Important à savoir sur l'insuffisance cardiaque

L'activité cardiaque fournit un flux sanguin constant dans le corps humain, ce qui est une condition préalable au fonctionnement normal. Un arrêt cardiaque inattendu entraîne une cessation complète de la circulation sanguine, qui est la cause du décès clinique et du décès biologique d'une personne. Il est nécessaire de connaître les causes et les signes d'arrêt des contractions du cœur, indiquant une déficience réversible de l'activité vitale, afin de tenter de rétablir la vie d'une personne. Cela est particulièrement vrai pour les personnes souffrant de maladies cardiovasculaires et présentant un risque élevé d'infarctus du myocarde. C’est pour eux que la peur des arrêts cardiaques est caractéristique, ce qui apparaît dans le contexte du syndrome douloureux prononcé. Les mesures d'urgence urgentes sont la seule chance de rétablir l'activité cardiaque et de sortir de la mort clinique.

Causes de l'insuffisance cardiaque

Tout au long de la vie, le cœur travaille sans relâche en envoyant du sang riche en oxygène dans les vaisseaux. L'arrêt soudain de la fonction de pompage devient la cause d'un état réversible - le décès clinique, dont la durée ne dépasse pas 7 minutes. Si pendant ce court laps de temps il n'a pas été possible de faire fonctionner le cœur, un état de mort biologique irréversible se produit. Tous les facteurs causatifs de l'arrêt cardiaque sont divisés en 2 groupes:

  1. Coeur
  • cardiopathie ischémique;
  • infarctus du myocarde;
  • pathologie du rythme cardiaque et de la conduction (fibrillation, asystole ventriculaire, blocage complet);
  • choc cardiogénique;
  • rupture d'anévrisme cardiaque;
  • embolie pulmonaire.

Dans la très grande majorité des cas (90%), ce sont les facteurs cardiaques et les maladies qui provoquent les principales variantes d'un arrêt cardiaque. Par conséquent, tout épisode de pathologie cardiaque nécessite une surveillance médicale et des études de diagnostic approfondies. La prévention et le traitement rapide de l'infarctus du myocarde constituent les meilleures mesures préventives pour sauver la santé et la vie d'une personne.

L'arrêt cardiaque et l'arrêt de la respiration peuvent survenir sous l'influence de facteurs externes et dans le contexte d'une pathologie sévère des organes internes. Les principales causes extracardiaques:

  • choc de toute genèse (anaphylactique, post-traumatique, brûlure, septique, opérationnel);
  • stades avancés des maladies oncologiques;
  • saignement abondant et rapide de gros vaisseaux (rupture d'un anévrisme de l'aorte);
  • insuffisance respiratoire aiguë (maladie pulmonaire grave, formation étrangère dans les voies respiratoires);
  • les maladies des organes internes avec le développement de l'insuffisance rénale-hépatique;
  • intoxication ou effets indésirables de médicaments;
  • blessures ou conditions incompatibles avec la vie (noyade, suffocation, blessures électriques);
  • arrêt cardiaque réflexe provoqué par un coup imprévu et précis à certains endroits du corps humain - zones réflexogènes (zone sino-carotidienne, plexus solaire, région périnéale).

Parfois, il est impossible d'identifier la cause de la cessation de l'activité cardiaque, surtout s'il s'agit d'un arrêt cardiaque en rêve chez une personne en l'absence d'une pathologie grave. Dans ces situations, les facteurs prédisposants doivent être recherchés et pris en compte:

  • longue expérience du tabagisme;
  • abus d'alcool;
  • syndrome métabolique (obésité, taux élevé de cholestérol dans le sang, fluctuations de la pression artérielle);
  • diabète sans surveillance constante ni traitement;
  • effort physique intense;
  • stress psycho-émotionnel aigu.

Le syndrome de mort subite d'un enfant est particulièrement mis en évidence lorsqu'un bébé en bonne santé âgé de moins d'un an meurt subitement sans raison apparente. Cette situation extrêmement désagréable et triste peut survenir compte tenu des facteurs suivants:

  • pathologie non détectée des organes internes;
  • prématurité et immaturité des organes et des systèmes du bébé;
  • infection latente;
  • mauvaise position dans le lit (dormir sur le ventre, enfoui dans un oreiller moelleux);
  • violation de la thermorégulation dans une pièce chaude et étouffante;
  • inattention de la mère.

Quels que soient les facteurs en cause, l’arrêt circulatoire est non seulement une cessation complète de la pompe cardiaque, mais également une sorte d’activité cardiaque qui n’est pas en mesure de fournir le flux sanguin minimal nécessaire dans les organes et les tissus.

Variantes de l'état pathologique

Le cycle cardiaque comprend 2 étapes:

  • systole (contraction séquentielle des oreillettes et des ventricules);
  • diastoles (relaxation du coeur).

Le plus souvent, le cycle s’arrête au deuxième stade, ce qui conduit à une asystolie du cœur. Les signes externes d’arrêt soudain de la circulation sont typiques, mais avec l’électrocardiographie, tous les types d’arrêt cardiaque peuvent être divisés en 3 options:

  • asystole ventriculaire primaire;
  • asystole ventriculaire secondaire;
  • fibrillation des ventricules.

Si la cause de la mort subite est un infarctus du myocarde ou un bloc auriculo-ventriculaire complet, il se manifestera par une fibrillation ventriculaire. L'arrêt cardiaque réflexe est la principale asystole de l'ECG, qui ressemble à une ligne droite.

Les principaux symptômes de la cessation de la circulation sanguine

Tous les symptômes d’un arrêt cardiaque peuvent être limités aux symptômes typiques suivants:

  • perte de conscience soudaine;
  • absence de pulsation des gros troncs artériels;
  • cessation des mouvements respiratoires;
  • pupilles dilatées;
  • pâleur et cyanose de la peau.

Pour une évaluation rapide de la situation et le diagnostic du décès clinique, les trois premiers symptômes typiques sont suffisants. Dans le même temps, il est nécessaire de rechercher l'impulsion à côté du larynx sur le cou, à l'emplacement des artères carotides. Il n'est pas nécessaire de se concentrer sur le changement des pupilles et de la peau, symptômes de la cessation du travail du cœur: l'apparition de ces signes est secondaire et dépend en grande partie de l'état général du corps.

Principes de diagnostic

Le facteur temps dans le diagnostic de l'arrêt aigu du flux sanguin joue un rôle crucial. 7-10 minutes après l’arrêt du rythme cardiaque, des modifications irréversibles se produisent dans les cellules nerveuses, ce qui provoque la mort biologique du cerveau. Le traitement de l'asystole doit commencer immédiatement après les signes de manque d'activité. La première action en cas de perte de conscience consiste à évaluer le pouls dans les artères carotides. Pour ce faire, vous devez placer 2 et 3 doigts sur la surface latérale du larynx et, en déplaçant lentement vos doigts sur le côté, essayez de trouver le battement d'un gros vaisseau. L'absence de pulsation est une indication pour les soins d'urgence primaires.

Il est beaucoup plus facile d’évaluer la situation et de poser un diagnostic précis lorsqu’un malade est à l’hôpital. Ou lorsqu'un arrêt cardiaque survient pendant la chirurgie. Sur le moniteur cardiaque, le médecin verra une ligne droite et commencera immédiatement à appliquer toutes les mesures de réanimation d’urgence.

Tactiques de traitement d'urgence

Plus tôt le traitement commence à partir du moment de la mort subite, plus une personne a de chances de retrouver une vie bien remplie. Les phases d’aide d’urgence les plus importantes et les plus obligatoires sont les suivantes:

  • vérifier les voies respiratoires;
  • pratiquer la respiration artificielle;
  • massage cardiaque pour rétablir le flux sanguin;
  • utiliser la défibrillation électrique.

Il est nécessaire de créer les conditions pour la reprise du travail des organes vitaux afin de rétablir le flux sanguin. L'utilisation de médicaments spéciaux (préparations d'adrénaline, d'atropine, de potassium et de calcium) est une condition essentielle à la réussite du traitement.

Prédiction pour la vie

Même un court épisode de décès clinique ne passe pas sans laisser de trace, surtout si les mesures d'urgence ont été prises par une personne non professionnelle. Le pronostic est plus favorable pour le patient qui a reçu les soins primaires à l'hôpital lorsque, dans les minutes qui ont suivi le décès, le médecin a commencé à appliquer des techniques standard de réanimation à l'aide d'un défibrillateur. Pronostic défavorable à vie dans les situations où l'aide arrive 10 minutes après l'arrêt soudain du cœur.

Premiers secours en cas d’arrêt cardiaque et de signes de pathologie

L'insuffisance cardiaque (ou asystole) est la cause la plus fréquente de décès clinique. Quels facteurs conduisent à l'asystolie, quels sont les symptômes distinctifs de la maladie, comment donner les premiers soins correctement? Les réponses à ces questions sont présentées dans l'article.

Les principales causes et facteurs de risque

Un arrêt cardiaque est la cessation de son fonctionnement efficace du corps, entraînant une altération de l'apport sanguin au corps. L'étiologie de cet état clinique peut être la suivante.

  • Maladie ischémique
  • Syndrome coronaire aigu (violation du flux sanguin dans les artères coronaires).
  • Épanchement péricardique.
  • Sténose aortique sévère.
  • Blessures incompatibles avec la vie.
  • Défauts (congénitaux ou acquis).
  • Tamponnade (accumulation de liquide entre deux feuilles de péricarde).
  • Le diabète.
  • L'hypothermie
  • La plupart des pertes de sang au cours de la chirurgie.
  • Oncologie.
  • Choc cardiogénique (réduction significative de la pression artérielle et diminution de la contractilité du myocarde).
  • Myocardiopathies (maladie du myocarde caractérisée par des modifications structurelles et fonctionnelles du tissu musculaire du coeur).
  • Causes métaboliques (acidose, alcalose, hypercapnie).
  • Effets secondaires lors de la prise de médicaments.
  • Maladies respiratoires.

Le coeur peut s'arrêter dans un rêve. En cas d'apnée, une perturbation du rythme cardiaque est provoquée par l'hypoxie provoquée par des problèmes respiratoires. En conséquence, le cœur commence à décliner de temps en temps plus actif.

Des problèmes respiratoires fréquents peuvent affaiblir le myocarde et aggraver la situation de problèmes cardiaques existants.

Les facteurs de risque les plus importants d’arrêt cardiaque sont les suivants:

  1. La présence d'antécédents familiaux de maladie coronarienne.
  2. Âge (hommes de plus de 50 ans, femmes de plus de 60 ans).
  3. Sexe masculin (en raison du fait que chez la femme, l'œstrogène protège le corps de la formation de plaques d'athérosclérose, réduisant ainsi le risque de développer une maladie coronarienne).
  4. Fumer (provoque le développement de l'athérosclérose et de la thrombose).
  5. Le diabète.
  6. Alcoolisme
  7. Augmentation du cholestérol.
  8. L'hypertension.

Types d'arrêt cardiaque

Il existe plusieurs types de cessation du rythme cardiaque, qui peuvent être déterminés par un examen électrocardiologique:

  1. Tachycardie ventriculaire - contraction ventriculaire rapide.
  2. Asystole - la cessation complète de la contraction ventriculaire (se produit soudainement et progressivement).
  3. Fibrillation ventriculaire - contractions arythmiques qui se produisent dans différentes fibres musculaires des ventricules.

Symptomatologie

Les palpitations se caractérisent par les symptômes suivants:

  • Perte de conscience
  • Crampes
  • Pâleur qui entre en cyanose du nez, des doigts, des lèvres, des lobes d'oreille.
  • Manque de respiration ou mouvements de respiration convulsifs rares et profonds.
  • Impossibilité de palper le pouls sur les gros vaisseaux (par exemple, artères fémorales, carotides).
  • Les élèves des yeux ne réagissent pas à la lumière (normalement rétrécis).
  • Le patient ne peut pas être récupéré avec de l'ammoniac.
  • Sur l'électrocardiogramme, il n'y a aucun signe d'activité électrique du cœur.

Les symptômes ci-dessus indiquent une menace pour la vie humaine. Cette condition nécessite une réanimation avant l'arrivée des ambulanciers. Pour rétablir le rythme cardiaque, un maximum de 7 minutes est autorisé. De plus, la réanimation n’a plus de sens puisque la mort cérébrale survient.

Premiers secours

Alors, que faut-il faire si une personne présente des signes d'asystolie? Premiers secours en cas d’arrêt cardiaque consiste à mener de telles activités:

  • Appelle une ambulance.
  • Vérifiez le souffle.
  • Mesurez le pouls en plaçant 3 doigts sur l’artère radiale au niveau du poignet ou de l’artère carotide.
  • Placez le patient de sorte que la tête soit en dessous du niveau du corps.
  • Vos jambes doivent être légèrement levées (par exemple, vous pouvez enrouler vos vêtements et les mettre dans un tube).
  • L'air doit être soufflé dans les poumons à l'aide de la technique «bouche à bouche» ou «bouche à nez» (pour votre propre sécurité, un foulard peut être mis sur la bouche du patient). Après avoir fait deux coups, ils font un massage cardiaque indirect (il ne devrait pas être traumatisant, mais intense).

Plus efficacement, lorsque les manipulations ci-dessus sont effectuées par deux personnes - la première effectue un massage cardiaque indirect, la seconde souffle de l'air dans les poumons.

Toutes les 2 minutes, vérifiez l'état du patient: pouls, respiration et réaction des pupilles (si possible). Dès que la respiration se produit spontanément, la réanimation est arrêtée. S'il n'y a pas de respiration, mais qu'il y a un pouls, la ventilation artificielle doit être poursuivie jusqu'à l'arrivée des ambulanciers.

Réanimation pour adultes

À l’arrivée des médecins, les mesures de réanimation commencent sur place ou sur le chemin de l’hôpital. Les mesures de réanimation spécialisées sont les suivantes:

  1. Massage cardiaque
  2. Alimentation en oxygène avec masque à oxygène.
  3. Défibrillation
  4. Utilisez le sac Ambu pour la ventilation.
  5. Traitement médicamenteux (administration intraveineuse d’Adrénaline, d’atropine).

Connectez également le patient aux moniteurs pour surveiller les signes vitaux.

Caractéristiques de réanimation chez les enfants

Aider les enfants souffrant d'insuffisance cardiaque a ses propres caractéristiques. Les parents devraient connaître l'algorithme de réanimation. Si chez les adultes ils sont effectués pendant 7 minutes, alors chez les enfants, il est donné 5 minutes.

Avant l’arrivée d’une ambulance, les actions suivantes sont effectuées:

  • Mets le bébé sur la table. Enlevez les vêtements, nettoyez la bouche du mucus et des objets étrangers (le cas échéant).
  • Placez les coussinets du milieu et de l'index sur le bord inférieur du sternum. Après cela, commencez à cliquer sur le sternum à une fréquence de 120 chocs par minute.
  • Toutes les 15 pressions, vous devez effectuer 2 injections exactement de la même manière que les adultes.

Conséquences possibles

Au cours de la réanimation, des troubles neurologiques et autres peuvent survenir. Les plus communs sont les suivants:

  1. Fracture des côtes et du sternum.
  2. Air entrant dans la cavité pleurale (pneumothorax).
  3. Ischémie des organes et des systèmes (est le résultat d'une circulation sanguine insuffisante pendant l'asystole).
  4. Hémorragie.

Des complications telles que le coma, des hallucinations, une vision réduite, une perte partielle ou totale de la mémoire, une absence totale ou partielle de réflexes sont également possibles.

À son arrivée à l'hôpital, le patient est envoyé à l'unité de soins intensifs où, au cours du traitement, les médecins détermineront la cause de cette affection.

Traitement en unité de soins intensifs

À l'hôpital avec asystole, l'intubation trachéale est réalisée. L'atropine et le chlorhydrate d'adrénaline sont administrés par voie intraveineuse. Reopoliglukin est également utilisé pour réduire la viscosité du sang et rétablir le flux sanguin dans les capillaires.

Algorithme d'urgence pour asystole

Peut-être l'introduction de médicaments dans le péricarde, si vous ne pouvez pas entrer autrement. Les manipulations sont effectuées dans l'unité de soins intensifs, où la surveillance des signes vitaux est introduite: respiration, fréquence cardiaque, volume sanguin circulant, électrolytes et hémodynamique.

Prévention

Les mesures préventives comprennent le traitement rapide des pathologies qui contribuent au développement de l’asystole. Il est conseillé de procéder à un dépistage parmi les populations qui présentent un risque accru de mort subite cardiaque. Il est nécessaire de familiariser les personnes du groupe à risque avec des symptômes alarmants et des méthodes de soins médicaux adéquates.

La mort subite d'origine cardiaque est l'une des premières causes de mortalité. Actuellement, de nombreuses recherches sont en cours sur ce sujet.

Pour prévenir une maladie dangereuse, les personnes cardiaques doivent suivre les recommandations du médecin: prendre les médicaments prescrits à temps, surveiller la nutrition, surveiller le niveau d'activité physique. La priorité pour sauver des vies dans une asystole est une assistance opportune et fournie avec compétence.

Pourquoi le coeur peut-il s'arrêter? Signes d'arrêt cardiaque et de premiers secours

Un arrêt cardiaque est la cessation complète de l'activité d'un organe avec la présence ou l'absence d'activité bioélectrique. Le cœur est constitué de nombreuses fibres musculaires avec un seul mécanisme. Lorsque le travail des muscles est perturbé pour une raison quelconque, un arrêt cardiaque soudain se produit.

Caractéristiques

Le pourcentage de mortalité par arrêt cardiaque est supérieur au nombre de décès dans les accidents de la route, les incendies et les cancers.

L'arrêt de l'activité d'un organe entraîne la mort clinique. Si une personne n'est pas aidée à temps, c'est fatal. Selon les statistiques de l'OMS, dans 90% des cas, il n'est pas possible de sauver une personne. La mort survient avant l'arrivée d'une ambulance.

Qu'advient-il des organismes lors d'un arrêt cardiaque?

  1. La vitesse de circulation sanguine diminue fortement.
  2. Il y a un manque d'oxygène.
  3. Le métabolisme est cassé.
  4. Tous les organes cessent de fonctionner.

Lorsque le cœur s'arrête, il reste peu de temps pour aider. Ne peut que sauver la conscience des autres sur les actions correctes dans une telle situation.

L'insuffisance cardiaque peut survenir à un jeune âge pendant le sommeil. Et pas nécessairement, il est associé à la maladie. Chez une personne en bonne santé, le cœur peut s'arrêter avec une violation brutale d'un mécanisme unique dans un rêve.

Types d'arrêt cardiaque

Les mécanismes de développement d'un arrêt cardiaque sont associés à une altération des fonctions organiques.

Dans une plus grande mesure, cela concerne les caractéristiques suivantes:

À partir d’eux dépend du type de terminaison de l’activité cardiaque.

Le corps arrête le travail de deux manières:

  • Asystole - 5% des cas;
  • Fibrillation - dans 90% des cas.
Asystole épisodique sur l'ECG

L'asystole est caractérisée par la cessation de la contraction ventriculaire en phase de relaxation. Parfois, le travail s'arrête à la phase d'impact lorsque du sang est libéré dans l'aorte.

Une telle situation peut provoquer non seulement une maladie cardiaque, mais également une intervention chirurgicale sur d'autres organes.

Cela se produit par réflexe. Dans ce cas, les nerfs vagues et trijumeaux sont impliqués. Lorsque le réflexe du myocarde asystolique n’est pas endommagé, il est en bon état.

Dans les situations non liées à la transmission réflexe, une asystole se développe en arrière-plan:

  • Hypoxie - manque d’oxygène;
  • Excès de dioxyde de carbone dans le sang;
  • Violations de l'équilibre acido-basique;
  • Déviations dans le niveau d'électrolytes;
  • Réduction du volume sanguin total - choc hypovolémique.

La combinaison de ces facteurs est particulièrement dangereuse. Les troubles métaboliques affectent négativement le myocarde - la couche musculaire qui constitue la majeure partie de la masse cardiaque.

Le myocarde est réduit en raison du processus de dépolarisation - une diminution du potentiel de repos de la membrane. Même en cas de troubles de la conduction, la dépolarisation ne permet pas au cœur de s’arrêter.

À la suite de perturbations des réactions métaboliques, les cellules du myocarde perdent de la myosine active, source d'énergie pour le mécanisme de l'organe.

Si une asystolie survient dans la phase de contraction du myocarde, la personne augmente la concentration de calcium dans le plasma sanguin.

Le type d'anomalie cardiaque le plus fréquent est la fibrillation d'organe. La maladie est associée à une rupture de la connexion entre les cardiomyocytes dans le cadre d’actions coordonnées affectant les contractions du myocarde. Le travail des fibres musculaires perd la synchronicité. Ils commencent à se rétrécir à différents rythmes. Cette pathologie affecte la libération de sang des ventricules.

Lorsque la fibrillation ne s'étend qu'aux oreillettes, certaines impulsions atteignent les ventricules. Cela vous permet de maintenir la circulation sanguine à un niveau normal.

La fibrillation à court terme peut se terminer d'elle-même. Cependant, la tension des ventricules ne fournit pas la dynamique appropriée. Les réserves d'énergie s'épuisent, entraînant un arrêt cardiaque soudain.

Autres mécanismes de développement

Certains scientifiques insistent sur le choix d'une autre forme d'arrêt cardiaque: la dissociation électromécanique. Ce terme signifie l'absence d'activité mécanique du cœur en présence de contractions électriques.

L'ECG est sur le moniteur, mais il n'y a pas de circulation sanguine. Les contractions du myocarde se poursuivent, mais l'activité est insuffisante pour fournir des vaisseaux sanguins aux vaisseaux.

Avec la dissociation électromécanique, le pouls n'est pas détectable, il n'y a pas de pression artérielle.

Sur les registres de l'appareil ECG:

  • Les coupes correctes avec une basse fréquence;
  • Rythme ventriculaire idioventriculaire - propre rythme ventriculaire;
  • Perte d'activité du sinus et du nœud auriculo-ventriculaire.

Cette condition est causée par une faible activité des impulsions dans le cœur.

Dans les années 70 du siècle dernier, le terme "apnée obstructive du sommeil" est apparu. L'arrêt cardiaque se produit la nuit pendant le sommeil. La condition est accompagnée d'une cessation temporaire de la respiration. Cette pathologie s'appelle bradycardie nocturne. Dans l'étude du sang a révélé un manque d'oxygène dans le plasma.

Selon les statistiques, le travail du cœur pendant le sommeil a été perturbé pour les raisons suivantes.

  1. Arrêtez le rythme et ses violations - 49% des cas.
  2. Violation de l'impulsion électrique des oreillettes aux ventricules - 27%.
  3. Fibrillation auriculaire - contractions auriculaires fréquentes et chaotiques - dans 19% des cas.
  4. Combinaisons de plusieurs types de bradyarythmies (trouble de la conduction du muscle cardiaque) - à 5%.

Le syndrome d'apnées obstructives du sommeil est diagnostiqué à l'aide d'un appareil spécial. Lors de l'utilisation de l'appareil, les patients remarquent que le cœur s'est arrêté pendant quelques secondes: de 3 à 13 heures. Pendant la période d'éveil, les patients atteints de ce syndrome ne présentent ni évanouissement ni insuffisance respiratoire.

Quelle est la cause de l'insuffisance cardiaque pendant le sommeil?

Chez l'homme, le réflexe respiratoire est altéré. Les organes respiratoires transmettent l'impulsion aux muscles cardiaques par le nerf vague. De là vient la cessation de l'activité cardiaque.

Pourquoi le coeur s'arrête - causes

Le plus souvent, la terminaison du corps est associée à une maladie cardiaque grave.

L'arrêt cardiaque précède:

  • Grande perte de sang pendant la chirurgie;
  • Blessure incompatible avec la vie;
  • Oncologie.

Dans d'autres situations, l'arrêt du fonctionnement du corps s'appelle un arrêt soudain. En cas de déviation du rythme cardiaque, le mécanisme de l'organe est perturbé. Le signal est transmis au cœur dans de nombreuses pathologies qui ne sont pas liées au travail d'un organe. Le cœur peut s'arrêter à cause de nombreuses maladies.

Des états non pathologiques entraînent également un arrêt cardiaque soudain.

Qui est le plus susceptible à l'insuffisance cardiaque?

Sont à risque:

  • Femmes de plus de 60 ans;
  • Les hommes après 50 ans;
  • Alcooliques et toxicomanes;
  • Les fumeurs;
  • Personnes atteintes du syndrome de Romano-Ward - fibrillation ventriculaire héréditaire.

Comment arrêter le coeur? Provoquer un arrêt cardiaque peut être une combinaison de plusieurs facteurs.

Les personnes souffrant de maladies cardiaques et vasculaires, ayant un excès de poids et une dépendance à l’alcool courent un grand risque.

Qu'est-ce qui peut arrêter le cœur d'un nouveau-né?

Le syndrome de mort subite du nourrisson (SMSN) affecte les enfants de moins d'un an. À risque - bébés de 2 à 4 mois. Un arrêt respiratoire et cardiaque survient pendant le sommeil sans problèmes de santé antérieurs.

Facteurs qui augmentent le risque de SMSN:

  • Habitude de dormir sur le ventre;
  • Lit moelleux;
  • Chambre bourrée;
  • Température ambiante élevée;
  • Le bébé est né prématurément;
  • Retards dans le développement du fœtus pendant la grossesse;
  • Hypoxie intra-utérine;
  • Dans la famille étaient des enfants atteints de SMSN;
  • Après la naissance, l'enfant a subi de graves infections.
Massage cardiaque pour bébé

Les principaux signes d'insuffisance cardiaque

Un arrêt cardiaque soudain se produit dans le contexte du bien-être ou d'un léger inconfort à la poitrine. La personne perd soudainement conscience, ce qui est l'un des signes de son état. Souvent, l’arrêt cardiaque est confondu avec la syncope. Comment distinguer un état d'une perte de conscience?

Signes d'insuffisance cardiaque:

  • Le pouls est absent;
  • L'homme ne respire pas;
  • Agonie - respiration rapide, enrouement, convulsif;
  • Les élèves ne réagissent pas à la lumière.
  • Peau pâle;
  • Les crises peuvent commencer;
  • La poitrine ne se lève pas;
  • Lèvres bleues, lobes d'oreilles, doigts.

Lorsqu'un arrêt cardiaque se produit dans un rêve, une personne semble s'endormir paisiblement, la peau ne change pas visuellement. Le symptôme principal dans ce cas est l'absence de respiration.

Si aucun premier soin n'est donné dans les 7 minutes qui suivent l'apparition des symptômes, le cerveau meurt. Quand une personne est sauvée après cette heure, elle reste invalide. Par conséquent, il est extrêmement important d'évaluer son état.

Pour cela, vous avez besoin de:

  • Appeler une ambulance;
  • Frappez les joues, coup;
  • Vérifier la respiration;
  • Placez un index et un majeur sur un gros vaisseau sanguin - sur le cou, dans l'aine - pour déterminer s'il y a un pouls.
Signes d'insuffisance cardiaque

Quels médicaments entraînent la cessation de l'activité cardiaque?

Ceux-ci comprennent des médicaments prescrits pour le traitement de maladies du corps.

Le médecin prescrit le médicament en tenant compte des caractéristiques suivantes:

Lors de la prise de médicaments, des effets secondaires ne peuvent être ignorés.

Le surdosage survient dans les cas de:

  • Excès de dose - une situation courante - j'ai oublié de prendre une pilule, boire deux à la fois;
  • Consommation d'alcool avec des drogues;
  • Combinaison avec les méthodes de traitement traditionnelles: certaines herbes contiennent des ingrédients qui, s'ils sont pris de manière incontrôlée, provoquent une surdose;
  • L'introduction de l'anesthésie générale sur le fond des médicaments.

Quelles pilules devriez-vous craindre?

Drogues causant une condition critique:

  • Hypnotiques d'acide barbiturique;
  • Antalgiques puissants avec effet narcotique;
  • Block-bloquants en cas d'hypertension artérielle;
  • Médicaments apaisants du groupe des phénothiazines;
  • Parmi les médicaments cardiaques, les agents glycosidiques utilisés pour traiter les arythmies, l’insuffisance cardiaque décompensée peut être dangereuse.

Selon les statistiques, 2% des cas d’arrêt cardiaque sont associés à l’usage de drogues.

Le choix du médicament doit être fait par le médecin en fonction des caractéristiques individuelles du patient, des maladies chroniques concomitantes et de l’âge.

Si vous prenez des drogues sur les recommandations d'amis, elles peuvent causer des dommages irréparables.

ECG avec tachycardie

Premiers secours en cas d'arrêt cardiaque

Dans 2 cas sur 3, le cœur s’arrête chez une personne extérieure à l’hôpital. La vie de la victime dépend de la sensibilisation du public aux premiers secours.

Et si les symptômes indiquent un arrêt cardiaque?

  1. Posez la victime face cachée sur une surface plane et solide.
  2. Jette légèrement sa tête en arrière, pousse la mâchoire. Dégagez les voies respiratoires de la langue qui tombe, de la nourriture et des vomissures.
  3. Faites un massage cardiaque indirect. Posez vos mains les unes sur les autres de manière à pouvoir appuyer sur la poitrine avec les paumes des mains sur les bras tendus. Pour produire environ 30 pressions rythmiques.
  4. Ventiler les poumons par bouche à bouche. Avant la procédure, vous devez fermer la bouche de la victime avec une serviette ou un mouchoir. Pour l'aération, ils pincent le nez de la victime et inhalent des portions d'air dans sa bouche. Le but de la procédure est de stimuler le travail de la poitrine, de faire circuler l'air dans les poumons. Cela aidera à rétablir l'activité cardiaque. Lorsque l'air est soufflé, on estime à quelle hauteur le thorax s'élève.
Premiers secours

Pour effectuer la ventilation des poumons, utilisez sûrement un foulard ou une serviette. Le contact direct avec la salive est dangereux dans la transmission des infections. Par exemple, la tuberculose.

Aide professionnelle

L'équipe médicale assiste sur place ou sur le chemin de l'hôpital.

Lors d’un arrêt cardiaque, appliquez les mesures suivantes:

  • Massage cardiaque indirect;
  • Utilisation d'un défibrillateur - un instrument de thérapie par électropulse;
  • Ventilation à travers un sac Ambu;
  • Connexion à un respirateur;
  • Alimentation en oxygène avec un masque ou un tube;
  • Introduire un médicament intracardiaque.

Quand une personne peut être sauvée, elle est envoyée en soins intensifs. La tâche des médecins est de déterminer la cause d'un arrêt cardiaque. En cas de troubles pulmonaires, la victime est traitée dans le service thérapeutique. Si les maladies cardiovasculaires en sont la cause, le rétablissement se fait en cardiologie.

Conséquences de l'insuffisance cardiaque

Le développement de complications dépend de la durée de la cessation de l'activité cardiaque. Si la victime a été ramenée à la vie après 3 minutes d'extinction, le cerveau n'a probablement pas été blessé.

Après 7 minutes de mort clinique, le cerveau meurt. Dans le cas de la reprise du coeur développe des lésions neurologiques du système nerveux central.

Les déviations sont divisées par degrés:

Les complications légères et modérées comprennent:

  • Perte partielle de mémoire;
  • Vision réduite;
  • Maux de tête graves;
  • Hallucinations

Les complications après la réanimation surviennent chez 75 à 80% des victimes. Chez 70% des personnes âgées et des jeunes, la conscience et les fonctions mentales sont rétablies après 3 heures de réanimation.

Conséquences graves:

  • Le coma;
  • Perte complète de la mémoire et des réflexes;
  • Etat végétatif - perte de conscience.

Le pronostic après un arrêt cardiaque est défavorable. Seulement 30% des personnes survivent et seulement 10% d’entre elles se rétablissent sans conséquences graves. Les chances de survie augmentent avec une assistance rapide. Le risque de complications est minime si la durée du décès clinique n’a pas dépassé 3 minutes.

Matériaux sur MK / Types d’arrêt cardiaque

Types d'arrêt cardiaque

1. Tachycardie ventriculaire - mauvaise circulation avec une fréquence cardiaque allant jusqu’à 200 en 1min.

2. Dissociation électromécanique - présence d’activité électrique et absence d’activité mécanique.

3. Asystole - état d'abandon complet des contractions ventriculaires. Elle peut survenir soudainement (déchirure du réflexe) avec un tonus myocardique préservé ou se développer progressivement. Se produit plus souvent dans la phase diastole, beaucoup moins fréquemment dans la systole.

a) l'hypoxie et l'acidose, qui modifient considérablement le cours des processus métaboliques du cœur, perturbent l'excitabilité, la conductivité et les propriétés contractiles du myocarde;

b) troubles de l'équilibre électrolytique, violation du rapport des électrolytes K et Ca, augmentation de la teneur en K extracellulaire et diminution de la quantité de Ca, diminution du gradient de concentration en K extracellulaire et intracellulaire, c'est-à-dire que la polarisation normale de la cellule devient impossible; au cours de l'hypocalcémie, une diminution de l'activité enzymatique de la myosine, catalysant le clivage de l'ATP, se produit; au cours de l'hypercalcémie, un arrêt de la systole;

c) hypercapnie (tous ces facteurs interagissent). L'arrêt des réflexes survient à la suite d'une irritation directe du cœur et lors de manipulations sur d'autres organes innervés par les nerfs vagues et trijumeaux.

4. Fibrillation ventriculaire - on observe une perte de capacité à effectuer des contractions coordonnées, des contractions dispersées, erratiques et multi-temporelles de faisceaux musculaires individuels, la signification principale de la contraction cardiaque est perdue - assurant une libération adéquate.

Avec la fibrillation auriculaire, la circulation sanguine peut rester à un niveau suffisamment élevé. Avec la fibrillation ventriculaire, la circulation sanguine devient impossible et le corps meurt rapidement.

La fibrillation ventriculaire est une condition extrêmement stable. Vous ne pouvez diagnostiquer que par ECG - fluctuations irrégulières d'amplitude inégale avec une fréquence d'environ 400 à 600 en 1 min.

Avec l'épuisement des processus métaboliques, la fibrillation devient légère et devient asystolique. Causes: hypoxie, intoxication, irritation mécanique et électrique du cœur, température corporelle basse (moins de 28 ° C), anesthésie (hyperadrénalinémie), maladie cardiaque (infarctus du myocarde avec arythmie).

Des activités respiratoires et circulatoires artificielles doivent être initiées dans les premières minutes qui suivent l’arrêt du cœur et la respiration. Ils doivent être effectués par tous les patients et victimes, dont le décès clinique est survenu soudainement, de manière inattendue.

La réanimation cardio-respiratoire (RCP) est un ensemble d’actions médicales spéciales visant à rétablir et à maintenir soudainement la circulation sanguine et la respiration perdues.

Les activités principales de la réanimation cardiopulmonaire sont la fourniture de voies respiratoires, de ventilateurs et de massages cardiaques indirects.

Interventions spécialisées pour la RCP - interventions nécessitant l’utilisation de médicaments et d’équipement de réanimation.

Symptômes d'arrêt cardiaque: manque de pouls dans les artères carotides, arrêt respiratoire - jusqu'à 30 s après un arrêt cardiaque, pupilles dilatées sans réaction à la lumière - jusqu'à 90 s après un arrêt cardiaque. Respiration haletante.

Types d’arrêt cardiaque.

Deux types d’arrêt cardiaque sont possibles: asystole et fibrillation

Asystole. Représente un état de terminaison complète.

contractions des ventricules. Une asystole peut survenir soudainement (réflexe) avec

conserve le tonus myocardique ou se développe progressivement comme avec le tonus bon

myocarde et avec atonie. Plus souvent, un arrêt cardiaque survient en phase diastole,

beaucoup moins souvent - en systole. Causes d'arrêt cardiaque (autre que réflexe)

sont l'hypoxie, l'hypercapnie, l'acidose et le déséquilibre électrolytique,

qui interagissent dans le développement de l'asystole. Hypoxie et acidose nettement

modifier le cours des processus métaboliques, entraînant une excitabilité perturbée

coeur, conductivité et propriétés contractiles du myocarde. La frustration

l'équilibre électrolytique en tant que cause d'asystole est généralement exprimé par une violation

ratios de potassium et de calcium: la quantité de potassium extracellulaire et de

teneur réduite en calcium. Il y a aussi une diminution du gradient de concentration.

potassium extracellulaire et intracellulaire (égal à la norme de 1: 70–1: 30), avec

qu'il devient impossible de changer normalement la polarisation de ses cellules

dépolarisation, assurant la contractilité normale des fibres musculaires. Dans

conditions d'hypocalcémie, le myocarde perd sa capacité à se contracter même avec

transfert intact d'excitation du système conducteur à la fibre musculaire.

Le principal point pathogénique dans ce cas est une diminution sous

l'effet de l'hypocalcémie de l'activité enzymatique de la myosine, catalysant

la scission de l'adénosine triphosphate avec la libération de l'énergie nécessaire à

contraction musculaire. Arrêt cardiaque dans la systole, qui est observé, en passant, à rendre,

extrêmement rare, survient généralement dans des conditions d'hypercalcémie.

Un arrêt cardiaque réflexe peut survenir à la suite

irritation directe du cœur et manipulation des autres

organes qui sont innervés par le nerf vague ou le trijumeau. Dans la genèse

réflexe arrêt cardiaque joue un rôle important hypoxique et

Fibrillation cardiaque - perte de capacité d'exécution

abréviations coordonnées. Dans le même temps, au lieu des abréviations synchrones de tous

les fibres musculaires et leur relaxation ultérieure, elles sont dispersées,

contractions irrégulières et multi-temporelles de faisceaux musculaires individuels. Au total

il est évident que, dans ce cas, la principale signification de la contractilité du cœur est perdue -

assurer une libération adéquate. Fait intéressant, dans certains cas, en raison de

réponse cardiaque à l'intensité initiale de l'irritation hypoxique

la fibrillation ventriculaire est si élevée que le montant total dépensé

l’énergie du cœur peut dépasser celle d’un cœur qui rétrécit normalement, bien que

l'effet de performance ici sera nul. Avec fibrillation seulement

la circulation sanguine auriculaire peut rester à un niveau suffisamment élevé,

car il est fourni par des contractions ventriculaires. Fibrillation

la circulation ventriculaire devient impossible et le corps meurt rapidement.

La fibrillation ventriculaire est une condition extrêmement stable. Spontané

l'arrêt de la fibrillation ventriculaire est extrêmement rare. Diagnostiquer

la présence de fibrillation ventriculaire n’est possible que par électrocardiogramme, dans lequel

oscillations irrégulières d'amplitude irrégulière se produisent avec une fréquence d'environ

400-600 par minute. Avec l'épuisement des ressources métaboliques de l'amplitude du coeur

la fibrillation diminue, la fibrillation devient légère et

à travers diverses périodes de temps va dans une cessation complète du coeur

À l'examen, un cœur fibrillant peut être vu comme sur sa surface.

courir rapidement à travers des contractions musculaires séparées et non liées,

donnant l'impression de "scintillement". Le scientifique russe Walter dans les années 60

expérimenter l'hypothermie chez les animaux, a observé cette

condition et décrit comme suit: "le coeur devient comme un mollusque en mouvement."

Expliquer les mécanismes des arythmies cardiaques au cours de la fibrillation

ventricules il y a des théories: 1) automatisme hétérotopique, 2) "anneau"

Automatisme hétérotopique. Selon la théorie, la fibrillation cardiaque survient chez

résultat de la «surexcitation» du cœur, lorsque de nombreux

des poches d'automatisme. Récemment, cependant, suffisamment de données ont été accumulées

indiquant que la coordination altérée des battements de coeur,

observée au cours de la fibrillation cardiaque, causée par une violation de

excitation du myocarde.

"Ring" rythme. Sous certaines conditions, il est possible que

l'excitation va circuler dans le myocarde en permanence, à la place, au lieu de

Des contractions simultanées de tout le cœur apparaissent des contractions de fibres individuelles.

Un point important dans l'apparition de la fibrillation ventriculaire est différent

accélération de l'onde d'excitation (10 à 12 fois par seconde). Dans le même temps, en réponse à

en cours d'exécution à travers l'excitation peut réduire uniquement les fibres musculaires qui

est venu à ce moment de la phase réfractaire, cette circonstance détermine

la survenue d'une activité contractile myocardique chaotique.

Les stades préliminaires de la fibrillation cardiaque sont la tachycardie paroxystique.

et flutter ventriculaire, qui peut également être éliminé par électrique

défibrillation. Cette circonstance témoigne en faveur du fait que les trois

arythmies cardiaques (tachycardie paroxystique, flutter et

fibrillation des ventricules) sont supportés par le même mécanisme - circulaire

circulation de l'excitation à travers le coeur.

Les causes immédiates de la fibrillation cardiaque sont: 1) l'hypoxie, 2)

intoxication, 3) irritation mécanique du cœur, 4) électricité

irritation cardiaque, 5) basse température corporelle (hypothermie en dessous de 28 ° C). Avec

combinaison simultanée de plusieurs de ces facteurs, le risque de fibrillation auriculaire

Une fibrillation cardiaque peut survenir pendant l'anesthésie. Dans une large mesure, cette

favorise l'hyperadrénalinémie avant l'anesthésie et dans l'induction de l'anesthésie.

La fibrillation auriculaire peut être causée par tous les anesthésiques qui, d'une manière ou d'une autre, affectent

fonctions d'automatisme, d'excitabilité, de conduction et de contractilité du cœur, -

chloroforme, cyclopropane, ftorotan.

Chez les patients cardiaques, la fibrillation cardiaque est l’un des

les causes les plus courantes de mort subite. Dans le même temps, morphologiquement souvent

incapable de détecter des changements dans le myocarde. Particulièrement dangereux

l'apparition de fibrillation cardiaque dans l'infarctus du myocarde, compliqué par une arythmie.

Nécrose myocardique étendue à la suite d’une crise cardiaque, il est plus fréquent

asystole, alors que la fibrillation cardiaque survient généralement avec de plus petites

Il devient maintenant évident que des morts subites avec

infarctus du myocarde, il est conseillé d’associer une fibrillation cardiaque et jusqu’à ce que

établir un diagnostic précis (ECG) afin de poursuivre les mesures intensives visant à

dans la circulation et la respiration du corps. La pratique montre que de telles tactiques

dans la clinique se justifie dans la plupart des cas.

Refroidir le corps en dessous de 28 ° C augmente considérablement l’inclinaison du cœur

fibrillation. Dans le même temps, la moindre irritation mécanique du cœur suffit pour

l'apparition de fibrillation ventriculaire. Son apparition spontanée est également possible.

Il convient de noter que le risque de fibrillation durant l'hypothermie augmente

proportionnelle au degré de diminution de la température corporelle - dans la plage de température de

Une fibrillation de 32 à 28 ° C est possible, de 28 à 24 ° C - il est très probable, et en dessous de

24 ° C est la règle. [2]

Si le patient est sous surveillance ECG, les modifications suivantes peuvent être détectées en cas de mort subite cardiaque:

1. Fibrillation ventriculaire - ondes fréquentes (jusqu’à 200–500 par minute) et irrégulières, irrégulières, se différenciant par des formes et des amplitudes variées. Progressivement, les ondes de fibrillation deviennent de faible amplitude et passent en isoline droite (asystole).

2. Flottement ventriculaire (parfois précédé d'une fibrillation ventriculaire) - vagues de flottement fréquentes, relativement régulières et de forme et d'amplitude presque identiques, ressemblant à une courbe sinusoïdale. Il n’est pas possible de sélectionner des complexes QRS sur cette courbe, le segment RS-T et l’onde T. Bientôt, l'amplitude des ondes diminue, elles deviennent irrégulières et d'amplitudes différentes - le flutter se transforme en une fibrillation ventriculaire.

3. Asystolie du coeur - l'absence totale d'activité électrique du coeur. L'ECG est déterminé par isoline.

4. Dissociation électromécanique - un rythme sinusal ou nodal rare est enregistré sur un électrocardiogramme, puis passe à un rythme idioventriculaire très rare, puis à une asystole.

Lorsque survient une mort cardiaque subite, une réanimation cardiopulmonaire est immédiatement effectuée, ce qui comprend la restauration des voies respiratoires, la ventilation artificielle du poumon, le massage cardiaque indirect, la défibrillation électrique et la pharmacothérapie.

Les méthodes de réanimation cardiopulmonaire sont détaillées dans les chapitres suivants du manuel.

Dans de nombreuses études spéciales sur la mort subite cardiaque, il a été démontré que l’un des facteurs de prédiction les plus significatifs de la mort subite chez les patients atteints de DHI est:

1. Occurrence d’arythmie ventriculaire de haut degré chez des patients présentant une faible tolérance à l’exercice et des tests positifs.

2. Dépression sévère du segment RS-T (plus de 2,0 mm), augmentation anormale de la pression artérielle et atteinte précoce de la fréquence cardiaque maximale pendant le test d'effort.

3. La présence sur le complexe Q ou QS des dents pathologiques ECG en combinaison avec le blocage de la jambe gauche du faisceau de His et de l’extrasystole ventriculaire.

4. La présence des principaux facteurs de risque du patient (hypertension, HLP, tabagisme et diabète sucré), associée à une diminution de la tolérance à l'effort et à des tests positifs.

Types d'arrêt cardiaque

Phobies avec VSD

  • 1 Pourquoi les peurs apparaissent-elles?
  • 2 types de peur
    • 2.1 peur de la mort
    • 2.2 Peur d'un arrêt cardiaque
    • 2.3 Peur de devenir fou
  • 3 Qu'est-ce qui est dangereux?
  • 4 Comment se débarrasser des peurs dans le TRI?
    • 4.1 Recommandations de base
  • 5 préparations

Pendant de nombreuses années, luttant sans succès contre l'hypertension?

Le responsable de l'institut: «Vous serez étonné de la facilité avec laquelle il est possible de guérir l'hypertension en la prenant tous les jours.

L'attaque de panique ou les peurs dans le TRI se produisent soudainement et atteignent leur apogée en seulement 2-3 minutes. La durée de cette condition est d'environ 2 heures. L'hormone adrénaline est sécrétée dans le sang, ce qui fait craindre de devenir fou avec l'IRR. Une personne ressent la panique, les maux de tête, la faiblesse et les frissons, elle souffre d’insomnie, de dépression, d’irritabilité et de palpitations cardiaques. Les symptômes accompagnant les peurs de la dystonie végétative-vasculaire se complètent: phobie sociale et agoraphobie, fièvre, anxiété, douleurs thoraciques et abdominales, essoufflement, sensation d'étouffement.

Pourquoi les peurs apparaissent-elles?

Habituellement, les peurs causées par la dystonie sont déraisonnables. La personne commence à ressentir la panique lorsque ses pensées obsessionnelles sur les expériences négatives du passé ou du futur. La libération de l'hormone adrénaline dans le sang augmente constamment, ce qui exacerbe une attaque de panique et conduit à un cercle vicieux, dont il est difficile de se débarrasser. Ce n'est pas la norme, car lors d'une crise de panique, il se produit une augmentation marquée de la fréquence cardiaque et de la tension artérielle, ce qui peut entraîner un accident vasculaire cérébral.

Pour le traitement de l'hypertension, nos lecteurs utilisent avec succès ReCardio. Vu la popularité de cet outil, nous avons décidé de l’offrir à votre attention.
Lire la suite ici...

Retour à la table des matières

Types de peur

Les craintes de dystonie végétative-vasculaire sont diverses et sont représentées par des phobies individuelles inhérentes à une personne en crise de panique. Cela peut être la peur de diverses circonstances, la perte de contrôle de la situation ou de votre corps, la mort possible de vos proches, la solitude, etc. Dans cet état, il existe une peur spontanée des lieux surpeuplés (agoraphobie) associée à la menace d'un attentat terroriste, des accidents et d'autres situations incontrôlables.

Retour à la table des matières

Peur de la mort

La peur est l'émotion de base que toutes les personnes ont par défaut; fonction d'alarme pour assurer notre sécurité.

La tanatophobie est la peur la plus fréquente chez les patients atteints de VVD. Il est aggravé par la tendance à l'hypochondrie et aux maladies héréditaires présentes chez les proches et les membres de la famille. La peur de perdre le contrôle de la situation conduit une personne à porter une attention hypertrophiée à son état de santé et à rechercher constamment une maladie mortelle qui érode son corps. La thanatophobie est souvent soumise à des personnes religieuses qui croient en l'existence de l'enfer.

La peur de la mort dans l'IRR est provoquée par la surexcitation du cortex cérébral et le déséquilibre de son activité avec le système nerveux autonome.

Retour à la table des matières

Peur de l'insuffisance cardiaque

La cardiophobie oblige un patient IRR à surveiller de près son état de santé, son pouls, sa pression et sa position pendant son sommeil - le sommeil du côté gauche pour les cardiophobes est un sujet tabou. L'attaque de la peur d'un arrêt cardiaque est généralement courte, mais dans les cas avancés, elle peut s'étirer pendant plusieurs jours, épuisant le système nerveux à l'extrême. Une personne appelle une ambulance avec le moindre picotement à la poitrine, est constamment stressée et ne peut pas se détendre.

Retour à la table des matières

Peur de devenir fou

La peur de devenir fou a vraiment une raison - c'est une cloche, le fait que quelque chose doit changer dans la vie.

La peur de la folie provient de la peur de perdre le contrôle de son esprit, ce qui conduit à des états hystéroïdes incontrôlables. La personne commence à avoir peur de ses pensées et de ses actes, suspects en sa présence de schizophrénie et d'autres troubles mentaux. On a peur de dire quelque chose de fou, de paraître fou pour les autres ou de faire quelque chose de mal. Un tel comportement devient un motif de traitement obligatoire dans une institution spéciale.

Retour à la table des matières

Qu'est-ce qui est dangereux?

Rester soumis à un stress constant causé par la peur de la dystonie végétative-vasculaire est dangereux pour une personne. Il devient hypersensible, irritable, nerveux et méfiant, ce qui limite les contacts sociaux et empêche la réalisation de soi. Le résultat d'une attaque de panique peut être une crise hypertensive qui, si elle n'est pas correctement traitée, peut entraîner un accident vasculaire cérébral ou une crise cardiaque. Une personne atteinte de VSD, souffrant de phobies et de pensées obsessionnelles, acquiert des symptômes somatiques et psycho-émotionnels. Combinés aux symptômes de la dystonie végétative et vasculaire, ils épuisent le système nerveux et privent une personne de l'activité normale de la vie. La situation s'aggrave si une personne refuse de consulter un psychothérapeute et éloigne ceux qui tentent de l'aider en raison d'une paranoïa accrue.

L'absence de traitement approprié entraîne une augmentation de l'intensité des attaques de panique à chaque nouvelle attaque, ce qui augmente considérablement la charge sur le système nerveux.

Retour à la table des matières

Comment se débarrasser des peurs avec IRR?

Une conclusion très importante est que s'il est impossible de lutter avec la peur, nous devons nous battre avec sa cause.

Pour gérer efficacement les peurs dans le TRI, il faut d’abord reconnaître le problème et trouver la source de pensées obsessionnelles provoquant une attaque de panique. Faire appel à un psychothérapeute qualifié vous permettra de rétablir votre équilibre émotionnel, d’analyser votre vie et de comprendre le caractère dénué de fondement de vos peurs. Une bonne option est de visiter la psychothérapie de groupe, où les personnes atteintes de TRI partagent leurs expériences et se soutiennent, ce qui accélère considérablement le processus de réadaptation. Un esprit ferme pour lutter contre la panique, le désir de changer la façon de penser établie et de se débarrasser du doute de soi sont trois facteurs importants dans la lutte contre les phobies.

Retour à la table des matières

Principales recommandations

À l'approche d'une attaque de panique est recommandée:

  1. Buvez de l'eau sucrée (1 cuillère à soupe de sucre pour 1 tasse d'eau à la température ambiante).
  2. Rincez le visage, le cou et les mains avec de l'eau froide ou mettez une compresse refroidie sur le front.
  3. Si possible, asseyez-vous ou allongez-vous en prenant une position complètement détendue.
  4. Concentrez-vous sur de simples exercices de respiration qui peuvent être réalisés avec une boîte ou un emballage.
  5. Souriez, provoquant des émotions positives pour la libération d'endorphines dans le sang.
  6. Lire toute prière qui aidera à détourner l'attention de l'attaque de panique qui approche.
  7. Rappelez-vous les moments les plus agréables de votre vie et concentrez toute votre attention sur ces souvenirs.

Retour à la table des matières

Préparations

L'industrie pharmaceutique propose un certain nombre de médicaments qui peuvent aider à réduire l'anxiété, normaliser le rythme cardiaque et empêcher l'adrénaline d'être libérée dans le sang. Si une attaque de panique a commencé, prendre 1-2 comprimés "Validol", 1-5 comprimés "Glycine" ou tout autre sédatif aidera à réduire sa durée et l’intensité de la crise.

L'efficacité des médicaments sera supérieure si vous prenez 1 comprimé progressivement et pendant un certain temps sans boire toute la dose en même temps.

En cas de crise de panique, une seule dose de 30 à 50 gouttes de Corvalol, diluée dans une petite quantité d’eau. S'il y a des tranquillisants - «Gidazépam» ou «Fenazépam», il est recommandé de boire 1 à 3 comprimés et de les boire avec un verre d'eau. En l'absence de pression réduite, vous pouvez mettre 1 comprimé "Anaprilina" (à la dose de 20 mg) sous la langue. En outre, le médecin traitant recommande la prise de complexes de minéraux et de vitamines, ainsi que de médicaments vasculaires, enzymatiques et métaboliques qui tonifient le corps et renforcent ses mécanismes de protection.

Dans les cas graves, il est possible de prendre des neuroleptiques, des antidépresseurs et des nootropes, qui sont pris exclusivement sous la surveillance d'un médecin. Les médicaments prescrits pour le traitement des peurs dans le TRI, ainsi que leur posologie, doivent être un neuropathologiste ou un psychiatre, car l'auto-traitement de cette maladie est dangereux pour la santé. Il convient de rappeler que certains types de tranquillisants et d’antidépresseurs peuvent créer une dépendance et une dépendance.

Arrêt cardiaque (asystole): causes, signes, réanimation, pronostic

La cessation de l'activité cardiaque, ou arrêt cardiaque (asystole), est entachée d'une violation des fonctions vitales du corps et constitue une condition potentiellement mortelle avec un pronostic défavorable. Cependant, le pronostic ultérieur dépend souvent de la capacité des personnes qui les entourent à fournir les premiers secours à la victime de manière qualitative, rapide et compétente. Selon les statistiques, les deux tiers des cas d’arrêt cardiaque se produisent hors des murs des institutions médicales. Par conséquent, l’assistance est généralement fournie par des personnes extérieures qui n’ont pas suivi de formation médicale. C’est pourquoi tout le monde devrait pouvoir naviguer dans de telles circonstances et savoir comment assurer une réanimation primaire.

Pourquoi une insuffisance cardiaque peut-elle survenir?

Le plus souvent, l'asystolie ventriculaire, ou l'absence de contractions cardiaques, survient chez les personnes âgées ayant des antécédents de maladie cardiaque organique grave. Dans ce cas, l'asystole est appelée mort cardiaque subite. En outre, l'asystolie des ventricules en tant que cause immédiate de décès survient au cours de diverses blessures, intoxications et autres accidents.

Voici donc les principales conditions pouvant causer des troubles circulatoires mortels et des causes d'insuffisance cardiaque:

a) Maladies cardiaques:

  • Infarctus du myocarde, souvent de nature extensive,
  • Arythmies aiguës et contractilité du cœur (fibrillation ventriculaire, extrasystoles ventriculaires fréquentes),
  • Insuffisance cardiovasculaire aiguë
  • Choc cardiogénique,
  • Embolie pulmonaire,
  • Malformations cardiaques,
  • Stratification et rupture de l'anévrisme aortique.

Les principaux facteurs pouvant déclencher un arrêt cardiaque soudain chez les patients cardiaques sont le tabagisme, l’abus d’alcool, l’âge de plus de 60 ans, le sexe masculin, le surpoids, le diabète et un taux de cholestérol élevé.

b) Maladies aiguës et chroniques des organes internes et du cerveau:

  1. AVC aigu
  2. Insuffisance respiratoire aiguë, par exemple lors d’une crise sévère prolongée d’asthme bronchique,
  3. Troubles métaboliques graves - coma avec diabète sucré, insuffisance rénale sévère et insuffisance hépatique tardive,
  4. Maladies longues et graves des poumons, des reins et d'autres organes internes,
  5. Le stade terminal du cancer.

c) accidents:

  • La noyade
  • Asphyxie ou asphyxie lorsque des corps étrangers pénètrent dans la lumière du larynx ou des bronches,
  • Intoxication chimique
  • Blessures résultant d'accidents, d'accidents ou à la maison,
  • Brûlure, douleur, choc traumatique,
  • Perte de sang massive et aiguë,
  • Choc électrique (choc électrique).

Insuffisance cardiaque chez les enfants

La cessation de l'activité cardiaque peut survenir non seulement chez les adultes et les personnes âgées, mais également chez les enfants. Outre ces causes générales pouvant provoquer une asystolie chez un enfant, un concept distinct est identifié - le syndrome de mortalité subite du nourrisson (SIDD). Il s'agit d'un syndrome caractérisé par une insuffisance fatale de la respiration et du rythme cardiaque survenue pendant la nuit chez un enfant de moins d'un an ne souffrant pas de maladies somatiques ou infectieuses graves au cours de cette période.

En règle générale, le TDA se produit le plus souvent chez les enfants âgés de 2 à 5 mois. En tant que principale cause du développement du syndrome, il existe une violation de la fonction du cœur et des vaisseaux sanguins dans le corps de l'enfant, qui se distinguent par une immaturité physiologique à cet âge. Parmi les facteurs pouvant contribuer à la mort du bébé "dans le berceau", il y a le fait de dormir sur un matelas moelleux avec beaucoup d'oreillers, de couvertures ou de jouets moelleux, de dormir dans une pièce non ventilée à l'air sec, de mettre l'enfant endormi à plat ventre. Les facteurs aggravants peuvent être des caractéristiques de la grossesse et de l’accouchement - grossesses multiples, hypoxie intra-utérine, asphyxie pendant l’accouchement, prématurité, etc. et ne peut pas fournir les soins adéquats au bébé la nuit).

Les mesures de prévention du TDA chez un nourrisson comprennent:

  • Dormir dans une pièce bien ventilée
  • Dormir sur un matelas dur sans oreiller,
  • L’exception de l’emmaillotage serré, empêchant les mouvements actifs du bébé en rêve,
  • Élimination des mauvaises habitudes des parents
  • Le sommeil commun avec la mère, qui contribue à une bonne stimulation tactile de l'enfant pendant son sommeil, n'est autorisé que si la mère peut fournir une sensibilité et une vigilance suffisantes la nuit.

Vidéo: sur le syndrome de mort subite chez les enfants et les adultes

Symptômes d'arrêt cardiaque et de manifestations cliniques

Une personne qui ne possède pas de compétences médicales ne pourra pas toujours évaluer correctement l'état de la victime, croyant parfois à tort qu'il est simplement tombé malade, alors que son état nécessite une réanimation urgente. Par conséquent, il est important de pouvoir distinguer les signes cliniques de l'asystole. Étant donné que la très grande majorité des cas d’arrêt cardiaque sont associés à une mort subite cardiaque, examinons plus en détail ses signes.

Cliniquement, les symptômes peuvent se manifester de plusieurs manières:

  1. Dans le premier cas, une personne qui effectue son travail, qui est à l'hôpital ou qui marche dans la rue, tombe soudainement, perd conscience, devient bleue, commence à avoir une respiration sifflante et à s'étouffer. Lorsque vous essayez de crier une personne ou de serrer une épaule, il n’ya pas de réaction.
  2. Dans la deuxième option, la mort subite peut survenir dans un rêve. En même temps, les personnes autour de vous ne peuvent pas remarquer immédiatement le besoin de sauver des vies, car une personne a l'air de dormir.

Dans les deux cas, l'arrêt cardiaque est caractérisé par l'impulsion manquante dans l'artère carotide, normalement ressentie sous la peau du cou, plus près de l'angle de la mâchoire inférieure. En outre, l'asystolie est accompagnée d'un arrêt respiratoire, se manifestant par l'absence de mouvements de la poitrine, ainsi que par une perte de conscience profonde et une pâleur ou une cyanose soudaine.

Une asystole ventriculaire épisodique survient chez des patients atteints du syndrome des sinus, qui comprend un degré sévère de blocage sino-auriculaire, un syndrome de bradycardie-tachycardie et certains autres syndromes. En cas de perturbation marquée de la conduction dans les parties du cœur, une asystolie ventriculaire peut alors se développer, qui se manifeste cliniquement par une sensation d'arrêt cardiaque, de perte de conscience ou de convulsions, appelée attaque de Morgagni-Edems-Stokes (MEA). Le cœur durant de tels épisodes d'asystole commencera à fonctionner davantage en raison de l'apparition de rythmes «glissants» ou peut nécessiter des soins de réanimation si l'asystole dure plus de deux minutes.

Pour le traitement de l'hypertension, nos lecteurs utilisent avec succès ReCardio. Vu la popularité de cet outil, nous avons décidé de l’offrir à votre attention.
Lire la suite ici...

Critères de diagnostic

Si une personne voit une victime qui a perdu connaissance, vous devez immédiatement déterminer en quoi cette condition est supposée être un évanouissement, un coma ou un arrêt cardiaque, avec le développement possible d'une issue fatale. Pour ce faire, suivez cet algorithme:

  • Salut la victime, encourage légèrement la joue, serre la main. Si une personne venait à reprendre ses esprits, il y avait une perte de conscience à court terme, ou syncope.
  • En l'absence de réponse, évaluez la présence d'un pouls en testant l'artère carotide et la présence de mouvements thoraciques. Il est possible de comprendre s’il ya une respiration en appliquant l’oreille sur la poitrine de la victime ou en mettant la joue à sa bouche. S'il y a perte de conscience mais que le pouls et la respiration sont préservés, il est possible qu'il y ait des troubles neurologiques ou un état comateux dans lesquels un équipage d'ambulance doit être appelé et observé attentivement par la victime dans l'attente d'un éventuel arrêt cardiaque.
  • En l'absence de battement de coeur et de respiration, il est nécessaire de commencer immédiatement les mesures de réanimation selon le protocole ABC, tout en appelant les personnes pouvant appeler le régulateur d'ambulance (il est préférable de ne pas perdre de temps en appelant la brigade d'ambulances si d'autres personnes se trouvent à proximité).

Urgence et traitement

Premiers secours en cas d'arrêt cardiaque

Les mesures de réanimation primaire visent à rétablir l'activité du cœur et des poumons et à prévenir l'hypoxie (manque d'oxygène) du cerveau. Leur efficacité est d'autant plus élevée que leur mise en route est précoce. Etant donné que le cerveau est capable de supporter une hypoxie aiguë pendant 5 à 8 minutes (la «mort clinique»), il est nécessaire de «démarrer» le cœur exactement en ces termes car, en quelques minutes, la mort cérébrale se développe inévitablement (mort biologique).

L'aide d'urgence est fournie selon l'algorithme ABC.

La première chose à faire est de poser la victime sur une surface dure (canapé, sol, sol), car la réanimation sur une surface douce est inefficace. La réanimation de la victime commence alors directement:

"A" (Air ouvre la voie) - restauration de la perméabilité des voies respiratoires. Il est nécessaire d'incliner la tête de la victime pour accéder à la cavité buccale et de la réviser avec un doigt enveloppé d'un chiffon (mouchoir, serviette de table) pour libérer l'oropharynx des vomissures, du sang, des corps étrangers, etc.

«B» (soutien de la respiration) - ventilation artificielle des poumons. Elle est effectuée si, après avoir effectué le point «A», la victime n’a pas développé une respiration et un rythme cardiaque indépendants. Elle se déroule de la manière suivante: celui qui fournit des soins (réanimateur) en position agenouillée prend une profonde respiration et, en se penchant sur le patient, effectue une profonde respiration par le nez ou par la bouche du patient. Si c'est dans le nez, la bouche du patient doit être fermée, si elle est dans la bouche, puis, en conséquence, pour serrer les narines avec les doigts de la main libre. L'efficacité de l'événement est évaluée en soulevant les côtes du patient à chaque injection et en apparaissant une respiration spontanée.

Selon les dernières modifications apportées à la législation dans le domaine des soins de santé, le sauveteur a le droit de ne pas pratiquer la respiration artificielle s’il estime que cet avantage peut constituer une menace pour sa santé. Par exemple, si un patient est atteint de tuberculose ou s'il y a violation de l'intégrité de la peau et des muqueuses, la présence de sang dans la cavité buccale pourrait être une source probable d'hépatite virale ou d'infection par le VIH. Dans ce cas, commencez immédiatement à exécuter le paragraphe suivant de l'algorithme.

«C» (aide à la circulation) - massage cardiaque indirect (fermé). Le massage cardiaque est effectué comme suit - le réanimateur également, agenouillé, exerce une pression sur la poitrine du patient avec deux paumes superposées, tandis que les bras doivent être redressés dans les coudes pour un massage plus efficace. Le mouvement doit être rapide et clair. La force de pression doit être calculée de manière à suffire à «lancer» le cœur, mais en même temps, pas assez forte pour avoir une côte cassée. Toutes les quelques minutes, vous devez évaluer l'apparition d'un battement de coeur et d'un pouls indépendants dans l'artère carotide.

La fréquence et le ratio de respiration artificielle et de massage indirect du cœur sont de 2 souffles d’air toutes les 15 pressions sur le sternum pendant une minute lorsqu’on assiste avec un réanimateur et de 1 soufflage d’air tous les 5 pressions sur le sternum lorsqu’il aide deux réanimateurs (15: 2 et 5: 1, respectivement).

Vidéo: premiers secours en cas d'arrêt cardiaque

Fournir des soins médicaux

Les soins médicaux professionnels commencent à l'arrivée de la brigade d'ambulances et se poursuivent dans l'unité d'ambulances et de réanimation de l'hôpital où la victime sera livrée. Les médecins administrent par voie intraveineuse de l'adrénaline, de la dopamine et d'autres médicaments pour contractions cardiaques, ainsi que par défibrillation - réinitialisation électrique du cœur à l'aide d'un courant électrique.

Si un rythme cardiaque indépendant et la respiration est absent après 30 minutes, la mort biologique est constatée.

Mode de vie des survivants d'un arrêt cardiaque

Un patient qui a subi un arrêt cardiaque doit être sensible à sa santé. Pour cela, il est nécessaire d’examiner et de trouver la raison qui a causé une maladie aussi grave.

Après le diagnostic, le patient doit observer les bases d’un mode de vie sain et d’une alimentation équilibrée, éliminer les mauvaises habitudes et limiter les activités physiques importantes. En outre, il est nécessaire de prendre régulièrement les médicaments prescrits par un médecin et de subir en temps utile un examen du système cardiovasculaire proposé par le médecin traitant.

Dans certains cas, par exemple, en présence d'arythmies graves menaçant le pronostic vital ou de malformations cardiaques provoquant une asystole, un traitement chirurgical peut être nécessaire - implantation d'un stimulateur artificiel (stimulateur cardiaque) ou correction chirurgicale de l'anomalie.

Conséquences de l'insuffisance cardiaque

Bien sûr, l’arrêt cardiaque ne peut pas passer sans laisser de traces pour l’organisme, car le fonctionnement de tous les organes et systèmes du corps, et en premier lieu celui du cerveau, est fortement perturbé. Selon le temps passé par le cerveau sans oxygène, des conséquences neurologiques plus ou moins graves se développent, allant de troubles de la mémoire légers à l’attention lors du démarrage rapide du cœur (jusqu’à la première minute) jusqu’à une grave maladie post-réanimation avec état comateux en cas de longue période d’hypoxie cérébrale ( 5-6 minutes ou plus).

Prévisions

Le pronostic d'un arrêt cardiaque est extrêmement défavorable, car le risque de développer une mort biologique est élevé - la mort par arrêt cardiaque survient chez 70% des patients atteints d'asystole ventriculaire. Avec une allocation primaire rendue avec compétence et des soins médicaux qualifiés en temps opportun, le pronostic est plus favorable, en particulier si le rétablissement des fonctions cardiaques a eu lieu dans les trois premières minutes, lorsque le cerveau n'avait pas encore souffert d'hypoxie.

Il existe une catégorie de personnes qui ont subi une asystolie complète plus d'une fois, mais plusieurs fois avec une réanimation assez réussie. Malheureusement, de tels cas sont assez rares en médecine car avec chaque arrêt cardiaque suivant, les chances de restauration réussie de la circulation sanguine et de la respiration diminuent.

Vidéo: Arrêt cardiaque soudain, l'émission "Vivre en bonne santé"

Pourquoi se développe et comment se manifeste la cardiosclérose post-infarctus (PICS)

Le groupe des maladies cardiaques comprend la cardiosclérose post-infarctus. C'est l'une des variétés de maladie coronarienne. La base est le remplacement du tissu musculaire fonctionnel du connectif cardiaque. En l'absence de traitement approprié, la cardiosclérose entraîne une insuffisance cardiaque et un décès prématuré.

Le développement de la cardiosclérose post-infarctus chez l'adulte

Tout le monde ne sait pas ce que PICS est. La cardiosclérose post-infarctus est une pathologie cardiaque chronique qui se développe principalement dans le contexte de la forme aiguë de la maladie coronarienne. Chez ces personnes, le nombre de cellules musculaires diminue. Cela contribue à la violation de la contractilité du myocarde et des troubles circulatoires. Chez une personne en bonne santé, le cœur agit en réduisant les cellules musculaires et en générant des impulsions nerveuses.

Dans l'IHD, on observe une insuffisance d'oxygène dans les tissus. La cardiosclérose la plus dangereuse sur le fond de crise cardiaque aiguë, car cela forme un site de nécrose. Par la suite, il est remplacé par du tissu conjonctif et est désactivé du travail. Dans les cas graves, ces personnes ont besoin d'un stimulateur cardiaque. Les ventricules et les oreillettes présentant une cardiosclérose se dilatent. Le corps lui-même augmente de volume. Souvent avec cardiosclérose dans le processus impliqué des valves.

Qu'est-ce que la cardiosclérose? Types et classification

Il existe les types suivants de cardiosclérose post-infarctus:

  1. Focale;
  2. Commun (diffus);
  3. Avec la participation des vannes.

Un cardiologue expérimenté sait que la forme focale de la maladie se développe le plus souvent. Elle se caractérise par la présence d'une zone limitée de tissu conjonctif, à côté de laquelle se trouvent des cardiomyocytes en fonctionnement. Les foyers sont simples et multiples. Cette pathologie ne peut être moins grave que la cardiosclérose diffuse. La cardiosclérose dans la région du ventricule gauche du cœur est la plus dangereuse, car commence un grand cercle de circulation sanguine. Plus rarement, une cardiosclérose diffuse se développe sur le fond d'une crise cardiaque. Lorsque le tissu conjonctif se répand uniformément. La raison peut être une crise cardiaque étendue.

Les principaux facteurs et causes étiologiques

La cardiosclérose macrofocale post-infarctus se développe dans le contexte d’une forme aiguë de maladie coronarienne. Les autres causes du développement de cette pathologie comprennent des contusions et des lésions cardiaques, la dystrophie du myocarde, les rhumatismes, la myocardite. Les facteurs de risque suivants sont distingués:

  • athérosclérose des artères coronaires;
  • régime alimentaire malsain;
  • spectre sanguin lipidique altéré;
  • le diabète;
  • l'hypertension;
  • l'obésité;
  • tension nerveuse;
  • dépendance à l'alcool et aux cigarettes.

L'athérosclérose est une cause fréquente de crise cardiaque. Lorsque des plaques se forment dans la lumière des artères coronaires qui alimentent le cœur. Ils entravent la circulation sanguine, conduisant à une ischémie aiguë. Une crise cardiaque peut se développer sur le fond de la thrombose, lorsque la lumière du vaisseau est bloquée. Cette pathologie est principalement détectée chez les personnes de plus de 40 ans.

Après l'infarctus du myocarde, des cicatrices constituées de tissu conjonctif se forment. Ce sont les domaines de la sclérose. Ce tissu n'est pas capable de réduire et de conduire les impulsions. La conséquence de tout cela est une diminution du débit cardiaque. À l'avenir, le rythme et la conduction sont violés.

Comment fonctionne la cardiosclérose

Cette forme de maladie coronarienne chronique se manifeste par les symptômes suivants:

  • essoufflement;
  • un sentiment de perturbation du coeur;
  • toux
  • palpitations cardiaques;
  • gonflement;
  • des vertiges;
  • faiblesse
  • diminution de la capacité de travail;
  • troubles du sommeil;
  • douleur à la poitrine.

Le symptôme le plus constant de la maladie est l'essoufflement. Il est plus prononcé s’il existe un processus athéroscléreux. Il n'apparaît pas immédiatement, mais plusieurs années après le début de la croissance du tissu conjonctif. La dyspnée présente les caractéristiques distinctives suivantes:

  • accompagné de toux;
  • apparaît dans une position couchée, avec le stress et l'activité physique;
  • disparaît en position assise;
  • progresse avec le temps.

Les patients ont souvent des crises nocturnes d'asthme cardiaque. Avec une combinaison de cardiosclérose et d’hypertension, le risque d’insuffisance ventriculaire gauche est élevé. Dans cette situation, un œdème pulmonaire se développe. Si, dans le contexte d'une crise cardiaque, des foyers de nécrose se sont formés dans la région du ventricule droit et qu'il y a violation de sa fonction, les symptômes suivants se manifestent:

  • foie élargi;
  • gonflement;
  • pulsation et gonflement des veines dans le cou;
  • acrocyanose.

Le liquide peut s'accumuler dans le thorax et le péricarde. La stagnation du sang dans les poumons dans le contexte de la cardiosclérose conduit à la toux. C'est sec et paroxystique. Les dommages causés aux fibres nerveuses des voies conduisent à un trouble du rythme cardiaque. La cardiosclérose provoque une fibrillation auriculaire et une extrasystole. Les conséquences les plus terribles de cette maladie sont le blocage complet et la tachycardie ventriculaire.

Examen pour suspicion de cardiosclérose

Le diagnostic repose sur les résultats d'études de laboratoire, physiques et instrumentales, ainsi que sur la collecte d'anamnèse. Les antécédents médicaux du patient sont d'une grande valeur. Vous pouvez suspecter cette pathologie si vous avez des antécédents de cardiopathie ischémique. Dans la cardiosclérose post-infarctus, le traitement est effectué après les études suivantes:

  • échocardiographie;
  • électrocardiographie;
  • tomographie par émission de positrons;
  • rythmocardiographie;
  • angiographie coronaire;
  • Examen radiographique;
  • tests de charge.

Lors de l'examen physique du patient, les modifications suivantes sont révélées:

  • déplacement de l'impulsion apicale;
  • affaiblissement du premier ton;
  • murmure systolique.

Le type ischémique de cardiosclérose conduit toujours à une hypertrophie du coeur due aux sections gauches. Cela peut être détecté pendant l'ECG et l'échographie. L'électrocardiographie peut détecter des modifications focales dans le muscle cardiaque, une augmentation du ventricule gauche, des signes de blocage du faisceau du His.

Un examen approfondi comprend nécessairement un test sur tapis roulant et une ergométrie du vélo. A l'aide d'eux, on estime le changement d'activité du cœur et l'état général lors d'efforts physiques. La surveillance Holter est présentée à tous les patients.

Traitement conservateur des patients

Une fois les antécédents médicaux archivés et le diagnostic posé, le traitement du patient commence. C'est conservateur et radical. Le traitement a les objectifs suivants:

  • élimination des symptômes de la maladie;
  • soulagement du patient;
  • prévention des complications;
  • ralentir le développement de l'insuffisance cardiaque;
  • prévention de la progression de la sclérose.

En raison du fait que le muscle cardiaque est faiblement réduit, le médicament est indiqué. Les groupes de médicaments les plus couramment utilisés sont:

  • Les inhibiteurs de l'ECA (Captopril, Perindopril);
  • les bêta-bloquants (métoprolol, bisoprolol);
  • agents antiplaquettaires (aspirine, clopidogrel);
  • nitrates (nitrosorbide);
  • diurétique;
  • préparations à base de potassium (Panangin);
  • médicaments qui réduisent l'hypoxie et améliorent les processus métaboliques (riboxine).

Les inhibiteurs de l'ECA sont présentés à haute pression. Ces médicaments réduisent le risque de crises cardiaques répétées. Des antécédents médicaux avec MI antérieur constituent une raison de changer de mode de vie. Tous les patients atteints de cardiosclérose doivent adhérer aux recommandations suivantes:

  • éliminer le stress physique et émotionnel;
  • mener une vie saine et vivante;
  • ne pas manquer les médicaments prescrits par le médecin;
  • refuser les boissons alcoolisées et les cigarettes;
  • normaliser la nutrition.

Avec le régime alimentaire myomalacia est d'une grande importance. Il est nécessaire d'exclure les aliments gras et salés. Ceci est particulièrement utile avec l'athérosclérose concomitante. Le traitement de la cardiosclérose vise à ralentir la progression de l'insuffisance cardiaque. Des glycosides sont utilisés à cette fin. Cela prend en compte le stade de CHF.

Traitements radicaux

Dans les cas graves de cardiosclérose post-infarctus, les causes de décès sont des troubles du rythme cardiaque et une réduction marquée de la contractilité du myocarde. Sur le fond de cette pathologie peut développer un anévrisme. Les patients gravement malades peuvent avoir besoin d'installer un défibrillateur ou un stimulateur cardiaque. Le premier est implanté chez une personne atteinte de fibrillation ventriculaire et dans le but de prévenir un arrêt cardiaque soudain.

En cas de bradycardie persistante et de blocage complet, un stimulateur cardiaque est indiqué. L'angine persistante après une crise cardiaque aiguë nécessite des interventions peu invasives (pontage, stenting ou angioplastie). Dans le cas de la formation d'anévrisme, la résection est organisée.

Lorsque la cardiosclérose est en cours d'exécution, une transplantation cardiaque peut être nécessaire. Les indications suivantes pour la transplantation sont distinguées:

  1. Réduction du débit cardiaque à 20% ou moins;
  2. L'inefficacité de la pharmacothérapie;
  3. Jeune age

Une telle opération est pratiquée chez les moins de 65 ans. Dans des cas exceptionnels, une transplantation cardiaque survient à un âge plus avancé.

Pronostic pour la santé et la prévention

Le pronostic dépend de la taille de la zone de sclérose, de la présence de complications et de l’ampleur du débit cardiaque. Il s'aggrave avec le développement des complications suivantes:

  • insuffisance cardiaque aiguë;
  • tachycardie ventriculaire;
  • bloc auriculo-ventriculaire;
  • anévrisme;
  • tamponnement;
  • fibrillation auriculaire.

Chez les patients atteints de cardiosclérose, le risque de thromboembolie est accru. La cardiosclérose post-infarctus peut être prévenue. Les mesures préventives visent la maladie sous-jacente. Afin de réduire les risques de crise cardiaque, vous devez suivre les règles suivantes:

  • traiter en temps voulu l'hypertension;
  • ne pas abuser des aliments gras, du sel et de l'alcool;
  • ne pas fumer ou consommer de la drogue;
  • faire un soulagement psychologique;
  • se coucher au plus tard à 23 heures

En cas de crise cardiaque, vous devriez consulter rapidement un médecin. À l'avenir, vous devrez faire de la gymnastique thérapeutique et éliminer les situations stressantes. Les activités de rééducation comprennent la balnéothérapie, le repos en sanatorium et un suivi constant. La cardiosclérose et la crise cardiaque les plus courantes se développent sur le fond de l'hypertension. Des médicaments à vie sont nécessaires pour prévenir les complications. Ainsi, la cardiosclérose est une conséquence de l'infarctus aigu du myocarde.