Microstroke - symptômes et premiers signes, causes, conséquences, traitement et prévention

Un microstroke est une lésion cérébrale qui survient non seulement chez les personnes âgées, mais également chez les jeunes. Il n'y a rien de tel dans la médecine officielle. Alternativement, on peut l'appeler "trouble transitoire du flux sanguin cérébral (PNMK)".

À la suite de ce qu'on appelle le microstroke, de légers dommages (ponctuels) à la structure du cerveau se produisent. Comme ces blessures sont très légères, les troubles spécifiques à l'AVC ne sont pas préservés. Il est possible d’établir le fait d’une hémorragie cérébrale de petite taille uniquement à la suite d’un examen post mortem.

Quelle est la maladie, telle qu'elle se manifeste chez l'adulte, les premiers signes et méthodes de traitement - plus loin dans l'article.

Qu'est-ce qu'un microstroke?

Une microstroke est une nécrose du tissu cérébral due à un caillot sanguin ou à un rétrécissement net (ischémique) d'un petit vaisseau. En raison d'un trouble de l'apport sanguin, des lésions ponctuelles se développent dans les tissus cérébraux. Comme le processus pathologique implique de très petites zones de la structure, il n’ya pas de violations caractéristiques d’un AVC «classique».

Un microstroke ne peut pas être traité comme un petit accident vasculaire cérébral. Ce concept en médecine existe sous le diagnostic d'un trouble transitoire du flux sanguin cérébral (PNMK), ce qui signifie un dysfonctionnement des fonctions cérébrales de la genèse vasculaire survenu soudainement et s'accompagnant de symptômes neurologiques cérébraux ou focaux (ainsi que d'un accident cérébrovasculaire), qui passent indépendamment ou sous l'influence du traitement. heures

Le mécanisme d'un microstroke est:

  1. Il y a une forte augmentation de la pression dans les vaisseaux de l'une des zones du cerveau, ou le vaisseau obstrué par un thrombus.
  2. La circulation sanguine normale est perturbée, les cellules de la zone touchée commencent à manquer de oxygène et de nutriments.
  3. Une telle affection peut durer environ six heures si, au cours de cette période, la circulation sanguine est rétablie dans le volume précédent et que les tissus cérébraux peuvent également se rétablir.
  4. Si l'état pathologique dure plus longtemps, les cellules meurent, une nécrose se développe et la zone touchée par un accident vasculaire cérébral devient plus grande.

Le tableau clinique effacé constitue la principale ruse des micro-accidents vasculaires cérébraux - les premiers signes d'un micro-accident vasculaire cérébral se manifestent plus tard et plus lentement; par conséquent, le début des mesures diagnostiques et thérapeutiques est considérablement retardé. Et plus on commence le traitement spécialisé des troubles circulatoires cérébraux, plus mauvais sont les résultats et les prévisions.

Les causes

La liste des phénomènes qui provoquent la survenue d'un microstroke est plutôt «standard», applicable à de nombreuses maladies du système cardiovasculaire:

  • trop manger;
  • l'obésité;
  • abus d'alcool;
  • travail sédentaire et hypodynamie constante;
  • fatigue fréquente, stress;
  • fumer;
  • activité physique excessive;
  • mauvaise écologie;
  • chirurgie cardiaque différée (par exemple, remplacement d'une valve);
  • une quantité excessive de graisses animales dans l'alimentation quotidienne;
  • des conditions climatiques constantes et froides (provoquent une augmentation de la pression artérielle);
  • changement brusque des conditions climatiques et météorologiques habituelles.

Fournit un microstroke et certaines maladies:

  • Diabète sucré non compensé (avec gouttes de glucose);
  • Athérosclérose en phase de progression (réduit le diamètre de la lumière des vaisseaux);
  • Perturbation du flux sanguin cérébral, passant dans le cœur;
  • Les dommages causés aux valves cardiaques de nature infectieuse ou rhumatismale (contribuent à leur destruction);
  • Malformations cardiaques congénitales;
  • Infarctus du myocarde - la cause de l'AIT, compliquant le diagnostic;
  • Artérite (processus inflammatoire qui affecte les parois internes des vaisseaux sanguins);
  • La thrombose;
  • Arythmies - en cas de perturbation du rythme cardiaque, des microthrombes apparaissent, bloquant les vaisseaux cérébraux (l'arythmie réduit la pression, altère le débit sanguin cérébral);
  • Problèmes oncologiques;
  • Les maladies hypertensives avec leurs symptômes vifs éclipsent tous les signes d'un microstroke;
  • Apnée (arrêter de respirer pendant le sommeil pendant 10 secondes ou plus).

Facteurs de risque

Les facteurs de risque incluent les personnes avec:

  • charges nerveuses constantes dans les professions nécessitant une attention accrue;
  • lésion athéroscléreuse des vaisseaux cérébraux, des artères carotides et vertébrales;
  • maladie cardiaque, accompagnée notamment d'arythmies, de défauts valvulaires;
  • hypertension et hypertension symptomatique;
  • le diabète;
  • vascularite allergique auto-immune;
  • ostéochondrose sévère, hernie cervicale avec compression des vaisseaux;
  • tumeur en germination, petites métastases hématogènes;
  • blessures à la tête causées par une commotion cérébrale;
  • pathologie vasculaire congénitale.

Symptômes de microstroke chez l'adulte

Il serait immédiatement souhaitable de noter que, dans une microstroke, les symptômes dépendent directement de la localisation du foyer et du calibre du vaisseau affecté qui l’alimente. En termes simples, plus le vaisseau est petit, moins les premiers symptômes de la maladie sont fiables.

Dans un micro-AVC, les symptômes ne sont pas toujours caractérisés par une spécificité. De nombreux patients leur attribuent les changements de pression atmosphérique, les changements de temps, le stress physique ou psycho-émotionnel et la fatigue chronique. Les premiers signes d'un microstroke sont:

  • des vertiges;
  • l'apparition de "mouche" devant les yeux;
  • mal de tête d'intensité variable;
  • faiblesse générale et malaise;
  • nausée

Les principaux symptômes incluent:

  • Engourdissement du visage et des membres;
  • Vertiges et maux de tête soudains et intenses;
  • Forte augmentation de la pression artérielle;
  • Perte de coordination, problèmes de marche ou de maintien de l'équilibre;
  • Hypersensibilité aux lumières vives et aux sons forts.

Il peut également y avoir des symptômes supplémentaires:

  • Faiblesse générale - un sentiment de stupidité, de faiblesse, de somnolence;
  • Possible, mais pas nécessaire - perte de conscience à court terme;
  • Brève déficience visuelle;
  • Problèmes d'élocution, difficulté de prononciation et de compréhension de la parole.

Un certain nombre de signes de microstroke (asymétrie, déficience visuelle, etc.) dépendront de la région du cerveau touchée. Si l'hémisphère gauche a souffert, les symptômes apparaissent du côté droit du corps. Et vice versa.

La perte de mémoire est l’un des symptômes les plus prononcés du microstroke. Cela vous permet de déterminer la gravité des lésions cérébrales. Si une personne ne subit pas un accident vasculaire cérébral ischémique ou hémorragique complet, la récupération de la mémoire survient dans les 5-6 heures.

Comment reconnaître les premiers signes d'un microstroke chez une personne?

Les premiers signes et symptômes de microstroke varient dans une large gamme, qui dépend du diamètre et de la localisation du vaisseau artériel affecté, ainsi que du mécanisme du développement du trouble (thrombus, embole, spasme, compression, perturbation de la circulation cérébrale, etc.).

Dans certains cas, une personne peut même ne pas soupçonner avoir subi un micro-accident vasculaire cérébral, par exemple des vertiges ordinaires, des maux de tête, des engourdissements et des picotements à la main pendant plusieurs secondes, une vision floue, une faiblesse musculaire peuvent être des signes d'une attaque ischémique transitoire.

Les symptômes de l'AVC et de la microstroke sont assez similaires, cependant, une attaque de microstroke dure de 5 minutes à un jour, plus mal exprimée.

Il est important de savoir quels tests indicatifs peuvent être effectués avant de consulter un médecin.

  • Sourire Si vous demandez au patient de sourire, l’asymétrie de la bouche sera perceptible - un coin sera plus bas.
  • Parole - il est utile de demander au patient de dire quelques phrases simples - par exemple, un proverbe ou un dicton. La parole sera plus lente et plus floue.
  • Mouvement. Vous devez demander au patient de lever ses bras ou ses jambes. S'il y a violation de la circulation cérébrale, l'un des membres sera à la traîne ou ne respectera pas le propriétaire.

Même si on ne retrouve que certains des symptômes de microstroke énumérés ci-dessus chez un patient, il est urgent d'appeler une ambulance. Un traitement approprié au cours de la première journée augmente considérablement les chances de guérison complète.

Premiers secours

L’amélioration rapide de la microstroke ne doit pas induire en erreur les personnes présentes.

  • Essayez de planter ou de vous installer dans une position confortable.
  • Trouvez des parents au téléphone et appelez-les.
  • Si possible, appliquez un rhume à la tête.
  • Ouvrez le collier serré, cravate, ceinture, ceinture.
  • Si vous vomissez, tournez la tête de la victime sur le côté.
  • Assurez-vous d'appeler une ambulance.

Les conséquences

Très souvent, après des troubles transitoires de la circulation cérébrale, aucune conséquence notable n’est observée. Mais certaines personnes ont les effets suivants du microstroke:

  • troubles de la mémoire
  • concentration réduite
  • distraction
  • irritabilité,
  • état dépressif
  • larmoiement ou vice versa agressivité.

Diagnostics

Une fois que vous avez examiné tous les symptômes d’un microstroke, consultez un médecin qui vous fera examiner par un médecin afin de déterminer l’état du cœur et des vaisseaux sanguins. Ces études devraient inclure:

  • Diagnostic par résonance magnétique,
  • Tomographie
  • Angiographie.
  • Sonographie Doppler.
  • Échocardiogramme.
  • Électrocardiogramme (ECG).
  • Numération globulaire détaillée.

Si des symptômes de microstroke apparaissent, appelez un médecin. N'oubliez pas que ces signes peuvent indiquer un accident vasculaire cérébral à grande focale ou un infarctus du myocarde. Le traitement principal sera dirigé vers la maladie sous-jacente. Parfois, un examen complet est nécessaire (en particulier chez les jeunes) pour déterminer exactement la cause des troubles circulatoires cérébraux à court terme.

Traitement et récupération

À son arrivée à l’hôpital, le médecin prescrit une série d’études de laboratoire et de radiographie pour confirmer le diagnostic préliminaire. En règle générale, une microstroke est détectée sur une IRM, où les zones sombres du tissu cérébral endommagé sont clairement visibles.

Médicaments

Traitement ultérieur:

  • agents pour améliorer la microcirculation sanguine et les processus métaboliques dans les vaisseaux sanguins (angioprotecteurs): Nimopidine, Tanakan, Bilobil;
  • médicaments vasodilatateurs: Instenon, nicotinate de xanthineol, pentoxifylline;
  • médicaments pour améliorer le métabolisme: Mexicor, Actovegin;
  • des moyens pour réduire la capacité des globules rouges à former des caillots sanguins dans les vaisseaux sanguins (agents antiplaquettaires): ticlopidine, aspirine, dipyridamole;
  • médicaments pour améliorer l'activité cérébrale (nootropes): cinnarizine, vinpocétine, cérébrolysine, piracétam.
  • Les vitamines auxiliaires (quadvit, decamevit, corvitol) renforcent le système immunitaire du corps et contribuent à l'amélioration du cerveau. Ces médicaments doivent être pris périodiquement 1 à 2 à 3 fois par jour après les repas, pendant un mois, puis vous devez prendre une courte pause de 1 à 2 semaines, puis recommencer à le prendre.

Il est nécessaire de traiter un microstroke uniquement sous la surveillance d'un médecin spécialiste. Le traitement à domicile consiste à fournir les premiers soins avant l’arrivée de spécialistes. Le patient devrait être allongé, la tête légèrement relevée, pour le calmer, la panique ne faisant qu'aggraver le déroulement de l'attaque, pour assurer l'accès à l'oxygène.

Rééducation après un microstroke

La récupération du patient après un micro-accident cérébral est mieux effectuée à la maison. Le programme minimum complet de réadaptation non pharmaceutique comprend:

  • éliminer les situations stressantes;
  • cesser de fumer et de boire de l'alcool;
  • diététique, correction nutritionnelle, lutte contre l'obésité;
  • phytothérapie;
  • thérapie physique et massage, exercice régulier;
  • procédures physiothérapeutiques, traitements thermiques et thermiques, climatothérapie;
  • autres méthodes de traitement et de réadaptation non traditionnelles (acupuncture, yoga, hydrothérapie, etc.).

Après un microstroke, il est strictement interdit aux patients de manger des aliments salés, gras et épicés, qui ne font qu’aggraver le cours général de la maladie. La nutrition des patients doit être riche en calories et contenir une grande quantité de vitamines (potassium et magnésium) nécessaires à la normalisation du système cardiovasculaire.

Les projections de reprise d'un microstroke dépendent de ses causes:

  • Si c'est à la surface (surcharge pondérale, stress), alors l'élimination des provocateurs sera la meilleure prévention des rechutes et des complications;
  • Si la cause était une maladie spécifique, un schéma est en cours d’élaboration pour son traitement.

Prévention

Les méthodes de prévention de la microstroke à tout âge incluent:

  1. Le contrôle de la tension artérielle est la plus importante des mesures préventives. La principale cause d'un micro-choc est une pression artérielle élevée ou un saut brusque.
  2. Le refus des mauvaises habitudes aide à réduire considérablement les risques de la maladie;
  3. Une bonne nutrition, non propice à l'obésité, est également incluse dans le nombre de mesures préventives;
  4. L'exercice modéré constant aidera non seulement à rendre le corps fort et en forme, mais également à maintenir la santé des vaisseaux cérébraux;
  5. La réduction des facteurs de stress et un sommeil sain sont une autre clé du succès dans la prévention des micro-AVC.

Une microstroke est une maladie très dangereuse qui perturbe les performances du cerveau et provoque des symptômes désagréables et difficiles pour la vie. Il est nécessaire de traiter immédiatement la maladie présentée afin de ne pas exposer votre corps à diverses complications.

Microstroke - les premiers signes et symptômes, le traitement, les médicaments et le pronostic

Dans le vaste monde de la maladie, un certain nombre de diagnostics sont plus ou moins compréhensibles pour l'homme ordinaire, mais le médecin qui établit ce diagnostic au début de l'histoire médicale est, au mieux, une réprimande orale de la part de la direction. L'un de ces "pseudodiagnostics" est un microstroke, voire un "microstroke cérébral".

Ce diagnostic a-t-il un «droit à la vie»? Quelles sont les raisons du développement et comment cette maladie se manifeste-t-elle?

Transition rapide sur la page

Microstroke - c'est quoi?

Tout d'abord, "accident vasculaire cérébral" est un coup dur. Les vieux médecins appelaient «AVC apoplexie», sans le diviser en infarctus cérébral ou AVC hémorragique. Le diagnostic à vie était impossible en raison de l'absence de méthodes modernes de diagnostic par rayonnement, telles que la TDM et l'IRM.

Néanmoins, le tableau clinique d'un «gros» accident vasculaire cérébral est très révélateur: visage rouge, respiration bruyante et bruyante, absence totale de mouvement aux mêmes extrémités de la droite ou de la gauche, stupeur, paralysie de l'une des moitiés du visage, «battement» ou «souffle» de joue sur le côté lésions, vomissements, perte de conscience. Dans le cas de la conscience, une limitation nette est possible, ou une faiblesse des membres à droite ou à gauche, une parole floue, une faiblesse générale du bras ou de la jambe.

Ce sont les signes bien connus d'un «gros» AVC. Du point de vue des médecins et des patients, la microstroke est une affection dans laquelle se développent des symptômes neurologiques microfocaux, de courte durée ou ne conduisant pas à des troubles graves réduisant la qualité de vie ou une invalidité.

CIM 10 microstroke - existe-t-il un tel diagnostic?

On sait que tous les noms de diagnostics sont codés. Ainsi, les accidents vasculaires cérébraux, y compris ischémiques et hémorragiques, ne sont pas liés à des maladies nerveuses, mais à des maladies du système circulatoire, au segment des maladies cérébrovasculaires. En outre, les accidents vasculaires cérébraux sont classés en groupes plus petits, en fonction du mécanisme de développement de la maladie. Allouez donc les accidents ischémiques et hémorragiques. À leur tour, les lésions ischémiques sont divisées en:

  • Aterotromboticheskie coups;
  • Coups emboliques, dans lesquels la source de blocage du vaisseau était un embole «naviguant de loin», par exemple de l’appendice auriculaire gauche en fibrillation auriculaire;
  • Lacunaire - en raison de la pathologie de la microvascularisation. Dans ce cas, les petites artères pénétrantes (ou perforantes) sont affectées et leur lumière ne dépasse pas 0,5 mm d'épaisseur.

Ce dernier groupe de lésions cérébrales ischémiques peut être approprié pour les symptômes microfocaux, qui ne conduisent pas à une invalidité, et sert d'exemple de «microstroke».

A propos des accidents lacunaires

Ce groupe d'accidents vasculaires cérébraux a le plus souvent l'évolution la plus légère et peut présenter des symptômes «délicats», par exemple une faiblesse d'un bras ou d'une jambe.

Les causes d'accident vasculaire cérébral lacunaire sont les situations suivantes qui se produisent dans les structures du système microvasculaire:

  • Artériosclérose. Il en résulte un simple épaississement de la paroi vasculaire, par exemple dû à une calcification. Le plus souvent, de telles conditions accompagnent l'hypertension artérielle et le diabète sucré chez les personnes âgées. Ils surviennent également chez des patients atteints, par exemple, de démence d'origine génétique vasculaire;
  • Athérosclérose Cette condition, contrairement au simple épaississement du vaisseau, conduit à la formation d'une plaque qui se produit dans un vaisseau plus grand du lien microcirculatoire. C’est cette nature «inégale» du blocage qui est à blâmer pour l’apparition d’un tiers des infarctus cérébraux lacunaires, ou microstrokes;
  • Processus Lipogualinoza. Il en résulte une accumulation de macrophages sous la paroi interne du vaisseau, ce qui entraîne l’occlusion des vaisseaux de petit calibre. Ce processus conduit non seulement à une ischémie, mais également à de petites hémorragies intracérébrales se produisant dans les parties profondes du cerveau. En conséquence, de petits foyers peuvent apparaître dans le pont, le thalamus, le cervelet ou dans la région des noyaux gris centraux.

Il est important qu'en cas d'accident vasculaire cérébral lacunaire, la mortalité soit également très faible, environ 1%.

Ainsi, le terme «microstroke» peut s’expliquer par la facilité relative d’écoulement, la capacité de récupération «sur les pieds», voire même le développement inversé complet de tous les symptômes.

Dans ce dernier cas, une condition survient lorsqu'un microstroke s'appelle une AIT ou une attaque ischémique transitoire.

TIA - est-ce un microstroke ou pas?

On sait que dans le cas où les symptômes d'un accident vasculaire cérébral existent jusqu'à 24 heures avec leur développement inversé complet, les médecins peuvent ensuite établir un diagnostic tel que l'AIT, un accident ischémique transitoire. Qu'est ce que cela signifie?

Seulement, la nécrose des neurones ne s'est pas produite, ou la zone de nécrose présentait un bon flux sanguin collatéral et était petite, ou une recanalisation et une destruction spontanées du caillot sanguin se sont produites, mais après quelques heures, l'AVC s'est «spontanément résolu». Bien qu'au début, les symptômes de microstroke et d'accident vasculaire cérébral soient similaires, et il est impossible de déterminer si la maladie s'aggravera ou non.

Bien sûr, il s’agit de l’événement le plus favorable, mais il convient de le considérer comme un “réveil”. Il parle de la possibilité imminente d'une répétition de l'attaque, car tous les AIT surviennent le plus souvent chez des patients présentant un niveau de risque élevé.

Ainsi, parfois, au lieu de TIA, ils utilisent également un terme tel que «microstroke», mais dans ce cas, ils montrent que les dommages causés par la maladie ont été de courte durée et ont par la suite été complètement résolus.

Ainsi, nous voyons qu'en raison de l'absence complète de définition précise, le concept de «microstroke» est plutôt vague et incertain, à la fois en termes de gravité de la maladie et de développement de symptômes. Mais comme il existe encore des différences entre un «microstroke» et un gros accident vasculaire cérébral, nous tenterons de décrire les signes et les symptômes d'une telle lésion.

Les directives cliniques pour la gestion des patients atteints de troubles circulatoires cérébraux aigus incluent le concept d’AVC mineur ou de déficit neurologique réversible. Il s'agit d'une affection dans laquelle tous les symptômes d'un AVC, diagnostiqués à 100% chez un patient, spontanément ou à la suite d'un traitement, ont disparu en l'espace de 3 semaines.

Les premiers signes et symptômes de microstroke

symptômes de microstroke photo

Il est tout à fait naturel que les premiers symptômes d'un microstroke apparaissent sur le même fond causal que les signes d'un accident vasculaire cérébral majeur. Ainsi, chez les patients, en règle générale, avant l'apparition des symptômes, il existe un diabète sucré actuel à long terme, une hypertension artérielle et une longue habitude de fumer.

Les premiers signes et symptômes d’un «microstroke» chez l’homme et la femme consistent en diverses lésions; toutefois, avec un tel «microstroke», les symptômes suivants ne se produisent généralement pas, ce qui suggère une possible lésion grave et une évolution défavorable de la maladie:

  • perturbation de la conscience;
  • incontinence urinaire;
  • l'émergence d'anisocorie - des pupilles de taille différente;
  • l'apparition d'une parésie de l'œil - des restrictions sur le mouvement combiné des globes oculaires;
  • parésie profonde ou plégia dans les membres;
  • l'apparition d'un symptôme prononcé de Babinski;

En outre, si un accident vasculaire cérébral se développe sur le fond de la fibrillation auriculaire ou de l'insuffisance cardiovasculaire, cela peut également servir de fond défavorable au développement de la maladie et indiquer également une possible répétition de l'épisode.

Il n’ya pas de «différence» sexuelle dans les symptômes d’un AVC, car la structure du système nerveux et le développement de processus pathologiques sont les mêmes que chez l’homme et la femme.

Les premiers signes de microstroke chez les hommes et les femmes sont le plus souvent:

  • paralysie (parésie) ou plégie des muscles des bras, des jambes ou des muscles faciaux du visage - une lésion motrice isolée;
  • il y a une diminution de la sensibilité (tactile, douleur ou température). Se produit dans 20% des cas;
  • des troubles de la parole, parfois associés à une parésie de la main, apparaissent.

D'autres symptômes peuvent apparaître, mais le plus souvent, le tableau dans son ensemble se compose de ces «petits accidents vasculaires cérébraux», qui ne provoquent pas de troubles graves, ni les uns des autres. Ces accidents lacunaires ne nécessitent généralement pas le placement urgent du patient dans l'unité de soins intensifs. Les patients se trouvent dans la salle commune ou dans l'unité de soins intensifs, mais en dehors du profil de la neuro-réanimation.

Signes d'un micro-coup porté sur les jambes

Très souvent, chez les patients qui ne surveillent pas l'évolution de l'hypertension artérielle et du diabète sucré, il se produit un microstroke récurrent, transféré «sur les pieds». Ses symptômes chez les hommes et les femmes peuvent être différents, les symptômes les plus courants de faiblesse résiduelle au bras ou à la jambe et de troubles de la parole légers.

Le danger est que, après un «léger» accident vasculaire cérébral, une blessure plus grave peut se développer, entraînant l'apparition de signes résiduels persistants ou d'une invalidité chez le patient. Une telle lésion peut être considérée comme un accident vasculaire cérébral récurrent. Bien sûr, le patient peut être «chanceux» et un microstroc lacunaire va se reproduire, mais un état plus grave peut également survenir.

Par exemple, chez un homme âgé, les symptômes d’une microstroke peuvent disparaître complètement au bout de quelques semaines, et au bout de six mois, un important accident vasculaire cérébral ischémique hémisphérique avec paralysie persistante et trouble de la sensibilité.

On sait que chez 10% des patients qui ont subi l'un des cas, même le plus «simple» de microstroke, une ischémie cérébrale aiguë récurrente se développera au cours de la prochaine année. À la fin de la première année, ce risque est réduit de moitié.

Soins d'urgence en micro-AVC

En cas de micro-AVC, les premiers secours sont fournis dans la même quantité que dans les maladies plus graves. Après tout, on ne sait pas si la lésion sera limitée aux symptômes existants ou si la zone augmentera.

Par conséquent, le patient doit prendre une position horizontale et appeler une ambulance, si possible. Mais dans le cas d'accidents vasculaires cérébraux lacunaires, la seule chose requise est simplement une observation dynamique, car le patient est stable et ne présente aucun signe de détérioration.

Il arrive souvent que les médecins ne trouvent pas déjà de symptômes neurologiques aigus à l'hôpital. Après un scanner ou une IRM et l'absence de lésion, le patient est autorisé à rentrer chez lui sous la surveillance d'un neurologue, d'un médecin de district et d'un cardiologue.

Au stade préhospitalier, afin de fournir une assistance, il est généralement possible de rester en contact avec le patient, car son esprit est intact, les nausées et les vomissements ne l’ennuient pas et le patient est en mesure de dire aux médecins quelles sont ses plaintes.

Le stade préhospitalier en microstroke diffère de celui des lésions sévères, où une réanimation complète est nécessaire, assurant la perméabilité des voies respiratoires, le maintien de la pression aérienne et la lutte contre l'œdème cérébral.

Traitement de la microstroke chez les femmes et les hommes, médicaments

Le traitement de la microstroke chez les femmes et les hommes repose sur la correction de l'hypertension artérielle et un traitement hypotenseur rationnel. En outre, on prescrit au patient un régime alimentaire restreignant les aliments gras, épicés et salés. L'aspirine et d'autres agents antiplaquettaires sont en cours de traitement.

Le traitement par perfusion est réalisé avec l'utilisation de nootropes ("Piracetam"), moyen destiné à améliorer la circulation cérébrale ("Kavinton"), ainsi que de médicaments neuroprotecteurs ("Mexidol", "Semax", "Cytoflavine").

Leur côté négatif est l’absence d’une base de preuves rigoureuse, telle que, par exemple, Cerebrolysin et Cortexin, et d’un effet prouvé - mais chez les patients utilisant une EVA (ou une échelle visuelle analogique), il ya une amélioration subjective du bien-être.

Les accidents lacunaires affectant des artères de très petit calibre, la thrombolyse n’est pratiquement pas pratiquée avec ce type de micro-AVC.

Récupération et prévision

En conclusion, il faut dire qu'avec un AVC lacunaire, en raison du faible volume de la mise au point, la récupération est plus rapide et plus efficace que pour les autres types d'AVC. Afin de s’assurer que le patient a un microstroke lacunaire, les conditions suivantes doivent être remplies:

  • Le patient souffre d'hypertension artérielle et la crise qui a entraîné un déficit neurologique est survenue la nuit;
  • L’apparition de nouveaux symptômes est possible en quelques heures ou quelques jours, éventuellement avec une augmentation progressive ou une vague;
  • La tête de ces patients ne fait pas mal ou ne fait pas beaucoup mal pendant le développement d'un accident vasculaire cérébral;
  • Avec la tomodensitométrie et l'IRM, on note souvent de très petites lésions ou elles ne sont pas détectées du tout.

Si tout cela est présent, alors la récupération d'un micro-accident vasculaire cérébral se déroule généralement à un bon rythme et, au bout de 6 mois, un symptôme positif important apparaît chez les patients. Mais pendant la même période, le patient peut avoir plusieurs épisodes d’AVC lacunaire répétés, ce qui peut entraîner une détérioration importante de l’évolution de la maladie et l’apparition d’un déficit persistant.

En outre, tout cela peut aboutir à un gros accident vasculaire cérébral si vous ne modifiez pas à temps tous les facteurs de risque possibles et ne traitez pas l'hypertension et les maladies associées, notamment le diabète sucré.

Par conséquent, un microstroke devrait être considéré comme un «appel de réveil», qui peut à tout moment entraîner de graves problèmes de santé.

Microstroke: les premiers signes et symptômes, effets, traitement

Notre site est parrainé par la pension pour les personnes âgées de Barvikha.
Examen régulier par un médecin. Soins 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, personnel expérimenté et qualifié, 6 repas par jour, espace équipé pour les personnes âgées. Loisirs organisés, psychologue au quotidien. Euroformat. À seulement 7 km du périphérique de Moscou. À partir de 1800 roubles / jour (tout compris).
Téléphone: +7 (495) 230-12-37

Une micro-attaque est une «cloche» qui dit que si une personne ne change pas son mode de vie, elle subira bientôt un accident vasculaire cérébral, dont l'issue peut être complètement imprévisible. Les statistiques font peur: chaque cinquième personne reçoit un «AVC» cérébral au cours du premier mois qui suit un seul micro-AVC. Un peu moins de la moitié des «personnes qui ont reçu un avertissement» notent le développement d'un accident vasculaire cérébral au cours de la première année qui suit.

Le salut du développement d'un «gros» accident vasculaire cérébral existe. Pour ce faire, lorsque les symptômes d’un microstroke surviennent, n’attendez pas qu’il disparaisse, mais commencez le traitement en le poursuivant pendant au moins quelques mois. En outre, la correction du mode de vie est également importante: mauvaises habitudes, régimes alimentaires, médicaments pris et activité physique. Si vous prenez en compte toutes les nuances, il est possible que votre parent âgé rentre dans ces 50% dans lesquels le microstroke ne se répète pas et ne se transforme pas en accident vasculaire cérébral.

Qu'est-ce qu'un microstroke

Le concept de "microstroke" est toujours interprété différemment. Certains pensent qu’il s’agit de mourir d’une zone microscopique du cerveau, d’autres - qu’il s’agit là d’un état où une quantité insuffisante de sang circule temporairement dans une partie (pas nécessairement petite) du cerveau. Les médecins déclarent officiellement: microstroke est une appellation courante désignant un manque temporaire d'oxygène, d'une durée inférieure à 24 heures, dans une partie distincte du cerveau. Dans le lexique médical, on parle de trouble transitoire de la circulation cérébrale (PNMK).

Une violation transitoire de la circulation cérébrale est divisée en 3 types, dont le principal est une attaque ischémique transitoire (AIT). Fondamentalement, cela s'appelle un microstroke.

Le terme "TIA" signifie:

  • transitoire - cela signifie temporaire;
  • ischémique - signifie que la région du cerveau manque d'oxygène;
  • attaque - c'est un état fortement développé.

C'est-à-dire qu'une partie distincte du cerveau cesse de recevoir la quantité d'oxygène dont elle a besoin pour travailler, mais cette situation dure peu de temps (de quelques minutes à 24 heures). Cependant, une certaine quantité d'oxygène arrive toujours, de sorte que les cellules qui composent cette région du cerveau souffrent mais ne meurent pas. C'est la différence entre microstroke et "gros" ("vrai") coup.

Causes de microstroke

L'AIT se développe lorsque l'une de ces situations se produit:

Qui est plus à risque

Les symptômes de microstroke surviennent principalement chez les personnes dont les vaisseaux ont déjà souffert de certains processus pathologiques. Cela se produit lorsque:

  • athérosclérose;
  • modifications congénitales de la structure des vaisseaux sanguins;
  • diabète sucré, ce qui entraîne une modification de la structure de la paroi vasculaire;
  • augmentation de la pression artérielle due à diverses causes;
  • maladies cardiaques: infarctus du myocarde, arythmies, endocardite, malformations cardiaques. Cela augmente le risque de formation de caillots sanguins;
  • après une chirurgie cardiaque (associée à la formation d'un caillot sanguin et à son entrée dans le système artériel cérébral);
  • prendre une pilule de contraceptif qui augmente le risque de thrombose;
  • tabagisme ou consommation fréquente d'alcool entraînant un vasospasme;
  • la migraine, dans laquelle la régulation du tonus vasculaire est altérée;
  • inflammation des vaisseaux cérébraux (vascularite), qui peut être infectieuse ou auto-immune;
  • compression des artères qui alimentent le cerveau dans la cavité crânienne ou dans le cou avec: ostéochondrose ou spondylose de la colonne cervicale, une tumeur intracrânienne ou du cou;
  • anévrismes des artères du cerveau, quand ils apparaissent des zones élargies dans lesquelles des caillots sanguins peuvent se produire;
  • la dystonie végétative-vasculaire, une de ses variantes, lorsque la maîtrise harmonieuse du tonus vasculaire est perturbée par les deux divisions du système nerveux végétatif;
  • varices du lit veineux des jambes: les vaisseaux dilatés à faible vitesse du flux sanguin constituent un lieu de prédilection dans lequel se forment des caillots sanguins;
  • surpoids: le tissu adipeux, en particulier dans l'abdomen, est en soi une glande endocrine. Il produit des œstrogènes dont un excès augmente le risque de formation de caillots sanguins.
  • effort physique intense constant qui affecte le tonus vasculaire;
  • stress chronique agissant sur l'hypothalamus - un organe endocrinien de la cavité crânienne, dont le commandant, y compris le système nerveux autonome;
  • maladies du système de coagulation du sang lorsque la tendance à la thrombose augmente;
  • La maladie de Fabry est une maladie héréditaire dans laquelle des molécules spéciales, les sphingolipides, se déposent dans les cellules vasculaires. Cela réduit le diamètre des artères.

Plus une personne a de facteurs de risque, plus le risque de catastrophe vasculaire est élevé.

Le risque de microstroke (et d'accident vasculaire cérébral) augmente après 30 ans; à partir de 60 ans il double. Cela est dû au ralentissement des processus métaboliques, notamment dans la paroi vasculaire. En conséquence, le diamètre des artères (cérébrales comprises) diminue généralement. De plus, les vaisseaux commencent à réagir plus mal aux commandes d’agrandissement et de rétrécissement, provenant du système nerveux.

Les premiers signes d'un microstroke

Parfois, le corps avertit une personne qu'il y aura bientôt une violation de la circulation sanguine dans le cerveau. Il le fait avec des symptômes de "signal" tels que:

  • mal de tête qui s'accumule;
  • des vertiges;
  • engourdissement des mains, des pieds ou des parties du visage;
  • vision floue;
  • faiblesse grave;
  • des nausées;
  • forte perte de coordination;
  • la perte du fil du récit - une personne s'arrête au milieu d'une phrase ou commence à réagir de manière inadéquate aux mots;
  • des points noirs ou des éclairs devant les yeux;
  • chair de poule sur la peau.

Microstroke: qui est à risque et quelle est la gravité des conséquences

Un microstroke est une lésion cérébrale caractéristique de tous les groupes d'âge. Mais en médecine officielle, cela n'existe pas. Cette pathologie est communément appelée «violation transitoire du flux sanguin cérébral» (PNMK). À cause de cela, des dommages mineurs (ponctuels) au tissu cérébral se produisent. Étant donné que ces dommages sont mineurs, la caractéristique de dommage d’un microstroke ne persiste pas.

Qu'est-ce qu'un microstroke?

Il existe une autre définition du microstroke: la nécrose du tissu cérébral due au rétrécissement soudain d'un petit vaisseau ou de son thrombus encrassé. Sur le fond des troubles circulatoires, de petits dommages ponctuels se produisent. Étant donné que les complications affectent des zones mineures de la structure du cerveau, il n'y a pas de conséquences pour un microstroke typiques d'un AVC normal.

Schéma à micro-coups Un coup mineur ne peut pas être considéré comme un mini-coup. Comme déjà mentionné, cette pathologie est appelée PNMK en médecine et signifie des déviations dans les fonctions de la genèse vasculaire du cerveau. Ils se produisent de manière inattendue et s'accompagnent de symptômes neurologiques cérébraux ou focaux, disparaissant souvent seuls dans les premiers jours qui suivent l'incident.

Comment se manifeste le mécanisme de développement par microstroke? En règle générale, ces étapes et signes sont notés:

  • il y a une forte augmentation de la pression dans les vaisseaux d'une des régions du cerveau, ou elle est bloquée par un thrombus;
  • les problèmes circulatoires provoquent un manque d'oxygène et de nutriments;
  • ce phénomène dure jusqu'à 6 heures et si le flux sanguin est rétabli, le tissu cérébral est également restauré;
  • lorsque la maladie dure plus longtemps, une nécrose des tissus se développe et la zone touchée par un accident vasculaire cérébral devient plus grande.

Les causes

La liste des facteurs provoquant l'apparition d'un microstroke est assez ordinaire et est constatée dans de nombreuses pathologies du système cardiovasculaire:

  • fumer;
  • l'obésité;
  • trop manger;
  • stress fréquent;
  • mauvaise écologie;
  • changement climatique brutal;
  • abus d'alcool;
  • chirurgie cardiaque dans le passé;
  • surmenage, activité physique excessive;
  • résidence permanente dans un climat froid;
  • excès de graisse animale dans le menu du jour.

Peut provoquer des microstroke et certains maux:

  • l'apnée;
  • thrombose;
  • l'arythmie;
  • oncologie;
  • une artérite;
  • l'hypertension;
  • infarctus du myocarde;
  • malformations cardiaques congénitales;
  • athérosclérose progressive;
  • diabète non compensé;
  • les défaillances dans le flux sanguin cérébral, en passant sur le coeur;
  • lésions rhumatismales et infectieuses des valves cardiaques.

De plus, certains facteurs augmentent le risque d'une telle condition. Ainsi, il est à noter que la microstroke apparaît souvent chez les personnes ayant un travail nerveux nécessitant une attention accrue, ainsi que chez les personnes souffrant d'ostéochondrose, de hernie cervicale, de vascularite allergique de type auto-immune ou de pathologie vasculaire congénitale. En outre, la condition peut être la conséquence d'un traumatisme crânien ou d'une commotion cérébrale.

Les principaux symptômes de microstroke

Il convient de noter que les symptômes d’un micro-AVC dépendent en grande partie de l’emplacement de la lésion et de la taille du vaisseau qui la nourrit. En d'autres termes, plus le gabarit du navire est petit, moins les symptômes primaires sont colorés. Les signes d'un microstroke chez une femme ou un homme ne sont pas toujours spécifiques. La plupart des gens les considèrent comme une augmentation de la pression atmosphérique, un changement de temps ou une fatigue physique ou émotionnelle chronique.

En règle générale, les premiers symptômes d'un microstroke sont:

  • l'apparition de "chair de poule" devant les yeux;
  • maux de tête d'intensité variable;
  • malaise et faiblesse générale;
  • nausée

Quels autres symptômes peuvent survenir chez une femme ou un homme sur le fond d'un microstroke? En plus des symptômes ci-dessus, un engourdissement du visage ou des extrémités, une coordination altérée, des problèmes d'équilibre et des difficultés pour marcher sont possibles. En outre, il se produit une augmentation soudaine de la pression artérielle et une hypersensibilité à la lumière vive et aux sons forts.

De plus, dans de rares cas, une perte de conscience à court terme, une vision floue, des problèmes d'élocution (avec prononciation et compréhension) sont probables. Certains signes de microstroke (asymétrie, altération de la fonction visuelle) dépendent directement de la zone de lésion cérébrale. Lorsque l'hémisphère droit souffre, les symptômes couvrent le côté gauche du corps et vice versa.

La perte de mémoire est peut-être le symptôme le plus frappant d'un micro-AVC permettant de déterminer la gravité d'une lésion cérébrale. En cas d'accident vasculaire cérébral incomplet, sa récupération est constatée déjà après 5 à 6 heures.La question qui se pose est la suivante: existe-t-il des symptômes de microstroke, caractéristiques uniquement chez l'homme ou chez la femme? Il n'y a pas de telles différences, mais il faut reconnaître que le sexe faible est plus susceptible aux micro-insultes en raison de son caractère émotionnel, de son impressionnabilité et de sa sensibilité au stress.

Diagnostics

Il est à noter que les symptômes de l'AVC et du microstroke sont très similaires, mais dans le cas de ce dernier, l'attaque dure de 5 minutes à un jour et ses signes sont moins prononcés. Pour déterminer un microstroke avant l’arrivée des médecins, vous pouvez organiser des diagnostics préliminaires. Vous pouvez, par exemple, demander à la victime de sourire. Si une asymétrie buccale est constatée, il est fort probable que vous vous inquiétiez. Il est également recommandé de faire attention à la parole et au mouvement de la personne. Ils seront considérablement ralentis, l'un des bras ou des jambes sera sensiblement en retard par rapport à l'autre, ou ils risquent de ne pas obéir à la victime.

IRM du cerveau

Si une personne présente les symptômes ci-dessus, vous devez immédiatement consulter un médecin et vérifier l'état du cœur et des vaisseaux sanguins. À cette fin, le médecin prescrit souvent de telles procédures de diagnostic:

Premiers secours

Une amélioration rapide de l'état d'une victime de microstroke ne doit pas être déroutante pour les autres. Par conséquent, une personne doit s'asseoir rapidement ou se mettre dans la position la plus confortable. Si possible, appliquez une compresse froide sur la tête. Vous devez également faciliter l'accès de la victime à l'air en déboutonnant le col et en retirant la cravate, la ceinture ou la ceinture. Lorsque l'envie de vomir se manifeste en lui, sa tête doit être tournée de côté. Parallèlement à ces actions, vous devez faire appel aux soins médicaux d'urgence et contacter les parents et les amis de la personne concernée.

Méthodes de traitement

Après l'hospitalisation du patient et la réalisation des mesures de diagnostic, un traitement approprié est prescrit. En règle générale, le médecin traitant accorde une attention particulière aux résultats de l'IRM, où les zones de dommages sont clairement visibles. Souvent, le schéma thérapeutique se limite à la nomination d’angioprotecteurs (amélioration de la microcirculation du sang), de médicaments vasodilatateurs, d’un moyen de normalisation du métabolisme, de nootropes (contribution à l’activité cérébrale) et d’agents antiplaquettaires (antithrombotiques).

En outre, des complexes de vitamines et de minéraux peuvent être prescrits, ce qui non seulement renforce le système immunitaire, mais contribue également à un meilleur travail du cerveau. Naturellement, le traitement de la microstroke devrait être effectué strictement dans un hôpital et sous la surveillance d'un médecin. À la maison, vous ne pouvez donner à la victime que les premiers soins et la rassurer, car la panique ne fait qu'aggraver l'attaque.

Cependant, toutes les procédures de rééducation après traitement, au contraire, il est préférable d'effectuer à la maison. En règle générale, on prescrit au patient de la physiothérapie, des massages, de la thérapie par l'exercice, de la phytothérapie, ainsi qu'une correction globale de son régime alimentaire. Le régime alimentaire doit exclure les aliments gras, épicés et salés, qui ne font qu'aggraver l'évolution générale de la maladie.

Les conséquences

Les personnes qui ont subi une microinsulte, ainsi que leurs proches, sont très intéressés par les conséquences possibles à l'avenir. Souvent, après de telles violations de la circulation sanguine cérébrale, il n’ya pas d’anomalie significative. Cependant, certaines des victimes à l'avenir peuvent être enregistrées de tels effets:

  • la dépression;
  • distraction;
  • troubles de la mémoire;
  • irritabilité;
  • problèmes de concentration;
  • pleurs ou agressivité.

Mesures préventives

Pour ne jamais rencontrer un tel phénomène pathologique, il est important de ne pas oublier sa prévention. Tout d'abord, il est important d'abandonner la dépendance et de ne pas oublier l'activité physique. Une activité physique régulière contribue non seulement au tonus et à la forme du corps, mais contribue également à préserver la santé des vaisseaux cérébraux. Mais le repos n’est pas moins important: le sommeil doit être de bonne qualité et complet.

Il est également important de faire attention à votre propre régime: il ne doit pas provoquer d'obésité. En outre, il est important de garder à l’esprit le contrôle de la pression artérielle, car souvent la cause principale d’un micro-AVC est une augmentation systématique de la pression artérielle ou une hausse soudaine de la pression artérielle. En outre, il ne faut pas oublier les facteurs qui provoquent le stress: il faut tout faire pour les éliminer ou réduire leur intensité.

Un microstroke est une condition dangereuse qui perturbe le fonctionnement du cerveau et provoque des symptômes désagréables et souvent difficiles pour la vie. Pour éviter les complications possibles d'un microstroke, il faut immédiatement consulter un médecin et traiter le mal rapidement.

Qu'est-ce qu'un microstroke, ses causes, ses symptômes, son traitement et son rétablissement

L'auteur de l'article: Alexandra Burguta, obstétricienne-gynécologue, formation médicale supérieure diplômée en médecine générale.

Vous apprendrez de cet article: qu'est-ce qu'un microstroke, comment il se distingue d'un accident vasculaire cérébral étendu, comment le prévenir, identifier les premiers signes à temps et commencer le traitement nécessaire.

Un microstroke est un terme plutôt conditionnel, appelé violation aiguë de la circulation cérébrale, dans lequel des parties du cerveau souffrent de manque d'oxygène et meurent ou deviennent nécrotiques. Le principe de tout accident vasculaire cérébral ou circulation sanguine cérébrale est simple: il existe un blocage ou un spasme des vaisseaux qui alimentent le tissu cérébral, les cellules cérébrales meurent et une personne perd les fonctions pour lesquelles la partie décédée du cerveau était responsable (parole, audition, vision, mouvement musculaire contrôlé).

La principale différence entre un micro-accident vasculaire cérébral se voit déjà dans le terme même - «micro» ou petit. Avec ce type de troubles circulatoires cérébraux, les petites artères qui alimentent les tissus cérébraux sont touchées, ce qui explique pourquoi une quantité beaucoup plus petite de tissus cérébraux est détruite par rapport à un accident vasculaire cérébral étendu.

Les conséquences de telles lésions microscopiques sont bien moindres, une personne peut presque totalement restaurer la fonction perdue de la parole, de l'audition ou du mouvement, mais cela nécessite d'excellentes réserves corporelles et un travail persistant sur soi-même.

Le tableau clinique effacé constitue la principale ruse des micro-accidents vasculaires cérébraux - les premiers signes d'un micro-accident vasculaire cérébral se manifestent plus tard et plus lentement; par conséquent, le début des mesures diagnostiques et thérapeutiques est considérablement retardé. Et plus on commence le traitement spécialisé des troubles circulatoires cérébraux, plus mauvais sont les résultats et les prévisions.

Généralement, un neurologue est impliqué dans le diagnostic et le traitement de tout accident vasculaire cérébral. Toutefois, un médecin de n'importe quelle spécialité peut être le premier médecin auquel s'adresse un patient ayant subi un micro-AVC, en fonction de la nature des plaintes du patient - maux de tête, déficience visuelle, interruptions du travail du cœur, etc.

Causes de microstroke

Comme nous l'avons déjà mentionné, la cause principale de tout type d'accident vasculaire cérébral est l'un ou l'autre des obstacles à la circulation du sang qui transporte les nutriments et l'oxygène vers les cellules du cerveau. Classiquement, les causes de tels obstacles peuvent être divisées en trois groupes:

  1. Spasme des vaisseaux sanguins. Cette image est le plus souvent observée chez les personnes dont la pression artérielle est constamment élevée - l'hypertension artérielle. Cependant, un accident vasculaire cérébral peut également se produire chez une personne en parfaite santé, avec une pression toujours normale due au stress, à la prise de certains médicaments, à la déshydratation, au choc, etc. Une forte augmentation de la pression chez ces patients peut provoquer une microstroke et d'autres types de troubles circulatoires cérébraux.
  2. Fermeture des navires. La violation de la lumière du vaisseau entrave le flux sanguin - il se produit une privation d'oxygène des tissus. Le blocage du vaisseau peut survenir sur une plaque athéromateuse ou de cholestérol, un thrombus, une bulle de gaz, moins souvent - dépistage bactérien, métastases ou corps étranger.
  3. La rupture du vaisseau d'alimentation. Les AVC formés de cette manière sont appelés hémorragiques. Le sang qui a coulé du vaisseau n’atteint pas seulement la "destination", mais imprègne également les tissus environnants, aggravant ainsi la défaite. La cause de la rupture du vaisseau peut être une poussée de pression, une athérosclérose des vaisseaux, une blessure à la tête, une violation du flux veineux sortant de la tête, par exemple une tentative d’asphyxie.

Groupes à risque pour le développement de la maladie

La médecine moderne a clairement identifié les patients dont la santé et le mode de vie augmentent considérablement le risque de développer des troubles circulatoires cérébraux:

  • Personnes atteintes de maladies du système cardiovasculaire, en particulier de troubles du rythme cardiaque et d’hypertension artérielle.
  • Athérosclérose des vaisseaux sanguins - dépôt de sels de cholestérol sur la paroi interne des vaisseaux sanguins - formation de plaques.
  • Troubles de la coagulation héréditaires et acquis - syndrome des antiphospholipides, polycythémie, anomalie du facteur de Leiden, etc.
  • L'obésité et la consommation de grandes quantités d'aliments gras et sucrés.
  • Le diabète.
  • Fumer et prendre de l'alcool à fortes doses.
  • Réception des contraceptifs oraux combinés par les femmes.
  • Ménopause chez les femmes, en particulier dans le contexte du syndrome de ménopause sévère.
  • AVC et crises cardiaques dans le passé.
  • Prédisposition héréditaire et antécédents familiaux.
  • Mode de vie sédentaire - en particulier les patients alités.
  • Fatigue chronique, stress, détresse émotionnelle.

Symptômes de microstroke

Dans cette section, nous essaierons de décrire le plus tôt possible les premiers signes d’un microstroke, afin que le lecteur puisse assumer le développement de la maladie chez lui-même ou chez d’autres.

Il serait immédiatement souhaitable de noter que, dans une microstroke, les symptômes dépendent directement de la localisation du foyer et du calibre du vaisseau affecté qui l’alimente. En termes simples, plus le vaisseau est petit, moins les premiers symptômes de la maladie sont fiables.

  • Mal de tête sévère. Un tel mal de tête survient ou augmente assez rapidement, n'est pas éliminé par les pilules conventionnelles et ne disparaît pas après le sommeil ou le repos.
  • Engourdissement du visage, des membres, de la langue. En présence d'un accident vasculaire cérébral, il est souvent visible que le patient a un coin de la bouche, une lèvre se bloque et l'œil se ferme.
  • Dysfonctionnements des analyseurs sensibles - audition, odeur et vue. Le patient peut se plaindre du scintillement des "cercles" ou des "mouches", du flou des structures, des taches blanches et sombres, des acouphènes, de la perversion ou de la perte de l'odorat.
  • Troubles de la parole - la langue du patient s'emmêle, la parole devient floue. Malheureusement, ces patients étant souvent appelés «ivrognes», l’assistance commence bien plus tard.
  • Engourdissement ou "échec" complet des bras ou des jambes. Pour les petits coups, l'engourdissement des doigts et des mains, une faiblesse musculaire, des tremblements et une démarche instable sont plus caractéristiques.
  • Des symptômes courants tels que l'anxiété, la transpiration, les palpitations, l'essoufflement, les vertiges, la panique et la peur peuvent être ajoutés à ces symptômes typiques.

Ces symptômes peuvent être présents dans une égale mesure, ou quelqu'un va se démarquer. Dans tous les cas, un mal de tête qui ne peut pas être soulagé par des médicaments conventionnels, un engourdissement et un rejet des membres ou de la langue, en particulier en raison de l'hypertension artérielle, est une raison pour consulter immédiatement un neurologue.

Il est important de comprendre qu'il est difficile de définir des concepts. Ces symptômes ont le droit d’être qualifiés de microstroke si de tels symptômes neurologiques persistent pendant un jour ou plus. Tout ce qui dure jusqu'à 24 heures est attribué aux troubles transitoires aigus de la circulation cérébrale, ou TIA, une attaque ischémique transitoire. En fait, la ligne de démarcation entre tous ces concepts est très mince et repose plutôt sur des conséquences à long terme: un ou plusieurs symptômes neurologiques subsisteront après 24 heures ou non.

Diagnostics

Le «gold standard» de toute violation de la circulation cérébrale est l’imagerie par résonance magnétique, ou IRM, du cerveau. Sur la photo, vous pouvez examiner en détail toutes les structures du cerveau et voir les plus petites - jusqu'à une fraction de millimètre - de lésions. Avec l'aide de l'IRM, vous pouvez également suivre la dynamique de la régression ou de la "résorption" des foyers pathologiques.

Mais l'IRM est une méthode de recherche rare, inaccessible et extrêmement coûteuse, et il est extrêmement difficile et peu pratique de la réaliser sur des indications d'urgence pour tout patient souffrant de maux de tête. C'est pourquoi il existe un certain nombre de tests indicatifs, dont les résultats peuvent être utilisés pour évaluer la nécessité de cette méthode de recherche pour un patient particulier:

  1. Examen d'un neurologue lors de tests neurologiques spécifiques pour évaluer la stabilité du patient, l'état de ses muscles, ses réflexes, ses pupilles.
  2. Mesurer la pression et les taux de cholestérol - plus ces chiffres sont élevés, plus le risque d'accident vasculaire cérébral est élevé.
  3. Détermination de la coagulation du sang - en présence de certaines tendances à une augmentation de la coagulation - hypercoagulation - le risque de formation de caillots sanguins dans les vaisseaux cérébraux est plus élevé.

Premier diagnostic d'accident vasculaire cérébral à domicile

Je voudrais accorder une attention particulière au diagnostic pré-médical des lésions cérébrales ischémiques. Les premiers signes d'un microstroke n'apparaissent pas toujours dans un établissement médical, cela se produit souvent au travail, dans la rue ou dans le cercle de famille. Il est important de savoir quels tests indicatifs peuvent être effectués avant de consulter un médecin.

  • Sourire Si vous demandez au patient de sourire, l’asymétrie de la bouche sera perceptible - un coin sera plus bas.
  • Parole - il est utile de demander au patient de dire quelques phrases simples - par exemple, un proverbe ou un dicton. La parole sera plus lente et plus floue.
  • Mouvement. Vous devez demander au patient de lever ses bras ou ses jambes. S'il y a violation de la circulation cérébrale, l'un des membres sera à la traîne ou ne respectera pas le propriétaire.

D'une simplicité apparente, ces tests sont très efficaces et ont permis de sauver la vie et la santé de nombreuses personnes.

Méthodes de traitement

Idéalement, les tout premiers signes de troubles de la circulation cérébrale sont déjà devenus un prétexte pour initier un traitement, mais cela est très rare. En présence de symptômes de microstroke flous, le traitement commence rarement avant le lendemain de son apparition.

Les principaux médicaments pour le traitement des troubles de la circulation cérébrale sont:

  • Les médicaments thrombolytiques - ce groupe de médicaments bat les caillots sanguins du cœur - dissolvent le caillot sanguin et rétablissent le flux sanguin dans le vaisseau (streptokinase, urokinase, alteplase et autres). Mais l'effet de la thérapie thrombolytique ne peut être obtenu que dans les 72 heures suivant le début de la thrombose, mais avec les accidents vasculaires cérébraux hémorragiques, ces médicaments vont tuer le patient. Il est important de savoir clairement quel type d’AVC vous devez combattre.
  • Anticoagulants - groupe de médicaments visant à prévenir la coagulation du sang et la formation de caillots sanguins - l'héparine et ses analogues de faible poids moléculaire (fragmin, fraxiparine et autres).
  • Désagrégation: signifie empêcher le "démantèlement" des cellules sanguines: aspirine, clopidogrel, dipyridamole, etc.
  • Les diurétiques, en particulier le mannitol, éliminent sélectivement le gonflement du tissu cérébral, évitant ainsi des complications plus graves, à savoir l’insertion du tissu cérébral gonflé dans le foramen occipital.
  • Antihypertenseurs - utilisation comme "estrenny", et traitement constant et spécialement sélectionné pendant la période de récupération.
  • Neuroprotecteurs - un vaste groupe de médicaments et de vitamines pour soutenir les cellules du cerveau pendant la phase de récupération - complexe antioxydant, vitamines B, magnésium, nootropiques, etc.

Types de médicaments, leurs combinaisons et les traitements prescrits uniquement par un médecin.

Au stade de la récupération, les mesures de réadaptation sont extrêmement importantes - exercices de physiothérapie, procédures à l’eau, physiothérapie, cours avec un orthophoniste et un thérapeute en réadaptation, régimes alimentaires et traitements en sanatorium. Plus le patient est persistant et travailleur, plus tôt les fonctions cérébrales perdues lui seront rendues et la parole, l'ouïe, la vue, la force musculaire seront rétablies.

Il est très important de suivre un traitement prescrit par un médecin, de prendre des médicaments pour la pression, des agents antiplaquettaires. Il est nécessaire de suivre un régime, de renoncer à l'alcool et au tabac, de faire du sport, de dormir suffisamment et de beaucoup marcher.

Pronostic de la maladie

Les effets de microstroke dépendent de l'âge du patient, de son état initial, du diamètre du vaisseau affecté et du volume de tissu cérébral décédé, ainsi que de la vitesse à laquelle le traitement a commencé et de la qualité de la réadaptation.

Un microstroke implique le plus souvent un rétablissement complet de la santé et de la qualité de vie des patients, mais il augmente de manière significative le risque de récurrence d'un épisode d'insuffisance circulatoire dans le futur. Selon les statistiques, dans environ 60% des cas après une microstroke, une attaque ischémique répétée se produit au cours de l'année.

C’est pourquoi la garantie de la santé et de la qualité de la vie - des mesures sévères pour prévenir la maladie, chaque épisode ultérieur se déroulant de plus en plus difficile.