Qu'est-ce que cela signifie une écurie stable en réanimation

L'unité de soins intensifs est une unité médicale dans laquelle ils assistent les patients en cas de violation grave des fonctions des organes vitaux. Les médecins, qui suivent un traitement intensif, effectuent une surveillance permanente de l'état de santé du patient, en diagnostiquant la gravité des troubles et en déterminant les moyens de les éliminer.

Dans notre article, nous dirons ce que signifie une affection grave stable en soins intensifs et à quel point il est dangereux.

Les spécificités de l'unité de soins intensifs

Les personnes présentant un dysfonctionnement des organes et systèmes vitaux entrent dans l'unité de soins intensifs. Dans une unité de soins intensifs spécialisée, orientez les patients dans un état critique présentant les pathologies suivantes:

  • La progression des maladies mettant la vie en danger;
  • Blessures graves;
  • La progression des maladies en présence de blessures graves;
  • Après avoir utilisé l'anesthésie;
  • Après une intervention chirurgicale compliquée;
  • AVC
  • Lésions étendues de brûlure;
  • Insuffisance respiratoire et cardiaque;
  • Après une lésion cérébrale traumatique, avec des lésions cérébrales;
  • Thrombose veineuse causée par des pathologies du système nerveux;
  • TELA;
  • Changements pathologiques dans le cerveau et le système circulatoire central.

Compte tenu de la criticité du bien-être général du patient, une surveillance permanente est effectuée dans l'unité de soins intensifs, dans le but d'évaluer le travail de tous les organes et systèmes. Les experts déterminent la fonctionnalité de ces indicateurs:

  • La pression artérielle;
  • Le degré de saturation du flux sanguin en oxygène;
  • Rythme cardiaque;
  • Fréquence respiratoire.

Pour chaque minute de suivi de la dynamique de systèmes et d'organes importants, des capteurs d'équipement médical sont connectés au corps du patient. Afin de stabiliser l'état général du patient, parallèlement aux études de diagnostic, les médicaments nécessaires sont injectés par voie intraveineuse. Ceci est fait avec l'aide de compte-gouttes, de sorte que le médicament soit ingéré de façon continue.

Les patients après une opération complexe dans l'unité de soins intensifs sont fournis avec des tubes de drainage. Avec leur aide, les médecins suivent la rapidité et la qualité du processus de resserrement des plaies dans la période postopératoire. Dans des situations dangereuses, lorsqu'une personne est dans un état extrêmement grave, des dispositifs médicaux supplémentaires lui sont connectés: un cathéter pour excréter l'urine, un masque pour fournir de l'oxygène.

Les patients dans cet état sont immobilisés. Le patient doit mentir, presque sans bouger, sinon l'ensemble obligatoire d'équipement connecté risque d'être endommagé ou déchiré. Dans ce cas, il fait face à un grave danger sous la forme de saignement ouvert ou d'arrêt cardiaque.

La gravité des violations critiques

Pour déterminer le niveau de gravité des indicateurs critiques, le médecin vous prescrit des tests de diagnostic. Leur objectif est d'identifier le degré de violation des fonctions vitales du corps, ses manifestations et la possibilité de guérison. Sur la base des données de diagnostic obtenues, un traitement intensif est prescrit.

La criticité du fonctionnement du corps du patient est classée comme suit:

  • Satisfaisant;
  • Modérément sévère;
  • État grave;
  • Extrêmement lourd;
  • Terminal (avec hypoxie croissante);
  • Mort clinique

Après avoir procédé à un examen visuel, interrogé des proches ou étudié la fiche de consultation externe du patient (pour déterminer la présence de maladies chroniques), le médecin évalue les indicateurs suivants:

  • Masse corporelle;
  • La présence et la clarté de la conscience;
  • Tension artérielle et température corporelle;
  • La fréquence de contraction du coeur pour déterminer les violations possibles du système cardiovasculaire;
  • La présence d'œdème et de signes d'inflammation;
  • La couleur de la peau et des muqueuses.

Parfois, ces recherches ne suffisent pas et le médecin prescrit ensuite des diagnostics de laboratoire et du matériel. Après tout, ce n’est que de cette manière que des pathologies dangereuses peuvent se révéler sous la forme d’un ulcère ouvert, d’une leucémie aiguë ou de tumeurs cancéreuses.

Considérez la manifestation des états de réanimation les plus dangereux provoqués par la perturbation du fonctionnement du corps.

Violations graves

Le patient présente tous les signes de décompensation des organes systémiques, qui, sans traitement approprié, entraîneront une invalidité ou la mort.

Le plus souvent, le développement sévère des troubles survient à la suite d'une pathologie dangereuse, qui commence à progresser rapidement et se manifeste par une symptomatologie éclatante. Les patients conscients présentent de telles plaintes:

  • Douleur forte et fréquente au coeur;
  • Essoufflement en position statique;
  • Longue anurie.

Le patient a la confusion, le délire et l'agitation. Il crie, demande de l'aide, gémit. Les traits du visage sont pointus. Lorsque la confusion est possible, l'apparition d'un syndrome convulsif.

Dans cet état, on observe des changements pathologiques dans le système cardiovasculaire:

  • Pouls faible;
  • Hypotension ou hypertension;
  • Les frontières du coeur sont violées;
  • La perméabilité des grands navires est difficile.

Le corps se déshydrate rapidement, la peau devient pâle, presque grise, froide au toucher. Changements extrêmes observés dans le tissu pulmonaire, ce qui se manifeste par un œdème pulmonaire ou des crises d'asthme.

Au niveau du tractus gastro-intestinal, la réaction du corps se manifeste par:

Le traitement de ces patients est effectué dans l'unité de soins intensifs sous surveillance médicale continue.

Violations extrêmement graves

L'état du patient se détériore rapidement: les systèmes de maintien de la vie sont déprimés. Sans intervention médicale en temps opportun sera fatal.

Manifestations symptomatiques de violations extrêmement graves des éléments suivants:

  • Une forte détérioration du bien-être général;
  • Crampes étendues dans tout le corps;
  • Le visage devient gris terreux, ses traits sont aiguisés;
  • Les cœurs sont à peine audibles.
  • La respiration est altérée;
  • En écoutant les poumons, la respiration sifflante est clairement audible;
  • La pression artérielle ne peut être déterminée.

Il est impossible d'aider une personne avec de telles violations. Plus l’assistance médicale arrive à temps, plus les chances de sauver la vie du patient sont grandes. Dans ce cas, la seule aide qui puisse être fournie au patient consiste à appeler immédiatement une brigade d'ambulances de réanimation.

État grave stable

Les proches des patients qui ont été admis dans l'unité de soins intensifs ont entendu la conclusion des médecins: la maladie est toujours grave. Devrais-je craindre un tel diagnostic et que signifie-t-il?

Un état stable signifie une perturbation du fonctionnement des systèmes de contrôle de la vie de gravité modérée, qui, grâce aux efforts du corps médical, ne devient pas extrêmement difficile. Autrement dit, il n'y a pas de changement dynamique dans le processus de support de vie du patient: ni positif ni négatif.

Pour ces patients, une surveillance 24 heures sur 24 est fournie à l'aide de dispositifs médicaux. Ils enregistrent les moindres changements dans les indicateurs surveillés par le personnel médical. Les troubles de gravité constante nécessitent le même traitement que dans d'autres cas: l'administration de médicaments 24 heures sur 24 pour maintenir les fonctions vitales de l'organisme.

La durée de l'absence de changement dynamique dépend de la nature de la pathologie et de sa gravité. Ainsi, on observe souvent un état grave stable après la chirurgie, lorsque le patient est conduit à l'unité de soins intensifs au moment de son rétablissement de l'anesthésie. Sa durée est de 2 jours à 3 semaines.

Après avoir utilisé la condition de stabilité intense du patient, celui-ci a accepté la dynamique positive et a été déconnecté de l’équipement supportant artificiellement le maintien de la vie. Néanmoins, le patient et son état continuent à faire l'objet d'une surveillance étroite afin de corriger les tactiques de traitement médical.

Ensuite, effectuez des examens de diagnostic, après quoi un traitement supplémentaire est attendu.

État grave de réanimation de l'AVC

Père (86 ans) se trouve en soins intensifs avec un accident vasculaire cérébral.

    Rinat 30.10.2007 - 19:03

Le père (86 ans) est en soins intensifs avec un accident vasculaire cérébral. Cela a commencé avec le fait qu'il est tombé malade dimanche soir. Une heure plus tard, je suis rentré chez moi et j'ai mesuré la pression. la partie supérieure était de 200+ et une arythmie sévère. après quoi l'ambulance a été appelée. Les médecins ont fait des injections. mais la pression est restée élevée, le cardiogramme n'a pas pu être retiré, nous avons décidé de l'emmener à l'hôpital. Ils ont retiré le cardiogramme et ont été placés en cardiologie (la pression maximale était alors de 220).

A propos, mon père s’est levé avec un peu d’aide lui-même, mais il ne pouvait plus sortir, son discours devenait trouble, comme les mouvements d’un homme ivre.

Dans le département mettre le goutte à goutte. puis fait une injection. Après un certain temps, il s'est amélioré, sa parole et sa coordination de mouvements sont complètement rétablies, il a même fait un peu le tour de la salle.

La matinée a commencé avec le fait qu’à 4 heures, il s’est levé du lit par terre, a réussi à le soulever avec difficulté, ses bras et ses jambes étaient tendus, ses mouvements étaient emmêlés, il tournait tout le temps à droite, son discours devenait presque illisible. Encore une fois mettre le goutte à goutte. fait une injection Après un moment, la parole a été restaurée, mais pas pour longtemps, le mouvement n'est pas revenu à la normale. il n'y avait pas d'asymétrie caractéristique d'accident vasculaire cérébral et de vomissements, je pouvais à peine boire, je m'étouffais toujours et me raclais la gorge pendant longtemps, je n'osais pas le nourrir. Après avoir été examiné par plusieurs médecins vers 12 heures, il a été placé en soins intensifs. il est maintenu attaché au lit, car de temps en temps il "fait peur" en essayant de se lever. il demande à rentrer chez lui, bien que la plupart du temps, il soit parfaitement clair, il comprenne et exécute ce qu'on lui dit, mais la parole n'est rétablie que pour un court laps de temps.

Ce matin, ils ont demandé à apporter de la cytoflavine dans des ampoules. Le médecin traitant dit à propos de la violation de la circulation cérébrale. Pour aujourd'hui, la condition est caractérisée comme stablement lourde.

Quelles sont les chances de récupération. Bien sûr, la restauration complète n'est plus en cause.

D'une part, il est bon qu'il n'y ait pas de paralysie apparente. d'autre part, troubles de la parole et assombrissement temporel de l'esprit. Est-ce grave?

Citation (Rinat @ 30/10/2007 - 23:03)

AVC et réanimation: que faire?

La réanimation est un traitement médical le plus urgent et le plus complet qui puisse et devrait être donné au patient en cas d’état limite. Habituellement, les médecins sur appel après un AVC, voyant une personne en conscience, ne se précipitent pas pour se réanimer, ne prescrivant que des médicaments de base pour réduire la pression. C’est là que réside le danger: même si les symptômes s’atténuent et que l’attaque ressemble davantage à une migraine aiguë, il est préférable de subir un examen jusqu’à l’hospitalisation.

Coma et réanimation

Heureusement, après un accident vasculaire cérébral, le coma devient moins fréquent, seulement 5 à 8% des cas, selon la source de l'attaque. Néanmoins, un tel danger se pose et vous devez savoir comment et comment aider le patient. Pendant le coma, le corps peut exprimer des réactions réflexes visibles, telles que la spasticité ou le tremblement des paupières.

Quelle que soit la cause du coma, dans l'unité de soins intensifs, le patient doit être examiné de nouveau et satisfaire à toutes les exigences de la surveillance du corps après un accident vasculaire cérébral:

  • Installez des capteurs de pression et de pouls pour surveiller en permanence le cardiogramme.
  • Même si le patient ne mange pas de nourriture malade dans le coma, c'est un réflexe d'avaler. Par conséquent, afin de prévenir la pénétration de salive et de débris de nourriture dans les voies respiratoires, une sonde doit être installée pour la nourriture.
  • Nourrir le patient après un accident vasculaire cérébral et le coma, qui est en soins intensifs, devrait être uniquement des solutions liquides spéciales comme Nutridink ou purée pour bébé.
  • Si le patient n’a pas encore récupéré ou est paralysé, il faut veiller à disposer d’un matelas anti-escarres.

Après un accident vasculaire cérébral d'un patient alité, il est nécessaire de se retourner (changer la position du corps) toutes les 2,5 heures afin de ne pas provoquer de stagnation et de nécrose des tissus.

Il est intéressant de noter que dans certains cas, la réanimation a pour effet artificiel d'empêcher la mort d'une personne d'un choc douloureux, par exemple lors d'une intervention chirurgicale après un accident vasculaire cérébral. Cependant, à l'avenir, il est nécessaire de retirer immédiatement une personne du coma par réanimation afin que le cœur ne subisse pas une charge aussi lourde.

Réanimation: dispositions générales

Déjà dans le coma, le corps se prépare à la régénération et à la poursuite de la lutte pour l'existence. Par conséquent, l’environnement du patient et des producteurs de traitement devrait envisager de dresser une liste de médicaments et de médicaments. À partir d'antibiotiques, qui aideront à lutter contre les infections, pour finir avec des excipients et des suppléments de vitamines. Assurez-vous d'envisager un programme de rééducation, de physiothérapie.

Important: si une personne en soins intensifs passe longtemps en position couchée, ses pieds doivent reposer sur un objet solide. Ceci est fait pour éviter les contractures des pieds, difficiles à traiter plus tard.

Réanimation après un AVC hémorragique

Considérant les cas particuliers d'hospitalisation après un accident vasculaire cérébral dans l'unité de soins intensifs, la première chose à noter concerne les conséquences d'une hémorragie. Le coma survient plus souvent après un AVC hémorragique, avec hémorragie ouverte, crise hypertensive, leucémie, hémophilie et autres conséquences catastrophiques.

Très rarement, un hématome est formé dans le cervelet ou la section de la tige, plus souvent lors de la rupture de vaisseaux sanguins dans la zone sous-corticale. Dans ce cas, la réanimation nécessite un EEG et une IRM du cerveau détaillés pour déterminer le site de l'éducation après un AVC et discuter de la possibilité de son élimination.

Il est conseillé de placer le patient dans une unité de soins intensifs neurologiques dans la première heure et demie après le début de l'AVC. Après l'étude du liquide céphalorachidien, le test sanguin et la conclusion des médecins concernant l'opération (et sa mise en œuvre), une période de rééducation commence. Après un AVC, le patient a besoin d'une surveillance continue, mais doit en même temps rester au repos. Les agents hémostatiques sont administrés par voie intraveineuse et un garrot est appliqué sur les hanches afin de normaliser la circulation sanguine. En plus de l'inhalation d'oxygène, il est nécessaire de fournir au corps des nutriments et des médicaments qui aident à réduire le risque de renouvellement des saignements après un accident vasculaire cérébral:

  • Acide aminocaproïque à 5% par voie intraveineuse.
  • 2000 UI d'héparine.
  • En outre, pour normaliser la pression après un accident vasculaire cérébral, il est nécessaire d’appliquer un traitement de déshydratation sous forme de prise de mannitol ou de lasix.
  • Afin d'accélérer le métabolisme, il est souhaitable d'introduire une solution d'oxybutérolate de sodium et d'antioxydants.
  • Inhibiteurs de type Trasilol et enzymes.

Réanimation pour AVC ischémique

En fait, les soins d'urgence après un accident ischémique sont basés sur le même schéma. À la seule différence que l’hémorragie cérébrale n’a pas eu lieu, le patient ne peut que ressentir un assombrissement de l’esprit, des maux de tête et également une paralysie ou un engourdissement d’un côté du corps. Dans ce cas, après avoir effectué tous les tests spécifiés, le médecin vous prescrit un programme de traitement des accidents vasculaires cérébraux (AVC), qui consiste à retenir d'autres caillots de sang et à gonfler les régions locales du cerveau. L'héparine et la fibrolysine sont souvent prescrites comme médicaments qui raniment le mécanisme. En outre, un médicament anticoagulant et des médicaments qui réduisent la pression artérielle au début d'un niveau critique sont prescrits.

Site de recherche

Et si j'ai une question similaire, mais différente?

Si vous n'avez pas trouvé les informations nécessaires parmi les réponses à cette question ou si votre problème est légèrement différent de celui présenté, essayez de poser la question supplémentaire sur la même page si elle concerne la question principale. Vous pouvez également poser une nouvelle question à laquelle nos médecins répondront au bout d’un moment. C'est gratuit. Vous pouvez également rechercher les informations nécessaires dans des questions similaires sur cette page ou sur la page de recherche du site. Nous vous serions très reconnaissants de nous recommander à vos amis sur les réseaux sociaux.

accident vasculaire cérébral grave

Questions et réponses pour: AVC grave

Articles populaires sur le sujet: AVC grave

Cet article, destiné aux praticiens qui traitent les accidents vasculaires cérébraux aigus, montre les avantages et la portée du traitement thrombolytique avec l’activateur recombinant du plasminogène tissulaire (rtPA).

Au cours des dernières années, le nombre d'accidents vasculaires cérébraux (IM) a progressivement augmenté dans le monde entier, principalement en raison de troubles ischémiques de la circulation cérébrale. Les experts de l’OMS suggèrent que, dans les décennies à venir, le nombre d’ischémies augmentera encore.

Le thème de la prochaine réunion de la société neurologique à Kiev était l’un des problèmes les plus pressants de la neurologie et de la médecine en général - la prévention secondaire des accidents vasculaires cérébraux.

Par définition, l’OMS est un développement soudain de symptômes cliniques d’un trouble local ou généralisé des fonctions cérébrales qui dure au moins 24 heures ou qui entraîne le décès d’un patient à la suite de troubles vasculaires.

Chaque année, plus de 6 millions de personnes sont victimes d'un AVC dans le monde. Cette pathologie est la principale cause d'invalidité permanente.

Les maladies cérébrovasculaires, parmi lesquelles se trouvent des formes aiguës et chroniques, sont les problèmes médicaux et sociaux les plus importants dans notre pays et dans le monde.

La qualité des soins de l'AVC peut et doit être améliorée - comme l'indiquent les différences importantes entre les taux de morbidité et de mortalité annuelles dans les différents pays du monde. Malgré le fait que dans la plupart des pays développés, il existe des..

Les maladies vasculaires du cerveau, en particulier les accidents vasculaires cérébraux ischémiques aigus, ont récemment pris une importance croissante. Cela est dû non seulement aux taux élevés de morbidité et de mortalité, qui constituent un problème purement médical.

Un accident vasculaire cérébral peut être provoqué de plusieurs manières, mais les conséquences seront graves dans tous les cas: cette maladie est l’une des premières au monde en termes de nombre de décès et d’invalidités chez les survivants. Il vaut mieux prévenir un AVC que d’en éliminer les conséquences.

Nouvelles sur le sujet: AVC grave

On sait que la majorité des écoliers qui ont commencé à apprendre une langue étrangère dans leur petite enfance réussissent généralement bien dans d'autres matières. Mais la connaissance d'autres langues affecte la préservation des fonctions cognitives chez l'adulte victime d'un AVC.

De nombreuses professions modernes sont associées à une expérience de stress constant, longtemps perçue comme une réalité incertaine. Cependant, des scientifiques chinois ont découvert que le stress chronique augmente considérablement le risque de développer un accident vasculaire cérébral grave.

Malgré la proximité territoriale, les langues de l'Angleterre et du pays de Galles diffèrent beaucoup plus que, par exemple, que l'anglais et l'allemand. Cela n’empêche toutefois pas le retraité anglophone de parler une langue inconnue après un AVC prolongé.

Dès la petite enfance, dès que l'enfant a les dix premières dents, tout le monde autour de lui, en premier lieu les mères et les grands-mères, commence à informer l'enfant de la nécessité de se brosser les dents. Plus tard, lorsque l’enfant se familiarisera avec le cabinet du dentiste et avec un exercice, l’attitude à se brosser les dents deviendra beaucoup plus responsable. Après tout, les soins dentaires aideront à éviter une visite aussi désagréable chez le dentiste ou du moins à la retarder. Des soins réguliers des dents et de la bouche empêchent les caries - cette vérité est anodine, cependant, selon des scientifiques japonais, une telle hygiène réduit considérablement le risque de développer une maladie beaucoup plus terrible que la carie - l'AVC ischémique.

Les accidents vasculaires cérébraux sont lourds de conséquences - de graves violations de diverses fonctions du corps, parmi lesquelles la dernière place n'est pas occupée par une déficience visuelle. Dans certains cas, une personne victime d'un accident vasculaire cérébral a tout un champ de vision, ce qui nuit à sa capacité à lire des textes imprimés, notamment manuscrits. Ces patients cessent pratiquement de lire, ce qui réduit considérablement leur qualité de vie. Un groupe de scientifiques britanniques a mis au point une technique spéciale permettant de retrouver la capacité de lecture perdue. Pour aider autant de patients que possible, les scientifiques ont ouvert un site spécifique sur le World Wide Web.

Les médecins espagnols ont fait une découverte importante: il s’avère que la maladie de Chagas, une maladie parasitaire qui sévit dans les pays d’Amérique latine, augmente considérablement le risque d’accident vasculaire cérébral chez les patients dont le sang contient le trypanosome responsable. Des millions de personnes vivent sans connaître leur maladie, qui est non seulement dangereuse en soi, mais également capable de provoquer un accident vasculaire cérébral.

Au cours des dernières années, des recherches sur les effets du travail effectués sur la santé selon un calendrier glissant ont révélé bon nombre de ses effets nocifs inconnus jusqu'à présent. Ainsi, il a été établi que le travail posté est associé au risque de développer des AVC très graves.

L’accident ischémique cérébral est l’une des principales causes de décès dans le monde moderne. Mais même les patients qui restent en vie ont souvent les conséquences graves d'un accident vasculaire cérébral, à savoir une perte de la parole. Chanter peut aider à redonner la parole à de tels patients.

Lorsque le temps de course pour sauver la vie du patient est calculé en minutes. Le problème est qu’il existe 2 types d’AVC, qui sont traités différemment. Un casque inhabituel peut déterminer le type d'accident vasculaire cérébral dans la voiture de l'ambulance.

AVC sévère

Un accident vasculaire cérébral est une condition dangereuse pour une personne, mais certaines personnes se mettent debout après lui, d'autres pas. Les conséquences sont différentes. Si le sang cesse de circuler librement dans les vaisseaux cérébraux, cela peut entraîner des complications sérieuses ou ne pas être particulièrement effrayantes. Parfois, les neurones sont légèrement endommagés, une personne récupère bien et rapidement après la normalisation de la circulation sanguine.

Si ONMK (violation aiguë de la circulation cérébrale) a eu des conséquences graves, c'est-à-dire que les centres les plus importants d'assistance à la vie ont été affectés, que les structures cérébrales sont considérablement déplacées, la personne risque de ne pas se lever ou même de mourir.

Des mesures médicales opportunes et compétentes auraient le meilleur effet sur la vitesse de l’AVC et peuvent l’arrêter. Il est important d'aider correctement quand l'AVC vient de commencer. Ensuite, le patient ne vivra pas seulement, il sera capable de se rétablir très bien. Si un AVC grave se produit, qui est le plus dangereux, le patient ne pourra survivre que si le problème est localisé en temps voulu dans les vaisseaux cérébraux, le traitement doit être de haute qualité.

Classification

Il existe une échelle NIHSS, il est très pratique de l’utiliser pour donner une estimation de la gravité d’un accident vasculaire cérébral. Cette échelle vous permet de:

  • déterminer la disparition ou la diminution de la sensibilité;
  • violation des fonctions visuelles, de la parole et motrices;
  • évaluer le niveau de conscience humaine;
  • évaluer les violations focales;
  • mener l'autotopanosognosie.

Le spécialiste vérifie chaque élément et attribue un score en points. En fonction du nombre de points est déterminé par la gravité d'une personne. Si le montant dépasse 13 points, la condition est grave, si elle est égale à zéro, tout est en ordre. Dans le premier cas, la récupération complète ne peut pas compter. Il est difficile même d'arracher une personne des mains de la mort. Les chances de perdre de nombreuses fonctions sont grandes, s’il peut survivre à un AVC.

Les médecins évaluent également l'état d'une personne à l'échelle de l'échelle d'Orgogoso. On utilise également l'échelle neurologique canadienne et l'échelle d'Oxford des lésions de l'AVC.

L'AVC est classé comme suit:

  • Forme légère, les lésions cérébrales ne sont pas étendues, focales. Même un rétablissement complet est possible en quelques semaines.
  • La forme moyenne, ainsi que la lumière, est principalement caractérisée par des symptômes focaux.
  • Les accidents vasculaires cérébraux graves incluent des complications graves, notamment une irritation de la muqueuse du cerveau, un œdème, une dépression de la conscience et un coma. Il existe de nombreux symptômes, peut-être un changement dans les structures cérébrales.

La pathologie de l'AVC ne se développe pas rapidement, mais progressivement, avec le temps, si aucune mesure n'est prise, un degré modéré se transformera en modéré ou grave.

Le développement d'un accident vasculaire cérébral comporte plusieurs étapes. Le premier est caractérisé par une petite perturbation du flux sanguin dans le cerveau. La personne ressentira des maux, mais ceux-ci seront insignifiants. Ensuite, lors de la deuxième étape, une excitotoxicité du glutamate apparaîtra. Le patient devient pire. Au cours de la troisième étape, de plus en plus de composés de calcium deviennent à l'intérieur des cellules. Au 4ème stade, les enzymes sont activées à l'intérieur des cellules. Au cinquième stade, la synthèse de dioxyde de carbone augmente, suivie du développement du stress oxydatif. L'expression génétique apparaît généralement au sixième stade. Au septième stade, il y a des cloches lointaines du développement des lésions ischémiques des cellules cérébrales. Le huitième stade de développement de l'AVC est caractérisé par la mort irrémédiable de neurones.

Comment se manifestent les AVC modérés et graves?

La personne elle-même peut remarquer les symptômes d'un accident vasculaire cérébral. L'opinion du patient est subjective et il s'appuie sur ses propres sentiments pour ses jugements. Selon certaines manifestations, le développement d'un accident vasculaire cérébral peut être remarqué par un étranger chez une personne, lui fournir les premiers soins et appeler une ambulance. La connaissance des signes d'un accident vasculaire cérébral est nécessaire, et peu importe si une personne a du miel. éducation ou pas. Tout d'abord, il ne devient plus le même qu'avant l'innervation des muscles de la tête et du corps. Si une personne ne se sent pas bien, elle doit exécuter plusieurs commandes, à savoir:

  • sourire
  • parler clairement et clairement;
  • Lève tes mains.

Chez une personne qui a subi un accident vasculaire cérébral, les actions simples ci-dessus ne ressembleront pas à tout le monde. La poignée de main sera faible, le soulèvement des bras est asymétrique, tout en souriant les coins des lèvres sont sur des lignes différentes, à mesure que les muscles du visage se contractent. Non seulement l'homme ne peut pas formuler de proposition. Il peut à peine prononcer un mot clairement. Après tout, il y a une parésie des muscles faciaux.

Si une personne développe un AVC ischémique, des signes apparaissent avant que des changements significatifs ne se produisent dans les tissus de l'organe.

Il existe des manifestations initiales d'un apport sanguin insuffisant à l'organe. Une personne souffre de crise hypertensive et d'attaques ischémiques transitoires. Si un patient subit un AVC modéré, il risque alors de se sentir étourdi et ce symptôme augmente avec la marche. L'acouphène apparaît. Le patient devient malade de mémoire, il perd sa capacité de travail.

Si une personne a un AVC hémorragique, les signes peuvent être:

  • perte d'équilibre;
  • douleur oculaire et perte de vision;
  • engourdissement de la moitié des muscles faciaux;
  • troubles de la parole.

Si une personne a un accident vasculaire cérébral ischémique, les signes sont les suivants:

  • la conscience est perturbée;
  • le patient ne peut pas marcher;
  • la parole devient difficile;
  • la sensibilité des différentes parties du corps diminue.

Les causes

Il y a des gens qui sont plus susceptibles de développer un accident vasculaire cérébral. Les causes de l'accident vasculaire cérébral incluent:

  • La formation de caillots sanguins, qui conduisent à une maladie cardiaque.
  • Anévrismes des vaisseaux sanguins, dont les parois sont très minces, une rupture peut survenir à tout moment.
  • Fumer, ce qui conduit à l'usure des veines et des artères du cerveau.
  • Caillots de sang.
  • L'obésité.
  • Trop de consommation de liquide.
  • Consommation décente d'alcool entraînant une augmentation de la pression artérielle.
  • Le développement du diabète. Cette maladie provoque des changements dans les parois des vaisseaux sanguins, ils perdent leur force, deviennent fragiles.
  • Taux de cholestérol élevé, qui forme une plaque sur les vaisseaux.
  • Hypertension artérielle. Une pression constante et une pression élevée sur les parois des vaisseaux sanguins peuvent entraîner le fait qu'elles ne résisteront pas et n'éclateront pas.

Des facteurs tels que le cholestérol, la présence de caillots dans le sang entraînent le blocage des vaisseaux sanguins, ce qui provoque un accident vasculaire cérébral.

Aide avant l'hospitalisation

Si une famille soupçonne une personne d'avoir eu un accident vasculaire cérébral, parents, amis ou tout simplement étrangers devront fournir toute l'aide possible et appeler immédiatement une ambulance. Lorsque le coup a frappé la maison, la personne qui a répondu à l'appel doit être informée qu'elle a eu un accident vasculaire cérébral et il est nécessaire d'insister. Vous pouvez même dire qu'un tel verdict a été transmis à un médecin connu. C’est la principale condition qui garantit l’arrivée d’une équipe de spécialistes qualifiés. Ils disposeront de tout le nécessaire pour une assistance rapide et un outil efficace sera placé dans la valise par le médecin.

Rien ne garantit qu'il y aura un nombre suffisant d'hommes forts dans l'ambulance capables de supporter le patient. Vous devez vous en occuper vous-même. Vous pouvez contacter les voisins s'il n'y a pas assez de mains fortes. Les préposés aux rapports peuvent exiger le paiement des parents pour le transport de leur proche. Un tel acte doit être enregistré sur la caméra et traité lorsque le patient est hors de danger. Mais ne discutez pas avec le paiement avant le transport à l'hôpital et ne payez pas les livreurs aux fraudeurs.

Dans l'ambulance, les médecins pratiquent une thérapie intensive, ils n'attendent pas leur arrivée à l'hôpital, ils donnent à la personne le médicament dont elle a besoin. Les médecins peuvent panser, tresser, le relier au miel. équipement pour aider à l'immobilisation des membres.

Si le patient a perdu conscience après un accident vasculaire cérébral et qu'il est paralysé, vous devez lui assurer un flux d'air normal, libérer son cou, dénouer une cravate ou un foulard, déboutonner sa chemise, ouvrir la fenêtre pour que la pièce soit remplie d'air frais.

La tête est placée sur les coussinets, soulevez-la. Il est nécessaire que la langue ne plonge pas dans la bouche, il est vérifié, si le patient vomit, il est nécessaire que les masses ne gênent pas la respiration, la personne ne s'étouffe pas. Si la maladie frappe au cours du repas, vous devez retirer de la bouche les aliments et les fausses mâchoires, si le patient les utilise. En cas de vomissement chez une personne, la tête est tournée sur le côté car les vomissements peuvent récidiver.

Si le patient après un AVC a des difficultés à avaler, vous devez utiliser de la glycine en une quantité de 2 à 3 comprimés, qui sont placés sous la langue. Après leur résorption complète, la procédure est répétée et une autre astuce 2-3 glycine sont mises. Il est permis de donner à une personne 10 comprimés, soit 1 gramme de médicament. Il est important d'abaisser la pression du patient si elle est élevée. Ceci est déterminé par mesure. Vous pouvez réduire la pression à l'aide de médicaments ou en baissant les jambes dans de l'eau chaude. Les premiers secours compétents contribueront à la préservation de la santé et du bien-être de l'homme.

Traitement hospitalier

Un traitement intensif est utilisé au début du traitement dans les premières semaines. Différents types d'interventions médicales sont utilisés pour éliminer les complications somatiques, car le cerveau humain est endommagé. Les principales méthodes utilisées incluent:

  • normalisation de la pression artérielle;
  • massage
  • bon travail de logement et les services publics, ainsi que la vessie;
  • contrôle du coeur;
  • prévention de la privation d'oxygène;
  • l'établissement de la fonction de déglutition;
  • contrôle de l'homéostasie.

Il est nécessaire que chaque côté du patient soit normalement alimenté en nutriments et en oxygène. Une personne peut constamment tourner à droite et à gauche. Ceci est fait toutes les 2 heures. Deux fois par jour, la peau du patient est frottée avec de l'alcool de camphre. La bouche et le nez du patient sont lavés avec une décoction antiseptique de camomille 4 fois par jour. Il faut éviter la déshydratation. Cela sera possible grâce à l'introduction de fluide - 30 ml par kilogramme de poids.

En ce qui concerne l'utilisation de médicaments, on montre au patient une macrodote, une cérébrolysine, des vitamines, du piracétam. Pour éviter un œdème cérébral, le furosémide, le glycérol est utilisé. Dexon et Seduxen aident à protéger la membrane cérébrale. Les médecins peuvent utiliser l'évent pour que le patient ne plonge pas la langue. Fournissez également un mélange de glucides oxygénés. Cela se fait par l'ouverture nasale. L'hypertension artérielle est réduite grâce au mezaton, c'est un médicament assez efficace. Toujours aux mêmes fins, utilisez l’éphédrine, strophantine.

Prévisions et réhabilitation

Tous les habitants de la Fédération de Russie victimes d'un accident vasculaire cérébral ne bénéficient pas de la rééducation nécessaire. Certains patients sont traités seuls, environ 20% seulement se rendent dans des salles spéciales pour une récupération active.

Si les personnes sont réadaptées dans des établissements de santé, la probabilité de décès après un accident vasculaire cérébral diminue et est de 24%. Si une personne est traitée à la maison, la mort est possible dans 43% des cas.

La physiothérapie, l’ergothérapie, les médicaments, la pédagogie, l’acupuncture, les massages, l’hirudothérapie et autres sont utilisés pour une rééducation réussie. Il est important qu'une personne soit en bonne santé dans un endroit où l'air est frais. Les gens qui ont appris par eux-mêmes quel accident vasculaire cérébral peuvent se fatiguer rapidement, leur humeur change en un instant. En ce qui concerne les centres de rééducation, les patients après un AVC seront à l'aise, ils sont dans d'excellentes conditions, presque à la maison. Le personnel est attentif et compréhensif.

En fonction de la taille de la lésion cérébrale, vous pouvez prédire combien de temps une personne aura besoin de se rétablir et si elle peut vivre une vie bien remplie.

Avec une forme légère d'AVC ischémique, le patient peut récupérer partiellement en 1-2 mois. Il est possible de récupérer complètement en 2-3 mois.

Si une personne a subi un accident vasculaire cérébral et que le déficit neurologique est prononcé, il est alors peu probable qu'elle récupère complètement. Plus probablement une restauration partielle de la fonction, le patient pourra peut-être se servir lui-même.

Un AVC ischémique ou hémorragique, entraînant un déficit neurologique persistant, implique l'impossibilité pour le patient de retrouver pleinement sa capacité de travail. Mais cela va réellement apprendre à une personne à rester assise pendant 1-2 ans.

AVC hémorragique: conséquences et pronostic. Cas réel.

Bonjour, chers invités de la page et lecteurs du portail sur la neuroréhabilitation insultunet.com. Aujourd'hui, nous allons examiner le cas clinique réel d'un accident vasculaire cérébral hémorragique chez une femme âgée de 75 ans et tenter de clarifier le tableau et les principales recommandations pour les proches et les proches d'une femme en traitement dans un hôpital de la région de Sverdlovsk. Une fille a demandé à notre groupe de l'aide sur VKontakte avec une description de cet incident, que nous donnons ci-dessous.

"La main a été perdue, un trouble de la parole lors d'un accident vasculaire cérébral..."

«S'il te plaît, dis-moi. Une grand-mère a eu un accident vasculaire cérébral (75 ans), après trois jours de traitement hospitalier en hospitalisation, le troisième jour après le traitement, elle est entrée dans un minibus et c’est tout. Je ne pouvais pas transférer d'argent, la main était perdue. Après cela, SAMA est rentré à la maison, appelé parents. Ils sont arrivés dans les 15 minutes, ils ont appelé une ambulance, ils l’ont emmenée à l’hôpital, où ils ont dit qu’ils avaient eu un accident vasculaire cérébral, mais ils n’ont pas d’appareil photo pour le cerveau, ils l’ont emmenée dans une autre ville.

En bout de ligne: apporté en 4 heures. Les docteurs sont chez elle immédiatement en soins intensifs, mais ses mains ont été ouvertement élevées, dit-on tard, très tard. Hémorroïde AVC. mettre. À l'heure actuelle, 10 jours se sont écoulés, elle est dans le PIT. Ils écriront, ont-ils dit, dans 3-4 jours. Nous allons la voir tous les deux jours, mais le plus souvent, les médecins eux-mêmes ne le recommandent pas, car les patients sont fatigués. Au moment où elle ne parle pas, émet des sons similaires à "oui", "sss", "nnn" et, comme si, grogne, exprimant son insatisfaction.

La famille pense qu'elle comprend tout, par exemple, lorsque je montre ses joues rougies à son arrière-petit-fils, ses yeux sont mouillés. Mais moi-même, je ne peux pas bien évaluer son état, car elle me couvre quand je suis avec elle........ Il me semble qu'elle bouge tout de même, bien que légèrement, mais bouge ses membres droits. Avec des questions à ce sujet, en essayant de montrer que la jambe ressent une main-non. Le visage est biaisé. Nous mangeons bien Dis-moi quoi faire ensuite? Ce qu'il faut demander aux médecins (j'ai du jambon, ça ne dit rien, sauf dire merci d'avoir sauvé.) Nous sommes heureux qu'elle soit en vie et qu'elle fera tout pour la rendre heureuse aussi. Il y a un instantané du cerveau. Répondez, s'il vous plaît, à quelqu'un, et je vous enverrai une photo. "

Tomodensitométrie (CT) du cerveau. Les résultats

Tomographie du cerveau. Hématome intracérébral.

Ainsi, des tomographies du cerveau sont présentées, selon les résultats desquels il existe une image claire d'une hémorragie intracérébrale avec formation d'un hématome intracérébral dans l'hémisphère gauche, avec une percée et une tamponnade du ventricule latéral gauche du cerveau, avec un volume de 60 ml (je ne peux pas dire avec certitude). Avec des symptômes d'œdème périfocal du tissu cérébral et sans signes de déplacement important des structures cérébrales médianes. D'après les résultats de la tomodensitométrie, il est évident que l'état d'une personne est grave, du moins au moment de la prise de vue.

AVC hémorragique: conséquences et pronostic.

Des centaines de cas d'accident vasculaire cérébral hémorragique à travers la Russie sont enregistrés chaque jour. Travaillant dans un hôpital d’urgence et un centre de rééducation, je pouvais plus ou moins suivre les conséquences d’un AVC hémorragique, dont les conséquences et leur dynamique sont suivies à l’avenir, tant pour la vie que pour le rétablissement en général. C’est pourquoi j’écrirai également par moi-même, comme d’habitude, ce qu’il faut faire et à quoi faire particulièrement attention lorsqu’on établit un diagnostic d’AVC hémorragique, dont le pronostic dépend directement non seulement du volume de l’hématome, mais également du moment de la fourniture d’une aide qualifiée.

Souvent, les personnes ayant subi un AVC hémorragique sont livrées à l'hôpital dans un état grave et extrêmement grave. Parfois, elles meurent dans les premiers jours qui suivent un AVC, en particulier lorsque celui-ci s'est accompagné d'immersion dans le coma sans aucun signe de dynamique positive de l'esprit humain. Le traitement a été réalisé en réanimation, puis au service de neurologie. Parfois, et avec une intervention neurochirurgicale préalable (si l'état et l'emplacement de l'hématome le permettaient, il était enlevé chirurgicalement). Si une personne est consciente, en contact et que son état ne s'est pas aggravé dans les 2 semaines suivant le début de l'hémorragie, nous pouvons alors espérer une dynamique positive supplémentaire. Lorsque vous sortez d'un hôpital dans un état stable, vous pouvez essayer de le réorganiser pour une rééducation ultérieure dans un centre ou un service de rééducation (le cas échéant).

Dans la région de Sverdlovsk, il existe des établissements où il est possible de suivre une rééducation neuro: le pensionnat «Na Zelenaya», tél. (343) 378-03-75, hôpital de réadaptation «Ozero Chusovskoe», tél. (343) 257-55-72, Institut clinique du cerveau, tél. (343) 311-33-80 (343) 379-04-60, Pavlova Clinic LLC, tél. (343) 213-20-67 (343) 213-20-56. Appelez et découvrez quoi et comment.

Si vous ne parvenez pas à vous réadapter dans les conditions de services spécialisés, vous devrez le faire chez vous. Tout d’abord, une fois que vous avez amené votre grand-mère de l’hôpital, après sa sortie, essayez de découvrir l’essence des recommandations qui figureront dans le rapport de sortie de l’hôpital. Lorsque vous lisez l'épicrisis chez vous, il se peut que certains points soient incompréhensibles et qu'il n'y ait personne à qui demander.

À la maison, il est important de prévenir la formation de plaies de pression, ainsi que la formation de contractures des muscles et des articulations. À propos de la méthode, qui est généralement utilisée dans de tels cas, vous pouvez lire ici. La tête du lit à la maison devrait être surélevée. Assurez-vous de suivre votre tension artérielle! Mesurez-le quotidiennement, avec des chiffres élevés (augmentation constante de la pression artérielle au-dessus de 150-160 / 100 mm Hg), un ajustement de la posologie des antihypertenseurs par un médecin (médecin local ou cardiologue) est nécessaire. Les accidents vasculaires cérébraux hémorragiques se produisent le plus souvent pendant l'hypertension artérielle.

Compte tenu des conséquences d’un accident vasculaire cérébral et du fait que le nombre de mouvements aux extrémités droites est minimal, il est nécessaire de recourir à la thérapie physique. Il est donc très utile de consulter et de diriger des cours avec un instructeur de thérapie par l’exercice. Troubles de la parole, cherchez un orthophoniste. S'il se trouve à l'hôpital, parlez-lui, vous pouvez recevoir une bonne recommandation pour des cours supplémentaires à la maison. S'il n'est pas là, regardez dans votre ville.

Un massage à domicile est également nécessaire si l'état le permet (il est stable, le patient est conscient, la pression est normale). Bien sûr, idéalement, un médecin neurologue est nécessaire pour examiner la personne à la maison et le faire en dynamique, au moins dans les 2 premières semaines après la sortie, ou pour ajuster le traitement médical (si nécessaire). Bien sûr, maintenant, c'est très difficile, mais parfois, c'est simplement nécessaire. Exiger chez le neurologue un ensemble d'exercices à la maison n'a généralement aucun sens, ils ne le savent pas s'ils ne participent pas directement à la rééducation. Pour ce médecin et instructeur aide LFK.

Suivez toutes les recommandations de votre médecin traitant, en particulier pour la prise de médicaments qui empêchent la pression de monter. Si, à la maison, vous commencez à remarquer que votre grand-mère a sommeil et cesse de répondre aux questions, de réagir à vos appels, ou a une pression accrue et n'est soulagée par rien, l'appel de l'ambulance.

En ce qui concerne les prévisions futures, tout dépendra de l'état de santé au cours du premier mois après l'AVC, sans détérioration, vous pouvez compter sur la guérison (incomplète bien sûr). L’objectif principal est de maintenir un état stable pendant au moins un mois et d’effectuer une thérapie d’exercice économe. Cela dépend beaucoup si un AVC hémorragique a été diagnostiqué et que son pronostic est très étroitement lié au moment où les mesures de correction ont été prises et à leur régularité. Et après la possibilité de s'asseoir par eux-mêmes, levez-vous et simplement se servir. Mais ceci alors, ceci n'est pas immédiatement réalisé.

Jusqu'ici... Si vous avez des questions, écrivez. Santé pour vous et votre famille.

Que devez-vous savoir sur les conséquences et les complications d'un AVC?

La pathologie dans laquelle les cellules nerveuses du cerveau meurent s'appelle un accident vasculaire cérébral. La violation est due à une obstruction de la circulation sanguine à différents degrés de gravité.

Il existe de tels types de coups:

  1. AVC ischémique (infarctus cérébral) - survient dans 80% des cas. Fondamentalement, les plaques d'athérosclérose, la thrombose, l'insuffisance cardiaque, les embolies, etc. sont considérées comme la cause des crises cardiaques. Cette espèce présente les projections les plus favorables en termes de rétablissement.
  2. AVC hémorragique - il s’agit d’une hémorragie sur six dans le cerveau. Il se développe à la suite de dommages à la paroi du vaisseau avec sa rupture ultérieure. Le contact direct avec le sang affecte de manière agressive les cellules nerveuses du cerveau et les endommage de manière irréversible. Après un accident vasculaire cérébral, ce type de décès survient dans 1/3 des cas.
  3. L'AVC mixte est une forme rare de pathologie. Est un hybride d'AVC ischémique et hémorragique. Dans ce cas, le diagnostic est difficile. Un traitement tardif mène à la mort.

À quoi s'attendre après l'impact?

Les conséquences des accidents ischémiques et hémorragiques sont très similaires. Comment sont-ils? Qu'est-ce qui cause l'infarctus cérébral?

Si un AVC ischémique est survenu, les conséquences sont les suivantes:

  1. Parésie ou paralysie des bras et des jambes.
  2. Problèmes de coordination.
  3. Incompréhension entendue.
  4. Perte de contrôle moteur.
  5. L'émergence de problèmes d'élocution.
  6. Violation ou perte totale de sensibilité au froid, à la chaleur et à la douleur.
  7. Incapacité à percevoir correctement les informations.
  8. Mauvaise perception de la parole et difficulté à se concentrer.
  9. Problèmes de compétences élémentaires (peigner, nouer des lacets, tenir une cuillère, etc.).
  10. Faire des actions inconscientes pouvant nuire au patient et à son entourage.
  11. Comportement passif et apathie. Le patient peut refuser le traitement.
  12. Perte de coordination et impossibilité de naviguer dans l'espace. Une personne peut aller et tomber. Ou il lui semble qu'il est paralysé des bras et des jambes.
  13. Amnésie.
  14. Démence.

Les conséquences apparaissent 3 à 4 semaines après la période aiguë de la maladie. C'est pendant cette période que sont déterminés les symptômes distants, qui se forment en fonction de la localisation de la lésion.

Les conséquences pour un AVC hémorragique sont les suivantes:

  1. Forte détérioration, pouvant entraîner une issue fatale. Il se produit avec une hémorragie étendue et des dommages aux zones vitales du cerveau.
  2. Coma avec le développement ultérieur d'un résultat mortel.
  3. Paralysie des bras et / ou des jambes.
  4. Après le coma, une personne tombe dans la stupeur.
  5. Problèmes d'ingestion.
  6. Parésie des jambes et / ou des bras.
  7. Perte de capacité à penser logiquement.
  8. Bouts de douleur.
  9. Sortie de l'état végétatif et handicap profond subséquent.
  10. Perte totale ou partielle de la capacité de parler et de percevoir des informations.

Un type d'accident vasculaire cérébral hémorragique est l'hémorragie sous-arachnoïdienne. Cela se produit généralement à la suite d'une blessure à la tête.

Les effets les plus courants sont:

  1. Vasospasme et développement de l'ischémie.
  2. L'hydrocéphalie.
  3. Pathologie des organes et des systèmes.
  4. Violations de la mémoire et de l'attention.
  5. Maux de tête et nausée.
  6. L'épilepsie.
  7. L'anévrisme peut provoquer une détérioration et un accident vasculaire cérébral récurrent.
au contenu ↑

Quelles sont les complications de la pathologie?

Les accidents vasculaires cérébraux de tout type ne passent pas sans laisser de trace. Selon la gravité et la zone de localisation, les complications après un AVC peuvent être très lourdes, modérées et légères.

Avec un AVC hémorragique - plus de 80% des patients décèdent, après un infarctus cérébral - 40% des cas sont mortels, avec un type sous-arachnoïdien - jusqu'à 60%.

État soporeux

  1. L'état psychologique du patient est déprimé.
  2. Les élèves réagissent mal à la lumière.
  3. La douleur est réduite.
  4. Perte de conscience possible.
  5. Confusion et apathie.
  6. L'homme ne va pas au contact. Fondamentalement, la cause de cette maladie est un coup droit.

Coma possible en cas de stupeur non traitée.

Le diagnostic opportun de sopor est important pour la nomination d'un traitement efficace. La conscience peut être identifiée par les résultats:

  1. Mesures de la pression artérielle.
  2. Evaluation de la réaction des pupilles à la lumière.
  3. Mesures du pouls et de la fréquence respiratoire.
  4. Mesure de température.
  5. Etablir la présence de cinétique des globes oculaires.
  6. Examen de la peau pour détecter les manifestations d'allergies, la présence de blessures et l'évaluation de l'état vasculaire.

Une électroencéphalographie supplémentaire est réalisée, ce qui permet d’évaluer le fonctionnement des neurones. Lors de la confirmation de la perte, le patient doit être hospitalisé immédiatement.

Pour une élimination rapide des symptômes d'anxiété, une solution de glucose à 40%, de thiamine et de naloxone est injectée par voie intraveineuse. À l'avenir, l'état pathologique est traité individuellement, le médecin choisit le schéma de traitement.

Œdème cérébral

Après un accident vasculaire cérébral, une affection grave telle que l'enflure du cerveau se développe souvent. Symptômes:

  1. Douleur intense à la tête.
  2. Vomissements et nausées.
  3. Plonge dans la mémoire.
  4. Perte de conscience
  5. Instable en marchant.
  6. Faiblesse et mains tremblantes.
  7. Discours brouillé.
  8. Crampes
  9. Stupor
  10. Problèmes de respiration.

L'œdème du cerveau se développe dans les 48 heures suivant un accident vasculaire cérébral. La gravité maximale des symptômes survient dans les 3-5 jours.

Le diagnostic et le traitement comprennent les étapes suivantes:

  1. La tomodensitométrie (CT) est effectuée pour déterminer l'étendue de l'œdème.
  2. L'imagerie par résonance magnétique (IRM) est réalisée.
  3. Un test sanguin est pris.
  4. Conduction de la douleur.
  5. Un traitement individuel est prescrit.

Dans les cas graves, lorsque le spécialiste n’a pas d’autre choix, une opération est programmée. L'intervention chirurgicale peut être réalisée:

  1. Trépanation - pour éliminer les caillots sanguins et assurer l'écoulement du liquide céphalo-rachidien.
  2. Endoscopiquement, en insérant un cathéter.

Cette dernière méthode est plus moderne, mais n’est pas montrée à tous les patients. Si le médecin prescrit une intervention chirurgicale, cela signifie que les autres méthodes de traitement ne sont pas en mesure de conduire au résultat souhaité.

Pneumonie

Les principales raisons du développement de la pneumonie chez les patients victimes d'un AVC:

  1. En cas de violation des fonctions de déglutition, les aliments peuvent pénétrer dans les voies respiratoires. Cette complication conduit à une pneumonie par aspiration.
  2. L'immobilité prolongée et la stagnation de la circulation pulmonaire entraînent une pneumonie hypostatique.
  1. L'inflammation des poumons est traitée avec des antibiotiques.
  2. Pour les problèmes de déglutition, le patient est nourri artificiellement. L'hygiène buccale est contrôlée, le mucus et les expectorations sont retirés de l'oropharynx en temps voulu. Avec un état stable du patient, après un certain temps, la sonde est retirée et lui a appris à manger de façon autonome.
  3. Pour prévenir l’effondrement des sacs respiratoires (alvéoles), il est recommandé de gonfler les ballons. La respiration est ainsi rétablie et les parois du sac respiratoire sont écartées.
au contenu ↑

Paralysie

Les troubles de la motilité dus à un AVC peuvent être de deux types: paralysie - perte complète de l'activité motrice des bras et des jambes; la parésie est une perte partielle de la capacité de faire des mouvements.

La parésie et la paralysie neurologiques sont considérées comme des complications courantes d'un accident vasculaire cérébral.

Dans ce cas, le tissu musculaire du côté sous le contrôle de l'hémisphère affecté est totalement ou partiellement affecté.

  1. Paralysie centrale - l'activité motrice du patient est totalement ou partiellement altérée. Par conséquent, le patient a la paralysie de tout le corps ou d'une certaine moitié. De plus, seul un bras ou une jambe peut être paralysé.
  2. Paralysie périphérique - le tonus musculaire est réduit, il peut être complètement perdu. Il y a aussi un manque de réflexes.

Le traitement de l'AVC ischémique comprend des méthodes telles que:

  1. Exercice thérapeutique.
  2. Massage visant à la récupération.
  3. Thérapie manuelle
  4. Assistance psychologique pour s’adapter à la vie après un état différé.
  5. Physiothérapie
  6. L'acupuncture
  7. Travailler avec un orthophoniste.
  8. Traitement chirurgical et médicamenteux.

Si le rétablissement survient à la maison, le contrôle du médecin traitant est requis.

Traitement de l'AVC hémorragique:

  1. La nomination de médicaments pour restaurer la choroïde du tissu cérébral endommagé.
  2. Une intervention neurochirurgicale est recommandée si nécessaire.
  3. Exclusion de toute charge.
  4. La restauration des bras et des jambes paralysés n’est possible qu’après le traitement principal.
au contenu ↑

Coup répété

Complication grave après un accident vasculaire cérébral est la ré-hémorragie. La rechute se développe dans le contexte du manque chronique d'oxygène dans les vaisseaux cérébraux.

Les autres facteurs importants sont:

  1. Tonus des vaisseaux.
  2. Effort physique intense.
  3. Maladies du système cardiovasculaire.
  4. L'hypertension.
  5. Maladies infectieuses.

Souvent, un AVC récurrent se développe en raison de l'attitude négligente de la personne envers sa santé. Par conséquent, la prévention et un mode de vie sain - sont la clé pour réduire le risque de réhémorragie.

Inflammation du système urinaire

Après un accident vasculaire cérébral, une rétention urinaire ou une incontinence urinaire peuvent se développer et, par conséquent, un cathétérisme de la vessie est réalisé, ce qui peut conduire au développement d'un processus inflammatoire dans le système urinaire.

  1. Lors de l’installation du cathéter, les règles aseptiques sont primordiales.
  2. La vessie doit être lavée au moins 3 fois par jour.
  3. Urine bakposev tenue périodiquement.
  4. Traiter les anti-inflammatoires avec des antibiotiques.
au contenu ↑

Perte de mémoire

Après un accident vasculaire cérébral, une amnésie se développe si l'hémorragie a affecté les lobes temporaux du cerveau, car il existe des centres de mémoire.

  1. L'homme ne se souvient pas des événements récents.
  2. Événements distants perdus.
  3. Perte totale de souvenirs.

Un psychiatre doit traiter un patient atteint d'amnésie, avec un traitement bien choisi, la fonction ménagère est restaurée.

Un coma après un AVC est une limite entre la vie et la mort. Cette complication est rare et constitue une maladie grave chez une personne. Les principaux signes de coma:

  1. Perte de conscience
  2. Absence de réponse aux stimuli.
  3. Violation du tonus vasculaire.

Le coma a les degrés suivants:

  1. Si les lésions cérébrales ne sont pas importantes, la personne se réveille dans les 3 heures. Il y a parfois une perte de conscience à court terme, mais la condition est caractérisée par une stabilité modérée. En même temps, il y a une léthargie et une somnolence. Dans ce cas, le pronostic est favorable.
  2. Le patient a un sommeil profond, il n’ya aucune réaction aux stimuli, la respiration est bruyante et intermittente. Si la condition est observée pendant plusieurs dizaines d'heures, puis se stabilise dans le futur, il y a de fortes chances pour que les fonctions soient restaurées.
  3. Lorsqu'un patient est complètement immergé dans un sommeil profond, sa température corporelle et sa pression artérielle diminuent, et une personne a besoin d'une stimulation artificielle. L'état du patient est grave, stable, les chances de récupération et de sortie sont minimes.
  4. Au quatrième degré du coma, la majeure partie du cerveau ne peut pas être restaurée. Fondamentalement, cette condition mène à la mort.
au contenu ↑

Escarres

Les escarres se développent souvent chez les patients présentant une paralysie des bras et des jambes, car ils mènent une vie sédentaire. Le danger de la pathologie est la mort des tissus aux cartilages et aux os.

  1. Changer la position du corps du patient toutes les 2-3 heures.
  2. Traitement de la peau. Deux fois par jour, le corps est frotté avec un esprit camphre chaud.
  3. Chaque jour, il est nécessaire de procéder à une inspection du corps.
  4. Un léger massage est effectué.
  5. Le patient doit organiser une bonne nutrition.
au contenu ↑

Troubles mentaux

L'état mental après un accident vasculaire cérébral est perturbé par des dommages à la partie frontale du cerveau. Les problèmes peuvent se manifester de la manière suivante:

  1. Symptômes névrotiques.
  2. Augmentation des caprices et des larmes.
  3. Affûtage des traits de caractère moyen et grave.
  4. Anomalies mentales graves.
  5. Démence sévère post-AVC.
  6. Troubles du sommeil
  7. Irritabilité.
  8. Méfiance et anxiété.

Il est nécessaire de traiter les troubles après avoir consulté un psychiatre et un neuropathologiste. Seul un spécialiste est en mesure de sélectionner le traitement souhaité.