Conséquences de l'ischémie cérébrale chez le nouveau-né

Dans le domaine des neurosciences périnatales, une pathologie telle que l’ischémie cérébrale chez le nouveau-né est considérée comme un problème grave. En médecine, on parle aussi d'ischémie cérébrale. Cela est dû au fait qu’avec les technologies modernes et les derniers développements dans ce domaine, il n’existe aucun moyen efficace de traiter cette maladie avec un troisième degré de gravité.

Il se caractérise par une hypoxie (apport insuffisant en oxygène) ou une anoxie (cessation complète de l'apport en oxygène) du cerveau. Pour éviter toute pathologie, les jeunes parents doivent connaître les facteurs pouvant déclencher cette maladie.

Causes de la maladie

Dans tous les cas, l’ischémie cérébrale chez l’enfant est une conséquence du manque d’oxygène. Les principales causes d'hypoxie peuvent être:

Le principal facteur de diagnostic de l’ischémie cérébrale est une altération grave de la circulation sanguine entre le placenta et l’utérus. Cela entraîne la nécrose de certaines parties du cerveau et une hypoxie. Les manifestations de la maladie peuvent être différentes dans chaque cas individuel, un diagnostic minutieux et détaillé est donc nécessaire.

Symptômes de l'ischémie cérébrale

Parmi les symptômes de l'ischémie cérébrale chez l'enfant, les plus importants et les plus courants sont:

  • hyperexcitabilité: le bébé frissonnera constamment, il y aura un tremblement des différentes parties du corps, un sommeil agité, des pleurs sans raison apparente;
  • Dépression du SNC: diminution du tonus musculaire, faible activité physique, réflexes de succion et de déglutition affaiblis, asymétrie faciale, strabisme;
  • hydrocéphalie: augmentation de la taille de la tête, augmentation de la pression intracrânienne;
  • comateux: état inconscient, la fonction du cerveau sur la coordination des mouvements est absente;
  • convulsions.

Ainsi, l'ischémie cérébrale chez un enfant se manifeste déjà dans les premières heures de sa vie. À la maternité, ils supposent le plus souvent la présence d'un tel diagnostic chez le bébé, en particulier si la grossesse et l'accouchement sont accompagnés d'une pathologie fœtale et d'une hypoxie. Cependant, tous ces symptômes peuvent survenir chez le nouveau-né à des degrés divers.

Types: 1, 2, 3 degrés

En médecine, il existe trois degrés d'ischémie cérébrale chez l'enfant.

  • Premier degré

Le degré le plus facile, caractérisé par la dépression ou l’excitation de l’enfant au cours de la première semaine de la vie. Le plus souvent, les signes disparaissent avec la réponse rapide et opportune des médecins sans conséquences graves pour un petit organisme.

  • Deuxième degré

Si le nouveau-né a des convulsions et que le reste des symptômes dure plus d'une semaine, le médecin diagnostiquera un degré modéré de la maladie. Comme le 1er degré, elle est curable avec une thérapie adéquate.

  • Troisième degré

Les tout-petits souffrant d'ischémie de grade 3 sont placés en soins intensifs. Le plus souvent, cette forme de maladie conduit à une lésion pathologique difficile à traiter de tout le système nerveux central. Cela se manifeste dans l'ataxie, le retard du développement psychomoteur, les troubles de la vue et de l'audition, les crises convulsives focales.

Selon le degré d'ischémie chez les nouveau-nés, des mesures complètes de traitement sont effectuées.

Traitement de l'ischémie cérébrale chez les enfants

Dans la pédiatrie moderne, l'ischémie vasculaire cérébrale chez les nouveau-nés est traitée avec succès grâce à un diagnostic opportun et à une maladie bénigne. La tâche principale de la thérapie est la restauration de la circulation sanguine, la réanimation opportune des zones endommagées du cerveau et le sauvetage du reste. Méthodes un peu:

  • au début, seul le massage est prescrit, car les médicaments destinés à un petit organisme sont stressants et entraînent de multiples conséquences;
  • si le massage n'aide pas, en fonction des indicateurs, des médicaments sont déjà prescrits.

L'ischémie cérébrale chez le nouveau-né est une maladie grave qui ne peut être traitée qu'avec un traitement opportun et approprié. Les conséquences de la pathologie sont déterminées par sa gravité.

Les conséquences

Les conséquences de l'ischémie cérébrale chez les enfants dépendent de la gravité de la maladie, de la présence de comorbidités, de l'efficacité du traitement. Après un traitement intensif, une période de rééducation est nécessaire, sur laquelle les prévisions dépendront également. Parmi les effets les plus courants, notez:

  • maux de tête;
  • troubles du sommeil;
  • retard mental;
  • irritabilité constante;
  • l'épilepsie;
  • l'isolement;
  • difficultés d'apprentissage.

Le problème de l'ischémie chez les nouveau-nés dans la pédiatrie moderne est très pertinent. Dans certains cas, la maladie devient une cause d'incapacité et se traduit par une incapacité pour l'enfant de s'adapter davantage à la société. Traitement complet de l'ischémie sévère, ses conséquences sont un processus long et complexe qui nécessite des efforts, de la patience et de l'attention des médecins ainsi que des parents.

L'ischémie chez le nouveau-né est une pathologie post-partum caractérisée par un apport insuffisant en oxygène au cerveau. Dans la plupart des cas, cette maladie survient chez les bébés et diverses causes peuvent être à l'origine du développement de cette pathologie. À propos de quoi il s'agit, ainsi que les conséquences possibles et les principales méthodes de traitement de cette maladie, et seront discutés.

Comment se manifeste la maladie?

L'ischémie cérébrale chez le nouveau-né est due à une hypoxie survenue pendant la grossesse ou au moment de la naissance. Malheureusement, à l'heure actuelle, il n'existe pas de méthode unique pour traiter cette maladie, mais une certaine thérapie contribue à améliorer l'état des enfants.

Les signes de cette maladie sont les suivants:

  • Le bébé est très souvent méchant et pleure sans raison apparente.
  • La couleur de la peau change - elle devient marbrée.
  • Mauvais sommeil depuis longtemps.
  • L'allaitement est une difficulté certaine, car le bébé commence à perdre le réflexe de déglutition.
  • L'appareil nerveux central commence à fonctionner avec des déficiences, de sorte que l'enfant ne ressent pas seulement un malaise général, mais aussi une léthargie.
  • Une tête disproportionnée.
  • Les convulsions commencent à se produire et l'on observe une respiration.

Cette maladie pouvant être à divers degrés, les experts distinguent une certaine classification, caractérisée par divers symptômes et stades de la maladie.

Le degré d'ischémie cérébrale

Le personnel médical ne distingue que quelques stades de la maladie:

  • Le premier degré se distingue par les conséquences les moins évidentes pour le cerveau d’un enfant. Au cours de la première semaine, son état peut être excessivement excité, ou inversement, trop lent. Le degré d'ischémie 1 diagnostiqué chez le nouveau-né est traité directement à la maternité, après quoi le bébé doit être observé par un spécialiste.
  • L'ischémie 2 degrés doit être traitée à l'hôpital. À ce stade, les symptômes sont plus prononcés - des convulsions et d’autres troubles neurologiques commencent à apparaître.
  • Le troisième degré d'ischémie est considéré comme la forme la plus grave de la maladie. Les manifestations de la maladie sont si fortes que les enfants sont souvent en soins intensifs. Après un traitement à long terme, un processus de rééducation non moins long commence.

Les deux premiers degrés répondent bien au traitement s'il a été commencé à l'heure. Après le traitement, le bébé sera en parfaite santé, sans anomalie ni pathologie visibles.

Quant à ce dernier degré, son évolution a un effet négatif, ce qui rend le système nerveux central de l’enfant vulnérable. Déviations évidentes dans le développement, ainsi que la détérioration de la vision et de l'audition.

Quelle est la cause de cette pathologie?

L'ischémie cérébrale chez le nouveau-né est une conséquence du manque d'oxygène, d'où découlent toutes les conséquences négatives.

Les autres facteurs pouvant affecter indirectement cette pathologie incluent:

  • Gros problèmes de santé de la mère pendant la grossesse. Les maladies peuvent être très différentes, affectant le système endocrinien, urinaire, les maladies cardiaques, etc.
  • Un certain rôle est joué par l'âge de la mère. Si elle est mineure ou si son âge dépasse 35 ans, il existe une certaine probabilité d'ischémie.
  • Le mauvais mode de vie qu’une femme mène pendant la période de gestation, c’est-à-dire fumer, boire, etc.
  • Processus pathologiques pendant la grossesse. Une maladie coronarienne chez un enfant peut survenir si la mère présente une toxémie grave avant la naissance, un manque d'eau, etc. Également un risque élevé d'hypoxie si la naissance était prématurée.
  • Le difficile processus de l'accouchement, accompagné de divers processus négatifs: enchevêtrement de l'enfant par le cordon ombilical, effet de la drogue sur le fœtus, etc.

En plus de ces causes possibles d'ischémie, les experts identifient le facteur principal qui, dans la plupart des cas, provoque l'apparition de cette maladie. Il s'agit d'une violation de la circulation sanguine entre l'utérus et le placenta, entraînant une hypoxie et une nécrose des cellules cérébrales individuelles. L'un des scénarios possibles dans ce cas est une issue fatale.

Traitement de la maladie

L'ischémie des vaisseaux cérébraux, diagnostiquée chez le nouveau-né, a un degré d'influence différent sur le corps de l'enfant. En conséquence, le traitement lui-même dépendra du stade de la maladie, ainsi que des symptômes observés chez le bébé.

L'ischémie cérébrale du nouveau-né ayant divers effets, le traitement doit donc commencer immédiatement. En raison de l'évolution de cette maladie, certaines parties du cerveau sont touchées. La médecine moderne, malgré toutes ses réalisations, ne peut tout simplement pas restaurer les cellules du cerveau déjà décédées. Il n’existe pas de médicaments miracles ni de procédures spéciales permettant de les rétablir. Cependant, tout n'est pas aussi grave que cela puisse paraître à première vue. Certaines méthodes peuvent arrêter le développement de la maladie, mais ne lui permettent pas de devenir grave. Ils contribuent également à la réhabilitation rapide de l'enfant afin qu'il puisse se sentir pleinement.

Si l'enfant ne prend pas sa première respiration quelques minutes après la naissance, les médecins commencent certaines actions de réanimation. Pour cela, on utilise une ventilation artificielle du poumon. Après quoi, si tout est normal, l’enfant est transféré dans le service avec la mère. Si l'état est toujours grave, il est envoyé à l'unité de soins intensifs, où il est surveillé et surveillé de près.

Un symptôme caractéristique de cette maladie est les crampes des membres. Pour s'en débarrasser, utilisez du phénobarbital ou de la phénytoïne, qui évitent également des lésions cérébrales supplémentaires.

En plus des effets négatifs sur la tête, l’ischémie est dangereuse pour le cœur. En particulier, il n'est pas rare qu'une ischémie myocardique transitoire se développe chez le nouveau-né. Pour normaliser son travail, la dobutamine, la dopamine et d'autres médicaments de ce type sont prescrits.

Il est à noter que les médicaments ne sont prescrits qu'avec des facteurs de dégradation évidents. En général, il n'est pas recommandé aux nouveau-nés d'administrer des médicaments puissants. Par conséquent, s'ils présentent une forme bénigne de la maladie, un massage thérapeutique peut être prescrit. Son rôle est de normaliser la circulation sanguine. Ce n’est qu’après avoir constaté que les procédures de massage sont inefficaces que le médecin décide de la nomination des médicaments.

Conséquences de l'ischémie cérébrale

L’état ultérieur de l’enfant dépend entièrement du degré de la maladie observée. S'il a eu une étape facile, alors avec un traitement approprié et opportun, il sera capable de vivre une vie bien remplie, sans lésion cérébrale visible. Si la maladie est suffisamment négligée, des dommages ischémiques du système nerveux central chez les nouveau-nés, caractérisés par des troubles du développement et d'autres pathologies, peuvent être observés.

Si le traitement a été commencé tardivement ou s’il était inefficace, les effets suivants de la maladie chez l’enfant peuvent se produire:

  • Maux de tête périodiques.
  • Mauvais sommeil et irritabilité.
  • La fermeture, qui interfère avec l'enfant, non seulement à l'école, mais aussi dans la communication quotidienne avec ses pairs.
  • Un enfant peut être retardé dans son développement physique et mental.
  • Le risque d'épilepsie est certain si l'enfant a été diagnostiqué avec un stade grave de la maladie.

Ces conséquences probables peuvent être évitées si le traitement de l'ischémie est démarré rapidement. Sinon, si vous ne traitez pas cette maladie, cela peut parfois avoir des conséquences tragiques. Pour éviter toutes ces manifestations négatives, il ne sera pas superflu de prendre diverses mesures préventives contribuant au renforcement général du corps du bébé, ainsi qu’à la prévention du développement de la maladie.

L'ensemble des mesures préventives comprend:

  • Effectuer le chargement sur une base régulière.
  • Promenades fréquentes dans la rue.
  • Bon régime alimentaire et respect.
  • Refuser de boire de l'alcool, du tabac, etc.
  • Attention à leur santé, c'est-à-dire passer les tests de laboratoire nécessaires, rechercher les infections, etc.

Naturellement, ces mesures concernent la mère de l'enfant, car elle est responsable de son état de santé. Bien sûr, certains facteurs négatifs ne relèvent pas de sa compétence, à savoir: cela ne peut pas changer la difficulté du travail, des blessures à la naissance, etc. Cependant, chaque femme peut faire quelque chose d’abandon du tabagisme et de l’alcool, une alimentation adéquate et un mode de vie sain, qui se soucie réellement de la santé et de la condition de son futur enfant.

L'ischémie cérébrale est une réponse à la privation d'oxygène due au rétrécissement de la lumière ou au blocage des artères cérébrales. De plus en plus, la maladie se manifeste chez les enfants et représente environ 85% des cas, en raison de l'exposition externe et interne. Quelle que soit la nature de l’apparition de la maladie, un traitement retardé a souvent de mauvaises conséquences.

Comment l'ischémie se manifeste chez les jeunes enfants

Ischémie cérébrale chez le nouveau-né - résultat de l'hypoxie pendant la grossesse et l'accouchement. En neuroscience périnatale, ce problème est difficile à résoudre car il n’existe toujours pas de moyen suffisamment efficace pour s’en débarrasser.

Chez les nourrissons, on peut suspecter une ischémie si:

  • le bébé pleure sans raison et frémit;
  • la surface de la peau a une teinte marbrée;
  • le bébé ne dort pas bien;
  • il tète faiblement et avale mal;
  • faiblesse musculaire présente, bébé paresseux;
  • la tête est grosse et la fontanelle est agrandie;
  • la respiration est perturbée, des convulsions se produisent.

Degré de maladie chez le nouveau-né

Il y a trois degrés d'ischémie chez les enfants:

Les deux premiers degrés de maladie cérébrale sont rarement considérés comme une conséquence du développement de pathologies neurologiques. Et, si un traitement adéquat est effectué à temps, les symptômes fonctionnels de la maladie disparaissent complètement.

Un dysfonctionnement cérébral ischémique grave contribue au développement de déviations du système nerveux.

Cela conduit à un dysfonctionnement du système nerveux central, à la suite duquel l'enfant se développe mal, il a des convulsions, il entend et voit pire.

Si vous recherchez un centre de rééducation pour récupérer,

recommander le centre de rééducation "Evexia"

, où la rééducation est effectuée après avoir souffert de maladies neurologiques en utilisant les équipements les plus modernes.

Causes de l'ischémie chez les nourrissons

L'ischémie cérébrale chez les nourrissons résulte d'un manque d'oxygène, qui s'est produit lors du port de l'enfant ou lors de sa naissance.

Les facteurs provocants incluent:

  • polyhydramnios diagnostiqué pendant la grossesse;
  • âge de la mère jusqu'à 20 ans et après 35 ans;
  • accouchement prématuré ou trop tard;
  • violation de la nourriture du placenta, son détachement ou présentation trop tôt;
  • grossesse multiple;
  • prééclampsie;
  • conditions pathologiques des systèmes cardiaque et vasculaire;
  • nébulosité du liquide amniotique;
  • les maladies de la mère lorsqu'elle porte un enfant.

Une altération de la circulation sanguine entre l'utérus et le placenta est le principal facteur d'hypoxie du nouveau-né.

De plus, c'est le cerveau qui est considéré comme le plus dépendant du manque d'oxygène. Et dans les manifestations particulièrement sévères, la mort de cellules individuelles ou de pans entiers du cerveau peut survenir.

Parfois, le kyste arachnoïdien du cerveau est diagnostiqué chez le nouveau-né. Après avoir lu l'article, vous saurez s'il est dangereux et comment il est traité.

Myoclonia chez les enfants est assez commun. Le plus souvent, ils sont de nature inoffensive, mais le moment de consulter un médecin est décrit dans la section consacrée aux névralgies.

Les principaux signes de la maladie

Toute anomalie chez le bébé peut indiquer une ischémie chez le nouveau-né.

Les signes de dysfonctionnement cérébral chez les bébés sont variés et un retard de développement net attirera sûrement l'attention des parents.

En outre, un changement radical de comportement, une perte d'appétit, des caprices constants, des régurgitations fréquentes et une réaction au changement de temps devraient être une source de préoccupation.

Les symptômes de l'ischémie cérébrale chez un enfant incluent:

  • une augmentation du volume de la tête de l’enfant, ainsi qu’un grand ressort, en raison de l’augmentation du liquide dans le cerveau, une pression intracrânienne élevée;
    l'enfant est inconscient et manque de fonctions de coordination cérébrale;
  • oppression du système nerveux central, avec détérioration de l'activité motrice et de la faiblesse musculaire, affaiblissement des réflexes de succion et de déglutition; dans de rares cas, un strabisme peut se développer avec des proportions asymétriques du visage;
  • ou au contraire, excitabilité excessive du bébé, caractérisée par un tonus musculaire faible ou élevé, des tremblements de certaines parties du corps (menton, mains ou pieds), un sursaut, des réflexes accrus, un sommeil médiocre, des pleurs sans raison;
  • secousses des membres et de la tête, saisissantes.

Diagnostic du dysfonctionnement cérébral chez le nouveau-né

L'objectif principal du diagnostic est d'identifier la raison de la maladie.

Les principales mesures de diagnostic incluent:

  • examen physique: évaluation des fonctions respiratoire et cardiaque, analyse obligatoire de l’état nerveux de l’enfant;
  • étude duplex des artères avec une unité à ultrasons pour l'analyse de la circulation sanguine dans les vaisseaux;
  • angiographie pour détecter des anomalies dans le fonctionnement du cerveau: thrombose, rétrécissement des artères, anévrisme;
  • MR angiographie et CT angiographie;
  • De plus, des analyses de sang, d'ECG, d'échocardiogramme, de rayons X et de sang sont effectuées.

Traitement de l'ischémie chez les nouveau-nés

Malgré des progrès importants dans le traitement de l’ischémie chez les nouveau-nés, il n’existe toujours pas de moyen efficace d’éliminer la maladie.

L'objectif principal du traitement est de rétablir la circulation sanguine des vaisseaux sanguins afin de garantir le fonctionnement normal des zones endommagées du cerveau.

Dans la phase bénigne de la maladie, la méthode de traitement est très simple et accessible à tous - il s’agit d’un massage ordinaire sans utilisation de médicament. Dans le cas de stades plus complexes de la maladie, le traitement est choisi en fonction de caractéristiques individuelles et nécessairement en fonction du témoignage d'un médecin spécialiste.

Généralement, les médicaments sont prescrits pour stimuler le cerveau, normaliser le système circulatoire et des médicaments pour restaurer et renforcer les défenses de l'organisme.

Dans le traitement de l'ischémie cérébrale, les remèdes populaires sont largement utilisés et doivent être associés à des médicaments de base. Les méthodes traditionnelles peuvent bien soulager les symptômes de la maladie, mais seuls les médicaments et la chirurgie peuvent en éliminer la cause.

Pour les nouveau-nés, les méthodes traditionnelles de traitement ne sont pas utilisées.

Les principaux symptômes du syndrome convulsif chez les enfants sont bien décrits dans cet article. Vous apprendrez comment aider un enfant lors d’une attaque et comment l’éviter à l’avenir.

Découvrez ici l’opinion du Dr Komarovsky sur la pression intracrânienne chez les nourrissons.

Le tremblement des mains du nouveau-né est-il dangereux, à cause de ce qu'il apparaît et de la façon de le prévenir?

Effets possibles de la maladie sur les nouveau-nés

Le pronostic et les conséquences de l'ischémie dépendent entièrement du stade et de la gravité de l'ischémie. En outre, la pathologie existante et l'exactitude des méthodes de traitement et des méthodes de réadaptation revêtent une grande importance.

Les conséquences graves ne sont pas exclues, le traitement doit donc être démarré rapidement.

L'ischémie cérébrale chez le nouveau-né peut provoquer l'apparition de:

  • maux de tête;
  • sommeil agité et irritabilité;
  • difficultés de communication et d'apprentissage;
  • retard mental;
  • dans les cas difficiles - l'épilepsie.

L'ischémie peut même être fatale. Vous pouvez éviter la mort si vous consultez immédiatement un médecin. Seul un médecin établira un diagnostic précis et recommandera le traitement approprié.

La chose la plus importante - il est nécessaire de s’engager dans la prévention en préservant la santé de l’enfant pendant de nombreuses années.

Prévention des maladies

Penser à votre santé devrait être de la petite enfance. Après tout, la maladie est fatale.

Pour éviter le développement de l'ischémie devrait être les étapes suivantes:

  • faire de l'exercice régulièrement;
  • marcher beaucoup en plein air;
  • mangez bien, essayez de vous conformer au régime;
  • arrêter de fumer et d’autres habitudes malsaines;
  • éviter le stress, attitude positive à la vie.

Ces règles sont très simples et leur application protégera toute personne des maladies dangereuses. En outre, une femme enceinte devrait consulter régulièrement un gynécologue, traiter toutes les maladies à l’épreuve, se soumettre à une échographie prévue, bien manger, marcher beaucoup à l’air frais et ne pas être nerveuse.

En observant des règles simples, vous pouvez donner naissance à un bébé en bonne santé.

La vidéo présente l’une des principales causes de l’ischémie chez le nouveau-né - l’hypoxie foetale pendant la grossesse:

Causes, symptômes et effets de l'ischémie cérébrale chez le nouveau-né

Le diagnostic d'ischémie cérébrale chez un nouveau-né, transmis par un médecin à un enfant nouveau-né, peut choquer toute mère. L'ischémie cérébrale, que l'on appelle l'ischémie cérébrale en milieu médical, provoque souvent la mort précoce d'enfants ou leur handicap à un âge précoce. Mais la médecine actuelle, grâce aux méthodes améliorées d'aide à ces bébés, leur donne de l'espoir pour la vie et la santé.

Chaque maladie a ses propres causes. Souvent, connaissant ceux ou d’autres facteurs probables pouvant déclencher le développement de la maladie, il est possible de prévenir sa survenue.

Qu'est-ce que l'ischémie cérébrale chez un nourrisson? Qu'est-ce qui provoque sa survenue?

Le concept d '"ischémie cérébrale" chez les médecins a la signification suivante: pour diverses raisons, le cerveau cesse d'être totalement ou partiellement alimenté en oxygène. Ces phénomènes s'appellent respectivement anoxie ou hypoxie. En ce qui concerne les nouveau-nés, le manque d'oxygène peut se produire même dans le ventre de la mère, pendant sa grossesse et immédiatement après l'accouchement.

Les neuroscientifiques perçoivent l'ischémie comme une pathologie très grave. Son développement peut entraîner la mort de zones du cerveau ou la destruction de neurones.

Quelles sont les causes de cette maladie chez les nourrissons? Selon le témoignage des médecins, parmi les facteurs les plus fréquemment définis pour le développement d'un état pathologique sont les suivants:

  1. 1. Polyvia accompagnant la grossesse d'une femme.
  2. 2. Grossesse multiple.
  3. 3. La naissance d'un enfant à une courte période de grossesse ou, au contraire, trop longue perenashivanie.
  4. 4. Malnutrition du placenta, son détachement ou sa présentation précoce.
  5. 5. Toxicose forte enceinte.
  6. 6. Violations dans le travail du système cardiovasculaire de la future mère et de l'enfant.
  7. 7. Opacification du liquide amniotique.
  8. 8. Maladies de la mère pendant la grossesse.

Cette liste est loin d'être complète. Outre les raisons du développement possible de l'hypoxie qui y sont énumérées, on peut noter que le risque d'avoir des enfants atteints de cette pathologie est plus grand chez les femmes de moins de 20 ans ou de plus de 35 ans.

En plus des facteurs affectant l'état du fœtus pendant la grossesse, il existe également des facteurs influençant le processus de la naissance elle-même. Il s’agit par exemple du serrage du cordon ombilical en cours de pose en cas de tentative trop forte.

Puisqu'une maladie telle que l'ischémie affecte principalement le travail du cerveau, presque tous les signes d'un comportement anormal, c'est-à-dire des anomalies dans le comportement et le développement de l'enfant peuvent en définitive résulter de troubles ischémiques.

Les symptômes qui se développent dans cette pathologie attirent souvent l'attention non seulement des spécialistes, mais également des parents inexpérimentés.

Quelle est la manifestation de l'ischémie cérébrale dans les miettes nouvellement nées? Tout d’abord, vous devez faire attention aux manifestations suivantes:

  1. 1. Augmentation du volume de la tête de l’enfant.
  2. 2. Augmentation de la fontanelle et de la pression intracrânienne élevée.
  3. 3. L'enfant ne peut pas sucer et avaler.
  4. 4. L'activité motrice du nourrisson est réduite ou pratiquement absente (dans certains cas, au contraire, une activité motrice excessive).
  5. 5. Les muscles sont faibles.
  6. 6. Visage asymétrique.
  7. 7. Développe le strabisme.
  8. 8. Tremblement des membres.
  9. 9. tressaillement.
  10. 10. Pleurs déraisonnables.
  11. 11. Tonus musculaire élevé.

L'ischémie cérébrale a 3 stades de développement, chacun ayant ses propres manifestations et projections spécifiques:

  1. 1. Au premier degré de la maladie, un enfant a un tonus musculaire légèrement accru et des réflexes tendineux renforcés, ainsi qu'un faible appétit. Le bébé pleure constamment et ne dort pas bien. De tels symptômes avec un degré modéré de la maladie disparaissent généralement le troisième jour.
  2. 2. Le second degré est moyen, caractérisé par une diminution du tonus musculaire, un réflexe de Moro lent, l'apparition de manifestations d'apnée, une extinction ou une disparition complète des réflexes de préhension et de succion. Si une amélioration se produit au cours des 2 prochaines semaines, cela augmente la probabilité d'un résultat favorable.
  3. 3. Le troisième degré est le plus difficile. Les manifestations caractéristiques de ce stade de la maladie sont l’incohérence des mouvements oculaires, des changements radicaux de la pression artérielle, une diminution du tonus musculaire et un manque de réflexes. Les enfants présentant ce stade particulier d'ischémie ont besoin d'une ventilation mécanique. De plus, ils sont souvent dans le coma.

À propos de quel degré d'ischémie chez un enfant, le médecin conclut après l'examen. De plus, ces données sont notées dans le diagnostic de sortie. L’état de l’enfant est déterminé selon l’échelle Apgar.

Ischémie cérébrale chez le nouveau-né

Les parents du nouveau-né sont le plus souvent sensibilisés à l'ischémie cérébrale alors qu'ils sont encore à l'hôpital. Si cela n’est pas signalé, un neurologue et un pédiatre peuvent ensuite mentionner l’ischémie, en essayant d’expliquer ce qui se passe chez leur enfant, pourquoi il crache, prenant lentement du poids ou ne dormant pas bien. Dans cet article, nous expliquerons pourquoi l'ischémie se développe, comment elle peut être traitée et quelles en sont les conséquences.

Qu'est ce que c'est

En médecine officielle, ce concept décrit l’état de manque d’oxygène du cerveau. Chez un nouveau-né, la maladie ischémique cérébrale est essentiellement une réponse à l’hypoxie.

Avec un manque d'oxygène, les neurones commencent à changer et à mourir, ce qui provoque des modifications hypoxiques-ischémiques dans le cortex cérébral. Plus la famine durait longtemps, plus les zones touchées étaient larges et donc plus lourdes de conséquences.

Le plus souvent, l'ischémie se trouve chez les bébés prématurés. Il peut également s'agir de nourrissons qui ont connu un manque d'oxygène qui lui est si important pendant la grossesse ou une hypoxie aiguë au cours de l'accouchement.

Il convient de noter que ce diagnostic est récemment devenu très répandu. Et pas parce que les enfants sont devenus moins bien nés ou plus souvent étouffés dans l’utérus. Certains experts, y compris le Dr Komarovsky, estiment que les neurologues posent souvent ce type de diagnostic aux bébés, car avec une ischémie légère, il est très facile d'expliquer aux parents les processus les plus compliqués et les particularités du développement d'un nouveau-né. Une autre raison - le manque de compréhension de ce qui se passe chez le médecin lui-même. S'il n'est pas clair qu'avec un enfant, le moyen le plus facile de dire est que «c'est à cause de la métamorphose ischémique dans le cerveau».

De faibles degrés indiquent que les violations n’ont pas entraîné de conséquences irréversibles. Ceux-ci incluent 1 et 2 degrés d'ischémie cérébrale. Le troisième degré est beaucoup plus difficile. Jusqu'à présent, la médecine ne savait pas avec certitude comment la traiter et les prévisions étaient donc considérées comme défavorables.

Raisons

Les lésions cérébrales ischémiques sont toujours étroitement associées à une seule cause fondamentale: le manque d'oxygène pour alimenter les cellules de l'organe. Les raisons qui conduisent à un manque d'oxygène sont nombreuses et se divisent en périnatale et postnatale.

Si, au cours de la grossesse, une hypoxie chronique est observée, les lésions cérébrales sont quelque peu compensées. Avec l’hypoxie aiguë que le bébé aurait pu ressentir au moment de la naissance, l’ischémie se développe plus sévèrement.

Causes courantes d'hypoxie intra-utérine:

  • les maladies chroniques d'une femme enceinte, en particulier en cas de maladies des poumons, des reins, du foie, du cœur et des vaisseaux sanguins;
  • maladies infectieuses aiguës au premier trimestre (grippe, varicelle, rubéole, ARVI, infections herpétiques);
  • le mauvais mode de vie de la future mère: fumer en portant un bébé, prendre de la drogue et des boissons alcoolisées, des médicaments pour lesquels le médecin n’a pas donné son autorisation;
  • l'âge de la future mère au moment de la grossesse: le risque d'hypoxie fœtale est plus élevé chez les très jeunes femmes enceintes de moins de 19 ans, ainsi que chez les futures femmes enceintes de plus de 36 ans;
  • problèmes survenus directement pendant la grossesse: violations du flux sanguin placentaire et utéro-locataire, menace de fausse couche persistante pendant longtemps, manque d'eau et débit d'eau élevé, enchevêtrement du cordon ou nœuds du cordon ombilical, conflit rhésus);
  • nutrition inadéquate de la mère pendant la grossesse, violation des recommandations de son médecin

Une déficience aiguë en oxygène peut également survenir lors de l'accouchement. Les enfants à risque comprennent les naissances prématurées et tardives (après 42 semaines de grossesse). Accouchement dangereux, accouchement prolongé avec un travail faible.

Un grand fœtus, une grossesse multiple, un enchevêtrement dans le cordon ombilical, un écoulement précoce de l'eau ou un décollement prématuré du placenta entraînent assez souvent le développement d'une hypoxie aiguë suivie d'une ischémie cérébrale à divers degrés.

L'ischémie cérébrale est-elle traitée chez le nouveau-né?

L'ischémie cérébrale est une réponse à la privation d'oxygène due au rétrécissement de la lumière ou au blocage des artères cérébrales. De plus en plus, la maladie se manifeste chez les enfants et représente environ 85% des cas, en raison de l'exposition externe et interne. Quelle que soit la nature de l’apparition de la maladie, un traitement retardé a souvent de mauvaises conséquences.

Comment l'ischémie se manifeste chez les jeunes enfants

Ischémie cérébrale chez le nouveau-né - résultat de l'hypoxie pendant la grossesse et l'accouchement. En neuroscience périnatale, ce problème est difficile à résoudre car il n’existe toujours pas de moyen suffisamment efficace pour s’en débarrasser. Chez les nourrissons, on peut suspecter une ischémie si:

  • le bébé pleure sans raison et frémit;
  • la surface de la peau a une teinte marbrée;
  • le bébé ne dort pas bien;
  • il tète faiblement et avale mal;
  • faiblesse musculaire présente, bébé paresseux;
  • la tête est grosse et la fontanelle est agrandie;
  • la respiration est perturbée, des convulsions se produisent.

Degré de maladie chez le nouveau-né

Il y a trois degrés d'ischémie chez les enfants:

  • Doux (1 degré) - lorsque l'enfant est excessivement agité ou déprimé pendant 4 à 7 jours de sa vie. Le traitement est effectué dans la maternité, après quoi un neurologue observe l'enfant à la maison.
  • Avec un degré modéré (grade 2), l'enfant a des convulsions et des crises neurologiques et plusieurs troubles neurologiques se produisent. L'enfant est soigné à l'hôpital.
  • L'ischémie sévère (3 degrés) implique des violations graves dans lesquelles le bébé est placé dans l'unité de soins intensifs. Après sa sortie, le bébé attend une longue rééducation.

Les deux premiers degrés de maladie cérébrale sont rarement considérés comme une conséquence du développement de pathologies neurologiques. Et, si un traitement adéquat est effectué à temps, les symptômes fonctionnels de la maladie disparaissent complètement. Un dysfonctionnement cérébral ischémique grave contribue au développement de déviations du système nerveux.

Cela conduit à un dysfonctionnement du système nerveux central, à la suite duquel l'enfant se développe mal, il a des convulsions, il entend et voit pire.

Si vous recherchez un centre de rééducation pour la récupération, nous vous recommandons le centre de rééducation Evexia, où la rééducation est effectuée après avoir souffert de maladies neurologiques en utilisant les équipements les plus modernes.

Causes de l'ischémie chez les nourrissons

L'ischémie cérébrale chez les nourrissons résulte d'un manque d'oxygène, qui s'est produit lors du port de l'enfant ou lors de sa naissance. Les facteurs provocants incluent:

  • polyhydramnios diagnostiqué pendant la grossesse;
  • âge de la mère jusqu'à 20 ans et après 35 ans;
  • accouchement prématuré ou trop tard;
  • violation de la nourriture du placenta, son détachement ou présentation trop tôt;
  • grossesse multiple;
  • prééclampsie;
  • conditions pathologiques des systèmes cardiaque et vasculaire;
  • nébulosité du liquide amniotique;
  • les maladies de la mère lorsqu'elle porte un enfant.

Une altération de la circulation sanguine entre l'utérus et le placenta est le principal facteur d'hypoxie du nouveau-né.

De plus, c'est le cerveau qui est considéré comme le plus dépendant du manque d'oxygène. Et dans les manifestations particulièrement sévères, la mort de cellules individuelles ou de pans entiers du cerveau peut survenir.

Parfois, le kyste arachnoïdien du cerveau est diagnostiqué chez le nouveau-né. Après avoir lu l'article, vous saurez s'il est dangereux et comment il est traité. Myoclonia chez les enfants est assez commun. Le plus souvent, ils sont de nature inoffensive, mais le moment de consulter un médecin est décrit dans la section consacrée aux névralgies.

Les principaux signes de la maladie

Toute anomalie chez le bébé peut indiquer une ischémie chez le nouveau-né. Les signes de dysfonctionnement cérébral chez les bébés sont variés et un retard de développement net attirera sûrement l'attention des parents. En outre, un changement radical de comportement, une perte d'appétit, des caprices constants, des régurgitations fréquentes et une réaction au changement de temps devraient être une source de préoccupation. Les symptômes de l'ischémie cérébrale chez un enfant incluent:

  • une augmentation du volume de la tête de l’enfant, ainsi qu’un grand ressort, en raison de l’augmentation du liquide dans le cerveau, une pression intracrânienne élevée;
    l'enfant est inconscient et manque de fonctions de coordination cérébrale;
  • oppression du système nerveux central, avec détérioration de l'activité motrice et de la faiblesse musculaire, affaiblissement des réflexes de succion et de déglutition; dans de rares cas, un strabisme peut se développer avec des proportions asymétriques du visage;
  • ou au contraire, excitabilité excessive du bébé, caractérisée par un tonus musculaire faible ou élevé, des tremblements de certaines parties du corps (menton, mains ou pieds), un sursaut, des réflexes accrus, un sommeil médiocre, des pleurs sans raison;
  • secousses des membres et de la tête, saisissantes.

Diagnostic du dysfonctionnement cérébral chez le nouveau-né

L'objectif principal du diagnostic est d'identifier la raison de la maladie. Les principales mesures de diagnostic incluent:

  • examen physique: évaluation des fonctions respiratoire et cardiaque, analyse obligatoire de l’état nerveux de l’enfant;
  • étude duplex des artères avec une unité à ultrasons pour l'analyse de la circulation sanguine dans les vaisseaux;
  • angiographie pour détecter des anomalies dans le fonctionnement du cerveau: thrombose, rétrécissement des artères, anévrisme;
  • MR angiographie et CT angiographie;
  • De plus, des analyses de sang, d'ECG, d'échocardiogramme, de rayons X et de sang sont effectuées.

Traitement de l'ischémie chez les nouveau-nés

Malgré des progrès importants dans le traitement de l’ischémie chez les nouveau-nés, il n’existe toujours pas de moyen efficace d’éliminer la maladie.

L'objectif principal du traitement est de rétablir la circulation sanguine des vaisseaux sanguins afin de garantir le fonctionnement normal des zones endommagées du cerveau. Dans la phase bénigne de la maladie, la méthode de traitement est très simple et accessible à tous - il s’agit d’un massage ordinaire sans utilisation de médicament. Dans le cas de stades plus complexes de la maladie, le traitement est choisi en fonction de caractéristiques individuelles et nécessairement en fonction du témoignage d'un médecin spécialiste. Généralement, les médicaments sont prescrits pour stimuler le cerveau, normaliser le système circulatoire et des médicaments pour restaurer et renforcer les défenses de l'organisme. Dans le traitement de l'ischémie cérébrale, les remèdes populaires sont largement utilisés et doivent être associés à des médicaments de base. Les méthodes traditionnelles peuvent bien soulager les symptômes de la maladie, mais seuls les médicaments et la chirurgie peuvent en éliminer la cause. Pour les nouveau-nés, les méthodes traditionnelles de traitement ne sont pas utilisées.

Les principaux symptômes du syndrome convulsif chez les enfants sont bien décrits dans cet article. Vous apprendrez comment aider un enfant lors d’une attaque et comment l’éviter à l’avenir. Découvrez ici l’opinion du Dr Komarovsky sur la pression intracrânienne chez les nourrissons. Le tremblement des mains du nouveau-né est-il dangereux, à cause de ce qu'il apparaît et de la façon de le prévenir?

Effets possibles de la maladie sur les nouveau-nés

Le pronostic et les conséquences de l'ischémie dépendent entièrement du stade et de la gravité de l'ischémie. En outre, la pathologie existante et l'exactitude des méthodes de traitement et des méthodes de réadaptation revêtent une grande importance. Les conséquences graves ne sont pas exclues, le traitement doit donc être démarré rapidement. L'ischémie cérébrale chez le nouveau-né peut provoquer l'apparition de:

  • maux de tête;
  • sommeil agité et irritabilité;
  • difficultés de communication et d'apprentissage;
  • retard mental;
  • dans les cas difficiles - l'épilepsie.

L'ischémie peut même être fatale. Vous pouvez éviter la mort si vous consultez immédiatement un médecin. Seul un médecin établira un diagnostic précis et recommandera le traitement approprié. La chose la plus importante - il est nécessaire de s’engager dans la prévention en préservant la santé de l’enfant pendant de nombreuses années.

Prévention des maladies

Penser à votre santé devrait être de la petite enfance. Après tout, la maladie est fatale. Pour éviter le développement de l'ischémie devrait être les étapes suivantes:

  • faire de l'exercice régulièrement;
  • marcher beaucoup en plein air;
  • mangez bien, essayez de vous conformer au régime;
  • arrêter de fumer et d’autres habitudes malsaines;
  • éviter le stress, attitude positive à la vie.

Ces règles sont très simples et leur application protégera toute personne des maladies dangereuses. En outre, une femme enceinte devrait consulter régulièrement un gynécologue, traiter toutes les maladies à l’épreuve, se soumettre à une échographie prévue, bien manger, marcher beaucoup à l’air frais et ne pas être nerveuse. En observant des règles simples, vous pouvez donner naissance à un bébé en bonne santé. La vidéo présente l’une des principales causes de l’ischémie chez le nouveau-né - l’hypoxie foetale pendant la grossesse:

Dans le domaine des neurosciences périnatales, une pathologie telle que l’ischémie cérébrale chez le nouveau-né est considérée comme un problème grave. En médecine, on parle aussi d'ischémie cérébrale. Cela est dû au fait qu’avec les technologies modernes et les derniers développements dans ce domaine, il n’existe aucun moyen efficace de traiter cette maladie avec un troisième degré de gravité.

Il se caractérise par une hypoxie (apport insuffisant en oxygène) ou une anoxie (cessation complète de l'apport en oxygène) du cerveau. Pour éviter toute pathologie, les jeunes parents doivent connaître les facteurs pouvant déclencher cette maladie.

Causes de la maladie

Dans tous les cas, l’ischémie cérébrale chez l’enfant est une conséquence du manque d’oxygène. Les principales causes d'hypoxie peuvent être:

  • graves problèmes de santé de la mère lors de l'accouchement (maladies cardiovasculaires, broncho-pulmonaires, urinaires, infectieuses, endocriniennes);
  • accouchement moins de 18 ans ou plus de 35 ans;
  • non-respect par la femme pendant la grossesse pendant le régime de jour, tabagisme, alcoolisme;
  • pathologies de la grossesse: toxémie sévère immédiatement avant l'accouchement, oligohydramnios, fertilité prolifique, pathologies du placenta et du cordon ombilical, prématuré (l'ischémie cérébrale est souvent diagnostiquée chez les prématurés) et les naissances tardives;
  • Problème d'accouchement: enchevêtrement avec le cordon ombilical du fœtus, césarienne, utilisation de médicaments (stimulation, par exemple), traumatisme à la naissance, travail prolongé et difficile, début du travail, grand fœtus.

Le principal facteur de diagnostic de l’ischémie cérébrale est une altération grave de la circulation sanguine entre le placenta et l’utérus. Cela entraîne la nécrose de certaines parties du cerveau et une hypoxie. Les manifestations de la maladie peuvent être différentes dans chaque cas individuel, un diagnostic minutieux et détaillé est donc nécessaire.

Symptômes de l'ischémie cérébrale

Parmi les symptômes de l'ischémie cérébrale chez l'enfant, les plus importants et les plus courants sont:

  • hyperexcitabilité: le bébé frissonnera constamment, il y aura un tremblement des différentes parties du corps, un sommeil agité, des pleurs sans raison apparente;
  • Dépression du SNC: diminution du tonus musculaire, faible activité physique, réflexes de succion et de déglutition affaiblis, asymétrie faciale, strabisme;
  • hydrocéphalie: augmentation de la taille de la tête, augmentation de la pression intracrânienne;
  • comateux: état inconscient, la fonction du cerveau sur la coordination des mouvements est absente;
  • convulsions.

Ainsi, l'ischémie cérébrale chez un enfant se manifeste déjà dans les premières heures de sa vie. À la maternité, ils supposent le plus souvent la présence d'un tel diagnostic chez le bébé, en particulier si la grossesse et l'accouchement sont accompagnés d'une pathologie fœtale et d'une hypoxie. Cependant, tous ces symptômes peuvent survenir chez le nouveau-né à des degrés divers.

Types: 1, 2, 3 degrés

En médecine, il existe trois degrés d'ischémie cérébrale chez l'enfant.

  • Premier degré

Le degré le plus facile, caractérisé par la dépression ou l’excitation de l’enfant au cours de la première semaine de la vie. Le plus souvent, les signes disparaissent avec la réponse rapide et opportune des médecins sans conséquences graves pour un petit organisme.

  • Deuxième degré

Si le nouveau-né a des convulsions et que le reste des symptômes dure plus d'une semaine, le médecin diagnostiquera un degré modéré de la maladie. Comme le 1er degré, elle est curable avec une thérapie adéquate.

  • Troisième degré

Les tout-petits souffrant d'ischémie de grade 3 sont placés en soins intensifs. Le plus souvent, cette forme de maladie conduit à une lésion pathologique difficile à traiter de tout le système nerveux central. Cela se manifeste dans l'ataxie, le retard du développement psychomoteur, les troubles de la vue et de l'audition, les crises convulsives focales.

Selon le degré d'ischémie chez les nouveau-nés, des mesures complètes de traitement sont effectuées.

Traitement de l'ischémie cérébrale chez les enfants

Dans la pédiatrie moderne, l'ischémie vasculaire cérébrale chez les nouveau-nés est traitée avec succès grâce à un diagnostic opportun et à une maladie bénigne. La tâche principale de la thérapie est la restauration de la circulation sanguine, la réanimation opportune des zones endommagées du cerveau et le sauvetage du reste. Méthodes un peu:

  • au début, seul le massage est prescrit, car les médicaments destinés à un petit organisme sont stressants et entraînent de multiples conséquences;
  • si le massage n'aide pas, en fonction des indicateurs, des médicaments sont déjà prescrits.

L'ischémie cérébrale chez le nouveau-né est une maladie grave qui ne peut être traitée qu'avec un traitement opportun et approprié. Les conséquences de la pathologie sont déterminées par sa gravité.

Les conséquences

Les conséquences de l'ischémie cérébrale chez les enfants dépendent de la gravité de la maladie, de la présence de comorbidités, de l'efficacité du traitement. Après un traitement intensif, une période de rééducation est nécessaire, sur laquelle les prévisions dépendront également. Parmi les effets les plus courants, notez:

  • maux de tête;
  • troubles du sommeil;
  • retard mental;
  • irritabilité constante;
  • l'épilepsie;
  • l'isolement;
  • difficultés d'apprentissage.

Le problème de l'ischémie chez les nouveau-nés dans la pédiatrie moderne est très pertinent. Dans certains cas, la maladie devient une cause d'incapacité et se traduit par une incapacité pour l'enfant de s'adapter davantage à la société. Traitement complet de l'ischémie sévère, ses conséquences sont un processus long et complexe qui nécessite des efforts, de la patience et de l'attention des médecins ainsi que des parents.

Les progrès de la médecine, l'amélioration des méthodes d'observation des bébés et le niveau élevé de soins donnent de l'espoir à la vie et à la santé de nombreux enfants malades. Malgré cela, l’ischémie cérébrale et l’asphyxie sont l’une des principales causes de décès et d’invalidité chez les enfants plus jeunes.

Qu'est-ce que l'ischémie cérébrale?

L'ischémie cérébrale signifie littéralement un apport sanguin insuffisant au cerveau. Chez les nouveau-nés, seul le processus ischémique est rare: il se produit notamment avec des malformations cardiaques. Le terme "encéphalopathie hypoxique-ischémique" est beaucoup plus utilisé. Cela signifie que les cellules cérébrales sont endommagées par de faibles niveaux d'oxygène et un mauvais apport sanguin.

Les principales causes d'ischémie cérébrale chez le nouveau-né

Hypoxie ou asphyxie intra-utérine pendant le travail (arrêt complet de l'apport en oxygène)

  • insuffisance placentaire aiguë (voir hypoxie fœtale), décollement placentaire
  • travail prolongé
  • serrage du cordon ombilical pendant les contractions et les tentatives

Insuffisance respiratoire après la naissance

  • malformations cardiaques congénitales
  • insuffisance cardiaque
  • canal artériel ouvert
  • insuffisance respiratoire chez les bébés prématurés

Abaisser la tension artérielle après la naissance

  • la septicémie
  • saignements abondants (troubles de la coagulation, lésions du foie et autres causes)

Comment se développe l'ischémie cérébrale chez le nouveau-né?

L'oxygène transporté par le sang dans toutes les cellules du corps est un facteur vital. Avec sa faible teneur commence la redistribution du sang dans les organes. Le cerveau et le cœur commencent à recevoir le maximum possible d'oxygène et de nutriments, alors que les autres tissus et organes sont déficients. Si l'asphyxie persiste, ces capacités compensatoires ne suffisent pas à la vie des cellules nerveuses. Ils commencent à mourir un à un. Une encéphalopathie hypoxique-ischémique du nouveau-né se produit. Plus le tissu cérébral a été touché, plus le pronostic sera sombre pour le bébé. Dans certains cas, en raison d'une hypoxie, des hémorragies cérébrales peuvent survenir, ce qui augmente le risque d'évolution défavorable.

Facteurs de risque d'encéphalopathie hypoxique-ischémique

Côté de la mère

  • Maladies neurologiques dans l'épilepsie familiale et maternelle
  • Traitement d'infertilité
  • Maladies endocriniennes (p. Ex. Anomalies de la thyroïde)

Caractéristiques de la grossesse

  • Prééclampsie et éclampsie
  • Pathologie du placenta

Caractéristiques de l'accouchement

  • Saignements importants pendant la grossesse et au moment de l'accouchement
  • L'âge gestationnel au moment de l'accouchement est inférieur à 37 semaines ou supérieur à 42 semaines
  • Faible poids à la naissance
  • Manque de soins médicaux qualifiés
  • Livraison rapide (moins de 2 heures)
  • Fièvre au moment de l'accouchement (plus de 38 degrés)
  • C-section d'urgence

Tous les facteurs ci-dessus ne sont pas des garants de l'hypoxie du nouveau-né. Ils ne reflètent que le degré de santé du fœtus et le danger au moment de l'accouchement. Ainsi, par exemple, les saignements, la pathologie du placenta et le poids de l’enfant sont des facteurs interdépendants. Elles conduisent souvent à un travail prématuré et à une césarienne d'urgence (indications). La combinaison de ces moments augmente légèrement le risque de lésions cérébrales chez un bébé, mais seulement dans un faible pourcentage des cas.

  • Environ 70% des enfants atteints d'encéphalopathie présentaient déjà des troubles du développement et des facteurs de risque pendant la grossesse de la mère.
  • 25% des bébés ont également eu des problèmes lors de l'accouchement.
  • Et seul un petit nombre d'enfants atteints d'ischémie cérébrale a souffert après la naissance.

Degrés d'ischémie cérébrale

Facile

Moyenne

Lourd

  • légère augmentation du tonus musculaire
  • augmentation des réflexes tendineux profonds
  • manque d'appétit, larmoiement ou somnolence
  • disparition des symptômes pendant les trois premiers jours

Chez les bébés prématurés, une légère ischémie peut se manifester non pas avec une augmentation, mais avec une réduction des réflexes et du tonus musculaire.

  • diminution du tonus musculaire
  • réflexes tendineux réduits
  • Réflexe flasque de Moro (étirement des bras lorsque la tête est rejetée en arrière), succion, saisie des réflexes (ou leur disparition complète)
  • apnée fréquente (pauses respiratoires)
  • les symptômes apparaissent le premier jour.

La récupération dans les deux premières semaines indique un pronostic favorable.

  • stupeur ou coma (jusqu'à l'absence de réponse à tous les stimuli)
  • respiration irrégulière, besoin de ventilation mécanique
  • réduction du tonus musculaire et des réflexes tendineux
  • manque de réflexes chez le nouveau-né (Moro, préhensile, succion)
  • strabisme, nystagmus, mouvements oculaires non coordonnés
  • troubles du rythme cardiaque, pics de tension artérielle
  • crampes chez un enfant

Signes d'asphyxie prolongée et d'ischémie sévère du nouveau-né

  • Faible score (0-3) sur l'échelle Apgar après les 5 premières minutes de vie
  • Coma, manque de réflexes tendineux et de tonus musculaire
  • Violations des organes internes (reins, poumons, foie, coeur)

Le degré d'ischémie cérébrale est déterminé par le médecin après avoir examiné l'enfant. Ce chiffre doit figurer dans le certificat de sortie. Les données initiales sur l'état du bébé sont obtenues immédiatement après la naissance, à l'aide de l'échelle d'Apgar:

0 points

1 point

2 points

L’état du bébé est réparé 1 et 5 minutes après la naissance. Après 1 minute, le besoin de réanimation est déterminé par le nombre de points. Les scores sur 5 minutes reflètent dans une certaine mesure des lésions cérébrales hypoxiques (si c'était le cas).

Ischémie cérébrale chez les bébés prématurés et à terme

Les lésions cérébrales dues à l'asphyxie sont différentes chez les enfants nés à temps et chez les prématurés. Plus tôt l'enfant est né, plus le risque de leukomalacie périventriculaire (PVL) est grand. Ce terme désigne la nécrose de la substance blanche du cerveau située près des cavités spéciales (ventricules). À la place des cellules mortes, des kystes se forment. PVL est coupable dans la plupart des cas de paralysie cérébrale et de démence chez les enfants nés avant 31 semaines de grossesse. Chez les bébés nés à terme, le cortex cérébral est plus souvent endommagé - matière grise. Les effets sur la santé dépendront de la taille et de l’emplacement des neurones endommagés. Si l'asphyxie était grave et aiguë, le tronc cérébral, qui est responsable de la respiration et du rythme cardiaque, peut être endommagé. C'est une menace directe pour la vie du bébé.

Conséquences de la privation d'oxygène du cerveau

  • L'ischémie cérébrale sévère dans 25 à 50% des cas s'achève par le décès d'un enfant dans les premiers jours de la vie, ou un peu plus tard par une pneumonie et d'autres infections. Parmi les enfants survivants, 80% ont des effets à long terme graves (démence, paralysie cérébrale, autisme), 10% souffrent de complications modérées et 10% n'ont pas d'effets prononcés de l'asphyxie.
  • L’ischémie cérébrale 2 (sévère) chez 30 à 50% des enfants survivants entraîne des effets graves à long terme et chez 10 à 20% des complications modérées (voir Augmentation de la pression intracrânienne, régurgitations fréquentes du nouveau-né).
  • Une ischémie cérébrale bénigne chez le nouveau-né se termine presque toujours en toute sécurité, sans conséquence significative pour l'enfant (voir hyperactivité chez l'enfant, hypotrophie chez l'enfant).

Diagnostics

Typiquement, l'ischémie cérébrale se manifeste dans les premiers jours après la naissance. L'encéphalopathie bénigne disparaît assez rapidement et, dans les cas graves, il peut y avoir un faux «intervalle lumineux», plusieurs heures ou plusieurs jours d'amélioration, suivi d'une nette détérioration. Par conséquent, un examen complet est nécessaire pour poser un diagnostic.

Inspection de bébé

L'examen comprend un score d'Apgar, une vérification de tous les réflexes importants (succion, déglutition, préhension), la mesure du poids et de la taille.

Des analyses

  • numération globulaire complète
  • niveau d'électrolyte dans le sang
  • évaluation de la coagulation sanguine
  • quantité de gaz sanguins (oxygène, dioxyde de carbone)

IRM du cerveau

Dans les cas d’ischémie cérébrale modérée et grave, l’imagerie par résonance magnétique est souvent utilisée pour étudier ses structures. Avec une ischémie légère qui survient pendant la journée, le recours à une IRM est rarement nécessaire.

Échographie cérébrale

Malgré l'opinion populaire, l'échographie n'est pas un moyen précis de déterminer l'encéphalopathie hypoxique. Avec elle, vous pouvez parfois remarquer des signes d'œdème cérébral et d'hémorragie. Mais le plus souvent, cette méthode de recherche donne un résultat faussement positif. Par conséquent, l'échographie est utilisée pour le diagnostic principal, avec la nécessité d'un examen supplémentaire.

EEG (électroencéphalographie)

Cette étude est indispensable chez les enfants atteints d’ischémie cérébrale sévère. Grâce à lui, vous pouvez identifier les convulsions cachées, évaluer le degré de lésion cérébrale et la sécurité de son activité, afin de trouver le traitement anticonvulsivant approprié.

Traitement de l'ischémie cérébrale

Aucun traitement spécifique ne peut réparer l'ischémie cérébrale endommagée. Il n'y a pas de pilule, pas de compte-gouttes ou de physiothérapie qui puisse remplacer les points morts par des points viables. Mais il existe des méthodes pour prévenir davantage d'hypoxie et aider l'enfant à se réadapter.

Méthodes dans la période aiguë de l'ischémie

Une ischémie modérée et grave apparaissant généralement immédiatement et de manière éclatante, un score Apgar peut faire l’objet d’une évaluation préliminaire de la maladie. Si, pendant les deux premières minutes de vie, le bébé n'a pas commencé à respirer seul ou à l'aide d'un masque à oxygène, commencez par prendre des mesures de réanimation:

  • Intubation et ventilation mécanique

Avec des blessures mineures, la plupart des enfants peuvent être transférés à la respiration spontanée 2-3 minutes après l'intubation. Ces bébés sont transmis à la mère et sont sous surveillance médicale étroite. Si une réanimation plus longue est nécessaire, l'enfant est transféré à l'unité de soins intensifs, où il fait l'objet d'une surveillance active en ce qui concerne les voies respiratoires, la circulation sanguine, les niveaux de gaz dans le sang, l'hémoglobine et le glucose.

Les anticonvulsivants (phénobarbital, phénytoïne et autres), dans un dosage bien choisi, soulagent les convulsions et soulagent l'enfant de lésions cérébrales supplémentaires.

  • Maintenir l'activité cardiaque

Puisque le cœur souffre avec le cerveau pendant l'hypoxie, il est parfois nécessaire de soutenir son travail. Des médicaments tels que la dopamine et la dobutamine maintiennent un rythme cardiaque adéquat.

Ces dernières années, des études ont été menées sur l’abaissement de la température de 3 à 4 degrés par rapport à la normale. Il est prouvé qu'une telle hypothermie est capable de préserver les cellules du cerveau, empêchant ainsi la propagation de la nécrose. Dans le traitement standard de l'encéphalopathie, il a été introduit en 2010. La règle principale de l'hypothermie: contrôle des spécialistes et réchauffement progressif. Ainsi, à ce jour, aucun médicament ne peut guérir les lésions cérébrales hypoxiques. Vous pouvez seulement les suspendre et fournir à l'enfant le support de toutes les fonctions importantes jusqu'à la récupération.

Traitement des effets de l'ischémie cérébrale chez le nouveau-né

L'encéphalopathie moyenne et grave se termine souvent par des modifications persistantes du cerveau. Ils peuvent apparaître légèrement (trouble déficitaire de l'attention, par exemple) ou conduire à un handicap (paralysie cérébrale, retard mental). Quel que soit le résultat de l'encéphalopathie, l'ensemble des médicaments pour le traitement est très limité:

  • Avec des crises persistantes, un traitement anticonvulsivant est effectué.
  • Dans les cas d'infirmité motrice cérébrale sévère avec spasticité des bras ou des jambes, des relaxants musculaires sont utilisés

Sur cette liste de pilules se termine. L'exercice régulier est le seul moyen d'influencer le développement d'un enfant avec les conséquences d'une ischémie sévère.

  • Lorsque la paralysie cérébrale nécessite un massage spécial, il est préférable de faire confiance à des spécialistes. Au moins dans les premiers stades.
  • Pour les enfants plus âgés ont besoin de thérapie physique
  • Outils spéciaux pour la correction des postures incorrectes. Lorsque les membres atteints de spasticité, le bébé adopte souvent une position inadéquate, ce qui aggrave à l'avenir le pronostic. Longues, rouleaux, poussettes, chaises spéciales offrent une position physiologique du corps dans l'espace.
  • Cours avec orthophoniste et exercices à la maison pour le développement de la parole, de l'attention, de la persévérance
  • La communication avec les enfants, les adultes et la faune environnante est une étape importante de la réadaptation des enfants après une ischémie cérébrale.

Surdiagnostic et traitement inefficace de l'encéphalopathie ischémique

La neurologie pédiatrique est l’un des rares domaines de la médecine domestique dans lequel la plupart des médecins ne suivent pas les dernières recommandations en matière de diagnostic et de traitement des DEA. Et si, dans notre pays, les nouveau-nés souffrant de lésions cérébrales sont très bien nourris au sein, les «effets du DEA» sont traités de manière incorrecte et déraisonnable.

  • Les nouveau-nés et les enfants âgés de 3 à 6 mois ont des caractéristiques confondues avec une encéphalopathie. Par exemple, saccades, augmentation du tonus musculaire, symptôme de Gref - tout cela est la norme pour les bébés de moins de six mois. La plupart des pédiatres et neurologues ne le savent malheureusement pas.
  • L'inspection d'un bébé apeuré ou somnolent est une autre cause de surdiagnostic d'ischémie cérébrale. Dans de tels cas, il peut être trop agité ou léthargique.
  • La conséquence du surdiagnostic est généralement la prescription de médicaments inutiles. De tels médicaments n’aident pas les enfants avec les effets réels de l’hypoxie et ne sont même pas nécessaires pour les bébés en bonne santé.

Liste courte inutile médicaments:

  • Préparations vasculaires (cavinton, cinnarizine, etc.) voir préparations pour améliorer la circulation cérébrale
  • Actovegin, Cerebrolysin, Cortexin
  • Nootropiques: Phenibut, Piracetam, Pantogam, Picamilon
  • Tous les médicaments homéopathiques (voir effet placebo)
  • Remèdes à base de plantes (agripaume, valériane), voir sédatifs pour enfants.

Tous les remèdes ci-dessus n'ont pas prouvé leur efficacité et leur innocuité. Au mieux, ils n’aideront pas, au pire, ils provoqueront divers effets secondaires.

Prévention de l'ischémie cérébrale chez le nouveau-né

  • Une planification soigneuse de la grossesse
  • Réussir toutes les études nécessaires (échographie, tests sanguins et urinaires) pendant la grossesse
  • Si nécessaire, prendre des suppléments de fer
  • Dépistage des infections avant et pendant la grossesse
  • Abandonner les mauvaises habitudes
  • Avec une grossesse compliquée - hospitalisation rapide

Foire Aux Questions

Un fils de 1 mois a subi une échographie cérébrale planifiée. En conclusion, il était écrit: «Les conséquences de l’encéphalopathie périnatale, la période de récupération. Signes d'augmentation de la pression intracrânienne. Le neurologue a diagnostiqué la menace de paralysie cérébrale (car il y a un petit tremblement du menton), nommé Pantogam. Quelle est la gravité de ce diagnostic?

Compte tenu de la seule plainte de tremblement du menton, le développement de votre fils n’est probablement pas une source de préoccupation. Une encéphalopathie sévère est généralement visible déjà à la maternité. L'échographie cérébrale sans symptômes de renforcement ne peut pas être la base du diagnostic. Pantogam - un médicament inefficace et dangereux. Massage avec les mains de ma mère et la promotion de toute activité physique est tout ce dont un enfant en bonne santé a besoin.

Le diagnostic «Effets résiduels de l'encéphalopathie périnatale» est-il une raison de refuser la vaccination?

Un tel diagnostic est incorrect car il ne reflète pas l'état de l'enfant. Mais même si une ischémie cérébrale était effectivement observée après la naissance, ceci n’est pas une contre-indication à la vaccination. De plus, les enfants présentant une conséquence grave d'ischémie, telle que l'infirmité motrice cérébrale, doivent être vaccinés.

Quelle est la gravité des conséquences de l'ischémie cérébrale de grade 1 dont les symptômes ont disparu trois jours après la naissance?

Les enfants atteints du premier degré (léger) d'ischémie cérébrale se rétablissent généralement rapidement, sans être différents de leurs pairs. Les pronostics modérés et sévères peuvent être différents.