Auscultation du coeur: le point d'écoute

Les sons et les bruits cardiaques sont des sons émis par le cœur battant à la suite d'un flux sanguin turbulent (changement de direction, de vitesse et de pression) à travers ses chambres à travers l'appareil à valves. Pour leur étude utilisant la méthode de l'auscultation (écoute), qui est réalisée par un médecin avec un phonendoscope. L'auscultation du coeur aide au diagnostic précoce de la pathologie du coeur et de ses valvules. Les modifications des caractéristiques des sons cardiaques sont enregistrées quotidiennement dans les antécédents médicaux du patient.

Le cœur comporte quatre valves: deux transmettent le sang des oreillettes aux ventricules (gauche - bicuspide mitrale, droite - tricuspide tricuspide) et deux - des ventricules aux grands vaisseaux (aortique - du ventricule gauche à l'aorte, du poumon - du ventricule droit à l'artère pulmonaire). Avec leur ouverture et leur fermeture rythmiques, les phénomènes soniques du cœur apparaissent - des tons. Chez les personnes en bonne santé, deux sons cardiaques principaux sont entendus dans la zone du coeur - le premier et le second.

Le premier ton (systolique) est constitué de sons provenant du cœur lors de la contraction (systole) et apparaît en raison de fluctuations dans le myocarde des deux ventricules (composant musculaire), de la fermeture des valves mitrale et tricuspide (composant de la valve), du «tremblement» des parois aortiques et pulmonaires. artères lors du flux sanguin puissant des ventricules dans celles-ci (composante vasculaire), contraction auriculaire (composante auriculaire). L'intensité de ce phénomène sonore est déterminée par le taux d'accumulation de pression dans les ventricules lors de la contraction. Le second ton (diastolique) apparaît en raison des oscillations rapides des valves aortique et pulmonaire lorsque celles-ci sont fermées lorsque le cœur commence à se détendre (diastole). Son volume est déterminé par la vitesse à laquelle les volets des vannes à deux et trois vantaux claquent. L'étanchéité des vannes à fermeture à glissière garantit le maintien du volume normal de ces deux tonalités.

Chez les enfants et les adolescents, il est possible de détecter normalement des troisième et quatrième tons supplémentaires, à basse fréquence et silencieusement, ce qui n'est pas un signe de maladie.

L'origine du troisième ton est due aux oscillations des parois du ventricule principalement gauche avec leur remplissage excessivement rapide en sang au début de la relaxation cardiaque, le quatrième en raison de la contraction des oreillettes à la fin de la diastole.

Le bruit est un phénomène sonore pathologique qui se forme dans les régions cardiaques et dans les gros vaisseaux lors du flux sanguin turbulent. Les bruits peuvent être à la fois fonctionnels, dans des conditions normales et dans des maladies non cardiaques, non causés par des modifications de la structure du cœur, et pathologiques, pouvant indiquer des dommages organiques au cœur et à son appareil valvulaire. En fonction du moment de l'événement, ils peuvent être systoliques et diastoliques.

Auscultation cardiaque: tons

1. Strutynsky A.V., Baranov A.P., Roitberg G.E., Gaponenkov Yu.P. Fondements de la sémiotique des maladies des organes internes: Atlas. - M., 1997. - P. 119-128.

2. Shelagurov A.A. Propédeutique des maladies internes. - M.: Medicine, 1975. - P. 124–142.

3. Vasilenko V.X. Propédeutique des maladies internes. - M., 1989. - P. 155-165.

L'écoute est la méthode la plus importante pour étudier le système cardiovasculaire. Le tableau de l'auscultation est d'une grande importance pour la reconnaissance de diverses maladies, en particulier pour le diagnostic de la cardiopathie valvulaire.

Apprendre à identifier la mélodie normale du cœur, reconnaître les changements (renforcement, affaiblissement, scission), bruits du coeur I et II, apparition de sons supplémentaires (sons III et IV), clics sur l'ouverture des valves mitrale et tricuspide, interpréter les changements, les associer aux données de l'enquête, inspection, palpation et percussion du coeur, identifier les malformations cardiaques, les dommages du myocarde, l'hypertension dans la circulation majeure ou mineure.

Connaître l'ordre d'auscultation du cœur, le rapport entre le volume des tons aux points d'auscultation, détermine le rythme cardiaque.

Formation théorique préalable nécessaire.

1. Les lois de l'acoustique (Département de physique).

2. Anatomie et physiologie d'un cœur en bonne santé (Département d'anatomie et de physiologie).

3. Physiologie pathologique du système cardiovasculaire (Département de physiologie pathologique).

1. Décrivez le mécanisme de l’éducation que j’entends.

2. Décrivez le mécanisme de formation du ton II.

3. Décrivez le mécanisme de formation du ton III.

4. Décrivez le mécanisme de formation du tonus IV.

5. Quels sont les points d'écoute des valves cardiaques?

6. Spécifiez la procédure d'auscultation du coeur.

7. Donnez les tonalités caractéristiques lorsque vous écoutez 1 et 4 points d'auscultation est normal.

8. Décrivez l'image auscultatoire du cœur avec un affaiblissement du tonus en 1 ou 4 points d'auscultation. Quelles sont les raisons de l'affaiblissement du tonus en 1 et 4 points d'auscultation?

9. Décrivez l'image auscultatoire du cœur lorsque le ton est renforcé en 1 ou 4 points d'auscultation. Quelles sont les raisons du gain de ton dans 1 et 4 points d'auscultation.

10. Décrivez l'image auscultatoire du cœur avec un affaiblissement du ton II à 2 ou 3 points d'auscultation. Quelles sont les raisons de l'affaiblissement du ton II en 2 et 3 points d'auscultation?

11. Décris l'image auscultatoire du cœur en présence de l'accent II ton 2 ou 3 auscultation. Quelles sont les causes de l'accent II, ton 2 et 3 points d'auscultation.

12. Donnez les caractéristiques des tons lorsque vous écoutez 5 points d'auscultation (points Botkin-Erb) sont normaux.

13. Quels composants sonores composent la mélodie de la caille? Pour quelle maladie cette mélodie est-elle typique?

14. Quels composants sonores composent le rythme galop protodiastolique? Nommez la raison de l'apparition du galop protodiastolique chez les personnes en bonne santé.

15. Quelles sont les deux causes principales de l'apparition du galop protodiastolique en pathologie?

16. Quelles sont les composantes sonores du rythme du galop présystolique? Nommez le mécanisme de son apparition et de la maladie qui conduit à son apparition.

17. Quels composants sonores composent le rythme du sommer? Nommez le mécanisme de son apparence.

18. Quelles sont les différences entre le rythme de caille et le rythme de galop?

19. Énumérer les conditions pathologiques dans lesquelles il y a une division du ton. A quels points d'auscultation un ton divisé peut-il être révélé?

20. Énumérer les conditions pathologiques dans lesquelles le ton II est divisé. A quels points d'auscultation une tonalité divisée II peut-elle être détectée?

Date d'ajout: 2014-12-06; Vues: 519; ECRITURE DE TRAVAUX

Changer le volume des tons principaux

Questions de test.

Formation théorique préalable nécessaire.

Compétences pratiques.

Le but de la leçon.

La motivation.

Littérature recommandée.

Normes d'intervention

Auscultation cardiaque: tons

1. Strutynsky L.V., Baranov A.P., Roitberg G.E., Gaponenkov Yu.P. Fondements de la sémiotique des maladies des organes internes: Atlas.-M., 1997.-S. 119-128.

2. Shelagurov A.A. Propédeutique des maladies internes. - M.: Medicine, 1975.-C, 124-142.

3. Vasilenko V.Kh. Propédeutique des maladies internes. - M., 1989.-S. 155-165.

L'écoute est la méthode la plus importante pour étudier le système cardiovasculaire. Le tableau de l'auscultation est d'une grande importance pour la reconnaissance de diverses maladies, en particulier pour le diagnostic de la cardiopathie valvulaire.

Apprendre à identifier la mélodie normale du cœur, reconnaître les changements (renforcement, affaiblissement, scission), bruits du coeur I et II, apparition de sons supplémentaires (sons III et IV), clics sur l'ouverture des valves mitrale et tricuspide, interpréter les changements, les associer aux données de l'enquête, inspection, palpation et percussion du coeur, identifier les malformations cardiaques, les dommages du myocarde, l'hypertension dans la circulation majeure ou mineure.

Connaître l'ordre d'auscultation du cœur, le rapport entre le volume des tons aux points d'auscultation, détermine le rythme cardiaque.

1. Les lois de l'acoustique (Département de physique).

2. Anatomie et physiologie d'un cœur en bonne santé (Département d'anatomie et de physiologie).

3. Physiologie pathologique du système cardiovasculaire (Département de physiologie pathologique).

1. Décrivez le mécanisme de l’éducation que j’entends.

2. Décrivez le mécanisme de l’éducation 11 yuna.

3. Décrivez le mécanisme de formation du ton III.

4. Décrire le mécanisme de formation de l'ornière IV

5. Quels sont les points d'écoute des valves cardiaques?

6. Spécifiez la procédure d'auscultation du coeur.

7. Donnez les tons caractéristiques de l’audition 1 et 4 points d’auscultation en lecture normale

8. Décrivez l'image auscultatoire du cœur avec un affaiblissement du tonus en 1 ou 4 points d'auscultation. Quelles sont les raisons de l'affaiblissement du tonus en 1 et 4 points d'auscultation?

9. Décrivez l'image auscultatoire du cœur lorsque le ton est renforcé en 1 ou 4 points d'auscultation. Quelles sont les raisons du gain de I ton en 1 et 4 points d'auscultation.

10. Décrivez l'image auscultatoire du cœur avec un affaiblissement du ton II à 2 ou 3 points d'auscultation. Quelles sont les raisons de l'affaiblissement du ton II en 2 et 3 points d'auscultation?

11. Décris l'image auscultatoire du cœur en présence de l'accent II ton 2 ou 3 auscultation. Quelles sont les causes de l'accent II, ton 2 et 3 points d'auscultation.

12. Donnez une caractérisation des tons lorsque vous écoutez les 5èmes points d'akkulkultation (points de Botkin-Erb) sont normaux.

13. Quels composants sonores composent la mélodie de la caille? Pour quelle maladie cette mélodie est-elle typique?

14. Quels composants sonores composent le rythme galop protodiastolique? Nommez la raison de l'apparition du galop protodiastolique chez les personnes en bonne santé.

15. Quelles sont les deux causes principales du galop proto-diastolique en pathologie?

16. Quels sont les motifs sonores du rythme du galop présistolique? Nommez le mécanisme de son apparition et de la maladie qui conduit à son apparition.

17. Quels composants sonores composent le rythme du sommer? Nazotpe est le mécanisme de son apparition.

18. Quelles sont les différences? Rshma "caille" ou galop.

19. Énumérer les conditions logiques dans lesquelles il existe une division du 1 er juin. A quels points d'auscultation un ton divisé peut-il être révélé?

20. Énumérer les conditions pathologiques dans lesquelles il y a un ton divisé II. A quels points d'auscultation une tonalité divisée II peut-elle être détectée?

Contour d'action

L'auscultation du cœur a pour but d'écouter et d'évaluer les phénomènes sonores qui se produisent lorsque le cœur fonctionne. Deux types de phénomènes sonores sont enregistrés:

1) sons brusques et brefs, entendus dans la région du cœur et connectés de manière synchrone à son activité - tonalités;

2) les sons prolongés - les bruits, qui indiquent dans la plupart des cas le développement d'une pathologie.

Les phénomènes cardiaques sont naturellement associés aux cycles cardiaques et se répètent avec eux. En écoutant un cœur, un adulte en bonne santé peut entendre la mélodie de deux tons. Chez les adolescents en bonne santé, il est parfois possible d'écouter la mélodie de trois (rarement) ou de quatre (très rarement) sons.

Les sons cardiaques ont des mécanismes d'éducation très complexes.

Le tonus (systolique) se produit principalement dans la phase de contraction isovolumétrique des ventricules, lorsque, en raison d'une augmentation rapide de la pression dans la cavité des ventricules, diverses structures des ventricules cardiaques oscillent. Je tonifie les composants suivants:

1) valve (valves atrioventriculaires claquant);

2) muscle (forte augmentation de la pression dans les ventricules);

3) vasculaire (vibrations des gros vaisseaux au tout début de l'expulsion du sang).

Ii. Le ton (diastolique) se produit au tout début de la diastole des ventricules (dans la proto-diastole), lorsque la pression dans les ventricules diminue rapidement et devient plus basse que dans l'aorte et l'artère pulmonaire. En conséquence, le sang des vaisseaux afflue dans les ventricules, ce qui entraîne l’effondrement des valvules semi-lunaires, une oscillation à court terme des feuillets valvulaires, des parois de l’aorte et de l’artère pulmonaire. Ainsi, le ton II forme les composants suivants;

La composante aortique du tonus II est normale et, dans la plupart des cas, avec une pathologie précédée par la composante pulmonaire. C'est parce que la valve aortique se ferme plus tôt.

Passez auscultation du coeur.

Le cœur doit être écouté lorsque le patient est debout et couché. Le médecin se tient debout ou assis devant et à droite du patient, en face de lui. La position du médecin doit être confortable. Il existe deux méthodes d'auscultation du cœur: l'auscultation directe à l'oreille (elle présente des avantages indiscutables et des inconvénients importants) et l'utilisation d'un stéthoscope (sans membrane) ou d'un phonendoscope (avec une membrane).

Points d'écoute du coeur:

1 point - impulsion apicale (le point d'écoute de la valve mitrale et de l'orifice auriculo-ventriculaire gauche);

2 points - dans le II espace intercostal directement au bord droit du sternum (le point d'écoute des valves de l'aorte et de l'embouchure de l'aorte);

3 points - dans le II espace intercostal directement au bord gauche du sternum (le point d'écoute des valves de l'artère pulmonaire);

4 point - le tiers inférieur du sternum à la base de l'apophyse xiphoïde et le lieu de fixation de la côte en V sur le bord droit du sternum (le point d'écoute de la valve tricuspide et de l'orifice auriculo-ventriculaire droit);

5 points - au niveau du troisième espace intercostal au bord gauche du sternum (point supplémentaire d'écoute de la valve aortique).

L'auscultation du coeur est réalisée dans la séquence appropriée, le nombre de séquences de points d'auscultation a été déterminé sur la base de la fréquence d'apparition de la maladie cardiaque valvulaire. Les défauts mitraux sont les plus fréquents: la valve mitrale est atteinte (insuffisance valvulaire) ou l’orifice auriculo-ventriculaire gauche (sténose d’ouverture) se rétrécit. C’est la raison pour laquelle le point d’auscultation situé au sommet du cœur porte le numéro 1. Les valves de la valve tricuspide et de l’orifice auriculo-ventriculaire droit sont les moins susceptibles d’être touchées. Par conséquent, le numéro de séquence 4 est attribué au point d'auscultation situé à la base du trou xiphoïde.

Il existe une similitude nette entre 1 et 4 et entre 2 et 3 points d'auscultation. Les points d'auscultation 1 et 4 sont les points d'écoute des orifices auriculo-ventriculaires gauche et droit et des valves correspondantes. En ces points, les premier et deuxième sons du cœur ressemblent à peu près à ceci: «unité de commande muette», c.-à-d. Le ton (BUU) est plus fort (mais pas plus de deux fois), plus bas et plus long que le ton II (stupide). En 1 et 4 points d'auscultation, le premier ton est évalué. Cela est dû au fait que des structures proches sont impliquées dans la formation du premier ton (fermeture des valves atrioventriculaires et de la tension du myocarde ventriculaire dans la phase de contraction isovolumétrique). Le ton est estimé en comparant avec II top au même point. Le premier ton doit être plus fort que le second, mais pas plus de deux fois. L'affaiblissement du premier ton est indiqué dans le cas où il est égal en volume ou plus silencieux que le second ton au même point d'auscultation (en 1 ou 4). À propos de l’amplification du premier ton, dites plus de deux fois quand il est plus fort que le second ton au même point de l’auscultation. Les raisons de l'affaiblissement ou de l'amplification du premier ton en 1 et 4 points sont similaires. Si le processus pathologique a affecté la moitié gauche du cœur, le ton change à 1 point d'auscultation et si la moitié droite change à 4 points.

Au-dessus du sommet du coeur (en 1 point d'auscultation) et à la base du processus xiphoïde (en 4 points d'auscultation), les tonalités suivantes sont possibles:

1) les tons normaux;

2) affaiblissement du ton I;

3) je gagne le ton;

4) division du ton I;

5) diviser je ton;

6) le rythme de caille;

7) galop protodiastolique (ventriculaire) (I-II-III tonnes);

8) galop présystolique (auriculaire) (tons I-II-IV);

9) somme au galop.

Il existe également une similitude incontestable entre les 2 et 3 points d'auscultation. Les 2 et 3 points d'auscultation sont les points d'écoute de l'aorte et de l'artère pulmonaire et des valves correspondantes. Les deux points sont situés dans le deuxième espace intercostal près du sternum. Ici, le cœur sonne comme ceci: "bu-TUP", c'est-à-dire le second ton est plus fort que le premier, mais pas plus de deux fois. Le second ton est estimé en ces points, car des structures proches sont impliquées dans sa formation (effondrement des valves de l'artère aortique et pulmonaire et oscillation des parois de ces vaisseaux). Sur l'affaiblissement du second ton, ils disent dans le cas où il est égal en volume ou plus silencieux que le premier ton dans le même point d'auscultation (sur 2 ou 3). La présence de l'accent 11 du ton est révélée comme suit: le cœur est répété en écoutant à 2 et 3 points afin de comparer le volume du deuxième ton à ces deux points. Chez les personnes en bonne santé, le volume du deuxième ton est le même. Si le son de la deuxième tonalité prévaut sur l'un des points (à condition que, à chaque point, la deuxième tonalité soit plus forte que la première, c'est-à-dire qu'elle ne s'affaiblisse pas), l'accent est mis sur l'aorte ou l'artère pulmonaire.

Au-dessus de l'aorte (à 2 points d'auscultation) et au dessus de l'artère pulmonaire (à 3 points d'auscultation), les tonalités suivantes sont possibles:

1) les tons normaux;

2) affaiblissement du ton II;

3) renforcement (accent) du ton II;

4) division du ton II;

5) bifurcation du ton II;

5 point est intermédiaire (par la localisation du point lui-même et les sons qui sonnent dedans) la position entre les paires de points d'auscultation décrites ci-dessus: entre 1 et 4 (le ton bas prévaut) et entre 2 et 3 (situé dans le II espace intercostal, le ton II l'emporte) ). Le point 5 est situé dans l'espace IV intercostal entre les paires de points décrites. Les tons ici ne sont presque pas différents les uns des autres et ne sont pas évalués.

Examinons plus en détail la méthode d'écoute de chacun des points d'auscultation.

Auscultation du coeur en 1 point. L'examen de la palpation détermine la localisation de l'impulsion apicale et place le phonendoscope sur la zone de l'impulsion. Dans les cas où l'impulsion apicale n'est pas palpable, le bord gauche de la relative matité du cœur est déterminé par percussion, après quoi le stéthoscope est installé sur le bord précédemment défini. Le chercheur reçoit l’ordre suivant: "inspirez, expirez et retenez votre souffle." Le médecin, à l'écoute des bruits du cœur, les identifie et les évalue. La première est la tonalité qui suit une longue pause, la seconde est entendue après une courte pause. En outre, le premier ton coïncide avec l'impulsion apicale ou impulsion de l'artère carotide, mesurée par palpation de l'artère carotide droite avec le bout des doigts II-IV de la main gauche, placés à un angle de la mâchoire inférieure au niveau du bord interne m. sternocleidomastoideus.

Auscultation du coeur en 2 points. Lors de l'examen de la palpation (avec la main gauche), il trouve un point (dans le deuxième espace intercostal situé à droite du sternum) et place le phonendoscope sur la paroi thoracique de cette zone. Le chercheur reçoit l’ordre suivant: "inspirez, expirez et retenez votre souffle." Le médecin, à l'écoute des bruits du cœur, les identifie et les évalue. En règle générale, la mélodie de deux tons est audible. L'identification des premier et second tons est effectuée par le procédé décrit ci-dessus.

Auscultation du coeur en 3 points. Lors de l'examen de la palpation (avec la main gauche), il trouve un point (dans le deuxième espace intercostal situé à l'extrémité gauche du sternum) et place le phonendoscope sur la paroi thoracique de cette zone. Le chercheur reçoit l’ordre suivant: "inspirez, expirez et retenez votre souffle." Le médecin, à l'écoute des bruits du cœur, les identifie et les évalue. En règle générale, la mélodie de deux tons est audible. L'identification des premier et second tons est effectuée par le procédé décrit ci-dessus.

Auscultation du coeur en 4 points. En examinant la palpation (main gauche), on trouve la base du processus xiphoïde et on place le phonendoscope sur le bord droit du tiers inférieur du sternum. Le chercheur reçoit l’ordre suivant: "inspirez, expirez et retenez votre souffle." Le médecin, à l'écoute des bruits du cœur, les identifie et les évalue. En règle générale, la mélodie de deux tons est audible.

Auscultation du coeur en 5 points. Lors de l'examen de la palpation (avec sa main gauche), il trouve 5 points d'auscultation (dans le troisième espace intercostal situé à l'extrémité gauche du sternum) et place le phonendoscope sur la paroi thoracique dans cette zone. Le chercheur reçoit l’ordre suivant: "inspirez, expirez et retenez votre souffle." Le médecin, à l'écoute des bruits du cœur, les identifie et les évalue. En règle générale, la mélodie de deux gons est audible.

En écoutant le coeur, il est nécessaire de déterminer:

1) le nombre de sons entendus à chaque point d'auscultation;

2) le volume des tons;

3) taux de sonie des tons I et II à 1 à 4 points d'auscultation;

4) le rapport entre le volume du ton II aux 2 et 3 points d'auscultation;

5) la présence de sons se divisant ou se divisant.

En pratique clinique, vous pouvez trouver les modifications suivantes dans le son des sons:

1) modifiez le volume des tons principaux (I et II);

2) la division des tons fondamentaux;

3) l'apparition de tons supplémentaires (III et IV), le déclic d'ouverture de la valve mitrale, le tonus du péricarde.

Le volume de la tonalité I est déterminé par les facteurs suivants.

1. L'étanchéité des chambres des ventricules dans la phase de contraction isovolumétrique et, en particulier, la densité de fermeture des valves auriculo-ventriculaires.

2. Le taux de contraction ventriculaire, qui, à son tour,

dépend de la contractilité du myocarde, de l’intensité des processus métaboliques et de la taille du remplissage des ventricules (plus le ventricule est large, plus la contraction du myocarde est lente).

3. La densité des structures impliquées dans les vibrations qui forment le ton du coeur. Le plus important est la densité des valves des valves auriculo-ventriculaires.

4. Disposition des valves des valves atrioventriculaires avant le début de la phase de réduction isovolumétrique: plus l'amplitude de la fermeture imminente des valves est grande, plus le ton est puissant.

Les raisons de l'affaiblissement du ton I:

1) diminution du taux de contraction ventriculaire en cas d'hypertrophie myocardique marquée, en particulier en cas d'obstacle à la sortie du sang (par exemple, en cas de sténose aortique);

2) une diminution du taux de contraction ventriculaire accompagnée de lésions myocardiques de toute origine (infarctus du myocarde, myocardite, cardiosclérose, lésions toxiques, etc.);

3) fermeture non étanche des valves des valves auriculo-ventriculaires (par exemple, en cas d'insuffisance de la valve mitrale ou tricuspide).

Les raisons du gain que je tonifie:

1) une augmentation du taux de contraction ventriculaire dans la phase de contraction isovolumétrique, constatée notamment lors de la tachycardie (à l'effort) et au cours de la thyréotoxicose, lorsque le taux de change augmente

processus dans le corps;

2) compactage des structures cardiaques impliquées dans la formation du tonus, par exemple dans la sténose de l'orifice auriculo-ventriculaire gauche (défaut plus fréquent) ou droit (défaut rare). Dans la sténose de l'orifice auriculo-ventriculaire gauche, un claquement sourd du cœur I se produit pour deux raisons: premièrement, à cause du scellement des cuspides de la valve mitrale elle-même et, deuxièmement, à cause d'une augmentation du taux de contraction du ventricule gauche. L'augmentation du taux de contraction du ventricule gauche est due au sous-remplissage du ventricule avec du sang à travers l'orifice auriculo-ventriculaire rétréci.

Le volume de la tonalité II est déterminé par les facteurs suivants.

1. L'étanchéité de la fermeture des valves semi-lunaires de l'aorte et de l'artère pulmonaire.

2. La vitesse et l'amplitude de fermeture de ces vannes en phase protodiastole. Le taux de fermeture de la valve dépend de la pression sanguine dans le vaisseau et du taux de relaxation du myocarde ventriculaire dans le protodiastol.

3. Densité des cuspides des valves semi-lunaires, des parois de l'aorte et de l'artère pulmonaire. Plus ils sont denses, plus le son II sera fort au-dessus de l'aorte ou de l'artère pulmonaire.

4. Position des volets semi-lunaires avant de claquer.

Causes de l'affaiblissement de la tonalité cardiaque II:

1) violation de l'étanchéité de la fermeture des valves des valves de l'aorte et de l'artère pulmonaire (insuffisance de la valve de l'aorte ou de l'artère pulmonaire);

2) une diminution du taux de fermeture des valves semi-lunaires avec une pression artérielle basse, avec fusion et une diminution de la mobilité des valves des valves semi-lunaires, avec une diminution du taux de relaxation des ventricules.

Causes de l'accent coeur II sons sur l'aorte:

1) augmentation de la pression artérielle d’origine différente, entraînant une augmentation de la vitesse de claquement des valves;

2) scellement des feuillets de la valve aortique et des parois de l'aorte (athérosclérose, aortite, etc.).

L'accent II sur l'artère pulmonaire est un signe d'augmentation de la pression dans ce vaisseau principal. Les causes peuvent être une insuffisance cardiaque ventriculaire gauche, un cœur pulmonaire, une sténose mitrale et d’autres maladies entraînant une augmentation de la pression dans le système de circulation pulmonaire.

194.48.155.245 © studopedia.ru n'est pas l'auteur des documents publiés. Mais offre la possibilité d'une utilisation gratuite. Y a-t-il une violation du droit d'auteur? Nous écrire | Commentaires

Désactiver adBlock!
et actualisez la page (F5)
très nécessaire

Auscultation cardiaque

L'auscultation du coeur est réalisée à la verticale et à l'horizontale du patient et, si nécessaire, après l'effort.

Le cœur est écouté à la fois avec la respiration calme et superficielle du patient et avec le maintien du souffle après l'expiration maximale.

Les phénomènes sonores associés à la pathologie de la valvule mitrale sont mieux entendus dans la position du côté gauche, lors de l’expiration et de l’aorte - dans la position droite légèrement inclinée vers l’avant, les bras levés vers le haut - la posture Sirotinin - Kukoverov (figure).

Figure 33 Position du patient lors de l'écoute des valves cardiaques:

a) mitrale b) aortique (Source: Principes de la sémiotique des maladies des organes internes. Atlas / Guide d'étude / A.V., Strutynsky, A.P. Baranov, G.E. Roitberg, Yu.P. Gaponenkov. - Université de médecine de l'État de Russie, 1997)

Pour synchroniser les phénomènes sonores avec les phases de systole et de diastole, il est nécessaire de palper simultanément l'artère carotide droite du patient avec la main gauche, dont la pulsation coïncide pratiquement avec la systole ventriculaire (figure).

Figure 34 Synchronisation du pouls de l'artère carotide avec les phases de l'activité cardiaque (D'après: Principes de la sémiotique des maladies des organes internes. Atlas / Guide d'étude / A.V., Strutynsky, A.P. Baranov, G.E. Roitberg, Yu.P. Gaponenkov. - Université de médecine publique russe, 1997)

La séquence d'auscultation des valves cardiaques et le point de leur écoute:

· Valve mitrale - apex du coeur

· Valve aortique - 2ème espace intercostal à droite au bord du sternum

· Valve du tronc pulmonaire - 2ème espace intercostal à gauche au bord du sternum

· Valve à trois feuilles - à la base du processus xiphoïde

· Valve aortique chez Botkin - Erba - 3ème espace intercostal du côté gauche du sternum

Figure 35 Points d’écoute des valves du cœur (extrait de: Principes de base de la sémiotique des maladies des organes internes. Atlas / Guide d’étude / A.V., Strutynsky, A.P. Baranov, G. E. Roitberg, Yu.P. Gaponenkov. - Université de médecine de l’État russe, 1997)

Points d'auscultation de la table de projection et de la valve cardiaque

Chez les personnes en bonne santé lors de l'auscultation du cœur, on entend deux sons:

1) Je ton - systolique - mieux entendu à l'apex du coeur, se compose des composants:

a) valve - oscillations des valves AV dans la phase de tension isométrique, qui est déterminée par le taux de contraction ventriculaire et la position des valves AV et le remplissage des ventricules au début de la systole;

b) musculaire - fluctuations du myocarde ventriculaire dans la phase de tension isométrique;

c) composante vasculaire - fluctuations des segments initiaux de l'aorte et du tronc pulmonaire lorsqu'ils sont étirés par le sang pendant la période d'expulsion

d) composante atriale - oscillations des oreillettes contractantes.

Normalement, les fluctuations de la systole auriculaire et les fluctuations de la systole ventriculaire sont perçues comme un ton.

De par sa nature, le ton est plus bas et plus long que le II.

Figure 36 Le mécanisme de formation du son du cœur et de ses composantes principales. b - muscle, composants de la valve; dans - avec un composant volumineux; I - phase de contraction asynchrone des ventricules; II - phase isovolumétrique de contraction; III - oscillations des valves atrioventriculaires; IV et V - oscillations des sections initiales des grands vaisseaux; VI - contraction des ventricules (composante musculaire); M - muscle, K - valve, C - composante vasculaire du ton. (De: Strutynsky A.V. et al. Principes de base de la sémiotique des maladies des organes internes ": manuel. Manuel. - 7e édition. - Moscou: MEDpress - informer., 2011)

Figure 37 Mécanisme de survenue du tonus cardiaque II (a) et des lésions aortique (b) et pulmonaire (c): 1 - période protodiastolique; A - composant aortique; P - composant pulmonaire; K - oscillations des valves semi-lunaires; C - oscillation de la paroi vasculaire; I, II, III, IV - les bruits du coeur. (De: Strutynsky A.V. et al. Principes de base de la sémiotique des maladies des organes internes ": manuel. Manuel. - 7e édition. - Moscou: MEDpress - informer., 2011)

II ton - diastolique - mieux entendu à la base du cœur, comprend les composants suivants:

a) valvule - vibrations des cuspides des valvules semi-lunaires de l'aorte et du tronc pulmonaire lors de leur fermeture au début de la diastole;

b) la composante vasculaire - oscillations des parois de l'aorte et du tronc pulmonaire.

De par la nature du ton II, le ton est plus haut et plus court que le mien.

La composante aortique est presque toujours normale et en pathologie précède la pneumologie, car la valve aortique se ferme juste avant la valve pulmonaire.

Tableau Caractéristiques distinctives des sons cardiaques I et II (De: Grebenev, AL. Propédeutique des maladies internes: Manuel. - 6e éd., Révisé et extra. - M: OAO, "Médecine", 2009)

Auscultation du coeur: l’essence de l’enquête, la norme et la pathologie, la conduite

L'auscultation est une méthode d'examen d'un patient, basée sur l'écoute des vibrations sonores créées par le travail d'un organe. Entendre de tels sons est possible grâce à des outils spéciaux dont les prototypes sont connus depuis l'Antiquité. Ils s'appellent stéthoscope et stetofonendoskop. Le principe de leur travail est basé sur la transmission de l'onde sonore à l'organe auditif du médecin.

Avantages et inconvénients de la méthode

L'auscultation du coeur est une méthode précieuse pour examiner un patient, même au stade préhospitalier, lorsqu'il n'est pas possible d'effectuer des examens de laboratoire et des examens instrumentaux. La technique ne nécessite pas d'équipement particulier et suggère un diagnostic préalable basé uniquement sur les connaissances et l'expérience clinique du médecin.

Cependant, bien sûr, il est impossible de s’appuyer uniquement sur les données d’auscultation lors du diagnostic. Chaque patient suspecté d'une pathologie cardiaque selon l'auscultation devrait faire l'objet d'une investigation plus poussée à l'aide de méthodes de laboratoire et d'instruments, sans faute. C'est-à-dire que l'auscultation ne fait que suggérer, mais ne permet en aucun cas de confirmer ou d'exclure le diagnostic.

Quand auscultation du coeur?

L'auscultation du cœur est pratiquée chez tout patient de tout âge au cours de l'examen initial par un médecin généraliste, un pédiatre, un cardiologue, un arythmiste, un pneumologue ou un autre médecin au profil thérapeutique. De plus, l'auscultation est réalisée par un chirurgien cardiaque, un chirurgien thoracique (thoracique) ou un anesthésiste avant l'opération.

De plus, les médecins et les assistants médicaux du service médical d'urgence devraient être en mesure «d'écouter» le cœur lors de l'examen initial du patient.

L'auscultation peut être informative pour des maladies telles que:

  • Malformations cardiaques. Les phénomènes sonores se produisent en présence de bruits et de tonalités supplémentaires, dont l'apparition est due à des perturbations hémodynamiques importantes (progression du sang) à l'intérieur des cavités cardiaques.
  • Péricardite (inflammation du péricarde). Avec un péricarde sec, on entend un bruit de friction péricardique, provoqué par le frottement des plaques péricardiques enflammées entre elles, et par un épanchement - affaiblissement et surdité des tons cardiaques.
  • Les troubles de la fréquence cardiaque et de la conduction sont caractérisés par des modifications de la fréquence cardiaque par minute.
  • L'endocardite infectieuse (endocardite bac) s'accompagne de bruits et de tonalités caractéristiques des malformations cardiaques dues à des modifications inflammatoires des valves cardiaques.

Comment se fait la recherche?

L'algorithme d'auscultation du coeur est le suivant. Dans les conditions favorables du bureau (bon éclairage, silence relatif), le médecin doit procéder à une enquête préliminaire du patient, lui demandant de se déshabiller et de relâcher la poitrine. Ensuite, à l'aide d'un phonendoscope ou d'un stéthoscope après l'auscultation des champs pulmonaires, le médecin détermine les points d'écoute du coeur. Dans le même temps, il interprète les effets sonores résultants.

Les points d'auscultation du cœur sont déterminés par la position des valves dans les cavités cardiaques et sont projetés sur la surface antérieure du thorax. Ils sont déterminés par l'espace intercostal situé à droite et à gauche du sternum.

La projection de la valve mitrale (1 point) est donc déterminée dans le cinquième espace intercostal situé sous le mamelon gauche (valve mitrale, «M» sur la figure). Pour l'écouter chez la femme, vous devez demander au patient de tenir la glande mammaire gauche avec la main.

Le point suivant est la projection de la valve aortique (2 points), qui est projetée dans le deuxième espace intercostal à partir du bord droit du sternum (valve aortique, «A» sur la figure). À ce stade, le médecin attire l’attention sur les deux tonalités du rythme cardiaque.

Ensuite, le phonendoscope est installé au point de projection de la valve pulmonaire (3 points) dans le deuxième espace intercostal plus près du bord gauche du sternum (valve de Pulmonis, «P» sur la figure).

La quatrième étape de l'auscultation est le point d'écoute de la valve tricuspide ou tricuspide (4 points) - au niveau de la quatrième côte plus proche du bord droit du sternum, ainsi qu'à la base du processus xiphoïde (valve Trikuspide, «T» sur la figure).

La dernière étape de l'auscultation consiste à entendre la zone de Botkin-Erb (5 points, «E» sur la figure), qui reflète également la conduction acoustique de la valve aortique. Cette zone est située dans le troisième espace intercostal à partir du bord gauche du sternum.

L'écoute de chaque zone doit être effectuée en tenant la respiration pendant quelques secondes après avoir inspiré et expiré. De plus, l'auscultation peut être réalisée à la position couchée, assis et debout, le corps incliné vers l'avant et sans.

Déchiffrer les résultats

Les effets sonores normaux lors de l'auscultation du cœur consistent en la présence de deux sons qui correspondent à la contraction alternée des oreillettes et des ventricules. En outre, le bruit et les rythmes cardiaques anormaux (rythme de caille, rythme de galop) devraient être absents.

Les bruits sont des sons qui apparaissent en cas de lésion pathologique des valves - grossières avec sténose (contraction cicatricielle) de la valve et molles, soufflant avec insuffisance (fermeture incomplète des valves). Tant dans le premier que dans le second cas, le bruit est dû au mauvais flux sanguin à travers l'anneau de valvule rétréci ou, au contraire, allongé.

exemples de bruits typiques en pathologie et leur répartition en tons (1-4)

Par exemple, lors de la sténose mitrale, un souffle diastolique (entre 11 et 1 tons) sous le mamelon gauche sera entendu, et un souffle systolique (entre 1 et 11 tons) au même point est caractéristique de l'insuffisance de la valve mitrale. Dans la sténose aortique, un souffle systolique est entendu dans le deuxième espace intercostal à droite et, en cas d'insuffisance de la valve aortique, un souffle diastolique au point de Botkin-Erb.

Les rythmes pathologiques dans le cœur sont l'apparition de sons entre les deux sons principaux, qui donnent généralement une consonance spécifique. Par exemple, pour les malformations cardiaques, on entend le rythme de galop et le rythme de caille.

Tableau: événements communs enregistrés par auscultation

Auscultation du coeur chez les enfants

L'écoute du coeur chez les patients jeunes n'est pas très différente de celle des adultes. L'auscultation est réalisée dans le même ordre et aux mêmes points de la projection des valves. Seule l'interprétation des effets sonores entendus est différente. Par exemple, le rythme cardiaque d’un nouveau-né se caractérise par l’absence de pause entre chaque rythme, et le battement du cœur ne se fait pas entendre au rythme habituel, mais ressemble à un battement uniforme du pendule. Pour chaque patient adulte et pour un enfant de plus de deux semaines, un tel rythme cardiaque, appelé embryocardie, est un signe de pathologie - myocardite, choc, état agonal.

En outre, chez les enfants, en particulier ceux âgés de plus de deux ans, il existe un deuxième ton sur l’artère pulmonaire. Ce n'est pas une pathologie si pendant l'auscultation il n'y a pas de sons systoliques et diastoliques.

Cette dernière peut survenir chez les jeunes enfants (jusqu'à trois ans) atteints de malformations congénitales et chez les enfants de plus de trois ans atteints de cardiopathie rhumatismale. À l'adolescence, des bruits peuvent également être entendus aux points de projection des valves, mais ils sont principalement dus à une restructuration fonctionnelle du corps et non à des lésions cardiaques organiques.

En conclusion, il convient de noter que l’image auscultatoire normale n’est pas toujours normale lorsque l’écoute du cœur indique que le patient est normal. Cela est dû au manque de souffle cardiaque dans certains types de pathologie. Par conséquent, au moindre malaise du système cardiovasculaire chez un patient, il est souhaitable de réaliser un ECG et une échographie du coeur, en particulier chez les enfants.

Auscultation du coeur. Tons normaux.

Temps d'étude: 2 heures.

But: savoir: méthodes et règles d'auscultation du coeur; le lieu de la projection des soupapes, le lieu et l'ordre de leur écoute; être capable de: conduire l'auscultation du coeur, distinguer les sons I et II; être familiarisé avec: la valeur de l'auscultation du coeur dans le diagnostic des maladies du système cardiovasculaire.

Questions pour la formation théorique:

Méthodes et règles d'auscultation du coeur. Lieux de projection des valves sur la poitrine, lieux d'écoute et ordre d'écoute des valves. Caractéristique I coeur sonne. Caractéristiques II sons cardiaques. Différence entre le ton I et le ton II. Tonalité caractéristique III, les conditions de son écoute.

Le plus souvent, le cœur est entendu avec un stéthoscope ou un phonendoscope, mais on a parfois recours à l'auscultation directe. Si l'état du patient le permet, le cœur doit être écouté dans différentes positions: allongé, debout, après un effort physique. Il est plus facile d'écouter le cœur tout en retenant sa respiration après une respiration profonde et une respiration ultérieure, de sorte que l'auscultation du cœur n'interfère pas avec les bruits de respiration.

La projection de la valvule mitrale se trouve à gauche du sternum dans la zone de fixation de la côte du cartilage III, de la valvule tricuspide - sur le sternum, au milieu de la distance entre les points de fixation de la côte du cartilage III du sternum à gauche et la côte du cartilage V à droite. Valve aortique - au milieu du sternum, au niveau des côtes du cartilage III. La valve du tronc pulmonaire est projetée dans le deuxième espace intercostal à gauche du sternum. L’écoute du cœur dans les lieux de la projection réelle des soupapes si proches les unes des autres ne nous permet pas de déterminer laquelle des soupapes est affectée.

Il y a certains points sur la cage thoracique où les phénomènes sonores liés à l'activité de chaque valve sont mieux entendus. Ces points sont:

  • pour la valve mitrale - la zone de l'impulsion apicale;
  • pour la valve tricuspide - l'extrémité inférieure du sternum, à la base du processus xiphoïde du sternum;
  • la valve aortique est mieux entendue dans le deuxième espace intercostal, à droite du sternum;
  • pour la valve du tronc pulmonaire, le lieu de la meilleure écoute coïncide avec sa véritable projection, c'est-à-dire situé dans le deuxième espace intercostal à gauche du sternum;
  • en cas d'insuffisance des valves semi-lunaires de l'aorte, le murmure diastolique est mieux entendu à gauche du sternum au niveau du site de fixation des côtes III-IV (au point dit de Vuscus, le point de Botkin-Erb).

L'écoute des valves cardiaques s'effectue dans l'ordre suivant: valve mitrale, valve tricuspide, valves de l'aorte, valves de l'artère pulmonaire, point V (Botkin-Erba).

Il y a des sons cardiaques - systolique (tonalité) et diastolique (II, III, IV, V). Les constantes sont I et II; non permanent - ton III. Les tonalités IV et V ne sont pas entendues, mais peuvent être enregistrées sur le phonocardiogramme (PCG).

Le tonus se produit pendant la systole, après une longue pause diastolique. Mieux encore, on entend à l'apex, un peu plus faible au point d'écoute de la valve tricuspide. Au point d’écouter les valves de l’aorte et du tronc pulmonaire, on entend beaucoup plus silencieux, car là seulement il est tenu. De par sa nature, le ton est plus bas et plus long que le II. La durée de la première tonalité est de 0,11 s. Je ton est formé de plusieurs composants:

  • musculaire, due aux fluctuations du myocarde des oreillettes (composant auriculaire) et des ventricules;
  • valve, en raison de la fermeture des valves auriculo-ventriculaires et de l'ouverture des valves semi-lunaires de l'aorte et du tronc pulmonaire;
  • vasculaire, associée aux fluctuations des segments initiaux de l’aorte et du tronc pulmonaire lorsqu’elles sont étirées par leur sang pendant la période d’expulsion.

Le ton II est formé pendant la diastole après une courte pause. On l'entend mieux à la base du cœur, car il se produit lorsque les valves semi-lunaires de l'aorte et du tronc pulmonaire sont rivées. Contrairement au ton, il est plus court (0,07 s) et plus.

Le ton II a des composants valvulaires et vasculaires. La composante valvulaire du ton II est provoquée par l’effondrement des valves semi-lunaires de l’aorte et du tronc pulmonaire, tandis que la composante vasculaire est causée par l’oscillation des parois de ces vaisseaux. Différence I ton de II:

  • J'entends mieux le ton au sommet du cœur et je - au sol.
  • Je ton suit une longue pause, et je suit une petite pause.
  • Je ton plus long que II.
  • Je ton coïncide avec l'impulsion apicale et avec le pouls de l'aorte et de l'artère carotide, et II ne coïncide pas.

Le troisième ton est causé par les fluctuations apparaissant lors du remplissage passif rapide des ventricules avec le sang des oreillettes au cours de la diastole du cœur et se produit jusqu'à 0,11-0,18 s après le second ton. Chez les personnes en bonne santé, le ton III physiologique est très calme, faible, basse fréquence, inconstant, écouté chez les enfants et les adolescents, en position couchée, avec auscultation immédiate.

La tonicité cardiaque IV se produit pendant la systole auriculaire active, juste avant de tonifier (pendant 0,06 s). Chez les personnes en bonne santé, le tonus physiologique est très calme, peu fréquent et est entendu chez les enfants et les adolescents.

La tonalité V est enregistrée en utilisant FCG au milieu de la diastole et indique la dilatation de la cavité du ventricule droit.

Plan de travail indépendant:

Chez les individus en bonne santé (groupes d’étudiants), trouvez dans les endroits de la poitrine en écoutant les valves du cœur. Effectuez l'auscultation du cœur de la manière suivante: 1) valvule mitrale, 2) valvule tricuspide, 3) valvule aortique, 4) valvules de l'artère pulmonaire, 5) point V (Botkin-Erba). Il faut respecter la règle: écoutez le cœur alternativement dans les positions verticale et horizontale, dans la position du côté gauche, car les effets sonores du cœur peuvent varier en fonction de la position du corps du sujet, ce qui peut avoir une valeur diagnostique. La nature des phénomènes sonores dans le cœur est également affectée par l'effort physique. Il est donc utile d'effectuer une auscultation du cœur pendant la respiration afin que les bruits respiratoires n'entravent pas l'écoute du cœur. En réentendant le cœur, en utilisant des techniques de diagnostic, apprenez à distinguer le ton I du II.

  1. Dressez la liste des composants du premier cœur.
  2. Énumérer les composants du ton II du coeur.
  3. Faites la liste des différences que je vois de II.

A. Nommez les raisons de l’apparition du troisième ton.

  1. La procédure d'auscultation suivante a été utilisée:

1 point - le sommet du coeur;

2 points - II espace intercostal à gauche;

3 points - II espace intercostal à droite.

Êtes-vous d'accord avec l'ordre et la complétude de l'auscultation?

Equipement, aides visuelles:

Cassettes audio avec des tonalités normales et animation par ordinateur.

Propédeutique des maladies internes (sous la direction de V.Kh. Vasilenko, A.L. Grebenev et autres), Moscou, "Medicine", 1995

Fondements de la sémiotique des maladies des organes internes. Atlas ed. A.V. Strutynsky et autres, Moscou, Université de médecine de l’État russe, 1997.

Conférence sur le sujet des cours.

A.A. Shelagurov. Propédeutique des maladies internes. Moscou, 1975.

B.S. Shklar Diagnostic des maladies internes. Kiev, "école de Vishcha", 1972.

7. Auscultation du coeur. Sons du coeur

7. Auscultation du coeur. Sons du coeur

C'est une méthode très importante pour diagnostiquer une maladie cardiaque. La connaissance du schéma auscultatoire est particulièrement importante pour l'identification des malformations cardiaques congénitales et acquises.

Pendant les contractions du cœur, des effets sonores se produisent, qui sont entendus par la méthode d'auscultation et sont appelés des tonalités du cœur. Leur apparition est associée à l'oscillation des parois des vaisseaux sanguins, des valves cardiaques, au mouvement du flux sanguin lors des contractions cardiaques, aux fluctuations des parois du myocarde. Normalement, les sons cardiaques I et II sont entendus.

Le tonus cardiaque (systolique) est constitué de plusieurs composants. Basé sur ce ton s'appelle la valve-musculaire-vasculaire. Le quatrième composant du ton auriculaire. La composante auriculaire est associée à des fluctuations dans les parois des oreillettes lors de leur systole, lors de l'introduction de sang dans les ventricules. Ce composant est le premier composant du premier son, il se confond avec les composants suivants. La composante valvulaire du son est associée aux effets sonores résultant du mouvement des valves atrioventriculaires dans la systole ventriculaire. Au cours de la systole, la pression dans les ventricules augmente et les valves auriculaire-ventriculaire se ferment. La composante musculaire est associée aux effets sonores résultant des oscillations des parois des ventricules lors de leur contraction. La systole ventriculaire a pour but de pousser le volume de sang contenu dans l’aorte (ventricule gauche) et le tronc pulmonaire (ventricule droit). Le mouvement du sang sous haute pression provoque une oscillation des parois des gros vaisseaux (l'aorte et le tronc pulmonaire) et s'accompagne d'effets sonores qui constituent également le premier son.

II ton bicomposant. Il consiste en une valve et des composants vasculaires. Ce ton est entendu pendant la diastole (diastolique). Au cours de la diastole des ventricules, les valves de l'aorte et du tronc pulmonaire s'effondrent et des effets sonores apparaissent lorsque ces valves oscillent.

Le mouvement du sang dans les vaisseaux s'accompagne également d'une composante sonore du ton II.

Le ton III n'est pas obligatoire et est entendu chez les jeunes, de même qu'une nutrition inadéquate. Il se produit à la suite de fluctuations dans les parois des ventricules dans leur diastole tout en les remplissant de sang.

La tonalité IV se produit immédiatement avant la première tonalité. La raison de son apparition est due aux fluctuations des parois des ventricules lors de leur remplissage lors de la diastole.

La force des sons cardiaques est déterminée par la proximité de l'emplacement des valves cardiaques par rapport à la paroi thoracique antérieure (par conséquent, un affaiblissement des sons cardiaques peut être dû à une augmentation de l'épaisseur de la paroi thoracique antérieure due à la graisse sous-cutanée). En outre, l'affaiblissement des sons cardiaques peut être dû à d'autres raisons entraînant une violation de la conduction des vibrations sonores sur la paroi thoracique. Il s'agit d'une augmentation de la légèreté des poumons avec emphysème, développement intensif des muscles de la paroi thoracique antérieure, pneumothorax, hémothorax, hydrothorax.

Lecture numéro 6 auscultation cardiaque. Les bruits du coeur sont normaux et pathologiques.

Règles d'auscultation:
1. Conduite après interrogatoire, inspection, palpation, percussion du cœur.
2. On entend le cœur (si l'état du patient le permet), debout, assis, couché du côté gauche, du côté droit, du côté gauche demi-tour (presque sur le ventre), debout après l'effort.
3

Afin de ne pas interférer avec le bruit respiratoire, le patient est invité à prendre une respiration profonde - expirez et maintenez votre respiration pendant une courte période.
4. L'auscultation est réalisée uniquement à l'aide d'un stetofonendoskop.
La projection des valves à la surface du coffre:
· Valve mitrale - située au point de fixation des 3 côtes.
· Valve aortique - derrière le sternum, au milieu de la distance entre le lieu de fixation du cartilage à 3 côtes.
Valve pulmonaire - le deuxième espace intercostal au bord gauche du sternum.
· Valve à trois feuilles (auriculo-ventriculaire droit, tricuspide) - au centre, la distance entre le point de fixation est de 3 côtes à gauche et de 5 côtes à droite.
Séquence d'auscultation:
1. Valve mitrale - 5 espaces intercostaux par 1-1,5 cm de la ligne médio-claviculaire gauche - sommet du cœur (impulsion apicale).
2. Valve aortique - 2 espaces intercostaux au bord droit du sternum.
3. Tronc pulmonaire de la valve - le deuxième espace intercostal au bord gauche du sternum.
4. Valve à trois feuilles - à la base du processus xiphoïde, légèrement à droite (le point de fixation est situé à 5 côtes du sternum à droite).
5. Le point Botkin-Erb - 3-4 espaces intercostaux au bord gauche du sternum (point de fixation des 4 côtes au sternum) - nous écoutons ici la valve aortique.
S'il n'y a pas de changements pathologiques à ces points d'auscultation, l'auscultation est limitée à cela. S'il y a un changement, l'enquête se développe.
Phases du coeur
1. La contraction du cœur commence par la systole auriculaire - à ce stade, les résidus de sang sont expulsés des oreillettes vers les ventricules (composant auriculaire à 1 tonus).
2. Systole ventriculaire. Se compose de:
a. - phase de contraction asynchrone - l'excitation recouvre les fibres musculaires individuelles, la pression intraventriculaire n'augmente pas.
b. - phase de contraction isométrique - l'excitation couvre toute la masse musculaire du myocarde. la pression dans les ventricules augmente lorsqu'elle dépasse la pression dans l'oreillette - les valves atrioventriculaires se ferment. (composant de valve 1 ton). La pression continue d'augmenter, pendant cette période, les valves semi-lunaires sont toujours fermées (composante musculaire de 1 ton).
c. - phase d'exil - la pression dans les ventricules devient plus élevée que dans l'aorte et le tronc pulmonaire, les valves semi-lunaires ouvertes, le sang afflue dans les vaisseaux (composant vasculaire de 1 ton).
3. Diastole - les muscles des ventricules se relâchent, leur pression diminue et le sang de l'aorte et du tronc pulmonaire se précipite dans les ventricules, rencontre les valves lunaires sur son passage et les ferme (composante de la valve 2 tons).
- phase de remplissage rapide - la pression dans les ventricules est inférieure à celle dans les oreillettes, les valves auriculo-ventriculaires ouvertes et le sang affluant des oreillettes aux ventricules, en raison de la différence de gradients de pression.
- la phase de remplissage lent - lorsque la pression dans les oreillettes et les ventricules s'égale, le débit sanguin ralentit.
- systole auriculaire - tout se répète.

Sons du coeur
2 sons sont entendus - les tonalités sont séparées par des pauses silencieuses.
Lors de l'auscultation du cœur à l'apex, nous entendons un ton - un ton plus court et plus fort. Ensuite, la pause systolique est courte. Next - 2 volume - un son plus faible, voire plus court. Et 2 pause, qui est en moyenne 2 fois plus longue que la première.
Le premier ton comparé au deuxième ton:
· Plus long;
· Ton plus bas;
· On l'entend mieux au sommet du cœur, plus faible à la base;
· Coïncide avec l'impulsion apicale et le pouls dans l'artère carotide;
· Se produit après une longue pause;
Composants du premier ton:
o Composant de la valve - oscillations des valves des valves atrioventriculaires dans la phase de contraction isométrique;
o Composante musculaire - se produit pendant la période de contraction isométrique et est causée par les fluctuations de tension des parois musculaires du ventricule pendant la période de vannes fermées;
o composante vasculaire - associée à la fluctuation des segments initiaux de l'aorte et du tronc pulmonaire, lorsqu'ils sont étirés par le sang lors de la phase d'expulsion du sang des ventricules;
o Composant auriculaire - en raison de la fluctuation des parois auriculaires lors de leurs contractions à la fin de la diastole, le premier ton commence par ce composant;
Le second ton, ses composants:
§ Composant valvulaire - la fermeture des cuspides des valvules semi-lunaires de l'aorte et de l'artère pulmonaire au début de la diastole;
§ Composante vasculaire - l'oscillation des segments initiaux de l'aorte et de l'artère pulmonaire au début de la diastole lors du claquement de leurs valves semi-lunaires;
Propriétés du second ton:
1. Plus haut, silencieux et court que le premier ton;
2. Il vaut mieux être entendu sur la base du cœur.
3. formé après une courte pause;
4. Elle ne coïncide pas avec l'impulsion apicale et la pulsation des artères carotides;
Le troisième ton est provoqué par l'oscillation des parois des ventricules pendant la période où ils se remplissent rapidement de sang. Il survient au bout de 0,12-0,15 seconde après le deuxième ton et peut normalement être déterminé chez les enfants et les jeunes souffrant de constitution asthénique.
Le quatrième ton - apparaît à la fin de la diastole des ventricules et est associé à leur remplissage rapide au cours de la systole auriculaire avec un ralentissement de la conductivité auriculo-ventriculaire. Il est toujours pathologique.
Changer les tons de coeur
Les tonalités peuvent varier en ce qui concerne:
· Forces
· Timbre
Fréquences
· Le rythme
Changement de force
Renforcer ou affaiblir peut être l'un ou les deux tons.
Le renforcement des deux tons cardiaques est le plus souvent le résultat de modifications non cardiaques:
1. poitrine mince élastique;
2. Rides du bord antérieur du poumon (par exemple, avec une atélectasie obstructive);
3