit être composé de produits à faible teneur en matière grasse, la teneur en sel et en sucre est réduite. La nourriture doit être fraîche, savoureuse et parfumée chaque jour. La composition chimique des produits doit être étudiée de manière à prévenir le développement de l’athérosclérose, de l’hypertension et du diabète, ainsi que leurs conséquences sous la forme d’accidents vasculaires cérébraux et de crises cardiaques. Vous devez refuser les produits contenant des exhausteurs de goût, des conservateurs et des additifs nocifs. Depuis l'enfance, une alimentation saine devrait contenir plus de fruits de mer, fruits et légumes, poisson, produits laitiers. Avec prudence, les médecins recommandent de manger du pain blanc, des œufs et des bonbons achetés.

    Il est important de maintenir un poids normal et, si nécessaire, de le réduire. Les chiffres corrects de poids corporel diront au médecin, ils devraient être compatibles avec l'âge et la taille. Les personnes tendues et minces souffrent moins de maladies cardiovasculaires, car la charge sur leur cœur est optimale.

    L'activité motrice ne doit pas être excessive, mais sans elle ne devrait pas passer un seul jour. Il n'est pas nécessaire de s'inscrire au gymnase, il est contre-indiqué pour beaucoup de gens, comme c'est le cas pour la course à pied. Il suffit de parcourir chaque jour une certaine distance à une certaine distance de l’autoroute. Pour que le muscle cardiaque reçoive l'entraînement nécessaire, il deviendra de plus en plus fort.

    Le stress émotionnel peut nuire gravement à la santé, il faut donc en réduire le nombre. Tout ce dont vous avez à vous soucier vous fait battre le cœur plus rapidement, pompant du sang supplémentaire. Cela épuise le muscle cardiaque, conduit à la maladie.

    Le tabagisme et l'alcoolisme ont été mentionnés plus d'une fois comme les pires ennemis de la santé et les gens ne peuvent toujours pas abandonner ces habitudes pour leur propre bien-être.

    Vous devez comprendre cette nicotine et cet alcool, un poison qui tue les cellules du cœur. Et puisque le cœur est l'organe responsable de notre vie, de telles habitudes peuvent être comparées au suicide.

    Il n'est pas nécessaire de détruire consciemment une vie déjà courte, il est préférable de prolonger son mandat et de vivre une période intéressante à part entière, pleine de joie et de bonheur. Et pour cela, une condition importante est de prendre soin de votre propre santé.

    ECG Infarctus du myocarde inférieur

    • L'infarctus du myocarde (IM) de la paroi postérieure est dû à l'occlusion de l'artère coronaire droite ou de la branche circonflexe de l'artère coronaire gauche.

    • Les modifications de l'ECG dans la localisation postérieure de l'infarctus du myocarde (IM), contrairement à l'infarctus du myocarde antérieur, se manifestent principalement dans les dérivations d'extrémités.

    • Dans les MI postérieurs aigus, une élévation du segment ST et une onde T fortement positive (déformation monophasique du segment ST) sont enregistrées dans les dérivations II, III et aVF, en particulier dans la dérivation III. Souvent, même avec un MI «frais», une grande onde Q est enregistrée.

    • Avec le «vieux» infarctus du myocarde (MI), la localisation postérieure des dérivations II, III et aVF, l'élévation du segment ST et une onde T positive ne sont plus présentes.

    • Le résultat d'un test sanguin pour les marqueurs sériques de la nécrose du myocarde (activité de la créatine kinase et sa fraction MV, concentration de troponine I ou T) dans l'infarctus aigu du myocarde (IMPST) de la paroi postérieure est positif.

    Dans l'infarctus du myocarde (IM) de la paroi postérieure, la nécrose, pour être plus précis, est localisée non dans la paroi postérieure, mais dans la paroi diaphragmatique, c'est-à-dire dans la paroi inférieure du coeur. Cependant, de nos jours en Allemagne, il est d'usage de parler d'une localisation arrière de l'infarctus, bien qu'il soit plus correct de l'appeler un infarctus inférieur, ou diaphragmatique.

    La cause de la localisation postérieure de l'infarctus du myocarde (IM) est l'occlusion de l'artère coronaire droite ou de sa branche ou de la branche circonflexe gauche de l'artère coronaire gauche. Ces deux artères et leurs petites branches alimentent en sang la paroi diaphragmatique du cœur.

    Les signes ECG de l'infarctus du myocarde (IM) de la paroi postérieure, par opposition à l'IM de la localisation antérieure, incluent les suivants.

    Lorsque l'infarctus du myocarde (IM), les modifications de l'ECG sont enregistrées principalement dans les dérivations d'extrémités, en particulier dans les dérivations II, III et aVF. La raison en est que la paroi diaphragmatique du cœur, qui est touchée par une crise cardiaque, est située en bas et que, par conséquent, les modifications associées de l’activité électrique du cœur sont enregistrées, principalement dans les dérivations des extrémités.

    Dans les dérivations thoraciques (V1 à V6), les signes d'infarctus du myocarde (IM) ne sont généralement pas visibles lorsqu'ils sont localisés dans la paroi postérieure, sauf dans les cas où l'infarctus s'étend également à la paroi antérieure et plus précisément à la paroi latérale.

    Le signe ECG le plus important de la localisation postérieure aiguë ou «fraîche» de l'infarctus du myocarde (IM), ainsi que de la localisation antérieure de l'infarctus du myocarde (IM), est un changement du segment ST. Ainsi, dans les dérivations II, III et aVF, l’élévation du segment ST et une onde T fortement positive (déformation monophasique) sont enregistrées et il n’existe aucune frontière entre le segment ST et l’onde T (signe direct de MI). Une onde T asphyxique peut également apparaître.

    Les changements les plus prononcés dans la localisation postérieure de l'infarctus du myocarde (IM) sont enregistrés dans le plomb III. Plus la croissance du segment ST est importante, moins de temps s'est écoulé depuis le début de l'infarctus du myocarde. Lors de l'interprétation d'un ECG, vous devez être conscient du fait que les modifications de l'ECG et, surtout, l'augmentation du segment ST ne sont généralement pas aussi prononcées que dans le cas de la localisation antérieure de l'IM. La raison en est que le MI de la paroi diaphragmatique du cœur, bien que couvert par les dérivations II, III et aVF, en est relativement éloigné.

    D'autre part, la grande onde Q, c'est-à-dire profond et large, dans ces pistes est souvent clairement enregistré déjà dans la phase aiguë. L'onde T négative avec ou sans segment ST dans le stade aigu est absente. L'onde R est souvent petite mais peut avoir une amplitude normale.

    Dans les dérivations thoraciques de la localisation postérieure de l’infarctus du myocarde (IM) aux stades aigus et chroniques (c’est-à-dire avec le «vieux» IM), les modifications sont généralement absentes. Mais si, dans ces dérivations, une élévation du segment ST et une onde T positive sous forme de déformation monophasique, par exemple dans les dérivations V5 et V6, on peut supposer que la crise cardiaque s'est étendue du mur diaphragmatique vers le mur latéral antérieur, plus précisément.

    Souvent, au stade aigu de l'infarctus du myocarde (MI) sur la localisation postérieure de l'ECG, on peut voir des signes indirects de MI, à savoir une dépression ST et une onde T négative dans les dérivations V1 à V4, enregistrant l'activité électrique du mur opposé. Dans les MI de la paroi antérieure, les signes indirects de MI ne sont pas aussi prononcés.

    Avec le "vieil" infarctus du mur postérieur des dérivations II, III et aVF, tout d'abord, la dérivation III, l'élévation du segment ST et l'onde T positive ne sont plus enregistrées.. Une onde T pointue profonde (onde T coronaire) et une dépression du segment ST sont également enregistrées.

    Ces changements, tout d’abord, constituent une onde T pointue négative profonde, la plus clairement visible dans Lead III et progressivement lissée au fur et à mesure de l’amélioration clinique. Plus la profondeur de l'onde T dans les dérivations II, III et aVF est importante, moins il s'est écoulé de temps depuis le début de la paroi postérieure MI (stade précoce de la phase II). Ainsi, l’onde T au «vieux» MI de la paroi postérieure (stade III) est à nouveau positive, alors que l’onde Q est toujours grande, l’onde R est faible au début. L'onde R dans les mois qui suivent l'apparition de l'infarctus du myocarde peut à nouveau devenir importante.

    Lorsque la localisation postérieure de l'infarctus du myocarde (IM) avec des arythmies ventriculaires, contrairement à l'infarctus du myocarde (IM) de la localisation antérieure, une bradyarythmie (degré AV II et III) apparaît relativement souvent.

    Faites attention à la montée du segment ST dans les dérivations faisant face au mur inférieur du LV (II, III, aVF).
    Dans les dérivations diamétralement opposées dans le même plan (frontal) (I et aVL), des modifications réciproques sont visibles. Infarctus du myocarde avec localisation postérieure de l'élévation du segment ST (MIST) (stade I).
    Infarctus aigu du myocarde (IM) localisation postérieure. Une élévation significative du segment ST et une onde T positive, principalement dans les dérivations II, III et aVF, sont des signes de MI sur la paroi postérieure (signes directs d'infarctus du myocarde).
    Une dépression distincte du segment ST et une onde T négative dans les dérivations I, aVL et V2 sont des signes indirects d'infarctus du myocarde (IM) de la paroi postérieure. "Ancien" infarctus du myocarde (MI) de la paroi postérieure.
    Une onde Q profonde élargie et une onde T négative dans les dérivations III et aVF, ainsi qu'une petite onde Q, mais une onde T négative dans la dérivation II sont des signes de la paroi postérieure MI.
    L’apparition d’une onde T négative dans les dérivations V5 et V6 indique une ischémie de la paroi antérolatérale.

    ECG pour infarctus du myocarde de la vraie paroi postérieure

    Les modifications de l'ECG décrites ci-dessus sont observées, comme déjà mentionné, avec ce qu'on appelle l'infarctus du myocarde postérieur, c'est-à-dire essentiellement avec infarctus inférieur. Cependant, si une crise cardiaque est vraiment localisée dans le mur du fond, ils parlent alors de l’infarctus du myocarde postérieur. Le vecteur résultant EMF LV est dirigé vers la gauche et le bas vers le haut et vers l’avant. Sur l’ECG, on observe un schéma particulier: onde R élevée dans les dérivations V1 et V2, dépression du segment ST et onde T négative ou positive.

    Caractéristiques de l'ECG dans l'infarctus du myocarde de la paroi postérieure (inférieure):
    Occlusion de l'artère coronaire droite ou de la branche circonflexe de l'artère coronaire gauche
    • Nécrose du myocarde de la paroi inférieure
    • Au stade aigu: élévation du segment ST et onde T positive en dérivations II, III et aVF
    • Au stade chronique: onde T négative profonde et grande onde Q
    • Test sanguin positif pour la créatine kinase et la troponine

    Notez les dents R hautes et la dépression ST dans les dérivations V1-V3.

    Infarctus du myocarde de la partie inférieure du cœur: symptômes et diagnostic

    L’infarctus du myocarde inférieur est un état pathologique aigu caractérisé par la nécrose des cellules situées le long de la paroi inférieure du muscle cardiaque. Se produit en raison d'une privation d'oxygène, déclenchée par un blocage avec un caillot sanguin ou une plaque athéroscléreuse de l'artère coronaire droite. Si après 30 minutes, le flux sanguin n'est pas rétabli, des effets irréversibles peuvent alors se produire. Cette maladie est plus fréquente chez les personnes du groupe d'âge moyen et âgé de 40 ans et plus. Le pronostic dépend de l'état physique du corps, de la présence de maladies concomitantes et des soins médicaux d'urgence fournis à temps.

    Mécanisme de développement de la pathologie

    Chez les personnes de plus de 40 ans, il existe des antécédents d’athérosclérose. Cela provoque un rétrécissement de la lumière des vaisseaux, ce qui entraîne une modification de l'élasticité des membranes et la formation de dépôts. Ces troubles entraînent une insuffisance en oxygène des organes, des tissus et, plus important encore, du cœur, ce qui entraîne la nécrose de certaines zones. La lésion peut se situer à différents endroits, l’un d’eux étant la paroi arrière du myocarde. Il est divisé en divisions diaphragmatique et basale, c'est pourquoi les noms d'attaques cardiaques sont allés:

    • Diaphragme postérieur - côté du ventricule gauche adjacent au diaphragme. Le canal sanguin coronaire inférieur est bloqué par un caillot sanguin, ce qui conduit à une lésion de grande taille.
    • Zadnebasal - se produit à la suite d'une occlusion de l'artère coronaire droite distale ou de la branche circonflexe de l'artère coronaire gauche. Il y a ce type de pathologie avec une crise cardiaque étendue.

    Toutes les zones touchées du tissu musculaire cardiaque ne peuvent pas être réanimées. Ils sont recouverts de tissu fibreux, qui ne peut pas remplir toutes les fonctions nécessaires. Par conséquent, pour éviter la récurrence d’une crise aiguë, il est recommandé de prendre des médicaments en permanence et de maintenir un mode de vie sain.

    Caractéristiques de la maladie

    La paroi cardiaque se compose de trois couches:

    1. L'endocarde est un tissu conjonctif, d'une épaisseur pouvant aller jusqu'à 0,5 mm. Dessine la cavité de l’organe principal en répétant exactement son relief.
    2. Le myocarde est la gaine la plus épaisse formée par le muscle strié strié, constitué de cellules étroitement connectées - les cardiomyocytes. Ils sont reliés entre eux par des ponts, formant en même temps un filet à feuilles étroites, qui assure une contraction rythmique des oreillettes et des ventricules.
    3. L'épicarde est une coquille extérieure lisse et mince. Construit à partir d'une plaque de tissu conjonctif, qui contient du collagène et des fibres élastiques. Étroitement en contact avec le myocarde.

    Au cours de l'ischémie, la nécrose peut ne pas se propager à une seule couche. Selon la profondeur de la lésion, il en existe plusieurs types:

    • Transmural - toutes les couches du cœur sont impliquées dans le processus. Lésion nécrotique pénètre à travers la paroi du corps à travers.
    • Non transmural - le domaine de la pathologie est limité à un endocarde ou à un épicarde associé au myocarde.
    • Sous-endocardique - la nécrose est située dans une bande étroite située dans la paroi interne du ventricule gauche.
    • Intramural - les zones touchées sont localisées dans l'épaisseur de la paroi musculaire. Dans ce cas, les couches limites ne sont pas affectées par la nécrose.

    Causes de la maladie

    L'athérosclérose est le principal facteur d'infarctus du mur inférieur du ventricule gauche. Mais il y a d'autres motifs de provocation:

    • Maladies du système endocrinien.
    • Cardiopathie hypertensive.
    • Mauvaises habitudes
    • L'hypodynamie.
    • Augmentation du poids corporel.
    • Nutrition déséquilibrée.
    • Prédisposition génétique.
    • Surmenage émotionnel.

    C'est important! L'appartenance au sexe masculin est une caractéristique de l'ischémie. Le danger augmente de 3,5 fois.

    Manifestations de pathologie

    En cas de nécrose des cellules de la partie inférieure du cœur, le patient présente les symptômes suivants:

    • Sensations désagréables dans la poitrine. La douleur dans ce type de violation n'est pas prononcée.
    • Changements de fréquence cardiaque.
    • Sueur collante froide.
    • Faiblesse, malaise.
    • Frissonnant à travers le corps.
    • Tension artérielle réduite.

    C'est important! Dans la phase aiguë, la forme atypique de la maladie survient le plus souvent - gastritique. Manifesté sous forme de douleur, localisé dans l'épigastre, nausée, vomissement.

    Si une personne a le moindre soupçon du développement des symptômes décrits, il est nécessaire d'aller immédiatement à l'hôpital. Les conséquences de la maladie sont très dangereuses et plus l’aide est fournie rapidement, plus le pronostic est favorable.

    Diagnostic de la maladie

    Tout d'abord, un examen physique est effectué, qui comprend les éléments suivants:

    1. Antécédents médicaux:
    • Heure spécifique pour lancer une attaque?
    • Durée de la douleur?
    • Comment le corps a-t-il réagi à la prise de nitroglycérine?
    • La situation empire-t-elle lorsque vous changez la position de votre corps?
    1. Inspection du patient.
    2. Palpation - la pointe du cœur est déterminée par la méthode de palpation de la peau, avec déplacement de MI. Une augmentation des ganglions lymphatiques indique un processus inflammatoire.
    3. Estimation du pouls et de son ampleur.
    4. Percussion - sert à déterminer la taille, la configuration et la position du cœur, ainsi que la taille du faisceau vasculaire.
    5. Auscultation - les sons cardiaques sont contrôlés à l'aide d'un stéthoscope.
    6. Mesure de la pression artérielle et de la température corporelle.

    ECG à infarctus inférieur

    Ensuite, le patient est envoyé à l'électrocardiographie - une méthode de recherche sur le matériel informatique, qui détermine les modifications de la fonction contractile du myocarde et de la vitesse de circulation du sang. Il offre la possibilité de détecter un caillot sanguin ou une rupture du vaisseau.

    Changements caractéristiques de l'ECG:

    • L'amplitude des branches RV1, V2 augmente.
    • Agrandit le RV1 initial.
    • Diminue la profondeur de SV1, V2.
    • ST réduit (V1-2) dans la phase aiguë avec la dynamique opposée.
    • La troisième onde Q se dilate à 2 mm.
    • La deuxième vague Q s'élève au-dessus du premier Q.

    Ce type de pathologie est difficile à diagnostiquer. Les signes directs ne peuvent être déterminés que dans le fil Dorsalis à travers le ciel et dans les câbles thoraciques supplémentaires V7 - V9.A. V2 - V4 doivent être retirés entre les côtes ci-dessus. Il est nécessaire de procéder à plusieurs reprises à un électrocardiogramme pour clarifier le diagnostic.

    Il est également recommandé d’effectuer des méthodes d’examen supplémentaires:

    • L'échocardiographie est une échographie qui permet d'évaluer les performances du myocarde, l'état de l'appareil valvulaire, de mesurer l'épaisseur de la paroi, le niveau de pression dans l'aorte, l'artère pulmonaire, les oreillettes et les ventricules.
    • Radiographie - une méthode de diagnostic par rayonnement qui vise à identifier la pathologie du système cardiovasculaire.
    • Donner du sang pour analyse générale et biochimique.

    Assistance d'urgence

    Si une personne présente les premiers symptômes d'une attaque d'ischémie, il est nécessaire d'appeler de toute urgence l'équipe de cardiologie. Fournir à la victime un repos complet, donner une position horizontale au corps et mettre un oreiller sous la tête - de cette façon, réduit la charge sur le système cardiovasculaire. Défaire les vêtements et donner une dragée de nitroglycérine par voie sublinguale. En présence d'aspirine, il est recommandé de prendre 300 mg - ce médicament réduit la viscosité du sang et empêche les plaquettes de coller les unes aux autres.

    Si, au cours d'une attaque, une personne perd conscience, si aucun battement de coeur n'est entendu et s'il n'y a pas de respiration, une réanimation cardiopulmonaire est nécessaire. Effectuer cette procédure devrait être avant l'arrivée du médecin.

    Traitement

    L'objectif du traitement de l'infarctus du mur inférieur du ventricule gauche est de clarifier et d'éliminer la cause de la maladie. À savoir, tous les efforts sont concentrés sur la restauration du flux sanguin altéré. Pour ce faire, nommez:

    1. Thrombolytiques - leur action vise à la dissolution des caillots sanguins. Le médicament le plus efficace est la ticlopidine, un puissant inhibiteur de l’agrégation plaquettaire. Les composants actifs du médicament agissent sur la durée du saignement dans le sens d’une augmentation progressive de la durée et ralentissent également l’adhésion des éléments sanguins. L'aspirine est prescrite dans le même groupe pour prévenir la récurrence de la maladie.
    2. Anticoagulants - réduisent l'activité du système de coagulation du sang. Le Dikumarin en est un exemple frappant.

    D'autres mesures thérapeutiques visent à ralentir l'expansion de la lésion. Pour ce faire, utilisez:

    1. Les bêta-bloquants - réduisent la zone de nécrose, réduisent la fréquence des récidives de la maladie, les arythmies, ont un effet anti-angineux et augmentent la tolérance à l'exercice. Ceux-ci incluent: propranolol, aténolol.
    2. Analgésiques - élimine la douleur, lutte contre l'insuffisance ventriculaire gauche aiguë, le choc cardiogénique, les complications thromboemboliques, arrête et prévient les modifications du rythme cardiaque et de la conduction. Appliqué en pratique médicale Morphine.
    3. Antiarythmiques - prévention et traitement des arythmies, en raison desquelles la qualité de la vie est altérée ou qui présentent un risque de conséquences graves. L'amiodarone est utilisée pour restaurer la fréquence cardiaque.

    C'est important! Une mauvaise combinaison de médicaments peut entraîner de graves complications. Il est strictement interdit de se soigner soi-même.

    Si le traitement n'apporte pas de résultats positifs, le patient est alors référé pour une intervention chirurgicale. L'intervention chirurgicale a 3 techniques:

    1. Manutention des vaisseaux coronaires.
    2. Excision anévrisme.
    3. Installation de stimulateurs cardiaques.

    Après les procédures transférées, le patient a besoin d'une rééducation à long terme, qui comprend: une nutrition adéquate, le respect du traitement médicamenteux, une augmentation progressive de l'intensité de l'exercice, l'élimination du stress psycho-émotionnel.

    Infarctus inférieur est l'état du myocarde, lorsque les cellules de la paroi arrière du muscle meurent en raison d'un manque d'oxygène. Les chances d'un rétablissement complet du corps dépendent d'un diagnostic opportun et de soins médicaux appropriés. Et il est possible d’éviter les rechutes en suivant scrupuleusement les instructions du médecin et en observant un mode de vie sain.

    ECG Infarctus du myocarde inférieur

    Crise cardiaque (infarcio - bourrage) - nécrose (nécrose) des tissus due à l’arrêt de l’approvisionnement en sang.

    Les raisons pour arrêter le flux sanguin peuvent être différentes - du blocage (thrombose, thromboembolie) au spasme aigu des vaisseaux sanguins.

    Une crise cardiaque peut survenir dans n’importe quel organe. Par exemple, il existe un infarctus cérébral (AVC) ou un infarctus du rein.

    Dans la vie quotidienne, le mot "crise cardiaque" signifie précisément "infarctus du myocarde", c.-à-d. nécrose du tissu musculaire du coeur.

    En général, toutes les crises cardiaques sont divisées en ischémiques (plus souvent) et hémorragiques.

    En cas d'infarctus ischémique, le flux sanguin dans l'artère est interrompu en raison d'une obstruction. Dans une artère hémorragique, l'artère est brisée (rupture) et le sang est libéré dans les tissus environnants.

    L'infarctus du myocarde affecte le muscle cardiaque n'est pas chaotique, mais à certains endroits.

    Le fait est que le cœur reçoit du sang artériel de l'aorte par le biais de plusieurs artères coronaires et de leurs branches. Si l’angiographie coronaire est utilisée pour déterminer à quel niveau et dans quel vaisseau le flux sanguin est arrêté, on peut prévoir quelle partie du myocarde souffre d’ischémie (manque d’oxygène). Et vice versa.

    Infarctus du myocarde se produit lorsque la résiliation
    le sang circule dans une ou plusieurs artères du cœur.

    Nous nous souvenons que le cœur a 2 ventricules et 2 oreillettes, donc, logiquement, ils devraient tous être touchés par une crise cardiaque avec la même probabilité.

    Cependant, c'est le ventricule gauche qui souffre toujours d'une crise cardiaque, car sa paroi est la plus épaisse, soumise à des charges énormes et nécessite un important apport de sang.

    Chambres du coeur dans la coupe.
    Les parois du ventricule gauche sont beaucoup plus épaisses que celles du droit.

    Les infarctus isolés du ventricule auriculaire et droit sont rares. Le plus souvent, ils sont affectés simultanément avec le ventricule gauche, lorsque l'ischémie se déplace du ventricule gauche vers le droit ou les oreillettes.

    Selon les pathologistes, la propagation de l'infarctus du ventricule gauche au ventricule droit est observée chez 10 à 40% des patients atteints d'infarctus (la transition a généralement lieu le long de la paroi arrière du cœur). La transition auriculaire se produit dans 1 à 17% des cas.

    Stades de la nécrose myocardique à l'ECG

    Entre le myocarde sain et le myocarde mort (nécrotisé) en électrocardiographie, il existe des étapes intermédiaires: ischémie et lésion.

    La vue ECG est normale.

    Ainsi, les stades des dommages du myocarde dans l'infarctus du myocarde sont les suivants:

    1) ISCHEMIE: il s’agit de la lésion myocardique initiale, dans laquelle il n’ya pas de modifications microscopiques du muscle cardiaque et dont la fonction est déjà partiellement altérée.

    Comme vous devez vous en rappeler dès la première partie du cycle, deux processus opposés se produisent successivement sur la membrane des cellules nerveuses et musculaires: la dépolarisation (excitation) et la repolarisation (restauration de la différence de potentiel).

    La dépolarisation est un processus simple pour lequel il suffit d'ouvrir les canaux ioniques de la membrane cellulaire. En raison de la différence de concentration, les ions iront à l'extérieur et à l'intérieur de la cellule.

    Contrairement à la dépolarisation, la repolarisation est un processus énergivore qui nécessite de l'énergie sous forme d'ATP.

    La synthèse de l'ATP nécessite de l'oxygène. Par conséquent, lors de l'ischémie du myocarde, le processus de repolarisation commence à se détériorer en premier. La perturbation de la repolarisation se manifeste par des modifications de l'onde T.

    Options de modification de l’onde T pendant l’ischémie:

    b - onde T «coronaire» symétrique négative (elle survient pendant une crise cardiaque),
    c - onde T «coronaire» à symétrie positive élevée (avec une crise cardiaque et un certain nombre d'autres pathologies, voir ci-dessous),
    g, d - onde T biphasée,
    e - onde T réduite (amplitude inférieure à 1 / 10-1 / 8 onde R),
    W - onde T lisse,
    h - T. légèrement négatif

    Au cours de l'ischémie myocardique, le complexe QRS et les segments ST sont normaux et l'onde T est modifiée: elle est étendue, symétrique, équilatérale, d'amplitude accrue (étendue) et a un sommet pointu.

    Dans ce cas, l’onde T peut être à la fois positive et négative. Elle dépend de la position du foyer ischémique dans l’épaisseur de la paroi cardiaque ainsi que de la direction de la sonde ECG sélectionnée.

    L'ischémie est un phénomène réversible. Au fil du temps, le métabolisme (métabolisme) est revenu à la normale ou continue à se détériorer avec le passage au stade de dommage.

    2) DOMMAGES: il s'agit d'une lésion plus profonde du myocarde dans laquelle on détermine au microscope une augmentation du nombre de vacuoles, un gonflement et une dystrophie des fibres musculaires, une perturbation de la structure membranaire, une fonction mitochondriale, une acidose (acidification moyenne), etc. La dépolarisation et la repolarisation en souffrent. On pense que les dommages affectent principalement le segment ST.

    Le segment ST peut se déplacer au-dessus ou au-dessous du contour, mais son arc (c'est important!), En cas de dommage, de renflements dans la direction du déplacement.

    Ainsi, lorsque le myocarde est endommagé, l'arc du segment ST est dirigé vers l'offset, ce qui le distingue de nombreuses autres conditions dans lesquelles l'arc est dirigé vers l'isoline (hypertrophie ventriculaire, blocage du faisceau du faisceau de His, etc.).

    Variantes de segment ST décalées en cas de dommage.

    L'onde T avec dommages peut être de différentes formes et tailles, ce qui dépend de la gravité de l'ischémie concomitante. Les dommages ne peuvent pas exister pendant longtemps et se transforment en ischémie ou en nécrose.

    3) Nécrose: mort myocardique. Le myocarde mort ne pouvant pas se dépolariser, les cellules mortes ne peuvent pas former l'onde R dans le complexe QRS ventriculaire. Pour cette raison, en présence d'un infarctus transmural (mort myocardique dans une partie de l'épaisseur de la paroi cardiaque) dans cette sonde ECG, il n'y a pas du tout d'onde R et un complexe ventriculaire du type QS se forme. Si la nécrose ne concerne qu'une partie de la paroi du myocarde, un complexe de type QrS est formé, dans lequel l'onde R est réduite et l'onde Q est élargie par rapport à la norme.

    Variantes du complexe QRS ventriculaire.

    Normalement, les dents Q et R doivent obéir à un certain nombre de règles, par exemple:

    • L’onde Q doit toujours être présente dans V4-V6.
    • la largeur de l'onde Q ne doit pas dépasser 0,03 s, et son amplitude NE doit PAS dépasser 1/4 de l'amplitude de l'onde R dans ce fil.
    • l’onde R doit croître en amplitude de V1 à V4 (c’est-à-dire que dans chaque avance ultérieure de V1 à V4, l’onde R devrait hurler plus haut que la précédente).
    • dans V1, l'onde r peut être absente, le complexe ventriculaire prend alors la forme QS. Chez les personnes de moins de 30 ans, le complexe QS est normalement rarement présent dans V1-V2, et même chez les enfants dans V1-V3, bien qu'il soit toujours suspect d'une crise cardiaque dans la partie antérieure du septum interventriculaire.

    À quoi ressemble un ECG en fonction de la zone d'infarctus

    En résumé, la nécrose affecte l’onde Q et l’ensemble du complexe QRS ventriculaire. Dommages au segment ST. L'ischémie affecte T.

    La formation de dents sur l'ECG est normale.

    Ensuite, nous examinons un modèle amélioré, dans lequel au centre de la paroi cardiaque conditionnelle se trouve une zone de nécrose, à sa périphérie - une zone de lésion, et à l’extérieur - une zone d’ischémie.

    Le long de la paroi du cœur se trouvent les extrémités positives des électrodes (n ° 1 à 7).

    Pour faciliter la perception, j'ai tracé des lignes conditionnelles, qui indiquent clairement l'ECG à partir duquel des zones sont enregistrées dans chacune des dérivations spécifiées:

    Vue schématique de l'ECG, en fonction de la zone d'infarctus.

    • Électrode numéro 1: située au-dessus de la zone d'infarctus transmural, le complexe ventriculaire a donc la forme d'un QS.
    • N ° 2: infarctus non transmural (QR) et dommages transmuraux (élévation du segment ST avec gonflement).
    • N ° 3: lésion transmurale (élévation de ST avec renflement).
    • N ° 4: ici, dans le dessin d'origine, cela n'est pas très clair, mais l'explication indique que l'électrode est au-dessus de la zone de dommages transmural (élévation ST) et d'ischémie transmural (onde T «coronaire» symétrique négative).
    • N ° 5: au-dessus de la zone d'ischémie transmurale (onde T «coronaire» symétrique négative).
    • N ° 6: périphérie de la zone ischémique (onde T biphasique, c'est-à-dire sous la forme d'une onde. La première phase de l'onde T peut être à la fois positive et négative. La deuxième phase est opposée à la première).
    • N ° 7: éloigné de la zone ischémique (onde T réduite ou aplatie).

    Ici, vous avez encore une photo pour l’auto-analyse.

    Un autre schéma, dépendant du type d’ECG, change de zone d’infarctus.

    Les étapes du développement de la crise cardiaque sur l'ECG

    La signification des étapes de la crise cardiaque est très simple.

    Lorsque l'irrigation sanguine est complètement interrompue dans n'importe quelle partie du myocarde, les cellules musculaires situées au centre de cette zone meurent rapidement (quelques dizaines de minutes). À la périphérie de la cellule, les cellules ne meurent pas immédiatement. De nombreuses cellules parviennent progressivement à «se rétablir», le reste meurt de manière irréversible (rappelez-vous que les phases d'ischémie et de lésion ne peuvent exister trop longtemps?).

    Tous ces processus se reflètent dans les stades de l'infarctus du myocarde.

    aigu, aigu, subaigu, cicatriciel.

    De plus, j'apporte la dynamique typique de ces étapes sur un ECG

    1) Le stade d'infarctus le plus aigu (stade de la lésion) dure environ 3 heures à 3 jours.

    La nécrose et l'onde Q correspondante peuvent commencer à se former, mais ce n'est peut-être pas le cas. Si l'onde Q est formée, la hauteur de l'onde R dans ce fil diminue, souvent jusqu'à disparaître complètement (complexe QS avec infarctus transmural).

    La principale caractéristique de l'ECG du stade le plus aigu de l'infarctus du myocarde est la formation de la courbe dite monophasique. La courbe monophasique consiste en une augmentation du segment ST et une onde T positive élevée, qui se confondent.

    Le déplacement du segment ST au-dessus de l'isoligne de 4 mm et plus dans au moins l'une des 12 dérivations normales indique la gravité de la lésion cardiaque.

    Note Les visiteurs les plus attentifs diront que l'infarctus du myocarde ne peut pas commencer par le stade des dommages, car entre la phase normale et la phase des dommages doit être la phase ci-dessus de l'ischémie! Droit Mais la phase d'ischémie ne dure que 15 à 30 minutes et l'ambulance n'a généralement pas le temps de l'enregistrer sur l'ECG. Cependant, si cela réussit, des ondes T «coronaires» symétriques positives élevées, caractéristiques de l'ischémie sous-endocardique, sont visibles sur l'ECG. C'est sous l'endocarde que se trouve la partie la plus vulnérable du myocarde de la paroi cardiaque, car la pression dans la cavité cardiaque est accrue, ce qui perturbe l'apport sanguin au myocarde ("serre" le sang des artères cardiaques vers l'arrière).

    2) La phase aiguë dure jusqu'à 2-3 semaines (pour faciliter la mémorisation - jusqu'à 3 semaines).

    Les zones d'ischémie et les dommages commencent à diminuer.

    La zone de nécrose se dilate, la vague Q se dilate et augmente également en amplitude.

    Si la vague Q n'apparaît pas au stade aigu, elle se forme au stade aigu (cependant, il y a des crises cardiaques et sans la vague Q ci-dessous). Le segment ST, du fait de la restriction de la zone de dommage, commence à s'approcher progressivement de l'isoline et l'onde T devient «coronaire» symétrique négative en raison de la formation de la zone d'ischémie transmurale autour de la zone de dommage.

    3) La phase subaiguë dure jusqu'à 3 mois, parfois plus longtemps.

    La zone de lésion disparaît en raison du passage à la zone d'ischémie (le segment ST se rapproche alors de l'isoline), la zone de nécrose est stabilisée (la taille réelle de l'infarctus est donc estimée à ce stade).

    Dans la première moitié du stade subaigu, du fait de l’extension de la zone ischémique, l’onde T négative s’élargit et son amplitude augmente jusqu’à celle de la géante.

    Dans la seconde moitié, la zone d'ischémie disparaît progressivement, ce qui s'accompagne de la normalisation de l'onde T (son amplitude diminue, elle tend à devenir positive).

    La dynamique des changements d'onde T est particulièrement visible à la périphérie de la zone ischémique.

    Si l'élévation du segment ST ne revient pas à la normale 3 semaines après l'infarctus, il est recommandé d'effectuer une échocardiographie (EchoCG) afin d'exclure un anévrisme cardiaque (expansion sacciforme de la paroi avec écoulement sanguin lent).

    4) Stade cicatriciel de l'infarctus du myocarde.

    C'est la dernière étape au cours de laquelle une forte cicatrice du tissu conjonctif se forme sur le site de la nécrose. Elle n’est pas excitée et ne rétrécit pas; elle apparaît donc sur l’ECG sous la forme d’une onde Q. Étant donné que la cicatrice, comme toute cicatrice, demeure toute la vie, le stade cicatriciel d’une crise cardiaque dure jusqu’à la dernière contraction cardiaque.

    Stades de l'infarctus du myocarde.

    Quels changements ECG se produisent au stade cicatriciel? La zone de la cicatrice (et donc la vague Q) peut diminuer dans une certaine mesure en raison de:

    1. resserrement (compaction) du tissu cicatriciel, qui rassemble les zones intactes du myocarde;
    2. hypertrophie compensatoire (augmentation) des zones voisines de myocarde sain.

    Les zones d'endommagement et d'ischémie au stade cicatriciel sont absentes. Par conséquent, le segment ST sur le contour et l'onde T sont positifs, réduits ou lissés.

    Cependant, dans certains cas, au stade cicatriciel, une petite onde T négative est toujours enregistrée, laquelle est associée à une irritation constante du myocarde sain voisin avec du tissu cicatriciel. Dans de tels cas, l’onde T en amplitude ne doit pas dépasser 5 mm et ne doit pas être plus longue que la moitié de l’onde Q ou R dans la même avance.

    Pour faciliter la tâche, la durée de toutes les étapes obéit à la règle des trois et augmente progressivement:

    • jusqu'à 30 minutes (phase d'ischémie)
    • jusqu'à 3 jours (stade aigu)
    • jusqu'à 3 semaines (stade aigu)
    • jusqu'à 3 mois (stade subaigu),
    • reste de la vie (stade cicatriciel).

    En général, il existe d'autres classifications des stades d'une crise cardiaque.

    Diagnostic différentiel d'infarctus du myocarde

    Toutes les réactions corporelles du même effet dans différents tissus au niveau microscopique se déroulent de la même manière.

    Les agrégats de ces réactions séquentielles complexes sont appelés processus pathologiques typiques.

    En voici les principales: inflammation, fièvre, hypoxie, croissance tumorale, dystrophie, etc.

    Lorsqu'une nécrose se développe une inflammation, à l'issue de laquelle le tissu conjonctif est formé.

    Comme je l’ai indiqué plus haut, le mot crise cardiaque vient du latin. infarcio - altération, due à l’inflammation, au gonflement, à la migration des cellules sanguines dans l’organe affecté et, par conséquent, à son compactage.

    Au niveau microscopique, l'inflammation se produit de la même manière, n'importe où dans le corps.

    Pour cette raison, des modifications de l'ECG analogues à un infarctus se produisent également dans les plaies du cœur et les tumeurs du cœur (métastases au cœur).

    Toutes les ondes T «suspectes», le segment ST ne dévient pas de l'isoline ou l'onde Q soudainement apparue est due à une crise cardiaque.

    Normalement, l’amplitude de l’onde T est comprise entre 1/10 et 1/8 de l’amplitude de l’onde R.

    Une onde T «coronaire» symétrique hautement positive se produit non seulement pendant l'ischémie, mais également lors de l'hyperkaliémie, de l'augmentation du tonus nerveux vagal, de la péricardite, etc.

    ECG avec hyperkaliémie (A - normal, B - E - avec hyperkaliémie accrue).

    Les dents en T peuvent également sembler anormales lors de troubles hormonaux (hyperthyroïdie, dystrophie myocardique ménopausique) et lors de modifications du complexe QRS (par exemple avec des faisceaux du faisceau de His). Et ce n'est pas toutes les raisons.

    Caractéristiques du segment ST et de l'onde T
    avec diverses conditions pathologiques.

    Le segment ST peut dépasser l'isoline non seulement en cas de lésion ou d'infarctus du myocarde, mais également en:

    • anévrisme cardiaque,
    • Embolie pulmonaire (embolie pulmonaire),
    • Angor de Prinzmetal,
    • pancréatite aiguë,
    • péricardite,
    • angiographie coronaire,
    • secondairement - avec blocage du faisceau de His, hypertrophie ventriculaire, syndrome de repolarisation ventriculaire précoce, etc.

    Variante d'un ECG chez TELA: syndrome de MacGean-White
    (S Profond S dans I Lead, Deep Q et T négatif dans III Lead).

    Une diminution du segment ST est causée non seulement par une crise cardiaque ou des dommages au myocarde, mais également par d'autres raisons:

    • myocardite, dommages toxiques du myocarde,
    • prendre des glycosides cardiaques, aminazine,
    • syndrome post-chic,
    • hypokaliémie,
    • causes réflexes - pancréatite aiguë, cholécystite, ulcère gastrique, hernie hiatale, etc.,
    • choc, anémie sévère, insuffisance respiratoire aiguë,
    • troubles aigus de la circulation cérébrale,
    • l'épilepsie, la psychose, les tumeurs et l'inflammation dans le cerveau,
    • fumer
    • faim ou trop manger,
    • intoxication au monoxyde de carbone
    • secondairement - avec blocage du faisceau de His, hypertrophie ventriculaire, etc.

    La vague Q est plus spécifique à l'infarctus du myocarde, mais elle peut également apparaître et disparaître temporairement dans les cas suivants:

    • infarctus cérébral (en particulier hémorragie sous-arachnoïdienne),
    • pancréatite aiguë,
    • choc
    • angiographie coronaire
    • urémie (stade terminal d'insuffisance rénale aiguë et chronique),
    • hyperkaliémie,
    • myocardite, etc.

    Comme je l'ai noté ci-dessus, il existe des crises cardiaques sans onde Q sur un ECG. Par exemple:

    1. dans le cas d'un infarctus sous-endocardique, lorsqu'une fine couche de myocarde meurt près de l'endocarde du ventricule gauche. En raison du passage rapide d'excitation dans cette zone, l'onde Q n'a pas le temps de se former. Sur l’ECG, la hauteur de l’onde R diminue (en raison de la perte d’excitation d’une partie du myocarde) et le segment ST descend au-dessous de l’isoligne avec un renflement vers le bas.
    2. infarctus du myocarde intra-muros (à l'intérieur du mur) - il se situe dans l'épaisseur du mur du myocarde et n'atteint pas l'endocarde ni l'épicarde. L’excitation contourne la zone d’infarctus des deux côtés et la vague Q est donc absente. Mais autour de la zone d'infarctus, une ischémie transmurale se forme, qui se manifeste sur l'ECG par une onde T «coronaire» symétrique négative. Ainsi, un infarctus du myocarde intra-muros peut être diagnostiqué par l'apparition d'une onde T symétrique négative.

    Il faut aussi rappeler que l’ECG n’est qu’une des méthodes d’investigation lors du diagnostic, bien qu’il s’agisse d’une méthode très importante. Dans de rares cas (avec une localisation atypique de la zone de nécrose), l'infarctus du myocarde est possible même avec un ECG normal! Je vais m'arrêter ici un peu plus bas.

    Comment les électrocardiogrammes différencient-ils les crises cardiaques des autres pathologies?

    Selon 2 caractéristiques principales.

    1) dynamique ECG caractéristique.

    Si, au fil du temps, des modifications de la forme, de la taille et de l'emplacement des dents et des segments typiques d'une crise cardiaque sont observées, il est possible de parler avec un degré de confiance élevé de l'infarctus du myocarde.

    Dans les services d'infarctus d'hôpitaux, l'ECG est effectué quotidiennement.

    Pour faciliter l'évaluation de la dynamique de l'infarctus par l'ECG (qui est plus prononcée à la périphérie de la zone touchée), il est recommandé de marquer les sites d'implantation des électrodes thoraciques de manière à ce que les électrogrammes hospitaliers ultérieurs soient retirés de manière complètement identique.

    Cela conduit à une conclusion importante: si un cardiologue a déjà subi des modifications pathologiques dans le passé, il est recommandé de disposer d'un échantillon d'ECG «de contrôle» à la maison, afin que le médecin de l'urgence puisse comparer le nouvel ECG avec l'ancien et en tirer une conclusion sur les limites des modifications identifiées. Si le patient a déjà subi un infarctus du myocarde, cette recommandation devient une règle de fer. Chaque patient ayant des antécédents d’infarctus du myocarde doit recevoir un électrocardiogramme de contrôle à la sortie du patient et le stocker dans son logement. Et sur de longs voyages à emporter.

    2) la présence de réciprocité.

    Les modifications réciproques sont «inversées» (par rapport à l'isoline). Les modifications de l'ECG sur la paroi opposée du ventricule gauche. Il est important de prendre en compte la direction de l'électrode sur l'ECG. Le centre du coeur est considéré comme le "zéro" de l'électrode (le milieu du septum interventriculaire), c'est pourquoi une paroi de la cavité cardiaque se trouve dans la direction positive et dans le sens opposé, dans la négative.

    Le principe est le suivant:

    • pour une onde Q, le changement réciproque sera une augmentation de l'onde R, et inversement.
    • si le segment ST est décalé au-dessus de l'isoligne, le changement réciproque sera alors le décalage de ST en dessous de l'isoligne, et inversement.
    • pour une onde T «coronaire» fortement positive, le changement réciproque sera une onde T négative, et inversement.

    ECG avec infarctus du myocarde diaphragmatique postérieur (inférieur).
    Les signes directs sont visibles dans les dérivations II, III et aVF, signes réciproques - en V1-V4.

    Les changements ECG réciproques dans certaines situations sont les seuls à suspecter une crise cardiaque.

    Par exemple, dans l'infarctus du myocarde basal (postérieur) postérieur, les signes directs d'infarctus ne peuvent être enregistrés que dans le plomb D (dorsalis) à travers le ciel [read e] et dans les dérivations thoraciques supplémentaires V7-V9, qui ne sont pas incluses dans la norme 12 et sont effectuées uniquement sur demande.

    Poitrine supplémentaire mène V7-V9.

    La concordance des éléments ECG est pointue par rapport au contour des dents ECG du même nom dans différentes dérivations (c'est-à-dire que le segment ST et l'onde T sont dirigés dans la même direction dans la même dérivation). Cela arrive avec une péricardite.

    Le concept opposé est la discordance (multidirectionalité). La discordance du segment ST et de l'onde T par rapport à l'onde R est généralement implicite (ST est rejeté dans un sens, T dans l'autre). Caractéristique du blocus complet du paquet de His.

    ECG au début de la péricardite aiguë:
    pas d'onde Q et changements réciproques, caractéristiques
    changements concordants dans le segment ST et l'onde T.

    Il est beaucoup plus difficile de déterminer la présence d'une crise cardiaque s'il existe un trouble de la conduction intraventriculaire (blocage du faisceau du faisceau de His) qui, en soi, modifie de manière indescriptible une partie importante de l'ECG du complexe QRS ventriculaire à l'onde T.

    Types de crise cardiaque

    Il y a une vingtaine d'années, les infarctus transmuraux (type de complexe ventriculaire QS) et les infarctus intratransmuraux à grande focale (comme le QR) étaient partagés, mais il est vite devenu évident que cela ne donnait rien en termes de pronostic et de complications possibles.

    Pour cette raison, actuellement, les crises cardiaques sont simplement divisées en infarctus Q (infarctus du myocarde avec onde Q) et non infarctus Q (infarctus du myocarde sans onde Q).

    Localisation de l'infarctus du myocarde

    Dans le rapport d'ECG, la zone d'infarctus doit être indiquée (par exemple: antérolatérale, postérieure, inférieure).

    Pour ce faire, vous devez savoir dans quelle direction apparaissent les signes ECG de diverses localisations d’une crise cardiaque.

    Voici quelques modèles prêts à l'emploi:

    Diagnostic de l'infarctus du myocarde par localisation.

    Diagnostic topique de l'infarctus du myocarde
    (altitude - élévation, de l'élévation anglaise; dépression - diminution, de la dépression anglaise)